Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Conclusion « Le temps des Restaurations »

Jean-Claude Caron et Jean-Philippe Luis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Faut-il continuer à désigner comme le « temps des Restaurations » la période qui s’étend en Europe de la chute de l’Empire aux révolutions des années 1830-1834 ? La réponse est évidemment négative si le terme « Restauration » est pris comme un retour à l’ordre d’Ancien Régime. L’expression attribuée à Talleyrand, « Rien appris, rien oublié », à l’endroit des nobles revenant d’émigration, en est l’illustration : les plus fervents partisans du retour en arrière ont forcément appris s’ils n’ont rien oublié de leur expérience des années 1789-1814. « Sire, vous ne saurez effacer l’histoire », tel était le conseil du tsar Alexandre Ier à Louis XVIII. Parler de « Restaurations » au pluriel, comme le postule le titre de cet ouvrage, doit être entendu en fait dans une triple dimension temporelle. La première est celle du temps court de 1814-1815 où l’entremêlement du politique, du militaire, du diplomatique donne son caractère spécifique à ce moment où l’on s’interroge sur ce que l’on « rest...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540