Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Quatrième partie. Résistance et répression : une Europe des réseaux

« Celui qui a été révolutionnaire ne peut vivre ici » : la résistance libérale dans le Cadix de la Restauration (1823-1825)

Gonzalo Butrón Prida
Traduction de Jean-Philippe Luis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article est centré sur l’examen de la singularité du mouvement libéral espagnol dans les villes occupées par les troupes françaises à la suite de l’expédition des Cent mille fils de Saint Louis. En effet ces villes constituaient des espaces privilégiés où les tensions sociales et politiques étaient plus limitées que dans le reste du pays car les commandants français s’opposaient à la répression aveugle qui s’abattait ailleurs sur les vaincus et qui alimentait le climat de terreur de la restauration de l’absolutisme en 1823-1824. Cadix en est un cas paradigmatique. Lieu de cantonnement de la plus importante des divisions françaises, la ville était devenue une sorte de terre promise pour ceux qui souhaitaient continuer la lutte contre l’absolutisme, protégés par le commandant français qui s’opposait à la persécution souhaitée par le gouverneur espagnol. Ce dernier fut d’ailleurs démis de ses fonctions à peine quelques jours après en avoir pris possession. Réfugié à Séville, il dén...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540