Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Troisième partie. Culture, religion et représentations : une Europe des nations

« Danser sur un volcan » ? La politique des bals dans l’Europe des Restaurations

Pierre Karila-Cohen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1814 et 1830, la politique à ses sommets ne se conçoit pas sans bal et le bal possède une forte valeur politique. Ces vérités ont bien sûr à voir avec la sociologie des groupes politiquement dominants, en tout cas avec la volonté, sinon toujours d’hériter, au moins d’imiter des valeurs et des modes de vie de l’aristocratie. Cette « persistance de l’Ancien Régime en Europe », pour reprendre le titre de la célèbre étude d’Arno Mayer sur les années 1848-19141, dure encore bien longtemps après 1830, comme l’a démontré cet historien. En 1814, elle ne constitue pas même un retour à des mœurs oubliées puisque les élites françaises et européennes ont beaucoup dansé à l’époque de la domination napoléonienne2. En France, les préfets de la Restauration qui organisent régulièrement des bals dans leurs préfectures n’innovent ainsi en rien par rapport à ceux du Consulat et de l’Empire, et, bien après eux, ceux du second Empire et même de la Troisième République feront encore de même3. Dans ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540