Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Troisième partie. Culture, religion et représentations : une Europe des nations

Se dire bon Français de l’Empire à la Restauration : construire un ethos de modération dans une France déchirée ?

Aurélien Lignereux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« C’est un bon Français qui meurt » : c’est en ces termes que Pierre Drevet, condamné à mort par la cour prévôtale de l’Isère pour avoir participé au coup de force de Didier, interpelle la foule massée sur la place Grenette de Grenoble pour assister à son exécution le 8 mai 1816. Ce drapier de La Mure et ancien sergent-major du 31e d’infanterie aura encore le temps de lancer un dernier « Vive l’Empereur », cri que tâchent de couvrir les « Vive le Roi » de la troupe et de quelques spectateurs1. La scène a fait vive impression mais, au-delà du cran d’un supplicié, c’est la confrontation entre deux conceptions du bon Français qui peut retenir l’attention : la répression ne répond-elle pas, dit-on alors, au « désir des autorités et des “bons Français”2 » ? Point n’est besoin, d’ailleurs, de chercher des situations aussi dramatiques pour illustrer le choc des identités à l’œuvre sous de telles désignations : les mauvais Français ne sont-ils pas alors ceux qui se qualifient et que l’on dé...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540