Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Deuxième partie. Un passé qui passe mal : la reconstruction des sociétés européennes entre héritage et innovation

Le mythe contre-révolutionnaire de la « Restauration »

Pedro Rújula
Traduction de Marie Salgues

Note de l’éditeur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet « Restauración y monarquía en los orígenes del Mundo Contemporáneo. España y Europa, 1814-1848 » (HAR2012-32604) du ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le discours ultraroyaliste de 1814 justifia la destruction de l’œuvre des Cortès de Cadix comme une façon providentielle de revenir à l’ordre perdu2. La volonté de restaurer la monarchie dans les mêmes termes que celle que Ferdinand VII avait laissée en quittant l’Espagne repose sur une conception statique du temps qui considérait l’expérience vécue pendant les années précédentes comme une anomalie superficielle et, par là même, susceptible de disparaître sans laisser de traces sur le socle solide des structures institutionnelles et sociales qui constituaient l’Ancien Régime.

Toutefois, cette perspective ne reflétait pas la perception que les ultras eux-mêmes avaient des changements qui étaient survenus. Bien au contraire. Pendant la Guerre d’Indépendance, les défenseurs du pouvoir royal avaient pris conscience du défi politique que supposaient la convocation des Cortès et la proclamation de la souveraineté nationale, ainsi que du profond fossé que cela ouvrait entre le passé et le p...

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, université de Saragosse
Marie Salgues (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540