Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Deuxième partie. Un passé qui passe mal : la reconstruction des sociétés européennes entre héritage et innovation

La Sainte-Alliance du tsar Alexandre Ier

Marie-Pierre Rey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès sa signature le 26 septembre 1815, le traité de la Sainte-Alliance1 impulsé par l’empereur Alexandre Ier suscite des réactions plutôt réservées sinon franchement hostiles : Metternich le définit comme un « monument vide et sonore », Castlereagh y voit une « pièce de mysticisme sublime et de non-sens » et le chancelier Pasquier, garde des Sceaux et ministre de l’Intérieur de Louis XVIII, le tourne en ridicule en soulignant que « toutes les chancelleries de l’Europe réunies ne seraient pas parvenues à concevoir et à rédiger quelque chose approchant de loin cette pièce bizarre, […] œuvre d’une imagination arrivée au plus haut degré de l’exaltation ». Scepticisme et sarcasmes ont donc accompagné la naissance d’un texte dont le format inédit comme la tonalité le ravalaient d’emblée dans la catégorie des « pièces » diplomatiques, une appellation vague qui soulignait le caractère inclassable et par là même embarrassant du document. Proche de Metternich, F. von Gentz, allait d’ailleurs ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540