Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Deuxième partie. Un passé qui passe mal : la reconstruction des sociétés européennes entre héritage et innovation

La mémoire royaliste de 1814-1815

Natalie Petiteau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Puisque les royalistes sont réputés être, pour une partie d’entre eux du moins, ceux qui n’ont rien oublié, il est utile d’examiner ce qu’ils ont retenu et voulu transmettre de ces années cruciales que sont 1814 et 1815. L’histoire n’est pas la mémoire, mais l’historien qui souhaite comprendre le XIXe siècle se doit de saisir comment les hommes et les femmes ont été marqués par les événements qu’ils ont vécus. Au-delà de l’histoire des représentations, il s’agit ainsi de repérer la portée du passé, de comprendre ce qu’a été le bagage mémoriel des contemporains du XIXe siècle, siècle de l’histoire sur lequel a longtemps plané la grande ombre de Napoléon. Mais si l’on a déjà bien avancé dans la connaissance des « effets-mémoire » de l’Empire, on a rarement examiné comment les événements de 1814-1815 sont restés gravés dans les esprits de celles et ceux qui ont pris la plume pour en parler. Inutile de revenir ici sur l’importance de ces deux années pour l’histoire du XIXe siècle : l’ex...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540