Version classiqueVersion mobile

Rien appris, rien oublié ?

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Jean-Philippe Luis

Première partie. Historiographies contemporaines : les restaurations revisitées

De l’État muratien à l’État bourbon : la transition de l’appareil étatique napolitain sous la Restauration (1815-1822)

Pierre-Marie Delpu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’ordre européen mis en place par Napoléon, objet d’un large effort de codification politique et juridique1, le royaume de Joseph Bonaparte (1806-1808) et de Joachim Murat à Naples (1808-1815) a occupé une place particulière. L’importation d’un système administratif développé et bureaucratisé, fortement centralisé, a considérablement bouleversé les structures politiques d’une monarchie qui peinait à asseoir son autorité à la fois face aux grandes familles du royaume et aux autres monarchies péninsulaires, dans un ordre géopolitique dominé par le poids du Saint-Siège et des puissances extérieures. Un auteur comme Pietro Colletta (1775-1831) évoque, dans un texte posthume considéré comme l’une des plus célèbres histoires de Naples du XIXe siècle, les difficultés de la transition politique que connaît le royaume lorsque Ferdinand IV de Bourbon revient au pouvoir en 1815 :

« Si Murat tomba en 1815, ce ne fut pas le cas des lois, des usages, des opinions, des espoirs qu’il avait impr...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search