Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révoltes et révolutions à l'écran

 | 
Stéphane Haffemayer

Les auteurs

Texte intégral

1 Erin Bell est maître de conférences au département d’histoire de l’université de Lincoln (Royaume-Uni) ; récemment, elle participa au projet AHRC-funded Televising History 1995-2010, dirigé par Ann Gray avec qui elle publia History on Television en 2013. Elle poursuit ses recherches sur la représentation du passé à l’écran mais aussi sur l’histoire religieuse et culturelle de la période moderne avec des publications dans Gender & History et Journal of Ecclesiastical History.

  • 1 Ariane Beauvillard et Laurent Bihl, La Grande guerre au petit écran : les imaginaires télévisuels (...)

2 Laurent Bihl, chercheur associé à ISOR, Paris I Panthéon-Sorbonne, docteur en histoire contemporaine, enseigne dans le secondaire au lycée Paul-Éluard de Saint-Denis. Ses recherches portent sur l’image de presse, le cinéma et la télévision mais plus généralement sur les approches intermédiales de la culture de masse. Il vient de publier (avec Ariane Beauvillard), La Grande guerre au petit écran, les imaginaires télévisuels de la Première Guerre mondiale1 et anime l’Université populaire de Saint-Denis (Dionyversité).

3 Hélène Duccini fut maître de conférences, HDR, honoraire à l’université de Paris Ouest-Nanterre. Ses travaux portent sur l’histoire de l’information et de la communication par le pamphlet et l’image à l’époque moderne et contemporaine. Ses dernières publications sont Guerre et paix dans la France du Grand siècle : Abel Servien, diplomate et serviteur de l’État, 1593-1659, Seyssel, Champ Vallon, 2012 ; La télévision et ses mises en scène (sous la dir. de Francis Vanoye), Paris, A. Colin, 2005 (rééd. 2011) ; Faire voir, faire croire : l’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

4 Annie Duprat , professeure émérite des universités, (Centre Agora-université Cergy-Pontoise et laboratoire Communication et Politique-CNRS), spécialiste d’histoire moderne et des révolutions, a centré ses travaux sur le rôle de l’iconographie dans la formation des imaginaires sociaux. Elle a publié notamment Le roi décapité, Le Cerf, 1992), Histoire de France par la caricature (Larousse, 1999), Les rois de papier (Belin, 2002), Images et Histoire (Belin, 2007) et Marie-Antoinette. Images et visages d’une reine (Autrement, 2013). Elle est membre du conseil scientifique de la revue en ligne de l’IHRF [http://lrf.revues.org/​], des a revues Humoresques et Sociétés et représentations, administration de la Société des études robespierristes et des comités de lecture et de rédaction des Annales historiques de la Révolution française.

5 Stéphane Haffemayer (université de Caen, CRHQ-UMR 6583 CNRS) est maître de conférences en histoire moderne ; ses recherches portent sur l’histoire de l’information, la médiatisation des contestations politiques en France et en Angleterre au XVIIe siècle.

6 Bernard Papin (université de Paris Sud XI) est maître de conférences de l’université Paris Sud et membre du Centre d’étude des images et des sons médiatiques (CEISME-CIM, Paris III) où il anime un groupe de réflexion sur les représentations du Siècle des Lumières à la télévision. Ses travaux portent pour l’essentiel sur la fiction télévisuelle des années 1960-1970 et la régulation des images à la télévision. Dernier ouvrage publié : Images du Siècle des Lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction, De Boeck-INA, coll. « Medias recherche », 2010, 208 pages.

7 Aurore Renaut est maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’université de Lorraine. Elle a écrit de Roberto Rossellini, de l’histoire à la télévision, à paraître au Bord de l’eau en 2015. Ses recherches portent principalement sur le cinéma italien et les représentations audiovisuelles de l’histoire.

8 Brian Sandberg est professeur associé en histoire à l’université de l’Illinois du Nord. Il s’intéresse aux relations entre religion, violence et culture politique pendant les guerres de Religion. Son livre, Warrior Pursuits : Noble Culture and Civil Conflict in Early Modern France (Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2010), examine le déploiement de la violence civile dans le sud de la France au début du XVIIe siècle. Brian Sandberg a été Solmsen Fellow à l’Institute for Research in the Humanities à l’université de Wisconsin à Madison, National Endowment for the Humanities Fellow au Medici Archives Project ; après avoir obtenu une bourse Jean Monnet à l’Institut universitaire européen de Florence, il est maintenant résident à l’Institut d’études avancées de Paris (2014-2015), où il prépare un ouvrage sur Un Courage Viril : Genre et violence pendant les Guerres de Religion, 1562-1629.

9 David Shafer est professeur d’histoire contemporaine à l’université de l’État de Californie, dont il dirige le département d’histoire. Il est spécialisé dans l’histoire sociale, politique et culturelle de la France et du monde francophone. Il a publié The 1871 Paris Commune: french politics, culture, and society at the crossroads of the revolutionary tradition and revolutionary socialism (Palgrave-Macmillan, 2005). Au printemps prochain, sera publiée par Reaktion Press (série Critical Lives) sa biographie culturelle d’Antonin Artaud. Il est également l’auteur d’articles sur Artaud et l’existentialisme et plusieurs articles en anglais et français sur divers aspects de la Commune. Pour les Cahiers d’histoire, Revue d’Histoire Critique, il a édité le numéro spécial : « L’Histoire de France. Regards d’Historiens Américains », no 96-97, octobre-décembre 2005.

10 Pierre Sorlin , université de Paris III, travaille sur les apports des documents audiovisuels à la recherche historique. Dernier ouvrage paru : Ombre passeggere, cinema e storia, Rome, il Marsilio, 2013.

11 James Ward est maître de conférences (littérature du XVIIIe siècle) à l’université d’Ulster en Irlande du Nord. Ses travaux portent sur la littérature et la politique irlandaise, en particulier l’œuvre de Jonathan Swift. Actuellement, il achève un livre sur les idées et la mémoire du XVIIIe siècle dans la culture contemporaine.

Notes

1 Ariane Beauvillard et Laurent Bihl, La Grande guerre au petit écran : les imaginaires télévisuels de la Première Guerre mondiale, Lormont, le Bord de l’eau, 2014, 195 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540