Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révoltes et révolutions à l'écran

 | 
Stéphane Haffemayer

Synopsis des films analysés

Texte intégral

Captain Blood (Michael Curtiz), 1935

1Un jeune chirurgien anglais injustement condamné à la prison prend la tête d’une révolte de prisonniers. Il s’évade avec eux, et les transforme en un équipage pirate dont il devient le chef sous le nom de Capitaine Blood. Ses exploits en font bientôt l’ennemi déclaré des Espagnols.

Alexandre Nevski (Sergueï Eisenstein), 1938

2Au XIIIe siècle, les chevaliers teutoniques et porte-glaives entrent en Russie et prennent la ville de Pskov où ils exterminent tous ceux qui refusent de se soumettre. Apeurée, divisée, la ville de Novgorod appelle à la rescousse un prince, Alexandre, vainqueur des Suédois. Sous son exhortation, elle refuse toute allégeance. Le prince Alexandre lance un appel au peuple et c’est à la tête des forces populaires qu’il parvient à fédérer le peuple russe. La bataille a lieu sur les eaux glacées du lac Tchoud dans lequel les envahisseurs finissent par être engloutis, après une mémorable mêlée et des charges imposantes. Nevski entre en triomphateur dans Pskov et scelle sa victoire d’une déclaration de paix au monde, tout en avertissant d’éventuels conquérants.

La Marseillaise (Jean Renoir), 1938

3Alors que Louis XVI apprend sans ciller la prise de la Bastille et l’insurrection parisienne de juillet 1789, les paysans se rebellent contre l’oppression seigneuriale. À Marseille, les esprits s’échauffent et la fièvre monte. Lorsqu’on apprend qu’à la suite des Autrichiens, les émigrés envahissent la France, les fédérés montent à Paris pour sauver la République et défendre le territoire. Le bataillon des Marseillais, qui s’est donné le chant de l’armée du Rhin comme hymne de marche, arrive à Paris pour participer à la chute de la Royauté, le 10 août 1792. Il engage la lutte qui assure la victoire de la Révolution à Valmy.

Les Aventures de Till l’espiègle (Gérard Philippe et Joris Ivens), 1956

4Au XVIe siècle, malgré l’occupation espagnole, le petit village de Damme, au cœur des Flandres, continue d’exprimer son allégresse et son amour de la bonne chère. Le plus en verve de ces joyeux noceurs est le jeune Till Ullenspiegel, flanqué de son compère Lamme. Notre jeune héros est fiancé à Niele… Mais la disparition d’une patrouille militaire vient perturber la sérénité du village. À titre de représailles, le gouverneur militaire ordonne de brûler les maisons et fait exécuter les habitants qu’il a pris en otage. Parmi eux se trouve Claes, le père de Till… Devant les « cendres » de son bucher, l’adolescent jure de se venger. Dès lors, il s’attaque aux Espagnols et à la domination catholique.

Jud Süss (Veit Harlan), 1940

5Le film se déroule dans le duché de Würrtemberg en 1733 (précisément deux cents ans avant la prise du pouvoir par les nazis), alors que débute le règne du duc Carl Alexandre. La diète venant de rejeter sa demande d’un impôt supplémentaire visant à assouvir sa soif de dépenses, le duc sollicite alors un prêteur juif, du nom de Süss Oppenheimer. Ce dernier, en échange de prêts financiers, exige que les juifs puissent entrer à Stuttgart et demande au duc de le nommer contrôleur général des impôts. Süss possède tous les stéréotypes associés au juif qui, même s’il s’emploie à les cacher, ne peut les faire disparaître : il se révèle uniquement attiré par l’appât du gain et est obsédé par les femmes non juives. Si les contraintes financières imposées par Süss s’accordent parfaitement au mode de vie décadent du duc, elles appauvrissent le duché. Rapidement, les sombres machinations de Süss corrompent l’ensemble de la communauté, pervertissant ses coutumes, ses lois et sa morale. Le « bon peuple » d’Heimat décide alors collectivement de se soulever et d’unir ses forces contre le « cancer » qui a failli terrasser leur communauté.

Spartacus (Stanley Kubrick), 1960

6En 73 av. J.-C., un esclave du nom de Spartacus devient gladiateur. Il est épargné par un de ses compagnons d’infortune dans une rixe à mort. Cet épisode lui fait prendre conscience de l’évidence d’une révolte. Après avoir brisé ses chaînes, il enjoint les autres esclaves à l’imiter. Peu à peu, la troupe enfle de tous les misérables qui fuient l’oppression romaine. Rapidement à la tête d’une imposante armée, Spartacus entend rejoindre le port de Brindisi au sud du pays pour prendre la mer. Mais Rome ne l’entend pas de cette oreille et lance ses légions à la poursuite des esclaves révoltés. Après plusieurs victoires, les esclaves sont défaits et leur chef meurt sur la croix.

Polichinelle (Rossellini), 1961

71647, Naples, sous domination espagnole. Une nouvelle taxe sur les fruits et légumes exacerbe la colère du peuple. Lors de la fête de Santa Maria del Carmine, un jeune pêcheur, Masaniello, prend la tête d’une insurrection qui s’oppose au vice-roi, le duc d’Argos. Il devient le gouverneur de Naples pendant sept jours. Un comédien, Michelangelo Fracanzani, prend part à ses côtés à la révolte mais lorsque Masaniello est exécuté, il s’enfuit. En chemin, il rencontre plusieurs compagnons dont une jeune femme d’une grande beauté, Caterina, qui devient sa maîtresse. Ensemble ils montent une nouvelle troupe. Ils traversent l’Italie, puis les Alpes. Arrivés en France, ils passent sous la protection du duc de Conti qui les emmène à Paris où ils sont accueillis par Molière et où Michelangelo, devenu un célèbre Polichinelle, est présenté au roi. Louis XIV commande au comédien une pièce : Le voyage de Polichinelle mais Caterina qui veut rester libre, décide de partir pour l’Angleterre où le roi a été assassiné. Après une représentation où Michelangelo dénonce devant le roi toutes les injustices dont il a été témoin, ils s’enfuient. Sur la route, alors qu’ils jouent devant des villageois, Michelangelo s’étouffe accidentellement et meurt sur scène.

Cartouche (Philippe de Broca), 1962

8Enrôlé à la suite d’un concours de circonstances, le jeune bandit de charme Dominique se fait décorer pour fait de bravoure lors d’une bataille où son seul exploit est de rester vivant. Aidé de ses complices La Douceur et La Taupe, il dérobe la paye du régiment et rencontre dans une auberge une jeune voleuse arrêtée, la délicieuse Vénus. Il la délivre et revient à Paris où il destitue Malichot, l’infâme chef de la Cour des Miracles. Devenu chef des gueux et des Vide-goussets, Cartouche organise le vol des riches et des puissants dans la bonne humeur, jusqu’à ce qu’il séduise la femme du lieutenant général de police. Cet amour déraisonnable le mène à sa perte. Lors d’une embuscade, Vénus se sacrifie pour le sauver. Après l’enterrement de sa bien-aimée, Cartouche décide de la venger avant de périr…

Queimada (Gillo Pontecorvo), 1969

9En 1815, un agent anglais Sir William Walker, débarque dans une île imaginaire des Antilles nommée « Queimada ». Il suscite un soulèvement des esclaves et installe au pouvoir un mulâtre. Son but est simple : rompre le monopole commercial du Portugal, prendre le contrôle de l’exploitation massive de la canne à sucre et renverser le pouvoir au moyen d’une guérilla sanglante… L’opération est un succès, Walker rentre en Angleterre, la conscience tranquille, renforcé par une nouvelle amitié. Mais ses employeurs le rappellent : mû par une authentique soif de liberté, le mulâtre refuse d’être une simple marionnette et s’est révolté contre ses nouveaux maîtres. À contrecœur, Walker doit se mettre en chasse de son ancien complice. Le dénouement est dramatique.

Mon oncle Benjamin (Édouard Molinaro), 1969

10Sous le règne de Louis XV, le médecin Benjamin Rathery fait le désespoir de sa sœur Bettine. En effet, ce carabin ripailleur aime à se saouler et à courir les filles. C’est un médecin des pauvres, paillard et charmeur, qui n’hésite pas à rosser les intendants du seigneur local et à défier ce dernier. Il entraîne le plus souvent dans ses aventures un gamin qu’il a recueilli et son beau-frère Machecourt. Ces expéditions finissent le plus souvent chez l’aubergiste. Ce dernier est le père de la belle Manette, seule vierge du canton à se refuser à l’audacieux médecin, qu’elle aime pourtant de tout son cœur, mais dont elle refuse un amour passager. Autour de Benjamin, on préférerait lui voir épouser Arabelle, la fille du vieux docteur Minxit. De nombreuses péripéties vont précipiter le sort des protagonistes, pour leur bonheur, leur malheur ou les deux à la fois…

Les Camisards (René Allio), 1972

11Le film évoque un épisode des guerres cévenoles, la campagne menée pendant l’été 1702 par une soixantaine de protestants dirigés par Jean Cavalier. Il fait alterner trois ambiances : les villages où la population, prise entre l’armée royale et les rebelles, vit terrorisée, la compagnie menée par Cavalier, les représentants de l’autorité, nobles, militaires et prélats. Les scènes principales montrent les assemblées du désert, tenues la nuit, au cours desquelles un prêcheur, Abraham Mazel, dénonce la trahison de l’Église, les incursions des Camisards souvent pour punir un traître, les batailles entre troupes royales et rebelles où ces derniers, d’abord vainqueurs, succombent quand viennent le froid et la faim.

Que la fête commence (Bertrand Tavernier), 1975

12Durant la minorité de Louis XV (1715-1723), la régence est assurée par Philippe d’Orléans qui participe avec son conseiller l’abbé Dubois à des parties fines. La plupart des scènes se déroulent à l’intérieur des résidences du Régent, qui fait venir des comédiens pour vaquer à ses plaisirs. Le royaume traverse une crise : révoltes en Bretagne, agiotage de Law, misère des paysans. Le marquis de Pontcallec obsédé par la lutte contre le pouvoir se rend à Paris, pour y rencontrer Philippe d’Orléans et plaider la cause de ses paysans. Dubois poursuit ses propres ambitions, un chapeau d’archevêque et l’alliance anglaise. Il ne voit aucun inconvénient à écraser dans le sang une révolte bretonne peu dangereuse. Pontcallec est arrêté et déporté vers la Louisiane… Mais la mort – entre autres celle de Joufflote, la fille du duc d’Orléans – et l’angoisse – d’Émilie la fidèle prostituée, de l’abbé Dubois, du Régent lui-même, parcourent le film. Symbole de la décomposition du royaume, le régent offre une ultime nuit de fête dont la chute est la métaphore de la révolution qui s’annonce.

Winstanley (Kevin Brownlow et Andrew Mollo), 1975

13Le film retrace la tentative faite par un prêcheur et réformateur religieux, Gerard Winstanley, pour créer une communauté évangélique vivant de ses propres ressources en exploitant des terres communales dans le Surrey. Bien qu’ils soient pacifiques et s’installent à l’écart de tous villages, les diggers (ceux qui creusent la terre pour se nourrir) attirent l’hostilité de l’Église établie, des grands propriétaires qui songent à annexer les communaux et des paysans qui ont peur de ne pas pouvoir faire paître leurs troupeaux. Le gouverneur, représentant de Cromwell, est favorable aux colons dont il apprécie l’honnêteté mais ne peut rien contre les vexations, les attaques, les ravages causés par les paysans que pousse leur pasteur. Dès que vient l’hiver la communauté se dissout.

1788 (Maurice Failevic), 1978

14Téléfilm de 1 h 39 min. Scénario de Jean-Dominique de la Rochefoucauld et Maurice Failevic. Réalisation de Maurice Failevic. Diffusion le 25 mars 1978 et le 15 novembre 1988 sur Antenne 2. Ce docu-drama propose la chronique d’un petit village de Touraine confronté aux premiers soubresauts de la Révolution française. La misère paysanne est écrasante sous le poids des prélèvements aristocratiques et ecclésiastiques sur les récoltes qui ne laissent aux plus pauvres que le droit de glaner après le passage des collecteurs. Les paysans les plus aisés, sur l’impulsion de l’un d’entre eux, Joseph Coquard, font un procès (qu’ils vont perdre) au seigneur local pour rupture du « droit de pâture communale ». Alors que les événements se précipitent à Paris, ils participent à la rédaction des cahiers de doléance sous la conduite de Guillaume Coquard, le jeune fils de Joseph, qui a fait des études de droit à Chinon et incarne l’esprit des Lumières. La nouvelle de la nuit du 4 août parvient au village et les paysans investissent le château du seigneur.

To Kill A King (Mike Barker), 2003

15Quelques années après la restauration de la monarchie britannique (1660), le général Thomas Fairfax, ancien camarade militaire d’Oliver Cromwell, se souvient de l’époque révolutionnaire, de la rupture de leur amitié et de l’échec du projet républicain anglais. Le film s’ouvre en 1645 sur la victoire des forces antiroyalistes, menée par Fairfax et Cromwell. Même dans leur triomphe, les soupçons concernant le caractère de Cromwell commencent à se montrer, surtout chez l’épouse de Fairfax, Anne. Fairfax reste loyal à Cromwell jusqu’en 1649 à la mort de Charles Ier. De l’avis de Fairfax, il s’agit d’une exécution sommaire. Montrant des tendances paranoïaques, Cromwell devient de plus en plus tyrannique. Le Commonwealth ressemble à une deuxième monarchie, aussi draconienne que le régime de Charles Ier. En désespoir de cause, Fairfax prépare un attentat contre la vie de Cromwell. Quand l’heure arrive, au moment de l’installation de Cromwell en tant que Lord Protecteur en 1653, Fairfax est incapable d’aller au bout de son acte. Le film se termine sur l’image du squelette de Cromwell, objet d’une exécution posthume, et les réflexions de Fairfax sur l’histoire, la politique et l’amitié.

The Devil’s Whore, 2008

16Cette série télévisée fut diffusée sur Channel 4 au Royaume-Uni, en novembredécembre 2008. Elle montre l’Angleterre des années 1630-1660, époque révolutionnaire de l’histoire britannique. La guerre civile anglaise, l’exécution de Charles Ier, et l’instauration du Commonwealth sous la direction d’Oliver Cromwell sont présentées du point de vue d’Angelica Fanshawe, personnage fictif, fille d’une famille aristocratique, abandonnée dès l’enfance par sa mère. Jusqu’à la fin, celle-ci est tourmentée par des visions de Satan. Angelica épouse un officier de l’armée royaliste qui, accusé de lâcheté, est condamné à mort. Témoin de la mort de son mari et de la cruauté de Charles, elle se tourne alors vers les républicains. Elle rencontre le général Thomas Rainsborough, commandant de la force antiroyaliste et ils tombent amoureux. Après le meurtre de Rainsborough, croyant que Cromwell est coupable, elle collabore avec Edward Sexby, qui projette d’assassiner Cromwell. Angelica rejoint deux sectes radicales, est jugée pour meurtre, survit à l’exécution et donne naissance à la fille posthume de Sexby. Dans l’épisode final du feuilleton, à la suite de la restauration de la monarchie, Angelica se retrouve toute seule mais libérée de ses visions.

1788… et demi (Olivier Guignard), 2011

17Série en six parties de 52 min. Réalisation d’Olivier Guignard. Diffusion sur France 3, les 15 et 22 janvier 2011. Cette comédie historique déjantée nous conte les aventures rocambolesques d’une famille d’aristocrates désargentés et libertins à la veille de la Révolution : le comte François de Saint-Azur, inventeur fou d’un nouveau type de canon destiné à écraser la flotte anglaise et séparé de son épouse réfugiée dans un couvent, a fort à faire avec ses trois filles qui se révèlent très séduites par la science nouvelle (mais avec quelques restes de sorcellerie) pour l’aînée, la mode (versaillaise) et le libertinage pour la puînée alors que la plus jeune fait volontiers le coup de feu et succombe aux charmes des jeunes soubrettes… Dans la famille Saint-Azur, on ne s’encombre pas de créanciers et on jette régulièrement des cadavres dans l’étang aux carpes du château… La famille va devoir se mobiliser pour défendre son domaine contre les prétentions d’un parent indélicat alors que la révolte paysanne gronde, provoquée par les manœuvres du fermier général qui affame le peuple en cachant les farines…

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540