Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révoltes et révolutions à l'écran

 | 
Stéphane Haffemayer

Un pari risqué : montrer les révoltes du XVIIe siècle à la télévision (1968-2011)

Hélène Duccini

Résumé

La télévision française représente peu les révoltes populaires du XVIIe siècle. Il s’agit ici de s’interroger sur les raisons de cette rareté. La télévision a besoin de héros, ce qui explique peut-être le traitement didactique et l’envergure régionale de la représentation de la révolte bretonne des bonnets rouges (1675). Inversement, la Fronde (1648-1653), d’une grande complexité événementielle et narrative, offrait un trop-plein de héros. De 1968 à 2009, le regard des cinéastes évolue, délaisse peu à peu le grand événement collectif que fut la révolte pour se resserrer autour du jeu politique de Mazarin et de sa relation amoureuse avec la reine.

Texte intégral

Introduction

1Les révoltes qui sévissent en France au XVIIe siècle revêtent deux aspects : elles sont nobiliaires et populaires. Les premières perturbent le règne de Louis XIII presque chaque année jusqu’en 1629, avant de reprendre avec la minorité de Louis XIV. Dès l’automne 1643, la Cabale des Importants menace Mazarin, mais la plus grave et la plus connue est la Fronde qui se prolonge pendant cinq longues années de 1648 à 1653. Les révoltes populaires, sorties de l’ombre par les recherches historiques des années 1960, donnent lieu, à l’époque, à un grand débat historiographique. D’un côté, à la suite des travaux de Boris Porchnev, un certain nombre d’historiens français voient dans ces rébellions une manifestation de la lutte des classes, d’autres, comme Roland Mousnier, contestent cette interprétation et défendent une vision de la société d’ordres propre à la France moderne.

2Quel sort les émissions diffusées à la télévision font-elles à ces deux types de contestation ?

Les révoltes populaires à la télévision

3L’enquête sur les représentations télévisuelles de ces mouvements populaires s’est avérée remarquablement vide. Les archives déposées à l’Ina n’offrent rien pour le XVIIe siècle avant 2005. Un nom émerge, celui de Jacquou le Croquant, mais il mène sa vie dans la première moitié du XIXe siècle. Les Camisards se situent, eux, au début du XVIIIe siècle. Le 27 novembre 2010, Michel Saumade annonçait Le Camisard, un film d’Alexandra Lamy avec Jean Dujardin, mais les récompenses accumulées par Jean Dujardin ont sans doute orienté leurs regards vers d’autres sujets. La reconstitution historique demande de très gros budgets. Ce film était d’ailleurs destiné au cinéma et non au petit écran.

4À la télévision, rien donc sur les Croquants du Périgord, rien sur les Nu-Pieds de Normandie, rien sur les Tard Avisés du Quercy, pour ne parler que des mouvements les plus importants. De ce désert, émergent deux émissions sur les Bonnets rouges qui avaient soulevé la Bretagne dans une protestation antifiscale et antiseigneuriale en 1675.

Les Bonnets rouges (1675)

L’événement

  • 1 Selon la région, les insurgés portaient des bonnets bleus ou rouges. Ceux de Basse-Bretagne portai (...)

5La Bretagne est alors une province marquée par un très fort particularisme. Rattachée tardivement à la couronne, en 1499, elle garde son statut de duché et son administration est en tout bretonne. Le breton y est parlé et le français connu seulement des élites. Les États de Bretagne fixent le montant de l’impôt dû au roi de France après de durs marchandages. Or, pressé par les besoins d’argent nécessaire au financement de la guerre en Hollande, commencée en 1672 et qui s’éternise devant la résistance opiniâtre des Hollandais, le roi crée des impôts nouveaux en Bretagne sans l’aval des États de la province : une taxe sur le papier timbré nécessaire aux actes authentiques, une autre sur le tabac, une troisième sur la marque d’étain apposée sur tous les objets en étain, ce qui fait monter le prix des consommations chez les cabaretiers. Les Bonnets rouges1 de Basse-Bretagne se soulèvent alors dans une révolte qui gagne presque toute la province. La rébellion, d’abord dirigée contre les impôts royaux prend un tour antiseigneurial en Basse-Bretagne. L’agitation est très vive à Rennes, qui est le siège du parlement de Bretagne, et dans les campagnes, Sébastien de Balp est à la tête de 6 000 paysans. Le mouvement gagne toute la province et on estime leur nombre à 20 000 ou 30 000 au plus fort de la révolte. Armés de faux et de fléaux, les paysans surchargés d’impôts s’attaquent aux agents du fisc royal et aux châteaux de certains seigneurs particulièrement oppressifs. La répression est très sévère, les exécutions sommaires et les gibets se multiplient. Il est difficile de chiffrer le nombre des victimes, qui atteint certainement plusieurs centaines, peut-être un millier ou même davantage.

Deux émissions sur la révolte des Bonnets rouges 2005 et 2010

2005

  • 2 « Bonnets rouges : une révolte rurale en Bretagne ». Collection : Histoire. Épisode no 38 : Les Br (...)
  • 3 Pour ces émissions, on ne dispose pas de taux d’audience. A fortiori pour les émissions plus ancie (...)

6Une émission2 de 45 mn est diffusée sur France 5 le lundi 28 mars 2005 entre 5 h 50 et 6 h 35 du matin. Pour quel public à une heure aussi matinale ? Les détenteurs de magnétoscope qui enregistreront pour regarder en différé3 ?

7Produit par des professeurs d’universités bretonnes, Rennes 2 et Brest, associés à un historien breton, le programme est donc éducatif, visant plutôt des étudiants et un public cultivé très attaché à l’histoire locale.

8L’émission est construite avec des images d’archives et des scènes de reconstitution destinées à recréer l’ambiance du temps. Le commentaire est rédigé par les universitaires. L’évocation des exécutions sommaires fait allusion aux lettres de Mme de Sévigné.

2010

  • 4 « La révolte des Bonnets rouges : Sébastien Le Balp ». Collection : Red an amzer. Diffusée sur Fra (...)

9L’émission, d’une durée totale de 24 mn, est diffusée sous le titre Red an amzer le dimanche le 7 novembre 2010, le matin, à 11 h 33 sur France 3-Bretagne4. Elle appartient à une série de dix épisodes destinée à faire découvrir l’histoire de la Bretagne et diffusée en breton sous le titre istorioù Breizh. L’émission comporte trois volets sous-titrés en français. Produite par France 3-Bretagne, elle s’adresse à un public régional principalement, sans doute plutôt du troisième âge, connaissant le breton et étant disponible en fin de matinée.

10L’équipe de réalisation utilise trois procédés : l’interview d’un historien breton, Louis Elegoët qui raconte l’événement, la reconstitution, un maire de gauche discutant avec un curé de droite, un reportage sur les lieux permettant l’évocation du héros, Sébastien de Balp, et de l’assaut contre le château de Montgaillard qui rassemblait 20 000 ou 30 000 paysans. En fait, les foules insurgées sont plus évoquées que montrées, la reconstitution supposant de gros moyens dont ce type de production ne dispose pas. Mais il convient d’insister sur la durée du soulèvement, plusieurs semaines, son caractère massif, qui rassemble une « nation » consciente de ses particularismes et très attachée à ses libertés.

11Cette moisson n’est certes pas significative mais elle appelle toutefois une remarque : les avancées de la culture historique ne peuvent avoir d’écho dans les médias que lorsque l’événement est conduit par un ou des héros, si possible déjà connus, autour desquels focaliser l’intérêt du téléspectateur. Sans héros, point d’émissions. Reste donc à s’intéresser à la Fronde, allant ainsi vers ce que connaît déjà le téléspectateur, du moins le public âgé. L’enquête ne trouve rien sur les révoltes pourtant récurrentes et acharnées du début du siècle contre le gouvernement de Marie de Médicis, rien sur le siège de La Rochelle de 1628, rien sur les guerres civiles du Languedoc. En fait, le seul grand événement qui ait été diffusé sur le petit écran est la Fronde. La moisson est alors beaucoup plus riche et permet une véritable observation de l’évolution du regard des cinéastes, entre 1968 et 2009, sur cette période troublée de l’histoire de la France.

Une révolte nobiliaire au XVIIe siècle : la Fronde (1648-1653)

L’événement

  • 5 La paulette, impôt affermé pour la première fois à Paulet en 1604, consiste à demander aux officie (...)

12La révolte est le négatif du pouvoir, la constitution d’un contre-pouvoir. Celle de 1648 éclate dans un contexte de guerre extérieure, contre l’Empire et contre l’Espagne, qui affaiblit l’État, qui menace les frontières, qui mobilise les armées sur des terres lointaines, qui engloutit, avec des années d’avance, les ressources financières de la monarchie. Comme les autres, la Fronde naît d’abord d’une protestation antifiscale. Cette contestation de l’impôt est toujours, on l’a vu, un motif de soulèvement pour les paysans, il devient ici aussi le déclencheur du soulèvement nobiliaire. Or la pesée du fisc ne se met pas facilement en images, elle passe donc dans le commentaire ou dans les dialogues. Tout commence à cause des inventions fiscales du surintendant Sublet des Noyers : le tarif, le toisé et, pour finir, l’augmentation de la paulette, cette dernière touchant au porte-monnaie des parlementaires5. Ceux-ci se rendent populaires quand ils ajoutent leurs voix à celle des bourgeois et du « peuple ».

13Mais aux revendications antifiscales, s’ajoutent alors des revendications beaucoup plus politiques. Celles qui s’attaquent aux inventions administratives du grand cardinal, en particulier les intendants, instruments d’une centralisation du pouvoir qui menacent directement les prérogatives des parlements et les « libertés » des provinces, c’est-à-dire leurs privilèges. Le parlement, qui s’ébranle quand il est à son tour menacé par le fisc, prend alors fait et cause pour le « pauvre » peuple. Cette mission de salut des pauvres est aussi traditionnellement assumée par l’Église et voilà les curés de Paris soutenant le coadjuteur, Paul de Gondi, futur cardinal de Retz. Les provinces ne rentrent pas toutes en même temps en rébellion : la Normandie de Longueville d’abord et le parlement de Rouen, la Provence avec le parlement d’Aix. Quand, à Bordeaux, l’assemblée de Fronde éclate à son tour, c’est dans une collusion entre le Parlement et les révoltés de l’Ormée ; ainsi nommée à cause des ormes qui font de l’ombre sur la place où ils se réunissent, l’Ormée organise une sorte de gouvernement autoproclamé et démocratique qui gère les affaires de la ville pendant des mois.

14C’est au moment où Mazarin est en train de gagner la guerre contre l’empereur, en 1648, que la pression fiscale imposée par le conflit fait éclater la révolte. Le cardinal sait très bien que les plus redoutables de ses ennemis sont à Paris, quand ils ne sont plus sur le Rhin. Malgré tous les efforts de son négociateur en Westphalie, Abel Servien, Mazarin ne peut conclure la paix avec l’Espagne, laquelle compte sur l’agitation parisienne pour mettre la France à genoux. Il faudra encore onze ans de guerre pour conclure le traité des Pyrénées, en 1659, lequel donne à la France l’Artois et le Roussillon, repoussant les frontières avec l’Espagne et protégeant mieux Paris.

15La complexité de cette situation est rarement présente dans les reconstitutions. Parfois, elle sourd dans les dialogues et, à tout prendre, seulement, en 1978, dans la série de quatre émissions sur La Fronde, où François Périer interprète, avec un très grand talent, le personnage de Mazarin. Le cardinal se plaint que les Français veuillent jeter dehors un étranger qui aime plus leur pays qu’eux-mêmes. Cette situation, qui veut que la France soit alors gouvernée par une Espagnole et un Italien, est très rarement soulignée elle aussi. Bien sûr, les railleries contre l’Italien sont là, mais le rappel des attaches espagnoles de la régente beaucoup moins. Le respect de la reine s’impose.

16Autre événement contemporain et qui pèse en France comme une menace : la révolution en Angleterre, gravissime, puisqu’elle conduit Charles Ier à une exécution qui fait trembler à Paris. La mise en place d’une sorte de « république » par Cromwell ébranle la monarchie. Ce régime, présenté comme le plus parfait qui soit, n’est-il pas un fardeau pour ceux qui réclament le respect des droits de la personne, l’abolition des lettres de cachet, le droit pour le parlement de parler au nom du peuple quand il n’est, à tout prendre, qu’une assemblée de magistrats en charge de la justice ? La reconstitution ne peut que faire allusion à ces événements extérieurs dans les dialogues.

Montrer la Fronde

17La Fronde comporte deux aspects principaux : en 1648, la révolte du parlement de Paris souvent suivi par ceux des provinces (Rouen, Grenoble, Aix, Bordeaux) et, à partir de 1649, la révolte des princes. Une opposition générale au Mazarin exécré agite Paris et les provinces, pas toutes, mais beaucoup. Mettre en image cette période troublée est une gageure. Autant le règne personnel de Louis XIV se focalise tout entier sur la personne du roi, autant la Fronde offre un trop plein de héros. Si le déficit de héros explique la rareté des sujets sur les révoltes populaires, en revanche, leur trop grand nombre pose d’autres problèmes. Comme le film, la télévision a besoin de concentrer l’intérêt de son public sur un personnage central, voire deux, mais que faire de dix, quinze, voire vingt grands rôles ?

18L’histoire de France au XVIIe siècle est ainsi ramenée à quelques individus : Louis XIV, qui écrase tout le monde grâce, en particulier, à Versailles et, pour la première moitié du siècle, Richelieu, plus que Louis XIII, et Mazarin soutenant la régente, pendant la minorité de Louis XIV. Le second rang des personnages est beaucoup plus flou. Or, pendant la Fronde, il faut absolument « des » individualités et c’est bien ce pluriel qui gêne les réalisateurs.

19Un premier ensemble est constitué par la cour, dans laquelle évoluent les proches du pouvoir, ceux qui le soutiennent et ceux qui vont bientôt le contester. Un autre groupe est difficile à montrer : le parlement. Qui connaît Broussel ? Blancmesnil ? Ou même le président Molé ou Omer Talon, grandes figures du moment, cependant ? Le Parlement est donc une assemblée indifférenciée de personnages vêtus de robes longues et de bonnets carrés.

20La Fronde des princes devrait permettre plus facilement la mise en valeur de héros. Mais très nombreux sont les Grands qui trament contre Mazarin avant l’entrée en scène des premiers rôles. Le 8 janvier 1649, le cardinal est condamné au bannissement par un arrêt du Parlement, lequel cherche, désormais, des appuis dans la très haute noblesse. Paraît ainsi le prince de Conti, frère cadet du Grand Condé, fait « généralissime de la Fronde » le 11 janvier. Suivent le duc de Bouillon, le duc de Beaufort, un fort en gueule, surnommé le Roi des Halles, les ducs de Noirmoutier et d’Elbeuf, le maréchal de La Mothe, la duchesse de Longueville (sœur de Condé et Conti), son époux, le duc, gouverneur de la Normandie qui entreprend de soulever sa province, le duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, lié de très près à la duchesse de Chevreuse, autre grande frondeuse, et, the last but not the least, le coadjuteur de Paris, Jean-François Paul de Gondi (futur cardinal de Retz). Ambitieux, très influent auprès du clergé de la capitale, il est l’amant de mademoiselle de Chevreuse. Ses Mémoires servent parfois de soutien au commentaire des reconstitutions. Au troisième rang viendrait, par exemple, madame de Motteville dont les mémoires sont aussi un appui au commentaire et, de ce fait, le personnage est parfois présent à l’écran.

21À cette multitude de protagonistes, plus ou moins importants, il faut ajouter la contribution du « peuple », celui de Paris d’abord, des grandes villes ensuite, qui suit le mouvement ou le précède, masse difficile à contrôler à l’époque et plus difficile encore à montrer dans un film.

22Ces différents groupes contribuent à la confusion du récit, sur une période de toute façon confuse. Pour les réalisateurs, la foule s’entend quand Gondi fait un discours, elle se montre, un peu, quand elle envahit le Louvre pour vérifier que le roi est toujours là. À certains moments, elle ne forme qu’un petit groupe de dix ou douze personnes dont il faut gonfler les cris sur la bande-son.

23S’il est difficile de naviguer dans cette foule ou, au moins, ces groupes, c’est aussi parce que la notion même de pouvoir est difficile à mettre en image. Une abstraction qui a besoin de s’incarner et qui est plus facile à cerner dans la personne de la régente, Anne d’Autriche, dans le Premier ministre, Mazarin, voire dans le jeune roi. Du côté des opposants, si l’agitation à Paris est là, celle qui agite les provinces, Normandie, Bourgogne, Guyenne, ou les villes ayant des parlements comme Rouen, Aix, Grenoble, Bordeaux, est le plus souvent absente et évoquée seulement dans des dialogues difficiles à comprendre pour le téléspectateur moyen.

24Le siège de Paris ne peut être que suggéré, en revanche les batailles comme celle de la porte Saint-Antoine, où la Grande Mademoiselle sauve l’armée des frondeurs en faisant ouvrir les portes de Paris, sont là. La mort du héros, les pendus exécutés par la répression plus que rude de Condé sont souvent à l’image, mais la misère dramatique des campagnes est absente. Plus encore, le rôle de la situation internationale dont la complexité est ramenée à des dialogues que seuls les initiés peuvent décrypter. Enfin, le rôle essentiel de l’argent, nerf de la guerre et nerf de la corruption, n’est pas seulement évoqué. Et pourtant, faut-il rappeler que Mazarin achète Conti en lui donnant en mariage sa nièce, Anne Marie Martinozzi (1639-1672), nantie d’une dot considérable ? Toutes les révoltes se terminent par des tractations financières et pourtant, il n’est jamais question de gros sous dans les histoires pudiques du Grand Siècle.

La Fronde à la télévision de 1968 à 2009

25La base de données de l’Ina n’offre que dix émissions ou séries qui traitent de l’événement sous différentes formes.

  • 6 Émission : Pouvoir. Collection : Caractères. France 2 le vendredi 9 novembre 1990 à 22 h 08. Durée (...)

26Des débats et interviews mettent en valeur des auteurs. Ainsi, en 1968, Pierre Goubert, professeur à Paris X-Nanterre, est-il interviewé sur les « hommes de pouvoir » et a-t-il l’occasion de parler de Mazarin, sur lequel il revient en 1990 au moment de la sortie de sa biographie du cardinal6.

  • 7 Émission : La Fronde. Collection : Les Voyageurs de l’histoire et L’Enfance de Louis XIV. France 2 (...)
  • 8 Récréa 2, France 2, La véritable et palpitante histoire de Louis XIV, 6 mai 1987 à 15 h 05. Durée 1 (...)

27Des émissions pour enfants évoquent aussi de grands personnages de l’histoire de France. En 1982, Les Voyageurs de l’espace, émission de Jacques Martin, vêtu en cosmonaute qui explore l’espace/temps, parle de la Fronde et donc, de la reine Anne d’Autriche et Mazarin7. En 1987, dans Récré A2 (1’30), le Club Dorothée évoque la mort de Louis XIII, Mazarin, la reine et le jeune Louis XIV8.

  • 9 Diffusée le 30 novembre 1972. Durée : 1 h 49.

28Le téléfilm historique peut également être mentionné, comme, en 1972, Qui êtes-vous Monsieur Renaudot ?, un peu périphérique à la Fronde, prenant comme héros Théophraste Renaudot, le fondateur, en 1631, de la Gazette, le premier journal français9.

29Enfin, les reconstitutions historiques, au nombre de six, offrent des émissions beaucoup plus longues, et l’heure de leur diffusion (20 h 35) est très favorable à l’écoute du grand public, principalement sur A2 et France 3.

  • 10 Collection : Les Évasions célèbres. Sur la première chaîne, le 6 mars 1972 (rediffusée sur A2 le 2 (...)
  • 11 Diffusée le 13 mars 1975 sur A2 à 20 h 35. Durée : 1 h 24.

30En 1972, l’Évasion du duc de Beaufort (55 mn)10 et en 1975, Le Cardinal de Retz (1 h 24)11 donnent le rôle principal à deux frondeurs importants. La reine et Mazarin sont présents, bien sûr, mais l’intrigue est construite sur les opposants.

  • 12 La Fronde, collection : Présence du passé, le 20 septembre 1968, durée : 2 h 20, sur la première c (...)

31En 1968, La Fronde (5 mn + 1 h 23) est diffusée sur TF1 (ORTF), dans la collection : « Présence du passé », en deux épisodes12. La durée donne une toute autre dimension au sujet et permet de l’aborder en historien avec, d’ailleurs, le concours permanent des historiens à l’image ou au commentaire. Les Mémoires du temps deviennent alors essentiels : Madame de Motteville, Retz, Omer Talon et la Grande Mademoiselle. Leurs textes sous-tendent, en permanence la reconstitution.

  • 13 Série : Mazarin en quatre épisodes. Durée de chaque épisode : 1 h 23, diffusée sur France 3 à 20 h (...)

32En 1978, FR3 diffuse Mazarin (1 h 23 ou 1 h 24 x 4) sur quatre semaines13. Cette durée donne une autre dimension à la série. Le réalisateur a beaucoup plus de temps pour expliquer une histoire complexe. Ce Mazarin est une grosse entreprise de Pierre Cardinal, qui requiert des producteurs nombreux : France 3, Lille 3, Radio Canada, Télécip. Elle est portée par des comédiens de premier plan. François Périer en Mazarin donne au personnage une grande subtilité. L’historien, Philippe Erlanger, est un conseiller qui reste hors écran.

  • 14 Diffusion les mardi 10 et mercredi 11 février 2009 sur France 2 à 20 h 35. Durée : 1 h 43 et 1 h 1 (...)

33En 2009, La Reine et le Cardinal (1 h 43 + 1 h 34) est diffusée sur FR2 deux soirs de suite, le mardi 10 février et le mercredi 11 février 200914. De moins longue durée que la série précédente, certes, mais avec une diffusion rapprochée, la série a été rediffusée à une semaine d’intervalle en février 2012. Centrée sur la reine et le cardinal, l’histoire commence en 1643. C’est une entreprise beaucoup plus européenne, comprenant de nombreux producteurs : FR2, TV5Monde, TV Suisse romande, RTL, TV1, RAI fictions. L’auteur fait preuve d’un grand souci d’exactitude historique. Louis XIV étant un enfant qui grandit, le rôle est tenu par quatre comédiens, qui changent avec le temps entre 5 ans et 22 ans.

34Toujours en 2009 est tourné Le Roi, l’écureuil et la couleuvre (1 h 30) entre le 14 mai et le 6 juillet, mais le film ne sera diffusé que deux ans plus tard, les 5 et 6 mars 2011. Cette production a reçu le prix du meilleur scénario et le Coup de cœur du public pour Loránt Deutsch et Thierry Frémont au festival des créations télévisuelles de Luchon. Mais la Fronde n’y commence qu’en 1652, quand elle approche du terme. Elle donne le premier rôle à Fouquet et, finalement, le cardinal et les grands frondeurs sont de ce fait éclipsés.

35En laissant de côté les téléfilms consacrés à des personnages de second rang (Retz, Beaufort et Fouquet), on observe que le point de vue des auteurs évolue du grand événement collectif de la Fronde au personnage central du ministre, Mazarin, et, pour finir se concentre sur la relation amoureuse de la reine et du cardinal, encore discrète en 1978 et devenue torride en 2009. Trois regards sur l’histoire, trois angles différents sur ces cinq années, troublées et confuses, portés par de grands comédiens : François Périer en 1978, Philippe Torreton en 2009-2011.

La mise en scène de la Fronde dans Présence du passé (1968)

36Le téléfilm de 1968, La Fronde, est diffusé le 20 septembre sur TF1 (ORTF) au moment de la rentrée, après les mois agités du printemps 1968. Choisir un sujet historique qui met en scène la contestation du pouvoir n’est certainement pas un hasard. Le titre lui-même, La Fronde, entend bien traiter l’événement collectif de la protestation des années 1648-1653 et pas uniquement un grand personnage, fut-il Mazarin.

37La deuxième raison de ce choix s’explique par la volonté du réalisateur de mettre en scène et à l’image les historiens, Roland Mousnier, professeur à la Sorbonne, et Pierre-Georges Lorisse, historien et magistrat. L’histoire est en train de se construire à travers la reconstitution. Par conséquent, le téléspectateur assiste à une alternance entre personnages en costumes jouant les scènes du passé et historien présent à l’image expliquant l’événement.

38Enfin, même si la Télévision diffuse, sur la deuxième chaine, des émissions en couleur depuis le 1er octobre 1967, il faut garder à l’esprit que le noir et blanc reste la règle avant que les usagers ne s’équipent en téléviseurs couleur.

Les procédés de la mise en scène

391 ° Le présent est montré à l’écran :

40Les comédiens arrivent en voiture sur le lieu du tournage : on est en 1968. Ensuite, quand ceux-ci ont revêtu leur costume, Roland Mousnier leur explique l’interprétation de la Fronde par la lutte des classes ou comme une manifestation de la société d’ordres, le discours de l’historien est en situation sur le lieu du tournage, le château de Guermantes en Île-de-France. Plus loin, pour évoquer la révolte à Bordeaux, l’historien, filmé au volant de sa voiture, traverse un paysage de vignobles.

412° Des documents d’époque sont filmés au banc-titre et commentés par une voix off. Par exemple, le lit de justice qui, en 1643, donne à Anne d’Autriche les pleins pouvoirs d’une vraie régente

423° La reconstitution pure et simple de scènes jouées par des comédiens en costumes. Pour respecter une véritable authenticité et un dépaysement qui projette le spectateur dans le passé du XVIIe siècle, certains éléments sont très importants :

  • Les costumes du temps, robes longues et bonnets carrés des magistrats, les chapeaux à plumes, rabats de dentelles, crevés des manches, des nobles, robes longues des dames.
  • Les décors doivent être crédibles : pour l’extérieur, campagnes filmées plutôt de loin, villes aux rues étroites, chevaux et carrosses, intérieurs sombres des châteaux où seuls brillent les feux dans les cheminées, qui rappellent qu’on se gelait toujours en hiver à deux mètres de la cheminée et que le port du manteau, des pelisses et des gants était de règle toute la journée. On note l’importance des candélabres portés par les serviteurs, des porte-bougies sur les tables et près des écritoires, l’importance de la correspondance entre Mazarin et Anne d’Autriche.
  • Reconstituer les mentalités est plus difficile. Pour rappeler le sentiment de supériorité due à la naissance qu’éprouvent les nobles, Condé donne un soufflet à Mazarin, tout cardinal qu’il est, scène spectaculaire certes, mais impensable cependant à l’époque. Pour marquer le respect dû à la reine, celle-ci est toujours assise quand ses interlocuteurs sont debouts et découverts, et la saluent avec de grandes révérences et chapeaux bas, très bas.
  • Il faut aussi mettre en scène le religieux, omniprésent dans la vie des croyants du XVIIe siècle. La reine est souvent en prière. À certains moments, elle discute avec le cardinal, à genoux dans sa chapelle. Par ailleurs, il faut rappeler le respect dû à la pourpre du cardinal et l’importance du baptême du dauphin, dont Mazarin est le filleul.
  • Enfin la violence des mœurs du temps, dont nous n’avons qu’une faible idée, s’inscrit dans les duels qu’un rien peut provoquer : violence aussi des batailles sans merci, violence de la répression quand elle s’abat sur les peuples révoltés.

Conclusion

43Mettre en scène la Fronde est un pari risqué. L’événement est très complexe et souffre d’un trop grand nombre de héros ou d’héroïnes. La mise en scène est alors forcément coûteuse et bavarde. Entre 1968 et 2009, les téléfilms ont été quelquefois confiés à de très grands comédiens. Mais surtout, le regard porté sur l’événement a évolué. Mazarin est de plus en plus valorisé et du fourbe italien âpre au gain, on passe au parrain du roi, qui laissera sa fortune à son filleul, et au grand politique qui fait toujours le choix de la négociation plutôt que de la rupture violente et de la guerre, qui part pour Brühl en laissant passer l’orage, qui, en toute occasion, choisit la paix. Une leçon de politique pour le jeune Louis XIV.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Duccini Hélène, La Télévision et ses mises en scène, Armand Colin, coll. « 128 », 1re éd. 1998, 2e éd. 2011, 128 p.

Duccini Hélène, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Champ Vallon, coll. « Époques », 2003.

Révolte et société, actes du IVe colloque d’Histoire au Présent, Presses universitaires de la Sorbonne, mai 1988.

Garlan Yvon et Nières Claude, Les Révoltes bretonnes. Rébellions urbaines et rurales au XVIIe siècle, Toulouse, Éditions Privat, 2004.

Duigou Serge, La Révolte des pêcheurs bigoudens sous Louis XIV, Quimper, Éditions Ressac, 2006.

Le Roy Ladurie Emmanuel, « Révoltes et contestations dans la France rurale de 1675 à 1789 », Annales ESC, 1974-1, p. 6-22.

Mousnier Roland, Fureurs paysannes, Paris, 1967.

Nicolas Jean, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Le Seuil, 2002.

Kossman Ernst H., La Fronde (Leidse Historische Reeks, deel III), université de Leyde, 1954, 275 p.

Pernot Michel, La Fronde, Paris, Éd. de Fallois, 1994.

Notes

1 Selon la région, les insurgés portaient des bonnets bleus ou rouges. Ceux de Basse-Bretagne portaient des bonnets rouges. On parle aussi de révolte des « Torreben », cri de guerre qui sert également de signature dans un des codes paysans rédigés par les insurgés (Casse-lui la tête).

2 « Bonnets rouges : une révolte rurale en Bretagne ». Collection : Histoire. Épisode no 38 : Les Bretons et leur histoire. Diffusée sur France 5, le lundi 28 mars 2005, de 5 h 50 à 6 h 35. Durée : 00 : 44 : 30. Type : émission éducative. Réalisateur : Patrice Roturier. Commentaires d’universitaires : Alain Croix, professeur d’histoire moderne à l’université de Rennes 2, Fanch Roudault, professeur d’histoire moderne à l’université de Bretagne occidentale, Brest, Serge Duigou, historien.

3 Pour ces émissions, on ne dispose pas de taux d’audience. A fortiori pour les émissions plus anciennes.

4 « La révolte des Bonnets rouges : Sébastien Le Balp ». Collection : Red an amzer. Diffusée sur France 3 Bretagne, le dimanche 7 novembre 2010 de 11 h 33 à 11 h 41. Type : magazine de société, histoire. Commentaire de Louis Elegoët, historien. Producteurs : France Télévision, Nantes : Pois chiche Films, Nantes, Odysseus Productions.

5 La paulette, impôt affermé pour la première fois à Paulet en 1604, consiste à demander aux officiers civils une taxe annuelle égale au soixantième de la valeur de leur office pour les autoriser à léguer leur charge à leurs descendants.

6 Émission : Pouvoir. Collection : Caractères. France 2 le vendredi 9 novembre 1990 à 22 h 08. Durée : 1 h 23.

7 Émission : La Fronde. Collection : Les Voyageurs de l’histoire et L’Enfance de Louis XIV. France 2, 1990. Durée : 0 h 30.

8 Récréa 2, France 2, La véritable et palpitante histoire de Louis XIV, 6 mai 1987 à 15 h 05. Durée 1 h 30 pour l’ensemble de l’émission.

9 Diffusée le 30 novembre 1972. Durée : 1 h 49.

10 Collection : Les Évasions célèbres. Sur la première chaîne, le 6 mars 1972 (rediffusée sur A2 le 2 septembre 1991). Durée : 0 h 55. Producteurs : ORTF, Pathé Télévision.

11 Diffusée le 13 mars 1975 sur A2 à 20 h 35. Durée : 1 h 24.

12 La Fronde, collection : Présence du passé, le 20 septembre 1968, durée : 2 h 20, sur la première chaîne. Produit par l’ORTF. Deux épisodes : 1. Le Siège de Paris ; 2. Turenne contre Condé.

13 Série : Mazarin en quatre épisodes. Durée de chaque épisode : 1 h 23, diffusée sur France 3 à 20 h 33. Coproduction : France 3. Montréal : Société de Radio Canada, Paris : Télécip. Diffusion les 9, 16, 23, 30 décembre 1978.

14 Diffusion les mardi 10 et mercredi 11 février 2009 sur France 2 à 20 h 35. Durée : 1 h 43 et 1 h 19.

Auteur

Hélène Duccini fut maître de conférences, HDR, honoraire à l’université de Paris Ouest-Nanterre. Ses travaux portent sur l’histoire de l’information et de la communication par le pamphlet et l’image à l’époque moderne et contemporaine. Ses dernières publications sont Guerre et paix dans la France du Grand siècle : Abel Servien, diplomate et serviteur de l’État, 1593-1659, Seyssel, Champ Vallon, 2012 ; La télévision et ses mises en scène (sous la dir. de Francis Vanoye), Paris, A. Colin, 2005 (rééd. 2011) ; Faire voir, faire croire : l’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540