Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Révoltes et révolutions à l'écran

 | 
Stéphane Haffemayer

Guerre et mémoire : la « Glorieuse Révolution » (1688) à la télévision britannique1

Erin Bell

Résumé

Cette recherche aborde les représentations de la « Glorieuse Révolution » à la télévision, lorsque l’arrivée en Angleterre du protestant hollandais Guillaume d’Orange visait, selon le vœu des évêques anglicans, à déposer le roi catholique Jacques II. Par des exemples provenant des productions télévisuelles britanniques et irlandaises des années 1980 au XXIe siècle, l’analyse montre comment l’identité et la mémoire nationale encadrent inévitablement la création et la réception de rappels historiques autant controversés. De même, l’analyse montre comment les soulèvements politiques contemporains, particulièrement la période des « Troubles » en Irlande du Nord (de la fin des années 1960 à l’accord du Vendredi saint de 1998) influencèrent cette représentation du passé, mais aussi, par contraste, la manière dont la paix relative qui suivit l’accord modifia la représentation de ces mêmes événements. Les séries évoquées sont les suivantes :
- Ireland : a television history (1980-1), co-production anglo-irlandaise (BBC/RTÉ) produite par Jeremy Isaacs and présentée par le journaliste britannique et auteur Robert Kee. Histoire de l’Irlande jusqu’à la fin du XXe siècle appuyée par des témoignages oraux.
- The Troubles (ITV, 1981) : à partir de témoignages oraux, la série revient sur les événements qui ont marqué le nord de l’Irlande au XXe siècle.
Toutes deux datent de la période des Troubles et sont comparées avec les séries postérieures à l’accord du Vendredi saint :
- A History of Britain (BBC 2000-2), conduite par l’historien Simon Schama, propose une vue d’ensemble de l’histoire britannique de l’Antiquité au XXIe siècle et un regard plus particulier sur la Glorieuse Révolution et ses suites.
- Monarchy (Channel 4 2006), présentée par David Starkey, met l’accent sur les conséquences de la Glorieuse Révolution sur la monarchie britannique.
- The story of Ireland (BBC/RTÉ 2011) est un documentaire présenté par le journaliste de la BBC Feargal Keane qui replace l’histoire irlandaise dans un contexte international plus large.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction Stéphane Haffemayer et Katsy Blamont-Newman.
  • 2 Pour des renseignements concernant la saison des parades, voir le site de la Parades Commission : (...)
  • 3 D. Bryan, « Parade disputes and the peace process », Peace Review, 13. 1, 2001, p. 43.

1La représentation de la « glorieuse Révolution » dans les émissions d’histoire événementielle en Grande-Bretagne s’est développée parallèlement à des évolutions plus larges, dans l’audiovisuel, mais aussi en politique, notamment par rapport à l’histoire bien connue et tourmentée d’Irlande du Nord et sa mémorialisation, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des communautés catholique et protestante de la province. En suite de quoi, cet article propose une étude de cas montrant les influences potentielles sur les représentations d’une histoire traumatisante et controversée qui continue à résonner sur la vie politique et culturelle actuelle. Il en évoquera aussi les limites. Les événements sont ceux qu’a connus l’Irlande du Nord et la république d’Irlande du XVIIe au XXIe siècle. Peu avant l’achèvement de cet article, en septembre 2012, des violences avaient repris entre républicains et loyalistes pendant la saison des parades orangistes, période pendant laquelle bien des événements étudiés ici sont commémorés2 ; cependant, il faut également noter que certains spécialistes suggèrent que de telles crises ne vont pas à l’encontre du processus de paix, mais participent plutôt de la complexité d’un processus en cours qui prend comme point de départ le terrain même3.

  • 4 P. Sorlin, The film in history: restaging the past, Blackwell, Oxford, 1980, p. 16.

2Il est donc particulièrement pertinent de rappeler l’idée exprimée par Pierre Sorlin selon laquelle : « L’histoire est le souvenir qu’une société garde de son passé […] le fonctionnement de ce souvenir dépend de la situation dans laquelle la société se trouve4 », et de proposer dans un premier temps un bref résumé des événements, en partant de novembre 1688, qui ont conduit à une nouvelle maison royale en Angleterre, mais aussi, inversement, à un conflit en Irlande.

Origines historiques et premières représentations de la « Révolution »

3Quand Guillaume d’Orange débarqua à Torbay, sur la côte sud de l’Angleterre, le 5 novembre 1688, il répondait à une invitation de la part de protestants anglais, y compris l’évêque de Londres, qui prétendaient que :

  • 5 « The Letter of Invitation from the immortal seven, June 30 1688 », in S. E. Prall, The Bloodless (...)

« Les citoyens sont si mécontents dans leur ensemble de la conduite actuelle du gouvernement, par rapport à leur religion, leurs libertés et leurs propriétés,… et ils sont tellement convaincus que leur situation va empirer de jour en jour, que votre Altesse peut être certaine que 19 personnes sur 20 partout dans le royaume désirent voir un changement5. »

4Au cours des quatre années précédentes, après être monté sur le trône suite à la mort de son frère Charles II, Jacques II avait peu à peu accordé davantage de droits à ses sujets catholiques. Aux yeux de nombre de protestants, y compris la hiérarchie de l’Église établie, il avait également de plus en plus érodé leurs droits et leurs libertés en tant que sujets protestants. La plupart souhaitaient être protégés de la menace politique et religieuse que constituaient d’après eux les nations catholiques d’Europe, en particulier la France. Guillaume, stadhouder des Pays-Bas, accepta l’invitation à secourir le protestantisme en Angleterre ; et les victoires remportées au cours de six semaines, pendant lesquelles peu de sang fut versé, en Angleterre (d’où l’épithète « glorieuse » adoptée quelques années après), furent alors vues comme des conquêtes ordonnées par un dieu protestant. Néanmoins, le terme « glorieuse » ne fut pas employé immédiatement et les pamphlets qui circulaient au cours des trois années suivantes indiquent clairement qu’une justification – divine et juridique – était nécessaire au bannissement d’un roi légitime, même catholique.

  • 6 D. Defoe, Reflections upon the late great revolution, London, 1689.
  • 7 R. B., The history of the house of Orange, or, A brief relation of the glorious and magnanimous at (...)
  • 8 « English nation », A collection of many wonderful prophesies relating to the English nation : pla (...)
  • 9 Anon., State tracts: being a farther collection of several choice treatises relating to the govern (...)
  • 10 « Church of England », A form of prayer and thanksgiving to Almighty God, for having made His High (...)
  • 11 S. J., An historical account of the memorable actions of… William III. King of England, Scotland, (...)
  • 12 Anon., A new Protestant ballad, called, England’s congratulation for its happy condition under the (...)

5Malgré cela, beaucoup d’auteurs virent la révolution d’un bon œil. Le romancier et pamphlétaire Daniel Defoe réfléchit peu après les événements en question, sur la « récente grande révolution6 », et d’autres œuvres publiées au début des années 1690 mentionnèrent « la récente révolution merveilleuse » et la façon dont « Dieu, le roi et le pays » étaient unis quant à sa justification7. « Beaucoup de prophéties merveilleuses » auraient prédit la révolution8, alors que des tracts officiels furent publiés sous forme de recueils « pour démontrer la nécessité de la révolution récente et établir sa légalité et notre heureuse décision présente9 ». Guillaume lui-même, selon le portrait dressé par l’Église d’Angleterre peu après son arrivée, était un « instrument glorieux » de la délivrance du pays du catholicisme et du « pouvoir arbitraire », celui de la monarchie absolue, que Jacques II avait cherché à réintroduire en imitant, sans doute, le modèle de son cousin Louis XIV10. L’invasion de l’Angleterre par Guillaume fut qualifiée de « glorieuse » par un autre auteur11 ; une « nouvelle ballade protestante » fut composée, appelée « La joie de l’Angleterre devant son heureuse condition » sous le règne de Guillaume et sa femme Mary, la fille protestante de Jacques, grâce à laquelle, affirmait la chanson avec assurance, « guerres, dissensions, manque et impôts cessent, et à la place viennent commerce, et richesse, et paix12 ».

  • 13 S. Rosewell, A sermon preach’d to the Society of Young Gentlemen, & c. belonging to the evening-le (...)
  • 14 H. Speke, Some memoirs of the most remarkable passages and transactions on the late happy revoluti (...)
  • 15 Anon., Solomon against Welton: or, that prince’s authority brought against the insolence of the Wh (...)
  • 16 S. Schama, The Embarrassment of Riches : an interpretation of Dutch culture in the Golden Age, Ber (...)
  • 17 Anon., Double deliverance a double blessing: exemplified, in a discourse suited to the V. of Novem (...)

6Ayant examiné les années qui suivirent immédiatement la révolution, j’étudierai à présent ses commémorations subséquentes, y compris à la télévision. Dix-huit ans après le débarquement de Guillaume à Torbay, les événements de 1688-1689 furent commémorés par des groupes tels que la Society of Young Gentlemen (société de jeunes gentilshommes) qui se réunirent à Old Jewry à Londres13 alors que des mémoires des « moments les plus remarquables » de la « récente heureuse révolution » furent publiés en 1709 par Hugh Speke, qui avait été emprisonné pendant le règne de Jacques II ; par la suite Speke devint agent double, espion pour Jacques II, tout en publiant des pamphlets anti-catholiques. À beaucoup d’égards, Speke incarne la complexité des machinations de cette période, et celles-ci mettent en lumière les conflits naissants concernant la mémorialisation de ces événements14. Au début du XVIIIe siècle, l’Église d’Angleterre trouvait encore nécessaire de proclamer la légitimité des actions entreprises pour soutenir le coup d’État de Guillaume15 alors que l’année suivante la Society of Young Gentlemen marqua de nouveau l’anniversaire, mais en prétendant explicitement que la révolution avait conduit à « la rédemption du peuple de Dieu », parallèle intéressant de la représentation, identifiée par Simon Schama, de la république hollandaise naissante en peuple d’Israël16. Le 5 novembre revêtait une importance toute particulière, étant à la fois le jour où en 1605, avait été déjouée la Conspiration des Poudres entreprise par des catholiques radicalisés qui cherchaient à faire sauter la Chambre des lords à Londres, et l’anniversaire de l’arrivée de Guillaume en Angleterre. Au début du XVIIIe siècle, ce double anniversaire donna lieu à des pamphlets qualifiant la « double délivrance » de « double bénédiction », avant même la première révolte jacobite, conduite par le fils de Jacques II, James Francis Edward Stuart, qui espérait reprendre le trône pour les Stuarts et pour le catholicisme17.

Usages de la Révolution à la fin du XVIIIe siècle et début XIXe siècle

7Alors que de tels ouvrages furent publiés assez régulièrement jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, depuis cette date, la Révolution est de moins en moins connue en Angleterre. Néanmoins, si la cause, le contexte et l’influence plus large de la Révolution sont peu connus en Angleterre, mis à part à Torbay, son importance immense pour l’Irlande persiste. La rébellion de 1798, menée par des Irlandais de toutes dénominations, protestantes et catholiques, est peut-être un des exemples les plus marquants d’une réaction à grande échelle à l’héritage de la « Révolution glorieuse » en Irlande, alors que des ouvrages écrits à la fin des années 1790 et au début du XIXe siècle, à la fois par des partisans et des opposants à la rébellion, nous permettent de reconnaître l’importance des événements de la fin du XVIIe siècle pour ceux qui, cent ans plus tard, soutenaient le soulèvement ou bien refusaient sa légitimité.

  • 18 A. Jackson, Ireland 1798-1998 : Politics and war, Blackwell, Oxford (1999), p. 6-7.
  • 19 T. Pakenham, The year of liberty: the great Irish rebellion of 1798, Abacus, London, 2000 (1969), (...)

8Comme l’a noté Alvin Jackson, l’Irlande des années 1790 était « un royaume séparé mais dépendant », avec une législature et un exécutif propres, quoiqu’à bien des égards, l’influence de la Grande-Bretagne était importante18. Thomas Pakenham, de même, prétend que les deux pays, du point de vue politique, étaient rattachés l’un à l’autre ; Guillaume, sorti victorieux de la bataille de la Boyne en juillet 1690 (sujet que j’étudierai plus loin, en rapport avec les représentations télévisées de ce conflit), permit aux planteurs protestants de contrôler la majeure partie des terres, à condition d’assurer le contrôle militaire et politique de l’île ; suivit un siècle de prospérité, profitable, dans l’ensemble, à la minorité protestante19.

9Cependant, des ressentiments se firent sentir ; des membres catholiques des classes moyennes et supérieures revendiquaient l’égalité avec leurs voisins protestants : par exemple, l’accès aux professions libérales et les droits politiques. Les révolutions française et américaine présentaient un exemple intéressant de ce que pouvait réaliser une nation à qui on accordait l’autonomie ; en 1791, dans la foulée de la révolution française, la Society for United Irishmen (la Société des Irlandais unis) fut créée, avec pour but initial de réformer le parlement irlandais. Elle a été supprimée en 1794, car on considéra comme un acte de trahison ses liens avec la France ; ses aspirations politiques s’endurcirent, pour se muer en désir de républicanisme et indépendance, même si l’intervention militaire française prévue en 1796 échoua à cause du mauvais temps. Le soulèvement, quand il se produisit enfin en mai 1798, fut sporadique et manquait de coordination, bien que des centaines de soldats britanniques fussent tués au combat ; mais les rebelles furent anéantis avant août 1798, et ensuite des contrôles plus stricts furent imposés à la majorité catholique.

  • 20 Anon., Review of Historical review of the state of Ireland, in The AntiJacobin Review and true Chu (...)
  • 21 Anon., Review of An Inquiry into the state of the nation, in AntiJacobin Review, 1806, p. 167.
  • 22 « Hibernicus », « On the origins and principles of Orangemen », in AntiJacobin Review, 1815, p. 19 (...)
  • 23 J. G. Patterson, In the wake of the great rebellion: republicanism, agrarianism and banditry in Ir (...)

10Il ne paraît pas étonnant, donc, que The AntiJacobin Review (1798-1821), périodique pour le « vrai homme d’Église », basé en Grande-Bretagne et résolument protestant, fasse des commentaires désobligeants sur la rébellion et ses partisans pendant des décennies, tout en établissant de fréquents parallèles avec des événements antérieurs. En 1806, on décria des œuvres telles que la Historical Review of the State of Ireland, de Francis Plowden, dans ce cas précis, parce que l’auteur catholique avait vivement critiqué la politique d’Elizabeth Ire en Irlande, tout en omettant de faire état de la désobéissance des catholiques vis-à-vis de leurs maîtres protestants, à la fois en 1798, et à l’époque d’Elizabeth20. Dans le même volume, une œuvre écrite par un homme politique whig, peut-être Lord Holland, fut jugée problématique, car elle conseillait aux Hollandais d’accepter leur existence en tant que royaume fantoche sous Napoléon et de ne pas chercher une aide extérieure ; le critique n’hésita pas à signaler que cette situation ne correspondait pas au soutien apporté par l’auteur à l’action politique décisive de Guillaume d’Orange21. Un récit ultérieur sur les Origines et principes des orangistes, écrit par « Hibernicus », fit le compte rendu de la montée de violences anti-britanniques sporadiques en Irlande avant la rébellion de 1798, pour des lecteurs qui comprenaient un besoin d’union des protestants qui rappelait des temps précédents. Pendant les années 1790, affirma-t-on, « des protestants humbles mais loyaux » avaient dû « fuir pour s’abriter dans les villes de garnison » où ils « se défendaient contre les desseins sanguinaires des papistes […] comme le prince d’Orange l’avait ordonné […] pendant la glorieuse révolution, ce qu’ils considéraient être un devoir solennel et sacré22 ». Cette « mentalité de garnison », glorifiée dans le contexte du siège de Londonderry que j’étudierai plus loin, était courante mais pas universelle, comme le note James Patterson ; dans certaines régions, Antrim, par exemple, les presbytériens étaient majoritaires, et étaient arrivés au cours d’une longue période, ce qui entraîna une relation moins craintive entre les groupes religieux23, mais cette mentalité fournissait néanmoins un matériau hautement symbolique, en établissant des liens entre des événements séparés par plus d’un siècle.

  • 24 M. Beegan, An impartial history of the Irish rebellion in the year 1798, London, 1820, p. iii.

11En revanche, le compte rendu de la rébellion fait par Martin Beegan prétendait être une « histoire impartiale », cherchant à proposer un récit moins déformé, qui serait probablement « un objet de réprobation pour des fanatiques irrationnels », selon l’auteur après sa publication en 182024 ; il se référait peut-être aux auteurs d’ouvrages tels que The AntiJacobin Review. Comme il était à prévoir et, fait important pour mon analyse, son long récit établit des liens importants entre l’influence de Guillaume sur l’administration de l’Irlande et les événements ultérieurs avec, pour commencer :

  • 25 M. Beegan, An impartial history, p. xiv.

12Une description de l’état de L’Irlande à l’arrivée de Guillaume, prince d’Orange. Sans elle, le lecteur aura du mal à concilier cette période et l’histoire moderne d’Irlande, et les projets et opérations divers qui ont conduit à la rébellion de l’année 179825.

13Il est certain qu’à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, on établit des parallèles, rétrospectivement, entre les événements de la fin du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle qui, à leur tour, donnent un aperçu du contexte historique plus large des représentations télévisées des XXe et XXIe siècles.

  • 26 J. Darby, « Northern Ireland: the background to the Peace Process », 2003, [http://cain.ulst.ac.uk (...)

14Les événements de 1689-1691 en particulier ont été exposés dans des représentations commémoratives de la Révolution en Irlande du Nord même, mais plus spécifiquement dans les grilles des émissions télévisuelles britannique et irlandaise depuis le début des années 1980 jusqu’au XXIe siècle. Fait révélateur, la Révolution n’a pas été représentée dans une série dédiée, contrairement à des éléments factuels ou adaptés à l’écran concernant les guerres civiles du milieu du XVIIe siècle, par exemple, ou des conflits plus récents. Encore plus significativement, elle se trouvera le plus souvent dans les grilles des chaînes de la TNT, dans des séries consacrées à l’histoire d’Irlande, ou plus précisément à celle des Troubles, terme qui désigne la longue période de violence couvrant les décennies de la fin des années 1960 jusqu’à l’accord du Vendredi saint en avril 199826. Je me concentrerai donc sur de telles représentations au cours des trois dernières décennies, avant et après l’accord du Vendredi saint, pour donner une idée de la manière dont des situations politiques en cours et les besoins correspondants des présentateurs influencent la représentation d’un passé très largement oublié en dehors de l’Irlande.

Vue d’ensemble sur les événements clés de 1688-1689

  • 27 Pour une vision d’ensemble utile des événements en et en rapport avec l’Irlande, voir D. Hayton, « (...)

15Pour en revenir brièvement au XVIIe siècle, l’on avait permis à Jacques II de fuir l’Angleterre en décembre 1688, et après être passé par la France, il poursuivit son chemin vers l’Irlande, et y débarqua en mars 1689. Le Lord Deputy d’Irlande, Richard Talbot, comte de Tyrconnel et catholique irlandais, avait, au cours du règne de Jacques, accordé des fonctions et pouvoirs à certains catholiques en Irlande et, pendant l’exil du roi, proposa à celui-ci la possibilité de « refaire sa fortune27 ». Il établit sa cour au château de Dublin, alors qu’il n’approuvait pas le fait que Tyronnel cherchait l’indépendance économique et politique par rapport à l’Angleterre ; par conséquent cette action s’avéra désastreuse pour le roi en termes de communication. De plus, certaines parties d’Irlande continuaient à soutenir Guillaume, et des protestants loyaux dans le Nord avaient mis en place des milices volontaires pour s’opposer à l’administration catholique. Quand les troupes de Jacques avaient essayé de prendre la ville de Derry – aujourd’hui Londonderry – en décembre 1688, à peu près au moment où Jacques essayait de fuir l’Angleterre, elles furent repoussées, selon une légende protestante, par un groupe de 13 apprentis protestants qui fermèrent les portes de la ville. Derry devint un bastion pour des réfugiés protestants et fut assiégée à partir d’avril 1689 ; trois mois plus tard, pour apporter des secours, des bateaux anglais détruisirent la barrière qui interdisait l’accès via la rivière Foyle. Des récits ultérieurs du siège devenaient des paraboles de la moralité protestante et, plus important encore, de l’indépendance d’un peuple obligé de résister seul, sans même le soutien de l’Angleterre protestante. L’imagerie et la mythologie qui entourent ces événements ont encore une certaine résonance en Irlande du Nord, bien qu’elles soient peu connues en dehors de la province ; par conséquent, le siège est un élément crucial dans la plupart des représentations télévisées de la Révolution et ses conséquences en Irlande, comme nous l’indiquerons plus loin, tout comme la bataille de la Boyne, qui eut lieu peu après.

La large portée internationale de la « Révolution », au passé et au présent

16Alors que la Révolution chercha ostensiblement à assurer la sécurité des protestants et du protestantisme en Angleterre, elle eut lieu dans un contexte international bien plus large.

  • 28 Hayton, « The Williamite Wars ».
  • 29 B. Murtagh, « Development, heritage and a European War », 2006, [www.qub.ac.uk/researchcentres/spa (...)
  • 30 N. N. Ferguson, « Platforms of reconciliation? Issues in the management of battlefield heritage in (...)
  • 31 Voir Ferguson, « Platforms of reconciliation ? », p. 90 et [www.discoverireland.com/gb/irelandthin (...)

17La politique expansionniste de la France sous Louis XIV avait entraîné une tentative avortée d’invasion en 1672 et, à partir de ce moment, Guillaume souhaita vivement que ses nouveaux territoires s’opposent à la France. Entre-temps, Jacques, en exil, était en position de dépendance par rapport à Louis et, selon l’avis d’un spécialiste, « son arrivée en Irlande en 1689 était, entre autres, une tactique de diversion française censée préoccuper Guillaume sur son propre terrain28 ». Suivit en juillet 1690 la bataille de la Boyne et, un an plus tard, la bataille d’Aughrim qui, à bien des égards, contribua de façon plus décisive à mettre fin aux espoirs jacobins en Irlande mais, peut-être parce qu’elle est de nature moins légendaire dans la mythologie du conflit en Irlande, celle-ci est moins souvent représentée à l’écran. Cela reflète le désir chez les réalisateurs de reconnaître les connaissances existantes des téléspectateurs et d’inclure des sites – géographiques et culturels – qui revêtent une importance particulière au temps présent, sentiment que l’on trouve également dans le travail concerté sur le patrimoine, à savoir la conservation des sites des batailles de la Boyne et d’Aughrim qui, selon Brendan Murtagh, « sont, bizarrement, enfermées aussi bien physiquement que dans la psyché nationale ». En 2005, on investit 15 millions d’euros pour le développement du site, avec trois objectifs : le tourisme, le patrimoine, et la réconciliation29. Quand le site fut officiellement inauguré en mai 2008 par Bertie Ahern, alors Taoiseach irlandais, et Ian Paisley, alors Premier ministre d’Irlande du Nord, Paisley souligna, dans son discours, la nécessité du maintien de la paix30, et il est certain que le thème de la réconciliation figure dans bien des représentations diffusées après l’accord du Vendredi saint. Il est important de noter que le centre d’interprétation à Aughrim, site de la deuxième bataille, qualifie celle-ci de « Gettysburg irlandais », en soulignant sa profonde importance historique, tout en la désignant comme « un jour oublié de l’histoire irlandaise31 ».

Représentations télévisées de la « Révolution » : pendant les « Troubles » en Irlande

  • 32 H. O’Brien, The real Ireland : the evolution of Ireland in documentary film, Manchester, Mancheste (...)
  • 33 F. Keane, « Introduction : the international Ireland », in N. Hegarty, Story of Ireland: in search (...)
  • 34 H. O’Brien, The real Ireland, p. 131.
  • 35 J. Bennett, « The television personality system: televisual stardom revisited after film theory »,(...)
  • 36 Kee, figure d’autorité, voir J. Pym, « Ireland – Two nations », in A. Rosenthal (dir.), New Challe (...)

18De tels événements sont les éléments de la Révolution, ou de ses conséquences, qui sont reconnus dans les récits télévisés. Ces récits ont certains facteurs en commun, mais diffèrent sur des points clés, qui témoignent des divers contextes culturels, historiques et politiques, de leur création. Je me tourne d’abord, donc, vers l’exemple d’une des premières séries, produites par la BBC en collaboration avec la RTÉ, service public de radiodiffusion et télévision irlandais, bien que certains spécialistes émettent des doutes sur l’étendue réelle de l’implication de la RTÉ entre les années 1970 et les années 1990 : l’un d’entre eux affirme que « l’impératif social pour la production ne semblait pas avoir ses origines en Irlande32 ». À la fin de 1980 et au début de 1981, Ireland : a television history (l’Irlande : histoire télévisée) fut diffusée, émission produite par Jeremy Isaacs et présentée par Robert Kee, qui avait présenté un certain nombre de séries et écrit The Green Flag (Le Drapeau vert), une histoire d’Irlande publiée en 1976. La série devait initialement être une adaptation télévisuelle du livre33, mais, Kee lui-même déclara que ses « idées (avaient) évolué au cours des années », surtout à la lumière de la montée des violences en Irlande. Il est vrai qu’en tant que prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale, Kee avait vécu la violence en temps de guerre ; il était aussi formé à l’art de l’interview – son travail à la télévision comprenait les émissions d’actualité, alors que l’approche, commune à bien des épisodes, privilégiait le « témoignage oral » et même, cela mérite d’être souligné, de ceux qui traitaient d’événements situés avant la naissance des personnes interrogées. Cette approche était fréquente dans les documentaires historiques irlandais des années 197034. Donc, à bien des égards, Kee personnifiait un des premiers « présentateurs avec un savoir-faire télévisuel » (James Bennett) ou « un style plus ouvertement interprétatif, communiqué par la personnalité du présentateur » (Jérôme de Groot)35. Ce style de présentation fut repris dans des diffusions ultérieures où l’on proposait à ceux qui avaient peu ou pas de connaissances du passé ou du présent en Irlande, un récit catégorique qui cherchait, pour citer Kee, à « désembrouiller » l’histoire36.

19L’épisode 2 fut diffusé le 9 décembre 1980 ; il commence par un bref récit expliquant que les Anglais avaient « fichu Jacques dehors », avant de montrer une vue panoramique du Londonderry actuel (années 1980) avec, en arrière-plan, les cloches de la cathédrale qui carillonnent « God Save the Queen ». Kee présente la ville ainsi : « Londonderry : où le cri protestant, “No surrender” (pas de reddition) résonne encore sur trois siècles d’histoire irlandaise ». On voit des séquences montrant des adolescents dans les rues de la ville moderne, et il ajoute : « Et la crise est reconstruite ici tous les ans, pour l’anniversaire de ces grands événements. » Suit un récit du siège de Derry et son importance pour l’Irlande au moment de l’émission est soulignée, surtout quand Kee, à l’intérieur des portes de la ville, et face à la caméra, fait remarquer que les barbelés visibles à l’écran sont « le témoignage d’un autre siège aujourd’hui ». Son récit du siège est bien plus long que ceux contenus dans toutes les autres séries étudiées dans cet article et comprend la visite d’un musée de Derry et de la cathédrale, où l’on conserve des objets tels qu’un mortier vide, lancé avec un document indiquant les termes d’une reddition éventuelle, par-dessus les murailles de la ville pendant le siège. Et en effet il conclut : « Et le cri, pas de reddition, est encore d’actualité. »

20Il est évident que la série était marquée par les circonstances culturelles et politiques au moment de sa réalisation. Elle s’inscrit bien dans son temps, avec l’objectif de donner à la population des îles Britanniques en général – car elle fut produite par la BBC et la RTÉ – une idée plus claire des raisons du conflit persistant. Kee ajoute, pendant le déroulement de séquences montrant une parade contemporaine et un mur dans un quartier protestant d’Irlande du Nord, où se voit l’inscription « No surrender », « le siège de Londonderry était terminé, pour devenir…. un souvenir sacré pour les protestants d’Irlande du Nord ». Ainsi, la mémoire est un thème clé, fil conducteur des représentations télévisées des conséquences de la Révolution et des éléments connexes. À un autre moment, en parlant de la Boyne, Kee déclare, en contradiction avec l’opinion de certains spécialistes mais en proposant le type d’affirmation lapidaire que l’on voit souvent dans les émissions historiques à la télévision, que « La Boyne, c’était la fin pour Jacques II ». En effet, comme il l’affirma, « le souvenir est encore aujourd’hui perpétué par des protestants en Irlande du Nord », alors qu’on voit à l’écran une reconstitution militaire observée par une foule de spectateurs. Annonçant que ceci est « un souvenir de triomphe », dont les protestants ont besoin, Kee interroge un homme en train de peindre une fresque figurant Guillaume d’Orange, qui répond qu’« il a évité au peuple protestant de se faire persécuter et tuer par les catho – les papistes, comme on le dit ici », mais après, il hausse les épaules, geste éloquent, comme si le poids de la mémorialisation était indicible, voire incompréhensible.

  • 37 R. Mcdonald « “Anything about Ireland?” Reading in Ireland 1969-2000 », in C. Hutton et P. Walsh ( (...)
  • 38 Voir B. McIlroy, « The Repression of Communities: visual representations of Northern Ireland durin (...)
  • 39 R. Kee, « “Ireland – a Television History” repeated », The Listener, 8 juillet 1982, p. 13-14 (p.  (...)
  • 40 R. Kee, Ireland : a history, Abacus, London, 1980, p. 7.
  • 41 A. Rawcliffe-King et N. Dyer, « The Knowledge Gap reconsidered: learning from “Ireland: a televisi (...)

21Sans surprise, à une époque où l’on cherchait des informations et des explications pour la montée des violences, le livre de la série fut un grand succès de librairie37. Quand on analyse la série elle-même, en s’inspirant du travail de Brian McIlroy sur les représentations filmiques de l’Irlande du Nord entre la fin des années 1970 et 199038, on voit qu’elle reprit bien des stéréotypes des protestants d’Irlande du Nord, surtout visuellement, en montrant des images de murs peints et des défilés de l’ordre d’Orange, mais elle tenta également de rationaliser de tels comportements et, dans l’épisode final, elle chercha à « démontrer… les attitudes que l’histoire a léguées à ceux qui vivent en Irlande39 ». Le livre, lui aussi, proposa des idées comparables, à côté de remarques plus générales sur l’histoire telle qu’elle est présentée à la télévision ; Kee décrit ce phénomène ainsi : « Totalement unique, puisque sa forme a été déterminée par une discipline autre que l’histoire elle-même40. » Bien que basées sur des recherches entreprises par et pour la BBC, d’où la nécessité d’un certain cynisme, recherches concernant les réactions des téléspectateurs à cet épisode en Grande-Bretagne, Irlande du Nord et république d’Irlande visant à évaluer les connaissances acquises par les téléspectateurs par rapport aux événements historiques et leurs répercussions, les conclusions de la BBC donnent à penser que celle-ci remplissait son obligation d’informer, en tant que service public, pendant une période de turbulences politiques. Sans égard à leur statut social ni leur religion – certaines idées fausses, cependant, étaient propres à chacune des communautés catholique et protestante en Irlande du Nord – les téléspectateurs étaient plus à même de répondre à des questions concernant le passé en Irlande après avoir vu la série ; il n’est pas surprenant de constater que le niveau de connaissances préalables était bien plus élevé en Irlande du Nord et en république d’Irlande qu’en Grande-Bretagne41. Par rapport à ce dernier point, cela reste presque certainement vrai au XXIe siècle, et je reprendrai cette idée plus loin.

  • 42 T. Vahimagi, « Robert Kee 1919-… », Screenonline, [www.screenonline.org.uk/people/id/1353744/index (...)

22En même temps que celle de Kee, une autre série, The Troubles, produite par ITV, fut diffusée en 1981 ; il est révélateur que deux séries, sur des sujets très similaires, passèrent à la télévision presque simultanément, ce qui fit conclure à un spécialiste que cela avait réduit l’impact des deux séries42 mais que cela témoignait en même temps du besoin apparent de se souvenir de l’importance des interventions anglaises en Irlande, y compris de la Révolution. La réalisation et la diffusion des deux séries sont fermement ancrées dans la période de la montée des violences en Irlande du Nord : en effet, quand la série de Kee fut rediffusée pendant l’été 1982, le dernier épisode fut remanié, incorporant les commentaires de républicains sur les émeutes qui éclatèrent à la suite de la mort de certains grévistes de la faim début 1981. Un phénomène similaire se produisit lors de la programmation ultérieure d’émissions traitant de la Révolution : on peut établir un lien entre celles-ci et les cultures télévisuelle et politique de la période postérieure à l’accord du Vendredi saint. Cet accord d’avril 1998, signé après deux ans de négociations et trente années de conflit, ouvrit la voie à la cessation du conflit et à la décentralisation politique vers Belfast.

  • 43 J. de Groot, Consuming History, p. 155.

23Dans les années qui suivirent, qui virent moins de signalements de violence sectaire, on peut noter un changement dans la représentation de la Révolution et de Guillaume en Irlande. La série phare de la BBC, A History of Britain, présentée par l’historien Simon Schama, en est le premier exemple : elle présente un panorama des événements concernant le Royaume-Uni – mais plutôt orienté vers l’Angleterre – de l’âge de pierre à la période actuelle. Diffusée entre 2000 et 2002, elle faisait partie de la programmation de la BBC pour le millénium et comprenait un certain nombre de liens établis volontairement entre le passé et le présent : selon un spécialiste, dans cette série « le passé est présent dans le contemporain, il détermine et influence les événements43 ». Quant à la Révolution, examinée dans l’épisode intitulé « Revolutions », les événements de 1688 sont présentés comme la conséquence des intrigues entre l’Église et des hommes d’État en Angleterre, plutôt qu’en tant qu’élément d’une rivalité militaire et politique à l’échelle européenne. Simon Schama affirme avec assurance que « l’histoire lui a donné le nom de Glorieuse Révolution », terme qui prête à confusion, vu qu’on l’utilisait déjà pendant les années 1690, voire encore avant ; il ajoute par la suite qu’« elle n’était sans doute ni glorieuse ni une révolution mais, à cause d’elle, la monarchie britannique fut changée à tout jamais », et il se tourne vers l’Irlande. Il décrit les catholiques irlandais, universellement, comme des « pions dans un jeu d’échecs dont ils n’étaient pas partie prenante », et traite les motivations des protagonistes avec mépris, opposant les catholiques et les protestants : les premiers appartiennent au « monde ancien de la foi et de la ferveur », les derniers font « partie d’une machine de guerre moderne ». Il ajoute : « Vous n’aurez pas de mal à deviner qui a gagné. Personne. » Contrairement à l’épisode présenté par Kee, on perçoit à peine chez Schama le désir d’expliquer ou de rationaliser – ce qui n’est pas la même chose que légitimer – les raisons pour lesquelles on se jeta dans la bataille ou pourquoi on continue à la commémorer. Néanmoins, comme dans la série de Kee, on utilise généreusement les portraits muraux de Guillaume, et l’épisode se termine sur des enregistrements faits dans des rassemblements, sans doute avant l’accord de paix, où l’on entend de nouveau « nous ne nous rendrons jamais ».

Représentations télévisées de la Révolution » : le XXIe siècle

  • 44 J. Isaacs, Look me in the eye: a life in television, Little, Brown, London, 2006, p. 344, 350.

24Venant après le traité de paix, le ton de la série et de cet épisode en particulier, semble assez condescendant, même anachronique. Cependant il convient d’examiner brièvement la série Monarchy diffusée par Channel 4 et présentée par David Starkey. Channel 4, depuis sa création en 1982, a cherché à proposer aux téléspectateurs une palette de programmes « sélective et variée44 », cherchant souvent délibérément à diffuser des émissions très différentes de celles proposées par d’autres chaînes. Monarchy comportait un épisode intitulé spécifiquement « Glorious Revolution », suivi par moins de deux millions de spectateurs en novembre 2006 ; cette émission ne se focalisa pas, chose rare, sur l’Irlande et affirma, sans doute intentionnellement, par opposition au récit de Schama, que « nous savons tous »

« que l’Angleterre fut conquise par Guillaume le Conquérant en 1066 […] mais nous avons oublié, ou ne voulons pas nous rappeler, que l’Angleterre fut vaincue par un autre Guillaume (avec) des conséquences importantes non seulement pour l’Angleterre, mais sans doute pour le reste du monde ».

25Sans surprise, cet épisode se focalise sur les implications pour la monarchie anglaise mais aussi, plus largement, sur le monde politique européen ; il récupère la mémoire de son rôle presque stéréotypé dans les récits concernant Guillaume en Irlande, et reconnaît son importance pour les sujets protestants du catholique Jacques II qui craignaient que l’histoire ne se répète et que l’on crée des martyrs : Starkey déclare qu’« ici, le souvenir était important » alors que l’on voit à l’écran une page tirée d’une martyrologie. Contrairement à Schama, et bien plus à la manière de Kee, cet épisode ne se termine pas par une fresque murale ; on en voit une après que Starkey ait décrit la bataille de la Boyne qui, selon lui, « réveille des émotions violentes et contradictoires chez les fidèles des deux religions », et explique « pourquoi, encore aujourd’hui, les gens défilent, et contremanifestent, pour commémorer cette rencontre définitive de catholiques et protestants ».

  • 45 Pour plus de détails sur BBC Worldwide, voir A. Gray et E. Bell, History on Television, Routledge, (...)
  • 46 BBC Nations and Regions, août 2004, [www.bbc.co.uk/pressoffice/keyfacts/stories/nationsregions.sht (...)

26Tout comme Monarchy, de Starkey, la série The Story of Ireland réalisée par la BBC, diffusée à partir du 20 février 2011 et rediffusée en mai de la même année, comporte un épisode, le 3, entièrement consacré à la Révolution. Cela permet au présentateur, Fergal Keane, correspondant étranger de la BBC, de prendre en compte un contexte international plus large. De plus, bien que la série comporte des séquences montrant des défilés orangistes, comme celle de Kee de 1980/1, avec laquelle cette série fut ouvertement liée, sujet que nous discuterons plus loin, elle se focalise bien moins sur les protestants d’Ulster, notamment sur le siège de Londonderry. C’est peut-être parce que l’on considérait que ces éléments avaient moins d’importance vis-à-vis de la vie politique contemporaine que pendant les années 1980, mais aussi peut-être, parce que la série avait été financée par la RTÉ et diffusée en République d’Irlande deux semaines avant la diffusion au Royaume-Uni. De la sorte, elle cherchait un récit plus équilibré, pour un public plus diversifié au Royaume-Uni et en Irlande, mais aussi sur les marchés étrangers de BBC Worldwide45. Le fait qu’elle avait été produite spécifiquement par BBC Northern Ireland témoigne de la manière dont de telles séries peuvent évoluer après que la BBC ait reçu le mandat de soutenir les productions dans les « nations et régions », grâce auxquelles les programmations ont augmenté en nombre au cours des dernières années46.

  • 47 Voir BBC Press Release: The Story of Ireland, 10 février 2011, [www. bbc.co.uk/pressoffice/pressre (...)
  • 48 D. Mccrossan, Myth and history: The story of Ireland, 19 février 2011, [www.bbc.co.uk/news/uk-nort (...)
  • 49 H. O’Brien, The real Ireland, p. 129.

27De plus, le producteur de la série, Mike Connolly, compara ouvertement la série à celle de Kee, notant qu’alors qu’elle était la « première histoire complète d’Irlande à être diffusée à la télévision depuis celle de Robert Kee », s’y ajoutait le fait qu’on abordait dans la nouvelle série « une autre perception de l’Irlande, à la fois chez les Irlandais eux-mêmes et aux yeux du reste du monde47 ». Fergal Keane, comme Kee, est un présentateur possédant un vrai savoir-faire télévisuel, doté d’authenticité et d’autorité ; sa position à la BBC lui assure cette présence. En effet, il commente dans l’introduction du livre de la série, sa propre enfance et adolescence en république d’Irlande, aussi bien que ses expériences professionnelles. Le livre lui-même est révélateur, avec son sous-titre, « à la recherche d’une nouvelle mémoire nationale » ; l’idée de la série elle-même, selon Keane, lui vint alors qu’il regardait la signature de l’accord du Vendredi saint48. Faisant appel de nouveau à son expérience personnelle, il souligna le fait que le rôle de la série était d’élargir la perception du contexte historique chez les Britanniques et les Irlandais, de « voir l’Irlande de façon plus large, et chercher à remonter plus loin » dans le but d’explorer des mythes d’identité nationale et ethnique. On peut la classer éventuellement, pour reprendre les termes de Harvey O’Brien, parmi les documentaires « révisionnistes » diffusés à partir de l’an 2000, qui tentaient de remettre en question « des idées reçues concernant la nationalité irlandaise et son existence en tant que nation49 ».

  • 50 Voir [www.politics.iewww.politics.ie/forum/history/178577-story-ireland-fergal-keane-3.html].
  • 51 BBC Northern Ireland, BBCNI local TV portfolio update: Commissioning aims and briefs, Quarter 2 20 (...)

28Cependant, les téléspectateurs irlandais ne réagirent pas de façon positive : dans la République, un des contributeurs à un forum politique affirma que la série servait « à propager des idées multiculturelles », alors qu’un autre, s’inspirant de la situation économique plus large, demanda : « Est-ce une décision prise en pleine récession par la RTÉ de porter à l’écran un livre dont l’accueil a été mitigé, pour sensibiliser des gens, qui n’ont pas fait de longues études, à la culture et à la fierté de notre nation ? » Ce qui est peut-être le plus parlant, c’est que le tiers des contributeurs soupçonnèrent qu’il s’agissait « d’un genre d’histoire révisionniste… (cherchant à prouver) que nous, Irlandais, ne sommes pas ce que nous pensons être50 ». BBC Northern Ireland s’empressa néanmoins de déclarer après la diffusion de la série qu’en Irlande du Nord, la série avait eu de bonnes audiences et correspondait bien à l’objectif de BBC NI de proposer des émissions qui reflétaient les idées des téléspectateurs concernant leur sens de la communauté et de leur unicité. Il est éloquent, à la lumière des commentaires d’un téléspectateur peu après la diffusion de la série, que BBC NI chercha à obtenir d’autres commandes d’émissions d’événements historiques dont les récits exaltants agiraient comme un « antidote face aux circonstances financières difficiles », avec « une présentation visuelle riche, et un scénario fort51 ». Il est possible, par conséquent, de considérer que cette série était plus parlante pour un public nord-irlandais que pour celui de la République ou de la Grande-Bretagne.

Conclusion : histoire et mémoire de la « Révolution »

  • 52 P. Holland, The Angry Buzz: This Week and current affairs television, IB Tauris, 2006, p. 146.
  • 53 H. O’Brien, The real Ireland, p. 181.
  • 54 D. Baltruschat, « Globalization and international TV and film co-productions: in search of new nar (...)

29Pour conclure, donc, il est utile de rapprocher les séries étudiées pour se faire une idée de leurs ressemblances et leurs différences. Leurs positions respectives dans les contextes politiques d’avant et après l’accord du Vendredi saint constituent un thème évident, déjà étudié. De même, l’impact de cet accord sur les présentateurs et sur une mémorialisation plus générale, a également été examiné. Les séries à grande échelle où l’on accorde une place à cette Révolution sont essentielles pour la BBC dans sa perception d’elle-même comme voix de la nation, proposant une programmation de grande qualité et fidèle à son mandat de service public d’éduquer, d’informer, et de divertir. La collaboration entre la BBC et la RTÉ dans les séries de Kee et de Keane est importante mais l’on peut penser qu’elle se produisit dans chaque cas pour des raisons différentes. Dans le monde de la radio et de la télévision de la fin des années 1970, quand la série de Kee fut proposée pour la première fois, on entendit publiquement des critiques de la part de présentateurs de renom comme Jonathan Dimbleby du réseau Independent Television (ITV), qui avait fait campagne pour la liberté d’expression dans les reportages sur l’IRA, prétendant qu’il y avait un embargo de la part de la BBC sur les informations concernant l’Irlande du Nord. Il est possible que ces critiques aient eu pour conséquence la réalisation de la série ; il est vrai qu’elles correspondaient à des critiques plus larges formulées à l’encontre de la BBC au cours des années précédant la diffusion de la série52. La sélection de Kee pour présenter une série réalisée en collaboration avec RTÉ est sans doute significative, représentant un choix politique de la part de la BBC : Kee travaillait dans les émissions politiques d’un côté et, de l’autre, la RTÉ essayait de retracer les changements de la société irlandaise, souvent au moyen de coproductions avec la BBC53. Par contre, la série de Keane, diffusée plus tard, était dépendante de la coproduction ; ce qui, d’une part, montre le désir d’une création conjointe tendant vers une nouvelle Irlande, mais d’autre part, reflète les évolutions à partir des années 1990 qui ont vu une collaboration pan-européenne, sinon mondiale, surtout dans la programmation factuelle, qui recherchait la création d’émissions individuelles ou de séries à grande échelle54.

  • 55 A. Blaney, « Facing the truth, pain and reconciliation », in E. Bell et A. Gray (dir.), Televising (...)
  • 56 H. O’Brien, The real Ireland, p. 133.

30Du point de vue politique et culturel, les séries sont le reflet des périodes au cours desquelles elles furent diffusées, ce que confirmeraient les critiques de la BBC émises par Dimbleby tout comme les assertions de Keane concernant le potentiel de l’Irlande après l’accord du Vendredi saint. Kee, et plus généralement la BBC, furent circonspects quant au choix des personnes autorisées à parler de la Révolution, vu que la victoire du parti conservateur aux élections signifiait que l’intolérance, intransigeante et notoire, de la politique nationaliste devenait la position officielle britannique concernant l’Irlande du Nord. Peu d’émissions furent programmées entre le début des années 1980 et le début du XXIe siècle ; cela renvoie à ce qu’Aileen Blaney appelle les entraves importantes à la liberté d’expression au Royaume-Uni et en Irlande concernant la représentation des origines des violences sectaires55. En revanche, la recherche entreprise par Keane d’une « nouvelle mémoire nationale » constitue une partie essentielle du discours ébauché par Blaney qui prétend, en citant O’Brien, qu’une « “nouvelle Irlande” […] façonnée par l’accord de Belfast/du Vendredi saint (vit) […] une ré-évaluation directe de l’historiographie nationale traditionnelle56 » des décennies après, pourtant, que des réalisateurs de cinéma eurent tenté de faire la même chose.

  • 57 Voir les références à Klein faites par A. Holdsworth, « Who do you think you are?: family history (...)
  • 58 H. O’Brien, The real Ireland, p. 135.
  • 59 J. Magee, « The Teaching of Irish History in Irish Schools », The Northern Teacher, 10.1, 1970.
  • 60 Kee, « Ireland », p. 13.
  • 61 K. Rockett, L. Gibbons et J. Hill, Cinema and Ireland, Croom Helm, London, 1987, p. 89-90, propose (...)

31L’emploi du terme « mémoire » partout dans de telles programmations et éléments connexes peut témoigner du désir, si l’on suit l’analyse de Kerwin Klein, d’utiliser un terme plus « doux » que « histoire », rendant celle-ci plus accessible57. Cependant, il est révélateur, en termes de mémoire, que, contrairement à la série de Kee, celle de Keane n’intègre que deux entretiens avec des témoins oculaires, peut-être afin d’éviter ce que O’Brien appelle la « réaction émotionnelle au verbe58 » qu’ils pourraient provoquer, surtout si ceux qui s’expriment devaient discuter de sujets politiques – ceux qui parlent relatent leur expérience d’affaires connues dans l’Irlande du XXIe siècle : un homme confie ses expériences de sévices dans une école gérée par l’Église, à Galway dans les années 1960, et une femme parle de son refus de haïr après le meurtre de son mari catholique dans des violences sectaires en Irlande du Nord pendant les années 1980. Les deux témoignages sont sans aucun doute sensibles, mais moins provocateurs que les interviews de membres de l’IRA menées par Kee à la fin des années 1970. De plus, vu que le terme « prisonniers de l’histoire » vint à être utilisé à la fin des années 196059, et fut aussi le titre du dernier épisode de la série de Kee, qui cherchait à « démontrer […] les attitudes léguées par l’histoire au peuple d’Irlande60 » ; cela représente peut-être l’abandon délibéré de cette manière de représenter le passé de l’Irlande. Mais malgré la pertinence évidente d’émissions telles que celle de Keane, des deux côtés de la frontière irlandaise et aussi ailleurs au Royaume-Uni, leur importance à long terme sera peut-être plus restreinte, surtout si l’on considère les limites de l’émission télévisée décrites par Kee : elle est le reflet autant de la période où elle est réalisée que de celle qu’elle dépeint, et se situe dans une conjoncture politique et historique particulière. De plus, des séries récentes, telles que celle de Keane, sont créées avec l’objectif de rejeter les projets télévisuels antérieurs, ou d’élargir leur portée. Cela n’est guère étonnant, étant donné l’objectif explicite de la série de Keane et du livre qui l’accompagne, à savoir proposer de nouveaux éléments de mémoire pour une nouvelle génération. En effet, cela laisse entendre qu’elle est censée être un repère sur la voie d’un avenir meilleur en Irlande, plutôt qu’un monument hors du temps, pour qui le terme « récit » ou « mémoire » convient mieux que la permanence suggérée par le mot « histoire ». Quand le réalisateur Louis Marcus fit remarquer en 1980 que le nationalisme irlandais devait avoir une vision plus complexe de l’Irlande, y compris de son histoire, une vision où les invasions représentaient des contributions, non des persécutions, ce furent essentiellement des présentateurs britanniques qui essayèrent de traiter le sujet ; la RTÉ fit peu d’effort pour prendre en compte l’Irlande du Nord, à part pour les actualités61. Pour finir sur un sentiment optimiste, les coproductions anglo-irlandaises pourraient offrir le moyen de mieux comprendre des révolutions contestées, comme celle de Guillaume, avec leurs conséquences.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blaney A., « Facing the truth, pain and reconciliation », E. Bell et A. Gray (dir.), Televising history : mediating the past in postwar Europe, London, Palgrave MacMillan, 2010, p. 152-164.

Ferguson N. N., « Platforms of reconciliation? Issues in the management of battlefield heritage in the Republic of Ireland », T. Pollard et I. Banks (dir.) Scorched earth: studies in the archaeology of conflict, Leiden, Brill, 2008, p. 79-94, [http://cain.ulst.ac.uk/issues/politics/docs/dup/ip060508.htm].

Isaacs J., Look me in the eye: a life in television, London, Little, Brown, 2006.

Keane F., « Introduction: the international Ireland », N. Hegarty, Story of Ireland : in search of a new national memory, London, BBC Books, 2011, p. ix-xxiii.

Kee R., Ireland : a history, London, Abacus, 1980.

McIlroy B., « The Repression of communities: visual representations of Northern Ireland during the Thatcher years », L. Friedman (dir.), Fires were started: British cinema and Thatcherism, London, Wallflower Press, 2006, p. 77-90, [http://centreforcinemastudies.com/articles/article_mcilroy_repression.pdf].

O’Brien H., The real Ireland : the evolution of Ireland in documentary film, Manchester, Manchester University Press, 2004.

Notes

1 Traduction Stéphane Haffemayer et Katsy Blamont-Newman.

2 Pour des renseignements concernant la saison des parades, voir le site de la Parades Commission : [http://www.paradescommission.org]. Les parades peuvent aussi être rapprochées des tensions actuelles dans la province. Voir par exemple [www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-18848591] , [www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-19465842].

3 D. Bryan, « Parade disputes and the peace process », Peace Review, 13. 1, 2001, p. 43.

4 P. Sorlin, The film in history: restaging the past, Blackwell, Oxford, 1980, p. 16.

5 « The Letter of Invitation from the immortal seven, June 30 1688 », in S. E. Prall, The Bloodless Revolution : England 1688, University of Wisconsin Press, Madison, WI (1985), [http://faculty.history.wisc.edu/sommerville/351/WIIIinvite.html], p. 313-314.

6 D. Defoe, Reflections upon the late great revolution, London, 1689.

7 R. B., The history of the house of Orange, or, A brief relation of the glorious and magnanimous atchievements of His Majesties renowned predecessors: and likewise of his own heroick actions till the late wonderful revolution: together with the history of William and Mary King and Queen of England, Scotland, France, and Ireland & c. London, 1693; T. Wilson, God, the king, and the countrey, united in the justification of this present revolution: containing also animadversions on W. Sherlock’s book; intituled, The case of allegiance due to soveraign powers, London, 1691.

8 « English nation », A collection of many wonderful prophesies relating to the English nation : plainly foretelling the late great revolution. London, 1691.

9 Anon., State tracts: being a farther collection of several choice treatises relating to the government. From the year 1660, to 1689. Now published in a body, to shew the necessity, and clear the legality of the late revolution and our present happy settlement, under the auspicious reign of Their Majesties, King William and Queen Mary, London, 1692.

10 « Church of England », A form of prayer and thanksgiving to Almighty God, for having made His Highness the Prince of Orange the glorious instrument of the great deliverance of this kingdom from popery and arbitrary power: To be used in the City of London and ten miles distant thereof on the 31 of January instant, and throughout the whole kingdom on the 14 of February next, London, 1688 (1689).

11 S. J., An historical account of the memorable actions of… William III. King of England, Scotland, France, and Ireland, Prince of Orange, & c.: Giving a true relation of all that happened of consequence since his glorious expedition into England, London, 1689.

12 Anon., A new Protestant ballad, called, England’s congratulation for its happy condition under the glorious reign of King William and Queen Mary: Now wars, dissentions, want and taxes cease, and in their room comes trade, and wealth, and peace. To the tune of, Packington’s pound, London, 1690.

13 S. Rosewell, A sermon preach’d to the Society of Young Gentlemen, & c. belonging to the evening-lecture in the Old-Jewry. November the 5th, 1706: Being the anniversary day of Thanksgiving, for the deliverance from the Gunpowder-Plot, and for the late glorious revolution, London, 1706.

14 H. Speke, Some memoirs of the most remarkable passages and transactions on the late happy revolution in 1688 : before and after, the landing of the then Prince of Orange, afterwards our Most Glorious King William, the Deliverer and Preserver of Great-Britain and Ireland, from Popery, Slavery, and Arbitrary Power: And from thence continued on with the greatest Success against the Tyrannical French King; by the Good Conduct, Wise and Prudent Management of Our Most Gracious Queen Anne; whom God long Preserve and Defend. With some Advice to the Roman Catholicks of Ireland, annexed hereunto. By way of answer to a Pamphlet, or Libel, Intituled, A diary of reports, & c. Printed in London, 1704, Dublin, 1709.

15 Anon., Solomon against Welton: or, that prince’s authority brought against the insolence of the White-Chappel priest. Being a defence of the resistance made to the late King James, by the Church of England, at the late Glorious Revolution in 1688. By way of remarks on the Dr’s sermon preach’d before the Lieutenancy at St. Lawrence’s Church, November 19. 1710, London, 1710.

16 S. Schama, The Embarrassment of Riches : an interpretation of Dutch culture in the Golden Age, Berkeley – Los Angeles, University of California Press, 1988, p. 94ff; S. Rosewell, The revolurevolution: or, The redemption of God’s people. A sermon preach’d at the Lord’s-Day’s evening lecture in the Old Jewry, November the 4th, 1711. Being the birth-day of the late King William of glorious memory, London, 1712.

17 Anon., Double deliverance a double blessing: exemplified, in a discourse suited to the V. of November, being a day set apart by authority, for commemorating our double deliverance, viz : from the Gunpowder plot, and by the late happy and glorious revolution, London, 1713.

18 A. Jackson, Ireland 1798-1998 : Politics and war, Blackwell, Oxford (1999), p. 6-7.

19 T. Pakenham, The year of liberty: the great Irish rebellion of 1798, Abacus, London, 2000 (1969), p. 26.

20 Anon., Review of Historical review of the state of Ireland, in The AntiJacobin Review and true Churchman’s Magazine, 1806 (1805), p. 20, 28.

21 Anon., Review of An Inquiry into the state of the nation, in AntiJacobin Review, 1806, p. 167.

22 « Hibernicus », « On the origins and principles of Orangemen », in AntiJacobin Review, 1815, p. 191.

23 J. G. Patterson, In the wake of the great rebellion: republicanism, agrarianism and banditry in Ireland after 1798, Manchester University Press, Manchester, 2008, p. 17.

24 M. Beegan, An impartial history of the Irish rebellion in the year 1798, London, 1820, p. iii.

25 M. Beegan, An impartial history, p. xiv.

26 J. Darby, « Northern Ireland: the background to the Peace Process », 2003, [http://cain.ulst.ac.uk/events/peace/darby03.htm].

27 Pour une vision d’ensemble utile des événements en et en rapport avec l’Irlande, voir D. Hayton, « The Williamite Wars », [www.qub.ac.uk/sites/irishhistorylive/IrishHistoryResources/ArticlesandLectures/TheWilliamiteWars/].

28 Hayton, « The Williamite Wars ».

29 B. Murtagh, « Development, heritage and a European War », 2006, [www.qub.ac.uk/researchcentres/span/FileStore/SignificantExperiences/Filetoupload, 152745.pdf].

30 N. N. Ferguson, « Platforms of reconciliation? Issues in the management of battlefield heritage in the Republic of Ireland », in T. Pollard et I. Banks (dir.), Scorched Earth: studies in the archaeology of conflict Brill, Leiden, 2008, p. 90, [http://cain.ulst.ac.uk/issues/politics/docs/dup/ip060508.htm].

31 Voir Ferguson, « Platforms of reconciliation ? », p. 90 et [www.discoverireland.com/gb/irelandthings-to-see-and-do/listings/product/?fid=FI_49840] pour un exemple de documentation à l’attention de touristes.

32 H. O’Brien, The real Ireland : the evolution of Ireland in documentary film, Manchester, Manchester University Press, 2004, p. 245.

33 F. Keane, « Introduction : the international Ireland », in N. Hegarty, Story of Ireland: in search of a new national memory BBC Books, London, 2011, p. ix-xxiii.

34 H. O’Brien, The real Ireland, p. 131.

35 J. Bennett, « The television personality system: televisual stardom revisited after film theory », Screen 49.1, 2008, p. 32-50; J. de Groot, Consuming History: historians and heritage in contemporary popular culture, Routledge, London and New York, 2009, p. 154.

36 Kee, figure d’autorité, voir J. Pym, « Ireland – Two nations », in A. Rosenthal (dir.), New Challenges for Documentary, University of California Press, Berkeley, 1988, p. 480-487.

37 R. Mcdonald « “Anything about Ireland?” Reading in Ireland 1969-2000 », in C. Hutton et P. Walsh (dir.), The Oxford history of the Irish book, vol. 5, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 197-198.

38 Voir B. McIlroy, « The Repression of Communities: visual representations of Northern Ireland during the Thatcher Years », in L. Friedman (dir.), Fires Were Started: British Cinema and Thatcherism, Wallflower Press, London, 2006, p. 77-90, [http://centreforcinemastudies.com/articles/article_mcilroy_repression.pdf].

39 R. Kee, « “Ireland – a Television History” repeated », The Listener, 8 juillet 1982, p. 13-14 (p. 13).

40 R. Kee, Ireland : a history, Abacus, London, 1980, p. 7.

41 A. Rawcliffe-King et N. Dyer, « The Knowledge Gap reconsidered: learning from “Ireland: a television history” by Robert Kee », Annual Review of BBC Broadcasting Research Findings, 8, 1981-2, p. 55-67.

42 T. Vahimagi, « Robert Kee 1919-… », Screenonline, [www.screenonline.org.uk/people/id/1353744/index.html].

43 J. de Groot, Consuming History, p. 155.

44 J. Isaacs, Look me in the eye: a life in television, Little, Brown, London, 2006, p. 344, 350.

45 Pour plus de détails sur BBC Worldwide, voir A. Gray et E. Bell, History on Television, Routledge, London, 2013.

46 BBC Nations and Regions, août 2004, [www.bbc.co.uk/pressoffice/keyfacts/stories/nationsregions.shtml].

47 Voir BBC Press Release: The Story of Ireland, 10 février 2011, [www. bbc.co.uk/pressoffice/pressreleases/stories/2011/02_february/10/ireland.shtml].

48 D. Mccrossan, Myth and history: The story of Ireland, 19 février 2011, [www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-12514207] ; H.O’Brien, The real Ireland, p. 133.

49 H. O’Brien, The real Ireland, p. 129.

50 Voir [www.politics.iewww.politics.ie/forum/history/178577-story-ireland-fergal-keane-3.html].

51 BBC Northern Ireland, BBCNI local TV portfolio update: Commissioning aims and briefs, Quarter 2 2011, [www.bbc.co.uk/northernireland/commissioning/pdf/commissioningbriefs_may2011.pdf].

52 P. Holland, The Angry Buzz: This Week and current affairs television, IB Tauris, 2006, p. 146.

53 H. O’Brien, The real Ireland, p. 181.

54 D. Baltruschat, « Globalization and international TV and film co-productions: in search of new narratives », communication faite à Media in Transition 2 : Globalization and Convergence conference, Massachusetts Institute of Technology, 10-12 mai 2002, [http://web.mit.edu/cms/Events/mit2/Abstracts/DorisBaltruschat.pdf].

55 A. Blaney, « Facing the truth, pain and reconciliation », in E. Bell et A. Gray (dir.), Televising History: mediating the past in postwar Europe, Palgrave MacMillan, London, 2010, p. 152-164 (p. 152).

56 H. O’Brien, The real Ireland, p. 133.

57 Voir les références à Klein faites par A. Holdsworth, « Who do you think you are?: family history and memory on British television », in E. Bell et A. Gray (dir.), Televising History : mediating the past in postwar Europe, Palgrave MacMillan, London, 2010, p. 234-247.

58 H. O’Brien, The real Ireland, p. 135.

59 J. Magee, « The Teaching of Irish History in Irish Schools », The Northern Teacher, 10.1, 1970.

60 Kee, « Ireland », p. 13.

61 K. Rockett, L. Gibbons et J. Hill, Cinema and Ireland, Croom Helm, London, 1987, p. 89-90, propose une approche qui s’appuie sur les études culturelles.

Auteur

Maître de conférences au département d’histoire de l’université de Lincoln (Royaume-Uni) ; récemment, elle participa au projet AHRC-funded Televising History 1995-2010, dirigé par Ann Gray avec qui elle publia History on Television en 2013. Elle poursuit ses recherches sur la représentation du passé à l’écran mais aussi sur l’histoire religieuse et culturelle de la période moderne avec des publications dans Gender & History et Journal of Ecclesiastical History.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540