Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Paul d'Estournelles de Constant

 | 
Stéphane Tison

Troisième partie. Construire la paix dans l'Europe des nationalismes

La paix par la Société des Nations ? Les évolutions du pacifisme français dans les années 1920

Jean-Michel Guieu

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

« Il faut croire à la Société des Nations, profiter de toute circonstance, même et surtout adverse, pour la servir. Elle ne vivra que si nous la faisons vivre ; […] la Société des Nations ne sera qu’une institution humaine ou ne sera pas1. »

Ainsi Paul d’Estournelles de Constant exprime-t-il, au début des années 1920, son soutien enthousiaste à la nouvelle organisation internationale née de la Conférence de la Paix. Cette Société des Nations (SDN) n’est-elle pas d’ailleurs en grande partie le fruit des efforts menés par les pacifistes avant-guerre ? Les militants pour la paix sont unanimes à le penser : l’Association de la paix par le droit (APD)2, l’une des plus anciennes et importantes sociétés pacifistes, n’hésite pas à proclamer que la SDN « édifiée par d’autres mains que les nôtres, est en réalité l’œuvre des pacifistes3 » :

« Si, en quelques semaines, la Conférence de la Paix a pu élever cette construction complexe et savante, c’est qu’une doctrine précise existait, déjà élaboré...

Autor

Maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. LabEx EHNE (Écrire une nouvelle histoire de l’Europe).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540