Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul d'Estournelles de Constant

 | 
Stéphane Tison

Troisième partie. Construire la paix dans l'Europe des nationalismes

La paix par la Société des Nations ? Les évolutions du pacifisme français dans les années 1920

Jean-Michel Guieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il faut croire à la Société des Nations, profiter de toute circonstance, même et surtout adverse, pour la servir. Elle ne vivra que si nous la faisons vivre ; […] la Société des Nations ne sera qu’une institution humaine ou ne sera pas1. »

Ainsi Paul d’Estournelles de Constant exprime-t-il, au début des années 1920, son soutien enthousiaste à la nouvelle organisation internationale née de la Conférence de la Paix. Cette Société des Nations (SDN) n’est-elle pas d’ailleurs en grande partie le fruit des efforts menés par les pacifistes avant-guerre ? Les militants pour la paix sont unanimes à le penser : l’Association de la paix par le droit (APD)2, l’une des plus anciennes et importantes sociétés pacifistes, n’hésite pas à proclamer que la SDN « édifiée par d’autres mains que les nôtres, est en réalité l’œuvre des pacifistes3 » :

« Si, en quelques semaines, la Conférence de la Paix a pu élever cette construction complexe et savante, c’est qu’une doctrine précise existait, déjà élaboré...

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. LabEx EHNE (Écrire une nouvelle histoire de l’Europe).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540