Version classiqueVersion mobile

L'autoportrait en cinéma

 | 
Marie-Françoise Grange

Chapitre XIX. Le face à face

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’autoportrait au cinéma s’accorde parfois la frontalité immédiate, sans intermédiaire. Sur l’écran, un réalisateur ou une réalisatrice s’adresse directement à l’individu anonyme de la salle. Le regard à la caméra, direct et sans détour, il ou elle interpelle. L’autoportrait prend place, il interpelle et demande au spectateur d’accepter ses adresses, ses paroles et autres gestes. Il demande le soutien de l’autre venu le voir. Le face à face peut donc ne pas s’encombrer d’arguments situationnels par lesquels se dilueraient les tenants et les aboutissants. Il arrive à l’autoportrait de cinéma d’être aussi direct. Comme en peinture, il peut braver le vis-à-vis. L’impression de réalité du médium, due à l’animation de l’image et à sa dimension sonore, renforce la prégnance de l’adresse pour un spectateur convoqué à la mise en scène de tant de simplicité, d’authenticité, de vérité. Le réalisateur ou la réalisatrice le regarde droit dans les yeux.

Exemple : début de Chantai Akerman par Chan...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search