Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paul d'Estournelles de Constant

 | 
Stéphane Tison

Table des matières

Introduction

Un diplomate faisant carrière au parlement
Un défenseur de la paix conscient des prémices de la mondialisation
Le prix Nobel de la paix 1909, la mesure d’une influence
Trois approches complémentaires des archives d’Estournelles

Première partie. In arduis constans, l'œuvre de conciliation de Paul d'Estournelles de Constant

De la diplomatie à la politique

Première expérience dans les Balkans : la définition des frontières du Monténégro
L’établissement du protectorat français en Tunisie
À l’ambassade de Londres
L’engagement politique. Trente ans de vie parlementaire

L’intérêt pour les affaires du monde : équilibrer les puissances

La critique de la politique coloniale
La question asiatique : débat sur le « péril jaune »
Construire l’Europe face aux puissances émergentes
Pour une fédération européenne

L’arbitrage international

Les Conférences de La Haye de 1899 et 1907
L’engagement pacifiste : militer pour l’arbitrage
Le groupe parlementaire de l’Arbitrage et l’Entente cordiale
Le Comité de défense des intérêts nationaux et de la conciliation internationale
L’Union interparlementaire pour l’arbitrage international
Le groupe français de l’Union interparlementaire
La Fondation Carnegie
Le prix Nobel de la paix 1909

Défendre la paix dans les tensions internationales et dans la guerre

Le désarmement pour éviter la guerre et la révolution
La question franco-allemande, l’Alsace-Lorraine de 1904 à l’entrée en guerre
De 1914 à l’après guerre : l’isolement

Deuxième partie. Penser la France et l'Europe dans les prémices de la mondialisation

Alain Messaoudi

Paul d’Estournelles de Constant et la Tunisie : le diplomate et l’historiographe des débuts du protectorat français (1882-1892)

Les qualités attendues d’un jeune diplomate à Tunis
Vingt-six mois à Tunis : un franc succès (1882-1884)
Un exercice d’histoire immédiate
Un ouvrage qui s’impose comme référence historiographique
François Pavé

Paul d’Estournelles de Constant et le péril jaune : de la dénonciation à l’engagement politique concret

L’intérêt de Paul d’Estournelles pour la question du péril jaune
La volonté du peuple chinois de s’affranchir de la tutelle occidentale
Le danger d’une confrontation des puissances coloniales en Chine dans l’Empire du Milieu
L’instabilité politique de la Chine et l’investissement de capitaux
Le faible coût de la main-d’œuvre chinoise : un avantage comparatif essentiel qui la rend redoutable
La nécessité d’informer Français et Européens de l’éveil menaçant de la Chine
La création du Comité de défense des intérêts nationaux, une étape dans la lutte contre le péril jaune
Le péril jaune : une préoccupation éphémère au début du XXe siècle
Élisabeth du Réau

Paul d’Estournelles de Constant et l’idée d’Europe : élaboration et postérité d’une vision novatrice

La course aux armements et les premières interrogations sur l’Europe à construire
L’intervention de Paul d’Estournelles de Constant le 21 janvier 1902
L’émergence des pays neufs et les périls qui menacent l’Europe
Une union européenne nécessaire
La postérité des idées de Paul d’Estournelles de Constant Progrès et limites de l’européisme
La diversité des courants européistes au lendemain de la première guerre mondiale
Le projet européen d’Aristide Briand
Vers l’échec du projet : septembre 1930
Conclusion
Laurent Barcelo

Paul d’Estournelles de Constant : européiste ou internationaliste ?

Définir l’action de d’Estournelles de Constant
L’Européiste
L’internationaliste
Quel héritage ?

Troisième partie. Construire la paix dans l'Europe des nationalismes

Patrick Facon

« Un bienfait pour l’humanité.» Le baron d’Estournelles de Constant face au problème de l’aéronautique

Le défenseur des aviateurs
Quelques clés d’interprétation Hantise du déclin et paix universelle
Conclusion
Stéphane Tison

1914 : un pacifiste face à la guerre

Le choc de la guerre
Impuissance, stupeur et abattement. Les pleurs du pacifiste
Dans le quotidien de la guerre
L’éclatement de son réseau de relations
Perception de la guerre
Les informations sur les opérations militaires : la perception de la barbarie
La définition des responsabilités
Le sens de la guerre
Construire la paix à venir dans le temps de la guerre
Sauvegarder la conciliation internationale en temps de guerre
Les États-Unis, arbitres ou recours ?
Pour quelle paix ?
Conclusion
Jean-Michel Guieu

La paix par la Société des Nations ? Les évolutions du pacifisme français dans les années 1920

Les pacifistes français et la Société des Nations
De la guerre pour le droit au combat pour la Société des Nations
La naissance d’un pacifisme « sociétaire »
La naissance de la Société des Nations entre espoir et déception
La querelle des « Anciens » et des « Modernes »
Une certaine méfiance
L’union de tous les pacifistes
Les limites du rapprochement
Les destinées du pacifisme sociétaire dans les années 1920
La conquête difficile de l’opinion publique
Les handicaps du pacifisme sociétaire
Une influence variable

Quatrième partie. Documents : une parole humaniste au service de la paix

Une dénonciation des excès de la colonisation

TEXTE 1. La conquête de la Tunisie (1891)
TEXTE 2. « Une expansion coloniale inconsidérée » (1901)
TEXTE 3. Si la Chine s’éveille… (1901)
TEXTE 4. « Le respect que la race blanche doit aux autres races » (1911)
TEXTE 5. Le rôle des États-Unis dans le monde (1913)

L’Europe et la conciliation internationale

TEXTE 6. L’esprit de La Haye (1899)
TEXTE 7. « Il n’y a pas de politique possible pour l’Europe en dehors d’une union européenne » (23 janvier 1902)
TEXTE 8. Conciliation internationale, l’Europe au moment de la guerre russo-japonaise (13 février 1904)
TEXTE 9. Qu’est-ce que la Conciliation internationale ? (29 juin 1905)
TEXTE 10. Un exemple de désarmement (16 mars 1904)
TEXTE 11. L’annonce du prix Nobel de la paix (décembre 1909)

Le pacifiste face à la guerre européenne

TEXTE 12. Pour l’aviation (1908)
TEXTE 13. Le rapprochement franco-allemand (1913)
TEXTE 14. « La guerre est une démonstration de notre thèse par l’absurde » (11 septembre 1914)
TEXTE 15. « D’Estournelles devrait savoir », réponse à l’accusation de germanophilie
Extrait du discours prononcé par M. d’Estournelles de Constant, au Sénat, contre la loi de trois ans, le 1er août 1913
Extrait du discours prononcé par M. d’Estournelles de Constant, au Sénat, dans la discussion du Budget de la Marine, (26 juin 1914)
Extrait du discours prononcé, pour l’aviation militaire, par M. d’Estournelles de Constant, au Sénat, le 5 novembre 1908
TEXTE 16. « Pourquoi j’ai échoué » (28 février 1919)
TEXTE 17. La ratification du Traité de Versailles, une nécessité imparfaite (11 octobre 1919)
TEXTE 18. « Il faut croire à la Société des Nations » (avril 1920)

Sources et bibliographie

SOURCES
Sources sur Paul d’Estournelles de Constant
Principales publications de Paul d’Estournelles de Constant
Ouvrages préfacés ou introduits par Paul d’Estournelles de Constant
BIBLIOGRAPHIE
Généralités
L’action de Paul d’Estournelles de Constant

Cahier iconographique

Le diplomate
L’élu : député puis sénateur de la Sarthe
La conciliation internationale
Voyages aux États-Unis
D’Estournelles, l’Asie, les colonies
D’Estournelles et les arts