Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiciennes en duo

 | 
Sylvie Granger
, 
Caroline Giron-Panel
, 
Raphaëlle Legrand
, 
et al.

Troisième partie. Les duos face à la société : de la nécessité au choix

En solo plus souvent qu’en duo : les femmes organistes de 1790

Sylvie Granger

Résumé

L’enquête prosopographique MUSÉFREM a fait émerger un corpus de 155 femmes organistes exerçant dans les provinces à la veille de la Révolution, antérieurement plus inconnues encore que leurs collègues masculins. Derrière 70 % de celles dont on connaît les origines familiales, on entrevoit un père musicien, le plus souvent organiste lui-même, parfois une mère, qui ont eu un rôle déterminant dans l’acquisition du savoir musical. Dans l’ombre, les filles suppléent leur père malade, vieillissant ou titulaire de trop de tribunes. Mais l’orgue permet aussi une amorce de professionnalisation et près de 70 % des femmes organistes de 1790 sont célibataires. Les autres, à un âge un peu plus élevé que la moyenne, ont épousé majoritairement un musicien. Comment fonctionnaient ces couples endogames ? Quelques exemples, à Dijon, Bordeaux, Rouen ou Dreux, permettent d’approcher les réalités concrètes de leurs vies (répartition des postes, contrats, rémunérations, invisibilité féminine persistante).

Texte intégral

  • 1 L’enquête MUSÉFREM (Musiques d’Église en France à l’Époque Moderne) sur les musiciens et musicienn (...)

1Loin devant l’Opéra et les scènes diverses, l’Église sous l’Ancien Régime est le premier employeur de professionnels de la musique. Durant les débuts de la Révolution, des décisions successives bouleversent la vie de ces musiciens d’Église : suppression des compagnies capitulaires puis des communautés monastiques, regroupements de paroisses, et ensuite suspension du culte. L’instauration de mécanismes de secours, gradués en fonction de l’âge et de l’ancienneté, suscite des vagues de requêtes et certificats, avis et arrêtés, mandats et reçus… Ces dossiers, juxtaposés aux classiques sources antérieures (archives capitulaires, comptes de couvents et de fabriques, registres paroissiaux), offrent une documentation très riche et relativement cohérente qui a fait l’objet d’une longue enquête scientifique1.

  • 2 « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme » proclamèrent neuf femmes en déposant une (...)
  • 3 Fin 2013 : 155 musiciennes exactement, mais si les dépouillements sont achevés, leur exploitation (...)
  • 4 Parmi les musiciennes d’Église 1790 qui étaient connues avant l’enquête MUSÉFREM : « Cécile-Louise (...)
  • 5 Publié fin 2008, un premier article de synthèse était fondé sur 60 femmes sorties de l’ombre par l (...)
  • 6 Ainsi Jeanne-Marie Lanes, qui se voit refuser toute pension en 1792 au motif qu’elle avait « cessé (...)

2Outre son échelle (la France entière), l’intérêt et la grande nouveauté de cette enquête est d’avoir élargi son objet à tous les musiciens des Églises, sans a priori, quels que soient leur niveau ou leur notoriété. Ce qui a permis l’émergence dans le champ historique de centaines de chantres et organistes totalement ignorés jusqu’alors. Mais, pour paraphraser une formule fameuse2, il y avait plus inconnu encore que l’organiste de province, c’était la femme organiste de province ! Au fil des dépouillements, on a vu surgir des musiciennes, employées par les paroisses, les collégiales, les cathédrales (rarement) et les établissements monastiques. Elles sont plus de cent cinquante3 à avoir franchi le mur de l’invisibilité, dont moins de dix étaient antérieurement connues4. Il s’agit donc d’un corpus presque entièrement neuf5. Afin de lui garantir une meilleure cohérence pour la présente étude, on en a retiré les 22 chanteuses de couvents retrouvées, minuscule pointe émergée d’une population infiniment plus nombreuse, mais mal identifiable car incluse dans la foule des religieuses, et répondant sans doute à des logiques assez différentes. On se limitera donc délibérément aux femmes organistes, qui sont actuellement 133 à avoir été repérées en activité lorsque la Révolution survient. On leur a ici adjoint d’autres organistes qui appartiennent aux mêmes générations et ont été actives dans les années 1780, même si elles ne le sont plus en 1790 sensu stricto6. Les musiciennes répondant à ces deux critères se sont trouvées au nombre de 22, compensant exactement le retrait des religieuses chanteuses.

3Il s’agit d’observer ce corpus nouveau au prisme des questions posées : comment et par qui ces musiciennes ont-elles été accompagnées au fil de leur existence ? Aperçoit-on dans leur entourage des musiciens (ou d’autres artistes) qui auraient joué un rôle dans leur vie musicale et avec lesquels elles auraient pu nouer des relations spécifiques ?

  • 7 À titre d’exemple : Granger Sylvie, « Deux organistes aux destins voisins : Marie-Claude Renault-B (...)

4Disons d’emblée que dans sa globalité ce questionnement est trop exigeant pour le groupe particulièrement discret et modeste dont il s’agit ici. C’est la spécificité de la période qui, en suscitant un type de sources particulières (toutes les opérations qui entourent le processus d’indemnisation et de secours), a permis de mettre au jour ces femmes. Mais que sait-on d’elles au-delà ? Il faut des investigations minutieuses, au plus près du terrain local (état civil, minutes notariées) pour reconstituer leur itinéraire en amont et en aval de ce moment archivistique privilégié. Ce travail de longue haleine n’a été possible que sur certains cas. Et encore, quelle que soit l’obstination déployée, les résultats restent-ils le plus souvent lacunaires7. Aussi, sans prétendre pénétrer les secrets des cœurs, devra-t-on se contenter, dans les pages qui viennent, d’observer et de regrouper quelques grands traits apparus au cours de l’enquête. Certains d’entre eux appartiennent plus au champ de la démographie historique qu’à celui de l’histoire de la musique ou de la musicologie.

Le premier duo : père et fille

  • 8 La jeune organiste de Blesle [Haute-Loire], Françoise Biliard, déclarait lors de son mariage (1761 (...)

5Derrière de nombreuses organistes on entrevoit un père musicien. Les demandes d’indemnisation parlent peu du milieu familial d’origine : hommes ou femmes, les requérants centrent plutôt leur exposé sur leurs mérites et ancienneté propres, mentionnant au mieux des origines « honnêtes et modestes ». C’est souvent dans les registres paroissiaux qu’il faut aller chercher l’information : ce complément d’enquête, outre qu’il n’est pas toujours possible, est de toute façon forcément très long, ce qui rend l’exhaustivité inatteignable8.

La force de la transmission familiale

  • 9 Les autres pères connus travaillent pour 12 d’entre eux dans l’administration, les services, le pe (...)

6À l’heure actuelle, pour les 155 organistes de l’échantillon observé, on connaît le métier de 73 pères. Sur ces 73 pères connus, 51 exercent un métier de la musique, soit 70 %, proportion sans ambiguïté qui autorise à affirmer que c’est bien souvent avec leur père que les jeunes musiciennes ont noué leur premier duo9. Ces 51 pères liés à la musique sont dans 37 cas organistes eux-mêmes et dans quatre cas facteurs d’orgue, soit 41 pères très directement liés au monde de l’orgue. Les autres sont musiciens d’Église (4), luthiers ou facteurs d’instruments (3), maîtres de danse (2) ou de violon (1).

  • 10 AD Calvados : BMS Honfleur, Ste-Catherine, 16 février 1763. AD Seine-Maritime : BMS Montivilliers, (...)
  • 11 Le grand-père paternel de Marie-Rosalie Mallet, ainsi que son oncle et les deux filles de celui-ci (...)

7Dans quelques cas, aux côtés du père se tient une mère elle aussi organiste. Ainsi, à Montivilliers [Seine-Maritime], Marie-Rosalie Mallet a vingt ans en 1783, quand son père disparaît. Si c’est elle qui lui succède officiellement, sa mère Marie-Marguerite Vibert la remplace ensuite chaque fois que nécessaire (grossesses…) et prendra son relais après son décès – en couches – fin 179110. Comme sans aucun doute elle avait déjà plus d’une fois suppléé son mari, du vivant de celui-ci. Comment déterminer ce qui dans le bagage de la jeune fille venait de son père ou de sa mère ? Plus largement, il est impossible de savoir comment s’était organisée la transmission du savoir musical au sein de cette famille d’organistes11. Il en va de même dans les dynasties qui, ici ou là, se consacrent à l’orgue, que ce soit dans son jeu ou dans sa facture : des influences multiples et entrecroisées ont pu jouer sur les jeunes filles durant leurs années de formation. Ainsi Barbe Treuillot, née dans une famille de facteurs d’orgues actifs dans tout l’est de la France, ou Jeanne-Marie Bertrand née à Vitré où ses grand-père, père, oncle et frère ont été facteurs et organistes.

« Mettre sa fille en état de toucher »

8Le rôle de formateur musical d’une fille, endossé par les parents et singulièrement par le père, est la raison première du fort taux d’hérédité musicale observé. Ce rôle est particulièrement plausible dans les 37 cas d’homogénie directe (organiste fille d’organiste), et l’est plus encore lorsque plusieurs sœurs deviennent organistes. Ainsi en va-t-il des deux cousines germaines de Marie-Rosalie Mallet, filles de son oncle paternel Louis-Jacques Mallet.

  • 12 Veuclin Ernest, « Musiciens de Bernay (1599-1793) », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Dépar (...)

9Quoiqu’il soit antérieur à la période d’observation retenue, le cas des trois sœurs Gilbert, successivement organistes à Bernay [Eure] au milieu du siècle, vaut d’être cité. À la fin du mois de mai 1742, Charles Gilbert est organiste de Sainte-Croix de Bernay. L’orgue de l’église voisine Notre-Dame de la Couture est vacant. Avec un rien de cynisme, Gilbert estime que les gages prévus pour rémunérer l’organiste qui touchera cet orgue « ne sont pas assez élevés pour en faire venir un bon ». Que croyez-vous qu’il advint ? Il propose aux paroissiens sa fille aînée, Marie-Anne-Cécile, bientôt 17 ans : il s’engage à « la mettre en état de toucher aux grandes messes et vêpres avant la Toussaint prochaine », donc dans un délai de cinq mois. Pendant quatre ans, poursuivant son apprentissage, elle se contentera d’une modeste indemnité de 50 livres par an. Il demande cependant, délicate attention paternelle, qu’on fasse « adoucir le clavier, pour mettre sa fille en état de toucher »… La fille aînée trop tôt disparue, la puinée a pris le relais, mais elle meurt à son tour, à 15 ans, le 9 avril 1747. La cadette, pas encore 14 ans, n’est pas prête : le père assure l’intérim pendant un an et demi, puis en janvier 1749 Hélène-Catherine prend son poste, qu’elle occupera au moins jusqu’en 176312. Au-delà de la rudesse de l’histoire, du moins le rôle formateur du père est-il ici avéré.

  • 13 AD Morbihan : 3 ES 7-39-41/9, délibérations des habitants d’Auray (dépt. Augustin Belliot).

10Presqu’à l’inverse, on trouve en Bretagne le cas étonnant de Cécile Lua, fille de l’organiste Georges-Bernard Lua. Après avoir débuté à « l’orgue d’une paroisse de campagne », elle a succédé à son père à Saint-Gildas d’Auray. En 1785, la communauté d’habitants la congédie, au motif « qu’elle a toujours foiblement touché, n’a jamais étudié son état et n’y a fait aucun progrès, la chose est notoire13 ». La formation de sa fille aurait-elle été négligée par le père ?

  • 14 AN : DXIX/91/774/07. Cet organiste se nomme Henry-Dominique Herman (1736-1818).
  • 15 AD Ille-et-Vilaine : 1Q 828, requête de François Duparc, organiste de St-Germain de Rennes [vers m (...)

11L’enquête minutieuse sur les musiciens de 1790 a démontré un fait qui va à l’encontre de certaines idées reçues. Dans une fratrie, le père musicien semble volontiers former non pas un unique fils choisi, mais ceux de ses enfants qu’il juge capables, sans distinction particulière entre filles et garçons. Comme l’organiste de la cathédrale de Metz, « père de neuf enfants », plaidant en 1791 « qu’une partie desservoit des orgues dans différents endroits au nombre de huit » : il y a forcément des filles parmi ses enfants qui courent d’un orgue à l’autre dans la ville14. À Rennes, l’organiste François Duparc exprime clairement son implication dans la formation musicale de ses deux enfants, un garçon et une fille : « dès leur enfance, il leur avoit enseigné les principes de l’art auquel il s’est appliqué toute sa vie. Et a la satisfaction de voir que sa fille s’y est rendu assez habile pour tenir sa place en cas de maladie15 ».

« Pour le soulager et toucher de l’orgue à sa place »

  • 16 Suppléer longtemps leur frère dans la discrétion, tels furent les destins semblables de Cécile-Lou (...)
  • 17 AD Loir-et-Cher : 11H 14, texte intégral publié par Madeleine et Jean-Paul Cabarat, Le chant d’une (...)

12« Tenir sa place en cas de maladie », ou toucher en son nom des orgues trop nombreuses pour qu’il les desserve en personne : voilà les deux grandes missions assignées aux filles organistes auprès de leur père – comme parfois auprès de leur frère16. De nombreux cas sont perceptibles dans les archives pour qui y est attentif, et ce n’est évidemment pas une nouveauté au moment où survient la Révolution. Trente ans plus tôt, Charles Mancel, organiste à Blois, expliquait qu’il avait dû renoncer à la moitié de ses revenus : « Melle sa fille n’en pouvant plus toucher, il étoit nécessité de quitter une des deux orgues dont il étoit chargé avec Melle sa fille17. » « Mademoiselle sa fille » avait donc un rôle fondamental puisqu’il se voit contraint d’abandonner l’une de ses tribunes si elle cesse de l’aider. Mais c’est le père qui en « étoit chargé », sa fille n’a aucun titre officiel, donc aucune existence professionnelle légale.

  • 18 Caillou François, Granger Sylvie, et Maillard Christophe, « Deux Générations de musiciens au XVIII(...)
  • 19 AN : DXIX/091/774/16a, 10 août 1791. Pierre-Antoine Godfrin, né à Francfort-sur-le-Main vers 1714, (...)

13C’est ce qui explique que les femmes soient si peu nombreuses à exister dans les archives pourtant propices des débuts de la Révolution. Pour qu’une « aidante » familiale sans titre accède à la visibilité archivistique, il faut que le titulaire l’ait incluse dans ses démarches. Ainsi en a-t-il été pour Marie-Louise Dobet, active dès l’âge de 13 ou 14 ans dans l’ombre de son père, lequel est titulaire de toutes les tribunes de Châteaudun : en janvier 1791 le père demande que son traitement « soit partagé entre luy et sa fille qui depuis 32 ans touche avec luy les orgues qu’il ne pouvoit toucher seul18 ». À Metz, la requête de Pierre Godfrin en août 1791 contient une formulation encore plus claire. Organiste de la paroisse Saint-Victor depuis 54 ans, il supplie l’administration « d’accorder à sa fille, qu’il a toujours gardée avec luy pour le soulager et toucher de l’orgue à sa place, la demie pension après sa mort, attendu qu’elle n’a pu se placer pour le soulager jusqu’à présent et quelle a atteint l’age de quarante ans19 ».

14On ne saurait mieux dire le rôle de bâton de vieillesse auquel sont vouées les filles.

  • 20 Une jeune musicienne pourrait envisager de devenir chanteuse, mais le métier n’offre pas la même i (...)
  • 21 Boyer Michel, Notice biographique, musicale et littéraire sur François Marc, Maître de chapelle de (...)

15Pour terminer cette évocation des liens musicaux père/fille sur une note plus réjouissante, il faut dire qu’un autre type de complicité pouvait lier une musicienne et son père, dont les sources du for privé se font parfois l’écho. Lorsque le père est musicien mais pas organiste, il donne les premiers éléments et éventuellement une formation instrumentale. Mais, comme le ferait un père non musicien, il doit engager un maître extérieur pour former sa fille à l’orgue, seul instrument dont elle puisse raisonnablement envisager de faire un métier musical, du moins un métier respectable et stable20. Ainsi au Mans, Françoise-Adélaïde Veimringer, fille d’un maître de violon lorrain installé dans la ville, est-elle devenue à 16 ans organiste d’une abbaye bénédictine. Pour compléter le bagage musical de sa fille, son père avait fait appel à l’organiste Michel Boyer. Ce qui nous vaut dans les souvenirs rédigés par ce dernier la rassérénante évocation d’un beau duo au sens propre : la jeune fille, écrit-il, était « bonne pianiste et aussi forte sur le violon. Elle jouait très-bien à notre concert la symphonie concertante avec son père, professeur estimé21 »…

Couples d’organistes

16Le mariage vient-il séparer les filles de leur père ? Le statut matrimonial de 7 des 155 musiciennes retenues reste incertain, les données biographiques les concernant étant trop ténues. Au-delà de cette étroite marge d’incertitude, les résultats sont sans appel.

Des mariages rares et relativement tardifs

  • 22 « Selon les pays et les régions, le célibat définitif* touche entre 10 et 20 % de la population fé (...)

17Les 148 autres musiciennes sont à 69,5 % célibataires, proportion qui différencie fortement leur groupe de la population globale où le célibat n’était pas l’état dominant, loin s’en faut, même si le célibat féminin a progressé durant la période moderne22.

  • 23 Pour affiner le nombre de religieuses organistes il faudra compter méthodiquement les couvents et (...)
  • 24 Ainsi Louise-Cécile Cuvillier, qui en 1779 est reçue chez les Cisterciennes de Montreuil-les-Dames (...)
  • 25 C’est le cas, par exemple, de Madeleine Bonsergent, organiste de Saint-Pierre de Pontoise, âgée de (...)
  • 26 Ainsi en va-t-il de Gilberte Goyon, organiste du prieuré bénédictin de Marcigny [Saône-et-Loire]. (...)

18Plusieurs facteurs se combinent pour aboutir à cet état de fait. Les deux premiers sont la présence dans l’échantillon de 20 organistes religieuses, petite part émergée des dizaines qu’elles étaient vraisemblablement sur l’ensemble du pays23, et d’au moins autant de « para-moniales » qui, sous divers statuts (affiliée, agrégée, fille donnée), vivent comme les religieuses dont elles partagent le quotidien, donc bien entendu dans le célibat, voire la chasteté, quoique sans avoir prononcé de vœux24. Le troisième facteur explicatif est la jeunesse de certaines musiciennes au moment de l’observation : 16 des 85 dont on connaît l’âge ont moins de 25 ans en 1790, dont 6 moins de 20 ans. Elles se marieront, éventuellement, plus tard25. Quant au quatrième facteur discerné, s’il n’est pas quantifiable, il n’en faudrait pas pour autant le négliger : des organistes sortent du corpus des musiciennes actives par le fait même de leur mariage, cessant d’exercer leur métier lorsqu’elles convolent. Mécaniquement, cette fraction – par définition impossible à estimer – n’est donc plus comptabilisée dans les effectifs actifs en 179026.

19Enfin, un dernier facteur peut être convoqué pour expliquer la prégnance du célibat dans cette population : quand on n’est plus suppléante d’un père ou d’un frère, quand on parvient à obtenir un poste à soi, être organiste est un vrai métier, qui confère autonomie financière et respectabilité. L’orgue est d’ailleurs en lui-même un instrument estimé, considéré comme savant (improvisation, accompagnement) et magnifié par son rôle dans la liturgie. On sait que les organistes, tenant absolument à n’être en rien confondus avec des baladins, avaient voulu se séparer nettement de la communauté des ménétriers au début du XVIIIe siècle. Ainsi l’honorable statut d’organiste rend-il le mariage moins indispensable, du moins sur un plan socio-économique.

  • 27 N’ont été retenus que les premiers mariages. Le remariage de Rose Verger, organiste de Saint-Laud (...)
  • 28 Scarlett Beauvalet, La démographie de l’époque moderne, Belin, 1999, 334 pages, p. 118.
  • 29 Marie-Madeleine Duminil, organiste à Montereau-Fault-Yonne, qui se marie à 21 ans et demi le 22 ju (...)

20À côté de 14 veuves (âgées de 36 à 66 ans en 1790), le groupe observé comporte 31 femmes mariées, soit 45 musiciennes seulement qui sont ou ont été mariées. Dans 19 cas, sont connues à la fois leurs dates de naissance et de mariage. Les âges au mariage s’échelonnent de 20 ans et 5 mois (Marie-Thérèse Grassin à Hennebont en 1784) à 39 ans et demi (Jeanne Foulhouze à Cusset en 1772)27. La moyenne s’établit à 26 ans et 9 mois, ce qui est supérieur de plus d’un an à l’âge moyen en général avancé pour les premiers mariages féminins au XVIIIe siècle (25 ans et demi)28. Sur nos 19 mariages, 8 seulement se situent en dessous de cet âge moyen général, dont 3 au moins ont été manifestement accélérés par une grossesse en cours29

  • 30 Marie-Claude Renault-Bainville et Jeanne-Marie Bertrand-Jannot sont toutes deux dans ce cas (S. Gr (...)

21Ajoutons au passage que certaines de ces unions se révèlent éphémères, soit par la force banale des choses (la mort sépare le couple d’organistes angevins Rose Verger et Mathieu-Maurice Gabory moins de 11 mois après leur mariage), soit par choix (couples d’organistes servant à des postes éloignés et vivant dans les faits séparés, chacun à son orgue), phénomène atypique pour l’époque, qu’il serait intéressant de mieux éclairer30.

Des unions endogames

22Le profil professionnel du mari est actuellement connu pour 30 des 45 mariages. Dans les trois quarts des cas, le choix du conjoint s’est fait au sein des milieux musicaux : 22 des 30 maris connus sont musiciens. Les (rares) partenaires hors musique des organistes sont des administratifs (petits officiers de justice, procureur fiscal…), parfois des artisans urbains. Quand duo il y a entre une organiste et un artiste, ce dernier est toujours musicien, jamais peintre ni sculpteur, ni aucune profession que l’on pourrait qualifier d’artistique ou d’intellectuelle – il est vrai que l’échantillon reste restreint, et qu’il concerne pour partie des villes modestes où ce type de statut est rare.

  • 31 AN : ET/LI/1155, Mn. Arnaud, Paris, 23 décembre 1781 (dép. François Caillou).
  • 32 Comme le montrent les présences de musiciens aux sépultures de leurs collègues, ou leurs invitatio (...)
  • 33 AD Vienne : BMS Poitiers, Saint-Hilaire de la Celle, 15 septembre 1772, mariage de François-Ferdin (...)
  • 34 AD Ardennes : Q 504, Sedan, comptes de fabrique 1792 (dép. F. Caillou).
  • 35 AD Allier : BMS Cusset, 15 septembre 1772, mariage de Charles-Antoine Dupont et Jeanne Foulhouze. (...)

23Qui sont donc ces 22 maris musiciens ? Ils peuvent être simplement dits « musiciens », sans précisions, ou être maîtres de musique profane, vivant de leçons en ville, comme le maître de clavecin Jean-Étienne Kamermant qu’épouse en 1781 Marie-Jeanne Gousse, l’organiste de Saint-Pierre de Chaillot31. Mais presque tous, 18 sur 22, ont un lien avéré avec l’Église. Dans une église urbaine, les préparatifs des cérémonies extraordinaires, comme le quotidien du culte, offrent des occasions de travail partagé, sans parler des solidarités qui s’entrecroisent au sein du milieu musical d’une ville32. C’est ainsi que Marie-Anne Huet, organiste de deux églises de Poitiers, épouse en 1772 un chantre basse-contre de la cathédrale33 ; ou que, à Sedan, Marie-Claude Jullien, organiste de Saint-Charles est mariée à Rémy Choque, premier chantre de la même église34. Autour des établissements monastiques, surtout situés à la campagne ou dans de petites villes, les réseaux musicaux sont nécessairement moins denses. Jeanne Foulhouze, organiste de l’abbaye Notre-Dame de Cusset [Allier] depuis l’âge de 15 ou 16 ans, y était nourrie et logée, dans une atmosphère que l’on imagine tissée de piété et d’austérité. À presque quarante ans, en 1772, elle se marie pourtant… avec l’un des rares hommes qu’elle était amenée à rencontrer régulièrement : le facteur d’orgues35 !

  • 36 AN : DXIX/90/750/3-4, supplique de Jeanne Foulhouze-Dupont [février 1791].

24Incluse dans cette endogamie musicale, l’endogamie organistique se révèle très puissante puisque sur 22 maris musiciens, 14 sont liés à l’orgue (12 organistes et 2 facteurs d’orgues). On peut penser que ce sont ces unions étroitement endogames qui offrent le plus de chances à l’épouse de poursuivre sa carrière : quand une organiste épouse un organiste, elle reste généralement organiste. De même que Jeanne Foulhouze continue à exercer son métier jusqu’en 1790, partageant la portion de nourriture toujours reçue des religieuses avec son facteur d’orgues, devenu aveugle36. Malgré la relative rareté des musiciennes mariées dans l’échantillon étudié, les couples d’organistes sont assez nombreux pour être significatifs. Et pour que nous cherchions à travers quelques exemples à comprendre comment ils fonctionnaient.

« Avoir touché l’orgue par la main de son épouse »

  • 37 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 18 décembre 1757. Le père, Jacques Duplus, après avoir exercé un emplo (...)
  • 38 AD Côte d’Or: G sup 24/69 (7), 10 août 1763. Ironie du sort, le contrat n’est toujours pas vraimen (...)
  • 39 AD Côte d’Or : G sup 24/46, 2 mai et 1er septembre 1764, 2 janvier 1765, 1er mai 1765.

25Dijon, 18 décembre 1757. Antoinette Duplus vient d’avoir 16 ans quand son père, « se faisant fort pour sa fille », signe son premier contrat d’embauche : « Je soussigné m’oblige et m’engage de faire toucher ma fille l’orgue de Notre-Dame tous les jours marqués… moyennant la rétribution de 120 livres… pour le tems de six années37. » Six ans plus tard, lorsque vient le moment de renouveler l’engagement, et d’augmenter ses gages, les fabriciens de la paroisse traitent cette fois directement avec la jeune fille qui a entre-temps perdu son père38. Les pièces comptables de la paroisse attestent qu’elle touche ses gages elle-même. Trois fois par an, on retrouve la phrase : « payé à la delle Duplus organiste la somme de 50 livres pour ses gages39 ».

  • 40 Ibidem, 2 janvier 1766. La formulation, pourtant claire, a été interprétée à tort comme « son mari (...)
  • 41 AD Côte d’Or : BMS Dijon, Notre-Dame, 21 mai 1765. Dans le contrat de mariage signé le 12 mai, l’a (...)
  • 42 AD Côte d’Or : G sup 24/44 (1) et G sup 24/45 (1). Nommer « mademoiselle » une femme mariée n’a ri (...)
  • 43 AD Côte d’Or : G sup 24/46, 17 février 1794.

26Trois fois par an… jusqu’au moment où, au tout début de 1766, la formulation change : « payé 50 livres au Sr Camus mary de la delle Duplus organiste pour 4 mois de ses gages40 ». En mai 1765, la jeune organiste de Notre-Dame a en effet épousé Louis Camus, organiste de Saint-Michel, une autre paroisse dijonnaise41. Il est juste de dire que dès l’année suivante, le trésorier de la paroisse a adapté sa formulation et note désormais chaque année : « à la delle Camus organiste pour l’année de ses gages échue… 150#42 ». Ce qui permet d’assurer que c’est bien Antoinette Duplus-Camus qui reste aux claviers de Notre-Dame, et ce jusqu’à l’extrême fin du fonctionnement de la fabrique : « la citoyenne Camus » reçoit encore 38 livres le 17 février 1794 « pour 2 mois et dix jours de traitement43 ».

27Toutefois, si elle est enregistrée comme organiste en titre dans les comptes de la fabrique, c’est indubitablement son mari qui tient ceux du ménage. Le prouve une collection de petits reçus diversement libellés (« à la dame Camus organiste de Nostre Dame », « à Monsieur Camus pour quatre mois d’honoraires dûs à Madame son épouse »…), mais tous signés de la main de Louis Camus. L’un d’eux recèle une formule d’anthologie :

  • 44 AD Côte d’Or : G sup 24/78, reçu du 7 janvier 1788, signé (comme les autres) « pour a qui Camus Or (...)

« … au sieur Camus organiste la somme de 40 livres 12 sols 6 deniers pour trois mois et huit jours de ses gages davoir touché l’orgue de la paroisse par la main de son épouze44… ».

« Tant moy que mon épouze »

  • 45 AD Yonne : G 2517, Journal des recettes et dépenses de la fabrique paroissiale Notre-Dame de Tonne (...)
  • 46 AD Gironde : G 3384, 7 septembre et 11 novembre 1782 (dép. Christophe Maillard).

28C’est manifestement la pratique courante et normale, et ce dans toutes les régions. En Champagne, province voisine, la fabrique de Notre-Dame de Tonnerre verse chaque année de 1782 à 1792 les honoraires de l’organiste à son mari, maître chirurgien45 ». Plus loin, à Bordeaux, les quittances des gages de Jeanne Ladoire sont parfois signées par « Ladoire au nom de son épouse, organiste » de la paroisse Sainte-Eulalie de 1771 à 1782 au moins46.

Image 1 – À Tonnerre, le chirurgien Belnet reçoit de la fabrique paroissiale Notre-Dame les honoraires de Anne Roze, organiste, son épouse (AD Yonne : G 2517, comptabilité paroisse Notre-Dame de Tonnerre, 31 décembre 1793).

  • 47 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 13 janvier 1752, 18 avril 1754… Cette formule est encore une fois inte (...)
  • 48 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 29 août 1744.
  • 49 Edme Lausserois a quitté l’orgue de Beaune pour celui de la Sainte-Chapelle de Dijon en 1743. Son (...)

29Revenons à Dijon, à la génération des prédécesseurs d’Antoinette Duplus. Edme Lausserois s’engage par des conventions successives « de toucher tant moy que mon épouze l’orgue de l’église Notre Dame47 ». L’avenant à l’une d’elles est co-signé par les deux époux : « Nous promettons d’observer et d’exécuter le présent Directoire, à Dijon le 29e aoust 1744. Lausserois/Anne chapuzot48. » Une écriture ferme, un A majuscule bien dessiné, un paraphe soulignant la fin de son nom : c’est, semble-t-il, la signature d’une femme énergique. La répartition des tâches semble claire : Edme Lausserois est l’organiste de la Sainte-Chapelle de Dijon49, Anne Chapuzot est l’organiste de la paroisse Notre-Dame. Le contrat « conjugal » signé par le mari pour « tant moy que mon épouse » est un artifice juridique.

  • 50 AD Yvelines : G sup 250-251, Mantes, délibérations de la fabrique de Ste-Croix, 1770-1793 ; G sup (...)

30Pour en terminer avec les cas de ce type qui devaient être légion, évoquons les époux Rabeaux à Mantes [Yvelines]. Pierre Rabeaux est maître de clavecin, et prétend avoir également quelques compétences en facture d’orgue. Il offre de réparer et entretenir l’orgue de la paroisse bénévolement à condition que sa femme, Suzanne Lahaulle, obtienne la place d’organiste qui va bientôt être vacante au vu de l’âge avancé de sa titulaire, la dame Duvrac, qui le touche depuis plus de soixante ans. Là aussi, les choses sont claires et c’est bien pour sa femme que le mari négocie le poste. Mais ensuite, lorsque le conseil de fabrique décide d’accepter la proposition, ce sont les époux Rabeaux qui sont conjointement nommés organistes50.

31Tout se passe comme si le mari était peu ou prou caution de sa femme, de son assiduité, de ses soins… voire de son talent.

  • 51 AD Seine Maritime : 1 QP 1155 (dép. Nathalie Racine). Cette épouse dont le nom n’est jamais cité d (...)

32Comment cela se traduit-il ensuite, au moment où l’atmosphère se fait menaçante pour les emplois des musiciens d’Église ? Les organistes célibataires ou veuves se débattent comme elles le peuvent et on possède d’elles quelques belles requêtes. Quant aux organistes mariées, elles disparaissent. Ce sont leurs maris qui rédigent une requête, et s’ils mentionnent leur épouse, ce n’est qu’incidemment. Ainsi le sieur Urbain-Alexis Meurger à Rouen expose-t-il d’abord son cas d’ancien enfant de chœur « attaché dès son enfance au service de l’Église », devenu depuis dix ans serpent et Maître des enfants de chœur de la ci-devant abbaye de Saint-Ouen, poste double qui lui valait 600 livres par an. Il ajoute : « son épouse était également attachée en qualité d’Organiste aux honoraires de 300 livres ». Et s’il demande une pension pour lui – qu’il obtiendra –, il n’ose semblet-il en faire de même pour sa femme : il ne sollicite que « la continuation de l’orgue de l’église de Saint-Ouen en faveur de son épouse ». Ce à quoi les administrateurs répondent sèchement « qu’elle doit se présenter au concours lorsqu’il sera question de le donner51 ».

  • 52 Filles de l’organiste Louis-Jacques Mallet (1714-1786), elles sont nées à Évreux, Anne-Flore le 17 (...)
  • 53 Boyer M., Notice biographique… sur François Marc, op. cit., p. 54.
  • 54 Boyer Michel, « Notice sur les orgues du diocèse du Mans avant et depuis 1793 », Bulletin de la Soc (...)
  • 55 AD Sarthe : L 3 1 février p. 110 ; L 530, no 446 ; L 359, inventaire de l’abbaye du Pré, août 1790
  • 56 Les Affiches du Mans, 20 vendémiaire III [11 octobre 1794] ; AD Sarthe : 111 ac/1557, recensement d (...)
  • 57 AD Eure-et-Loir : G 6874, comptes 1764-1765 (retenues de 15 livres sur chacun de ses quartiers jus (...)
  • 58 AD Eure-et-Loir : BMS Dreux, St-Pierre, 8 juillet 1772, mariage d’Anne-Aimée Mallet et Jean-Noël C (...)

33Observons pour conclure les figures de deux sœurs qui rassemblent les grands traits entr’aperçus au fil des pages précédentes. Petites filles, filles, nièces et cousines d’organistes, les sœurs Mallet sont toutes deux organistes en 179052. Anne-Flore, l’aînée, a cru échapper au duo familial et a mené une part de son existence en solo, représentative en cela d’une nette majorité de ses consœurs organistes. Son solo n’est pas solitaire : à vingt ans, elle est affiliée à l’abbaye bénédictine du Pré, au Mans. Elle y touche l’orgue construit par les Parizot, « aussi doux à toucher qu’un clavecin53 », au témoignage de l’organiste Michel Boyer, « parfaitement adapté aux mains délicates qui devaient le toucher54 ». C’est là, un quart de siècle plus tard, que la trouve la Révolution55. La fermeture de son abbaye la contraint à regagner ce qui reste du cercle familial. Elle s’installe en ville avec sa mère devenue veuve et se fait institutrice pour les « jeunes citoyennes56 ». Sa sœur, Anne-Aimée, a davantage joué le jeu du duo. D’abord avec son père, dont elle prend le relais à l’orgue de Saint-Pierre de Dreux en 1764, lorsqu’il part à celui d’Alençon. Elle n’a pas 17 ans, et doit d’abord rembourser à la fabrique les dettes paternelles57. À 25 ans, elle épouse un organiste, fils d’organiste58. Elle est en cela représentative d’une minorité de ses consœurs qui lorsqu’elles convolent le font surtout avec un homme de l’orgue, organiste ou facteur. Malgré la naissance d’au moins sept enfants, elle reste active à son orgue jusqu’au cœur de la Révolution.

  • 59 Anne-Aimée Mallet-Chaillou meurt à Dreux le 16 juillet 1801, à 54 ans. Son décès est déclaré par l (...)

34À partir de la même origine familiale, on a là deux itinéraires contrastés, deux vies de femmes très différentes, l’une en solo, l’autre en duo59. Elles symbolisent les termes du choix étroit qui s’offrait aux musiciennes anciennes.

Notes

1 L’enquête MUSÉFREM (Musiques d’Église en France à l’Époque Moderne) sur les musiciens et musiciennes d’Église actifs en 1790 est coordonnée par Bernard Dompnier et Isabelle Langlois (CHEC, université Blaise-Pascal), et par Sylvie Granger (CERHIO, université du Maine). Elle nourrit une base de données prosopographique progressivement accessible en ligne par le portail Philidor du Centre de musique baroque de Versailles : http://philidor.cmbv.fr/musefrem/

2 « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme » proclamèrent neuf femmes en déposant une gerbe à sa mémoire sous l’Arc de triomphe, le 26 août 1970, pour affirmer le rôle des femmes dans l’histoire.

3 Fin 2013 : 155 musiciennes exactement, mais si les dépouillements sont achevés, leur exploitation ne l’est pas, et les chiffres fluctuent encore.

4 Parmi les musiciennes d’Église 1790 qui étaient connues avant l’enquête MUSÉFREM : « Cécile-Louise Calvière et Marie-Geneviève-Nicole Noblet : deux femmes organistes aux destins semblables », scrutées par Erik Kocevar (Histoire, humanisme et hymnologie, Mélanges offerts au Professeur Édith Weber, P. Guillot et L. Jambou (dir.), PUPS, 1997, p. 131-140) ; Marie-Geneviève Thomelin deux fois citée par Marcel-Jean Vilcosqui (La Femme dans la musique française sous l’Ancien Régime, Paris, Éd. du Panthéon, 2001, 238 pages, p. 121 et 153) ou encore Marie-Claude Renault mentionnée par Norbert Dufourcq (Le Livre de l’orgue français, 1589-1789, Picard, t. V, 1982, p. 253).

5 Publié fin 2008, un premier article de synthèse était fondé sur 60 femmes sorties de l’ombre par l’enquête alors en cours (Sylvie Granger, « Les musiciennes de 1790, aperçus sur l’invisibilité », Revue de musicologie, no 94/2, 2008, p. 289 à 308.)

6 Ainsi Jeanne-Marie Lanes, qui se voit refuser toute pension en 1792 au motif qu’elle avait « cessé son service d’organiste à la cathédrale Notre-Dame d’Alet au 1er juillet 1789 » (AD Aude : 1L 1226, 1L 1236 et 5L 22, dépouillement Françoise Talvard).

7 À titre d’exemple : Granger Sylvie, « Deux organistes aux destins voisins : Marie-Claude Renault-Bainville (1724-1803) & Jeanne-Marie Bertrand-Jannot (1738-1804) », Annales Historiques de la Révolution Française, 2011, no 4, p. 3 à 27.

8 La jeune organiste de Blesle [Haute-Loire], Françoise Biliard, déclarait lors de son mariage (1761) n’avoir jamais connu son père ni sa mère ni leur domicile… Au-delà de ce cas très particulier, l’enquête biographique manque parfois d’indices suffisants pour démarrer avec des chances raisonnables de réussite.

9 Les autres pères connus travaillent pour 12 d’entre eux dans l’administration, les services, le petit commerce ou l’éducation (2 maîtres d’école, 1 maître de pension, 1 maître écrivain) ; 8 dans l’artisanat (bois, textile) ; et 2 sont liés à l’Église (bedeau d’une cathédrale, cuisinier d’une abbaye pourvue d’un orgue).

10 AD Calvados : BMS Honfleur, Ste-Catherine, 16 février 1763. AD Seine-Maritime : BMS Montivilliers, St-Sauveur, 29 juin 1783, 28 février 1786, 12 juillet 1786, 14 août 1788, 16 novembre 1791. Voir aussi Lecoq Philippe, « Les Grandes-Orgues de l’Abbatiale de Montivilliers », L’Orgue Normand, no 23, 1992, p. 5-40.

11 Le grand-père paternel de Marie-Rosalie Mallet, ainsi que son oncle et les deux filles de celui-ci sont également organistes (voir en conclusion).

12 Veuclin Ernest, « Musiciens de Bernay (1599-1793) », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, 16e session, Plon, 1892, p. 378-409 ; Granger Sylvie, « Normandie, Une terre de musiciennes », Orgues Nouvelles, no spécial « Normandie du XIIe au XXIe siècle », no 21, 2013, p. 16-17.

13 AD Morbihan : 3 ES 7-39-41/9, délibérations des habitants d’Auray (dépt. Augustin Belliot).

14 AN : DXIX/91/774/07. Cet organiste se nomme Henry-Dominique Herman (1736-1818).

15 AD Ille-et-Vilaine : 1Q 828, requête de François Duparc, organiste de St-Germain de Rennes [vers mai 1791].

16 Suppléer longtemps leur frère dans la discrétion, tels furent les destins semblables de Cécile-Louise Calvière et Marie-Geneviève Noblet, étudiées par É. Kocevar, « Deux organistes aux destins semblables… », art. cité.

17 AD Loir-et-Cher : 11H 14, texte intégral publié par Madeleine et Jean-Paul Cabarat, Le chant d’une ville : la musique à Blois du XVe au XIXe siècle, éd. N-D de La Trinité, 1995, 350 pages, p. 255-256.

18 Caillou François, Granger Sylvie, et Maillard Christophe, « Deux Générations de musiciens au XVIIIe siècle : la famille Dobet de Chartres à Châteaudun, 1713-1839 », Revue Historique, no 662, 2012, p. 391 à 419. Voir aussi : Granger S., « Les musiciennes de 1790… », art. cité, p. 289.

19 AN : DXIX/091/774/16a, 10 août 1791. Pierre-Antoine Godfrin, né à Francfort-sur-le-Main vers 1714, meurt à Metz le 20 avril 1796 (Depoutot René, La Vie musicale en Lorraine [Metz, Nancy et Toul, 1770-1810], De l’originalité provinciale à l’uniformité française, thèse Musicologie, université de Metz, 1997, vol. 1, p. 244).

20 Une jeune musicienne pourrait envisager de devenir chanteuse, mais le métier n’offre pas la même image et par ailleurs, dans une ville de province dépourvue de troupe théâtrale fixe, interdit toute perspective de stabilité. Voir les articles de Bertrand Porot et de Raphaëlle Legrand dans ce volume.

21 Boyer Michel, Notice biographique, musicale et littéraire sur François Marc, Maître de chapelle de la cathédrale du Mans, Le Mans, [vers 1852], 28 pages (Méd. Le Mans : Maine 2423).

22 « Selon les pays et les régions, le célibat définitif* touche entre 10 et 20 % de la population féminine. En France, il suit une progression constante depuis le milieu du XVIIe siècle, passant de 7 % pour les femmes nées en 1660-1664 […] à 14 % pour les générations de 1785-1789 » écrit Scarlett Beauvalet, La Solitude, XVIIe-XVIIIe siècles, Belin, 2008, 208 pages, p. 57.* Célibat définitif : en démographie, on considère qu’une femme célibataire l’est définitivement quand elle atteint l’âge de 50 ans.

23 Pour affiner le nombre de religieuses organistes il faudra compter méthodiquement les couvents et abbayes de femmes dont l’inventaire de 1790 mentionne un orgue en état de fonctionnement (contrat d’entretien avec un facteur, rétribution d’un souffleur ou d’une souffleuse d’orgue), sans que pour autant les comptes révèlent des gages versés à un ou une organiste extérieur…

24 Ainsi Louise-Cécile Cuvillier, qui en 1779 est reçue chez les Cisterciennes de Montreuil-les-Dames, près de Laon, « en qualité d’oblate ou donnée pour y toucher de l’orgue » (AD Aisne : 176 E/31, 2 octobre 1779, dép. François Caillou).

25 C’est le cas, par exemple, de Madeleine Bonsergent, organiste de Saint-Pierre de Pontoise, âgée de 16 ans en 1790, qui épousera quatre ans plus tard l’économe des hospices de la ville (Baffert Jean-Marc, « Les orgues de Pontoise », L’Orgue, 2005, IV, no 272, p. 5-114). Ou encore de Françoise Jaubart, organiste de la cathédrale de Périgueux, qui se marie en 1792 avec le gendarme Jean Laborie, elle a alors 21 ans (AD Dordogne : BMS Périgueux, paroisse Saint-Front, 23 octobre 1792).

26 Ainsi en va-t-il de Gilberte Goyon, organiste du prieuré bénédictin de Marcigny [Saône-et-Loire]. En 1787, elle épouse un jeune procureur qui l’emmène vivre dans son bourg sans orgue à 20 km de là (AD Saône-et-Loire : 3E/33 584, 8 octobre 1787 ; BMS Marcigny, 9 octobre 1787 ; BMS St-Julien-de Civry, 3 novembre et 3 décembre 1789). Elle est remplacée à l’orgue de Marcigny par Mlle Delanoy (AN : DXIX/51/83/22, 12 novembre 1789, dép. Isabelle Langlois). Il semble en avoir été de même pour Antoinette-Victoire Couperin après son mariage avec le fils d’un directeur de la fabrique de damas de Tours en 1780.

27 N’ont été retenus que les premiers mariages. Le remariage de Rose Verger, organiste de Saint-Laud d’Angers, le 26 décembre 1790, n’est donc pas ici pris en compte.

28 Scarlett Beauvalet, La démographie de l’époque moderne, Belin, 1999, 334 pages, p. 118.

29 Marie-Madeleine Duminil, organiste à Montereau-Fault-Yonne, qui se marie à 21 ans et demi le 22 juin 1790, accouche deux mois après ses noces.

30 Marie-Claude Renault-Bainville et Jeanne-Marie Bertrand-Jannot sont toutes deux dans ce cas (S. Granger, « Deux organistes aux destins voisins… », art. cité). D’une manière générale, « en pratique, la séparation semble une situation assez courante, du moins au sein des classes élevées de la société », note S. Beauvalet (La Solitude… op. cit., p. 69), qui ajoute : « de manière étonnante, dans une société réglée par le mariage chrétien, les sources livrent de très nombreux exemples de ce type de comportement » (p. 75). L’article de Bertrand Porot dans le présent volume évoque les couples de chanteurs comédiens qui se séparent provisoirement ou plus durablement au rythme des saisons et des tournées théâtrales.

31 AN : ET/LI/1155, Mn. Arnaud, Paris, 23 décembre 1781 (dép. François Caillou).

32 Comme le montrent les présences de musiciens aux sépultures de leurs collègues, ou leurs invitations réciproques à être parrains ou marraines de leurs enfants.

33 AD Vienne : BMS Poitiers, Saint-Hilaire de la Celle, 15 septembre 1772, mariage de François-Ferdinand Carrière et Marie-Anne Huet.

34 AD Ardennes : Q 504, Sedan, comptes de fabrique 1792 (dép. F. Caillou).

35 AD Allier : BMS Cusset, 15 septembre 1772, mariage de Charles-Antoine Dupont et Jeanne Foulhouze. Granger Sylvie, et Langlois Isabelle, « Une organiste chez les bénédictines de Cusset : Jeanne Foulhouze-Dupont (1733-1813) », A. Regond et H. Delorme (dir.), Bourbonnais baroque ? Aspects du baroque et du classicisme aux XVIIe et XVIIIe siècles dans l’Allier, Souvigny, 2009, p. 121-122.

36 AN : DXIX/90/750/3-4, supplique de Jeanne Foulhouze-Dupont [février 1791].

37 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 18 décembre 1757. Le père, Jacques Duplus, après avoir exercé un emploi administratif (« timbreur à la Direction des Domaines du Roi ») est donné comme luthier sur son acte de décès (BMS Dijon, St-Philibert, 31 mars 1761), et comme facteur d’instruments sur l’acte de mariage de sa fille.

38 AD Côte d’Or: G sup 24/69 (7), 10 août 1763. Ironie du sort, le contrat n’est toujours pas vraiment établi à son nom propre : « Le bail avec la dle Duthu sera renouvellé et continué aux clauses et conditions du précédent à raison néanmoins de 150 livres par an… ». La confusion vient de ce que l’orpheline de 22 ans est sous la tutelle de son oncle maternel, Duthu, maître cordonnier.

39 AD Côte d’Or : G sup 24/46, 2 mai et 1er septembre 1764, 2 janvier 1765, 1er mai 1765.

40 Ibidem, 2 janvier 1766. La formulation, pourtant claire, a été interprétée à tort comme « son mari la remplace » à l’orgue de Notre-Dame (Gardien Jacques, L’orgue et les organistes en Bourgogne et en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Paris, Droz, 1943).

41 AD Côte d’Or : BMS Dijon, Notre-Dame, 21 mai 1765. Dans le contrat de mariage signé le 12 mai, l’apport de chacun des futurs est de 200 livres.

42 AD Côte d’Or : G sup 24/44 (1) et G sup 24/45 (1). Nommer « mademoiselle » une femme mariée n’a rien, alors, d’inhabituel. Pourtant, cela a poussé J. Gardien à une autre confusion : il croit que cette Mlle Camus est Antoinette Camus, fille de Louis Camus et Antoinette Duplus née le 10 mars 1767, dont il écrit qu’elle « succédera à son tour à ses père et mère », qu’elle obtiendra en 1787 « que ses gages soient portés de 150 à 200 livres, et sera maintenue en fonction jusqu’à sa mort, en 1804 ». L’augmentation de 1787 est avérée, mais elle concerne sans ambiguïté sa mère (AD Côte d’Or : G sup 24/69 (7), 8 décembre 1787).

43 AD Côte d’Or : G sup 24/46, 17 février 1794.

44 AD Côte d’Or : G sup 24/78, reçu du 7 janvier 1788, signé (comme les autres) « pour a qui Camus Organiste ».

45 AD Yonne : G 2517, Journal des recettes et dépenses de la fabrique paroissiale Notre-Dame de Tonnerre, 1777-1793.

46 AD Gironde : G 3384, 7 septembre et 11 novembre 1782 (dép. Christophe Maillard).

47 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 13 janvier 1752, 18 avril 1754… Cette formule est encore une fois interprétée de façon tendancieuse par J. Gardien : « Sa femme était, par les contrats que nous venons de mentionner, autorisée à jouer de l’orgue. » Plus qu’autorisée, elle était à mon sens chargée de tenir l’orgue.

48 AD Côte d’Or : G sup 24/99, 29 août 1744.

49 Edme Lausserois a quitté l’orgue de Beaune pour celui de la Sainte-Chapelle de Dijon en 1743. Son contrat à la Sainte-Chapelle, contrairement à celui de Notre-Dame, lui est strictement personnel et ne mentionne aucunement son épouse (AD Côte d’Or : G 1141, 9 janvier 1743).

50 AD Yvelines : G sup 250-251, Mantes, délibérations de la fabrique de Ste-Croix, 1770-1793 ; G sup 258, comptes 1783 (dép. François Caillou).

51 AD Seine Maritime : 1 QP 1155 (dép. Nathalie Racine). Cette épouse dont le nom n’est jamais cité dans le dossier de son mari, se nomme Marie-Anne-Thérèse Devaux.

52 Filles de l’organiste Louis-Jacques Mallet (1714-1786), elles sont nées à Évreux, Anne-Flore le 17 février 1745, Anne-Aimée, le 4 avril 1747.

53 Boyer M., Notice biographique… sur François Marc, op. cit., p. 54.

54 Boyer Michel, « Notice sur les orgues du diocèse du Mans avant et depuis 1793 », Bulletin de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe, 1846, p. 338 à 359, p. 345.

55 AD Sarthe : L 3 1 février p. 110 ; L 530, no 446 ; L 359, inventaire de l’abbaye du Pré, août 1790.

56 Les Affiches du Mans, 20 vendémiaire III [11 octobre 1794] ; AD Sarthe : 111 ac/1557, recensement de 1800 ; Granger Sylvie, « Femmes organistes en Sarthe au temps de la Révolution », La Vie Mancelle et Sarthoise, no 431, 2013, p. 16-20.

57 AD Eure-et-Loir : G 6874, comptes 1764-1765 (retenues de 15 livres sur chacun de ses quartiers jusqu’à extinction de la dette de son père).

58 AD Eure-et-Loir : BMS Dreux, St-Pierre, 8 juillet 1772, mariage d’Anne-Aimée Mallet et Jean-Noël Chaillou.

59 Anne-Aimée Mallet-Chaillou meurt à Dreux le 16 juillet 1801, à 54 ans. Son décès est déclaré par l’ancien maître de psallette devenu instituteur, signe de l’intégration durable de la défunte dans le milieu musical local. Sa sœur Anne-Flore meurt à 72 ans, le 24 mars 1817, à l’hospice des incurables du Mans.

Table des illustrations

Légende Image 1 – À Tonnerre, le chirurgien Belnet reçoit de la fabrique paroissiale Notre-Dame les honoraires de Anne Roze, organiste, son épouse (AD Yonne : G 2517, comptabilité paroisse Notre-Dame de Tonnerre, 31 décembre 1793).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/95260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Enseignante-chercheuse à l’université du Maine et membre du CERHIO (UMR 62-58), Sylvie Granger travaille sur les sociétés urbaines provinciales du XVIIIe siècle (Journal d’un chanoine du Mans, PUR, 2013) et plus particulièrement sur les hommes et les femmes de la musique et de la danse dans les provinces, qu’ils ou elles exercent dans un cadre religieux ou profane. Dans le cadre de l’enquête MUSÉFREM sur les musiciens d’Église à la fin de l’Ancien Régime (http://philidor.cmbv.fr/musefrem), elle s’attache à faire surgir de l’ombre les femmes organistes jusqu’alors méconnues.
Contact : Sylvie.Granger@univ-lemans.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540