Version classiqueVersion mobile

Musiciennes en duo

 | 
Sylvie Granger
, 
Caroline Giron-Panel
, 
Raphaëlle Legrand
, 
et al.

Troisième partie. Les duos face à la société : de la nécessité au choix

Les jongleresses au Moyen Âge : seules ou accompagnées ?

Isabelle Ragnard

Résumé

À l’époque médiévale, jongleresses et menestrelles gagnent leur vie en chantant et jouant le répertoire musical profane dans les villes et les cours. Leur existence est attestée par des documents d’archive des XIIIe et XIVe siècles qui sont ici rassemblés et confrontés pour la première fois : les registres de la fiscalité parisienne du roi Philippe le Bel, les premiers statuts de la corporation des musiciens de la capitale et, enfin, la comptabilité du premier duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Au total, près d’une quarantaine de mentions de chanteuses ou d’instrumentistes femmes révèlent des situations professionnelles contrastées : aisance financière pour quelques unes, précarité pour d’autres, forte tendance à travailler en association mais aussi réussite individuelle parfois. Le métier de musicienne s’exerce seule, en famille ou au sein d’une compagnie professionnelle.

Texte intégral

  • 1 La marginalisation des jongleurs est un fait bien documenté dans la société médiévale. Voir Casagr (...)
  • 2 Pour une synthèse sur le travail des femmes dans la société médiévale voir Lett Didier, Hommes et (...)

1Les jongleresses au Moyen Âge : seules ou accompagnées ? La boutade amuse et intrigue. En fait, elle interroge trois réalités de la vie des interprètes professionnelles aux XIIIe et XIVe siècles qui s’entremêlent souvent. La première renvoie à une connotation morale que nous ne développerons pas : les mœurs des artistes itinérants étant suspectes, dans les textes médiévaux, le mot jongleresse désigne certes une musicienne professionnelle, mais aussi une commère trop bavarde, voire une prostituée ; dans ce cas, la jongleresse est certainement galamment accompagnée1. La seconde est purement musicale : la jongleresse, souvent chanteuse, est accompagnée d’un ou plusieurs instrumentistes pour des performances ponctuelles ou dans le cadre d’une collaboration régulière. Enfin, la troisième est d’ordre sociologique : parce qu’elle est femme dans une société patriarcale, la jongleresse est presque nécessairement représentée par l’homme qui accompagne sa vie quotidienne, son père puis son mari. Le plus souvent, en effet, la femme mariée disparaît derrière le nom de son mari et, même veuve, elle est désignée par le patronyme de son défunt époux2.

2Eu égard aux documents fiscaux et comptables qui sont examinés dans cette étude, notre questionnement porte essentiellement sur l’autonomie sociale des musiciennes professionnelles.

Corpus d’observation

  • 3 Les premières informations sur les jongleresses furent collationnées par deux historiens de la lit (...)

3Les sources observées proviennent d’archives françaises des XIIIe et XIVe siècles dépouillées par les historiens et parfois citées par les musicologues3. Les deux premières séries de documents concernent l’organisation du travail en milieu urbain, spécialement parisien, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle ; la troisième, légèrement plus tardive, permet d’ouvrir la réflexion au domaine aristocratique à partir de l’exemple particulier de la cour bourguignonne de Philippe le Hardi et de son épouse la duchesse Marguerite de Flandre au XIVe siècle. Précisons tout d’abord les spécificités et les limites de ces trois corpus.

Les sept rôles de la taxe de la ville de Paris (1292-1313) sous le règne de Philippe le Bel

  • 4 Les cinq rôles consécutifs (1296-1300) figurent dans un même manuscrit du Trésor des Chartes, aujo (...)
  • 5 Paris, BnF : ms. fr. 6220, publié par Géraud M.-Hercule, Paris sous Philippe-le-Bel, d’après des d (...)
  • 6 Paris, BnF : ms. fr. 6736, publié par Michaëlsson Karl, Le livre de la taille de Paris, l’an 1313,(...)
  • 7 Voir les conclusions des historiennes américaine Archer Janice Marie, Working Women in Thirteenth- (...)

4Sept rôles de la taxe du règne de Philippe le Bel fournissent les listes de contribuables parisiens entre 1392 et 1313. Cinq livres consécutifs (1296-1300) correspondent aux derniers prélèvements d’un impôt royal exceptionnel de cent mille livres tournois, échelonné sur huit années de 1293 à 13004. Les trois premiers registres (1293-1295) manquent mais on conserve la recension préliminaire des taillables effectuée en 12925. Le rôle de 1313 est indépendant : la levée de ce nouvel impôt doit financer l’adoubement du fils aîné de Philippe le Bel, le futur Louis X, et elle ne touche que les Parisiens aisés6. Ces registres fiscaux ne rassemblent pas l’ensemble des Parisiens, ni même tous les actifs de la capitale car les exonérations sont nombreuses, de sorte qu’un quart de la population parisienne pourrait ne pas apparaître dans ces rôles. Ainsi, de nombreux musiciens ne sont pas taillables car leurs revenus sont trop modiques tandis que d’autres, faiblement imposables, appartiennent aux « menus gens » dont la liste n’est pas dressée toutes les années7. À l’inverse, on est surpris trouver dans le registre de 1313, où ne sont taxés que les Parisiens aisés, une dizaine d’individus des deux sexes exerçant une profession liée à la musique.

  • 8 La rue aux Jongleurs, correspondant actuellement à peu près à la rue Rambuteau, est divisée entre (...)
  • 9 Les avis divergent pour savoir s’il s’agit du lieu de résidence ou celui de l’exercice du métier. (...)

5Les musiciens se concentrent dans la rue aus Jugléeurs, mais ils se trouvent aussi dans d’autres quartiers8. Effectuant un relevé par paroisse, les « queteurs » recensent les individus de chaque rue dans l’ordre de voisinage9. Ils indiquent toujours le prénom et le montant individuel de la taxe imposée en ajoutant souvent une précision : le surnom et/ou le métier. Lorsque cette indication manque, il est impossible de déterminer l’activité du contribuable, sauf parfois grâce au recoupement des rôles. Ainsi, de nombreux contribuables de la rue des Jongleurs et d’autres, ailleurs dans la Capitale, sont probablement des musiciens que l’on ignore.

6Le contribuable inscrit correspond dans les faits à un individu exerçant seul sa profession ou à la tête d’entreprises professionnelle ou familiale. Dans ces derniers cas, un grand nombre de femmes, épouses ou filles mais aussi employées, sont ainsi invisibles jusqu’à ce qu’à la suite du décès du chef de famille, des veuves surgissent subitemment dans les registres.

  • 10 La distinction progressive entre jongleur et ménétrier est étudiée par Charles-Dominique Luc, Les (...)

7Le vocabulaire médiéval trouble aussi le repérage des interprètes professionnelles, chanteuses ou instrumentistes car la terminologie s’avère multiple, mouvante et incertaine. En moyen français, trois substantifs génériques, dont il existe des équivalents masculins, désignent les musiciennes professionnelles : jongleresse et jongleur, menestrelle et menestrel, menestrière et menestrier. Cette diversité peut être l’indice d’une évolution chronologique ou d’une différence de statut social. Ainsi à partir du XIIIe siècle, le ménestrel tend à désigner l’employé de la maison d’un seigneur tandis que le jongleur désigne, de plus en plus, le musicien libre et itinérant10. Cependant, la distinction terminologique est loin d’être toujours opérante et dans les documents d’archives les trois couples de termes apparaissent sans qu’une nette différence soit assurée.

  • 11 Il y a dans notre corpus un fleuteeur et un harpeur mais aucune fleuteresse ou harperesse.

8D’autres vocables précisent une compétence artistique spécifique. Le genre féminin est alors marqué par le suffixe esse ajouté à la racine du substantif masculin, comme pour les nombreuses chanterresses. Le principe est notamment appliqué aux instrumentistes ou fabricants d’instruments et l’on trouve les équivalents masculins/féminins suivants : orgueneeur / orgueneresse, citoleeur / citoleresse, vieleur / vieleresse (ou vileresse), salterionnëeur / salterionnesse et même trompeeur / tromperesse11.

  • 12 Nous écartons : Adeline (1292) et Alainne (1300), toutes deux veuves de crieurs, Jeanne la crieres (...)
  • 13 Archer J.-M., Working Women…, op. cit., abstract, p. 10.

9En définitive, après recoupement des informations fournies dans les sept rôles de la taille entre 1292 et 1313, on dénombre neuf femmes exerçant une profession liée à la musique pour soixante-et-un hommes, soit un rapport de 13 % à 87 % environ sur le total général des musiciens imposables12. La représentation des musiciennes est sensiblement identique à celle évaluée à partir des mêmes sources fiscales par Janice Archer pour l’ensemble du travail des femmes à Paris au XIIIe siècle : elles constituent environ 13,6 % des contribuables parisiens13. La répartition est la suivante : une tromperesse, une citoleresse, une orgueneresse, une salterionnesse, deux jongleresses, une épouse de jongleur, une veuve de jongleur et une autre de trompeeur.

Les premiers statuts de la corporation des ménétriers parisiens (1321)

  • 14 Peters, Gretchen, The Musical Sounds of Medieval French Cities. Players, Patrons, and Politics, Ca (...)
  • 15 Le montant de la cotisation fait une distinction entre les « demi-chefs », c’est-à-dire les hommes (...)

10Au Moyen Âge, les femmes exercent professionnellement le métier de musiciennes au côté de leurs homologues orgueneeur, ainsi, les interdictions qui touchent les musiciens tout au long du XIIIe siècle de façon récurrente dans les réglementations des villes françaises du Nord comme du Sud s’appliquent-elles explicitement aux personnes des deux sexes14. De même, la célèbre Confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras, la plus ancienne association caritative de ménestrels français fondée vers 1175, admet à égalité les confrères et consœurs, célibataires, veufs et veuves ou en couple15.

  • 16 Ces documents ont été publiés dès le XIXe siècle, respectivement par Bernhard Marie-Bernard, « Rec (...)
  • 17 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. I, p. 391-393 et L. Gushee, « Two Central places… » (...)

11À Paris, deux actes marquent la formation d’une organisation officielle de la profession au début du XIVe siècle. Le premier est la fondation par deux ménétriers d’un hôpital et d’une église, respectivement en 1328 et 1331, placés sous le patronage de saint Julien et saint Genès. C’est l’origine de la confrérie du même nom pour l’entraide et la solidarité de la ménestrandise16. Comme son homologue arrageoise, cette charité compte des confrères et des consœurs mais aucune femme n’est nommée parmi les administrateurs de l’hôpital Saint-Julien17.

  • 18 Le texte des statuts est consigné dans deux manuscrits – Paris, BnF : ms. fr. 24069, f. 181v et Pa (...)
  • 19 Ibid., t. i, 387-388.
  • 20 Ibid., p. 400.

12Le second événement est légèrement antérieur : les ménestrels et ménestrelles parisiens sont les premiers musiciens professionnels du royaume de France à s’organiser en une corporation de métier dont les statuts sont déposés à la prévôté de Paris le 14 septembre 1321 et confirmés le 22 octobre 134118. Or, comme le souligne l’historien de cette institution, M.-B. Bernhard, « à côté des mots jougleurs et menestreurs se trouvent toujours, dans les statuts, ceux de jougleresses et menestrelles19 » et le document est validé « à l’acort commun des menestreus et menestrelles, jougleurs et jougleresses, demourant en la ville de Paris, dont les noms sont ci-dessous escrips20 ». Sur les 37 signataires, huit sont des femmes regroupées à la fin de la liste :

  • 21 Ibid., p. 402. La liste s’achève toutefois par un signataire masculin, Jaque le Jougleur, peut-être (...)

« Isabelet la Rousselle ; Marcel la Chartaine ; Liegart, fame Bienviegnant ; Marguerite, la fame au Moine ; Jehane la Ferpière ; Alipson, fame Guillot Guerin ; Adeline, fame G. l’Anglois ; Ysabiau la Lorraine21. »

  • 22 La liste chronologique des statuts de ménétriers parisiens est dressée par M.-B. Bernhard, « Reche (...)
  • 23 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. II, p. 531 et 538.
  • 24 À partir du XVe siècle, la ménestrandise devient « un métier d’hommes » comme le souligne Charles- (...)

13Leur présence nominative est d’autant plus remarquable que les femmes sont absentes des statuts ultérieurs de Paris – dès ceux présentés à Charles VI en 1407 – et de ceux déposés avant 1500 dans quatre villes françaises22. Bernhard propose une double explication à cette disparition. La première suppose que le droit des femmes à exercer la profession étant désormais établi par l’usage, il n’est plus besoin de les mentionner explicitement. Mais une seconde constatation suggère au contraire que l’accès de plus en plus onéreux au titre de « maître » au sein du métier conduit à l’exclusion des femmes23. Enfin, il se peut également que cette corporation de joueurs d’instruments « tant hauts que bas » n’ait pas à statuer sur les activités des « ménestriers de bouche », parmi lesquels de nombreuses chanteuses24.

Les comptes du receveur général du Duché de Bourgogne (1368-1383)

  • 25 En particulier : Pirro, André, La musique à Paris sous le règne de Charles VI (1380-1422), Strasbo (...)
  • 26 L’étude pionnière fut celle de Brenet Michel [alias Marie Bobillier], « Les musiciens de Philippe (...)
  • 27 Le duc et la duchesse Marguerite de Flandre (1350-1405) résident ensemble ou séparément dans leurs (...)
  • 28 Wright Craig, Music at the Court of Burgundy, 1364-1419 : a documentary History, Henryville-Ottawa (...)
  • 29 Ibid., p. 28-29.
  • 30 Prost Bernard, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de (...)
  • 31 Les relevés de Wright comme ceux des Prost, oncle et neveu, sont partiels mais aucun d’eux n’expli (...)

14Si les musiciennes sont apparemment de moins en moins présentes dans la ménestrandise parisienne, les mentions de ménestrelles dans des livres de comptes des aristocrates des XIVe et XVe siècles prouvent que les femmes exercent toujours cette profession. La comptabilité des frères et des fils du roi Charles V enferme de précieuses, quoique rares, références à des interprètes féminines25. Le duché de Bourgogne, dont la lignée des quatre ducs apanagés commence en 1363 et s’achève en 1477, a particulièrement suscité l’intérêt des musicologues26. Seul le règne du duc Philippe le Hardi et de son épouse la duchesse Marguerite de Flandre est retenu ici27. Comme pièces justificatives à son étude de la musique sous les deux premiers Valois de Bourgogne, Philippe le Hardi (1363-1404) et Jean sans Peur (1404-1419), Craig Wright publie 172 enregistrements extraits des comptes du receveur général du duché de Bourgogne entre le 9 octobre 1367 et le 16 octobre 1419 ; cinq seulement sont relatifs à une ou plusieurs musiciennes28. Les relevés du musicologue ne sont cependant pas exhaustifs : il évoque lui-même trois autres passages, qu’il cite souvent incomplètement, dans son bref commentaire consacré aux femmes29. En dépit de la large période examinée, plus d’un demi-siècle, les occurrences féminines qu’il signale se concentrent entre 1372 et 1378. Il s’agit plus d’un tropisme, manifestant l’intérêt du chercheur vers les chanteurs de la chapelle et les ménétriers de la maison ducale, que de la manifestation d’une désaffection du couple ducal à l’égard des musiciennes. Ainsi, dix documents supplémentaires apparaissent dans les extraits de comptes rassemblés par Bernard Prost couvrant les années 1368 à 139030. Finalement, ces deux dépouillements révèlent vingt-et-une occurrences féminines de septembre 1368 à la fin de juin 1383 et, bien qu’il soit possible que d’autres soient encore inédites, ces extraits d’archives bouguignonnes permettent de mettre en lumière la diversité des situations professionnelles des musiciennes se produisant à la cour de Bourgogne pendant une quinzaine d’années au XIVe siècle31.

Les musiciennes seules

  • 32 Archer J.-M., Working Women…, op. cit., p. 8 et passim.
  • 33 Ibid., p. 61-62.

15Le modèle d’un « atelier » familial dirigé par un homme domine largement l’organisation de la production économique parisienne à la fin du XIIIe siècle. Ce chef d’entreprise, mari ou père, est généralement l’unique imposable nommé dans les registres32. Aussi, pour qu’une femme seule figure dans les listes de Parisiens soumis à la taille exceptionnelle de Philippe le Bel, il faut qu’elle soit célibataire ou veuve et que ses revenus professionnels soient suffisamment importants. Tant que son mari est vivant, son épouse, si elle exerce le même métier, est invisible mais s’il décède, elle apparaît presque nécessairement car une veuve exerce de plein droit l’autorité sur le reste de la famille et reprend l’activité professionnelle de son conjoint en s’associant éventuellement avec ses enfants33.

Les veuves

  • 34 Ibid., p. 129 et 131 ; voir aussi Bourlet Caroline, « L’Anthroponymie à Paris à la fin du XIIIe siè (...)
  • 35 AN : KK 283 (RdT-1297), f. 77d, Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs dedans les murs, rue des Jongleu (...)

16Plusieurs historiennes spécialistes des registres fiscaux parisiens sont parvenues à la conclusion que la mention « Y fame X » (« Y femme de X ») désigne une veuve34. Par conséquent, il appert que deux épouses de musiciens décédés deviennent imposables. En 1297, Peronelle, veuve de Girart le trompeeur, figure parmi les « menus », puis disparaît des registres35. Comme dans tous les cas semblables, les causes de cette nouvelle disparition administrative sont potentiellement multiples : un changement de profession, une exonération après la baisse de ses revenus, son décès, un déménagement et enfin, son remariage ! Il est possible de reconstituer les liens familiaux de la seconde veuve, Luce fame Guerin le jugleeur, en croisant les informations de l’ensemble des registres et le nom des signataires du Statut des ménestriers.

  • 36 1 sou est égal à 12 deniers ; 20 sous font une livre.

Figure 1 – La famille de Guerin le jugleeur
– le père : Guérin, le jongleur
BnF : fr. 6220 (RdT-1292), f. 8b : Guerin, le jugleeur, 2 sous36.
– son épouse : Luce, jongleresse ?
AN : KK 283 (RdT-1298), f. 125 : Luce, fame Guerin le jugleeur, 2 s.
AN : KK 283 (RdT-1299), f. 156 : Luce, fame Guerin le jugleeur, 2 s.
AN : KK 283 (RdT-1300), f. 235 : Luce, fame Guerin le jugleeur, 3 s.
– son fils : Jehan, taboureur
BnF : fr. 6220 (RdT-1292), f. 8 : Jehan, le taboureeur, 12 deniers
AN : KK 283 (RdT-1297), f. 69v : Jehan Guerin, taboureeur, 5 s.
AN : KK 283 (RdT-1299), f. 156 : Jehan tabouriau, 6 s.
AN : KK 283 (RdT-1300), f. 235 : Jehan, fils Guerin le jugleeur, 6 s.
Corporation des ménétriers de Paris (1321) : Jehan Guerin
– une parente ?
Corporation des ménétriers de Paris (1321) : Alipson, fame Guillot Guerin

  • 37 Jehan Guerin joue du tabor, un double instrument associant une flûte, de type galoubet, et un tamb (...)
  • 38 Gushee L., « Two Central places… », art. cité, p. 141.

17Tout d’abord, son mari figure dans la recension de 1292, rue Guillaume Bourdon dans la paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois. Les années suivantes, il n’apparaît plus en tant qu’individu car il est sans doute mort mais son nom sert à préciser l’identité de sa femme Luce et de son fils Jean le taboureur qui figurent toujours parmi les taillables de la rue Bourdon37. Les Guerin constituent une large famille aussi il est possible qu’Alipson « fame Guillot Guerin » membre de la corporation des ménétriers soit une proche parente [voir figure 1]. Elle est une des quatre veuves qui figurent parmi les signataires des statuts de 1321 avec Liegart, fame Bienviegnant, Adeline, fame G. l’Anglois, et Marguerite, la fame au Moine. Aucun ménestrier portant leur patronyme respectif n’est signataire à l’exception de Jaucon « filz le Moine », dont la mère est probablement Marguerite veuve de Le Moine. Gaultier Bienviegnant, membre important de la confraternité de Saint-Julien et Saint-Genet dans les années 1330, pourrait être le parent (fils, neveu ou beau-frère ?) de Liegart38. Les quatre autres femmes signataires des statuts des ménétriers sont très probablement des célibataires pour lesquelles aucun lien familial n’est connu : Isabelet la Rousselle, Marcel la Chartaine, Jehane la Ferpière, Ysabiau la Lorraine. Si du point de vue factuel, toutes les ménestrelles de la corporation semblent être des femmes seules, il faut observer que, à l’instar de Pariset, elles peuvent représenter une famille ou une compagnie et que, par ailleurs, toutes les épouses et les filles de ménétriers signataires sont invisibles.

Les célibataires

18Les musiciennes célibataires taxées individuellement et sans liens familiaux avec d’autres contribuables figurent uniquement dans le registre de 1313.

  • 39 Paris, BnF : fr. 6736 (RdT-1313), respectivement f. 2c, f. 46 et f. 42.

Figure 2 – Les musiciennes contribuables en 1313 39
Paroisse S. Germain : Bienvenue la tromperesse, 18 s.
Paroisse S. Geneviève-du-Mont : Marie la citolerresse, regratiere, 15 s.
Paroisse S. Séverin : Peronelle l’orgueneresse, 9 s.

  • 40 Au total, si l’on retient Jehannne la Halebrane, onze professionnels de la musique sont taillables (...)
  • 41 Ces exemples, issus des rôles inédits, m’ont été signalés par Caroline Bourlet. L’exercice d’un se (...)

19La présence de ces trois femmes, pour sept musiciens masculins, est d’autant plus étonnante que cet ultime rôle contient le plus faible nombre de taillables (6 000 contre 9 000 à 11 000 les autres années), c’est-à-dire les plus riches contribuables40. Autre surprise, la taxation, forcément assez élevée, est supérieure pour les femmes. Les orgueneeurs de la paroisse sainte Geneviève-du-Mont sont moins imposés que Peronelle de Saint-Séverin : Renaut paye 3 sous et 8 deniers, Thomas, qui exerce également la profession de tavernier, sans doute lucrative, paye 6 sous. Que déduire de cette disparité ? Peut-être que Peronelle et ses deux consœurs ne jouent pas des instruments mais qu’elles les fabriquent. Le cumul d’activité est une autre raison pertinente pour expliquer la taxation de Marie, la citoleresse qui est également regratiere, c’est-à-dire vendeuse d’articles de seconde main. Fréquemment, des hommes jouant apparemment du même instrument exercent aussi une seconde profession : Renaut le citoleeur (1299) est poissonnier, Roger la citole est meunier (1300)41. Dès lors, il est difficile de déterminer l’apport financier de leur activité musicale dans leur revenu.

  • 42 AD Côte d’Or : B 1441, f. 50v, 1374, à Rouvres, par ordre du Duc ou de la Duchesse. Cet exemple es (...)
  • 43 AD Côte d’Or: B 1445, f. 92, novembre 1375 (Prost, I, no 2437). Désormais, sont indiqués seulement (...)
  • 44 AD Côte d’Or : B 1451, f. 73v, 14 septembre 1376, par ordre du Duc (Prost, I, no 2743).
  • 45 AD Côte d’Or : B 1451, f. 88, 10 avril 1377, Rouvres, par ordre de la Duchesse (Prost, I, no 3100, (...)
  • 46 AD Côte d’Or : B 1460, f. 117v, mandat du 2 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 781)
  • 47 AD Côte d’Or : B 1461, f. 148v, 23 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 784).
  • 48 AD Côte d’Or : B 1461, f. 148v, 23 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 786).

Figure 3 – Les musiciennes seules dans les comptes du duché de Bourgogne
– Berthelomette « la menestriere », est rémunérée pour ses services à Rouvres42.
– « à Belle Au Jour, menestriere, 1 fr.43 »
– « à une menestriere de guisterne, qui fit feste devant Mgr à Valence, 4 fr.44 »
– « à Aiglantine de Tournay, chanteresse…, pour ce qu’elle avoit chanté devant elle, 2 fr.45 »
– « à une encienne femme chanteresse, qui, le 23e jour de mai, joua devant Mgr, 2 fr.46 »
– « à une jongleresse qui a joué devant Mgr, 1 fr.47 »
– « à une povre femme non veant qui avoit joué de la vielle devant Mgr, 1 fr.48 »

  • 49 AD Côte d’Or : B 1451, f. 90v, 29 mars, à Paris, par ordre du Duc (Prost, I, no 3089).

20Les comptes du duché de Bourgogne ne présentent pas ce genre d’ambiguïté : la rémunération correspond toujours à une prestation musicale. Un tiers des paiements à des femmes (7/21) bénéficie à des interprètes solitaires s’étant présentées devant le Duc ou la Duchesse entre 1374 et 1383. Une certaine précarité semble toucher deux d’entre elles : l’une est une chanteuse âgée (« encienne »), l’autre une pauvre aveugle (« non veant ») mais elles perçoivent pourtant la même somme que leurs consœurs. La vie en communauté est certainement une solution face à la grande pauvreté, cependant les difficultés matérielles touchent également les troupes d’artistes, ainsi le duc fait-il l’aumône d’un franc à « plusieurs chanteresses de Paris » pendant la Semaine Sainte de 137749.

  • 50 Pour les trois autres musiciennes, la terminologie est imprécise car menestriere et jongleresse(...)
  • 51 La guiterne est après la harpe, le « bas » instrument que le duc apprécie le plus. Il emploie un m (...)

21Alors que toutes les ménestrelles qui se produisent en groupe sont présentées comme des chanteuses, deux des solistes mentionnées sont des instrumentistes : une joueuse de guiterne et une vièliste50. La performance de la première est marquée par l’expression « qui fit feste devant monseigneur » utilisée parcimonieusement dans le livre de compte. Elle signale la satisfaction du Duc qui octroie exceptionnellement 4 francs – soit le double, voire le quadruple, des dons versés aux autres jongleresses – à cette unique « menestriere de guisterne51 ».

  • 52 Au Banquet du Vœu du Faisan que donna Philippe le Bon le 17 février 1454 à Lille, une « damoiselle (...)

22Contrairement aux hommes, aucune ménestrelle n’apparaît comme membre permanent du personnel de la cour de Bourgogne. D’autres employées semblent assurer cette fonction car les dames d’honneur et les « femmes de chambre » qui forment l’entourage familier de la duchesse sont parfois sollicitées pour chanter lors des fêtes ducales sans qu’aucune rémunération ne figure dans les comptes pour cette activité musicale52.

Les musiciennes au sein de la famille

Mères et filles

  • 53 Richard Jules-Marie, Une petite-nièce de Saint Louis : Mahaut comtesse d’Artois et de Bourgogne (1 (...)
  • 54 Colinet est dit « fils Pariset des naquerres [naquaires] » dans le procès-verbal du 10 juillet 133 (...)

23Comme pour les artisans et les commerçants, la profession de musiciens s’exerce parfois en famille. Derrière le nom d’un homme, se cache alors celui d’une ou plusieurs femmes : épouse, mère, filles, belles-filles. À la tête de la corporation parisienne « Pariset, menestrel le roy » est signataire « pour lui et pour ses enfants ». Ce chef de famille, nommé sans son épouse (est-elle décédée ou n’exerce-t-elle pas le même métier ?), est peut-être le tuteur de filles jongleresses. Il est lui-même très probablement le fils de Pariset, jadis ménestrel au service du comte Robert II d’Artois (1266-1302) et mort en 1303. Maffie, sa veuve et possible mère du roi des ménestrels parisiens, bénéficie d’une rente viagère versée par Mahaut d’Artois l’héritière du comté, jusqu’à sa mort survenue près de trente ans plus tard. Comme de nombreux serviteurs de Robert d’Artois, la veuve Pariset possède un sceau qui reproduit les mêmes attributs que celui de son époux, à savoir un cor et une trompette de ménestrel mais il serait excessif d’en conclure qu’elle était elle-même musicienne53. Enfin, Colinet « filz Pariset des naquerres », administrateur de la confrérie de l’hôpital Saint-Julien dans les années 1330, serait le petit-fils de Maffie et le dernier représentant connu de trois générations de ménétriers54.

24La fiscalité royale laisse paraître d’autres cas de filiation entre des parents et leurs filles qui témoignent de leur collaboration professionnelle. Les rôles de la taille présentent ainsi deux cas exceptionnels car des filles sont présentées comme contribuables principales.

  • 55 AN : KK 283 (RdT-1297), f. 39d.

25En 1297, Eudeline « la salterionnesse [et] son père » exerçant dans un quartier de musiciens, rue Saint-Germain-l’Auxerrois, située rive droite dans la paroisse du même nom, sont taxés conjointement parmi les menus pour la somme de 12 sous55. Dans quelle mesure le père participe-t-il au métier exercé par sa fille ? Celle-ci joue-t-elle ou fabrique-t-elle des psaltérions ? Aucune réponse ne peut être apportée car ni Eudeline ni son ascendant, qui ne peut être identifié sans son prénom, n’apparaissaient dans les autres rôles.

26Les registres fiscaux s’avèrent beaucoup plus prolixes pour la seconde jongleresse dont on peut suivre la trace dans quatre registres de la taille (en 1292, puis de 1296 à 1298).

Figure 4 – Bietrix et sa mère Aalis
BnF : fr. 6220 (RdT-1292), f. 27b : Bietriz d’Arraz [et] sa mere, 16 s.
AN : KK 283 (RdT-1296), f. 13c : Aalis d’Arraz, Bietriz sa fille, 12 s.
AN : KK 283 (RdT-1297), f. 46v : Bietrix d’Arraz, jugleresse, 12 s.
AN : KK 283 (RdT-1298), f. 107 : Bietriz d’Arraz, 10 s.

  • 56 La profession de Bietrix n’apparaît que dans le registre de 1297. Le fait que sa mère apparaisse d (...)

27Bietrix ou Bietriz (Béatrice) d’Arraz et sa mère Aalis sont associées de 1292 jusqu’en 1296, puis sa mère étant probablement décédée, Bietrix poursuit seule son activité pendant deux ans, avant de disparaître de la liste des contribuables de la rue des Jongleurs après 1298. Notons que dans un premier temps, la disparition d’Aalis ne modifie pas le montant élevé de l’imposition qui concerne l’ensemble des activités de ce noyau familial, considéré comme un « gros » contribuable ce qui est remarquable pour les musiciens56. On peut supposer soit que Bietriz avait un talent musical exceptionnellement rémunérateur par rapport aux autres ménestrels soit qu’elle dirigeait une compagnie de jongleurs et jongleresses.

Les couples mariés

28Dans les documents administratifs tels que les registres fiscaux, les femmes mariées étant quasiment invisibles, le cas de « Jehanne la Halebrane » attire l’attention. Elle est présente dans les sept rôles, une constance et une longévité unique dans notre corpus. En 1292, elle est accompagnée de sa mère, puis figure seule dans cinq des six registres suivants, mais soudain en 1297, son nom suit celui d’Abraham le jugleeur qui est probablement son mari. La disparition de celui-ci, mort ou séparé de son épouse, ne change rien à la taxation de la Halebranne qui tient donc ses revenus de sa propre prospérité professionnelle.

Figure 5 – Jehanne la Halebrane
BnF : fr. 6220 (RdT-1292), f. 31v : Jehanne la Halibranne [et] sa mere, 24 s.
AN : KK 283 (RdT-1296), f. 10b : Jehanne la Halebrane, 48 s.
AN : KK 283 (RdT-1297), f. 48c : Abraham le jugleeur [et] Jehanne le Halebrane, 20 s.
AN : KK 283 (RdT-1298), f. 109 : Jehanne la Halebrane, 20 s.
AN : KK 283 (RdT-1299), f. 182 : Jehanne la Halebrane, chauderonniere, 20 s.
AN : KK 283 (RdT-1300), f. 259v : Jehanne la Halebrane, chauderonniere, 20 s.
AN : KK 283 (RdT-1313), f. 19 : Jehanne la Halebrane, 30 s.

  • 57 Franklin Alfred, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis (...)
  • 58 Selon Franklin (ibid.), les tailles de 1292 et celle de 1300 contiennent respectivement six et qui (...)
  • 59 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité., I, p. 379-380.

29Le métier de Jehanne, chauderonniere, révélé en 1299 et 1300, semble très éloigné des activités musicales de son conjoint car les chaudronniers fabriquent habituellement des objets métalliques tels que les bassines et chaudrons en cuivre. Pourtant, dans son Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, Alfred Franklin signale qu’il trouve « plus tard », sans doute au XVIIIe siècle, une division en cinq classes dont des « chaudronniers faiseurs d’instruments de musique en cuivre : cors de chasse, trompettes, timbales, etc.57 ». Notons que la Halebrane est toujours recensée dans la paroisse Saint-Nicolas-des-Champs-dedans-les-murs, rue Saint-Martin, la grande artère coupant perpendiculairement l’extrémité ouest de la rue des Jongleurs. Jehanne, mariée à un jongleur et habitant le quartier des musiciens, pourrait avoir été un exemple précoce de la spécialisation de certains artisans des métaux dans la fabrication d’instruments de musique58. Néanmoins, la question demeure ouverte car dans le recueil des métiers d’Étienne Boileau, il est rappelé qu’au mois d’août 1297, trois « feseurs de trompes » demandèrent à la prévôté « que leur métier fût réglé par les statuts des forcetiers », ce qui leur fut accordé59.

  • 60 AD Côte d’Or : B 1435, f. 66v, 12 novembre 1371, au château d’Argilly, par ordre du Duc (Prost, t. (...)
  • 61 AD Côte d’Or : B 1451, f. 78v, 14 septembre 1376, à Châlon, par ordre du Duc (Wright, no 22).

30Les couples mariés ne sont guère présents dans la comptabilité des ducs de Bourgogne. En quinze ans, seulement deux ménétriers accompagnés de leur épouse viennent divertir Philippe le Hardi qui séjourne dans ses propriétés méridionales de Châlon et d’Argilly en 1371 et 1376 : « à Perrin de Mascon, joueur de quitterner, et Marie, sa femme…, pour ce que il avoient fait mestier devant li, 4 l. t.60 », « à un menestrier et sa femme qui chantèrent devant monseigneur, le Xe jour de septembre, 2 fr.61 ».

  • 62 La guiterne est un instrument à cordes pincées en forme de demi-poire.
  • 63 AN : KK 252, f. 135, le 28 juin 1377, au chastel de Bourbon. Le couple reçoit 10 sous (Günther U., (...)
  • 64 Le rapprochement est suggéré par Wilkins Nigel, Music in the Age of Chaucer, Cambridge, D. S. Brew (...)
  • 65 Angles Higinio, Historia de la música medieval en Navarra, Pamplona, Diputación foral de Navarra, (...)

31Le lien matrimonial se double d’une connivence professionnelle car les époux sont rémunérés pour leur prestation musicale commune bien que l’on ne distingue pas exactement le rôle de l’un et de l’autre conjoint : Perrin, le joueur de guiterne accompagne-t-il sa femme chanteuse62 ? Le ménestrier anonyme est-il instrumentiste ou chanteur ? Malheureusement, les comptables ne sont pas des chroniqueurs et leur prose manque de précisions. Le dernier payement est peut-être à rapprocher de la récompense accordée quelques mois plus tard par le duc Jean de Berry à « Cateline la chanteresse qui chanta avecques son mary devant Monseigneur63 ». Mais cette dernière est-elle Catalina de Inglaterra qui s’accompagne elle-même à la harpe et dont le chant avait été si apprécié à la cour Aragonnaise en 135064 ? En tout cas, la présence d’autres couples mariés est attestée dans la comptabilité des rois de Navarre et d’Aragon tout au long du XIVe siècle65.

Les « compagnies » ou associations de métier

  • 66 En dehors d’un contexte musical, on trouve par exemple dans le rôle de 1297, des mentions où les a (...)
  • 67 Il en est de même pour les « compagnons ». Le seul exemple possible est douteux : « Guiot Guérart (...)

32Du point de vue fiscal, les « compagnies » sont des associations de personnes qui exercent la même profession et sont taxées conjointement. Elles sont formées soit par une famille dirigée par le père, s’il est vivant, ou sa veuve associée à ses enfants, ou encore des fratries, soit par des individus sans liens de parenté. Dans son étude statistique des rôles de la taille, J. Archer remarque qu’alors que les femmes ne forment qu’environ 13 % des contribuables, elles constituent la moitié des membres des compagnies familiales ou professionnelles. Elles sont identifiées dans les rôles de la taille, lorsqu’après le prénom d’un contribuable, les quêteurs de Philippe le Bel ajoutent « et sa (ses) compaigne(s) » sans forcément préciser leur métier66. Malheureusement, aucune mention semblable n’existe pour les musiciennes67.

33Pourtant, il est certain que de telles associations de métier existaient entre musiciens au moins dès le début du XIVe siècle comme le prouvent les statuts des ménestriers qui ne manquent pas d’interdire l’embauche d’autres personnes que celles qui font partie de « l’atelier » : compagnon ou compagne au sens professionnel, apprentis, enfants célibataires et filles mariées si elles sont temporairement séparées de leurs maris :

Article 1 : […] nuls trompeurs de la ville de Paris ne puist allouer à une feste que luy et son compaignon ne autre jougleur ou jougleresse d’autrui mestier que soy mesme […]

  • 68 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. I, p. 400-401.

Article 5 : « nuls menestreurs apprentis qui voist aval taverne ne puisse louer autrui que lui […], se ne sont ses enfants à marier tant seulement ou de qui les maris seroient alé en estrange pais ou estrangé de leurs fames68.

  • 69 Le plus ancien connu à ce jour, daté de 1310, concerne cinq joueurs de trompette de Lucques. Sur l (...)

34À l’évidence, ces clauses dans la réglementation du métier attestent de pratiques fréquentes mais encore rarement scellées par acte notarié la fin du Moyen Âge. Les contrats de la seconde moitié du XVIe siècle montrent que la durée de l’association variait entre un et trente-cinq jours ; ils insistent surtout sur une égale distribution des profits69.

  • 70 « À pluseurs menestriers et menestrieres de Paris, qui ont au jour d’ui joué et fait mestier devan (...)
  • 71 « À pluseurs chanteurs et chanteresses qui avoient chanté devant mon dit seigneur au dit lieu de C (...)
  • 72 « À plusours chanteresses de Paris, pour semblable, 1 fr. ». AD Côte d’Or : B 1451, f. 90v, 29 mar (...)
  • 73 AD Côte d’Or : B 1451, f. 73v, 14 septembre 1376, à Châlon, par ordre du Duc, 2 fr. (Wright, no 22 (...)

35Des payements bénéficiant à plusieurs individus devant partager une récompense sont fréquents dans les comptes du XIVe siècle. Près des deux tiers des mentions de musiciennes reçues par le duc et la duchesse de Bourgogne concernent des groupes mixtes (deux occurrences) ou exclusivement féminins (treize occurrences) réunissant des individus sans lien de parenté attesté. Philippe le Hardi rétribue en 1368 « pluseurs menestriers et menestrieres de Paris70 », puis à Cambrai en 1378 « pluseurs chanteurs et chanteresses71 ». Les distances chronologique et géographique excluent toute possibilité de rapprochement entre ces deux ensembles mixtes au nombre indéterminé de participants. En revanche, il est possible que les trois mandements destinés « à pluseurs chanteresses » qui divertirent le duc à Paris en 1377 et 1378 se réfèrent à la même troupe de chanteuses parisiennes72. Elles sont sans doute peu nombreuses ou bien fort nécessiteuses car leur très faible rémunération ressemble à une aumône. En 1376, « pluseurs chanteresses, qui chantèrent devant monseigneur » à Châlon ne sont pas mieux récompensées73.

  • 74 AD Côte d’Or : liasse B 340, 8 novembre 1370, à Paris, par ordre du Duc (Prost, I, no 1235).

36Les autres ménestrelles se rassemblent en troupes constituées de deux à sept individus. À Paris, en 1370, le duc donne 2 francs à « troiz menetrieres, qui ont au jour d’hui chanté devant [lui]74 » tandis que son frère, Jean de Berry, se montre plus généreux envers un ensemble semblable peut-être constitué des mêmes interprètes :

  • 75 Cité par Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, I, p. 388, n. 1 d’après les Archives du royau (...)

« A trois femmes menestrières de Paris qui ont chanté et fait feste devant mon seigneur, en son hostel, à Paris, que mon seigneur leur donna 3 fr. 60 s.75 »

  • 76 AD Côte d’Or : B 1451, f. 77-77v, 31 mai 1376 à Mâcon, par ordre du Duc (Wright no 20, aussi Prost (...)

37Dans un même mandement daté du 31 mai 1376, quatre groupes de musiciens sont récompensés pour avoir distrait le duc sur la route de son pèlerinage à Saint-Antoine-en-Viennois dont « 7 menestrelles qui jouèrent a Mascon » et se partagèrent 12 francs76.

  • 77 Voir note suivante.

38Dans ce contexte, la gratification de 10 francs accordée à « deux chanteuresses de Paris77 » le 19 décembre 1375 paraît particulièrement exceptionnelle. Par le même acte de comptabilité, un « menestrier de bouche » (c’est-à-dire un chanteur) reçoit 2 francs, tandis que deux groupes non dénombrés de ménétriers perçoivent 10 francs ; seuls les représentants d’un grand seigneur, probablement de « hauts instruments », sont plus fortement récompensés :

  • 78 AD Côte d’Or : B 1445, f. 93, 19 décembre 1375, à Saint-Omer, dépenses du duc (Wright no 16 et Pro (...)

« À pluseurs menestriers et heraux de pluseurs seigneurs qui avoient joué devant monseigneur, 40 fr. […] À un menestrier de bouche qui fit mestier devant monseigneur, 2 fr. Aus menestriers du seigneur de Halruy, 10 fr. Aus menestriers du Roy de Bahaine, 40 fr. […] À pluseurs joueurs de vielle qui avoient joué devant monseigneur, 10 fr. À deux chanteuresses de Paris qui avoient chanté devant monseigneur, 10 fr.78 »

  • 79 Généralement 1 ou 2 fr. suffisent alors que la somme de 4 fr. distingue quelques artistes ayant ac (...)
  • 80 Wright ne transcrit pas cette quittance (AD Côte d’Or : B 1445, f. 93v) dans les pièces justificat (...)

39La rétribution des musiciens doit certainement dépendre de divers facteurs objectifs comme le nombre de représentations, l’habileté des interprètes et l’originalité des instruments, mais aussi de la satisfaction personnelle du duc. Cependant, un taux moyen de rémunération semble être appliqué, car pour un seul individu – à l’exception des joueurs de tabor et de trompette qui sont toujours mieux payés car leurs services sont liés à des activités militaires ou de prestige – le montant varie de 1 à 4 francs pendant la décennie 1370. Ainsi, la somme donnée aux deux chanteuses parisiennes est supérieure à celle que cumulent habituellement deux musiciens79. Il se pourrait qu’elle couvre également les frais des musiciens qui les accompagnaient, cependant aucun autre indice ne permet de confirmer cette hypothèse. Wright fait un lien entre ces deux chanteuses gâtées par le duc et « Robinette et Jehanette », mentionnées au verso du même folio pour avoir, elles aussi, « par pluseurs foiz chanté devant Monseigneur80 ». Malheureusement les informations incomplètes fournies par le musicologue ne permettent pas de vérifier si le montant de la récompense est toujours aussi élevé.

  • 81 AD Côte d’Or : B 1435, f. 103v-104, 6 avril 1372, à Gand, par ordre du Duc (Prost, I, no 1565, cit (...)
  • 82 AD Côte d’Or : B 1451, f. 77-77v, 31 mai 1376, à Châlon, par ordre du Duc (Prost, I, no 2696 et Wr (...)
  • 83 AD Côte d’Or : B 1451, f. 88, 10 avril 1377, Rouvres, par ordre de la Duchesse (Prost, I, no 3100, (...)

40Dans les exemples précédents, aucun responsable de la compagnie, notamment chargé de la redistribution de la somme forfaitaire entre les différents membres, n’est nommé. C’est pourtant le cas pour deux petites compagnies de femmes. La plus ancienne est dirigée par une chanteuse dont le patronyme est même précisé : à Gand, en 1372, quatre livres tournois vont « à Jehannette La Page et trois autres chanteresses, qui avoient chanté devant monseigneur81 ». Elle disparaît ensuite des comptes du receveur. La seconde paraît en mai 1376 : « Aiglantine la menestrelle et sa compaigne qui ont chanté devant Mgr à Chalon82 » reçoivent trois francs. L’association est-elle ponctuelle ? Un an plus tôt, la duchesse avait octroyé une récompense individuelle de deux francs à « Aiglantine de Tournay, chanteresse…, pour ce qu’elle avoit chanté devant elle83 ».

41Les livres de comptes ne laissent aucun doute sur l’existence d’associations professionnelles réunissant plusieurs chanteuses se produisant, parfois à plusieurs reprises, devant Philippe le Hardi (1342-1404) dans les années 1370. Ils donnent des renseignements précieux mais trop ténus pour évaluer la pérennité de ces compagnies. L’exemple d’Aiglantine de Tournai, du moins, prouve que selon les circonstances, une jongleresse exerçait son métier aussi bien seule qu’accompagnée.

Notes

1 La marginalisation des jongleurs est un fait bien documenté dans la société médiévale. Voir Casagrande Caria, Vecchio Silvana, « Clercs et jongleurs dans la société médiévale (XIIe et XIIIe siècles) », Annales ESC. 34e année, no 5, 1979, p. 913-928 ; et Page Christopher, The Owl and the Nightingale, Musical Life and Ideas in France 1100-1300, London, Dent, 1989, p. 8-41.

2 Pour une synthèse sur le travail des femmes dans la société médiévale voir Lett Didier, Hommes et femmes au Moyen âge, Paris, Armand Colin, p. 157-164.

3 Les premières informations sur les jongleresses furent collationnées par deux historiens de la littérature : Gautier Léon, Les Épopées françaises, Paris, Palmé V. (-H. Welter), 2e éd. 1878-1892, tome II (1892), p. 95-100 et Faral Edmond, Les jongleurs en France au Moyen Âge, Paris, Champion, Bibliothèque de l’École des hautes études, 1910 (voir pour les jongleresses, p. 63-65, 96, 112, 114, 128-129, 233 et 292). Les musicologues qui se soucient particulièrement des interprètes féminines sont : Rokseth Yvonne, « Les femmes musiciennes du XIIe au XIVe siècle », Romania, LXI (1935), p. 464-80 ; et Coldwell Maria V., « Jougleresse and Trobairitz : Secular Musicians in Medieval France », J. Bowers et J. Tick (dir.), Women Making Music : The Western Art Tradition, 1150-1950, University of Illinois Press, Urbana & Chicago, 1986, p. 39-61.

4 Les cinq rôles consécutifs (1296-1300) figurent dans un même manuscrit du Trésor des Chartes, aujourd’hui conservé aux Archives nationales (AN : KK 283). Deux ont été publiés par Michaëlsson Karl, Le livre de la taille de Paris, l’an 1296, Göteborg, Elander, 1958 et Le livre de la taille de Paris, l’an 1297, Göteborg, Elanders boktryck, 1962. Les trois suivants (1298-1300), encore inédits, ont été dépouillés par Caroline Bourlet. La base de données rassemblant toutes les informations, déposée à l’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes à Paris (IRHT), n’étant pas consultable directement, l’historienne a effectué pour moi une recherche afin de retrouver les mentions de musiciennes. Je lui exprime ma gratitude pour cette généreuse collaboration.

5 Paris, BnF : ms. fr. 6220, publié par Géraud M.-Hercule, Paris sous Philippe-le-Bel, d’après des documents originaux, et notamment d’après un manuscrit contenant le Rôle de la Taille imposée sur les habitants de Paris en 1292, Paris, Crapelet, 1837, et la réédition accompagnée d’un avant-propos et d’un index des noms de personnes par C. Bourlet et L. Fossier, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1991, XV-XVI (coll. Patronymicas Romanica, 2).

6 Paris, BnF : ms. fr. 6736, publié par Michaëlsson Karl, Le livre de la taille de Paris, l’an 1313, Göteborg, Wattergren og Kerber, 1951.

7 Voir les conclusions des historiennes américaine Archer Janice Marie, Working Women in Thirteenth-Century Paris, University of Arizona, 1995, et française Fossier Lucie, « L’artisanat parisien à la fin du XIIIe siècle d’après les rôles de taille : critique d’une source », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 100, no 1 (1988), p. 125-135.

8 La rue aux Jongleurs, correspondant actuellement à peu près à la rue Rambuteau, est divisée entre deux paroisses, celle de Saint-Josse au sud-ouest et celle de Saint-Nicolas-hors-les-murs. Les musiciens sont également nombreux dans les paroisses suivantes : Saint-Eustache, Sainte-Geneviève-du-Mont, Saint-Germain-l’Auxerrois, Saint-Sauveur et Saint-Séverin. Pour une vision de la répartition des musiciens sur un plan de Paris voir Gushee Laurence, « Two Central places : Paris and the French court in the early fourteenth century », H. Kühn et P. Nitsche (dir.), Bericht über den Internationalen Musikwissenschaftlichen Kongress Berlin 1974 (Kassel, 1980), p. 135-57, spécialement p. 138.

9 Les avis divergent pour savoir s’il s’agit du lieu de résidence ou celui de l’exercice du métier. Dans la plupart des cas, les deux lieux n’en font probablement qu’un.

10 La distinction progressive entre jongleur et ménétrier est étudiée par Charles-Dominique Luc, Les ménétriers français sous l’Ancien Régime, Paris, Klincksiek, 1994, p. 47-48 et Menegaldo Silvère, « Les héraults, les ménestrels et Jacques Bretel dans le Tournoi de Chauvency », Lettres, musique et société en Lorraine médiévale. Autour du Tournoi de Chauvency (Ms. Oxford Bodleian Douce 308), M. Chazan et N.-F. Regalado (dir.), Genève, Droz, 2012, p. 299-318.

11 Il y a dans notre corpus un fleuteeur et un harpeur mais aucune fleuteresse ou harperesse.

12 Nous écartons : Adeline (1292) et Alainne (1300), toutes deux veuves de crieurs, Jeanne la crieresse (1292) et Aubourc la comporteresse (1292), exerçant dans la rue des Jongleurs en 1292 qui pourrait être une acrobate mais aussi une vendeuse, ainsi que les 74 crieurs afin de ne pas fausser radicalement les proportions. Les époux décédés et leurs veuves sont respectivement comptés dans leur genre.

13 Archer J.-M., Working Women…, op. cit., abstract, p. 10.

14 Peters, Gretchen, The Musical Sounds of Medieval French Cities. Players, Patrons, and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 221.

15 Le montant de la cotisation fait une distinction entre les « demi-chefs », c’est-à-dire les hommes ou femmes célibataires ou veufs, qui payent deux fois moins que les « chefs », hommes ou femmes mariés, qu’ils entrent seuls ou en couple dans la charité. Dans tous les cas, les règles concernant l’admission précisent toujours « soit hom u feme ». Berger Roger, Le Nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d’Arras (1194-1361), Arras, Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, 2 vol. , 1963-1970, t. II, p. 256, note 48. La fondation de la confrérie de Fécamp est peut-être légèrement antérieure mais il n’existe qu’une copie du XVe siècle des premières chartes de 1189 et 1219 (Peters G., The Musical Sounds…, op. cit., p. 191-192).

16 Ces documents ont été publiés dès le XIXe siècle, respectivement par Bernhard Marie-Bernard, « Recherches sur l’histoire de la corporation des ménétriers ou joueurs d’instruments de la ville de Paris », Bibliothèque de l’École des Chartes, 3 (1841-1842), p. 377-404 ; 4 (1842-1843), p. 525-548 ; 5 (1843-1844), p. 254-284, 339-372 ; et Vidal, Antoine, La chapelle Saint-Julien-des-ménestriers, Paris, A. Quantin, 1878.

17 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. I, p. 391-393 et L. Gushee, « Two Central places… », art. cit., p. 141.

18 Le texte des statuts est consigné dans deux manuscrits – Paris, BnF : ms. fr. 24069, f. 181v et Paris, AN : ms. Châtelet, KK. 1336, f. 114 (dit manuscrit Baluze), – qui donnent des dates divergentes. Des arguments en faveur de la datation la plus ancienne sont donnés par M.-B. Bernhard, « Recherches… », art. cité, I, p. 384, note 1.

19 Ibid., t. i, 387-388.

20 Ibid., p. 400.

21 Ibid., p. 402. La liste s’achève toutefois par un signataire masculin, Jaque le Jougleur, peut-être en raison de son jeune âge.

22 La liste chronologique des statuts de ménétriers parisiens est dressée par M.-B. Bernhard, « Recherches… », art. cité, t. II, p. 532. Pour les villes de province, Montpellier (1353), Amiens (1461), Rouen (1484) et Toulouse (1492), voir Peters G., The Musical Sounds…, op. cit., p. 192-194.

23 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. II, p. 531 et 538.

24 À partir du XVe siècle, la ménestrandise devient « un métier d’hommes » comme le souligne Charles-Dominique L., Les ménétriers…, op. cit., p. 95-97.

25 En particulier : Pirro, André, La musique à Paris sous le règne de Charles VI (1380-1422), Strasbourg, Heitz, 1930 ; et Günther, Ursula, « Die Musiker des Herzogs von Berry », Musica Disciplina,xvii (1963), p. 79-91 et 93-95.

26 L’étude pionnière fut celle de Brenet Michel [alias Marie Bobillier], « Les musiciens de Philippe le Hardi », Bulletin français de la Société Internationale de Musique, 1907, rééd. Musique et musiciens de la vieille France, Paris, Alca, 1911, reprint Paris, Éditions d’aujourd’hui (« Les introuvables »), 1978, p. 3-19. Pour le gouvernement de Philippe le Bon (1419-1467) voir Marix Jeanne, Histoire de la musique et des musiciens de la cour de Bourgogne sous le règne de Philippe le Bon, Strasbourg, Heitz, 1939, reprint Genève, Minkoff, 1972. Pour Charles le Téméraire (1467-1477), consulter Fiala David, Le mécénat musical des ducs de Bourgogne et des princes de la Maison de Habsbourg (1467-1506), thèse de doctorat, N. Guidobaldi (dir.), université de Tours, 2002.

27 Le duc et la duchesse Marguerite de Flandre (1350-1405) résident ensemble ou séparément dans leurs diverses propriétés du duché (notamment à Mâcon et Argilly), ou dans leur hôtel particulier parisien, ou encore dans les villes des territoires du nord qui s’agrègent à l’état bourguignon après la mort de Louis de Male (30 janvier 1384) comte de Flandre et d’Artois.

28 Wright Craig, Music at the Court of Burgundy, 1364-1419 : a documentary History, Henryville-Ottawa-Binningen, Institut de Musique Médiévale, 1979 (Musicological Studies, vol. 28), p. 181-211, documents nos 16, 20, 22, 28 et 31. Les documents nos 20 et 22 contiennent deux mentions de musiciennes.

29 Ibid., p. 28-29.

30 Prost Bernard, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Paris, E. Leroux, t. I (1363-1377), 1902-1904 ; Prost Bernard et Henri, Inventaires mobiliers…, t. II (1378-1390), 1908-1913.

31 Les relevés de Wright comme ceux des Prost, oncle et neveu, sont partiels mais aucun d’eux n’explique les critères qui ont guidé leur sélection. Toutes les mentions publiées proviennent des livres de comptes du receveur général du duché de Bourgogne conservés aux AD de la Côte d’Or (pour une liste détaillée consulter Wright C., Music at the Court of Burgundy…, op. cit., p. 180-181).

32 Archer J.-M., Working Women…, op. cit., p. 8 et passim.

33 Ibid., p. 61-62.

34 Ibid., p. 129 et 131 ; voir aussi Bourlet Caroline, « L’Anthroponymie à Paris à la fin du XIIIe siècle d’après les rôles de la taille du règne de Philippe le Bel », dans M. Bourin et P. Chareille (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, vol. 11-12, Persistances du nom unique. Études d’anthroponymie médiévale, IIIe et IVe Rencontres, Azay-le-Ferron, 1989-1990, université de Tours, p. 9-44, spécialement, p. 7-8.

35 AN : KK 283 (RdT-1297), f. 77d, Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs dedans les murs, rue des Jongleurs, « Peronelle fame Girart le trompeeur, 2 s. ». L’exemple de Bienvenue la tromperesse (figure 2) prouve que cette profession n’était pas interdite aux femmes. Pour d’autres exemples inatendus de métiers a priori « masculins » exercés par des femmes voir Lett D., Hommes et femmes…, op. cit., p. 160–161.

36 1 sou est égal à 12 deniers ; 20 sous font une livre.

37 Jehan Guerin joue du tabor, un double instrument associant une flûte, de type galoubet, et un tambour, notamment utilisé pour faire danser.

38 Gushee L., « Two Central places… », art. cité, p. 141.

39 Paris, BnF : fr. 6736 (RdT-1313), respectivement f. 2c, f. 46 et f. 42.

40 Au total, si l’on retient Jehannne la Halebrane, onze professionnels de la musique sont taillables en 1313. Cette année-là, 672 contribuables sont des femmes (Michaëlsson K., Le livre (…) l’an 1313, op. cit., p. XVIII).

41 Ces exemples, issus des rôles inédits, m’ont été signalés par Caroline Bourlet. L’exercice d’un second métier est largement attesté pour les périodes postérieures (Charles-Dominique L., Les ménétriers…, op. cit., p. 97-99). La citole est un instrument à cordes pincées de la famille des luths.

42 AD Côte d’Or : B 1441, f. 50v, 1374, à Rouvres, par ordre du Duc ou de la Duchesse. Cet exemple est évoqué par Wright (Music at the Court of Burgundy…, op. cit., p. 28) mais sans citation. L’acte ne figure pas dans la recension de Prost et aucune Berthelomette n’apparaît à une autre date.

43 AD Côte d’Or: B 1445, f. 92, novembre 1375 (Prost, I, no 2437). Désormais, sont indiqués seulement le numéro des pièces justificatives publiées par Prost B. (Inventaires mobiliers, op. cit, vol. I et II) et Wright C. (Music at the Court of Burgundy…, op. cit.). Toutes les sommes sont transcrites en chiffres arabes et les rémunérations en francs sont notées par l’abréviation fr.

44 AD Côte d’Or : B 1451, f. 73v, 14 septembre 1376, par ordre du Duc (Prost, I, no 2743).

45 AD Côte d’Or : B 1451, f. 88, 10 avril 1377, Rouvres, par ordre de la Duchesse (Prost, I, no 3100, cité par Wright C., p. 29).

46 AD Côte d’Or : B 1460, f. 117v, mandat du 2 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 781)

47 AD Côte d’Or : B 1461, f. 148v, 23 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 784).

48 AD Côte d’Or : B 1461, f. 148v, 23 juin 1383, s. l., par ordre du Duc (Prost, II, no 786).

49 AD Côte d’Or : B 1451, f. 90v, 29 mars, à Paris, par ordre du Duc (Prost, I, no 3089).

50 Pour les trois autres musiciennes, la terminologie est imprécise car menestriere et jongleresse désignent ici tout aussi bien des instrumentistes que des chanteuses. De même, le verbe « jouer » n’est pas un indice univoque, en effet, la chanteuse âgée « joua devant monseigneur ».

51 La guiterne est après la harpe, le « bas » instrument que le duc apprécie le plus. Il emploie un ménétrier de guiterne (Wright, no 6) et sept mandements sont destinés à des ménestrels jouant de cet instrument.

52 Au Banquet du Vœu du Faisan que donna Philippe le Bon le 17 février 1454 à Lille, une « damoiselle de l’ostel de ladicte duchesse [Isabelle de Portugal] nommée Pacquette » chanta accompagnée par des joueurs de vièle et un luthiste (Marix J., Histoire de la musique…, op. cit., p. 40).

53 Richard Jules-Marie, Une petite-nièce de Saint Louis : Mahaut comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Paris, H. Champion 1887, p. 107 et Symes, Carol, A common stage, Theatre and public life in medieval Arras, Ithaca (NY), Cornell University Press, 2007, p. 251 et 255-256. Le sceau est conservé aux AN du Pas-de-Calais : ser. À 195.60 et 209.12, 29.

54 Colinet est dit « fils Pariset des naquerres [naquaires] » dans le procès-verbal du 10 juillet 1331 et « le fiez Parisette des Naquerets », le 21 août 1333 (Gushee L., « Two Central places… », art. cité, p. 141 et Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, p. 391).

55 AN : KK 283 (RdT-1297), f. 39d.

56 La profession de Bietrix n’apparaît que dans le registre de 1297. Le fait que sa mère apparaisse dans le même foyer taillable laisse supposer qu’Aaliz pratiquait le même métier que sa fille.

57 Franklin Alfred, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, 2 vol., Paris, Welter, t. I, 1903, p. 153-154.

58 Selon Franklin (ibid.), les tailles de 1292 et celle de 1300 contiennent respectivement six et quinze chaudronniers. Les premiers statuts conservés de la profession datent de juillet 1327 et sont signés par 46 maîtres parisiens. Jehanne en fait-elle partie ? Si c’était le cas, elle serait à la tête d’une petite entreprise qui pourrait employer d’autres personnes.

59 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité., I, p. 379-380.

60 AD Côte d’Or : B 1435, f. 66v, 12 novembre 1371, au château d’Argilly, par ordre du Duc (Prost, t. I, no 1467). La rémunération est exceptionnellement en livres tournois.

61 AD Côte d’Or : B 1451, f. 78v, 14 septembre 1376, à Châlon, par ordre du Duc (Wright, no 22).

62 La guiterne est un instrument à cordes pincées en forme de demi-poire.

63 AN : KK 252, f. 135, le 28 juin 1377, au chastel de Bourbon. Le couple reçoit 10 sous (Günther U., « Die Musiker des Herzogs von Berry », art. cité, p. 81).

64 Le rapprochement est suggéré par Wilkins Nigel, Music in the Age of Chaucer, Cambridge, D. S. Brewer, 1980, p. 133. Cependant, le prénom Catherine est trop commun et les dates trop distantes (dix-sept ans) pour que l’on puisse valider cette hypothèse.

65 Angles Higinio, Historia de la música medieval en Navarra, Pamplona, Diputación foral de Navarra, Institución principe de Viana, 1970, spécialement p. 218 et p. 327.

66 En dehors d’un contexte musical, on trouve par exemple dans le rôle de 1297, des mentions où les associées sont distinguées : « Ysabel de Cambrai, 12 s, Marguerite de Troies, sa compaigne, 16 s. », ou réunies : « Martine la béguine et Jehanne sa compaigne, 48 s. » (Michaëlsson K., Le livre (…) l’an 1297, op. cit., respectivement p. 112 et p. 215).

67 Il en est de même pour les « compagnons ». Le seul exemple possible est douteux : « Guiot Guérart et ses compaingnons, 40 s. » figurent dans la liste des Lombards taillables de la rue des Jongleurs en 1292 mais rien ne confirme qu’ils soient musiciens (Géraud M.-H., Paris sous Philippe-le-Bel, op. cit., p. 1).

68 Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, t. I, p. 400-401.

69 Le plus ancien connu à ce jour, daté de 1310, concerne cinq joueurs de trompette de Lucques. Sur la question des contrats entre musiciens à la fin du Moyen Âge, voir Peters G., The Musical Sounds…, op. cit., p. 214 sqq.

70 « À pluseurs menestriers et menestrieres de Paris, qui ont au jour d’ui joué et fait mestier devant Mgr., 6 fr. ». AD Côte d’Or : B 1430, f. 117v, 5 septembre 1368, s. l., par ordre du Duc (Prost, I, no 940).

71 « À pluseurs chanteurs et chanteresses qui avoient chanté devant mon dit seigneur au dit lieu de Cambray pour samblable, 4 fr. ». AD Côte d’Or : B 1454, f. 80v, 28 octobre 1378, à Cambrai, par ordre du Duc (Wright, no 28).

72 « À plusours chanteresses de Paris, pour semblable, 1 fr. ». AD Côte d’Or : B 1451, f. 90v, 29 mars 1377, à Paris, par ordre du Duc (Prost, I, no 3089) ; « A pluseurs chanteresses qui chantèrent devant Mgr au Palais à Paris, 1 fr. ». AD Côte d’Or : B 1452, f. 66, 17 mai 1378, à Paris, par ordre du Duc (Prost, t. II, no 132) ; « A pluseurs chanteresses de Paris qui avoient chanté devant mon dit seigneur pour samblable, 2 fr. ». AD Côte d’Or : B 1454, f. 82v, 13 décembre 1378, à Paris, par ordre du Duc (Wright, no 31).

73 AD Côte d’Or : B 1451, f. 73v, 14 septembre 1376, à Châlon, par ordre du Duc, 2 fr. (Wright, no 22 et Prost, I, no 2743).

74 AD Côte d’Or : liasse B 340, 8 novembre 1370, à Paris, par ordre du Duc (Prost, I, no 1235).

75 Cité par Bernhard M.-B., « Recherches… », art. cité, I, p. 388, n. 1 d’après les Archives du royaume, K. 229 (1373-1374), f. 22. Ce payement n’est pas mentionné par Günther U., « Die Musiker des Herzogs von Berry… », art. cité, p. 79-91 et p. 93-95.

76 AD Côte d’Or : B 1451, f. 77-77v, 31 mai 1376 à Mâcon, par ordre du Duc (Wright no 20, aussi Prost, I, no 2696).

77 Voir note suivante.

78 AD Côte d’Or : B 1445, f. 93, 19 décembre 1375, à Saint-Omer, dépenses du duc (Wright no 16 et Prost, I, no 2444 qui lit « chantreresses » et ajoute « aus menestriers de monseigneur d’Anjou, 40 fr. »).

79 Généralement 1 ou 2 fr. suffisent alors que la somme de 4 fr. distingue quelques artistes ayant accompli une prestation particulière, par exemple un ménestrier « qui avoient bien tard chanté devant Mgr Bruges » (AD Côte d’Or : B 1444, f. 77v, 25 mars 1375). D’autres sommes plus importantes sont versées aux ménétriers du duc pour rembourser leurs frais.

80 Wright ne transcrit pas cette quittance (AD Côte d’Or : B 1445, f. 93v) dans les pièces justificatives mais il la cite, malheureusement partiellement (sans date, ni lieu, ni somme), au cours de son commentaire sur les femmes (p. 28-29). Elle n’est pas reproduite par Prost.

81 AD Côte d’Or : B 1435, f. 103v-104, 6 avril 1372, à Gand, par ordre du Duc (Prost, I, no 1565, cité par Wright C., ibid., p. 28, qui indique par erreur la cote B 1430).

82 AD Côte d’Or : B 1451, f. 77-77v, 31 mai 1376, à Châlon, par ordre du Duc (Prost, I, no 2696 et Wright no 20 qui lit « Aiglautine »).

83 AD Côte d’Or : B 1451, f. 88, 10 avril 1377, Rouvres, par ordre de la Duchesse (Prost, I, no 3100, cité par Wright C., p. 29).

Auteur

Maîtresse de conférences à l’université Paris-Sorbonne et Professeure au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), Isabelle Ragnard y enseigne l’histoire de la musique du Moyen Âge et de la Renaissance. Ses recherches sont centrées sur la musique médiévale profane, en particulier la chanson française et le théâtre aux XIIIe-XVe siècles. Elle étudie également les résurgences de la musique médiévale dans la production artistique contemporaine (théâtre et cinéma) et les premiers enregistrements discographiques d’œuvres médiévales en 78 tours. Membre du CReIM depuis sa création, elle s’intéresse aux interprètes féminines de la chanson médiévale, tant au Moyen Âge qu’à l’époque contemporaine (Yvette Guilbert).
Contact : isabelle.ragnard@paris-sorbonne.fr

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search