Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Quatrième partie. Du local au national : les usages des mémoires des guerres

La mémoire des guerres chez les civils des départements envahis et occupés : le Loiret et les départements picards (1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945)

Philippe Nivet

Texte intégral

1Si, dans la mémoire collective de ce début de XXIe siècle, le terme d’occupation renvoie spontanément à la Seconde Guerre mondiale, la France contemporaine a antérieurement connu d’autres expériences d’occupation, que ce soit au XIXe siècle, après la chute de Napoléon en 1814 et lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, ou, pour dix départements, lors de la Première Guerre mondiale. La comparaison entre le département du Loiret et les départements picards, pour la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et la Grande Guerre, conduit à étudier des situations assez proches en 1870-1871 – le Loiret comme la Picardie subissent l’invasion et voient se dérouler sur leur territoire des combats importants – et très différentes pour 1914-1918 : le Loiret échappe alors à l’invasion, tandis que sont occupés environ 16 % du département de la Somme (l’est du département autour de Péronne, Amiens ne subissant qu’une brève occupation du 31 août au 11 septembre 1914), 10 % du département de l’Oise (autour de Noyon) et 55 % de l’Aisne (avec l’occupation des deux principales villes, Laon et Saint-Quentin).

2Toutefois, que ce soit dans le Loiret ou en Picardie, on observe des similitudes dans la manière dont se diffuse la mémoire de ces invasions et de ces occupations. C’est sur les différents types de vecteurs de cette mémoire que l’on s’interrogera d’abord, avant d’étudier la transmission de la mémoire d’une guerre à l’autre, celle de 1870-1871 en 1914-1918, celle de 1914-1918 en 1939-1945.

Les vecteurs de la mémoire

Une mémoire familiale : les écrits du for privé

  • 1 Journal de guerre 1914-1920 d’Henriette Thiesset, Amiens, Encrage, 2012.

3La mémoire des occupations est entretenue, au sein des familles, par une transmission orale difficilement cernable pour l’historien et par la conservation de journaux intimes rédigés par les occupés, et spécifiquement par de jeunes filles et de jeunes femmes. C’est ainsi que l’on peut rapprocher le journal tenu au cours de l’occupation d’Orléans pendant la guerre franco-prussienne par Claire Geffrier, âgée d’une vingtaine d’années, alors en séjour chez sa grand-mère dans l’une des rues aristocratiques les plus réputées d’Orléans, la rue de la Bretonnerie, et celui écrit pendant la Première Guerre mondiale par Henriette Thiesset1, une jeune fille de Ham (Somme), née en 1902, qui commence à rédiger son journal à l’âge de douze ans et le tient, de 1914 à 1920, sur des feuilles de brouillon rassemblées en petits carnets.

4La comparaison de ces deux journaux, que l’on pourrait recouper avec d’autres, montre, au-delà du récit événementiel, la présence de thèmes communs.

  • 2 Ibid., p. 95.
  • 3 Ibid., p. 149.
  • 4 Ibid., p. 39.

5Les diaristes soulignent la forte présence allemande dans les maisons. Claire Geffrier rapporte que, dès le 12 octobre 1870, sa famille a 45 hommes à loger, tandis qu’Henriette Thiesset note, le 12 mai 1915, qu’à Pertain « dans une seule maison, une petite maison du village, il y a parfois une centaine de nos ennemis2 ». Au-delà des perturbations induites pour la vie quotidienne – « on passe une grande partie de son temps à faire des chambres de Prussiens et à leur répondre » écrit-elle en juillet 19163, cette occupation apparaît un viol de l’espace domestique, comme l’atteste cette scène de septembre 1914 : « Ils se firent monter de l’eau et quelques-uns, en manière de douche, allèrent se mettre tout nus sous la pompe, sans même prendre la peine de nous écarter4. »

6Les journaux insistent sur les pénuries. La peur de manquer de nourriture revient à de multiples reprises dans le journal de Claire Geffrier. Au 16 octobre 1870, elle écrit : « Au marché, on regorge de fruits et de légumes, mais pas une goutte de lait, pas une miette de beurre, fort peu de fromage. Beaucoup de bouchers et de boulangers ont fermé boutique ; il faut courir le matin pour faire ses emplettes. » La situation empire les jours suivants. Le 17, son père « craint que bientôt les vivres viennent manquer avec ce surcroît de bouches à nourrir et le manque de communication ». Le 18, le patron de la manutention confirme ces inquiétudes. Il déclare à son père « qu’il restait dans Orléans de quoi faire du pain pendant 12 jours, pas un jour de plus, et encore les dernières fournées seront un pain mélangé d’orge, son, avoine, ce qu’on pourra trouver. Quant à la viande, les Prussiens la gâchent d’une manière désolante : ils ont des troupeaux énormes sur les mails et, lorsqu’ils abattent un mouton, ils se contentent de prendre les deux gigots et ils jettent le reste ». Le 21, « le pain est sur le point de manquer ». Le 6 novembre, « il n’est question que de la disette qui nous menace ». La question des pénuries revient également à de nombreuses reprises dans le journal d’Henriette Thiesset : pénurie de chaussures, de vêtements, mais surtout pénurie alimentaire, soulignée dès l’automne 1914, et particulièrement marquée lors de la deuxième occupation en 1918.

7Les diaristes évoquent également, de manière souvent nuancée, leurs relations avec l’occupant. Un thème revient fréquemment, que ce soit en 1870-1871 ou en 1914 : la distinction entre les Bavarois et les Prussiens. Claire Geffrier écrit ainsi, le 13 octobre 1870 :

« J’ai causé allemand avec nos Bavarois ; ils me comprennent très bien et ont eu l’air très contents d’entendre parler leur langue. Ils m’ont demandé des renseignements sur Jeanne d’Arc, sur les marchands de vin et de chaussures ; puis ils m’ont dit qu’ils étaient Bavarois et qu’ils ne faisaient pas de mal aux habitants. »

8Le regard porté sur l’occupant peut évoluer avec le temps. Même si l’Allemand est toujours assimilé à l’ennemi, les quelques lignes qu’Henriette Thiesset consacre, en mai 1915, à un soldat de la Landsturm logé chez elle, montrent une certaine détente des relations entre occupants et occupés sur le front de la Somme :

  • 5 Ibid., p. 98.

« Le pauvre Landsturm est resté chez nous quand même, puisqu’un des soldats est parti il a pu prendre son lit et le mettre dans sa chambre. Celui-là n’est pas méchant et même il consent à rendre service, ainsi nous l’envoyons chercher de la margarine allemande et il en rapporte. Il évite de nous déranger, et tous les soirs il vient causer un moment avec nous, pour apprendre le français et m’enseigner quelques mots d’allemand. J’ai acheté un petit dictionnaire et, chaque jour, il me fait écrire, lire et bien prononcer quelques mots essentiels5. »

  • 6 Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 74, octobre 1986, p. 97.

9Ces journaux n’avaient pas vocation à être rendus publics. Toutefois, après la guerre, l’inspecteur d’académie de Lille demande à Henriette Thiesset de recopier son journal, ce qu’elle fait dans sa deuxième année d’école normale à Amiens, sous la forme de quatre cahiers manuscrits conservés aujourd’hui à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) à Nanterre. En revanche, c’est parce que sa petite-fille, Mme Rivière, l’a communiqué à la Société historique et archéologique de l’Orléanais qu’est connu le journal de Claire Geffrier, destiné à rester dans la famille6.

Les témoignages imprimés

10Diffusée au sein des familles, la mémoire de l’occupation l’est également plus largement par une série de témoignages imprimés, parus peu de temps après les conflits.

  • 7 Nous suivons là Stéphane Audoin-Rouzeau, « Ernest Lavisse et l’invasion dans le département de l’A (...)

11En 1872, l’historien Ernest Lavisse fait paraître une brochure, L’invasion dans le département de l’Aisne, qu’il rédige dans sa ville natale du Nouvion-en-Thiérache (Aisne)7. Des extraits avaient été publiés au préalable dans la Revue des deux mondes et dans le Journal de l’Aisne. Se fondant sur ses propres observations, sur les témoignages qu’il a recueillis et sur les documents qu’il a consultés, Lavisse consacre les douze premiers chapitres de sa brochure à « l’événementiel de guerre », jusqu’à la bataille de Saint-Quentin, puis il décrit, dans les neuf chapitres suivants, auxquels s’ajoute un épilogue, le système d’occupation dans ce département de l’Aisne marqué par une « surprésence allemande ». Il s’indigne des atteintes aux personnes, mentionne les exécutions et les tortures commises par l’occupant, et insiste sur les nombreuses atteintes aux biens, évoquant les pillages, comme celui du château de Danizy le 20 octobre, et les contributions financières imposées aux communes. On voit également poindre, dans cette brochure, des thèmes qui seront au cœur de la « culture de guerre » pendant la Première Guerre mondiale : l’Allemand représenté comme sale et malodorant et ayant une complaisance pour l’excrément, ainsi qu’une certaine animalisation de l’ennemi.

  • 8 Abbé Cochard, L’invasion prussienne de 1870, Orléans, Séjourné, 1871, t. I, p. 73.
  • 9 Auguste Boucher, Récits de l’invasion, Journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation pruss (...)
  • 10 Ibid., p. 46.
  • 11 Ibid., p. 73.
  • 12 Abbé Cochard, op. cit., t. I, p. 4.

12On peut rapprocher de cette œuvre d’Ernest Lavisse deux publications orléanaises : les deux volumes de l’abbé Cochard, L’invasion prussienne de 1870, « Les Bavarois à Orléans » et « Les Prussiens à Orléans » (Orléans, Séjourné, 1871), et celui d’Auguste Boucher, professeur de seconde au lycée d’Orléans, Récits de l’invasion, Journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussienne (Herluison, 1871). L’évocation de la prise de possession par les Allemands des maisons orléanaises et de leur comportement sous l’occupation est assez proche de celle développée par Lavisse. Les auteurs soulignent leur saleté : « La fête se termina par le déluge d’ordures et d’immondices dont les soldats et alliés du roi Guillaume ont l’habitude de salir les endroits qu’ils occupent8 », « en retour de ce qu’ils prenaient, ils laissaient des bas, des chemises, des mouchoirs infects de saleté9 » ; « le reproche le plus général qu’on leur adresse, c’est d’être sales10 ». Ils relèvent leur odeur : à propos de la messe à Sainte-Croix, le 16 octobre : « Ce n’était pas impunément qu’on respirait au milieu de cette foule peu lavée et trop odorante : grande est la différence entre l’encens de l’autel et celui qu’ils exhalaient eux-mêmes11. » Ils mettent en avant leur goût du travestissement, donc leur absence de virilité : « Dans l’hôtel du receveur général absent, il prend fantaisie aux officiers de donner un bal. Les plus jeunes se revêtent des robes de Madame M*** » ; dans une autre maison, « profitant de l’absence de la maîtresse du logis, ils s’habillent de ses robes et se coiffent de ses bonnets12 ».

13Comme en 1870-1871, pendant la Première Guerre mondiale et dans les années suivant l’Armistice, de nombreux témoignages paraissent pour relater ce que fut l’occupation en Picardie, et en particulier les « atrocités ». C’est ainsi que l’abbé Charles Calippe fait publier, en 1916, aux éditions Pierre Téqui La guerre en Picardie, puis, en 1918, La Somme sous l’occupation allemande 27 août 1914-19 mars 1917. Dans ce dernier ouvrage, il évoque les déportations en masse, la réquisition des vivres, des vins et spiritueux, le travail forcé, l’attitude du clergé, puis les destructions commises lors du repli allemand de 1917. Pour l’Oise, l’on peut citer des ouvrages très tôt parus sur les événements de Senlis, comme la brochure de Louis Bertroz, Senlis pendant l’invasion allemande, 1914, carnet de guerre d’un Senlisien (Senlis, Éditions du Courrier de l’Oise, 1916) ou le livre du baron André de Maricourt, Le Drame de Senlis, journal d’un témoin, aoûtdécembre 1914 (Paris, Bloud et Gay, 1916), deux publications qui mettent en exergue la figure du maire martyr, Eugène Odent. La publication des journaux tenus par Jean Marquiset (Les Allemands à Laon, 2 septembre 1914-13 octobre 1918, Paris, Bloud et Gay, 1920) et Élie Fleury (Sous la botte, histoire de la ville de Saint-Quentin pendant l’occupation allemande, août 1914-février 1917, Saint-Quentin, Paul Dupré éditeur 1925-1926) entretient dans les années 1920 la mémoire de l’occupation dans l’Aisne.

L’espace public, lieu de mémoire

14Les lieux de mémoire les plus directement accessibles restent cependant ceux présents dans l’espace public : plaques commémoratives, noms de rues, monuments.

15Dans le Loiret, plusieurs plaques commémoratives rappellent le souvenir de l’occupation qu’a subie le département en 1870-1871 et de ses conséquences.

  • 13 Jacques Debal (dir.), Histoire d’Orléans et de son terroir, t. III, de 1870 à nos jours, Roanne, H (...)

16À Orléans, au 55 rue de la Bretonnerie, est apposée une plaque pour rappeler que c’est là qu’est mort, le 20 janvier 1871, le préfet Alfred Pereira. Déjà préfet du Loiret en 1848-1849, cet opposant au coup d’État du 2 décembre, emprisonné au début du second Empire, conseiller municipal d’Orléans à partir de 1860, conseiller général radical passé à l’Union libérale, avait été nommé préfet par le Gouvernement de la Défense nationale. Chassé de sa préfecture par le prince Frédéric-Charles après l’entrée des Prussiens, il avait été ensuite séquestré dans sa maison de la rue de la Bretonnerie. Sa mort fait de lui une victime emblématique des Prussiens et ses funérailles sont célébrées avec éclat par Mgr Dupanloup, ce qui est interprété comme un défi à l’adresse de l’occupant13.

  • 14 Jean-Marie Flonneau, Le Loiret et la guerre franco-allemande de 1870-1871, Bulletin de la société (...)

17À Bricy, on trouve deux plaques en souvenir des prisonniers civils emmenés en otage à Stettin en 1870. Le 11 octobre, après avoir fusillé un ouvrier-maçon, Blondin, surpris en train de cacher son fusil dans une haie, les Allemands avaient pris en otage le jeune instituteur Gustave Fautras et une cinquantaine d’habitants, qu’ils conduisirent à pied à Orléans. Menacés d’être fusillés, sauvés par l’intervention de Mgr Dupanloup auprès du général von der Tann, ils avaient été déportés, via l’Aisne, vers Stettin (Poméranie), où ils arrivèrent le 22 octobre. D’abord logés dans des baraquements d’un camp situé hors de la ville, les déportés durent affronter le froid et la précarité alimentaire, avant d’être transférés dans une caserne au début du mois de novembre. Le 1er mars 1871, après cinq mois de captivité, les otages avaient été réembarqués dans un wagon pour la France, mais treize habitants de Bricy étaient décédés en captivité14. C’est à eux (dont huit sexagénaires et septuagénaires) que rendent hommage la plaque apposée sur le monument aux morts, ainsi qu’une plaque dans l’église.

  • 15 Voir Philippe Nivet, « L’occupation d’Amiens (31 août-11 septembre 1914) », Revue du Nord, no 404- (...)
  • 16 Joseph Picavet, Les Allemands à Amiens, août-septembre 1914, Amiens, Yvert et Tellier, 1914 ; Albe (...)

18À Amiens, la mémoire de la brève occupation allemande de 191415 est entretenue par la « rue des Otages ». Le 29 juillet 1931, le Conseil municipal décide, en effet, d’attribuer le nom « rue des Otages » à l’ancienne « rue de Paris » qui donne sur le mail. Par ce geste, la municipalité rend hommage aux treize otages – douze conseillers municipaux et le procureur général Gonzalve Regnault – exigés par les Allemands lors de leur entrée en ville le 31 août 1914 pour garantir la livraison des réquisitions et l’ordre sur le passage de leurs troupes. Encadrés par des militaires allemands, les otages avaient été conduits dans l’Oise, où ils furent finalement libérés près de Clermont avant de rentrer à Amiens le 3 septembre. Les histoires d’Amiens publiées pendant ou quelques années après le conflit16 montrent que cette prise d’otages a été pour les Amiénois l’un des principaux événements sur lesquels se cristallise la mémoire de l’occupation.

19La fin du XIXe siècle est marquée par le développement de la sculpture commémorative, voire par une sorte de monumentomanie. C’est dans ce contexte que la mémoire de l’Occupation subie par la France en 1870-1871 est entretenue par l’érection de monuments.

  • 17 Voir Jean-François Chanet et Guillaume Parisot, « Les trois instituteurs de l’Aisne, héros ou vict (...)

20Dans l’Aisne, on peut citer le monument célébrant trois instituteurs fusillés : Jules Debordeaux, Louis Poulette et Jules Leroy17.

21Jules Debordeaux, instituteur, sergent-major de la garde nationale sédentaire de Pasly, avait participé à la résistance dans le Soissonnais, en cherchant à empêcher, le 8 octobre 1870, la construction d’un pont de bateaux à Pommiers. Dénoncé après l’entrée des Allemands à Pommiers, arrêté après l’invasion du bourg de Pasly, en même temps qu’un autre habitant, Courcy, il avait été fusillé sur la montagne entre Pasly et Cuffies le 10 octobre.

22Les Allemands s’étaient portés ensuite sur Vauxrezis, où, le 11 octobre, ils avaient arrêté le maire, une quinzaine de gardes nationaux et l’instituteur, Louis Poulette. Celui-ci était accusé d’avoir détruit la liste des gardes nationaux qu’il avait dressée en tant que secrétaire de mairie, d’avoir distribué des fusils aux gardes nationaux et donc « d’avoir trempé dans un complot contre la sûreté des soldats allemands ». Condamné à mort par un conseil de guerre présidé par le colonel von Krohn, en même temps que deux autres gardes nationaux, il avait été exécuté au château de Vauxbuin.

23Le troisième instituteur exécuté, Jules Leroy, était originaire de Vendières (arrondissement de Château-Thierry). Des francs-tireurs avaient, le 11 janvier 1871, capturé un convoi de trois voitures allemandes, avec deux vivandières, aux environs de Viels-Maisons. Un détachement wurtembergeois envahit le village de Vendières pour y rechercher les auteurs de cette attaque et arrêta sept personnes, dont l’instituteur, que les cantinières prétendirent reconnaître. Alors qu’il affirmait n’avoir pas bougé de son école et n’avoir eu aucune relation avec les francs-tireurs, Jules Leroy fut traduit devant une cour martiale à Châlons-sur-Marne et exécuté le 22 janvier, en même temps que trois autres condamnés.

24Dès 1871, le maire de Pasly souhaite honorer son instituteur, Jules Debordeaux. Dans sa séance du 12 novembre 1871, le conseil général de l’Aisne est saisi d’une demande de soutien à cette initiative. S’il accorde 300 francs pour contribuer au monument consacré à l’instituteur de Pasly, qui sera béni le 21 juin 1872, le conseil souhaite aller au-delà. Au nom de la commission de l’instruction publique, l’historien Henri Martin, vice-président du conseil général, estime « qu’il y a quelque chose de plus à faire pour honorer la mémoire des victimes, perpétuer le souvenir des calamités qui ont frappé notre pays et protester contre des meurtres qui déshonorent la civilisation et l’humanité ». Il propose donc au conseil général de voter un crédit de 200 francs afin d’ériger, dans la cour de l’école normale primaire de Laon, une table de marbre avec l’inscription suivante :

« À la mémoire/de Debordeaux (Jules-Denis)/instituteur à Pasly ;/de Poulette (Louis-Théophile), instituteur à Vauxrezis/fusillés par les Prussiens pour avoir défendu leur pays/les 10 et 11 octobre 1870/et de Leroy (Jules-Anathase)/instituteur à Vendières/victime d’une inique condamnation de la part de l’ennemi/le 22 janvier 1871. Le Conseil général de l’Aisne/a érigé ce monument. »

25Selon Henri Martin :

  • 18 Procès-verbaux du conseil général de l’Aisne, session ordinaire de 1871, Laon, Édouard Houssaye, 1 (...)

« Ce monument, destiné à rester perpétuellement sous les yeux des jeunes générations d’instituteurs qui se succéderont dans notre école départementale, leur apprendra à honorer le souvenir de leurs devanciers morts pour la Patrie et à enseigner aux enfants de notre peuple l’horreur des actes barbares et iniques qui rendent plus affreux les maux inévitables de la guerre18. »

26Le 20 août 1872, cette plaque à la mémoire des trois victimes est inaugurée dans la cour de l’école normale d’instituteurs, à Laon, alors située rue Clerjot. Quand l’école normale est transférée avenue de la République, en 1881, la plaque y est réinstallée. En 1886, le conseil général de l’Aisne décide d’envoyer à toutes les écoles une gravure représentant un hommage aux trois instituteurs ainsi qu’une brochure, Les trois instituteurs de l’Aisne fusillés pendant la guerre de 1870-1871, rédigée par Jean Zeller, ancien inspecteur d’académie de l’Aisne.

27En 1896, à l’occasion du 25e anniversaire de la guerre, est lancée l’idée d’ériger un monument. Dans sa séance du 16 avril 1896, le conseil général de l’Aisne soutient le projet lancé par un comité composé notamment d’inspecteurs primaires et de directeurs d’écoles. Le ministre de l’Instruction publique accorde une subvention et une souscription est lancée auprès de tous les instituteurs de France. Mais une discussion s’engage sur la localisation du bâtiment : Laon ou Soissons ? Le 20 novembre 1896, le maire de Laon, Georges Ermant, confirme à son conseil municipal le choix de sa ville pour le monument et lance une souscription auprès de sa population qui rassemble le dixième de la souscription totale. Le monument doit se situer dans la cour d’entrée de l’école normale. Un concours est ouvert. C’est le projet du statuaire Jean Carlus (1852-1930) et de l’architecte Duray qui est retenu en 1897 par le jury, où siègent Bartholdi et Falguière. L’installation du monument en bronze sur socle de granit, de plus de 6 mètres de hauteur, nécessite d’importants travaux dans la cour, réaménagée par l’architecte Marquiset. L’inauguration est faite le 20 août 1899, sous le gouvernement de Défense républicaine de Waldeck-Rousseau, en présence de plus de 1 600 instituteurs et institutrices.

  • 19 Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 166, deuxième trimestre de 18 (...)

28C’est cette même année 1899 qu’a lieu à Orléans l’inauguration, aux Aydes, faubourg Bannier, du monument aux défenseurs d’Orléans, qui s’inscrit dans une iconographie commémorative des combats de 1870 représentée également par un vitrail de la chapelle des Aydes. En 1897, la commune de Saran et le comité départemental du Souvenir français avaient décidé d’ériger un monument à la mémoire de ceux qui ont combattu pour la défense d’Orléans en 1870. Dû à Charles Desvergnes, prix de Rome en 1889, ce monument, célébrant les combats du 11 octobre 1870, est inauguré le 30 avril 1899. Il reçoit le 7 mai 1899 le prix Davoust remis par la Société historique et archéologique de l’Orléanais. Le président, M. Basseville, estime que « M. Desvergnes n’a pas seulement fait une œuvre remarquable au point de vue de l’art, mais a doté notre ville d’un monument précieux qui rappellera aux générations qui suivront qu’en 1870, à la place même où il s’élève, des Français ont fait le sacrifice de leur vie pour sauvegarder l’honneur de leur pays et donné l’exemple du courage et de l’abnégation19 ».

29Après la Première Guerre mondiale, le souvenir des atteintes aux populations civiles lors de l’invasion et de l’occupation est également entretenu, en Picardie, par des monuments. Ainsi, à Noyon (Oise), le monument aux morts, financé par une souscription, ainsi que par l’apport des villes de Noyon et de Béziers, « marraine » de Noyon, est décoré d’une frise de quatre panneaux sculptés par le Noyonnais Emile Pinchon en l’honneur de la ville martyre. L’un d’eux représente la prise d’otages civils le 29 septembre 1914.

30C’est autour de ces monuments qu’ont lieu des cérémonies d’hommages. Ainsi, dans le Loiret, le monument élevé à Fleury sur le terrain des Sablières en 1871 est, dès cette date, le lieu symbolique de la commémoration du sacrifice des Français aux portes d’Orléans.

  • 20 La chute de Metz, après la capitulation de Bazaine (27 octobre), avait rendu disponible une fracti (...)

31Une cérémonie comparable a lieu à Dury, commune limitrophe d’Amiens. Le premier anniversaire du combat de Dury20, le 27 novembre 1871, est marqué par l’inauguration du monument aux morts et par un discours du maire d’Amiens, Albert Dauphin, qui rend hommage à la garde nationale d’Amiens. La commémoration s’estompe pendant quatre ans, avant que les élus républicains ne reprennent la présidence de cette cérémonie anniversaire à partir du 27 novembre 1876. Ils y évoquent le souvenir douloureux et ému du sacrifice des combattants, la confiance dans une armée indissolublement liée à la patrie républicaine, la ferme volonté de prévenir le retour des désastres, la nécessaire association des nouvelles générations au culte du souvenir pour les préparer à leur futur métier de citoyen et de soldat :

  • 21 Voir Renaud Quillet, La gauche dans la Somme 1848-1924, Amiens, Encrage, 2009, p. 50-53.

« Enfants de nos écoles, nous avons tenu à vous convoquer à cette triste mais grande solennité. Instruisez-vous à la spartiate, fortifiez-vous de cœur et d’âme, et devenez un jour des citoyens libres, fiers de votre patrie, capables de la servir et de défendre au besoin, afin que plus heureux que nous vous ne voyiez jamais l’ennemi violer le sol de la France », déclare ainsi René Goblet en 187621.

32Par le biais des écrits du for privé qui se transmettent au sein des familles, des témoignages imprimés, des plaques, des monuments, des cérémonies, la mémoire des invasions et des occupations est donc entretenue dans les zones qui les ont subies. Ces nombreux vecteurs ont-ils permis des rejeux de mémoire ? Quelle est, dans ces zones géographiques, la mémoire de la guerre franco-prussienne au cours de la Première Guerre mondiale et celle de la Grande Guerre au cours de la Seconde ?

Les rejeux de mémoire

1870-1871 en 1914-1918

33Pour évaluer l’impact de la guerre franco-prussienne en 1914-1918, on partira, pour Amiens, du journal de l’adjoint Herménégilde Duchaussoy et, pour le Loiret, des cérémonies commémoratives qui sont maintenues à Fleury et à Saran pour commémorer les combats du 11 octobre.

  • 22 Archives départementales de la Somme, 14 J 95.
  • 23 Bataille remportée contre les Prussiens, le 23 décembre 1870, à Pont-Noyelles, village à quelques (...)

34Herménégilde Duchaussoy, premier adjoint au maire d’Amiens, puis maire par intérim après le décès de Fiquet, tient pendant toute la durée de la Grande Guerre son journal, maintenant conservé aux archives départementales de la Somme22. Né le 6 mai 1854, Duchaussoy avait seize ans en 1870, année où il était entré à l’École normale d’Amiens. Quarante-quatre ans plus tard, il se souvient encore du sort subi par sa ville lors du conflit franco-prussien. Quand les Allemands entrent dans Amiens le 31 août 1914, et que la municipalité est soumise aux exigences de l’occupant, il note : « Par la pensée, je me revois, en 1870, au lendemain de la bataille de Pont-Noyelles23, retour de l’École normale d’Amiens, obligé de coucher dans la grange, avec mes parents, tandis que nos chambres étaient occupées par les Prussiens ! » Avec le maire, il s’interroge sur le rôle que devront jouer les édiles amiénois en présence de l’occupant et il évoque les relations du maire de 1870, Dauphin, avec le préfet allemand ; il s’entend alors répondre par Fiquet : « Est-ce que je sais, Monsieur Duchaussoy ? Je n’étais pas là en 1870 ! » Le 2 novembre 1914, Duchaussoy va au cimetière de La Madeleine saluer les tombes des anciens soldats de 1870 et le buste du commandant Vogel, le défenseur de la Citadelle. Le 29 novembre, il accompagne le maire au monument de Dury pour la cérémonie commémorative. Il note alors dans son journal :

« Et par la pensée, je me reporte 43 ans en arrière, lors du premier anniversaire, le jour de l’inauguration du monument de Dury. Toutes les autorités civiles, militaires et religieuses, toutes les troupes de la garnison en armes ; toutes les sociétés, toutes les écoles apportant des couronnes ! Et ce sont les Normaliens chantant sur la route le Garde encore tes clairons du père Bonvallet. Au monument nous chantons tous le De profundis solennel sous la direction de M. Leroy, professeur de musique. La réunion d’aujourd’hui n’est pas moins émotionnante [sic] pour les vieux qui ont vu 70 ! Pour ceux qui ont espéré si longtemps et qui vivent les heures tragiques de la Revanche ! »

35Comme à Dury, la cérémonie commémorative du combat du 11 octobre 1870 est maintenue à Orléans pendant la Grande Guerre, toujours en trois étapes : une cérémonie religieuse à l’église de Fleury, une cérémonie civile à la Sablière, un hommage au monument de Charles Desvergnes faubourg Bannier. En dehors des personnalités qui y participent habituellement, l’on note la présence entre 1914 et 1918 de réfugiés français ou belges et de soldats blessés : victimes civiles et militaires de la guerre en cours sont associées à l’hommage des victimes de 1870-1871.

36Pendant la guerre, le Journal du Loiret rend compte avec précision du déroulement de la cérémonie. En octobre 1914, ce périodique publie même, à cette occasion, sous le titre générique « Il y a quarante-quatre ans 1870-1914 » une reprise d’extraits d’articles de ce même journal parus en 1870, ainsi que des morceaux choisis des ouvrages de l’abbé Cochard et d’Auguste Boucher, preuve de l’importance de ces imprimés dans la transmission de la mémoire de 1870. L’extrait de l’abbé Cochard reproduit le 12 octobre, mettant en valeur la figure du commandant Arago, est accompagné de ce commentaire faisant le parallèle entre la situation de 1870 et celle de 1914 :

« La narration de ce combat qui fut une véritable page d’épopée montre que la bête germanique était hier ce qu’elle est exactement aujourd’hui, féroce, incendiaire, avide de carnage et de fourberie, et que nos soldats sont les fils d’une race guerrière, chevaleresque et d’âme sacrificielle, préférant la mort même à une reddition sans déshonneur […]. Que les combattants des Aydes dorment en paix sous les bénédictions pieuses qui ont été, ce matin, répandues sur leurs cendres héroïques. Leurs vengeurs se sont levés qui, en même temps qu’eux-mêmes, vengeront la France meurtrie et humiliée. »

  • 24 En 1870, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère sous le nom de P (...)

37 Le Journal du Loiret fait aussi le parallèle entre le sacrifice de la Serbie aux côtés des Alliés pendant la Grande Guerre et la présence, lors du combat du 11 octobre 1870, d’un ancien saint-cyrien, Pierre Karageorgevitch, le roi Pierre Ier de Serbie24.

38Entre 1914 et 1918, les différentes allocutions font le parallèle entre les soldats de 1870 et ceux de 1914, tous deux désireux d’empêcher l’invasion ou de travailler à la libération de la France occupée. Ainsi, en 1915, le Révérend Père Gillet conclut son allocution dans l’église de Fleury : « Soldats de 70 ou de 1914 ; soldats de la Loire ou soldats de la Marne, de la Champagne et de l’Artois ; vous avez bien mérité de la Patrie. Nous nous inclinons devant votre héroïsme avec une légitime fierté. Tombés au champ d’honneur pour dégager notre sol de la souillure des Barbares, vous aurez été les chevaliers de la civilisation ». En 1916, au nom du Souvenir français, Audry, chef de division à la Préfecture, rend hommage aux combattants victorieux de la Marne qui « en arrêtant la marche des envahisseurs, évitaient à notre Orléanais de souffrir une nouvelle fois de l’invasion ». Les discours font également le parallèle entre les atrocités commises par les Allemands pendant la Première Guerre mondiale et les atteintes aux civils durant la guerre franco-prussienne. Ainsi, en 1916, devant le monument de la Défense, le maire de Saran, « s’inspirant des souvenirs de l’invasion de 1870, recueillis sur place, montre que les viols, les assassinats, les incendies commis à l’heure actuelle par les Allemands étaient déjà commis en 1870 ». En 1917, au nom du Souvenir français, Marché « trace un portrait saisissant de ce qu’est le peuple allemand aujourd’hui et de ce qu’il était en 1870 : il n’a pas changé. Brute, violent, barbare, il était ; brute, violent, barbare, il est ».

39Ces interventions sont également l’occasion d’affirmer la nécessité du souvenir et de regretter l’oubli trop rapide de ce qui s’est passé en 1870-1871. Ainsi, en 1916, le maire de Saran estime que « pour la génération actuelle, la guerre de 1870 est déjà de l’histoire ancienne : on a oublié tout ce que nos pères ont enduré de souffrances, de privations et d’horreurs au moment de l’invasion. Quelques-uns seulement de ceux qui ont vécu ces heures les racontent encore ; mais, pour la plupart, tout cela est déjà dans la nuit des temps. Mais aujourd’hui nous voyons les horreurs de la guerre, les atrocités de toutes sortes commises par ces mêmes agresseurs qui, il y a quarante-six ans, foulaient notre sol. Il faut que, cette fois, l’on se souvienne ». Si l’on peut discuter cette affirmation de l’oubli – que contredisent les mentions d’un assez grand concours de foule les 11 octobre pendant la Première Guerre mondiale – il n’en reste pas moins que cette cérémonie du 11 octobre est, déjà, l’occasion d’affirmer la nécessité d’entretenir la mémoire de la Première Guerre mondiale. Ainsi, en 1915, devant le monument de la Sablière, Marché, représentant du Souvenir français, s’adresse aux soldats de la Grande Guerre :

« Devant ce sépulcre, érigé par la reconnaissance à vos devanciers, nous faisons le serment que vos magnifiques sacrifices ne demeureront pas dans l’oubli. Le Souvenir Français ouvrira un Livre d’or sur lequel seront inscrits les noms des martyrs de cette terrible guerre, des hommages publics vous seront rendus dans toutes les communes, de nouveaux monuments commémoratifs seront élevés. »

40Et, en octobre 1918, le maire de Saran, rappelant les dévastations déjà commises en 1870, notamment les incendies de Bel-Air et des Pendus, demande au Souvenir français de faire poser au bas du monument du faubourg Bannier un bas-relief reliant les deux guerres avec la formule : « Justice est faite. Tous les crimes ont été vengés. »

  • 25 John Horne et Alan Kramer, Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005.

41Si la mémoire des événements de 1870-1871 est encore présente chez les Français au cours de la Grande Guerre, elle l’est également chez les Allemands, qui se souviennent des actes de résistance auxquels ils ont été confrontés. Il est désormais bien connu que les atrocités commises par les Allemands lors de l’invasion de 1914 s’expliquent notamment par le souvenir des francs-tireurs de la guerre franco-prussienne et, partant, par la crainte, ou la conviction, que les populations civiles françaises pourraient prendre les armes contre eux25. Les Allemands s’en prennent alors aux monuments commémoratifs de cette résistance. Dès 1914, ils démolissent le monument de Pasly en l’honneur de Jules Debordeaux et, à Laon, les statues du monument aux trois instituteurs sont fondues en 1917. Ce monument sera reconstitué en 1929. Il s’agira alors, comme le mentionne l’appel du comité, de présenter « le salut symbolique des poilus de la Grande Guerre aux victimes de l’Année Terrible ». Sera apposée sur le monument restauré une plaque commémorative en l’honneur des 120 instituteurs de l’Aisne morts pour la France en 1914-1918.

La mémoire de l’occupation de 1914-1918 dans les départements picards en 1940

  • 26 Hanna Diamond, Fleeing Hitler: France 1940, Oxford University Press, Oxford and New York, 2007.

42Deux générations avaient séparé la guerre franco-prussienne de la Première Guerre mondiale. Une seule sépare la Première Guerre mondiale de la Seconde. Il n’est donc pas étonnant que, vingt et un ans après l’armistice, l’expérience de l’occupation subie lors de la Première Guerre mondiale incite, en 1940, la majorité des populations du Nord et de l’Est à fuir l’avancée allemande. Selon l’historienne Hanna Diamond, qui s’appuie sur des sources orales pour mentionner la transmission intergénérationnelle des souvenirs de 1914-1918 dans l’Aisne26, les plus jeunes habitants y ont été conditionnés par les témoignages de leurs grands-parents sur l’autre guerre : pillage, viols, exécutions sommaires, enfants tués… Elle rapporte le témoignage d’une femme, Simone Perrot, alors âgée de seize ans, qui était très hésitante à quitter son village avec sa mère et son frère invalide, bien qu’elle soit pressée de le faire par le maire :

« Quand ils ont envahi la Belgique, nous savions que la situation devenait mauvaise. Nous voyions les autres réfugiés arriver vers le Nord […]. Le maire du village est venu nous voir et nous dit que nous devions partir. Il dit : “Écoutez, si cela doit se passer comme en 1914, ils violeront les femmes et couperont les mains des petites filles. C’est ce qui était arrivé durant la guerre dans le Nord, vous devez partir. L’ancien maire a acheté une très grande ferme dans l’Indre. Je vais y aller et je suis sûr qu’il y aura de la place pour vous tous.” Ainsi, environ dix-huit d’entre nous sont partis ensemble dans un convoi formé de quatre voitures. J’ai pris ma bicyclette et je les ai suivis. »

  • 27 Alain Huyon, « Journal d’un réfugié sur l’exode de mai-juin 1940 », Revue historique des Armées, j (...)

43De même, Alain Huyon, qui a vécu l’invasion 1940 à La Fère (Aisne), fait le lien entre la mémoire de l’occupation subie pendant la Grande Guerre et la décision de sa famille de prendre la route de l’exode. Il rapporte que, le 16 mai, son père décide de partir, après avoir cherché à protéger sa famille des bombardements, d’abord en l’installant dans la cave familiale, puis en l’éloignant sur les hauteurs de la commune et explique : « Mes parents avaient connu les quatre années d’occupation de la Grande Guerre et ne voulaient pas vivre à nouveau cette situation27. »

*

44Différents vecteurs entretiennent la mémoire des occupations chez les civils du Loiret et des départements picards : les journaux intimes se transmettent dans les familles, une sorte de mémoire savante est diffusée dans les milieux lettrés par des brochures et ouvrages imprimés, des monuments marquent le paysage, des cérémonies annuelles ravivent la mémoire. Ainsi, entre 1914 et 1918, la mémoire de 1870-1871 est-elle encore bien présente, comme l’attestent, à Amiens, les citations de l’adjoint Duchaussoy dans son journal et, à Orléans, les discours prononcés à l’occasion de l’anniversaire des combats du 11 octobre 1870. De même, certains comportements des civils des départements picards s’expliquent, en 1940, par le souvenir de l’occupation de 1914-1918.

45On peut penser toutefois que chaque nouvelle guerre contribue à faire écran à la mémoire de la précédente. À Orléans, la cérémonie commémorative du 11 octobre 1870 est supprimée en 1919. Au conseil municipal du 6 octobre 1919, le maire, Fernand Rabier, expose qu’étant donné la proximité des cérémonies du 11 octobre et du 2 novembre – cette dernière destinée à honorer les morts de la Grande Guerre, il a été décidé, en accord avec la municipalité de Fleury, de renoncer à organiser la cérémonie du 11 octobre : celle du 2 novembre associera les morts des deux guerres. La mémoire de 1914-1918 va donc prendre le pas sur la mémoire de 1870-1871. De même, après 1945, la mémoire de l’occupation 1914-1918 s’estompera au profit de celle de la Seconde Guerre mondiale, les occupés rejoignant pour un temps les « oubliés de la Grande Guerre ».

Notes

1 Journal de guerre 1914-1920 d’Henriette Thiesset, Amiens, Encrage, 2012.

2 Ibid., p. 95.

3 Ibid., p. 149.

4 Ibid., p. 39.

5 Ibid., p. 98.

6 Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 74, octobre 1986, p. 97.

7 Nous suivons là Stéphane Audoin-Rouzeau, « Ernest Lavisse et l’invasion dans le département de l’Aisne (1872) », dans Olivia Carpi et Philippe Nivet (dir.), La Picardie occupée du Moyen Âge au XXe siècle, Amiens, Encrage, 2005, p. 71-80.

8 Abbé Cochard, L’invasion prussienne de 1870, Orléans, Séjourné, 1871, t. I, p. 73.

9 Auguste Boucher, Récits de l’invasion, Journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussienne, Orléans, Herluison, 1871, p. 25.

10 Ibid., p. 46.

11 Ibid., p. 73.

12 Abbé Cochard, op. cit., t. I, p. 4.

13 Jacques Debal (dir.), Histoire d’Orléans et de son terroir, t. III, de 1870 à nos jours, Roanne, Horvath, 1983, p. 14.

14 Jean-Marie Flonneau, Le Loiret et la guerre franco-allemande de 1870-1871, Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 166, 2e semestre 2011, p. 119.

15 Voir Philippe Nivet, « L’occupation d’Amiens (31 août-11 septembre 1914) », Revue du Nord, no 404-405, janvier-juin 2014, p. 51-66.

16 Joseph Picavet, Les Allemands à Amiens, août-septembre 1914, Amiens, Yvert et Tellier, 1914 ; Albert Chatelle, Amiens pendant la guerre (1914-1918), Paris, Larousse, 1929.

17 Voir Jean-François Chanet et Guillaume Parisot, « Les trois instituteurs de l’Aisne, héros ou victimes de la guerre ? Construction et transformations d’un mythe éducatif (1870-1929) », Histoire de l’éducation, 2012, no 135, p. 25-65.

18 Procès-verbaux du conseil général de l’Aisne, session ordinaire de 1871, Laon, Édouard Houssaye, 1871, p. 691.

19 Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 166, deuxième trimestre de 1899, p. 265.

20 La chute de Metz, après la capitulation de Bazaine (27 octobre), avait rendu disponible une fraction de la Ière armée allemande qui s’était avancée par l’Oise et la Somme, entre Compiègne et Saint-Quentin. Cette force de 43 000 hommes et 180 bouches à feu, placée sous les ordres du général Manteuffel, avait ordre d’occuper Amiens, puis de se diriger vers Rouen. Il s’agissait d’accroître la zone protectrice du blocus de la capitale et de tenir les armées de province à bonne distance de celle-ci. Le 27 novembre, le Ier corps allemand inflige à Amiens une défaite aux trois brigades constituées du 22e corps. L’un des engagements a lieu à Dury, avec des troupes disparates. Les troupes françaises résistent bien lors de ce combat de Dury, même si les Allemands parviennent à prendre le cimetière.

21 Voir Renaud Quillet, La gauche dans la Somme 1848-1924, Amiens, Encrage, 2009, p. 50-53.

22 Archives départementales de la Somme, 14 J 95.

23 Bataille remportée contre les Prussiens, le 23 décembre 1870, à Pont-Noyelles, village à quelques kilomètres au Nord d’Amiens, par l’Armée du Nord, sous le commandement du général Faidherbe.

24 En 1870, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé à Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat.

25 John Horne et Alan Kramer, Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005.

26 Hanna Diamond, Fleeing Hitler: France 1940, Oxford University Press, Oxford and New York, 2007.

27 Alain Huyon, « Journal d’un réfugié sur l’exode de mai-juin 1940 », Revue historique des Armées, juin 2000, no 219, p. 118-125, cité dans par Éric Alary, L’exode, un drame oublié, Paris, Perrin, 2010, p. 92.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540