Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Quatrième partie. Du local au national : les usages des mémoires des guerres

La mémoire de Jeanne d’Arc, libératrice d’Orléans, à l’époque moderne : un culte civique entre histoire et religion

Christian Renoux

Texte intégral

  • 1 Le roi Charles VII avait institué en août 1450 une fête pour commémorer la prise de Cherbourg qui (...)
  • 2 D’autres célébrations des exploits de Jeanne d’Arc ont existé : Le chroniqueur de l’établissement (...)

1Depuis 1429, quasi sans discontinuer, Orléans célèbre chaque 8 mai la levée de son siège par les Anglais et sa libération dans laquelle Jeanne d’Arc joua un rôle central. La ville peut s’enorgueillir d’avoir créé et surtout maintenu jusqu’à nos jours l’une des plus anciennes, voire la plus ancienne célébration civique d’une victoire militaire et de la paix retrouvée1. La permanence de cette mémoire de guerre et de paix sur bientôt six siècles est exceptionnelle voire unique au monde2. Cette fête commémorative, centrée sur la messe d’action de grâce et la procession de toute la population, représente un véritable patrimoine immatériel de l’humanité.

  • 3 La première édition du processionnal sort en 1648 des presses de François Boyer († 1667), imprimeu (...)

2Si la mémoire de l’événement de la libération est conservée et transmise par les récits des historiens d’Orléans et plus largement par ceux des chroniqueurs de l’histoire de France, la mémoire festive s’appuie, dès le XVe siècle, sur des objets pour se dire et se maintenir : c’est le rôle du guidon et de la bannière de la ville, utilisés lors de la procession. La publication du processionnal au XVIIe siècle puis celle, dès 1759, des sermons panégyriques prononcés chaque 8 mai participent aussi à la pérennisation des commémorations3.

  • 4 Voir les illustrations 25-28 dans le cahier en couleur et leur commentaire par Christian Renoux, d (...)

3Au début du XVIe siècle, la mémoire s’inscrit également dans la ville à travers l’élévation d’un monument commémoratif placé sur le pont entre les fortifications et le bastion des Tourelles où s’était joué le combat décisif pour la levée du siège. Il s’agit là aussi d’un des plus anciens monuments civils porteurs d’une mémoire de guerre et de paix. Des tableaux, des gravures et des jetons de la ville représentant ce monument viennent compléter et renforcer cette mémoire collective4.

  • 5 Françoise Michaud-Fréjaville, « Les processions à Orléans au XVe siècle », dans Revue Mabillon, n. (...)

4Nous allons nous intéresser ici à l’histoire de cette mémoire à l’époque moderne, entre 1429 et 1792, pour tenter d’en définir la nature et d’en analyser les évolutions. Il s’agit en particulier de comprendre la place donnée à Jeanne d’Arc dans ce culte civique entretenu par les autorités civiles et religieuses d’Orléans5.

La fête du 8 mai sans Jeanne d’Arc

En action de grâce

  • 6 D’après les registres de la ville, une autre procession eut lieu le 12 octobre 1429, jour annivers (...)
  • 7 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 279-280. (...)

5La fête du 8 mai est en premier lieu une fête religieuse qui a pour but de rendre grâce à Dieu pour la délivrance de la ville6. Elle consiste d’abord en une procession, dont un chroniqueur du XVe siècle, certainement chanoine à Orléans, a raconté l’origine et le déroulement initial : conduite par l’évêque et le clergé, elle réunit tous les habitants de la ville – « chacun y portast lumière » – et comporte plusieurs stations. Le lendemain est dite une messe pour les trépassés. Au cours de cette fête sont « portées les châsses des églises, en especial celle de monseigneur saint Aignan, celle de monseigneur Evurtre », les deux saints patrons protecteurs de la ville qui seraient apparus à un soldat anglais durant le siège « en abbit pontifical aller et circuir en cheminant par sus les murs de ladicte ville d’Orléans7 ». Le chroniqueur précise aussitôt, comme pour justifier cet aspect religieux de cette fête :

  • 8 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 281.
  • 9 Cf. Jean Gerson, Opusculum super facto puelle [De mirabilis Victoria] dans Procès en nullité de la (...)
  • 10 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 281.

« On ne peult trop louer Dieu et les sains car tout ce qui a esté fait, ce a esté tout par la grâce de Dieu8 », se faisant l’écho de Gerson, qui reprenant le psaume 117, écrivait à propos de l’aventure de Jeanne d’Arc : A Domino factum est istud, « c’est là l’œuvre du Seigneur9 ». Le chroniqueur poursuit : « Ainsi donc, on doit avoir grande dévocion à ladicte procession », comme si certains n’en avaient pas10.

  • 11 Cité par Philippe Mantellier, Histoire du siège d’Orléans, p. 167.
  • 12 Symphorien Guyon, Histoire de l’Église et diocèse, ville et université d’Orléans, Seconde partie, (...)
  • 13 Ibid., p. 260. Il ne manque pas de rappeler également que la procession est indulgenciée depuis le (...)
  • 14 Voir note 3.

6La fête se perpétua sur le modèle établi : la dévotion des Orléanais ne faiblit pas et le sens religieux de ces cérémonies commémoratives ne fut pas mis en cause. Ainsi, au 8 mai 1497, les registres de la ville d’Orléans portent la mention suivante : « Procession générale faite aux Augustins en remerciant Dieu, notre créateur, de la victoire à ce jour donnée contre les Anglais, ainsi qu’il est accoutumé de faire chacun an11 ». En 1650, Symphorien Guyon, curé d’Orléans, réaffirme, dans son Histoire de l’Église et du diocèse, ville et université d’Orléans, lorsqu’il évoque la fête du 8 mai, que la victoire vint de Dieu et que c’est à lui que les louanges sont dues : « Toute la reconnaissance que nous rendons à ceux qui nous ont secouru et assisté doit être rapportée à Dieu premier Auteur de notre salut, et protecteur de ceux qui espèrent en lui12. » Il précise que cette fête constitue « une dévotion publique qui se rapporte à Dieu nostre libérateur en la procession générale qui se fait et continue tous les ans dans Orléans, depuis deux cens et vingt ans le huictiesme jour de may, en action de grâce de la délivrance de la Ville »13. Cette dernière formule est d’ailleurs la reprise presque mot à mot du titre du processionnal publié dans ces années : Ordre de la procession générale qui se fait tous les ans le huitième de May, en action de grâces à Dieu pour la délivrance de la Ville d’Orléans du siège des Anglois, par l’entremise de Jeanne d’Arc, communément appelée la Pucelle d’Orléans14.

Un culte civique

  • 15 « Ce voyant monseigneur l’évesque d’Orléans avec tout le clergié, et aussi par le moyen et ordonna (...)

7Le récit de la création de la procession que nous donne la Chronique de l’établissement de la fête du 8 mai, dans un style parfois assez imprécis, laisse entendre que l’idée de la procession revenait à la fois à l’évêque d’Orléans, dont le positionnement n’avait pas été des plus courageux pendant le temps du siège, et au pouvoir politique puisqu’il tient à rappeler que cette procession se fit « par le moyen et ordonnance de monseigneur de Dunois, frère de monseigneur le duc d’Orléans », à l’époque prisonnier des Anglais. Le Chroniqueur ne dit pas que le corps de ville soit partie prenante de la décision d’organiser cet événement15.

  • 16 André Vauchez a proposé de « désigner sous le nom de « religion civique », à l’époque médiévale et (...)
  • 17 Chronique du siège d’Orléans, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 280.

8La ville et son seigneur, le duc d’Orléans, sont cependant tout au long de l’époque moderne les co-organisateurs de la fête avec l’évêque et le clergé, lui donnant un caractère civique nettement marqué, qui l’inscrit dans ce qu’il convient d’appeler la religion civique qui prit diverses formes en Europe au Moyen âge et à l’époque moderne16. Le rôle de la ville dans la procession est mis en valeur par la chronique à travers la mention de ses 12 procureurs qui ont un rôle central en tant que représentants des « bourgeois, manans et habitants du dit Orléans » qui forment la procession elle-même. Ils sont en effet les seuls acteurs de la procession qu’il nomme : « Les douze procureurs de la ville auroient chacun ung sierge en leur main où seroient les armes de la ville, et qu’il en demeurroit quatre à Sainte-Croix, quatre à Saint-Evurtre et quatre à Saint-Aignan17. »

  • 18 Cf. Jules Quicherat, op. cit., p. 308-313 et Philippe Mantellier, op. cit., p. 165-167.

9Cet aspect civique du culte s’est maintenu voire renforcé au cours du temps. Les registres de compte de la ville d’Orléans mentionnent la fête du 8 mai sous l’appellation : « feste de la ville » en 1441, 1460 ou 1501. Mais d’autres dénominations existaient aussi comme « feste des Tourelles » (1435), « feste du lièvement des Tourelles », « procession des Tourelles » (1451) ou simplement « procession générale » (1497) ou « sollepnité » (1455). Cependant, à partir de 1668 et jusqu’en 1793, seule la dénomination « Fête de la ville » est mentionnée dans les registres18. C’est d’ailleurs la ville qui couvre les principales dépenses liées à la procession et ce sont les procureurs de la ville qui conduisent la procession.

  • 19 « A Jacquet Compain, pour bailler à Mahiet, pour la façon de l’estandard, rafreschir et accourser (...)
  • 20 « A Estienne, paintre, et Mahiet, pour leurs peines et sallaires d’avoir fait la bannière de la vi (...)

10La ville marque aussi sa présence dans la procession par une bannière dite bannière de la ville portée par son « valet ». On peut penser que la tradition de la bannière est déjà ancienne au moment du siège. Les registres de compte de la ville portent mention de réparations sur une bannière en mars 1429 et de la confection d’une nouvelle bannière en 1429, payée 6 livres19. En juillet 1430, la confection d’une bannière plus importante – si l’on en croit le prix – est payée par la ville à deux peintres20.

  • 21 Philippe Mantellier, op. cit., p. 192.
  • 22 AD Loiret, CC 657, registre des comptes de 1443, f° 20v°. Le mandement du 9 septembre confirme la (...)
  • 23 AD Loiret, CC 659, registre des comptes de 1445, f° 2v°, publié par Jules Quicherat, op. cit., t.  (...)

11C’est en 1440, année du retour du duc Charles d’Orléans, que la présence de la bannière de la ville – est-ce celle de 1430 ? – est mentionnée pour la première fois à la procession du 8 mai dans les frais payés par la ville pour l’organisation de la fête21. Elle l’est ensuite régulièrement chaque année. Ainsi, le 8 mai 1443, sont versés « à Jehan Pichon […] qui porta la bannière de la ville viii d[eniers] par[isis]22 ». On apprend, par les mêmes comptes, qu’en 1445 la ville verse au même Jehan Pichon, « varlet de la ville », en plus des huit deniers pour le port de la bannière, huit autres deniers parisis « pour une saincture de cuir par lui achactée pour prendre la bource qui soutient le bout de baston à quoy se porte la bannière de la ville, à la procession dudit VIIIe may23 ».

  • 24 Denis Lottin, op. cit., t. I, p. 298.
  • 25 Autre terme pour désigner la guisarme, sorte de hallebarde portée par les gens de pied.
  • 26 Jules Quicherat, op. cit., t. V, p. 310.
  • 27 Voir Philippe Mantellier, « Mystères et divertissements militaires », dans op. cit., p. 182-184.

12Denis Lottin, à propos du 8 mai 1444, affirme, de son côté, que « cette bannière était une toile peinte qui formait un carré long et qui était attachée à un bâton disposé en croix avec celui qu’on tenait à la main ; elle représentait les Tourelles du pont et les Godons qui les défendaient24 ». On peut penser qu’il déduit la forme de la bannière du fait qu’elle doit être portée à bout de bras, appuyée sur une ceinture, par un seul homme. Pour ce qui est de ce qu’elle représente, comme D. Lottin ne cite aucune source, on ne peut écarter que cette description soit principalement sortie de son imagination mais elle est cohérente avec d’autres informations contenues dans les registres de compte sur la présence de représentations d’Anglais – les Godons – dans la fête du 8 mai puisque le 23 avril 1439 la ville verse 12 livres et 16 sols à « Mahiet Gauchier, paintre […] pour faire les jusarmes25 et haches, et une fleur de liz et deux Godons, par marché fait à lui en la chambre de la dite ville pour faire la feste du lievement des Tourelles26 ». Nous savons en effet que d’autres éléments militaires (mystères joués le long de la procession, simulacre des Tourelles) sont présents dans la fête pour certaines années du XVe siècle27. Il n’est donc pas impossible que cette bannière ait pu comporter ces éléments militaires dans l’esprit d’un ex-voto représentant l’objet même de l’action de grâce collective, la levée du siège, mais on peut aussi supposer que des éléments religieux y figuraient, peut-être sur une autre face. Il s’agirait d’une représentation de la Vierge si l’on en croit les allusions d’un motet de la fin du XVe siècle, sur lequel nous reviendrons.

  • 28 Françoise Michaud, art. cit., p. 127 et 128.

13Malgré ces incertitudes, on peut cependant suivre Françoise Michaud qui fait remarquer à juste titre que, « dans toute cette liturgie, on ne vit jamais paraître Jeanne la Pucelle » et que « la fête de la ville au XVe siècle n’est pas vraiment une célébration de l’héroïne28 ». La fête, qui a pourtant pour thème la délivrance de la ville, fait mémoire de la victoire dans son aspect civique et en rend grâce à Dieu dans son aspect religieux, sans donner de place à l’actrice centrale de cette délivrance. La sentence d’annulation du procès de condamnation prise en 1456 à la suite d’un nouveau procès ne semble pas avoir eu d’influence notable sur ce point.

Mémoire et commémoration

  • 29 AD Loiret, CC 661, registre des comptes de 1449, f° 14v°.
  • 30 AD Loiret, CC 661, registre des comptes de 1450, f° 28.
  • 31 Cités par Philippe Mantellier, op. cit., p. 166.
  • 32 Françoise Michaud, art. cit., p. 126.

14Dans cette seconde moitié du XVe siècle, la dimension mémorielle de la fête du 8 mai est particulièrement signalée dans les registres de la ville. En 1449, elle est évoquée comme la « feste et sollepnité qu’on fait chascun an, au VIIIe jour de may pour mémoire de ce que les Angloys qui tenoient le siège de la ville s’en allèrent ce jour et levèrent leur siège29 », en 1450 comme les « remembrance et sollepnité qui chascun an se fait en ce jour30 » et, en 1451, comme la « procession des Tourelles qui se fait le huitième jour de moi en mémoire de la grande grâce que Dieu nous fit à la levée du siège31 ». Françoise Michaud se demande si ces mentions mémorielles appuyées dans les registres de compte de la ville, qui ont parfois l’allure de petite leçon histoire, n’étaient pas « à l’usage des officiers ducaux qui trouvaient peut-être injustifiée, ou trop originale, cette commémoration32 ». On peut aussi y voir le besoin de rappeler, autour de 1450, l’histoire des faits commémorés à une génération qui ne les a pas connus directement et qui pourrait être tentée de remettre en cause l’intérêt de cette tradition héritée de ses pères. Une fois le cap de cette première génération passé, la mémoire devient histoire et la commémoration moins passionnelle.

  • 33 Symphorien Guyon, op. cit., p. 260.
  • 34 Cité par Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville, Orléans, A. Jacob, 1837, p. 354.

15Dans les siècles suivants, cette dimension mémorielle de la fête est rappelée de temps à autre. Ainsi Symphorien Guyon, en 1650, tient à relever que « les Orléanais [sont] mémoratifs du bien fait signalé de leur heureuse délivrance » par la Pucelle33. En avril 1786, le chancelier du duc d’Orléans évoque encore cette dimension à propos de l’établissement de la fête de la rosière qui répond à la volonté du duc et de la duchesse d’Orléans « de rendre tous les ans plus célèbre la solennité de la fête de la ville qui se fait le 8 mai, en mémoire de sa délivrance34 ».

L’entrée en scène de Jeanne d’Arc

Jeanne d’Arc, le duc d’Orléans et la bannière de la ville

  • 35 Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, Ms 1779, f° 358r°-v° et f° 362v° (ancienne bannière) et 36 (...)

16Si l’on suit l’interprétation proposée par Jules de La Martinière (†1942) en 1933, la première apparition discrète – codée dirions-nous – de Jeanne dans la fête pourrait s’être produite à la fin du XVe siècle sur l’une des bannières de la ville, que nous connaissons à travers les descriptions que Nicolas-Claude Fabri de Peiresc († 1637) nous en a laissées à la suite d’un de ses voyages, à Orléans, en 1623. Dans ses notes de travail, l’érudit aixois a décrit deux bannières orléanaises, l’une qu’il nomme la « nouvelle bannière », qui est donc celle utilisée de son temps, qui nous est parvenue et qui date de la première moitié du XVIe siècle, comme nous le reverrons35. La seconde bannière qu’il qualifie de « bannière ancienne » ne nous est pas parvenue et n’est connue que par ce qu’il nous en a rapporté. Antérieure à la « nouvelle bannière », elle date donc d’avant le milieu du XVIe siècle et probablement de la fin du XVe siècle. Voici comment Peiresc la décrit :

  • 36 Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, Ms 1779, f° 358r-v. Ce texte a été édité par Jules de La M (...)

« La bannière ancienne de la ville d’Orléans conservée en l’Hostel-de-ville, estoit de drap d’or et avait d’un costé une Notre-Dame […] tenant un petit Christ […] et au devant d’elle le duc d’Orléans à genoux armé et maillé […] derrière luy il y a un évêque mitré, représentant saint Aignan et du costé gauche […] saint Euverte […]. De l’autre part […] la ville d’Orléans y est représentée avec la rivière, le pont, les églises et autres édifices, comme elle estoit alors, avec un Jésus en chiffre […] dans un soleil d’or […] à costé droit le clergé à coté gauche sont représentés les bourgeois et échevins avec leurs manteaux et chapperons sur l’épaule36. »

17Cette description est accompagnée d’un dessin qui présente le duc d’Orléans à genoux, éperons aux pieds, les mains jointes, regardant vers la gauche, la tête et le buste de trois quarts. Il est reconnaissable par le mantelet à ses armes qu’il porte par-dessus sa cotte de mailles. Une banderole descend de son épaule gauche jusqu’à ses pieds en faisant un pli sur sa main droite. Quatre écussons alignés figurent sous le duc.

  • 37 La présence de deux porteurs relevée dans les comptes de la ville en 1502 s’explique par la présen (...)
  • 38 Sur la dévotion au Saint Nom de Jésus prêchée par saint Bernardin de Sienne et les franciscains, d (...)
  • 39 Cf. Jules de La Martinière, art. cit., p. 273-274 et 286-287.

18Cette bannière semble être, comme la précédente, portée à bout de bras par un seul homme37. Sa face principale, décrite en premier par Peiresc et qui devait être portée en avant dans la procession, est entièrement consacrée à la vénération de la Vierge et de l’enfant Jésus par le duc d’Orléans, présenté par les saints patrons de la ville. Il s’agit d’une image des plus traditionnelles dans l’art religieux de l’époque. Le fait qu’elle figure sur la bannière de la ville est significatif du poids que le duc conserve à Orléans à cette époque. La seconde face reprend le thème de la libération de la ville puisqu’elle figure les lieux des combats de 1429 (sans les Godons cette fois) : les Tourelles, qui sont aussi la destination de la procession du 8 mai, le pont et la ville derrière ses fortifications. Si Jeanne d’Arc n’est donc pas représentée sur la bannière, on peut voir, en suivant Jules de La Martinière, dans le « Jésus en chiffre […] dans un soleil d’or », le monogramme du Christ (IHS), devant lequel clercs et bourgeois sont en prière à genoux, à la fois une marque de la dévotion de la ville au Saint Nom de Jésus, adoptée du temps de Jeanne d’Arc, et une allusion à l’étendard de Jeanne d’Arc sur lequel elle avait inscrit le nom de Jésus et de Marie38. À ces allusions, s’ajoute la présence, parmi les versets bibliques qui ornent cette face de la bannière où figure le Saint Nom de Jésus, dans des cartouches à gauche et à droite, respectivement du côté du clergé et des bourgeois, du verset 23 du psaume 117, A Domino factum est istud, et est mirabilis in oculis nostris, qui est utilisé, comme nous l’avons vu, depuis Gerson par les dévots de Jeanne d’Arc pour qualifier son action39. Si Jeanne n’est donc pas représentée sur cette bannière, sa mémoire n’en est pas moins évoquée quoiqu’implicitement seulement. Il s’agit d’une étape importante dans l’entrée en scène de Jeanne dans la fête du 8 mai et les commémorations de la délivrance de la ville.

  • 40 « Tout au bas il y a quatre escussons, du Roy, couronné de fleurs de lis, du daulphin, avec une se (...)
  • 41 Cf. la reproduction publiée dans Jules de La Martinière (art. cit., figure hors texte).
  • 42 Jules de La Martinière, art. cit., p. 281, note 3. Le jugement de Jules de La Martinière, qui affi (...)

19La confection de cette nouvelle bannière et donc l’apparition de Jeanne d’Arc dans les commémorations peut être datée à partir d’un élément rapporté par Peiresc : la présence de chaque côté de la toile de quatre écussons, ceux du roi de France, du dauphin, du duc d’Orléans et de la ville d’Orléans, si ces écussons sont bien contemporains de la bannière elle-même40. Jules de La Martinière a proposé de retenir dans la période 1470-1483, qui connaît l’existence d’un dauphin, en la personne du futur Charles VIII, les années postérieures à 1476 qui voit la mention de travaux pour une bannière dans les comptes de la ville. Nous pouvons, avec prudence, tenter de préciser cette date. Il semble en effet qu’il faut plutôt préférer l’année 1482 ou 1483 car le duc d’Orléans, tel qu’il est représenté sur la bannière, selon le dessin qui accompagne la description de Peiresc, est un jeune adulte agenouillé portant un habit semé de fleurs de lis au lambel. Or, Louis II d’Orléans, duc depuis la mort de son père en 1465, fête ses vingt ans en 1482, ce qui semble compatible avec l’âge du personnage représenté sur la bannière41. Par ailleurs, il ne semble donc pas nécessaire d’avancer l’hypothèse que ce portrait soit une reprise d’un ancien portrait du duc Charles coiffé à la mode des années 1480-1490 (cheveux longs roulés sur la nuque), comme l’avance Jules de La Martinière42.

  • 43 Sur l’activité d’Eloy d’Amerval à Orléans, voir Marlène Britta, François Turellier, Philippe Vendr (...)
  • 44 AD Loiret, CC, 669, registre des comptes 1483, f ° 32r° (cité dans Andreas Ott, Eloi d’Amerval und (...)

20Cette datation peut encore être précisée et en permettre une autre. On sait en effet qu’Eloy d’Amerval († 1508) a composé deux motets qui sont chantés dans la procession du 8 mai, l’un face à l’église Saint-Paul, l’autre face à la porte Dunoise43. Celui de la porte Dunoise est daté par le versement enregistré dans les registres de compte de la ville d’Orléans en mai 1483 : 104 sous parisis, soit la valeur de 4 écus d’or, à l’auteur sont versés « pour avoir dite et noté en latin et en François ung motet pour chanter doresnavant es processions qui se font chascun an ledit viiie jour de may et qui en icelle procession dernière a este chanté […]. Duquel motet il a fait deux livres contenans chascun huit grans feuillez de parchemin reliez entre deux ays couvers de cuir vermeil l’un pour bailler aux chantres et l’autre aux enffans de cueur d’icelle église Saincte-Croix pour chanter a la stacion qui se fait devant la porte Dunoise44. » Le motet de l’église Saint-Paul n’est pas mentionné dans ce paiement de la ville alors pourtant qu’il évoque précisément la bannière de la ville puisqu’il cite la présence nouvelle sur celle-ci de saint Aignan et de saint Euverte, certainement aux côtés de la Vierge :

  • 45 Le texte de ce motet est publié, avec celui de la porte Dunoise, en 1645 par François Le Maire (Hi (...)

« O benoist Sainct Aignan, tant digne et précieux
O Sainct Euverte aussi, nos patrons glorieux
[Du] Trésor d’Orléans garde et protection,
En la bannière mis, O la Vierge, tous deux45. »

21On peut raisonnablement penser que ce second motet d’Eloy d’Amerval désigne la nouvelle bannière et qu’il a été rédigé en même temps que celui pour la porte Dunoise, en 1483. Mais, à la différence de ce dernier, il ne dût pas être payé par la ville. Le duc ou le clergé de l’église Saint-Paul en ont peut-être assumé le coût.

22Il faut souligner que ces deux motets introduisent explicitement Jeanne d’Arc dans la fête puisque, « doresnavant » comme disent les registres de la ville, à deux des stations de la procession, ces motets mentionnent le rôle de la Pucelle dans la délivrance de la ville.

23Celui chanté devant l’église Saint-Paul rappelle que :

  • 46 François Le Maire, op. cit., p. 307.

A la douce prière
Dont le Roy Dieu pria,
Vint Pucelle Bergère,
Qui pour nous guerroya.
Par divine conduitte
Anglois tant fort greva
Que tous les mit en fuitte
Et le Siege leva46. »

24Celui chanté devant la Porte Dunois amplifie l’hommage, en particulier en citant nommément Jeanne :

  • 47 Ibid., p. 308.

« Grandement rejoüyr te doibs,
Devost peuple Orléanois,
Et comme très loyal François,
Remercier Dieu a haute voix,
Quand cinq jours après la grand feste
De la digne et beniste Croix,
Le huictiesme jour de ce mois,
Par une Pucelle une fois
Chassa tes ennemis Anglois
Qui tant te firent de tempeste.
[…]
Judith et Hester, nobles Dames,
Et plusieurs autres vaillantes femmes,
Par le vouloir du Dieu des Dieux,
Bataillèrent pour les Hébrieux,
Et eurent de belles Victoires
Comme nous trouvons ez Histoires
Tout ainsi pour nostre querelle
Batailla Jeanne la Pucelle47. »

25Il faut noter que l’hommage se veut orléanais mais est inscrit dans un cadre national puisque les habitants de la ville sont appelés à se réjouir « comme très loyal François ». Les saints patrons de la ville ne sont pas non plus oubliés dans ce motet puisque, parlant des Anglais, l’auteur rappelle que « Sainct Euverte les mit aussi/et S. Aignan en grand soucy ».

26La fête du 8 mai 1483 marque donc une étape importante et un tournant dans le déroulement et le sens qui est donné à la commémoration de la délivrance de la ville. On y voit paraître une nouvelle bannière de la ville qui comporte prudemment des éléments allusifs au rôle de Jeanne d’Arc dans l’événement célébré, éléments qui se trouvent éclairés par les deux motets qui se chantent dorénavant à deux des stations de la procession, qui eux louent explicitement l’action déterminante de la Pucelle dans la victoire orléanaise et française contre les Anglais. Ne pouvant introduire cette louange dans le processionnal puisque Jeanne n’est pas canonisée, les autorités de la ville – ducale, municipale et ecclésiastique – ont recours à une innovation périphérique, en plaçant le chant de motets dans le programme de la procession.

  • 48 En 1476, la ville paie 25 sols parisis pour « avoir fait mectre à point la bannière de la ville, l (...)
  • 49 Cf. Denis Lottin, op. cit., t. I, p. 333.

27Le jeune duc d’Orléans, Louis II, est au cœur de ces évolutions puisque c’est son portrait qui figure désormais sur la bannière de la ville, certainement au pied de la Vierge, entouré des saints patrons de la ville. Rien n’a pu se faire sans son autorisation voire une initiative de sa part. Il est difficile de déterminer ce qui a pu influencer une telle prise de décision au printemps 1483. A côté des contingences purement matérielles – la bannière précédente qu’il avait fallu rapiécer en 1476 a dû rendre l’âme à la suite de la procession précédente et il fallait la remplacer48 – ont pu jouer des considérations plus politiques. Le roi Louis XI, beau-père du duc d’Orléans depuis le mariage de ce dernier avec Jeanne de France en 1476, est très malade. Il fait venir d’Italie le célèbre thaumaturge François de Paule pour qu’il l’empêche de mourir. Le saint religieux, attendu au chevet du roi à Plessis-lès-Tours, passe par Orléans où il arrive le 30 avril49. Le jeune dauphin Charles, âgé de 13 ans, aura besoin d’un régent. Il n’est pas impossible que le jeune duc d’Orléans cherche alors à valoriser son image à travers cette nouvelle bannière de la ville et en mettant en avant la figure de Jeanne d’Arc, envoyée de Dieu, qui lui permet de donner un nouveau lustre à la commémoration de la délivrance de sa ville et de rappeler le rôle décisif de celle-ci, de son duché et de sa famille dans la défense et la sauvegarde du royaume de France. De fait, le roi meurt le 30 août 1483, apaisé par François de Paule mais la régence que le duc d’Orléans revendique lui échappe quand les États généraux la confirment à sa belle-sœur Anne de Beaujeu en janvier 1484. Quelques mois plus tard, le conflit politique dégénère en guerre ouverte.

Le monument du pont

  • 50 Cf. Eugène Jarry, « L’érection du monument de Jeanne d’Arc sur le pont d’Orléans », dans Mémoires (...)
  • 51 Le testament d’Aignan II de Saint-Mesmin, qui fonde aussi le pain bénit de la paroisse Saint-Paul, (...)
  • 52 Eugène Jarry, art. cit., p. 508.
  • 53 Les quittances des premiers paiements en 1502 figurent en marge du marché (art. cit., p. 510). Les (...)
  • 54 Eugène Jarry, art. cit., p. 509.

28Une nouvelle étape dans l’affirmation de la mémoire johannique à Orléans est ensuite franchie avec la construction sur le pont d’un monument sur lequel figure une statue de l’héroïne. La date de cette construction a été déterminée en 1911 par la publication par Eugène Jarry († 1940) d’un marché passé le 1er août 1502 devant un notaire d’Orléans, Jehan Courtin, entre Jehan Ledru et Pierre Le Merle, maçons et tailleurs de pierre d’une part, et Aignan III et Estienne de Saint-Mesmin, et les proviseurs du pont et de l’hôpital Saint-Antoine d’autre part50. Les frères Saint-Mesmin disent agir au nom d’un article du testament de leur père, Aignan II († 1498), fils d’Aignan I († 1462), plusieurs fois échevin d’Orléans, qui avait connu Jeanne d’Arc et qui, à l’âge de 87 ans, avait déposé au procès en nullité51. Les travaux de maçonnerie, dont le marché détaille la réalisation, ont pour but de « mectre et asseoir la croix ordonnée estre faicte » par le testateur « sur le deuxième pillier dudit pont du cousté d’amont entre ville et Saint-Anthoine52 ». Ces travaux doivent être terminés pour la saint Rémi suivante, soit le 13 janvier 1503. Les Saint-Mesmin s’engagent à payer 2/5 des frais et les proviseurs du pont, donc la ville, les 3/5 restants. Il semble que les travaux, commencés dès septembre 1502, aient duré au-delà du temps prévu puisqu’il en est encore question en 150753. Il faut relever que le marché n’évoque que l’érection d’une croix et ne dit rien sur la présence d’autres éléments sur cette construction de bonne taille : « quatorze piez de longueur, et sept piez de largeur par le bas et six par le hault, hors le mur et espoy dudit pont54 ».

  • 55 Aurelianenses Pullæ statuam posuere (Paolo Emili, De Rebus Gestis Francorum libri X, Paris, M. de V (...)
  • 56 Paolo Emili, L’Histoire des faicts, gestes et conquestes des roys, princes et seigneurs et peuple (...)
  • 57 Sur Pontus Heuterus, voir Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-s (...)
  • 58 Sunt qui fabulam, quæ de Puella Ioanna scribimus, putent. Sed […] vidi ego meis oculis in ponte Aur (...)

29Quelques rares témoignages nous apportent des informations complémentaires sur ce monument dans les décennies suivantes. Tout d’abord, l’humaniste italien Paolo Emili ou Paul Emile († 1529), chargé à partir de 1503 par l’évêque de Paris, Étienne de Poncher, de rédiger une histoire de France, mentionne dans l’histoire de Charles VII, parue en 1539, que les Orléanais ont érigé – littéralement installé – une statue de la Pucelle, sans préciser où55. Jean Regnart, qui traduit l’ouvrage en français en 1581, précise l’endroit et la raison de cette érection : « Les Orléanais mirent sa représentation sur leur pont, pour honorable mémoire de ses faicts56. » Pontus de Huyter ou Heuter, dit Heuterus (1535-1602), prêtre et érudit hollandais réfugié aux Pays-Bas espagnols, donne la première description de cette statue dans son histoire de la Bourgogne qui paraît à Anvers en 158457. Constatant que certains pensent que l’histoire de Jeanne la Pucelle qu’il vient de raconter est une fable, il tient à décrire ce qu’il a vu en 1560 à Orléans qu’il visité au cours de son voyage en France lorsqu’il était encore étudiant : j’ai « vu de mes yeux, sur le pont construit sur la Loire à Orléans, la statue en bronze de cette Pucelle, les cheveux flottant élégamment sur ses épaules, à genoux devant un Christ en croix, également en bronze58 ».

  • 59 Le marché est publié par Alexandre Collin dans Le pont des Tourelles à Orléans (1120-1760). Étude (...)
  • 60 Cf. Françoise Michaud-Fréjaville, « Le “tableau des échevins” », dans Marie-Luce Demonet et alii ( (...)
  • 61 Il s’agit, entre autres, de réparer « les effygies de Notre-Dame de Pitié et la Pucelle qui soullo (...)
  • 62 Jules de La Martinière doute qu’il s’agisse du roi et pense que Aignan de Saint-Mesmin aurait pu v (...)
  • 63 Le terme n’est pas employé dans le marché mais il y est question de fondre ou de souder des morcea (...)

30Des éléments plus précis nous sont ensuite donnés à la fois par le tableau dit « des échevins » datant d’avant 1568 et par un marché passé devant notaire en 1570 entre la ville, représentée par le maire et les échevins, et Hector Lescot, fondeur à Orléans, pour restaurer le monument qui avait été endommagé pendant les conflits des années précédentes59. Le tableau des échevins représente la ville d’Orléans vue de la rive sud de la Loire, avec au centre le pont des Tourelles dans toute sa longueur60. On discerne sur la partie du pont comprise entre l’hôpital Saint-Antoine et la ville un monument de pierre blanche dans lequel on distingue nettement une croix, et plus difficilement un sujet debout d’un côté de la croix, du côté du fleuve vers l’amont, et deux autres qui semblent agenouillés, du côté du pont. Le marché d’octobre 1570, rappelant l’ancienneté du monument, nous confirme ce qu’écrivaient Paolo Emili et Pontus Heuterus : l’un des sujets agenouillés est « la Pucelle »61. Et il nous apprend que le second est le « roy62 » et qu’est aussi présente sur ce monument une statue de la Vierge, appelée ici Notre-Dame de Pitié, allusion à la souffrance de la Vierge qui contemple son fils mort sur la Croix, ce qui correspond bien à la formule employée par Pontus Heuterus (« crucifixi Christi »). La Vierge serait donc debout, au pied de la Croix, ce qui est aussi cohérent avec ce que l’on peut distinguer sur le tableau des échevins. Le marché de restauration confirme aussi l’affirmation de Pontus Heuterus : les statues sont en bronze63. C’est donc un monument bien plus complet qu’une simple croix qui a été construit sur le pont. En l’absence du testament d’Aignan de Saint-Mesmin et de tout marché concernant la fabrication de ces statues, il n’est pas possible d’affirmer que le projet initial comportait la présence de ces statues mais la taille de la structure en pierre (14 pieds par 7 pieds, soit un peu plus de 4 m par un peu plus de 2 m) qu’il est prévue d’installer sur le pont dans le marché de 1502 dépassait les seuls besoins de l’érection d’une croix et rendait possible un tel aménagement.

  • 64 Cum inscriptione positam fuisse hoc tempore, opera sumptumque Virginum ac matronarum Aurelianensium (...)

31L’inscription apposée sur le monument, dont nous connaissons la substance par le témoignage de Pontus Heuterus de 1560, informe le passant qu’il a été élevé aux dépens des demoiselles et des dames d’Orléans, en mémoire de la libération de la ville assiégée par les Anglais64. Il faut donc comprendre qu’une sorte de souscription avait été lancée à Orléans auprès des femmes pour trouver l’argent nécessaire à la fabrication des statues de bronze. Cette dimension féminine du financement du monument, mise en avant par l’inscription, mérite d’être soulignée car elle met en valeur une mémoire féminine spécifique, ce qui est assez unique dans ces temps et particulièrement dans le domaine de la mémoire des guerres et des paix.

32Ce monument inscrit cette mémoire civique dans un cadre religieux traditionnel, celui du Calvaire. Le choix de ce thème peut renvoyer à une volonté d’évoquer les souffrances de la guerre mais il fait aussi écho à une importante dévotion orléanaise, celle à la Sainte-Croix, sous le vocable de laquelle est placée la cathédrale de la ville. Il faut souligner que la présence de la Vierge de Pitié au pied de la Croix renforce les aspects féminins de ce monument mais aussi sa dimension historique.

  • 65 Mirouer des femmes vertueuses, Paris, s. d. (1546), f° A4r (réimpression par Crapelte, Paris, 1840)
  • 66 Cette interprétation est défendue en 1650 par Symphorien Guyon, qui reprend également le récit du (...)

33En effet, comme l’indique l’inscription, il s’agit bien ici de faire mémoire d’un événement historique précis : la levée du siège de 1429. Pour ce faire, la ville a choisi de représenter deux acteurs majeurs de cet épisode : le roi et Jeanne d’Arc. Leur tenue militaire, puisque l’un et l’autre sont en armure, éperons aux pieds et heaume posé devant eux, confirme le contexte guerrier. Ils sont en prière, l’un et l’autre agenouillés et les mains jointes. Ce qui est une autre façon d’exprimer, comme lors des processions, que la victoire doit être attribuée à Dieu et à la Vierge que le roi et la Pucelle implorent ensemble. Cette représentation de la Pucelle en prière est aussi une réaffirmation de sa foi et de ses bonnes mœurs que le procès en nullité de sa condamnation a établies solennellement en 1456. Cette scène de prière donne une dimension historique au monument si on considère, comme le fait Symphorien Guyon, qu’elle rappelle également la prière que Charles VII avait adressée, dans son désespoir, à la Vierge en 1429 dans son château de Loches. Le Mirouer des femmes vertueuses, s’appuyant sur une tradition de la Cour de France qui ne pouvait venir que du roi lui-même, raconte comment Charles VII, « a nudz genoulx et les larmes aux yeux et les mains ioinctes, comme soy reputant misérable pecheur indigne de adresser sa priere a Dieu supplia a sa glorieuse mère qui est royne de miséricorde et consolation des désolez » et comment Jeanne d’Arc lui révéla le contenu de cette prière secrète à la Vierge65. Cette interprétation permet de donner une justification historicisante à la présence du roi Charles VII sur ce monument orléanais alors qu’il n’avait pas participé aux combats pour la levée du siège de la ville66.

34Il faut noter enfin que la présence du roi sur le monument, et non celle du duc comme sur la bannière de la ville, donne une dimension nationale et non plus seulement civique, à cette commémoration de la délivrance de la ville. Il ne s’agit pas uniquement d’évoquer la libération de d’Orléans mais celle du pays tout entier à travers la figure du roi victorieux. Il est vrai que les Orléanais avaient conscience que la libération de leur ville avait sauvé tout le Royaume de France, comme nous l’avons déjà vu sous la plume du Chroniqueur de l’institution de la fête du 8 mai.

Au temps de Louis XII

  • 67 François Le Maire, op. cit., 16482, p. 300. Il aborde la construction des nouvelles murailles d’Or (...)

35La construction de ce monument est commencée en 1502 et terminée à une date que nous ignorons mais qui ne se situe pas après 1529. C’est donc sous le règne de Louis XII, duc d’Orléans devenu roi de France en 1498, que le projet est lancé et l’on peut raisonnablement supposer qu’il est mené à bien avant 1515. Dans cette période, le duché d’Orléans est rattaché à la couronne et le seigneur de la ville n’est plus à Orléans mais à Paris et les liens sont plus étroits que jamais entre le duché et le souverain. Cette nouvelle situation politique peut faciliter cette évolution de la mémoire collective que marque l’érection de ce monument du pont. Comme nous l’avons déjà relevé, à propos des innovations introduites pour la fête du 8 mai en 1483, le roi Louis XII porte dès sa jeunesse un intérêt particulier à la mémoire de la Pucelle et à celle de la délivrance d’Orléans. François Le Maire donne un autre indice de cet intérêt lorsqu’il évoque Jeanne d’Arc à propos de la décoration de l’Hôtel de ville. Il affirme que « Louis XII estant Duc d’Orléans obtenant du Roy Charles VIII son beau-frère, le Privilège d’accroistre la ville, il voulait que l’accroissement fut fait en Arc, pour monstrer les grâces que notre ville avait receues de Ieanne d’Arc, la Pucelle67 ».

  • 68 L’abréviateur du procès écrit : « lequel procez j’ai extraict par le commandement du roy Loys XIIe(...)
  • 69 Ibid., p. 258.

36De façon plus avérée, nous savons qu’en 1502, le roi fait copier par l’amiral Louis Malet de Graville († 1516), petit-fils d’un compagnon de la Pucelle, des parties des procès de cette dernière dans le but d’en défendre la mémoire68. Il faut noter que ce texte est justement un des rares, à la suite du Mirouer des femmes vertueuses, à raconter l’épisode où, pour convaincre le roi de l’authenticité de sa mission, Jeanne d’Arc révèle à Charles VII le contenu des prières secrètes qu’il avait faites au château de Loches la Toussaint précédente69. Cette révélation est présentée comme décisive dans le choix du roi de confier une armée à la Pucelle pour aller lever le siège d’Orléans et rappeler cet épisode pouvait permettre d’unir la mémoire du roi, de la Pucelle et des interventions mariale et divine dans la délivrance d’Orléans et du royaume.

  • 70 Valerand de Varanne, De Gestis Iohannæ Virginis Francæ egregiæ bellatricis, Paris, Jean de la Port (...)
  • 71 Cf. Christian Renoux, « Connaissance des procès et image de Jeanne d’Arc XVe-XVIIIe siècle », dans (...)

37Nous savons aussi qu’à la cour de Louis XII le poète Valerand de La Varanne dit Varanius, auteur mal connu par ailleurs, consacre à Jeanne d’Arc un long poème latin de 3 000 vers qui paraît en 1516 sous le titre De Gestis Iohannæ Virginis Francæ egregiæ bellatricis70. Cet ouvrage qui met en avant les aspects militaires de la figure de la Pucelle est le premier entièrement consacré à l’héroïne dont la vie et les exploits étaient jusque-là traités dans le cadre des histoires du royaume de France ou du règne de Charles VII. Au même moment, l’abbé de Saint-Victor de Paris, Nicaise Delorme († 1516) fait faire pour la nouvelle bibliothèque de son abbaye une copie des procès de condamnation et en nullité que Valerand de Varanne consulte sans vraiment s’en inspirer71.

  • 72 Louis XII a-t-il servi de modèle à cette figure royale comme le suggère Jules de La Martinière («  (...)

38S’il n’existe pas de traces de l’intervention de Louis XII dans l’érection du monument du pont, on peut constater qu’elle est en harmonie avec son souci de mettre en valeur l’image de Jeanne d’Arc et d’entretenir la mémoire de son lien avec la ville d’Orléans. Ce rappel et cette mise en valeur du rôle de la Pucelle, envoyée par Dieu pour aider le roi Charles VII à sauver son royaume, ne peuvent que renforcer symboliquement la légitimité de souverain, issu d’une branche cadette des Valois. La mise en lumière du rôle décisif joué par la délivrance d’Orléans et donc par la famille ducale dans la sauvegarde du royaume participe pleinement à cette logique légitimatrice, qui s’appuie sur l’action des familles de compagnons de l’héroïne72.

39La statue de bronze de la Pucelle sur ce monument commémoratif, visible par tous les Orléanais mais aussi par les très nombreux voyageurs qui empruntent le pont, lui donne un éclat tout particulier qui rompt spectaculairement avec la prudence des représentations orléanaises du XVe siècle. Si l’on en juge par les gravures et les tableaux dont nous disposons pour la version rénovée du monument, quasi à l’identique pour cette partie, la jeune femme est valorisée d’une façon exceptionnelle. Elle est littéralement en tête à tête avec son souverain. Les éléments d’exacte symétrie sont très importants, de la taille et de la position des personnages à leur armure, en passant par les blasons. Jeanne d’Arc occupe la place qui était traditionnellement réservée aux reines tout en apparaissant comme un chef de guerre du fait de son armure qui lui confère un prestige réservé aux hommes. Du point de vue de la symbolique, ce monument commémoratif d’allure un peu rustique est d’une singularité remarquable. Ce constat renforce l’impression qu’il n’a pas pu être installé sans un accord du roi lui-même.

La mémoire de l’héroïne nationale envahit l’espace orléanais

La nouvelle bannière

  • 73 Alors que, sur l’ancienne bannière, le duc d’Orléans, d’après le dessin conservé avec la descripti (...)

40La place donnée à Jeanne d’Arc dans les commémorations orléanaises ne s’arrête pas là. Lorsque dans les décennies suivantes, la bannière de la ville, usée par le temps, doit être remplacée, l’occasion s’offre de donner un nouvel éclat aux manifestations de reconnaissance de la ville envers sa libératrice. Cette nouvelle bannière, qui nous est parvenue, est une toile peinte sur les deux faces qui est utilisée jusqu’à XVIIIe siècle. Elle est confectionnée sur le modèle de l’ancienne, sauf sur un point important. On y trouve toujours en effet d’un côté la représentation de la ville, vue de la rive sud du fleuve avec le pont, et de l’autre le duc d’Orléans, reconnaissable à son habit blasonné des armes des Orléans, qui est agenouillé devant la Vierge à l’enfant et les deux saints patrons de la ville, les évêques Aignan et Euverte. Mais, face au duc, apparaît Jeanne d’Arc, agenouillée et en armure, comme elle est représentée sur le monument du pont, face au roi. Cette combinaison des deux images, qui passe par l’ajout de la Pucelle, a été plus ou moins bien adroitement exécutée par le peintre. Il semble qu’il n’est pas changé la composition générale de la bannière précédente, ce qui donne l’impression que la Pucelle n’est pas prise en compte par les autres personnages. L’enfant Jésus, dans les bras de sa mère, est penché vers le duc dont il touche l’index droit du bout de la main droite. De son côté, saint Aignan pose sa main sur la nuque du duc. Rien de tel de la part de saint Euverte envers Jeanne d’Arc. De même, aucun des cartouches ne lui est attribué même si paradoxalement l’ensemble des textes peut lui être appliqué dans la mesure où ce sont des versets bibliques qui célèbrent l’engagement militaire de Dieu auprès de son peuple. Mais la symétrie du duc et de la Pucelle, que nous avons vue pour le monument du pont, est conservée et même ici accentuée par la présence des deux évêques en arrière-plan et l’identité du bleu profond des deux armures et du mantelet du duc. Ce face à face, vu de profil et figuré au prix de quelques contorsions, prend le dessus sur la relation du duc avec la Vierge et l’enfant Jésus, d’autant que la jeune femme en armure est légèrement en avant par rapport aux autres figures du tableau73.

  • 74 On peut noter que, sur l’autre face de cette bannière, celle où est figurée la ville, le monogramm (...)

41L’image de Jeanne d’Arc est donc maintenant clairement visible sur la face principale de la bannière de ville et se retrouve ainsi au cœur de la procession, à une place de choix à laquelle la Pucelle n’aurait pu prétendre que comme duchesse d’Orléans ou comme sainte74. Mais, comme sur le monument du pont, c’est la démarche commémorative qui permet que sa mémoire soit honorée de la sorte à travers un culte civique rendu par la ville et le duc à leur libératrice.

  • 75 « Sur la nouvelle bannière refaicte il y a environ IIIIXX ans » (Carpentras, Bibliothèque Inguimbe (...)
  • 76 Eugène Bimbenet, « Rapport sur la proposition faite au conseil d’acquérir une bannière provenant d (...)
  • 77 Ibid., p. 267-268.
  • 78 Charles de France (1522-1545), troisième fils de François Ier, est duc d’Orléans de 1536 à sa mort (...)

42La date de la confection de cette bannière ne nous est pas connue précisément. Peiresc doit se faire l’écho de la tradition orléanais quand il écrit que cette bannière date d’environ 80 ans lorsqu’il la voit en 162375. Ce qui nous reporterait dans les années 1540-1545. C’est aussi à cette datation que conclut l’expertise rendue en 1871 au moment où la Société Archéologique de l’Orléanais intervient auprès la municipalité d’Orléans pour lui demander d’acquérir pour son Musée historique cette « bannière commémorative de la délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc » qui est mise en vente par les héritiers de Charles-François Vergnaud-Romagnési († 1870) qui la détenait, et ce malgré les « crises financières que nous traversons76 ». Eugène Bimbenet († 1891), rapporteur, explique, sans sourciller, avoir trouvé dans les manuscrits de l’abbé Dubois († 1824) un relevé des comptes de la ville pour l’année 1545 qui portent que les échevins commandèrent « une armoire pour y déposer la bannière faicte de neuf par le feu roi François Ier [† 1547], et venue de son chastel d’Amboise », qu’on qualifiait les années suivantes de « grande bannière royale où sont peints la Vierge et l’enfant Jésus77 ». Si nous attribuons cette erreur de datation à une coquille ou à une distraction dans le relevé de la date du compte, qui doit être 1547 ou 1548 – erreur que la disparition des registres pour ces années ne permet pas de rectifier –, nous pouvons penser que cette bannière, a été offerte à la ville par le roi François Ier peu de temps avant sa mort arrivée le 31 mars 1547. Or, depuis septembre 1545, le duché d’Orléans est à nouveau rattaché au royaume de France78. Ce qui expliquerait pourquoi une bannière neuve est offerte à la ville par le roi et pourquoi la figure du duc sur la bannière reprend les traits du duc de la bannière précédente, le futur Louis XII, beau-père du roi. Ce serait donc cette intervention directe de François Ier dans les commémorations de la délivrance d’Orléans qui mettrait en valeur la Pucelle en la faisant figurer sur la bannière. Ce geste, que peut-être seul le souverain pouvait se permettre de poser tant il est novateur et bouscule les cadres de pensée, confirmerait par ailleurs l’intérêt des Valois-Orléans pour la mémoire de Jeanne d’Arc, la libératrice de la ville capitale de leur duché et il serait également une illustration supplémentaire de la nouvelle dimension royale et, par là, nationale qu’a pris le culte civique de la délivrance d’Orléans depuis la construction du monument du pont.

Les guerres de Religion

  • 79 Philippe Mantellier, op. cit., p. 163. L’auteur cite le registre de la ville d’Orléans pour l’anné (...)
  • 80 Ibid., p. 163.

43Pendant les guerres de Religion, certains caractères catholiques de la fête commémorative posent nettement problème aux protestants orléanais. La procession, au cours de laquelle les nombreuses chasses de saints sont sorties de toutes les églises de la ville, cristallise leurs rancœurs. Ainsi est-elle supprimée quand la ville est entre leurs mains, en 1562 et en 1563. Elle est rétablie dès 1565, année où les cinquanteniers protestants refusent d’y participer79. Il semble qu’il fallut ensuite pendant plusieurs années encadrer militairement la procession pour « empêcher qu’on ne fit sédition », sous-entendu du côté protestant80. La bannière de la ville a traversé cet épisode malgré sa forte tonalité mariale et la présence des saints patrons de la ville.

  • 81 Cf. Alexandre Collin, op. cit., p. 542-543 et Eugène Jarry, art. cit., p. 506, note 2.
  • 82 C’est le cas de Léon Trippault, l’éditeur du Journal du siège, en 1576 : « Du temps de nos premier (...)
  • 83 « Il convient reffondre et ressoulder les effigies de Notre-Dame-de-Pitié et de la Pucelle […] Et (...)

44Le monument du pont a lui souffert dans ces années sans que l’on puisse établir précisément ni la date, ni les responsables des dégâts qu’il a subis81. Des témoins accusent les iconoclastes de 1562 ou de 1567 de s’être acharnés sur le monument comme sur d’autres monuments ou édifices de la ville82. L’autre hypothèse serait que le monument aurait été endommagé par des tirs venus de différents camps lors des combats de 1567. Il est donc difficile, en l’absence de récits concordants, de donner une signification précise à ces destructions, que l’on peut évaluer à partir du marché passé entre le fondeur Hector Lescot et les « maire – office créé en 1568 – et échevins de la ville d’Orléans », en octobre 1570, pour opérer les réparations des statues. On apprend que celles de la Vierge et de Jeanne doivent être refondues. De cette dernière, seuls les jambes, les bras et les mains sont réutilisables tandis que la statue du Christ a perdu un bras et est éventrée83. Celle du roi semble avoir été relativement épargnée puisqu’il n’est prévu que de « réparer plusieurs coups de harquebuzes au corps et à la tête ». Tous les instruments de la Passion ou les armes qui étaient présents sur le monument ont également disparu. Ces travaux dont la fin est prévue pour janvier 1571 apparaissent donc comme une priorité de la ville, ce qui confirme l’importance qu’a prise ce monument commémoratif dans le paysage et la symbolique de la cité ligérienne.

  • 84 [Charles du Lys], Recueil de plusieurs inscriptions pour les statues du Roy Charles VII. et de la (...)

45La restauration conduite transforme la composition du monument : le Christ n’est plus crucifié mais déposé sur les genoux de sa mère qui, elle, n’est plus debout mais assise sur un rocher au pied de la Croix pour former une nouvelle Pietà. Le roi Charles a conservé sa position et une statue de Jeanne a repris place, face au duc. Autre changement, alors que la structure de pierre du monument n’a pas l’air d’avoir fait l’objet de travaux particuliers, l’inscription posée sur le monument qu’avait citée Pontus Heuterus et qui témoignait d’une mémoire féminine a disparu sans que l’on sache comment et pourquoi. Peut-être avait-elle été détruite pendant les troubles ? Les dessins et les gravures du monument réalisés au XVIIe siècle ainsi que les témoignages convergent pour confirmer que le monument reconstruit n’est pas orné d’inscription. Un des soi-disant membres de la famille de Jeanne d’Arc, Charles du Lys, lance d’ailleurs une sorte de concours pour définir les devises qui pourraient y être inscrites et il publie le résultat de son appel en 1613 mais son projet n’aboutit pas84.

  • 85 « L’an 1570. le septiesme iour de mars, la Reine Mère Catherine de Médicis prit possession du duch (...)
  • 86 À cette date, le duché est une nouvelle fois rattaché au domaine royal et le reste jusqu’en 1626 à (...)

46Il faut noter que cette restauration du monument du pont est réalisée alors que le duché d’Orléans a depuis peu à sa tête la reine mère Catherine de Médicis. En effet, en février 1566, Charles IX, sous l’inspiration de son chancelier Michel de L’Hôpital, en même tant qu’il définit de nouvelles règles pour la gestion du Domaine royal par l’Édit de Moulins, recompose les apanages des princes ses frères et le douaire de leur mère. Celle-ci cède alors le duché d’Alençon, qui faisait partie de son douaire depuis 1559, à son dernier fils François, et elle reçoit de son côté le duché d’Orléans que lui laisse son fils Henri, qui devient lui duc d’Anjou. Du fait des guerres religieuses, la reine mère et douairière ne prend possession de son duché que le 7 mars 1570 en faisant son entrée solennelle dans Orléans nouvellement apaisée85. Elle reste duchesse d’Orléans jusqu’à sa mort à Blois en janvier 158986. On peut supposer que Catherine de Médicis a soutenu, voire sollicité, cette décision de la ville d’effacer les stigmates des conflits religieux mais nous n’avons pas de traces d’une intervention directe de sa part.

Les jetons

47On peut aussi supposer que Catherine de Médicis joue également un rôle dans la diffusion par la ville de jetons décorés de l’image du monument du pont. En effet, quand la ville décide de faire frapper ses premiers jetons, elle fait figurer à l’avers les armes de la ville cernées de deux palmes ou une femme debout de face, tenant de la main droite des raisins et des épis, la gauche appuyée sur l’écu aux armes de la ville avec ses pieds une urne renversée et derrière, à gauche, la ville, le tout complété par la légende « Pour la maison commune d’Orléans » et l’exergue « Aurelia ». Au revers, apparaissent deux types de représentation assez précise du monument du pont : soit le roi et la Pucelle sont à genoux en prière les mains jointes au pied d’un Christ en croix, soit ils sont en prière devant une Pietà et une croix en forme de tau surmontée d’un pélican. Dans les deux types, la légende du revers est la même : A . DOMINO . FACTUM . EST . ISTUD, ce verset de psaume que nous connaissons bien.

  • 87 Cf. F. Feuardent, Jetons et méreaux depuis Louis IX jusqu’à la fin du Consulat de Bonaparte, Rolli (...)

48À travers l’existence de ces deux types de jetons, nous avons le témoignage que le souvenir de la première forme du monument du pont est encore présente à la mémoire des Orléanais ; ce qui n’est pas tout à fait étonnant puisque les plus anciens jetons datés connus sont de 1572, soit l’année suivant la restauration du monument, sous le règne de Charles IX. D’autres sont frappés sous les règnes de Henri III, en 1578 et 1585, sous le règne de Henri IV en 1600, 1605 et 1608 et encore sous le règne de Louis XIII en 162987. Ces jetons sont les seuls frappés aux XVIe et XVIIe siècle par la ville d’Orléans, à l’exception d’un jeton sous Henri IV et d’un autre sous Louis XIII. La mémoire de la délivrance de la ville par Jeanne d’Arc devient donc, dans le dernier quart du XVIe siècle, emblématique de la ville elle-même à travers l’image du monument commémoratif, tant à l’époque des guerres de Religion qu’à l’époque de l’édit de Nantes.

La Belle-Croix

  • 88 Érigée le 24 octobre 1407 (François Le Maire, op. cit., 1645 p. 526), détruite une première fois p (...)
  • 89 François Le Maire, op. cit., 1698, p. 276.
  • 90 Symphorien Guyon, op. cit., p. 429.
  • 91 Selon Jules Quicherat (op. cit., t. V, p. 367), le texte de ces inscriptions aurait été : Mors Chr (...)

49L’action de Catherine de Médicis, duchesse d’Orléans, en vue de diffuser la mémoire de la libération de la ville et le rôle de Jeanne d’Arc, se manifeste encore dans ces années lors de la restauration de la Belle-Croix qui, elle aussi, a été détruite pendant les premières guerres civiles et qui est restaurée plus tardivement88. En effet, François Le Maire nous apprend que la « Croix de bronze fut refaite et remise le 22. Mars 1578. par Iean Buret fondeur, avec les armes du Roy et de la Reine mère Duchesse d’Orléans, au bas de laquelle sont inscrits et gravez » plusieurs sentences89. Symphorien Guyon précise qu’elles sont « à l’entour du pied ou de la base de cette croix90 ». Ces textes latins saluent la guérison des plaies mortelles offerte par la mort du Christ en croix et attribuent à ce signe la victoire de Clovis sur ses ennemis et celle de Jeanne d’Arc sur les Anglais91. La Pucelle y est présentée comme celle qui a délivré Orléans du siège et toute la France de la servitude anglaise. La présence du verset 23 du psaume 117, qui accompagne traditionnellement la mémoire de la Pucelle depuis Gerson et qui joue véritablement un rôle de marqueur, indique que c’est bien la libératrice d’Orléans que ces inscriptions entendent célébrer.

50Ces inscriptions, qui rappellent que cette croix a été abattue par des impies (ab impiis), sous-entendu les protestants, transforment la Belle-Croix, qui date de 1407 et qui n’avait pas de rôle mémoriel, en nouveau signe de la mémoire collective, en particulier de la mémoire de la délivrance par Jeanne d’Arc de la ville et du pays (In quorum memoriam haec nostra fidei insignia non diu ab impiis diruta restituta sunt). Comme avec le monument du pont, il s’agit de réaffirmer la mémoire catholique contre les impies, de réinstaller les images honnies.

51Il faut souligner que, dans le prolongement du mouvement commencé par la construction du monument du pont et poursuivi avec la confection de la dernière bannière de la ville, la commémoration est à la fois locale (Aureliam obsidione) et nationale (totam Galliam). Le rapprochement avec Clovis, tout comme la présence des armes royales sur la croix, inscrit également cette mémoire dans l’histoire de la France et hisse Jeanne d’Arc au rang de figure nationale.

L’Hôtel de ville

  • 92 Cf. David Ojalvo, « Deux “portraits” de Jeanne d’Arc du Musée historique d’Orléans », dans Bulleti (...)

52La mémoire de la délivrance d’Orléans et la glorification de Jeanne d’Arc s’étendent donc un peu plus dans la ville en s’inscrivant au pied cette Belle-Croix en 1578 après avoir pris place sur les jetons de la ville. Dans ces mêmes années, l’invasion johannique se poursuit et se manifeste dans l’espace civique orléanais par excellence, l’Hôtel de ville. En effet, dès 1581, la ville commande un portrait de la Pucelle pour décorer la salle de réunion de cet hôtel de ville, où siègent le maire et les échevins. Ce tableau est nettement inspiré de ceux de Lucas Cranach représentant Judith tenant la tête d’Holopherne peints dès 153092. La jeune femme est ici vêtue d’une robe légère et coiffée d’un chapeau à plumes attaché autour du cou à la mode du temps. Elle brandit une fine épée fleurdelisée et regarde le spectateur avec un air de contentement.

53Placé au cœur du pouvoir municipal, cet hommage à Jeanne d’Arc glorifie aussi la ville et ses échevins en comparant la victoire de 1429 aux antiques combats des femmes fortes de la Bible. Mais il faut souligner que le roi Charles VII a disparu de la mémoire de la délivrance comme les autres acteurs, tel Dunois. Sur ce tableau qui semble être resté en place jusqu’à la Révolution, présidant à toutes les décisions du corps de ville, même si l’épée que Jeanne brandit est fleurdelisée, rappelant par là la monarchie et le duché d’Orléans qui se partagent cet emblème, l’image se focalise sur la Pucelle seule. Le processus de son héroïsation franchit là une étape décisive. Dans la foulée, la ville d’Orléans commande un second tableau de Jeanne, toujours seule et aussi guerrière mais à cheval cette fois. La mémoire de la délivrance de la ville tourne au monopole voire au triomphe de la mémoire johannique.

Les frontispices

  • 93 Jean Hordal, Heroinæ Nobilissimæ Ioannæ Darc Lotharingæ et vulgo Aurelianensis Pullæ Historia, Pon (...)

54Deux personnages non orléanais, Jean Hordal et Charles du Lys, qui prétendent l’un et l’autre descendre des frères de Jeanne d’Arc, promeuvent au début du XVIIe siècle l’image de leur parente comme cela n’avait jamais été fait auparavant. Et cette promotion s’appuie sur la mémoire orléanaise. Jean Hordal († 1618), professeur et doyen de l’université de Pont-à-Mousson, publie en 1612 une histoire de Jeanne d’Arc qui est en fait la première tentative depuis La Varanne de rédiger une biographie de la Pucelle, à travers une compilation de textes qui parlent d’elle93. Par ce travail, il participe de façon déterminante à l’individualisation de la mémoire de Jeanne d’Arc et il est assez significatif que cette focalisation aille jusqu’à concerner l’élément devenu central de la mémoire de la délivrance d’Orléans, le monument du pont, que Hordal fait graver par Léonard Gaultier et figurer dans le frontispice de son ouvrage. Dans cette gravure, le roi et Jeanne d’Arc sont en prière de chaque côté de la Pietà, conformément à ce que nous en savons par ailleurs, même si cette gravure est une des principales sources de connaissance du monument. Mais le graveur surmonte cette représentation d’une banderole sur laquelle on peut lire : Statua in memoriam Ioannæ Virginis Aureliæ ponti super posita. Par cette légende, comme dans les tableaux de l’Hôtel de ville, l’intérêt se focalise sur la seule Pucelle. Le roi a disparu. La mémoire de la délivrance de la ville s’efface devant la seule mémoire de l’héroïne. Le monument du pont devient le monument de la Pucelle.

55De son côté, comme nous l’avons vu, Charles du Lys, qui correspond avec son « cousin », sollicite des érudits pour imaginer des inscriptions à faire figurer sur le monument du pont. Habilement, le volume qu’il publie s’ouvre par le texte de Charles de La Saussaye († 1620), neveu de Mathurin de La Saussaye, évêque d’Orléans de 1564 à sa mort en 1584, lui-même doyen d’Orléans, chanoine de Paris et curé de Saint-Jacques du Haut-pas. L’ensemble des contributions dessine un nouveau visage de Jeanne d’Arc, dont l’analyse dépasse les limites de notre étude. Le quasi-triplement de la taille du volume entre les éditions de 1613 et celle de 1628 indique l’intérêt que l’initiative a su susciter.

  • 94 Elles sont chacune entourées d’une banderole formant un cadre et portant la formule Iohanna Darc A (...)

56Les deux cousins illustrent aussi habilement leurs ouvrages de deux autres gravures réalisées par Léonard Gaultier pour eux en 1612 et en 1613, reproduisant l’une le Tableau des échevins et l’autre le portrait de Jeanne à cheval94. Ces gravures, souvent rééditées, permettent une plus large diffusion de trois des principaux éléments civiques de la mémoire de la délivrance d’Orléans, dont les deux focalisés sur la seule Pucelle.

  • 95 [Charles du Lys], op. cit., « Au lecteur », p. [1].

57Charles du Lys, dans son court avis au lecteur, explique la raison d’être de son recueil en décrivant les tables « en attente » sous les statues du monument et donne sa version de l’origine de ce monument. Comme ses contemporains, il en attribue la construction, qu’il date de 1458, à Charles VII. De façon plus originale, il présente en détail l’épisode de Jeanne révélant au roi sa prière secrète. Épisode, écrit-il, qui se « trouve par les histoires ». Et il en conclut que le souverain victorieux « fist mettre ces images et statues sur le pont d’Orléans […] pour monstrer qu’eux deux seuls avoient ce secret et l’avoient exécuté, par l’intercession de la Vierge qu’ils en remercient ainsi ensemblement95 ». Cette volonté de mettre en lumière le caractère unique de la relation qui aurait lié Jeanne d’Arc à son roi, qui repose en effet sur une tradition, comme nous l’avons vu, se retrouve dans la description même du monument par Charles du Lys : ils sont, écrit-il, « ainsi seuls posez ». Et « esgallement », ajoute-t-il, pour signifier la symétrie du monument mais peut-être davantage.

  • 96 Symphorien Guyon, op. cit., p. 256.
  • 97 Symphorien Guyon, op. cit., p. 206-207.
  • 98 Ibid., p. 256.
  • 99 Ce point sera repris par la suite. Ainsi, en 1737, un jésuite italien, Liborio Siniscalchi, affirm (...)
  • 100 Symphorien Guyon, op. cit., p. 255.

58Cette lecture est reprise en grande partie par Symphorien Guyon en 1650 lorsqu’il expose « les beaux tesmoignages rendus à la mémoire de notre brave Pucelle96 ». Comme il le rappelle lui-même (« comme nous avons veu cy-dessus »), l’historien a déjà relaté l’épisode de la prière secrète révélée, lors de la rencontre de Charles VII et de Jeanne d’Arc à Chinon97. Lorsqu’il en vient à décrire le monument du pont tel qu’il est depuis sa reconstruction en 1571, avec le roi et la Pucelle « représentez à genoux comme supplians », l’ecclésiastique apporte d’abord une explication religieuse somme toute assez convenue : c’est, écrit-il, « pour laisser à entendre que ce roi persécuté par les Anglais et cette généreuse vierge envoyée pour le secourir avoient obtenu secours par la vertu de la Croix et par l’intercession de la Vierge des Vierges ». C’est déjà ce qui disait, à propos de la Croix, l’inscription sur la Belle-Croix de 1578, et ce que le monument pouvait suggérer à propos de la Vierge. Puis il reprend l’interprétation de Charles du Lys : les personnages sont à genoux « de plus pour représenter que la Pucelle avoit sceu par esprit Prophétique la dévote prière faite par le Roi Charles devant l’image de Notre-Dame de Pitié pour la conservation de la France98 ». Dans cette reprise, S. Guyon ajoute un élément factuel nouveau : le vocable de Notre-Dame de Pitié – et accessoirement l’image – précision que ne donnaient ni le récit du Mirouer des femmes vertueuses ni le texte de Charles du Lys mais qui est en parfaite adéquation avec le monument99. De plus, l’historien orléanais centre son explication sur l’esprit prophétique de Jeanne qu’il explicite alors qu’il est sous-entendu dans le Mirouer des femmes vertueuses et que Charles du Lys préfère insister sur la qualité de la relation entre le roi et Jeanne d’Arc. Pour Symphorien Guyon, qui suit en cela Jean Hordal, le message ultime du monument est de valoriser la mémoire de la Pucelle. Le roi n’est plus, en quelque sorte, qu’un faire-valoir de cette mémoire. Et d’ailleurs l’historien ne lui attribue pas la construction du monument dont l’initiative reviendrait aux « Orléanais », « peu après ce célèbre jugement » de 1456100. Le discours orienté d’un thuriféraire d’une gloire familiale qu’est Jean Hordal, est ici repris et validé par l’historien d’Orléans.

*

  • 101 Voilà ce qu’il écrit à sa femme sur un ton badin voire gouailleur : « Nous allâmes regarder de des (...)
  • 102 D’après les comptes de la ville pour les années 1659 et 1660 aujourd’hui disparus (cf. Philippe Ma (...)
  • 103 Panégyrique de Jeanne d’Arc prononcé dans l’église de Sainte-Croix d’Orléans le dimanche 8 mai 1672 (...)
  • 104 Cf. Christian Renoux, « Faut-il canoniser Jeanne d’Arc ? Les chemins de la béatification de la Puc (...)
  • 105 Symphorien Guyon, op. cit., p. 262.

59Cette « johannisation » – si on peut se permettre ce néologisme – de la mémoire orléanaise de sa délivrance se poursuit et s’amplifie au cours du XVIIe siècle. Le monument du pont devient le monument de la Pucelle, quand ce n’est pas la Pucelle tout court, comme sous la plume de La Fontaine101. Dans la fête du 8 mai, le guidon de la ville devient le « guidon de la Pucelle » vers 1659102, les sermons se transforment peu à peu en panégyriques de l’héroïne comme le montre le plus ancien connu, celui de 1672, dû à un oratorien qui se laisse aller à célébrer publiquement la « bienheureuse Jeanne103 ». La liturgie à proprement parler n’est pas concernée par cette invasion tant que Jeanne d’Arc n’est pas canonisée, ce que certains, influencés par ce climat général, commencent à croire au début du XVIIIe siècle104. Mais Symphorien Guyon souligne quand même que les psaumes, les répons et les antiennes des stations de la procession sont bien « adaptés à la Pucelle », ainsi que les citations bibliques utilisées, souvent des « paroles de Dieu adressées à David », car le Pucelle a été elle aussi « appelée de la conduite des Troupeaux à la conduite des Armées105 ».

  • 106 Selon l’arrêté du maire et le mandement de l’évêque (cf. Philippe Mantellier, op. cit., p. 167 et (...)
  • 107 Le piédestal est décoré de quatre bas-reliefs illustrant la vie de Jeanne d’Arc et accessoirement (...)
  • 108 Cf. Antoine Prost, « Jeanne d’Arc à la fête. Identité collective et mémoire à Orléans depuis la Ré (...)

60La commémoration de la délivrance de la ville se poursuit au XVIIIe siècle même si le monument est retiré du pont lors des travaux engagés pour sa reconstruction en 1745 avant d’être réinstallé au carrefour des rues Royale et de la Vieille-Poterie en 1771. Seuls les événements de la Révolution française viennent temporairement la remettre en cause puisqu’en 1791 la fête du 8 mai est suspendue et qu’en août 1792 les statues du monument du pont sont démontées et fondues, malgré des tentatives de s’opposer à cette décision, pour faire des canons dont l’un est baptisé « Jeanne d’Arc », confirmant le sens qu’avait pris le monument. La bannière de la ville et le Tableau des échevins purent être conservés. La restauration en 1803 de la fête à l’initiative du maire et de l’évêque, validée par le pouvoir central, en la personne de Napoléon Bonaparte, sous le nom de « Fête de la délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc106 », et l’élévation le 7 mai 1804, place du Martroi et non plus sur le pont, d’une statue de Jeanne d’Arc, et non plus d’un monument à la mémoire de délivrance de la ville107, consacrent les évolutions du XVIIe siècle et permettent à la mémoire orléanaise de la victoire de 1429 de continuer à s’incarner dans des rites civiques alors que ceux des autres villes n’ont pas pu reprendre après l’arrêt révolutionnaire108. Ce nouvel élan donné va également conduire à l’extension universelle de la mémoire et du culte de Jeanne d’Arc avec sa canonisation proclamée en 1920.

Notes

1 Le roi Charles VII avait institué en août 1450 une fête pour commémorer la prise de Cherbourg qui marquait la reconquête de la Normandie et la fin de la Guerre de Cent ans. Cette fête, non plus civique mais nationale puisqu’elle était étendue à l’ensemble du Royaume, était fixée au 12 août (cf. Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 183-187). Elle pouvait donner lieu localement à des processions (cf. Colette Beaune, supra, p. 121-134). Elle ne survécut pas à la Révolution française.

2 D’autres célébrations des exploits de Jeanne d’Arc ont existé : Le chroniqueur de l’établissement de la fête du 8 mai les évoque : « On doit avoir grant dévocion à ladicte procession […] de la dicte ville d’Orléans, attendu que ceulx de Bourges en Berry en font solemnité, mais ils prennent le dimanche après l’Ascension. Et aussi plusieurs autres villes font solempnité, car si Orléans fust cheu entre les mains desdits Anglois, le demourant du royaulme eut este fort blecié » (Chronique du siège d’Orléans et de l’établissement de la fête du 8 mai 1429, édit. André Salmon, Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 3, 2e série, 1846, p. 508-509 et Rémi Boucher de Molandon, « La délivrance d’Orléans et l’institution de la fête du 8 mai. Chronique anonyme du XVe siècle récemment retrouvée au Vatican et à Saint-Pétersbourg. Jean de Mascon, docteur et chanoine de l’Église d’Orléans et MM. de Laverdy et J. Quicherat », dans Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. XVIII, 1884, p. 281). Colette Beaune montre qu’à Blois, cette fête a été célébrée de façon continue à l’époque moderne mais aucune n’a survécu à la Révolution française (art. cit). La célébration de Bourges (propre aux chanoines) est attestée dans les délibérations du chapitre jusqu’à la Révolution. Je remercie Françoise Michaud-Fréjaville pour cette information.

3 La première édition du processionnal sort en 1648 des presses de François Boyer († 1667), imprimeur d’Orléans, sous le titre Ordre de la procession générale qui se fait tous les ans le huitième de May, en action de grâces à Dieu pour la délivrance de la Ville d’Orléans du siège des Anglois, par l’entremise de Jeanne d’Arc, communément appelée la Pucelle d’Orléans (Bnf, B-13874). L’ouvrage est ensuite réédité à plusieurs reprises à Orléans avec un titre quasi identique.

4 Voir les illustrations 25-28 dans le cahier en couleur et leur commentaire par Christian Renoux, dans Pierre Allorant et Noëlline Castagnez (dir.), Se souvenir de la guerre en région Centre-Val de Loire de Jeanne d’Arc à nos jours, Orléans, Éditions Corsaire, 2014, p. 32-33.

5 Françoise Michaud-Fréjaville, « Les processions à Orléans au XVe siècle », dans Revue Mabillon, n. s. 6 (1995), p. 205-223 et « Orléans et le culte de ses saints fondateurs », dans Les fondations des églises locales, le culte des saints et des reliques (Colloque d’Orléans, 2000), Orléans, 2001, p. 209-218.

6 D’après les registres de la ville, une autre procession eut lieu le 12 octobre 1429, jour anniversaire du début du siège d’Orléans « pour mémoire que les Godons mesdrent le siège devant Orliens » (cité par Denis Lottin, Mémoires historiques sur la ville d’Orléans, Orléans, A. Jacob, t. I, 1836, p. 250). Cette commémoration du début de la guerre n’eut donc pas le même succès que celle de la fin des hostilités et de la délivrance de la ville puisqu’il ne semble pas qu’elle fut renouvelée.

7 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 279-280. Jules de La Martinière a mis en doute que l’auteur de cette chronique soit Jean de Mascon ou Mâcon comme pouvait le laisser entendre Boucher de Molandon (cf. « Notes sur le culte de Jeanne d’Arc. Trois bannières de la ville d’Orléans 1430-XVIe siècle », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. XXII, 1933 [1947], p. 284, note 2).

8 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 281.

9 Cf. Jean Gerson, Opusculum super facto puelle [De mirabilis Victoria] dans Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, édit. Pierre Duparc, Paris, Klincksieck, t. II, 1979, p. 33-39. Le texte du verset 23 du psaume 117 dans la Vulgate est le suivant : Domino factum est istud hoc est mirabile in oculis nostris. Ce verset est aussi cité in extenso dans l’Evangile selon saint Marc au chapitre 12, verset 11, dans la parabole des vignerons homicides.

10 Chronique du siège d’Orléans…, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 281.

11 Cité par Philippe Mantellier, Histoire du siège d’Orléans, p. 167.

12 Symphorien Guyon, Histoire de l’Église et diocèse, ville et université d’Orléans, Seconde partie, Orléans, C. et J. Borde, 1650, p. 260.

13 Ibid., p. 260. Il ne manque pas de rappeler également que la procession est indulgenciée depuis le XVe siècle, puisque le cardinal d’Estouteville, le 9 juin 1452, et plusieurs évêques d’Orléans à sa suite accordèrent des indulgences (cf. J. Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, J. Renouard, t. V, 1849, p. 299-308).

14 Voir note 3.

15 « Ce voyant monseigneur l’évesque d’Orléans avec tout le clergié, et aussi par le moyen et ordonnance de monseigneur de Dunois, frère de monseigneur le duc d’Orléans, avec le conseil d’iceluy, et aussi les bourgeois, manans et habitants dudit Orléans, fut ordonné estre faicte une procession dudit may et que chacun y portast lumière » (Chronique du siège d’Orléans, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 279). Les bourgeois de la ville ne sont cités ici que comme participants à la procession avec le clergé, le conseil du duc et les manants et habitants de la ville.

16 André Vauchez a proposé de « désigner sous le nom de « religion civique », à l’époque médiévale et moderne, l’ensemble des phénomènes religieux - cultuels, dévotionnels ou institutionnels - dans le quel le pouvoir civil joue un rôle déterminant, principalement à travers l’action des autorités locales et municipales. » (André Vauchez, « Introduction », dans André Vauchez [dir.], La religion civique à l’époque médiéval et moderne [chrétienté et islam], Rome, École française de Rome, 1995, p. 1). L’organisation de processions est l’un des aspects de cette religion civile qu’il cite en exemple (ibid., p. 3).

17 Chronique du siège d’Orléans, op. cit., p. 508 et Rémi Boucher de Molandon, art. cit., p. 280.

18 Cf. Jules Quicherat, op. cit., p. 308-313 et Philippe Mantellier, op. cit., p. 165-167.

19 « A Jacquet Compain, pour bailler à Mahiet, pour la façon de l’estandard, rafreschir et accourser la banière de la ville, et pour avoir fait horties sur les heuques, pour tout vi l. viii s. p. » (AD Loiret, CC 550, registre des comptes de 1429, f° 41v°).

20 « A Estienne, paintre, et Mahiet, pour leurs peines et sallaires d’avoir fait la bannière de la ville, painte et enluminée, pour sandal, frange, bocassin et toile pour envelopper, pour tout, xxi l. xiiii s. p. » (Archives départementales [AD] Loiret, CC 201, Archives municipales [AM] d’Orléans, dossier 6, ordonnance de paiement du 3 juillet 1430, no 22. Cité par Jules de La Martinière, art. cit., p. 285, note 2). L’un des peintres doit être le jeune Mahiet Gauchier qui se voit confier divers autres travaux par la ville dans les années suivantes. Il faut noter que la confection de cette bannière en juillet indique probablement qu’elle n’a pas été réalisée spécialement pour la fête de mai.

21 Philippe Mantellier, op. cit., p. 192.

22 AD Loiret, CC 657, registre des comptes de 1443, f° 20v°. Le mandement du 9 septembre confirme la somme versée (ibid., f° 21v). Je remercie Françoise Michaud-Fréjaville pour cette information.

23 AD Loiret, CC 659, registre des comptes de 1445, f° 2v°, publié par Jules Quicherat, op. cit., t. V, p. 310. Le second versement est « pour sa paine d’avoir porté la bannière de la ville à la dite procession ». Denis Lottin mentionne aussi, au 8 mai 1445, le remboursement à J. Pichon de l’achat d’un « ceinturon de cuir, pour prendre la bourse qui soutenait le bout de bâton de quoi se porte la bannière de la ville à la procession des Thourelles » (op. cit., p. 299).

24 Denis Lottin, op. cit., t. I, p. 298.

25 Autre terme pour désigner la guisarme, sorte de hallebarde portée par les gens de pied.

26 Jules Quicherat, op. cit., t. V, p. 310.

27 Voir Philippe Mantellier, « Mystères et divertissements militaires », dans op. cit., p. 182-184.

28 Françoise Michaud, art. cit., p. 127 et 128.

29 AD Loiret, CC 661, registre des comptes de 1449, f° 14v°.

30 AD Loiret, CC 661, registre des comptes de 1450, f° 28.

31 Cités par Philippe Mantellier, op. cit., p. 166.

32 Françoise Michaud, art. cit., p. 126.

33 Symphorien Guyon, op. cit., p. 260.

34 Cité par Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville, Orléans, A. Jacob, 1837, p. 354.

35 Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, Ms 1779, f° 358r°-v° et f° 362v° (ancienne bannière) et 363r° (nouvelle bannière). Les 119 registres du fonds Peiresc (mss 1768 à 1886) conservés à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras contiennent, entre autres, les notes de travail de l’érudit aixois, parmi lesquelles une infinité de copies de chartes et de dessins de bâtiments aujourd’hui disparus.

36 Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, Ms 1779, f° 358r-v. Ce texte a été édité par Jules de La Martinière (« Notes sur le culte de Jeanne d’Arc. Trois bannières de la ville d’Orléans 1430-xvie siècle », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. XXII, 1933 [1947], p. 271-274).

37 La présence de deux porteurs relevée dans les comptes de la ville en 1502 s’explique par la présence de l’étendard qui prend place dans la procession à côté de la bannière : « à deux hommes qui ont porté la bannière et estandard et deux ceintures, ainsi qu’il est accoustumé » (AD Loiret, CC 673, registre de 1502, f° 16). D’après Philippe Mantellier, l’étendard de la ville fait son apparition dans la procession en 1494 (op. cit., p. 192).

38 Sur la dévotion au Saint Nom de Jésus prêchée par saint Bernardin de Sienne et les franciscains, dont le frère Richard, et sa diffusion à Orléans à partir de 1430, voir ce qu’en dit Jules de La Martinière (art. cit., p. 274-276). Sur l’étendard de Jeanne d’Arc, voir Philippe Contamine, art. « Étendard », dans Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2011, p. 694-697. Jules de La Martinière, s’appuyant sur certaines représentations de l’époque, pense qu’il n’est pas impossible que ce soit le monogramme lui-même qui figurait sur l’étendard de Jeanne d’Arc (art. cit., p. 277).

39 Cf. Jules de La Martinière, art. cit., p. 273-274 et 286-287.

40 « Tout au bas il y a quatre escussons, du Roy, couronné de fleurs de lis, du daulphin, avec une semblable couronne, du duc d’Orléans avec la couronne de perles à quatre fleurons de perles, et le dernier de la ville, qui est de gueule à trois caillouz […] d’argent, au chef d’azur, chargé de trois fleurs de lis d’or ». (cf. Jules de La Martinière, art. cit., p. 272-273). Peiresc a corrigé la description des armes de la ville : « Ce sont des cœurs d’une fleur de lis. » Les cailloux sont en fait des cayeux, bulbes formés autour d’un bulbe principal à partir d’un bourgeon axillaire.

41 Cf. la reproduction publiée dans Jules de La Martinière (art. cit., figure hors texte).

42 Jules de La Martinière, art. cit., p. 281, note 3. Le jugement de Jules de La Martinière, qui affirme qu’il « paraît impossible de retrouver la physionomie de Louis XII dans le dessin que nous reproduisons », mérite d’être nuancé. Lui-même d’ailleurs semble avoir changé d’opinion puisqu’il écrit trois ans plus tard dans une note de son article sur le monument du pont : « Dans notre précédent travail sur Trois bannières de la ville d’Orléans, nous avons déjà publié un autre portrait inédit de Louis XII, alors qu’il n’était encore que duc d’Orléans » (Jules de La Martinière, « Notes sur le culte de Jeanne d’Arc. Le monument de la Pucelle sur le pont d’Orléans. Origines – symbolisme – influence », dans Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. 37, 1936, p. 122).

43 Sur l’activité d’Eloy d’Amerval à Orléans, voir Marlène Britta, François Turellier, Philippe Vendrix, « La vie musicale à Orléans de la fin de la guerre de Cent Ans à la Saint-Barthélemy », dans Marie-Luce Demonet et alii (dir.), Orléans, une ville de la Renaissance, Orléans, Ville d’Orléans, 2009, p. 120-123.

44 AD Loiret, CC, 669, registre des comptes 1483, f ° 32r° (cité dans Andreas Ott, Eloi d’Amerval und sein « Livre de la diablerie ». Ein Beitrag zur Kenntis Frankreichs an Ausgang des Mittelalters, Erlangen, Junge, 1908, p. 80). Jules Quicherat l’avait aussi cité (op. cit., p. 312-313). Un inventaire de 1487 mentionnait ces deux livres dans les archives de la ville : « Item, deux autres livres, couvers de rouge, faiz par maistre Eloy d’Amerval, esquelz sont escriptz et notez certains dictez et chançons faiz pour chanter en la feste de la Ville » (Arch. dép. Loiret, A 2184, Cahier, papier : Inventaire des lettres ; tiltres, etc.. appartenans à la Communauté de la Ville d’Orléans. Cité dans Andreas Ott, op. cit., p. 81).

45 Le texte de ce motet est publié, avec celui de la porte Dunoise, en 1645 par François Le Maire (Histoire et antiquitez de la ville et duché d’Orléans, Orléans, Maria Paris, 1645, p. 306-308). Mais c’est Jules de La Martinière qui rétablit la rédaction des deux derniers vers et en permet ainsi une nouvelle interprétation (art. cit., 1933, p. 282-285).

46 François Le Maire, op. cit., p. 307.

47 Ibid., p. 308.

48 En 1476, la ville paie 25 sols parisis pour « avoir fait mectre à point la bannière de la ville, laquelle estoit toute despecée » (AD Loiret, CC 668, registre de 1476, f ° 53r°).

49 Cf. Denis Lottin, op. cit., t. I, p. 333.

50 Cf. Eugène Jarry, « L’érection du monument de Jeanne d’Arc sur le pont d’Orléans », dans Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. 33, 1911, p. 508-509. Le marché figurait en 1911 dans le registre notarial de Jehan Courtin conservé dans les archives de l’étude Berlencourt à Orléans et avait été découvert, d’après Eugène Jarry, par son père, Louis († 1898).

51 Le testament d’Aignan II de Saint-Mesmin, qui fonde aussi le pain bénit de la paroisse Saint-Paul, date du 10 avril 1498 et était déjà introuvable en 1911 (Eugène Jarry, art. cit., p. 510-511). Sur la déposition d’Aignan I de Saint-Mesmin, voir Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, J. Renouard, 1845, t. III, p. 29.

52 Eugène Jarry, art. cit., p. 508.

53 Les quittances des premiers paiements en 1502 figurent en marge du marché (art. cit., p. 510). Les registres de comptes du pont et de l’hôpital Saint-Antoine mentionnaient en 1507 « la croix qu’on fait de présent » ou encore le « pillier auquel on fait de présent la croix entre le ville et Saint-Antoine ». Ces textes sont cités par Eugène Jarry (art. cit., p. 508). Le registre qui les contenait a été détruit en 1940 (AD Loiret, CC 936, registre de comptes du pont et l’hôpital Saint-Antoine, 1507, f° 42r°-v° et 47).

54 Eugène Jarry, art. cit., p. 509.

55 Aurelianenses Pullæ statuam posuere (Paolo Emili, De Rebus Gestis Francorum libri X, Paris, M. de Vascosan, Galliot du Pré, 1539, f° 225v°).

56 Paolo Emili, L’Histoire des faicts, gestes et conquestes des roys, princes et seigneurs et peuple de France […] mise en François par Jean Regnart, Paris, F. Morel, 1581, p. 622.

57 Sur Pontus Heuterus, voir Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, Louvain, Imprimerie académique, 1765, t. VI, p. 3-12.

58 Sunt qui fabulam, quæ de Puella Ioanna scribimus, putent. Sed […] vidi ego meis oculis in ponte Aureliano trans Ligerim ædificato erectam huius Puellæ æneam imaginem, coma decore per dorsum fluente, utroque genu coram æneo crucifixi Christi simulachro nixam (Pontus Heuterus, Rerum Burgundicarum libri sex, Anvers, C. Plantin, 1584, livre IV, année 1431, p. 108). Le but de Heuterus n’est pas ici de décrire le monument dans son ensemble mais de mentionner la statue de Jeanne d’Arc sur le pont d’Orléans pour prouver qu’elle avait existé. Les commentateurs de ce texte qui pointent que Heuterus n’aurait retenu que ce qui l’avait frappé (chevelures de Jeanne, bronze) n’ont pas compris la logique de la production de ce texte (Jules de La Martinière, art. cit., 1936, p. 111 ; Pierre Jouvellier, « À propos du passage de John Evelyn à Orléans : ce qu’était le monument de la Pucelle [un dessin inédit] », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, n. s., t. III, no 20, 1964, p. 112).

59 Le marché est publié par Alexandre Collin dans Le pont des Tourelles à Orléans (1120-1760). Étude sur les ponts au Moyen âge, Orléans, H. Herluison, 1895, p. 542-543. Le texte publié est un extrait des archives du pont et de l’hôpital Saint-Antoine, conservé dans le ms. 515 de la Médiathèque d’Orléans. Eugène Jarry propose une lecture différente de certains termes (art. cit., p. 506, note 2).

60 Cf. Françoise Michaud-Fréjaville, « Le “tableau des échevins” », dans Marie-Luce Demonet et alii (dir.), op. cit., p. 24-25. La présence sur ce tableau de plusieurs églises détruites pendant les guerres de Religion permet de le dater d’avant 1568.

61 Il s’agit, entre autres, de réparer « les effygies de Notre-Dame de Pitié et la Pucelle qui soulloient estre d’ancienneté sur les ponts de ceste ville » (Alexandre Collin, op. cit., p. 542).

62 Jules de La Martinière doute qu’il s’agisse du roi et pense que Aignan de Saint-Mesmin aurait pu vouloir rendre hommage au duc d’Orléans : « Le Monument du pont aurait alors figuré non plus la prière du roi, mais l’action de grâce du duc à la Vierge et au Christ » (« Le monument de la Pucelle », art. cit., 1936, p. 131-132). Cette hypothèse, qui ne s’appuie sur aucune source, ne tient pas face à cette affirmation du marché de réparation du monument.

63 Le terme n’est pas employé dans le marché mais il y est question de fondre ou de souder des morceaux des statues et par ailleurs la ville s’engage à fournir au fondeur « cuyvre et potin de plomb et aultres matières ad ce nécessaire » tandis que le fondeur fournira les moules (Alexandre Collin, op. cit., p. 543).

64 Cum inscriptione positam fuisse hoc tempore, opera sumptumque Virginum ac matronarum Aurelianensium, in memoriam liberatae ab ea vrbis Anglorum obsidione (Pontus Heuterus, op. cit., p. 108).

65 Mirouer des femmes vertueuses, Paris, s. d. (1546), f° A4r (réimpression par Crapelte, Paris, 1840).

66 Cette interprétation est défendue en 1650 par Symphorien Guyon, qui reprend également le récit du Mirouer des femmes vertueuses (p. 206-207) : « Cette scène, écrit-il, est là pour représenter que la Pucelle avait sceu par esprit prophétique la dévote prière faite par le Roy Charles devant l’image de Notre Dame de Pitié pour la conservation de la France, lorsqu’il estoit en son oratoire du château de Loches » (Symphorien Guyon, op. cit., p. 256).

67 François Le Maire, op. cit., 16482, p. 300. Il aborde la construction des nouvelles murailles d’Orléans que Charles VIII autorise en 1489 dans un autre passage (ibid., p. 18-19).

68 L’abréviateur du procès écrit : « lequel procez j’ai extraict par le commandement du roy Loys XIIe de ce nom, et de monseigneur de Graville, admiral de France » (Jules Quicherat, op. cit., t. IV, p. 256-257). Son but est de montrer que si Jeanne d’Arc « fut condempnée et exécutée, […] ce fut iniquement et par envie, ainsy qu’il est monstré clerement par le procès desdites condempnacion, et mesmes de son absolucion, lequel j’ay voulu cy apprez metre par escript, par lequel on pourra veoir clerement, comme faulcement, iniquement, par envye, et non par justice, elle fut condempnée et exécutée » (ibid., p. 256).

69 Ibid., p. 258.

70 Valerand de Varanne, De Gestis Iohannæ Virginis Francæ egregiæ bellatricis, Paris, Jean de la Porte, 1516, [168] f°. Sur Valerand de Varanne, voir l’introduction d’E. Prarond dans la réédition de l’ouvrage (La Varanne, Valerandi Varanii De gestis Joannæ Virginis Francæ bellatricis. Poème de 1516 remis en lumière, analysé et annoté par E. Prarond, Paris, A. Picard, 1971).

71 Cf. Christian Renoux, « Connaissance des procès et image de Jeanne d’Arc XVe-XVIIIe siècle », dans Jean-Patrice Boudet, Xavier Hélary, Jeanne d’Arc. Histoire et mythes, Rennes, PUR, 2014, p. 180.

72 Louis XII a-t-il servi de modèle à cette figure royale comme le suggère Jules de La Martinière (« La statue de Louis XII », dans art. cit., 1936, p. 120-122) ? Les arguments qu’il avance en faveur d’une ressemblance entre les représentations qui nous sont parvenues du monument (dessins, gravures) et les portraits du roi ne sont pas convaincants. Et, de fait, aucun auteur de l’époque moderne n’a vu la figure de Louis XII sur ce monument.

73 Alors que, sur l’ancienne bannière, le duc d’Orléans, d’après le dessin conservé avec la description donnée par Peiresc, avait les jambes bien allongées, et que son visage était vu de trois quarts, le regard orienté vers l’extérieur du tableau, cette fois il est parfaitement de profil, les jambes repliées sous lui d’une façon peu réaliste, comme celles de la Pucelle d’ailleurs, certainement pour gérer au mieux l’espace restreint de la bannière qui n’avait pas été conçue pour accueillir une scène aussi large.

74 On peut noter que, sur l’autre face de cette bannière, celle où est figurée la ville, le monogramme de Jésus disparaît au profit d’angelots potelés là où sur le Tableau des échevins se trouve un enfant Jésus assis sur des nuages et bénissant la ville. La présence d’anges rend moins compréhensible la position d’adoration des habitants de la ville. Jules de La Martinière y voyait un repeint du XVIIe siècle. Quoi qu’il en soit, la possible allusion à Jeanne d’Arc disparaît de cette face, peut-être parce qu’elle n’est plus nécessaire maintenant que la Pucelle figure en personne sur l’autre face.

75 « Sur la nouvelle bannière refaicte il y a environ IIIIXX ans » (Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, Ms 1779, f° 363r, cité par Jules de la Martinière, art. cit., p. 266).

76 Eugène Bimbenet, « Rapport sur la proposition faite au conseil d’acquérir une bannière provenant du cabinet de feu M. Vergniaud-Romagnési », dans Bulletin de la Société Archéologique de l’Orléanais, t. 5, no 71, 1871, séance du 24 novembre 1871, p. 263-272.

77 Ibid., p. 267-268.

78 Charles de France (1522-1545), troisième fils de François Ier, est duc d’Orléans de 1536 à sa mort en septembre 1545. Le duché d’Orléans est ensuite donné en apanage en février 1549, dès sa naissance, à Louis de France (1549-1550), deuxième fils de Henri II.

79 Philippe Mantellier, op. cit., p. 163. L’auteur cite le registre de la ville d’Orléans pour l’année 1565, aujourd’hui disparu.

80 Ibid., p. 163.

81 Cf. Alexandre Collin, op. cit., p. 542-543 et Eugène Jarry, art. cit., p. 506, note 2.

82 C’est le cas de Léon Trippault, l’éditeur du Journal du siège, en 1576 : « Du temps de nos premiers troubles, lors-que quelques soldats insolens et insensez se ruèrent de rage sur la statue honorable de cette chaste Amazone, Jeanne la Pucelle, qu’ils abbatirent de dessus son pilier, eslevé sur Loyre à Orléans et la brisèrent furieusement » (Histoire et discours au vray du siège, Orléans, Boynard, 1606, p. 215, réédition à l’identique du texte de 1576).

83 « Il convient reffondre et ressoulder les effigies de Notre-Dame-de-Pitié et de la Pucelle […] Et premièrement, fault reffondre tout le corps de ladicte pucelle, réservé les jambes, brats et mains […] plus reffondre ung bratz au crucifix et mettre une grande pièce à l’estommac, faire une encolletture au col, et plusieurs aultres pièces qu’il convient faire et ressoulder » (Eugène Jarry, art. cit., p. 506). À la lecture de ce marché, nous pouvons nous demander si les statues à refondre ont totalement disparu du monument ou si elles ont seulement été abimées au point de ne pas pouvoir être réutilisées en l’état. De plus, certaines parties des statues détachées du monument (comme les bras et les mains de celle de Jeanne d’Arc) ont pu été conservées en dehors du monument. Ces deux points semblent être confirmés par le témoignage de l’artisan chargé de démonter les statues en 1792, qui rapporte que « la tête de Jeanne d’Arc, bien jolie, était vissée au col, ses jambes et ses bras soudés à l’étain » ou encore que « le corps de la Vierge avait été scié ou limé au bas du ventre et des draperies et ses pieds rapportés et en plomb de couleur bronze » (Alexandre Collin, op. cit., p. 546-547).

84 [Charles du Lys], Recueil de plusieurs inscriptions pour les statues du Roy Charles VII. et de la Pucelle d’Orléans, qui sont eslevées, esgallement armées et à genoux, aux deux costez d’une croix et de l’image de la Vierge Marie, sur le pont de la ville d’Orléans, dès l’an 1458 et de diverses poésies faictes à la loüange de la mesme Pucelle, Paris, Edme Marin, 1613, IV-60 p. La seconde édition a un titre encore plus explicite : Recueil de plusieurs inscriptions proposées pour remplir les tables d’attente estans sous les statues du Roy Charles VII. et de la Pucelle d’Orléans, qui sont élevées, également armées, et à genoux, aux deux costez d’une Croix et de l’image de la Vierge Marie estant au pied d’icelle, sur le pont de la ville d’Orléans, dès l’an 1458. et de diverses poésies faictes à la loüange de la mesme Pucelle, de ses frères et leur postérité, Paris, Edme Marin, 1628, III-124-52 p.

85 « L’an 1570. le septiesme iour de mars, la Reine Mère Catherine de Médicis prit possession du duché d’Orléans, que le Roi lui avait donné un usufruitc, et furent faites les cérémonies accoutumées en cette prise de possession » (Symphorien Guyon, op. cit., p. 421). François Le Maire donne aussi 1570 pour date de l’entrée de Catherine de Médicis à Orléans (op. cit., 1645, p. 262) tout en évoquant ses armes de duchesse d’Orléans en 1569 (ibid., p. 237). Denis Lottin, confondant attribution du douaire et prise de possession du duché, situe cette dernière le 7 mars 1566 (op. cit., p. 460).

86 À cette date, le duché est une nouvelle fois rattaché au domaine royal et le reste jusqu’en 1626 à l’exception de la période 1607-1610, où il est donné apanage à un fils de Henri IV qui meurt en bas âge.

87 Cf. F. Feuardent, Jetons et méreaux depuis Louis IX jusqu’à la fin du Consulat de Bonaparte, Rollin, Feuardent, Paris, 1907, t. 2, Provinces et villes, Villes de l’Orléanais, Orléans, no 8101-8115, p. 190-191.

88 Érigée le 24 octobre 1407 (François Le Maire, op. cit., 1645 p. 526), détruite une première fois pendant le siège de 1428-1429 et relevée en pierre en 1473, la Belle-Croix se situe à l’autre bout du pont, aux portes des Tourelles. La date et les circonstances de sa destruction ainsi que celle des statues de la Vierge, de saint Jean-Baptiste et de saint Jacques, qui se trouvaient à ses pieds, sont aussi difficiles à établir (Eugène Jarry, « La réédification de la Belle-Croix sur le vieux pont d’Orléans (1473) », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. XV, no 190, 1908, p. 45). Symphorien Guyon pense que ce fut en 1562 et il donne la date de son rétablissement sur le pont : le 22 mars 1578 (op. cit., p. 429).

89 François Le Maire, op. cit., 1698, p. 276.

90 Symphorien Guyon, op. cit., p. 429.

91 Selon Jules Quicherat (op. cit., t. V, p. 367), le texte de ces inscriptions aurait été : Mors Christi in cruce nos contagione labis aeternorum morborum sanavit ; Clodovicus Rex, in hoc signo hostes profligavit et Johanna virgo Aureliam obsidione totamque Galliam servitute britannica liberavit : a Domino factum est istud et est mirabile in oculis nostris. In quorum memoriam haec nostra fidei insignia non diu ab impiis diruta restituta sunt hoc Anno Dni MDLXXVIII. Il donne en référence le texte publié en 1655, par Johannes Limnaeus, un juriste allemand qui a visité Orléans (Notitia Regni Franciæ, Strasbourg, F. Spoor, 1655, liv. VI, chap. vi, p. 527) alors que le texte est publié dès 1631 par Abraham Gölnitz et, en 1650, par Symphorien Guyon. Et Quicherat corrige tot annos Galliam que porte le texte de Limnaeus en totamque Galliam sans le signaler. Le texte publié par Abraham Gölnitz dans son guide de voyage porte tot annos (Ulysses belgico-gallicus, Leyde, Elzevier, 1631, p. 253-254). La formule tot annos est celle qui semble rallier le plus de témoignages orléanais et étrangers. Il faut aussi noter que John Evelyn explique, en 1644, que la première formule de l’inscription se trouve sur la croix et les autres, à partir de Clovis, sur le piédestal (Memoirs of John Evelyn, Londres, H. Colburn, 1827, p. 101).

92 Cf. David Ojalvo, « Deux “portraits” de Jeanne d’Arc du Musée historique d’Orléans », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, no 49, 1978, p. 143-152 ; Françoise Michaud-Fréjaville, « Jeanne aux panaches romantiques », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, n. s., 16/131, 2002, p. 3-18 et Isabelle Klinka-Ballesteros, « La Jeanne des échevins d’Orléans », dans Jeanne d’Arc dans les collections des musées d’Orléans, Orléans, Amis des Musées d’Orléans, 2011, p. 15.

93 Jean Hordal, Heroinæ Nobilissimæ Ioannæ Darc Lotharingæ et vulgo Aurelianensis Pullæ Historia, Pont-à-Mousson, Melchior Bernard, 1612, 252 p.

94 Elles sont chacune entourées d’une banderole formant un cadre et portant la formule Iohanna Darc Avrelianensis Pvella vulgo nvncvpata. Les blasons du roi de France et de Jeanne d’Arc figurent sur la gravure du Tableau des échevins qui a déjà été utilisée par Gaultier dans le frontispice de la réédition de 1606 de l’Histoire et discours au vray du siège (Orléans, O. Boynard, 1606) et qui le sera dans certains exemplaires de l’Histoire mémorable de la vie de Jeanne d’Arc de Jean-Baptiste Masson (Paris, P. Chevalier 1612). Mais c’est la version publiée par Jean Hordal et Charles du Lys qui sera reprise.

95 [Charles du Lys], op. cit., « Au lecteur », p. [1].

96 Symphorien Guyon, op. cit., p. 256.

97 Symphorien Guyon, op. cit., p. 206-207.

98 Ibid., p. 256.

99 Ce point sera repris par la suite. Ainsi, en 1737, un jésuite italien, Liborio Siniscalchi, affirme que non seulement Charles VII avait confié sa cause à la Vierge de Pitié ou des Douleurs (SS. Madre Addolorata) mais qu’il avait aussi fait mettre son image sur les bannières de son armée, retournant les sept épées mariales contre ses ennemis qu’il vainquit, et qu’il avait pris des ordonnances pour punir sévèrement tous ceux qui blasphémeraient son nom. Enfin, dit-il, il fit construire un monastère en son honneur à Rouen après la reconquête de la ville (Il martirio del cuore di Maria addolarata, Venise, L. Basegio, 1737, p. 162-163). En fait, en 1449, Charles VII finança la reconstruction du couvent des Célestins, déjà voué à la Vierge et qui prit alors le nom de Notre-Dame du Val.

100 Symphorien Guyon, op. cit., p. 255.

101 Voilà ce qu’il écrit à sa femme sur un ton badin voire gouailleur : « Nous allâmes regarder de dessus le pont. Par ce même moyen, je vis la Pucelle ; mais, ma foi, ce fut sans plaisir. Je ne lui trouvai ni l’air, ni la taille, ni le visage d’une Amazone. L’infante Gradafillée en vaut dix comme elle, et si ce n’étoit que M. Chapelain est son chroniqueur, et je ne sais si j’en ferois mention. Je la regardai, pour l’amour de lui, plus longtems que je ne l’aurois fait. Elle est à genoux devant une croix, et le roi Charles en même posture vis-à-vis d’elle ; le tout fort chétif et de petite apparence : c’est un monument qui se sent de la pauvreté de son siècle » (Voyage de Paris en Limousin, dans Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, Amsterdam [Paris], 1788, seconde lettre à sa femme [30 août] 1663, p. 278). Charles VII est mentionné par La Fontaine mais à propos de Jeanne d’Arc, qui est elle-même devenue une figure littéraire, à travers La Pucelle ou la France délivrée que Jean Chapelain († 1674) a fait paraître en 1656, et ce au même titre que Gratafillée, héroïne géante du cycle de l’Amadis de Gaule.

102 D’après les comptes de la ville pour les années 1659 et 1660 aujourd’hui disparus (cf. Philippe Mantellier, op. cit., p. 123 et Jules de La Martinière, art. cit., 1936, p. 195-196).

103 Panégyrique de Jeanne d’Arc prononcé dans l’église de Sainte-Croix d’Orléans le dimanche 8 mai 1672 publié pour la première fois d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale par Henri Stein, Orléans, H. Herluison, 1887, 24 p.

104 Cf. Christian Renoux, « Faut-il canoniser Jeanne d’Arc ? Les chemins de la béatification de la Pucelle d’Orléans (1429-1869) », dans Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, n. s., t. XX, no 165, p. 5-66.

105 Symphorien Guyon, op. cit., p. 262.

106 Selon l’arrêté du maire et le mandement de l’évêque (cf. Philippe Mantellier, op. cit., p. 167 et 205-206).

107 Le piédestal est décoré de quatre bas-reliefs illustrant la vie de Jeanne d’Arc et accessoirement la délivrance de la ville puisque sont représentés l’arrivée de la Pucelle à Chinon, la prise des Tourelles, le sacre de Charles II et le bûcher de Rouen.

108 Cf. Antoine Prost, « Jeanne d’Arc à la fête. Identité collective et mémoire à Orléans depuis la Révolution française », dans La France démocratique. Mélanges offerts à Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 379-395.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540