Version classiqueVersion mobile

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Troisième partie. Grandes figures et commémorations

La mémoire accommodante du corps préfectoral : entre la panthéonisation de Jean Moulin et l’oubli de Jacques Morane

Pierre Allorant

Texte intégral

  • 1 Cité par Christine Rimbaud, Pierre Sudreau, Le Cherche Midi, 2004, p. 96.

1Le 5 mai 1945, recevant un groupe de résistants rapatriés des camps, de Gaulle s’étonne de l’extrême jeunesse de l’un d’eux, Pierre Sudreau, mais se ravise en apprenant les états de service de ce « gosse » : « Alors, il faut qu’il serve l’État, comme Jean Moulin1 ! »

  • 2 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, III. Les France, tome 3, Gallimard, coll. « Bibliothèque (...)

2Évoquant l’obsession mémorielle et la boulimie commémorative qui s’est emparé de la France contemporaine, le passage d’une conscience nationale unitaire à une conscience patrimoniale, Pierre Nora estime que « la compréhension de soi des Français s’identifiait à l’histoire de l’instauration de l’État-nation. S’y substituent des mémoires particulières, fragmentées, locales et culturelles2 ». Comment ce phénomène de métamorphose commémorative a-t-il touché le corps préfectoral, incarnant l’État sur le territoire, mais constitué en association de défense corporative ? Comment concilier le devoir de représenter l’unité gouvernementale et l’émergence de revendications mémorielles éclatées ? Si les membres de l’administration préfectorale ne sont pas les seuls à avoir développé un esprit de corps, la double spécificité d’un recrutement et d’une présence en province les a placés en première ligne lors des moments de crise de légitimité et de remise en question nationale.

  • 3 « Les plus accommodants, ce sont les plus habiles. On hasarde de perdre en voulant trop gagner », (...)
  • 4 Sur l’apport de Marc Bloch dans la compréhension de la débâcle de juin 1940, voir en dernier lieu (...)
  • 5 François Burdeau, Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Domat Montchrestien (...)
  • 6 Circulaire ministérielle de Peyrouton du 15 octobre 1940 qui leur promet d’être « les artisans de (...)

3Appliqué à la Seconde Guerre mondiale, ce modèle mémoriel souvent arrangeant, parfois amnésique ou complaisant, a contribué à faire produire, par des membres du corps, d’articles de la revue Administration en ouvrages pro domo, une histoire accommodante, avant de conduire des membres emblématiques au tribunal de l’Histoire ou au prétoire3. En 1940 et en 1944, la préfectorale est un grand corps malade qui célèbre ses victimes ou ses héros (Talleyrand, Pereira, Trépond) comme en 1815 ou en 1871, et qui tente aussi de défendre son existence face aux réquisitoires qui lui attribuent une grande part de responsabilité dans l’Étrange défaite4 puis dans le dévoiement de l’État français, négation des valeurs de la République et triomphe de la technocratie débarrassée des élus. Comme le relève François Burdeau, « le pouvoir administratif a été, pour une large part, celui que se sont taillés les grands corps de l’État. […] Dans l’entre-deux-guerres et au lendemain de la Libération, l’inspection des finances et le corps préfectoral furent l’objet d’assauts malveillants5 ». Il est vrai que les gouvernants de Vichy avaient assigné à un corps préfectoral épuré une mission déterminante dans la Révolution nationale : « Propagandistes de la vérité, de l’espoir, de l’action libératrice, les défenseurs de la France meurtrie par vingt ans d’erreurs et de folies6. »

  • 7 Michel Fratissier, Jean Moulin ou la fabrique d’un héros, L’Harmattan, 2011, 754 p.

4Au sein de la politique mémorielle qui se dessine à la Libération, une figure est mise en avant, un martyr pour sauver l’ensemble du corps de ses péchés : le corps supplicié de Jean Moulin, le « préfet de la Résistance ». La fabrique d’un héros7, de la célébration locale en Eure-et-Loir dès 1945 à la commémoration nationale gaullienne de 1964 au Panthéon, fournit un modèle à la nouvelle génération de serviteurs de l’État et contribue à rejeter dans l’oubli les dérives de l’administration préfectorale sous Vichy, en particulier le rôle de l’ingénieur « reconstruction nationale » Jacques Morane, à Orléans, dès juin 1940.

  • 8 Pierre Legendre, Trésor historique de l’État en France. L’administration classique, 1992, 638 p.

5Comment l’Association du corps préfectoral, historiquement liée aux ministres de l’Intérieur, a-t-elle géré le double traumatisme de l’Occupation et de l’épuration, dont Jean Moulin et Jacques Morane formeraient les deux faces, la mémoire et l’oubli ? Le refoulement de l’immédiat après-guerre, épuration d’une « poignée de misérables » et célébration des héros, a conduit ce corps à cultiver une mémoire accommodante et à éclipses, en partie scandée par les prérogatives légales délimitées par les lois et les décrets de déconcentration puis de décentralisation, avec l’apogée de la puissance et de la gloire d’un corps transféré au Panthéon avec Jean Moulin en 1964. Les nouvelles revendications mémorielles, en particulier juive, et la résurgence de polémiques sur le rôle trouble de ce corps sous Vichy ont accouché d’une mémoire désunie, entre défense commune avec les historiens du préfet résistant Moulin contre le « trait empoisonné » du soupçon, et un droit d’inventaire sur les dérives des serviteurs de l’État français. Ces troubles de mémoire, de l’amnésie au retour du refoulé, ont-ils été le prix à payer pour permettre la résilience de l’administration préfectorale, ce « trésor historique de l’État en France » selon Pierre Legendre8 ?

Une mémoire troublée, entre célébration et oubli : le souvenir-écran de l’épuration

La ferveur mémorielle locale autour du préfet martyr : le pèlerinage de Chartres

  • 9 « J’étais tout à fait décidé à écarter les préfets qui avaient fait carrière sous Vichy. J’étais t (...)

6Michel Debré est très conscient à la Libération de l’obligation de renouveler le corps et de l’amputer de ses membres les plus déconsidérés, mais aussi de la difficulté de faire émerger dans l’urgence une élite de rechange compétente, comme en 18149. Le GPRF entend avant tout célébrer les héros et commémorer la France combattante, victorieuse de la « guerre de Trente ans », la présence de Jules Jeanneney illustrant cette continuité avec le « Père la victoire ».

  • 10 Jean Moulin, Premier combat, Les Éditions de Minuit, 1947, p. 170.
  • 11 Jean Moulin, Premier combat, Les Éditions de Minuit, 1947, p. 15.

7Dès la notification officielle de la cessation de ses fonctions préfectorales, Jean Moulin bénéficie d’un mouvement de soutien de la presse, des employés de préfecture et des élus locaux dont les louanges seront reprises à la Libération, en y ajoutant le sacrifice de sa vie : plus jeune préfet de France, courage et détermination en faveur des populations en présence de l’ennemi. L’hommage posthume rendu par le commissaire de la République André Mars pour le premier anniversaire de la Libération de Chartres reprend le catalogue des vertus du héros qui « incarnera, pour l’éternelle reconnaissance du pays, l’émouvante et frémissante image de l’honneur national10 ». À la faveur de l’inauguration de la place Jean Moulin à Chartres le 11 novembre 1945, le préfet Chadel souligne le chemin parcouru par « un obscur préfet de la République » jusqu’à l’un des noms « les plus prestigieux dans l’histoire de notre temps ». Quant à Maurice Viollette, ami, sous-préfet intérimaire en juin 1940, député-maire de Dreux et président du conseil général, il met à profit le banquet Marceau en mars 1946 pour rapprocher sa mémoire de « pur héros » de la République de celle du général révolutionnaire. Enfin la plaque commémorative de la salle des séances du conseil général d’Eure-et-Loir est inaugurée le 8 mai 1946 en l’honneur du préfet résistant, héros mort sans avoir jamais parlé ni trahi « ni la République, ni la France ». Dans son introduction à Premier combat rédigée en 1947, Laure Moulin évoque le 17 juin 1940 où son frère « n’était qu’un préfet resté à son poste au milieu de la désertion générale, un fonctionnaire accomplissant son devoir envers et contre tout11 ».

  • 12 Gazette La Loupe du 12 juillet 1947. Fonds privé Laure Moulin.
  • 13 Dans une lettre de 1949 adressée à l’épouse du maire radical de Béziers, Laure Moulin dresse l’éta (...)

8Les lieux de mémoire du martyr de Jean Moulin se fixent rapidement dans les villes qui ont scandé sa vie, sa carrière puis son activité de résistant : Caluire, Béziers où son successeur à la tête du CNR, Georges Bidault, se rend en 1946 pour rendre hommage à ce héros « encore mal connu ». Chartres devient naturellement et immédiatement le lieu privilégié de l’entretien de cette ferveur mémorielle, focalisée sur les traces locales du préfet exemplaire du 17 juin 1940, refusant toute compromission avec l’occupant qui préfigure le rebelle et l’organisateur de la Résistance. Dès le 11 novembre 1945, une place Jean Moulin est inaugurée, avant la pose d’une plaque au conseil général d’Eure-et-Loir le 8 mai 1946. Des compétitions sportives servent également de vecteur de célébration, parfois en lien avec une entreprise monumentale : ainsi les journées départementales des 13 et 14 juillet 1947 à Nogent-le-Rotrou sont-elles placées sous la présidence d’honneur du comité Jean Moulin pour l’érection du monument de Chartres12. Le 11 juillet 1948, le monument du « glaive brisé » est inauguré en plein centre-ville de Chartres, à proximité de la préfecture (voir illustration 21 du cahier en couleur), quelques mois après la plaque inaugurée dans la cour de l’hôtel de Beauvau, le 26 avril, en présence du président Auriol, de Jules Moch et de Thomé, président de l’association du corps préfectoral qui, à l’instar de la promotion de l’ENA de 1948, prend le nom de Jean Moulin. La même année, une première école publique Jean Moulin est inaugurée à Cadéac, en Eure-et-Loir. Toujours en 1948, une médaille à son effigie est réalisée pour laquelle Laure Moulin réussit à imposer Marcel Courbier et le glaive brisé13.

9Pour la commémoration du 10e anniversaire de la Libération, les présidents de la République, René Coty, et du Conseil, Joseph Laniel, ancien représentant de l’Alliance démocratique au CNR, viennent se recueillir le 30 mai 1954 au « glaive brisé », journée qui lance l’idée de transfert de ses cendres au Panthéon.

L’épuration inachevée et refoulée : l’oubli du préfet Morane

  • 14 Michel Debré, Trois Républiques pour une France, op. cit., p. 178.

10Hommes de l’écrit, du rapport, de la circulaire, bien des préfets ont laissé des traces sous formes de mémoires, parfois de plaidoyers. Tel n’est pas le cas de Jacques Morane, ingénieur des ponts, homme d’action, à la fois mis de côté à la Libération en tant que préfet régional emblématique d’un Val de Loire dévasté par les bombardements, et trop impliqué dans les hautes sphères technocratiques et industrielles d’après-guerre pour risquer de réveiller les mémoires meurtries. Les traces mémorielles immédiates se trouvent dans le classement de son dossier de préfet, les problèmes très terre à terre de réintégration, de droit à la retraite et pour Morane, d’épuration. Morane se prépare, avec la rigueur logique d’un major de l’X, remettant tout un dossier en annexe de son mémoire en défense le 14 avril 1945 : exposé des faits, argumentaire, témoins à décharge soigneusement choisis dans le bon camp, celui des vainqueurs de l’heure : Roger Secrétain directeur de la République du Centre et ancien de Libé-nord, son ex-jeune collaborateur dans la préparation du dossier de candidature d’Orléans à la capitale régionale ; le docteur Dézarnaulds, député-maire de Gien et ancien secrétaire d’État du Front populaire ; André Mars, et au plan national, Alexandre Parodi. Il repousse le grief de n’avoir rien fait pour la Résistance, estimant que son « titre le plus authentique à la qualification de Résistant a été l’action inlassable et souvent heureuse […] menée durant l’occupation allemande pour arrêter, retarder ou limiter les empiétements, les exigences ou les sévices de l’ennemi ». Jacques Morane se targue d’avoir démantelé les « bourgmestres allemands » au profit de l’organisation d’« une administration d’inspiration purement nationale », dans un élan de sincérité très Révolution nationale. Habilement, Morane accepte de se situer dans des acceptions plus étroites du terme de résistant, ce qui lui offre l’opportunité de « mouiller » de hauts responsables gaullistes : Alexandre Parodi et Michel Debré. « J’ai facilité l’évasion de prisonniers, en particulier de M. Debré, détenu au camp d’Orléans en juillet-août 1940 et aujourd’hui commissaire de la République. » Si Michel Debré évoque bien dans ses Mémoires sa brève captivité quartier Dunois, il attribue la réussite de son évasion au relâchement de la garde, à la chance saisie lors d’une corvée de nettoyage des ruines et à l’aide de sa femme et de sa sœur14.

  • 15 Note d’Alexandre Parodi du 15 février 1945. Archives nationales, dossier personnel du préfet Moran (...)
  • 16 Lettre du commissaire de la République André Mars remise à Morin, directeur du personnel au minist (...)
  • 17 Déclaration du journaliste Roger Secrétain, organisateur du groupe orléanais du mouvement de Résis (...)
  • 18 Lettre du 25 novembre 1944. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.
  • 19 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, co (...)
  • 20 Lettre du 26 juillet 1945. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

11Morane fournit même une sorte de définition du préfet résistant, portrait type moins proche de Moulin que de lui-même : il affirme avoir soustrait des « stocks considérables de draps et de cuirs » aux autorités allemandes, et surtout distingue la « première phase de l’occupation et la suite », après l’invasion de la zone libre, où s’étant affilié au BCRA en tant que directeur des chemins de fer, il aurait fourni aux autorités alliées des renseignements sur les déplacements militaires allemands, rares et essentiels à l’efficacité des bombardements, par l’intermédiaire d’Alexandre Parodi15. Le commissaire André Mars apporte son témoignage à décharge au préfet régional le 21 novembre 1944, mais il se contente de rapporter les témoignages unanimement favorables des personnels préfectoraux d’Orléans en faveur d’un « homme droit, actif, réalisateur aux vues lointaines », en passant sous silence le fait que ses projets de reconstruction d’une capitale régionale s’inscrivent pleinement dans l’idéologie de la Révolution nationale dont il est un propagandiste zélé. Il est mis à son crédit sa résignation de fonctions par refus de participer à la Relève, et sa « défense des intérêts français » est étayée par son ancienne secrétaire, proche du ministre de l’Intérieur de juillet 1940, Pomaret16. De même, Roger Secrétain, son ancien collaborateur culturel régional, ne veut voir qu’un « reconstructeur apolitique », un patriote pro-anglais « pour qui la technique passait avant toute préoccupation idéologique, […] pas un préfet dans le style habituel de la fonction17 ». Et Pierre Dézarnaulds vient attester de ses bonnes relations municipales avec le préfet, témoignage de poids d’un ancien ministre du cabinet Blum, président du conseil général18. Toutefois, l’épuration passe et n’oublie pas le profil très politique de ce préfet noté par Hilaire « trop acquis aux principes extrêmes de la Révolution nationale », propagandiste chrétien de la Charte du Travail et fondateur du comité Sully, des écoles régionales d’administration19 et du service civique rural pour les élèves de Sciences-Po à Tigy, lié au Secrétariat général à la Jeunesse et très proche de Charles Malégarie, maire de Combleux, président et directeur de la Compagnie parisienne de distribution d’électricité. Le décret de Gaulle du 29 juin 1945 suit la proposition de la commission de reclassement et annule la nomination préfectorale de Morane à la première classe. Il n’est pas révoqué comme l’avait souhaité la commission d’épuration le 14 mars, mais sur la proposition du directeur du personnel qui juge que « l’attitude ce fonctionnaire sous le gouvernement de fait de Vichy le rend indigne de figurer dans les cadres de l’administration préfectorale », il est rayé des cadres. En revanche, le ministre de l’Intérieur laisse à son collègue des Travaux publics le « soin d’apprécier si ses services peuvent être utilisés dans des fonctions d’ordre strictement technique20 ». Il n’est aucunement question de sa forte implication dans l’organisation des convois d’internés israélites des camps de Pithiviers, où il donne comme consigne de veiller à ce que les honneurs soient rendus au préfet régional à chaque arrivée ou départ d’un camp.

Les troubles de mémoire d’un corps déstabilisé : le « monument Henry21 », faux corporatiste ?

  • 21 Pierre Henry, Histoire des préfets, Nouvelles Éditions latines, 1950.
  • 22 Jean Touchard, Revue française de science politique, 1955, vol. 5, no 1, p. 186.

12Désireuse de refermer la parenthèse autoritaire et régionaliste de l’administration territoriale de Vichy, la constitution du 27 octobre 1946 consacre les collectivités territoriales et promet que des textes législatifs mettront en œuvre le transfert de l’exécutif départemental du préfet au président du conseil général, inquiétant un corps débaptisé et profondément renouvelé. L’Histoire de Vichy de Robert Aron, « histoire de quelques hommes isolés dans une ville d’eaux de province » selon Jean Touchard22, n’évoque pas le rôle des préfets de Vichy. Toutefois, le malaise du corps préfectoral au sortir de la guerre est profond, bien que la guerre froide remette au premier plan le souci d’ordre public. Parue en 1950, dans le contexte de la fin du procès Hardy (le 8 mai 1950), à la veille de la grande loi d’amnistie, de la polémique mémorielle ouverte par Rémy, de la mort de Pétain et de la sortie de la droite du purgatoire avec Pinay, la première Histoire des préfets, seule synthèse jusqu’en 1978, est l’œuvre de l’ancien sous-préfet, membre actif de l’association pour la défense de la mémoire du maréchal Pétain. Le but de sa démarche est affirmé : justifier la pérennité d’une institution à laquelle la France « doit sans doute, en grande partie, d’avoir résisté intérieurement à toutes les guerres étrangères et civiles, à tant de changements de régimes et de gouvernements, aux si nombreuses crises politiques, sociales et économiques qu’elle dut subir, enfin à l’imprévisible puissance destructrice de la guerre mondiale 1939-1945 ».

13Son dernier chapitre consacré à la décennie 1940-1950 est titré « les instabilités préfectorales », mettant sur le même plan, et parfois pire, les « rigueurs de Vichy » et les improvisations et injustices de l’épuration. Dans une vision qui se veut dépolitisée, le préfet Henry révise l’histoire des années noires en se plaçant dans la peau des « personnages principaux du drame affreux » que furent les préfets :

« Ceux qui acceptèrent de servir le régime nécessairement équivoque de Vichy ont affronté les difficultés de la tâche, les exigences de l’envahisseur ennemi, les représailles, enfin, de la Libération ; ceux qui furent évincés par ledit régime allèrent, plus ou moins promptement, aux organisations de résistance, et certains payèrent de leur vie le défiaux oppresseurs. Ainsi l’administration préfectorale a-t-elle subi d’immenses dommages, dans un camp ou dans l’autre (puisque les Français durent malheureusement se cataloguer après l’armistice). »

14Et il ajoute :

« “Les rigueurs de l’État français” pour les fonctionnaires préfectoraux de la IIIe République parurent sévères alors. À bien les considérer, elles furent minimes […] malgré les tendances de certains fonctionnaires, non conformes aux circonstances, et les exigences des Allemands à l’encontre de certains autres. »

15Plus perfidement encore, il oppose la minorité de ceux qui perdirent réellement toute situation (Bollaert, Genébrier, Moulin…) à la majorité des exclus, mis à la retraite anticipée ou en disponibilité, ou bien replacés dans des fonctions moins politiques, qui doivent à la

« confraternelle indulgence du Corps préfectoral en place, soit d’entrer dans la “résistance”, soit de faire figure de résistants, si bien qu’ayant bénéficié d’un poste de Vichy, ils passèrent néanmoins pour victimes de ce régime, et obtinrent réparation à l’avènement du gaullisme ! »

  • 23 Pierre Henry, op. cit., p. 335.

16La seule véritable critique à l’encontre de Vichy réside dans la bizarrerie du recrutement, des amiraux aux ingénieurs, classant pudiquement Martin-Sané, délégué dans le Loiret, dans « le monde des affaires » plus que dans le sillage du PPF, de son beau-père le général Huntziger et de la milice en tant qu’ancien secrétaire général des Phalanges universitaires. Quant à la carrière fulgurante de René Bousquet, elle est expédiée en une demi-phrase admirative : « Benjamin des préfets, affirmant une grande maturité et un caractère23. » La vision de la période est simpliste : au-delà des trompeuses apparences, il était plus courageux et utile comme « l’immense majorité des fonctionnaires de l’administration préfectoral [de] tenir tête à l’Allemand, à la tyrannie, au défaitisme » que de se rallier spectaculairement à la Résistance… Apolitisme de façade et défense du corps passent tout de même par la mise en avant des victimes de toute nature d’une administration première au palmarès des « déportés, emprisonnés, morts dans l’horreur des prisons ou sur le terrain de la lutte », la liste mêlant résistants et « vichyssois » (sic) puisque « les opinions des uns ou des autres s’effaçaient dans la souffrance commune » due à la « rudesse germanique » (sic), à laquelle « Vichy s’associait de temps à autre » !

  • 24 Ibid., p. 341.

17Un paragraphe est consacré à Jean Moulin pour illustrer les exclus du corps, « voués à l’oisiveté, animés par la foi patriotique » : victime de la « brutalité allemande », « Max » meurt « à Lyon, probablement des sévices allemands », « en martyr et sa mémoire fut glorieusement célébrée plus tard, à la Libération », à l’instar de Scamaroni, fils de préfet, et d’Abeille, gendre de Chautemps24, la filiation préfectorale rehaussant le prestige du sacrifié.

  • 25 Né en Haute-Vienne en 1893, Adrien Tixier est élève à l’école normale de Châteauroux avant d’être (...)

18En revanche, Henry s’attarde sur « la machine de guerre animée à ses débuts de sentiments de catégorique partialité », entendez l’épuration mise en œuvre par Adrien Tixier25. Il cite pourtant la levée immédiate de l’indignité nationale en faveur de deux préfets emblématiques, Bousquet et le préfet du Loiret jusqu’en 1940, Jean-Marcel Lemoine, préfet régional à Limoges puis à Marseille, secrétaire d’État à l’Intérieur du Vichy milicien ! Le dévoilement arrive en fin d’ouvrage : avec son frère Jacques, Pierre Henry a pris l’initiative de fonder une association d’entraide corporative, puis une plus vaste « union pour la restauration et la défense du service public » en 1949 en faveur de tous les agents atteints par une « épuration excessive »… comme en 1815 ! Ils obtiennent effectivement beaucoup d’annulations en Conseil d’État grâce tant à l’évolution de l’opinion et de la classe politique qu’aux réseaux bienveillants. Junot réintègre un cabinet ministériel, Pierre Henry, Martin-Sané le Palais, Morane, l’Union française. La bataille mémorielle dénonçant l’excessive sévérité de l’épuration vient justifier, le 5 janvier 1951 et le 6 août 1953, les lois d’amnistie votées au lendemain de la mort de Pétain, au moment où la guerre froide et la victoire électorale de la droite la sortent de « quarantaine » avec le populaire Antoine Pinay. L’érection de monuments commémoratifs est freinée par l’État qui consacre prioritairement à d’autres réalisations argent et matériaux, et conseille aux municipalités ou associations de préférer des plaques ou des stèles, sous le contrôle vigilant des préfets, acteurs de la mémoire locale et nationale.

Une mémoire recentralisée : acteurs et bénéficiaires de l’héroïsation du « préfet résistant » d’Eure-et-Loir

La puissance mémorielle des préfets gaulliens

  • 26 Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Fayard, 1994, Folio-Histoire, 1997, p. 113.
  • 27 Pierre Allorant, Le président du conseil général du Loiret de 1871 à 1982, PU Orléans, 2003, p. 17 (...)
  • 28 Rémi Baudoui, Raoul Dautry, 1880-1951. Le technocrate de la République, Balland, 1992.

19Avec la République gaullienne, le contrôle sur la construction des édifices commémoratifs est resserré au profit des préfets par l’arrêté du 24 juin 1960. Une politique mémorielle se met en place, du quasi-officiel Paris brûle-t-il ? à la panthéonisation de Moulin : l’armée des ombres se confond avec le gaullisme, « l’homme qui fut, sous les ordres du général, au-dessus des partis et des mouvements en 1943 » doit continuer de servir la cause de l’indépendance et de l’unité nationale26. Le décret du 14 mars 1964 relatif aux pouvoirs des préfets redonne une impulsion à la déconcentration des services de l’État à leur profit. En outre, des conflits mémoriels entre élus et préfets tournent à l’avantage des représentants de l’État. Ancien déporté à Mathausen, sénateur et secrétaire d’État dans le gouvernement Pleven de 1951, Claude Lemaître préside le conseil général du Loiret de 1961 à 1964, moment où il est victime d’un conflit de mémoire avec le préfet Dupuch : un incident éclate lors de la commémoration du sacrifice des maquisards de la forêt d’Orléans au carrefour de By, Lemaître déclarant au préfet, ancien directeur de cabinet du préfet régional de Clermont, que son comportement sous Vichy lui interdit tout droit à présider pareil hommage à la Résistance. Le conflit qui s’en suit aboutit à la défaite de Lemaître, le préfet réussissant à susciter la candidature rivale victorieuse du MRP Pagot27. Dupuch est le préfet coordonnateur qui lance la région Centre avec pour capitale Orléans à la grande satisfaction de son maire Roger Secrétain. Et lorsque celui-ci présente aux grands responsables de l’industrie nationale, le 3 février 1965, au Ritz, les attraits des zones d’activités de la ville nouvelle d’Orléans II, sa République du Centre signale dans l’assistance Jacques Morane, présence logique tant les projets de Secrétain doivent beaucoup aux travaux de l’équipe d’urbanistes réunis dès 1940 à la préfecture d’Orléans puis autour de Dautry à la Libération28.

La panthéonisation de Jean Moulin et la réalimentation du flux commémoratif local

20Minutieusement analysée par Henry Rousso puis par Jean-Pierre Azéma, l’entreprise de panthéonisation menée par la République gaullienne en décembre 1964, au moment où les attributions des préfets sont renforcées par le décret de déconcentration, fait des représentants de l’État les premiers acteurs de la politique mémorielle en province, recentralisant le souvenir français. Partie d’une idée venue de Béziers et de la gauche, elle vise à ancrer le gaullisme en forgeant une mémoire officielle à mesure de sa grandeur et au-dessus des partis. Le corollaire pédagogique est l’institutionnalisation du Concours national de la Résistance et de la Déportation, sorte de concours général de la nouvelle République, qui contribue grâce à l’implication des associations à renouveler les approches. Le vote de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité en 1964 favorise l’ouverture de poursuites contre les hauts fonctionnaires suspectés de complicité dans la solution finale.

  • 29 Le premier acte de Résistance de Jean Moulin consiste à refuser d’accuser des tirailleurs sénégala (...)

21Si l’on ne réforme pas une société par décret, le pouvoir gaulliste gère la mémoire nationale en court-circuitant les parlementaires. L’élan mémoriel d’attribution du nom du préfet Moulin aux rues, édifices publics, collèges est relancé. Une plaque est posée à La Taye, lieu de sa tentative de suicide, en 196529. Le 22 avril 1968, moment particulier pour l’État, la visite et l’allocution du ministre des Anciens combattants, le député du Loiret et ancien résistant Henri Duvillard, à la cérémonie de pose de la première pierre du mémorial Jean Moulin à Salon-de-Provence, se situent dans le sillage non du ton, mais du message politique du discours de Malraux, avec appropriation de « Max » par le gaullisme au-dessus des divisions politiciennes de la IVe République, le « plus jeune préfet de France, [chez lequel] le sens du devoir civique l’emporte sur l’esprit de parti ». Le ministre évoque explicitement la plaque de l’hôtel de préfecture de Chartres en hommage au préfet.

  • 30 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Flammarion, 1998, 516 p.

22Le tournant mémoriel imprimé par Georges Pompidou décentralise à nouveau les initiatives commémoratives. Un collège de Chartres est dénommé Jean Moulin en 1973. En 1976 est ouvert à Bordeaux le centre Moulin, à l’origine de l’association nationale des amis de Jean Moulin. Le président Mitterrand s’y rend le 10 mai 1982, occasion surtout pour Jacques Chaban-Delmas et lui de faire état de leurs souvenirs communs de la Résistance30.

23Le 21 février 1978, anniversaire de sa prise de fonction à la préfecture de Chartres, une loge maçonnique du Grand Orient prend le nom de « loge Jean Moulin. Liberté et Dignité ». Dans le sillage de la cérémonie d’intronisation présidentielle au Panthéon, François Mitterrand vient s’incliner à Chartres devant le « glaive brisé » le 17 juin 1986, invité à l’inauguration du boulevard Maurice Viollette par le ministre-maire Georges Lemoine qui associe les deux hommes dans son hommage en évoquant l’engagement humaniste du gouverneur général de l’Algérie.

24Le corps supplicié du « préfet de l’ombre » : c’est le titre du documentaire tourné en 1993 pour le cinquantenaire de la mort de Jean Moulin, qui débute par le rappel de sa carrière administrative, de sa tentative de suicide en tant que préfet d’Eure-et-Loir, puis de sa révocation par Vichy. Le collège Jean Moulin inaugure le 17 juin 1993 dans sa cour une œuvre réalisée par les élèves avec une plaque à l’effigie du préfet.

Une mémoire désunie et meurtrie : la résilience d’un grand corps de l’État désorienté et traîné au prétoire (1981-2013)

Le retour du refoulé de l’épuration : les préfets de l’État français en accusation

  • 31 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération (...)

25La mémoire de la Seconde guerre mondiale renvoie selon Olivier Wieviorka à l’expérience de la guerre, au traumatisme de l’Occupation et à la vie sous la férule de Vichy, trois niveaux confondus dans le souvenir des « années sombres31 ». L’imprécision voire la fluctuation des camps a compliqué le travail de mémoire, en dépit de la réforme libérale de l’accès aux archives publiques opérée par la loi du 3 janvier 1979, immédiatement contemporaine des affaires Touvier (1972), Darquier (1978) et Bousquet-Leguay (1978). La grâce accordée à Touvier et les obstacles procéduraux retardant l’instruction des procès Papon et Bousquet ont gangrené une mémoire devenue accusatrice face au déni, d’autant que le degré de frilosité différent des responsables départementaux a contribué à accréditer le mythe du verrouillage des archives de Vichy, mémoire immédiate mais enfouie d’une épuration judiciaire et professionnelle honorable bien qu’inaboutie. Ce paradoxe a nourri la dénonciation par les nostalgiques de Vichy des prétendus excès d’une épuration accusée par d’autres de trop de modération.

26La concomitance entre l’exhumation de la complicité de Vichy dans les crimes contre l’humanité, la mise en accusation de membres du corps préfectoral et les manifestations contre une résurgence d’un péril antisémite venu de l’extrême-droite est frappante : la publication dans L’Express de l’enquête sur les camps du Loiret le 27 avril 1990 précède de deux semaines la profanation du cimetière juif de Carpentras le 10 mai, la manifestation d’associations juives devant le domicile de René Bousquet le 13 mai et le dépôt de nouvelles plaintes pour crime contre l’humanité au nom du devoir de mémoire et de l’émergence de la mémoire de la déportation juive à l’encontre de Maurice Papon, l’auteur d’un essai intitulé l’ère des responsables en 1954, avant le rejeu de mémoire de la guerre d’Algérie.

  • 32 Jean Garrigues, Les patrons et la politique. 150 ans de liaisons dangereuses, Perrin, 2011, p. 200 (...)

27La filière des affaires, singulièrement de la banque d’Indochine, a fait office de « réparateur de l’épuration » pour Bousquet comme pour le fils de son adjoint et ami Jean Leguay, lui-même recyclé chez Nina Ricci32. Adjoint de Jacques Chirac à la mairie de Paris, Michel Junot détaille fièrement dans le Who’s who de 1965, à l’instar de Papon, les postes de sa carrière sous Vichy, du cabinet du secrétariat général à l’intérieur à la sous-préfecture de Pithiviers et au secrétariat général du Loiret en 1944.

Les anticorps contre le « trait empoisonné »

  • 33 Alain Minc, L’homme aux deux visages. Jean Moulin, René Bousquet, destins croisés, Grasset, 2013, (...)

28L’influent et médiatique Alain Minc a récemment écrit une nouvelle page du Catalogue des opinions chics en affirmant que les jeunes préfets Moulin et Bousquet, avant de devenir « des modèles chimiquement purs du héros et du salaud », étaient interchangeables, fruits des circonstances et des aléas de la révocation, comme tous « ces hauts fonctionnaires lâches, couards et serviles qui, au nom de la continuité de l’État, ont tout accepté33 ».

  • 34 « Jean Moulin est la gloire du corps préfectoral. […] Après vingt ans d’une carrière rapide et bri (...)
  • 35 Jean-Pierre Azéma, Jean Moulin, Tempus, Perrin, 2006, 596 p.
  • 36 Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné : réflexions sur l’affaire Jean Moulin, La Découverte, co (...)

29Alors que l’histoire du corps préfectoral a été le plus souvent prise en mains par des membres de l’administration, le « trait empoisonné » des attaques portées par Fresnay contre « l’énigme Moulin », pseudo-crypto-communiste, puis l’ère du soupçon contre Raymond Aubrac ont été combattus par les travaux de son secrétaire Daniel Cordier34, Jean-Pierre Azéma35, et Pierre Vidal-Naquet36. Des initiatives locales ont également entrepris de lutter contre ce révisionnisme : des enquêtes orales ont permis de faire revivre des traces directes et locales de Jean Moulin dans la mémoire collective chartraine en amont du colloque, organisé à Chartres en 1999, pour le centenaire du préfet Moulin. Les lieux de mémoire, les hommages, expositions et commémorations sont recensés, de la route Jean Moulin qui réunit Chartres et La Taye, à la lecture d’extraits de Premier combat par Michel Bouquet lors de veillées républicaines. En juillet 2002, les figurants du Jean Moulin d’Yves Boisset assistent à l’avant-première à Chartres, alors que Laure Moulin s’était toujours opposée à ce type de projet, le refusant à Melville.

  • 37 Mona Ozouf, « Le Panthéon », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 1, Quarto Gallimard, 1997, (...)

30Toutefois, une résurgence polémique a rejailli en 2014 à travers une campagne de presse qui a prétendu opposer le respect de la mémoire de Moulin à l’entrée au Panthéon de Brossolette, avant que ne ressorte la vieille antienne antisémite du Drapeau de Jean Zay « qui ne passe pas » ; dès 1945 la droite, le MRP et le PCF rivalisaient de propositions pour une nouvelle entrée à « l’école normale des morts37 ».

Réconcilier histoire savante et mémoire de l’État : la résilience d’un grand corps ?

  • 38 Marc-Olivier Baruch, op. cit., 727 p.
  • 39 « “Vous comme moi, nous finirons au poteau !” […] La tranquille certitude de Bousquet me sidérait. (...)
  • 40 Vincent Wright, « Les préfets », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), Vichy et les Fr (...)

31Parallèlement, Marc-Olivier Baruch a éclairé les ressorts des manières de Servir l’État français38. L’esprit de corps a fait place pour le Bicentenaire à une ouverture décentralisée aux universitaires, le doyen Vedel, Jean-Marie Mayeur ou encore Vincent Wright ont animé des groupes de travail en amont des manifestations scientifiques de l’an 2000. Dès 1992, Vincent Wright dans sa contribution au colloque Vichy et les Français cite Jacques Morane comme illustration des « zélés de la Révolution nationale » qui « tout en servant avec loyauté le régime, résistent autant que possible aux prétentions allemandes », à distinguer des partisans du régime de Vichy qui, comme Bousquet dans la Marne, « collaborent correctement, courtoisement, mais froidement, au nom du maintien de l’ordre, tout en essayant de sauvegarder les intérêts français39 ». Aux deux extrémités du corps, les farouches de la collaboration, par anticommunisme et antisémitisme, tel Angelo Chiappe à Orléans, et les grands résistants, martyrs ou déportés, Moulin, Scamaroni, et Bollaert40.

  • 41 « Il existe une sorte d’intégration spontanée et la “famille préfectorale” démontre une vocation d (...)

32La figure de Jean Moulin reste systématiquement mise en avant par l’association du corps préfectoral. Son président, Paul Bernard, préfet de la région Centre, réfute toute tentation corporatiste, « ni esprit de cour, ni esprit de corps »41, pour renouveler en 1992 la vulgate du discours mémoriel du corps préfectoral, reprise lors des nombreuses manifestations, colloques départementaux et expositions du Bicentenaire du corps en l’an 2000. Une figure vient justifier l’existence pérenne d’une administration secouée par la décentralisation, le transfert de l’exécutif départemental au président du conseil général : au sein de sa galerie de portraits de « visages à découvert de l’État », Jean Moulin apparaît comme celui par qui

  • 42 Sa première annexe est la lettre d’adieu de Jean Moulin, après 23 ans au service de la République, (...)

« la flamme préfectorale a été héroïquement maintenue en 1940 à Chartres, quasiment seul pour témoigner de l’honneur du pays face à l’ennemi occupant. C’est naturellement à ce préfet que le chef de la France libre a fait appel pour maintenir, au-dessus des clivages partisans, l’unité de la Résistance. C’est le même sens du devoir suprême qui a conduit un grand nombre de préfets et de sous-préfets à refuser de plier devant l’occupant. Plusieurs dizaines ont payé le prix de l’honneur par la déportation42 ».

33Par ces termes, il ne fait que reprendre l’image fournie par de Gaulle qui, dans L’Appel, relate sa rencontre avec Jean Moulin : « Je savais qui il était. Je savais, en particulier, que préfet d’Eure-et-Loir lors de l’entrée des Allemands à Chartres, il s’était montré exemplaire de fermeté et de dignité […] je savais qu’il voulait servir. »

  • 43 « Jean Moulin préfet d’Eure-et-Loir ! À l’invocation de son seul nom, paraît répondre, comme un éc (...)

34Le 17 juin 1997, Pierre Mongin, alors préfet d’Eure-et-Loir, fait apposer à La Taye une stèle en hommage à son prédécesseur en présence du ministre de l’intérieur, du président du Conseil économique et social Jean Mattéoli et du président de l’association Joël Thoraval. Relayant cet acte mémoriel, la revue officielle Administration « relève avec émotion et fierté que des le 17 juin, le premier acte de Résistance fut le fait d’un préfet dans l’exercice de ses fonctions, alors que toutes les autres forces vives avaient déserté, mais lui refuse car “il sait que sa signature est celle de l’État” ». Jean-Pierre Chevènement reprend à son compte le mythe de l’unanimité résistante derrière l’héroïsation de quelques-uns43.

35Le ministre ne se contente pas de reprendre l’évocation de Malraux, il se confronte aux polémiques mémorielles récentes qui ont « tenté de salir sa mémoire », assimilant cette tentative aux attaques contre Raymond Aubrac, encore un préfet, offensives attribuées à la volonté de réhabiliter Vichy.

  • 44 Luc Rouban, Les préfets de la République. 1870-1997, Cahiers du Cevipof, no 26, janvier 2000, p. 4

36Très significativement, face au tragique assassinat de Claude Érignac, la première phrase de l’hommage du ministre de l’Intérieur, lors de la cérémonie de dévoilement de la plaque en sa mémoire au ministère de l’intérieur le 9 mars 1998, souligne que « c’est un fait sans précédent depuis la mort de Jean Moulin. C’est dire assez sa gravité ». Si « la force d’un corps repose sur sa capacité d’adaptation et d’absorption des contraintes suscitées par l’environnement sociopolitique44 », les préfets, aux fonctions par essence politiques, ont su s’adapter aux changements brutaux de légitimité et développer une mémoire accommodante. Les préfets, fonctionnaires d’autorité et de devoir, d’obéissance à un seul maître, le gouvernement, et de dévouement au seul intérêt général, peuvent-ils intégrer dans leurs missions la pression d’un « devoir de mémoire » protéiforme et obsédant, ou du moins l’émergence de la notion de devoir de résistance à l’ordre manifestement illégitime ?

37Dernière représentation réussie des pouvoirs publics sous l’Occupation, la série Un village français, supervisée par l’historien Jean-Pierre Azéma donne à voir, comme chez Stendhal, un maire de village humaniste et humain dans ses contradictions et ses remords, mais un sous-préfet lâche, opportuniste et cyniquement carriériste.

38Sur le site du ministère de l’Intérieur figurent en 17 tableaux les documents de la cérémonie d’hommage rendu au « préfet Jean Moulin, héros de la Résistance » à l’hôtel de Beauvau le 21 juin 2013, par le ministre de l’Intérieur, qui remet à sa collègue de la Culture le dossier administratif du préfet d’Eure-et-Loir, en présence de deux collégiens lauréats du prix du concours national de la Résistance et de la Déportation. En écho, chaque préfet de département sur l’ensemble du territoire national a été appelé à rendre hommage à « l’homme d’action et d’autorité qui a mis les valeurs acquises lors de sa brillante carrière préfectorale au service d’un intérêt plus élevé que sa propre vie ». Mémoire du corps, mémoire savante et message pédagogique enfin réconciliés en un moment de l’histoire ?

*

  • 45 « Le préfet, M. Jozon, est très gentil. Mais l’ouvrage ne manque pas. J’ai trouvé ici le fils Mans (...)

39À la manière de Stéphane Audoin-Rouzeau, je dois à l’honnêteté de me situer dans un « récit de filiation » : la mémoire du corps préfectoral ne m’est pas extérieure, elle me vient de ma mère, fille, nièce et arrière-petite-fille de préfets de la IIIe République. Les deux figures emblématiques de cet exposé ont un lien avec mon histoire familiale : Jean Moulin a été, à Amiens en 1934-1938, le secrétaire général de mon grand-père André Jozon, et il décrit à sa sœur Laure son installation à Amiens, auprès d’un préfet comme lui radical et ami du docteur Mans45. Jacques Morane a été l’un de ses successeurs à Orléans, dans l’hôtel de la préfecture de la rue de Bourgogne où il avait vécu de 1930 à 1934. André Jozon a été l’un des 26 préfets relevés de leurs fonctions en octobre 1940 parce que beau-frère du président du Sénat Jules Jeanneney. Mis à la retraite anticipée de Châlons-sur-Marne où Jean Leguay et René Bousquet servaient sous ses ordres, il a reçu d’eux l’assurance désarmante de vouloir continuer à servir selon ce que leur « patron » leur avait transmis. De fait, la mémoire accommodante du corps préfectoral est peut-être, au premier chef, la mienne. Comme l’écrit Paul Ricœur :

  • 46 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Points-Essais, Le Seuil, 2000, p. 657.

« Sous l’histoire, la mémoire et l’oubli
Sous la mémoire et l’oubli, la vie
Mais écrire la vie est une autre histoire46. »

Notes

1 Cité par Christine Rimbaud, Pierre Sudreau, Le Cherche Midi, 2004, p. 96.

2 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, III. Les France, tome 3, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », 1986, p. 997.

3 « Les plus accommodants, ce sont les plus habiles. On hasarde de perdre en voulant trop gagner », La Fontaine, Le héron.

4 Sur l’apport de Marc Bloch dans la compréhension de la débâcle de juin 1940, voir en dernier lieu Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « L’étrange défaite de Marc Bloch revisitée », in Pierre Allorant, Noëlline Castagnez et Antoine Prost, Le moment 1940, Cliopolis, L’Harmattan, 2012.

5 François Burdeau, Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Domat Montchrestien, 1989, p. 282.

6 Circulaire ministérielle de Peyrouton du 15 octobre 1940 qui leur promet d’être « les artisans de cette élévation qui vous haussera, dans votre propre estime, aux yeux de tous, et qui fera de vous les agents les plus efficaces de notre résurrection ». Vincent Wright, « Les préfets », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Fayard, 1992, p. 272.

7 Michel Fratissier, Jean Moulin ou la fabrique d’un héros, L’Harmattan, 2011, 754 p.

8 Pierre Legendre, Trésor historique de l’État en France. L’administration classique, 1992, 638 p.

9 « J’étais tout à fait décidé à écarter les préfets qui avaient fait carrière sous Vichy. J’étais tout autant décidé à choisir des résistants authentiques. Mais l’État a ses exigences […] Les nouveaux préfets doivent être des hommes capables. » Il évoque en particulier le titulaire orléanais, ami d’Émile Laffon, l’avocat André Mars, « homme simple et bon, discret et respecté, soutint ses préfets et leur fit confiance. Il se montra un arbitre irréprochable dans cette région qui, proche de Paris, retrouva rapidement, malgré l’indispensable épuration, sa sérénité ». André Mars sera le premier secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature. Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Mémoires. Combattre, Albin Michel, 1984, p. 241 et 348-349.

10 Jean Moulin, Premier combat, Les Éditions de Minuit, 1947, p. 170.

11 Jean Moulin, Premier combat, Les Éditions de Minuit, 1947, p. 15.

12 Gazette La Loupe du 12 juillet 1947. Fonds privé Laure Moulin.

13 Dans une lettre de 1949 adressée à l’épouse du maire radical de Béziers, Laure Moulin dresse l’état des lieux des monuments et plaques commémoratives déjà réalisées en l’honneur de son frère. Elle estime « légitime » son « désir de surpasser les hommages rendus à mon frère dans le reste du pays. Votre rivale la plus sérieuse est Chartres où M. Viollette […] aidé de M. Decote secrétaire général à la préfecture et bien d’autres amis et collaborateurs de mon frère ont fait magnifiquement les choses. Il n’y a pas un village d’Eure-et-Loir qui n’ait répondu à l’appel lancé par Chartres. La colonie de vacances laïque du département porte le nom de Jean Moulin ». Archives municipales de Béziers, 35 W 15, lettre de Laure Moulin à Mme Aïn, 3 décembre 1949.

14 Michel Debré, Trois Républiques pour une France, op. cit., p. 178.

15 Note d’Alexandre Parodi du 15 février 1945. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

16 Lettre du commissaire de la République André Mars remise à Morin, directeur du personnel au ministère de l’Intérieur le 21 novembre 1944. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

17 Déclaration du journaliste Roger Secrétain, organisateur du groupe orléanais du mouvement de Résistance « Libération ». Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

18 Lettre du 25 novembre 1944. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

19 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, coll. « Pour une Histoire du XXe siècle », 1997, p. 232-233. Synthèse des rapports des préfets, septembre 1942, Archives Nationales, F/1cIII/1198.

20 Lettre du 26 juillet 1945. Archives nationales, dossier personnel du préfet Morane, F/1bI/814.

21 Pierre Henry, Histoire des préfets, Nouvelles Éditions latines, 1950.

22 Jean Touchard, Revue française de science politique, 1955, vol. 5, no 1, p. 186.

23 Pierre Henry, op. cit., p. 335.

24 Ibid., p. 341.

25 Né en Haute-Vienne en 1893, Adrien Tixier est élève à l’école normale de Châteauroux avant d’être mobilisé en août 1914 et amputé du bras gauche. Fondateur en 1917 de l’Union fédérale des anciens combattants, il devient vice-président de l’Union fédérale des associations françaises des mutilés de guerre et anciens combattants. Militant à la SFIO, proche d’Albert Thomas, il est directeur général du BIT (Bureau international du travail) à Genève en 1936. Il proteste contre l’armistice le 20 juin 1940 et embarque pour les États-Unis où il représente le général de Gaulle auprès de Roosevelt. D’abord commissaire au Travail et à la Prévoyance sociale au sein du CFLN, il est ministre de l’Intérieur du GPRF en septembre 1944, rétablit la légalité républicaine dans l’hexagone, crée la DST et les CRS. Il accompagne le général de Gaulle à Oradour-sur-Glane le 5 mars 1945. Gilles Morin et Pascal Plas (dir.), « Adrien Tixier, 1893-1946. L’héritage méconnu d’un reconstructeur de l’État en France », Histoire & Mémoires, no 3, L. Soumy Éditions, 2012, 314 p.

26 Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Fayard, 1994, Folio-Histoire, 1997, p. 113.

27 Pierre Allorant, Le président du conseil général du Loiret de 1871 à 1982, PU Orléans, 2003, p. 174.

28 Rémi Baudoui, Raoul Dautry, 1880-1951. Le technocrate de la République, Balland, 1992.

29 Le premier acte de Résistance de Jean Moulin consiste à refuser d’accuser des tirailleurs sénégalais d’avoir commis des atrocités envers des civils à La Taye, hameau d’Eure-et-Loir proche de Saint-Georges-sur-Eure. Maltraité et enfermé par l’Occupant, Jean Moulin tente de se suicider en se tranchant la gorge avec un débris de verre afin de ne pas céder, il en garde une cicatrice. Chaque année depuis la Libération, les autorités civiles et militaires commémorent cet acte de courage avec une lecture d’un extrait de Premier combat dans lequel le préfet Moulin relate les premiers jours de l’Occupation à Chartres.

30 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Flammarion, 1998, 516 p.

31 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Le Seuil, 2010, 304 p.

32 Jean Garrigues, Les patrons et la politique. 150 ans de liaisons dangereuses, Perrin, 2011, p. 200. Le Who’s who in France de 1965 indique pudiquement que Jean Leguay a eu une carrière préfectorale (1935-1946) avant de représenter les parfums Nina Ricci aux États-Unis puis de diriger la société de produits de beauté Richard Hudnut depuis 1958. Who’s who in France, Éditons Jacques Lafitte, 1965, p. 1723.

33 Alain Minc, L’homme aux deux visages. Jean Moulin, René Bousquet, destins croisés, Grasset, 2013, 192 p. Condamné pour 47 pages plagiées de Pascale Froment, René Bousquet, Stock, 1994.

34 « Jean Moulin est la gloire du corps préfectoral. […] Après vingt ans d’une carrière rapide et brillante, il est nommé plus jeune préfet de France dans l’Aveyron, puis en février 1939 préfet d’Eure-et-Loir. C’est là que le destin l’attend. […] Le pouvoir effectif que de Gaulle exerce dès la Libération, il le doit à un service obscur, le Comité général d’études, créé par Jean Moulin. Oublié de la mémoire et même de l’histoire, il a préparé dans l’ombre le sauvetage de l’État qui épargne à la France la catastrophe d’une guerre civile. » Ces extraits de la notice rédigée par Daniel Cordier pour le Dictionnaire historique de la Résistance disent l’essentiel : héros et martyr, Jean Moulin a sauvé, au-delà de l’honneur du corps préfectoral, l’État et la Nation. Daniel Cordier, « Moulin, Jean, Rex, Max », in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, coll. « Bouquins », p. 491-493.

35 Jean-Pierre Azéma, Jean Moulin, Tempus, Perrin, 2006, 596 p.

36 Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné : réflexions sur l’affaire Jean Moulin, La Découverte, coll. « Essais », 1993, 159 p.

37 Mona Ozouf, « Le Panthéon », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 1, Quarto Gallimard, 1997, p. 155.

38 Marc-Olivier Baruch, op. cit., 727 p.

39 « “Vous comme moi, nous finirons au poteau !” […] La tranquille certitude de Bousquet me sidérait. Il me regardait de ce regard bien en face que je lui avais toujours connu, en toutes circonstances, depuis ces jours de 1935 où je l’avais rencontré. Même pour m’annoncer l’“apothéose mortelle” de notre carrière, le léger sourire qui ne désertait jamais son visage était encore là ! », écrit Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires 1902-1945, Flammarion/Plon, 1997, p. 366.

40 Vincent Wright, « Les préfets », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Fayard, 1992, p. 280-282.

41 « Il existe une sorte d’intégration spontanée et la “famille préfectorale” démontre une vocation de creuset qui impose une certaine unité de comportement général et de condition spécifique […] moyen d’identification, d’information et d’expression […] force de proposition, moyen de clarification et d’inspiration des réformes de l’État », Paul Bernard, Le préfet de la République. Le chêne et l’olivier, Économica, 1992, p. 79.

42 Sa première annexe est la lettre d’adieu de Jean Moulin, après 23 ans au service de la République, à ses « collaborateurs » à Chartres, c’est-à-dire au corps des magistrats municipaux, « à vous surtout, maires de ce département ». Rappelant l’étymologie du praefectus, celui qui doit se porter en avant, y compris à contre-courant, Bernard cite à nouveau Moulin, son héroïsme et sa formule : « Je ne savais pas qu’il était si facile de faire son devoir lorsque les circonstances l’exigent », Paul Bernard, op. cit., p. 32.

43 « Jean Moulin préfet d’Eure-et-Loir ! À l’invocation de son seul nom, paraît répondre, comme un écho, le sens le plus élevé de l’abnégation. Son nom réveille à la mémoire nationale, celui de tous ses collègues au courage aussi trempé, mais injustement abandonnés à l’oubli. L’honneur du corps préfectoral est porté par ces hommes dont le sens des responsabilités et l’idée qu’ils se firent de leur mission doivent être un exemple vivant pour tous les préfets et sous-préfets de France. Comme un seul homme, ils se relèvent de l’ombre. »

44 Luc Rouban, Les préfets de la République. 1870-1997, Cahiers du Cevipof, no 26, janvier 2000, p. 4.

45 « Le préfet, M. Jozon, est très gentil. Mais l’ouvrage ne manque pas. J’ai trouvé ici le fils Mans qui est médecin inspecteur d’hygiène », Laure Moulin, JeanMoulin, Presses de la Cité, 1982, p. 110.

46 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Points-Essais, Le Seuil, 2000, p. 657.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search