Version classiqueVersion mobile

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Troisième partie. Grandes figures et commémorations

Introduction

Texte intégral

1Quelles sont les grandes figures et commémorations qui colorent l’identité du Centre-Val de Loire en le rattachant au domaine royal par-delà les temps, et à l’ensemble du territoire national ?

2La plus grande figure ligérienne est, sans conteste, une femme, incarnation paradoxale de la guerre et du sentiment national : Jeanne d’Arc mobilise non seulement la fierté urbaine des Orléanais chaque 8 mai depuis près de 600 ans, mais aussi – jusqu’à la Révolution française – celle de Blois, pourtant jamais occupée par les Anglais. La procession générale publique qui célèbre la libération du royaume apparaît à la suite des lettres royales de Charles VII, à l’instar de la plupart des villes-ponts de la vallée de la Loire, et même de Chartres ou de Bourges. Fêtes religieuses et civiques, les processions johanniques du 12 août à Blois accordent une grande place à la Vierge. Cette fête de la victoire royale, dont l’organisation doit beaucoup aux autorités provinciales et municipales, emprunte à la ville son cadre, son décor, ses participants et s’appuie sur l’Église pour inventer sa propre liturgie locale et populaire.

3Comment cette figure de Jeanne d’Arc est-elle à nouveau mise à contribution en 1914 ? Incarnation de l’Union Sacrée, Jeanne d’Arc, qui avait divisé la droite et la gauche à la Belle Époque, réussit à fédérer les partis, unis désormais dans la défense du territoire national. Protectrice des poilus, la Libératrice d’Orléans emprunte à la fois à Marie, à Sainte Geneviève et à Marianne, modèle consensuel « unioniste » abondamment utilisé par l’iconographie et dont les traces locales orléanaises anticipent sur le paroxysme de l’année 1920 au niveau national.

4Que s’est-il passé entre 1954 et 1994 pour que la plaque à la mémoire de Jean Zay, assassiné par la milice le 20 juin 1944 et dont le corps ne put être identifié et rapatrié à Orléans qu’en 1948, doive être remplacée par les mêmes Amis de Jean Zay une génération mémorielle plus tard ? C’est par l’épigraphie des plaques à la mémoire de Jean Zay que les traces locales et nationales nous éclairent sur les régimes d’historicité des inscriptions gravées depuis 1945 et révèlent le basculement contemporain de l’antifascisme à l’antitotalitarisme. Confronté aux autres sources écrites, ce corpus permet de mesurer l’évolution des hommages et des Panthéons mémoriels des IVe et Ve Républiques.

5Autre figure régionale, Jean Moulin incarne « le préfet résistant » et son sacrifice est systématiquement mis en avant pour justifier la pérennité d’un corps préfectoral à la mémoire accommodante quant à son attitude durant les « années noires ». Cette résilience d’un grand corps de l’État a triomphé du soupçon infondé de cryptocommunisme du préfet d’Eure-et-Loir et même du dévoilement de l’implication, longtemps sous-estimée, des hauts fonctionnaires français dans la déportation des Juifs de France de Bousquet à Papon. Les troubles de la mémoire du corps préfectoral ont été masqués par la ferveur commémorative locale à l’égard de Jean Moulin, le « pèlerinage de Chartres » étant réactivé par son entrée au Panthéon en 1964.

6Traditionnellement épargnés par les combats, les départements berrichons subissent avec la Seconde Guerre mondiale des crimes de guerre qui ont engendré, au niveau local, des traces matérielles, des pratiques mémorielles et des lieux de mémoire, sans qu’ils puissent prétendre au statut d’un Oradour-sur-Glane. Réalité diffuse, mais pétrifiée par la volonté des témoins et des autorités locales de conserver leur trace édifiante dès la Libération, cette mémoire des crimes de guerre dans le Berry donne lieu à une fièvre commémorative des combats de la Résistance. Et elle participe à l’émergence d’une mémoire de pierre locale, ciment identitaire qui associe depuis peu, dans le Cher, historiens et acteurs du « devoir de mémoire ».

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search