Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Deuxième partie. Quels lieux de mémoire en région Centre-Val de Loire ?

Une mémoire effacée ? L’armée de la Loire, Chanzy et les combats de 1870-1871

Stéphane Tison

Texte intégral

  • 1 Dans la Sarthe par exemple, la façade d’une maison de Thorigné-sur-Dué a été refaite à neuf à la f (...)

1 Oublier, jamais ! Telle fut la devise des vétérans de la guerre de 1870-1871. Pourtant, à quelques années du cent-cinquantenaire de ce conflit s’effacent encore certains des derniers vestiges mémoriels qui en avaient marqué la trace1. Il semble que ce fait militaire majeur de l’histoire contemporaine française ne rencontre plus guère d’écho dans la mémoire collective des Français du début du XXIe siècle. Mais depuis quand s’est affirmé cet effacement ? À partir de quand un événement cesse-t-il d’être une référence culturelle et identitaire ? Nous avons cherché à saisir les temporalités d’un souvenir d’autant plus complexe qu’il fut attaché à une défaite. Car les raisons de cette dissolution sont multiples : depuis le déni dans les années d’après-guerre à la méconnaissance des nouvelles générations, jusqu’à l’oubli complet, sans oublier les résurgences circonstancielles… Une mémoire n’est guère un objet figé quand on l’observe sur le temps long. Il s’est agi dans cette étude de comprendre les modalités de cet effacement et malgré la disparition globale de la mémoire de ce conflit, d’en saisir les traces de souvenances, sur un espace dont l’histoire est marquée par un épisode cohérent de la guerre, celui de l’armée de la Loire. Aussi a-t-on cherché à répertorier les traces mémorielles de l’événement initial sur les sept départements directement concernés par les opérations militaires de la 1re et de la 2e armées de la Loire : Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Sarthe, Mayenne, Orne (carte 1). Vu l’ampleur du territoire pris en compte, cette étude constitue un travail prospectif encore incomplet : les données ne peuvent être exhaustives même si les documents réunis permettent de saisir quelques traits majeurs de l’évolution mémorielle. Leur analyse fait apparaître deux temps qui, semble-t-il, constituent deux scansions d’une lecture anthropologique de la mémoire d’un événement : d’une part, celui de la mémoire vive, temps d’une évocation affectée de l’événement, d’autre part, celui du souvenir, de la souvenance, caractérisé par l’évocation d’une trace, d’un intérêt sans que ce rappel suscite de sentiment traumatique ou d’empathie viscérale.

Le temps de la mémoire vive

  • 2 Site : [derniersveterans.free.fr/1870.html]. Il figure parmi les demandeurs de la carte du combatt (...)

2Il s’avère difficile de saisir ce passage d’un statut à l’autre de l’événement, le moment de son passage de la mémoire à l’histoire ou au patrimoine. La disparition des témoins directs et de leurs enfants, en tenant compte de l’espérance de vie de l’époque (environ 50 ans vers 1900, environ 70 ans vers 1950-1970), constitue vraisemblablement une césure importante. Pour le cas de la guerre de 1870-1871, la majorité des acteurs disparaît dans les années 1930-1950. Le dernier vétéran de la région serait Alphonse Hippolyte Bizouarne (12 mars 1847/février 1950, 102 ans) : cet habitant de Molineuf était alors le doyen du Loir-et-Cher. Engagé pour la guerre de 1870-1871, il combattit à Saint-Calais, devant Montmirail, à la Flèche et à Château-Gontier. Il reçut à ce titre la médaille militaire (décret du 11 janvier 1950)2. Au moment du centenaire en 1970-1971, alors que tous les acteurs de la guerre ont disparu, ce conflit reste fortement évocateur dans la mémoire des petits-enfants. Le temps de la mémoire vive s’étale ainsi tout au long de la survivance des témoins et des descendants directs, soit sur une centaine d’années.

Carte 1. – L’itinéraire de la 1re et de la 2e armée de la Loire pendant la guerre de 1870-1871.

L’emprise mémorielle constituée dans l’après-guerre

  • 3 Émile de Marcère (1828-1918), né à Domfront (Orne), ministre de l’Intérieur en 1877 et 1881, derni (...)
  • 4 Merci à Sébastien Angonnet, technicien de recherche, cartographe, Espaces et sociétés (Université (...)

3L’emprise mémorielle peut être saisie à travers la présence de monuments et de tombes qui soulignent le passage des troupes et surtout l’expérience de la violence de guerre. Par chance, nous disposons d’un ouvrage publié par Émile Dehayes de Marcère3 en 1878, réalisé à l’issue de la mise en œuvre de la loi de 1874 sur les sépultures militaires. L’inventaire qu’il réalise alors, même s’il est vraisemblablement incomplet, permet de saisir la diffusion de l’événement guerrier sur l’ensemble de l’espace opérationnel de l’armée de la Loire et de l’armée du prince Frédéric-Charles (carte 24).

Carte 2. – Sépultures militaires d’après l’inventaire de Marcère (1878).

4Trois départements concentrant les combats les plus nombreux et les plus violents se distinguent nettement : l’Eure-et-Loir, le Loiret et la Sarthe. L’itinéraire de la 1re armée et de la 2e armée de la Loire s’y retrouve bien entendu, de même que les espaces en marge, principalement à l’Ouest du Bassin parisien, les incursions allemandes étant contrées par de nombreux combats sporadiques depuis la fin octobre 1870. Précisons que ces sites ne sont pas tous investis par des rites commémoratifs durables ou par l’érection d’un monument.

  • 5 Relevé réalisé sur les sites mappy. fr et viamichelin. fr pour les noms suivants : La Motte Rouge, (...)

5La mémoire de l’armée de la Loire ne fut pas simplement régionale mais se diffusa à l’échelle nationale, comme le montre l’existence aujourd’hui encore de toponymes variés de voies et rues liés à l’armée de la Loire5 (carte 3). S’il n’est pas possible de savoir quand furent décidées ces dénominations, faute d’accéder à l’ensemble des archives municipales des villes dédicantes, il y a fort à parier qu’elles l’aient été avant 1914. Les attributions restent principalement régionales apparaissant sur le trajet de l’armée de la Loire.

Carte 3. – Toponymes actuels liés à l’armée de la Loire.

  • 6 Alfred Chanzy (1823-1883). Engagé à 16 ans dans la marine, puis Saint-Cyrien, il participe à la co (...)
  • 7 L’Illustration, 19 février 1910 et Le Petit Journal, 27 février 1910.
  • 8 Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éd. de l (...)

6Les références aux combats existent dans les départements dont les mobiles ou mobilisés ont constitué les troupes de l’armée de la Loire (Finistère, Côtes d’Armor, Charente-Maritime, Seine, Dordogne, etc.). Une figure principale émerge de l’ensemble des toponymes : celle de Chanzy6 qui représente environ un tiers des occurrences du corpus. C’est son nom qui apparaît sur le fronton des casernes du Mans, du Blanc (Indre), de Bergerac, puis dans le Nord-Est potentiellement menacé, à Reims, Châlons où il mourut. La reconnaissance ainsi manifestée envers Chanzy reste toutefois ponctuelle, limitée aux villes associées à sa biographie : Buzancy, Charleville-Mézières (où un lycée porte son nom), Châlons, tandis qu’il surplombe le monument érigé en 1885 au Mans en hommage à l’armée de la Loire. De façon plus anecdotique, son nom est attribué à un croiseur cuirassé qui sombre en 1910, suscitant plusieurs une de la presse nationale7, l’événement faisant peut-être écho à un autre naufrage, celui de 1871. Plusieurs navires effectuant la navette entre la métropole et l’Algérie des années 1910 aux années 1950 portent également le nom de Chanzy, qui fut de 1873 à 1879 gouverneur de ce territoire. Il est impossible de savoir jusqu’à quelle époque la référence est signifiante pour ceux qui lisaient ces inscriptions, ces toponymes ne suscitant aujourd’hui que la plus grande indifférence. Les traces sont donc ponctuelles à l’échelle nationale et sont structurées sur le mode régional, confirmant la façon dont l’ancrage patriotique se construit au croisement de la grande et de la petite patrie, comme l’a montré Anne-Marie Thiesse8.

L’essoufflement du mouvement commémoratif ?

7On ne peut considérer en tout cas que le souvenir soit investi continuellement sur l’ensemble de la période 1870-1914. L’usage mémoriel a ses propres rythmes, même dans les décennies qui suivent la défaite.

  • 9 Jean-François Lecaillon, Le souvenir de 1870, histoire d’une mémoire, Paris, Giovanengeli, 2011.
  • 10 Inventaires des bibliothèques des Archives départementales du Loiret, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire (...)

8L’importance de cette présence mémorielle peut être saisie à l’échelle collective à travers l’évolution des publications concernant directement cette histoire. Cet indicateur commenté par Jean-François Lecaillon à l’échelle nationale donne une idée des flux et reflux de la mémoire de la « glorieuse défaite9 ». Nous avons ainsi recensé l’ensemble des publications indiquées sur le site de la BNF et de l’ensemble des archives départementales des sept départements étudiés, retenant particulièrement les titres liés directement à l’armée de la Loire (témoignages, histoire)10.

Graphique 1. – Les publications sur l’armée de la Loire et l’expérience locale de la guerre de 1870-1871.

9Globalement, sur l’ensemble de la période 1871-2012 (graphique 1), les publications sont les plus nombreuses entre 1870 et 1914, ce qui ne saurait surprendre. Les éditions de témoignages et des premières histoires notamment sont pléthoriques dans les premières années après la défaite, avec 108 publications entre 1871 et 1874, soit 28 % du corpus tandis que 60 % sont éditées au cours de la période 1870-1914. Après une baisse significative pendant une vingtaine d’années, avec des années sans parution (1877, 1878, 1882, 1883, 1892), les publications augmentent de nouveau à partir de 1895-1896, évolution qui recoupe le mouvement commémoratif, avec quelques années plus fastes avoisinant ou dépassant 5 titres de 1895 à 1899 et en 1901, 1904, 1905, 1909, mais se réduisant ensuite de 1910 à 1914, l’année 1911 étant une année vierge. Au tournant du siècle, les Français rassurés par le développement de l’empire colonial et la fin de l’isolement diplomatique depuis la conclusion de l’alliance franco-russe, regardent la défaite avec davantage de distance. À l’humiliation succède la mise en valeur des moments de résistance contribuant à la construction du mythe de la « glorieuse défaite ».

  • 11 Les cérémonies ont été relevées pour les années 1909-1910 et 1913-1914 dans les journaux suivants  (...)
  • 12 Le Temps, 15 août 1885, L’Union de la Sarthe 20 août 1885.

10Du côté du mouvement commémoratif, le constat est identique avec tout de même un questionnement qui reste à approfondir sur la période 1910-191411. Beaucoup d’édifices ont été érigés dans les premières années, notamment sur les lieux emblématiques de l’armée de la Loire : en 1874, le monument d’Auvours (Yvré-l’Evêque, Sarthe) et le décor patriotique de l’église de Loigny (Eure-et-Loir), en 1876, le monument de Coulmiers et celui de La Fourche (près de Nogent-le-Rotrou). Après la mort du général Chanzy, une souscription permet l’érection au Mans du monument en hommage « à Chanzy et à l’armée de la Loire », qui donne lieu à une inauguration imposante au mois d’août 1885, attirant une foule d’environ 50 000 personnes, chiffre considérable pour une cérémonie de ce type12. Là encore, après une période d’accalmie, les inaugurations reprennent à partir de 1895 : des monuments sont inaugurés à Beaune-la-Rolande en 1895, à Châteaudun à la mémoire de ses défenseurs en 1897, à Chartres en 1901, villes où des édifices avaient déjà été élevés dans les années 1870 dans les cimetières. De nouveaux monuments apparaissent en 1905 à Rouvray-Saint-Florentin, en 1909 à Beaugency, en 1913-1914 à Épieds. Le rôle du Souvenir français dans ce réveil mémoriel est essentiel. Plusieurs statues identiques sont ainsi édifiées à l’aide de cette société : la défense du drapeau à Briouze (Orne) en 1895, Beaugency (1909), Alençon (1911), Montoire-sur-le-Loir, Épieds (1913-1914) ; le mobile prêt à l’attaque à Candé (Maine-et-Loire) en 1909, Amboise (Indre-et-Loire, 1913), Saint-Bomer-les-Forges.

  • 13 Chiffre établi pour l’Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Sarthe, Mayenne. Avec le (...)
  • 14 Le Matin, 26 août 1908, page 2, col. 5. Il s’agit notamment des opérations opposant deux armées.

11Si ces hommages tardifs illustrent le maintien de la mémoire de la guerre de 1870-1871, ils sont rarement le lieu de rites durablement installés. Des cérémonies annuelles ne sont réellement organisées de façon continue que sur les principaux champs de bataille ou lieux de guerre, le rituel étant respecté à une date anniversaire la plus proche de la date des combats, notamment à Châteaudun (18 octobre), Coulmiers (9 novembre), La Fourche (Coulonges-les-Sablons 21 novembre et 6 janvier), Loigny (2 décembre), Auvours (11 janvier), Alençon (15 janvier) Laval-Saint-Mélaine (18 janvier). Le quarantième anniversaire des combats donne ainsi une idée précise des espaces investis (carte 4) : par rapport aux près de 450 sites funéraires relevés en 1878 par de Marcère13, une dizaine donnent lieu à des cérémonies d’envergure : Châteaudun, Loigny, Orléans (Fleuryles-Aubrais, Les Aydes, la Sablière), Chilleurs-aux-Bois, Cercottes, Huisseausur-Mauves, Cravant, Yvré-l’Évêque, Ardenay, Conlie, Le Mans, La Flèche, Laval (Saint-Mélaine) et Alençon. L’espace mémoriel s’est donc rétracté sur les principaux lieux de combat et s’étend de nouveau ponctuellement au moment des anniversaires significatifs. Le réveil mémoriel emprunte également d’autres voies que le rituel commémoratif à cette époque : ainsi, une partie des combats fictifs organisés lors des grandes manœuvres du Centre en septembre 1908 a lieu sur le territoire de la campagne de 1870, de Saint-Calais à Bourges, centrée sur Orléans, Coulmiers étant un lieu d’affrontement prévu. Cet automne-là, l’armée française rejoue les combats de l’armée de la Loire de 1870-187114, effectuant ainsi sur le terrain une revanche fictive. Dans les années 1910-1914, les inaugurations se poursuivent à La Flèche et Changé en 1910, Rouellé, La Ferté-Macé et Saint-Bomer en 1912, Argentan, Conlie et Amboise en 1913, Tours le 12 juillet 1914.

Carte 4. – Cérémonies commémoratives et fêtes des vétérans (1910-1914).

  • 15 Né en 1856, mort en 1927. Docteur en droit, historien manceau, membre de la Société historique et (...)
  • 16 Bénédicte Grailles, « Gloria Victis : Vétérans de la guerre de 1870-1871 et reconnaissance nationa (...)
  • 17 Le Nouvelliste de la Sarthe, 22-23 juin 1913.

12L’influence de certaines personnalités locales semble jouer un rôle dans ce réveil mémoriel, parallèlement au renouveau nationaliste au tournant du siècle : l’historien sarthois Robert Triger15 dans la Sarthe, Émile de Marcère lui-même, élu de l’Orne et figure politique nationale agissent pour maintenir ce souvenir patriotique vivant, d’autant plus que le second évolue vers la droite nationaliste et adhère à la Ligue des Patriotes en 1899. Ces cérémonies plus nombreuses attirent-elles davantage de public ? A priori, elles intéressent surtout un cercle réduit autour des vétérans et de groupements patriotiques voire nationalistes. Les vétérans sont davantage présents alors qu’ils obtiennent, en effet, une reconnaissance tardive par l’obtention de la médaille commémorative de 1870-1871 par la loi de 1911. Cette reconnaissance, arrachée aux parlementaires par la Société mutuelle des vétérans de terre et de mer, la plus puissante alors, révèle une présence renouvelée du souvenir jusque dans les campagnes. Le rôle conjoint de la société des vétérans, depuis 1893, et du Souvenir français a favorisé cette diffusion au-delà des villes, au moment où les anciens soldats commencent à atteindre un âge vénérable leur permettant d’user de loisirs pour revenir sur leurs jeunes années16. Les cérémonies de remise de la médaille commémorative de 1870-1871 illustrent clairement cette évolution. Une étude réalisée (carte 4) à partir des comptes-rendus de la revue Le Vétéran (1911-1914), donne une estimation de l’ampleur de cet investissement mémoriel qui a pu jouer un rôle dans la diffusion de l’esprit de revanche dans les années qui précèdent 1914. La majorité des cérémonies ont lieu en dehors des principaux lieux du champ de bataille jusque dans les chefs lieux de canton. Certaines de ces cérémonies donnent lieu à une affluence importante, comme au Mans où 13 000 personnes assistent à la procession patriotique accompagnant le drapeau du 33e mobiles de la Sarthe le 22 juin 191317. Mais est-ce par communion avec les vétérans et leurs idées patriotiques ou pour assister à un nouvel opus du folklore militaire très présent alors ? Cette cérémonie attire malgré tout un sixième de la population mancelle, moins toutefois que celle de 1885 qui avaient suscité des déplacements au-delà du territoire de la ville.

  • 18 Jean El Gammal, « La guerre de 1870-1871 dans la Mémoire des droites », Jean-François Sirinelli (d (...)

13À l’orée de la Grande Guerre, la mémoire de 1870-1871 est donc encore largement investie, sans qu’elle soit vraisemblablement partagée par l’ensemble de la population. Elle semble utilisée par la droite conservatrice et reste un événement potentiellement représentatif au-delà de ce cercle politique, gagné par le nationalisme fin de siècle, comme l’a montré Jean El Gammal18.

Re-jeu et réactivation d’une mémoire dans les moments de menace

14Si le souvenir de 1870 est diversement investi avant la Grande Guerre, ce qui semble clair, c’est l’usage plus généralisé de la référence à 1870 peu après la déclaration de guerre en août 1914. Toutefois, le nouveau conflit génère rapidement ses propres références et l’action des Poilus va mettre à l’arrière-plan la mémoire des Moblots.

  • 19 Ouest-France, 1er-2 août 1964.
  • 20 La Dépêche du Centre, 17 août 1914.

15Sans nécessairement que l’esprit de revanche ait suscité le conflit directement, il est clair que la référence à « la guerre de 70 » vient justifier la mobilisation. Parmi d’autres documents, le discours prononcé par le colonel Jullien, au Mans le 5 août 1914 devant les réservistes du 117e RI, le montre bien : « L’heure sonne pour la France de prendre sa revanche sur 1870. L’heure sonne de faire payer aux Allemands leurs brutalités à l’égard de nos frères d’Alsace-Lorraine et leur insolence envers les nations19. » Le Courrier de la Mayenne reproduit le texte d’Alphonse Daudet, La dernière classe, dans son édition du 9 août. La référence à la revanche se développe dans la presse notamment après la prise de Mulhouse20, tandis que de nombreux journaux mettent en valeur les éphémérides de 1870 comparées à la situation au même moment de la guerre en 1914 (La Sarthe, Le Patriote de Châteaudun, entre autres). Toutefois, le nombre de publications dans les départements étudiés reste infime sinon nul pendant le conflit, contrairement à ce que Jean-François Lecaillon a pu observer à l’échelle nationale. Est-ce le signe d’une déprise du sentiment patriotique à l’échelle régionale ?

  • 21 Annie Henwood, « L’hommage aux morts de la guerre de 1870 dans le Loiret », Bulletin de la Société (...)

16L’usage du souvenir de la défaite comme justification apparaît également dans la sortie de guerre, alors que l’hécatombe prend sens dans le nouveau mouvement commémoratif alors mis en place et structurant le deuil des familles. Sur ce point, les cartes réalisées pour le Loiret par Annie Hennwood21 sont éclairantes et permettent de constater l’effet de la mobilisation des esprits pour mener à la victoire en 1914-1918 et le sens donné à la mort des combattants, clairement associé à la revanche. Dans ce département, 31 communes décident d’inscrire les noms des défunts de la Grande Guerre sur le monument de la guerre précédente. Les communes qui n’avaient pas encore inscrit dans le marbre l’hommage aux morts de 1870-1871 réalisent en quelque sorte un rattrapage de cette mémoire : dans 82 communes, les noms des morts de 1870-1871 sont ajoutés au nouveau monument érigé pour les poilus de 1914-1918. C’est particulièrement vrai dans l’arrondissement de Montargis. Cette observation ne semble pas se vérifier dans d’autres départements, notamment la Sarthe qui a connu des combats nombreux et compte, avec le Loiret, le plus grand nombre de monuments commémoratifs de 1870-1871. L’ajout du millésime 1870-1871 est rare, tandis qu’aucun monument nouveau n’est érigé pour rappeler spécifiquement le souvenir de la « glorieuse défaite ». Ailleurs, la référence ou les représentations de la revanche sont plus rares encore sur les monuments aux morts de la Grande Guerre : quelques exemples, tel celui de Flers en 1923 où le Poilu invite le Mobile à se relever en lui tendant la palme de la victoire, restent exceptionnels. L’ajout du nom des tués de 1870-1871, plus que la justification de la guerre, montre davantage la diffusion d’un nouveau rituel funéraire permettant la reconnaissance de l’individu, du sacrifice donné à la communauté civique, mais aussi son inscription dans une éternité laïcisée qui est celle de la mémoire civique.

  • 22 Le nouveau directeur général est Xavier de Borssat, engagé volontaire en 1888, ancien combattant d (...)

17La Grande Guerre a mis au second plan la présence des vétérans, même si ceux-ci ont joué un rôle dans la mise en place des rituels commémoratifs pendant le conflit lui-même. Leur présence s’avère secondaire dans les années 1920 et leur discours lors des cérémonies devient alors exceptionnel, plus encore dans la décennie suivante. Quant aux publications, commence plutôt une longue période silencieuse de plusieurs décennies, jusqu’au centenaire, sans aucune édition pour la majorité des années. Cet arrêt d’une transmission mémorielle est marqué à l’échelle nationale par la disparition du journal Le Vétéran en février 1940, alors que la nouvelle direction de l’organe de la Société des vétérans des armées de terre et de mer n’a plus à sa tête de vétéran depuis la mort de Jules Sansboeuf en 193822. La société disparaît complètement en 1953.

  • 23 Sondages effectués dans La Sarthe, La Nouvelle République du Centre.
  • 24 Selon Horace Hennion, conservateur du musée des Beaux-Arts. Tours capitale et la guerre de 1870-18 (...)

18La Seconde Guerre mondiale est l’occasion d’un nouveau réinvestissement de la mémoire de 1870-1871, notamment dans la presse23, mais d’une façon secondaire, la comparaison s’effectuant cette fois entre les faits militaires de la « drôle de guerre » puis de l’invasion avec l’expérience encore vive de 1914. À Tours, la mobilisation des esprits passe par le rappel du passage de Gambetta. Se cristallise alors l’image, courante jusqu’à nos jours (et jusque dans une scène de l’Historial de Touraine, musée de cire ouvert en 1984), de « Tours capitale en 1870 ». Une exposition rétrospective est ainsi organisée « imposée par les circonstances de la guerre actuelle24 » pour mai 1940, intitulée justement « Tours capitale et la guerre de 1870-1871 en Touraine », au musée des Beaux-Arts, pendant la Grande Semaine de Tours : des portraits, documents, armes, rappellent ainsi sur un mode culturel plus que politique cette expérience passée.

  • 25 Le site Internet évoquant l’histoire de ces résistants [chanzy.org] comprend une biographie du gén (...)
  • 26 Voir Michel Germain, Glières, La Fontaine de Siloë, 1er mai 2008, p. 138 et p. 348.

19La figure et le nom de Chanzy, déjà utilisés pendant la Grande Guerre comme l’attestent quelques cartes postales du Loiret le faisant figurer au côté de Jeanne d’Arc, est reprise par un groupe de résistants communistes de la zone Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Cher et Nièvre, le Groupe FTPF Chanzy, fondé le 3 décembre 1942, dont 17 membres sont fusillés aux Groues le 8 octobre 194325. Le nom du général reste évocateur pour quelques jeunes hommes qui ont pu côtoyer les derniers vétérans, tel Marcel Contassot, du maquis des Glières : ancien sergent pendant la guerre, hospitalisé, libéré de l’hôpital par le corps franc départemental le 3 juin 1944, son nom de résistant était justement Chanzy26. Ces occurrences demeurent toutefois très localisées.

La patrimonialisation du souvenir

  • 27 Le Patriote de Châteaudun, 23 octobre 1910.

20La mémoire vive se transforme donc progressivement en souvenir. L’évocation de l’événement ravivant une émotion personnelle se mue en une référence culturelle moins viscérale. Les derniers vétérans disparaissent au milieu des années 1950 : dès lors, le souvenir de la défaite de 1870 rejoint les livres d’histoire tandis que la mémoire des Mobiles anime encore l’affection de leurs descendants, leurs enfants et surtout petits-enfants. Au fil du temps se précise un nouveau rapport au passé, l’entrée de l’événement dans une dimension progressivement désaffectée. Les premiers indices de cette distanciation sont apparus dès l’exposition de Tours de 1940 avec la présentation muséale d’objets du conflit, alors que contrairement à 14-18, rares sont les municipalités qui avaient permis la création d’un mémorial-musée sur la période, en dehors de Loigny en 1907 et d’une salle du musée de Châteaudun en 191027. Selon quelles modalités après les années 1950 s’effectue cette souvenance ?

Le centenaire d’une guerre : la défaite mise en abîme

  • 28 C’est le cas d’Hippolyte Bizouarne, cité plus haut, par décret du 11 janvier 1950.
  • 29 Jean-Marc Largeaud, Waterloo dans la mémoire des Français (1815-1914), thèse de doctorat, universi (...)
  • 30 Sudhir Hazareesingh, « Une déférence d’État. », Genèses 2/2004, n  55, p. 27-40.

21Les derniers vétérans, sans être l’objet d’un culte particulier, sans devenir des icônes tels que le seront plus tard les derniers Poilus de la Grande Guerre, ont continué jusqu’à leur disparition à recevoir l’hommage des autorités et des citoyens. À partir de la fin des années 1930, la médaille militaire, l’une des plus importantes décorations militaires remise à de simples soldats et sous-officiers, leur est accordée. Sans doute ces hommes, devenus centenaires, sont-ils considérés avec la bienveillance et l’affection devenue courante depuis le début du siècle envers les vieillards d’âge canonique. Des cérémonies de remise de la médaille militaire sont encore attestées dans les années 195028, la figure du vétéran restant attachée au mythe de la « glorieuse défaite », souvenir écran d’une autre défaite, celle de 1940. Ce mythe s’inscrit d’ailleurs dans un discours ancien, précédant la défaite de 1870. On peut le faire remonter aux années 1829-1830, comme l’a montré Jean-Marc Largeaud, lorsque la bourgeoisie libérale s’empare de Waterloo pour en faire un jalon dans la lutte pour la liberté29. De même, le regard porté sur le vétéran de la guerre de 1870-1871 incarnant en quelque sorte cette image et véhiculant souvent ce discours lors des cérémonies, est certes portée par le nouveau régime républicain, mais s’inscrit dans la continuité d’une mise en valeur des vétérans des guerres napoléoniennes dans les années 1860. Ces hommes illustraient alors l’image d’un citoyen modèle dans le nouveau rapport à la nation qui se diffuse à l’époque30, insistant sur le lien indissoluble entre république et défense de la patrie, entre le citoyen et la défense du territoire. Or, ce lien paraît s’effacer progressivement suite aux deux guerres mondiales.

  • 31 Ont été consultés pour la période juillet 1970 à février 1971 les titres suivants : Ouest-France ( (...)

22Le centenaire de 1970-1971 mêle ainsi trois évolutions : la patrimonialisation du souvenir, le passage progressif d’une culture guerrière encore bien présente vers une culture pacifiste de plus en plus répandue après la fin des guerres coloniales, et enfin l’évocation d’une défaite qui en cache une autre. Le centenaire revêt dans la plupart des départements une importance non négligeable avec une couverture médiatique inédite depuis 1910-191331. Cette commémoration s’avère davantage départementale, régionale que nationale, aucune cérémonie d’envergure n’étant organisée par l’État en dehors de la commémoration de la proclamation de la République le 4 septembre, la guerre de 1870 étant toujours présentée en toile de fond comme l’erreur du régime napoléonien. La presse nationale ne relaie ces manifestations que de façon anecdotique et seule la cérémonie de Châteaudun, dans l’espace étudié, mettant en valeur les victimes de la guerre, voit la venue dans la région d’un ministre d’État, Michel Debré, alors chargé de la Défense nationale. Il est d’ailleurs intéressant de constater que ce membre du gouvernement ne se rend pas sur les lieux de combat mais dans une ville dont la population a été victime de la guerre. L’ancrage pacifique de la République s’affirme ainsi, tandis que l’hommage rendu aux victimes civiles, là encore, renvoie peut-être indirectement à d’autres victimes civiles, celles de la guerre précédente. D’autres éléments laissent penser que ce centenaire met en abîme la défaite de 1940. Par rapport au cinquantenaire de 1914, dont la commémoration fut traitée au niveau départemental de façon secondaire en 1964 comparée à celle de la Libération, il semble que le déploiement médiatique soit plus important. L’emprise gaulliste sur la lecture de cette histoire militaire reste essentielle.

Carte 5. – Cérémonies commémoratives du centenaire (1970-1971).

23Clairement se croise encore la culture guerrière issue du XIXe siècle et de la guerre de 1870, cristallisée en culture de guerre en 1914-1918 et de nouveau en 1939-1940, et la culture pacifiste diffusée par les anciens combattants de 1914-1918. Si la référence au sacrifice est présente, le rappel de la réconciliation autour de l’idée européenne se trouve affirmée. L’éditorial de G. Brillant dans La République du Centre (éd. Loiret) du 15 octobre 1970, annonçant le « 100e anniversaire des héroïques combats de Châteaudun », illustre bien cette ambivalence :

« Que l’on se s’y trompe pas en effet, il s’agit d’abord et avant tout d’honorer les morts pour la Patrie, la grande, mais aussi la petite, Châteaudun, pour la défense desquelles la population dunoise, les militaires, les francs-tireurs ancêtres de nos résistants de la dernière guerre, les sapeurs-pompiers dunois, ont associé leurs efforts et ont réalisé l’union sacrée face à l’envahisseur. C’est cela le 18 octobre : non pas la glorification de la guerre, mais l’hommage dû au courage du peuple, qui écoutait plus son cœur qu’il ne suivait les directives des états-majors et des politiciens. C’est pourquoi tout Dunois, tout Français, se doit de participer à cette journée, symbole du courage, mais aussi symbole d’espérance. Espérance car un combat n’est jamais vain, un sacrifice n’est jamais sans lendemain. La présence des délégations des villes jumelles aux cérémonies en est la preuve. Nous ne voulons plus croire aux ennemis “héréditaires”, nous ne voulons plus des guerres fratricides. Tel est le message du 18 octobre 1870 et il faut qu’il soit entendu. »

  • 32 La République du Centre (éd. Loiret), 9 novembre 1970.
  • 33 La République du Centre (éd. Eure-et-Loir), 19 novembre 1970.

24La cérémonie religieuse à Coulmiers est concélébrée par Mgr Riobé, évêque d’Orléans et Mgr Zeil, du diocèse de Fribourg, aumônier général de la 5e région militaire de Stuttgart32. À Torçay, c’est la mémoire d’un soldat allemand de 17 ans, Henri von Bülow, fils du compositeur Hans von Bülow, qui est honorée par l’inauguration d’une plaque, la dévotion de sa mère venue acheter le terrain et s’y recueillir étant encore présente dans le souvenir des habitants33.

25Sur l’ensemble des départements traversés par l’armée de la Loire, les mêmes territoires qu’en 1910 mettent en valeur le souvenir de 1870-1871 (carte 5) : l’Eure-et-Loir, le Loiret, la Sarthe, puis de façon secondaire le Loir-et-Cher, la Mayenne et enfin des évocations plus ténues ont lieu en Indre-et-Loire et dans l’Orne. Un siècle plus tard, la trace d’une violence vécue collectivement explique cette gradation de l’ampleur commémorative.

La patrimonialisation du souvenir

  • 34 La République du Centre (éd. Eure-et-Loir), 27 septembre 1970.
  • 35 La République du Centre (éd. Loiret), 16 décembre 1970. Une partie de la fresque réalisée est repro (...)
  • 36 Hubert Néant (dir.), La Ferté-Bernard pendant la guerre de 1870-71, lycée Robert Garnier, La Ferté (...)
  • 37 La République du Centre (éd. Loiret), 5-6 septembre 1970.

26Le centenaire donne lieu à l’apparition de formes nouvelles au-delà des rites républicains commémoratifs. De nouveaux modes d’expression apparaissent : des expositions de documents et d’objets dans des sites emblématiques ou dans les chefs-lieux départementaux à Châteaudun, Beaune-la-Rolande, Coulmiers, Yvré-l’Évêque, Laval ou Alençon (carte 5). La curiosité se mêle sans doute au sentiment dans la visite de telles expositions, sans que les objets aient tous une résonance affective chez les visiteurs. Dans certains cas, des formes nouvelles de mise en valeur apparaissent : une maquette de la bataille de Loigny et un diaporama sont présentés au public à Châteaudun34. Se met en place alors une communication spécifique croisant éducation, tourisme, collection, mémoire, et histoire. Ainsi, sur un mode plus ludique, sont organisées des expositions de timbres à Vendôme et Beaune-la-Rolande. Nombreuses sont les conférences d’historiens locaux tandis que les publications se multiplient à l’occasion du centenaire avec une trentaine de titres parus entre 1967 et 1974, qui rompent ainsi avec l’indifférence éditoriale existant depuis 1915. Les premiers projets pédagogiques apparaissent : M. Beauvallet, le directeur de l’école communale de Cercottes (Loiret) réalise une exposition de dessins d’élèves qui se sont inspirés des images d’Épinal35, tandis qu’Hubert Néant, professeur d’histoire-géographie du lycée Robert Garnier de La Ferté-Bernard fait travailler ses élèves sur le conflit36. La guerre de 1870-1871 entre par ces différentes formes d’intérêt dans l’histoire, comme l’atteste également le colloque universitaire organisé par la faculté des lettres d’Orléans sur l’esprit républicain, au croisement de l’histoire et de la littérature37. L’histoire politique en plein renouvellement devance ici une histoire militaire dont les universitaires ne se sont pas encore complètement emparés.

  • 38 À des fins culturelles, mémorielles et éducatives en 1970-1971 et non pas pour donner sens au comb (...)
  • 39 Ouest-France, 7 janvier 1971.

27Sur le fond, dans les innombrables articles publiés par la presse départementale, le récit historique s’appesantit de plus en plus sur l’anecdote, le récit de vie, plus que sur la grande histoire et annonce une nouvelle configuration du récit historique, vécu moins à travers le roman national que par l’expérience des individus. La presse joue un rôle essentiel dans le calendrier commémoratif, en égrainant, comme en 1914, pour d’autres raisons38, le fil des événements de septembre 1870 à janvier 1871, à travers des rubriques spécifiques de La République du Centre : « La guerre d’il y a cent ans » dans l’édition de l’Eure-et-Loir, « Actualités centenaire » dans l’édition du Loiret. Elle met ainsi en valeur des figures emblématiques d’artistes mi-guerrières mi-pacifiques, notamment dans les trois départements les plus investis dans la commémoration et jadis les plus touchés par le conflit : le poète Charles Pitou en Eure-et-Loir, le peintre Frédéric Bazire dans le Loiret et le peintre Lionel Royer dans la Sarthe. Sont également publiés des récits de témoins, notamment de civils. La guerre racontée devient aussi celle des civils. Les derniers témoins vivants sont sollicités, quand bien même leur souvenir reste anecdotique, tel l’exemple de cette centenaire sarthoise se rappelant qu’un soldat allemand l’avait fait sauter sur ses genoux39.

Un effacement total ?

28Le centenaire a-t-il constitué la dernière chaleur d’une mémoire refroidie ? Sans doute la guerre de 1870-1871 quitte-t-elle définitivement la mémoire collective. Pour preuve : aucune des expositions réalisées n’a donné lieu à la création d’un musée. Les objets du combat local, parfois prêtés par les familles, ont ainsi été réunis une dernière fois avant d’être dispersés vers le public spécifique des collectionneurs. Pour autant, une trace ténue demeure et reste aujourd’hui avivée dans certains cercles restreints : collectionneurs, passionnés d’histoire, et amateurs, difficiles à quantifier.

  • 40 Sources réunies par le site [Loire1870.fr]. Merci à Michel Prati, auteur de ce site de m’avoir per (...)

29Le rituel républicain demeure près du cent-cinquantenaire, mais donne lieu à des cérémonies formelles sans affluence populaire. Toutefois, l’expression d’une souvenance ou de l’intérêt pour ce passé a poursuivi son déplacement vers d’autres moments et d’autres lieux. Les monuments ne sont pas abandonnés et donnent lieu encore à des demandes de rénovation de la part des municipalités. Parmi quelques autres, le monument d’Ormes (Loiret) est restauré en 2004-2005, celui de Sougy (Loiret), rénové est ainsi ré-inauguré le 24 avril 2010. Si la carte des cérémonies du cent quarantenaire voit se réduire encore le nombre de lieux investis aux seules cérémonies organisées depuis le conflit (carte 6), l’extension des relevés aux années 2000-2013 montre la multiplication des expositions, conférences, spectacles sur un espace plus important40. Même constat pour les publications qui augmentent à nouveau depuis une vingtaine d’années (près de 80 entre 1992 et 2012). Sans doute le regain d’intérêt que suscite le centenaire de la Grande Guerre réactive en partie la mémoire de la guerre de 1870-1871.

Carte 6. – Cérémonies commémoratives et manifestations culturelles (2000-2013).

30Deux dernières évolutions apparaissent au début du XXIe siècle. Il s’agit de la mise en spectacle du passé, avec la reconstitution historique d’éléments militaires de la guerre de 1870-1871 lors de présentations effectuées par des associations de reconstitution telle UNIFEUROP 19, société d’études des uniformes militaires européens du XIXe siècle, créée dans le Val d’Oise en 1989, qui a présenté les uniformes des Moblots de 70 à plusieurs reprises : à Gidy (Loiret) en juin 2006, à Sully-sur-Loire (Loiret) en mai 2008, mai 2009. Ainsi, l’image de ces combattants est-elle de nouveau visible pour les amateurs d’histoire et les curieux. Signalons enfin une nouvelle mise en valeur de sources et une actualisation du souvenir de 1870-1871 sur un mode à la fois patrimonial et mémoriel avec la création de sites internet : le site Loire 1870 créé en 1999 par Michel Prati comprend ainsi un historique précis des opérations de l’armée de la Loire, un inventaire des monuments et recense les cérémonies, publications, manifestations culturelles sur ce sujet, suscitant ainsi au moins 30 000 connexions/an. Alors que la patrimonialisation s’institutionnalise, plusieurs collectivités territoriales ont inscrit des références aux événements de 1870 sur leur site internet, faisant appel à des historiens spécialisés sur le sujet, tel Jean-Marie Flonneau dans le Loiret (site internet du conseil général du Loiret, de la mairie de Coulmiers, etc.). Des établissements scolaires publient également leurs travaux pédagogiques sur ce conflit, comme le collège de Lucé (Eure-et-Loir). Effet étonnant de l’ère numérique, des revues disparues trouvent une seconde vie comme l’atteste la résurrection de la Société des vétérans des armées de terre et de mer refondée sur Internet en 2001.

*

31Finalement, sur le temps long se maintiennent certains sites qui ont vu sans discontinuité majeure un investissement rituel : ce sont souvent des lieux de combats où les affrontements ont donné lieu à des pertes humaines significatives, investis dès l’après-guerre pour illustrer des points de choc de la « glorieuse défaite ». La mémoire reste avivée dans les départements qui ont subi les violences les plus durables (plusieurs mois dans l’Eure-et-Loir et le Loiret) ou les plus violents (la bataille du Mans par exemple). En cela, les traces du trauma ont pu être transmises aux témoins de ces cérémonies au moins jusqu’au centenaire. En revanche, la trace est ténue dans les départements qui ont simplement vu le passage des troupes, voire ont contribué à la défense du pays, mais sans pertes matérielles ou humaines notoires (Indre-et-Loire). Au début du XXIe siècle, les municipalités, les institutions militaires et le Souvenir français maintiennent l’existence des rites dans ces lieux et les constituent ainsi en buttes-témoins de la mémoire. Les sites secondaires ont vu disparaître ces rites, remplacés toutefois plus ponctuellement par des manifestations culturelles produites par de nouveaux vecteurs mémoriels, moins attachés aux valeurs que représente le sacrifice de ces hommes qu’à l’intérêt historique, sinon touristique de ces combats. L’ancrage régional, et même départemental de cette mémoire, demeure. Le 150e anniversaire de la guerre de 1870-1871 permettra de saisir ce qui demeure du souvenir d’un conflit maintenant éloigné, dont le sens est dissous pour la majorité des Français, mais qui sans être porteur de valeurs, suscite encore l’intérêt des curieux, des passionnés d’histoire et, avec une résonance évanescente, reste lié aux souvenirs douloureux transmis dans les familles depuis les deux guerres mondiales.

Notes

1 Dans la Sarthe par exemple, la façade d’une maison de Thorigné-sur-Dué a été refaite à neuf à la fin du XXe siècle, de même que celle qui portait à Yvré-l’Évêque le dernier impact d’un boulet. Le monument des mobiles de la Sarthe, déplacé en 2010, a perdu son socle pour devenir une borne secondaire au bord d’une route menant vers Changé.

2 Site : [derniersveterans.free.fr/1870.html]. Il figure parmi les demandeurs de la carte du combattant. Archives départementales (AD) du Loir-et-Cher, 1 MV4.

3 Émile de Marcère (1828-1918), né à Domfront (Orne), ministre de l’Intérieur en 1877 et 1881, dernier sénateur inamovible de 1883 à 1918, maire de Messei (Orne).

4 Merci à Sébastien Angonnet, technicien de recherche, cartographe, Espaces et sociétés (Université du Maine) qui a réalisé les cartes de cet article. Je remercie les délégués départementaux du Souvenir français qui ont complété mes recherches.

5 Relevé réalisé sur les sites mappy. fr et viamichelin. fr pour les noms suivants : La Motte Rouge, d’Aurelles de Paladines, Chanzy, Gougeard, Jauréguiberry, Guépratte, Clinchant, de Sonis, Loigny, Coulmiers, Beaune-la-Rolande, Auvours. Patay n’est pas pris en compte en raison d’une confusion possible avec la bataille éponyme de 1429. Des rues portant les noms des régiments n’ont pas été retenues, faute d’une fiabilité de leur signification. Au total, au moins 81 communes pour 89 toponymes ont rendu hommage à l’armée de la Loire.

6 Alfred Chanzy (1823-1883). Engagé à 16 ans dans la marine, puis Saint-Cyrien, il participe à la conquête de l’Algérie entre 1843 et 1869, où il effectue une grande partie de sa carrière. De 1861 à 1864, il fait partie du corps d’occupation de Rome. N’obtenant pas de commandement au début de la guerre de 1870, il n’est nommé général de division qu’en octobre 1870 sur recommandation du maréchal Mac-Mahon. Alors prisonnier, Gambetta le choisit pour diriger le 16e corps dans l’armée de la Loire dont il devient le commandant en chef le 6 décembre suivant. Républicain, il est élu député des Ardennes en février 1871. Gouverneur général de l’Algérie en juin 1873, il est élu sénateur en 1875 et termine sa carrière comme ambassadeur de Russie de 1876 à 1879 et siège au conseil supérieur de Guerre en 1882.

7 L’Illustration, 19 février 1910 et Le Petit Journal, 27 février 1910.

8 Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éd. de la MSH, 1997.

9 Jean-François Lecaillon, Le souvenir de 1870, histoire d’une mémoire, Paris, Giovanengeli, 2011.

10 Inventaires des bibliothèques des Archives départementales du Loiret, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Mayenne, Sarthe, Orne.

11 Les cérémonies ont été relevées pour les années 1909-1910 et 1913-1914 dans les journaux suivants : Le Courrier de la Mayenne, La Sarthe, Le Journal d’Alençon, Le Perche, Le Journal de Chartres, Le Patriote de Châteaudun, La Dépêche du Centre et de l’Ouest, Le Journal du Loiret, Le Républicain orléanais, Le Vétéran.

12 Le Temps, 15 août 1885, L’Union de la Sarthe 20 août 1885.

13 Chiffre établi pour l’Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Sarthe, Mayenne. Avec les relevés réalisés par le site Loire1870, le chiffre atteint au moins 485 lieux.

14 Le Matin, 26 août 1908, page 2, col. 5. Il s’agit notamment des opérations opposant deux armées.

15 Né en 1856, mort en 1927. Docteur en droit, historien manceau, membre de la Société historique et archéologique du Maine dès sa création en 1875, il en est trésorier en 1883, vice-président en 1887, puis le président de 1899 à 1927. Catholique fervent, patriote absolu sans être nationaliste, il contribue grandement à développer les rites commémoratifs de la guerre de 1870-1871 dans la Sarthe, l’Orne de 1895 à 1920. Voir « Robert Triger et le souvenir de la guerre franco-allemande de 1870-1871. L’ébauche hésitante d’une mémoire transnationale », Revue historique et archéologique du Maine, 3e série, t. XX, 2000, p. 10-44.

16 Bénédicte Grailles, « Gloria Victis : Vétérans de la guerre de 1870-1871 et reconnaissance nationale », Revue d’histoire du XIXe siècle [en ligne], 30 | 2005, mis en ligne le 21 décembre 2005, consulté le 9 juillet 2014. URL : [http://rh19.revues.org/997].

17 Le Nouvelliste de la Sarthe, 22-23 juin 1913.

18 Jean El Gammal, « La guerre de 1870-1871 dans la Mémoire des droites », Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992, t. II, p. 471-504.

19 Ouest-France, 1er-2 août 1964.

20 La Dépêche du Centre, 17 août 1914.

21 Annie Henwood, « L’hommage aux morts de la guerre de 1870 dans le Loiret », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, no 163, 1er trimestre 2010, p. 103-130.

22 Le nouveau directeur général est Xavier de Borssat, engagé volontaire en 1888, ancien combattant de 14-18. Le Vétéran, 44e année, no 4, juillet-août 1938.

23 Sondages effectués dans La Sarthe, La Nouvelle République du Centre.

24 Selon Horace Hennion, conservateur du musée des Beaux-Arts. Tours capitale et la guerre de 1870-1871 en Touraine, Tours, impr. Arrault, 1940.

25 Le site Internet évoquant l’histoire de ces résistants [chanzy.org] comprend une biographie du général de 1871. Cf. Noëlline Castagnez, « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans la vie politique orléanaise après la Libération », infra, p. 269-286.

26 Voir Michel Germain, Glières, La Fontaine de Siloë, 1er mai 2008, p. 138 et p. 348.

27 Le Patriote de Châteaudun, 23 octobre 1910.

28 C’est le cas d’Hippolyte Bizouarne, cité plus haut, par décret du 11 janvier 1950.

29 Jean-Marc Largeaud, Waterloo dans la mémoire des Français (1815-1914), thèse de doctorat, université Lyon 2, 2000, 3 vol., dir. : Claude-Isabelle Brelot. Cette thèse est résumée dans l’article suivant : « Mémoire et identités : Waterloo et la genèse de la « défaite glorieuse » », in N. Petiteau (dir.), Territoires, pouvoirs et identités : voies de renouvellement de l’histoire de l’Empire, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003.

30 Sudhir Hazareesingh, « Une déférence d’État. », Genèses 2/2004, n  55, p. 27-40.

31 Ont été consultés pour la période juillet 1970 à février 1971 les titres suivants : Ouest-France (éditions de Mayenne, Sarthe, Orne), Le Maine Libre, La Nouvelle République (éditions Blois, Tours), La République du Centre (éditions Chartres, Orléans).

32 La République du Centre (éd. Loiret), 9 novembre 1970.

33 La République du Centre (éd. Eure-et-Loir), 19 novembre 1970.

34 La République du Centre (éd. Eure-et-Loir), 27 septembre 1970.

35 La République du Centre (éd. Loiret), 16 décembre 1970. Une partie de la fresque réalisée est reproduite dans le journal.

36 Hubert Néant (dir.), La Ferté-Bernard pendant la guerre de 1870-71, lycée Robert Garnier, La Ferté-Bernard, 1971, 65 p.

37 La République du Centre (éd. Loiret), 5-6 septembre 1970.

38 À des fins culturelles, mémorielles et éducatives en 1970-1971 et non pas pour donner sens au combat contre l’Allemagne comme ce fut le cas au moment de l’invasion en 1914.

39 Ouest-France, 7 janvier 1971.

40 Sources réunies par le site [Loire1870.fr]. Merci à Michel Prati, auteur de ce site de m’avoir permis d’utiliser les données qu’il a mises en ligne.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – L’itinéraire de la 1re et de la 2e armée de la Loire pendant la guerre de 1870-1871.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Carte 2. – Sépultures militaires d’après l’inventaire de Marcère (1878).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Carte 3. – Toponymes actuels liés à l’armée de la Loire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Graphique 1. – Les publications sur l’armée de la Loire et l’expérience locale de la guerre de 1870-1871.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Carte 4. – Cérémonies commémoratives et fêtes des vétérans (1910-1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Carte 5. – Cérémonies commémoratives du centenaire (1970-1971).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Carte 6. – Cérémonies commémoratives et manifestations culturelles (2000-2013).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/94911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine, université du Maine – CERHIO

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540