Version classiqueVersion mobile

Mémoires des guerres

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Pierre Allorant

Deuxième partie. Quels lieux de mémoire en région Centre-Val de Loire ?

Introduction

Texte intégral

1Comment et pourquoi, au fil des temps, les habitants d’un territoire régional identifient-ils et valorisent-ils des « lieux de mémoires » et comment et pourquoi en effacent-ils ou en occultent-ils d’autres ?

2Les traces de l’Armée de la Loire de 1870-1871, estompées par le double écran de la Grande Guerre puis de l’Occupation, traduisent l’impuissance des vétérans à vaincre l’oubli. Pourquoi cet événement, si marquant dans la géographie des départements ligériens, n’a-t-il pas réussi à survivre à l’empilement des strates mémorielles ? L’histoire de la mémoire de la guerre franco-prussienne semble être celle d’un effacement, du déni de la défaite à la méconnaissance, dans un espace régional où elle constitua pourtant un épisode historique et militaire saillant. De sorte que la mise en spectacle contemporaine par les reconstitutions historiques et la valorisation de ses sources à l’ère numérique apparaissent comme la résurgence d’une mémoire enfouie. Sur les lieux des combats les plus durables ou les plus violents, le Souvenir français et les autorités locales contribuent à entretenir des rites mémoriels inscrits dans un tourisme régional stimulé par l’approche du 150e anniversaire du conflit, lié au cycle contemporain des guerres franco-allemandes, au souvenir familial encore vif.

3L’analyse des monuments aux morts, présents dans chaque village français, a donné lieu à de nombreuses monographies depuis quarante ans, le plus souvent sur la guerre de 14-18, plus rarement, sur la longue durée, de plusieurs conflits sur un même espace local. Permanence du lieu d’emplacement ou mutations de leur forme symbolique d’une guerre à l’autre, les processus mémoriels en jeu dans l’érection des monuments aux morts ou des plaques commémoratives des communes du Loiret révèlent à la fois les ressorts du souvenir collectif des morts et son érosion.

4Les « carrés militaires » dans des cimetières compartimentés, peu étudiés jusque-là, constituent une autre étape décisive de la prise en charge collective des morts. Au moment charnière où la mort de masse des guerres de l’âge industriel s’accompagne du renforcement du sentiment national, les rites funéraires honorant ceux qui se sacrifient pour la survie de la nation apparaissent comme une exigence démocratique et républicaine. Depuis la Grande Guerre, le « carré militaire » assure une sépulture digne, individualisée et identifiable aux soldats morts au combat pour la patrie.

5Tout autre est le cas de la mémoire de l’internement des Tsiganes, marquée par soixante années non pas d’oubli, mais d’ignorance de la part de la Justice et de l’opinion publique et de silence volontaire de la part des victimes. Ce silence s’explique par la culture tsigane et la place singulière qu’elle accorde aux morts, aux rites funéraires, et à leur mémoire, laquelle a compliqué la transmission. Les travaux scientifiques récents de la persécution des Tsiganes ne suffisent pas à exhumer cette mémoire trop longtemps occultée. Une simple stèle commémorative – et tardive – est érigée dans l’enceinte du collège sur l’emplacement du camp de Jargeau. Cependant, l’appropriation de sa mémoire traumatique se fait en sourdine au sein de la communauté tsigane pour assurer sa survie.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search