Version classiqueVersion mobile

L'autoportrait en cinéma

 | 
Marie-Françoise Grange

Chapitre XVII. La disparition

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nick’s Movie (Nicholas Ray, Wim Wenders, 1980)1. L’homme est assis sur un fauteuil, de ceux qui peuvent se trouver dans les chambres d’hôpital. Il est face à la caméra en plan rapproché à hauteur de poitrine. Le plan est sombre avec une majorité de gris. L’homme articule des mots, des bribes décousues de phrases dont on sent bien qu’ils n’ont plus d’importance. Il s’adresse à un autre, hors champ, que l’on n’entend pas très nettement. L’échange est sibyllin et l’homme devant la caméra n’a rien à faire, plus rien à dire. Alors il chantonne, il tente d’occuper le plan qui le fixe sans décrocher de son regard. Il chantonne, il occupe l’image, son espace mais surtout son temps. L’homme, on le voit bien, est mal, il remue la tête, a du mal à respirer. En grand malade, il cherche à tromper les douleurs des derniers instants. Il remue la tête avec nervosité. Dans ce mouvement de dodelinement se concentrent agacement et extrême fatigue. Les quelques mots prononcés, à la limite de sons non a...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search