Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vénéneuses

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria

Troisième partie. Enjeux et controverses

La vitrioleuse, l’antithèse de l’empoisonneuse ? (1870-1930)

Karine Salomé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1914, Raymond Hesse, avocat à la cour, écrit dans La Revue judiciaire que le vitriolage « rentre comme l’empoisonnement dans les spécialisations de la femme criminelle1 ». Ses propos renvoient à l’existence de deux figures criminelles dans les premières années du XXe siècle : l’empoisonneuse que la criminologie et la médecine légale érigent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, au rang de « figure archétypale de la femme criminelle2 » et la vitrioleuse dont la figure émerge après 1870 et se déploie dans les années 18803.

Le vitriol, qui désigne dans le langage courant l’acide sulfurique, peut être utilisé comme poison, mais il s’emploie aussi par projection, sur le corps et principalement sur le visage. Le premier vitriolage4 daterait de 1639 et concernerait la duchesse de Chaulnes5. Son usage est ensuite attesté en Écosse au début du XIXe siècle lors de manifestations ouvrières6. Pour autant, le vitriol semble devenir, dans la seconde moitié du XIXe siècle et les premières déce...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540