Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vénéneuses

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria

Troisième partie. Enjeux et controverses

Introduction

Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Femme dangereuse, mauvaise mère, épouse perfide, le poison est l’arme sourde du féminin. Venin, potion, serpent, vitriol, champignons, alcool... quelles que soient les matières utilisées, elles appartiennent à la sphère domestique. Elles sont dissimulées dans la nourriture, préparées par la maîtresse de maison, cuisinière et infirmière, qui sait les plantes et les produits du quotidien. Le poison est un moyen ordinaire et banal de se débarrasser d’un mari gênant, d’un père abusif, d’un amant pressant. Censé appartenir à la sphère féminine, il révèle supposément des intentions, des desseins. Le produit comme son admission correspond à la « nature » de celle qui l’administre et des stéréotypes qu’on lui prête. Le poison, dès lors qu’il est manipulé par une femme, est bien le signe de la malignité, de la dissimulation, de la méchanceté.

Sans doute les figures antiques de Médée et de Cléopâtre marquent-elles durablement l’imaginaire de l’histoire de l’empoisonnement au féminin. Bernard L...

Auteurs

Université de Poitiers.
Université de Poitiers.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540