Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vénéneuses

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria

Deuxième partie. Célèbres et ordinaires

L’empoisonneuse empoisonnée : l’impératrice et le poison1

Éric Limousin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La plupart des gens soupçonnent que du poison lui fut versé au gynécée », c’est par cette phrase de Léon le Diacre que les historiens de la fin du XIXe siècle expliquent la mort de l’empereur Romain II en 9692. Malgré la rareté des mentions d’empoisonnement dans les chroniques byzantines, l’historiographie a tôt fait de créer des lieux communs commodes sur tel ou tel personnage qu’ensuite les sources postérieures et les études répètent à l’envi3. Dans le cas bien particulier de l’empoisonnement, crime spécial s’il en est, il est également attendu que ce soit une femme qui utilise cette arme4. Dans la construction du topos historiographique, le choix de la femme en général et de l’impératrice en particulier marque l’aboutissement d’un processus d’écriture de l’histoire où se mêlent tradition issue des sources et atmosphère littéraire. En effet, l’histoire de Byzance souffre et profite à la fois d’une imagerie créée par une littérature populaire. Il est intéressant d’étudier comment...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540