Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vénéneuses

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria

Deuxième partie. Célèbres et ordinaires

Les filles de Médée. Figures de reines vénéneuses dans l’historiographie gréco-latine

Adeline Grand-Clément et Sarah Rey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Adeline Grand-Clément Sarah Rey Le poison a-t-il été, au cours de l’histoire, un moyen d’action typiquement féminin car il permet, à la différence du poignard et autres armes « conventionnelles » utilisées par les hommes, d’agir dans l’ombre ? C’est ce que suggère un ouvrage récent consacré aux figures d’empoisonneuses, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours : « Le poison, par sa discrétion, sa facilité d’exécution, son efficacité pour qui sait l’employer, sa façon de faire planer le doute malgré de forts soupçons de crime, en fait l’arme favorite des femmes plutôt que des hommes1. » Le constat émis par l’auteur possède un caractère généralisant. Il semble faire écho aux propos tenus par Médée, dans la tragédie éponyme d’Euripide représentée à Athènes en 431 av. J.-C. Au moment de décider de la façon dont elle va se venger de Jason, l’héroïne hésite, puis choisit finalement la solution qu’elle estime la plus efficace et simple : « le mieux est de suivre la voie directe, celle où nous ...

Auteurs

Université Toulouse Jean Jaurès.
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540