Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Cinquième partie. Cultures européennes de la traduction

Théories raciales et reconfiguration des savoirs disciplinaires dans l’Allemagne nazie (1933-1945) : le cas emblématique de la médecine

Liliane Crips

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après la Première Guerre mondiale, deux courants des sciences biomédicales se fondant sur des paradigmes eugénistes, connaissent, en Allemagne, un développement rapide : l’« hygiène sociale » et l’« hygiène raciale ». Comme en Suisse, en Suède, en Grande-Bretagne, au Brésil, ou aux États-Unis, par exemple, l’eugénisme y imprègne fortement le discours scientifique et politique. Il postule qu’une connaissance scientifique des lois de l’hérédité permet d’améliorer la race humaine, et cela par une double voie : en éliminant les « variantes négatives » tout en favorisant les « variantes positives ». Mais alors qu’avec Karl Kautsky, Alfred Grotjahn, titulaire de la chaire d’hygiène sociale à Berlin jusqu’en 1933, ou Magnus Hirschfeld, fondateur du célèbre Institut de sexologie à Berlin (1919-1933), la social-démocratie et, dans une certaine mesure, le Parti du Centre (Arthur Ostermann et le jésuite Hermann Muckermann) considèrent qu’il faut améliorer les conditions de vie et de travail, a...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540