Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Cinquième partie. Cultures européennes de la traduction

Quelques propos sur l’enquête d’Adam Smith

Jean-Michel Servet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a bien longtemps, les savoirs se sont détachés des mythes. La première rupture en ce domaine a été, en Grèce antique, celle de l’histoire comme enquête selon le titre même de l’œuvre d’Hérodote, Historíai. Cette première enquête connue, rédigée au Ve siècle avant notre ère, s’est opposée aux discours mythiques, comme ceux de l’aède Homère. Elle débute ainsi : « Hérodote d’Halicarnasse présente ici les résultats de son Enquête [Historíai] afin que le temps n’abolisse pas le souvenir des actions des hommes et que les grands exploits accomplis soit par les Grecs, soit par les Barbares, ne tombent pas dans l’oubli. » Si aujourd’hui le terme histoire évoque en français la mémoire et des chroniques, ses racines grecques sont beaucoup plus générales. Elles sont celles d’histôr, « celui qui sait », « celui qui est compétent ». Son origine est l’indo-européen woida signifiant « j’ai trouvé ». Y sont apparentés notamment le sanscrit veda (le savoir), le celte druid, l’anglais witness (té...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540