Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Quatrième partie. Circulation des savoirs techniques : la territorialité mise à l'épreuve

Quand la politique se mêle de technologie, ou le progrès technique en contexte répressif. L’Union soviétique de l’entre-deux-guerres

Larissa Zakharova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1931, Staline dans un discours aux travailleurs de l’industrie prononce une phrase devenue célèbre : « La technique décide de tout. » En 1935, il propose un slogan quelque peu différent qui met cette fois l’accent sur les experts et les spécialistes : « Les cadres qui maîtrisent les techniques décident de tout1. » Dans la première phrase, le progrès technique apparaît comme un phénomène indépendant de l’action humaine : les techniques se développent et circulent à leur guise, tandis que l’homme est soumis aux techniques et dépend d’elles. Dans la deuxième phrase, le rapport de force est inversé : ce sont les hommes qui assurent le progrès technique, le développement technique résulte de l’activité des hommes. Cette façon de responsabiliser les hommes – ingénieurs et techniciens – peut être vue comme un moteur de l’innovation. Qu’est-ce que ce changement de paradigme, qui apparaît dans le remplacement d’une formule par une autre, nous dit des circulations des techniques en Union s...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540