Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Quatrième partie. Circulation des savoirs techniques : la territorialité mise à l'épreuve

Organisations internationales, normalisation et circulations techniques au XIXe siècle. Sur l’échec d’un projet d’école internationale de télégraphie

Léonard Laborie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les contemporains du XIXe siècle voient dans la « facilité des communications » le signe distinctif de leur époque, et ce dès avant l’avènement des chemins de fer à vapeur et de la télégraphie électrique1. Nadaud chante la disparition simultanée des diligences et du télégraphe aérien, s’effaçant devant le nouveau couple qui ancre cette représentation d’une modernité communicationnelle plus profondément encore2. La perception d’une accélération des circulations, des hommes, des marchandises et des idées, est largement partagée. Un discours sur l’intégration et la marche à la fraternité universelle l’accompagne. La promesse semble se concrétiser quand des formes institutionnelles nouvelles voient le jour dans le dernier tiers du siècle, pour gouverner en commun les réseaux qui portent ces circulations. La première en date est l’Union télégraphique internationale, formée à Paris en 1865. Un article d’une revue spécialisée, le Journal des télégraphes, loue ainsi le fait que la technique...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540