Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Quatrième partie. Circulation des savoirs techniques : la territorialité mise à l'épreuve

Marché et nouvelle matière textile : la recherche de vers séricigènes sauvages en Chine et en France

Chuan-Hui Mau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La soie sauvage est celle produite par des chenilles séricigènes non domestiquées. Dans l’historiographie chinoise, l’usage des cocons formés par des vers sauvages remonte au Ier siècle avant notre ère1, mais avec des cocons ramassés par les indigènes dans les montagnes. Dans les siècles qui suivirent, on lisait régulièrement des rapports adressés aux empereurs par des fonctionnaires pour annoncer l’apparition en masse des cocons sauvages, ce qu’ils considéraient comme un signe de bon augure. Au plus tard au XIVe siècle, on trouvait sur le marché intérieur de la Chine la soie tirée des cocons sauvages, de plus en plus appréciée par le peuple en raison de son bas prix2. Au début du XVIIe siècle, l’élevage des vers à soie sauvages s’étendit dans les régions montagneuses près de Zhucheng 諸城 au Shandong. Mais il fallut attendre le milieu du XVIIIe siècle pour que l’empereur Qianlong (1736-1795) se mette à encourager cette activité.

Peu de temps après la première campagne d’encouragement ...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540