Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Troisième partie. L'acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain

Ressources coloniales et enjeux militaires : construction, légitimation et rejet des savoirs sur les bois américains dans la communauté savante et technicienne maritime française, fin XVIIe-XVIIIe siècle

David Plouviez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La découverte du monde américain et l’expansion coloniale qui l’a suivie sont des éléments constitutifs, entre autres, de l’avènement des temps modernes pour les historiens occidentaux. Pour les États européens, l’une des conséquences de la construction de vastes empires outre-mer a été la nécessité de se doter de marines de guerre permanentes, susceptibles de protéger autant les routes commerciales transocéaniques que les colonies elles-mêmes. Sur le long terme, puissance coloniale et puissance navale sont deux éléments indissociables. Du galion espagnol aux vaisseaux pontés, une course à l’armement s’engage dès le XVIIe siècle avec l’implantation d’arsenaux pérennes et l’entretien de pléthoriques flottes de combat1. Or, le navire de guerre est un savant assemblage de matières premières – bois, chanvre et fer notamment – et le maintien d’une flotte militaire nombreuse n’a pas été sans conséquence sur les réserves naturelles européennes2.

La diminution des ressources nationales, la n...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540