Version classiqueVersion mobile

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Troisième partie. L'acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain

Maria Sibylla Merian et la mouche porte-lanterne du Surinam : naissance et disparition d’un fait scientifique

Brian W. Ogilvie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1836, les membres du Entomological Club of London mirent en discussion « la luminosité de Fulgora Candelaria, et caetera1 ». Le journal du club, l’Entomological Magazine, portait depuis l’origine sur sa couverture l’image emblématique d’un insecte lumineux, Fulgora candelaria, la mouche porte-lanterne de Chine, accompagnée de la devise « sine me dare lumina terris2 ». Mais la luminosité de l’insecte ayant été récemment mise en cause, un membre du club avait proposé une motion pour « qu’on enlève à la représentation de Fulgora candelaria qui paraît sur la couverture de l’Entomological Magazine les rayons qui indiquent sa luminosité, et qu’on omette dorénavant la devise qui signifie “Permets-moi d’illuminer le monde”3 ». Au cours du débat, les entomologistes abordèrent les questions de la confiance et de la preuve en histoire naturelle. Ils décidèrent finalement de garder les rayons et la devise ; pourtant, la lueur de la porte-lanterne devait bientôt quitter le domaine des faits s...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search