Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Troisième partie. L'acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain

L’acclimatation portuaire des savoirs sur le lointain : les drogues exotiques à Séville, Cadix et Livourne (XVIe-XVIIe siècles)

Samir Boumediene

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du XVIe siècle, un médecin de Séville, Simón Tovar, entretient dans sa demeure un jardin dans lequel il cultive et étudie de nombreux simples américains. Il en transmet des échantillons à ses collègues de Séville ou de Valence, mais aussi au naturaliste Charles de l’Écluse (Clusius) à Leyde. En cette fin de Renaissance, la Porte des Indes est un lieu où l’acclimatation des produits et l’acclimatation des savoirs sont totalement imbriquées1. Séville est emblématique, en cela, du rôle joué par les ports dans l’histoire des sciences à l’époque moderne. C’est dans ces infrastructures que sont accueillis les matériaux et les connaissances qui traversent les colonnes d’Hercule représentées sur le frontispice de l’Instauratio Magna de Bacon et, avant lui, sur celui du Regimiento de Navegación d’Andrés García de Céspedes2. « Multi pertransibunt et augebitur scientia » (Beaucoup voyageront en tous sens et la connaissance en sera augmentée) : l’image montre bien comment, au cours de ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540