Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs-mondes

 | 
Pilar González-Bernaldo
, 
Liliane Hilaire-Pérez

Deuxième partie. Circulation des corps et savoirs sexués

L’inquiétante étrangeté des musées ambulants et des collections d’anatomie populaire du XIXe siècle

Irina Podgorny

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des musées en transit

En octobre 1885, les journaux de Buenos Aires annoncèrent la prochaine inauguration d’un musée qui, enfermé dans trente caisses, venait d’arriver au port de la ville. Il s’agissait d’un des musées d’anatomie populaire qui parcouraient le monde : le « musée Baernoum1 ». Fort de ses 844 objets, ce « musée artistique, scientifique, anatomique et pathologique » s’installait dans le foyer du Teatro Nacional, dans une des rues les plus renommées de la capitale de la nation argentine2. Il comprenait des automates et une collection de cires classifiées comme « embryologie, pathologie, microbes, bactéries, infusoires, etc., préparations anatomiques, difformités et phénomènes, chirurgie, ethnographie et pathologies syphilitiques », ces dernières étant confinées dans un « cabinet réservé ». Le musée montrait des sujets socio-médicaux (les effets sur le corps humain de l’alcoolisme et des maladies sexuelles) et aussi les manifestations de la rareté humaine3. Ensuit...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540