Version classiqueVersion mobile

Les justices locales et les justiciables

 | 
Marie Houllemare
, 
Diane Roussel

Deuxième partie. Dynamiques locales et concurrences institutionnelles

Encadrement judiciaire des populations locales et concurrence des juges sous l’Ancien Régime : l’exemple du Valcolorois

Hervé Piant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On avance fréquemment le chiffre de 70 000 à 80 000 magistrats en France sous l’Ancien Régime. Comparé aux moins de 10 000 membres des actuelles cours de justice1, ce nombre apparaît comme la preuve de la déplorable manie procédurière de nos ancêtres et de la pléthorique confusion de leur organisation judiciaire. On peut cependant tirer une autre information de ce chiffre : pour une bonne part, le contact concret que les populations d’Ancien Régime avaient avec l’État se résumait à la fréquentation du tribunal local et des hommes de loi. On peut bien entendu nuancer cette affirmation par mille faits, insister, par exemple, sur le poids grandissant des administrations fiscales ou militaires, ou sur la multiplicité des fonctions assurées par l’organisation ecclésiastique en général et les curés en particulier, il n’en reste pas moins que c’est dans l’enceinte des tribunaux que se déroulait une grande partie des relations entre l’État et les populations.

La principale raison en était la...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search