Version classiqueVersion mobile

Les justices locales et les justiciables

 | 
Marie Houllemare
, 
Diane Roussel

Première partie. Les justiciables devant leur « plus prochain juge »

Infamie légale, infamie populaire : les injures et la subversion des symboles de la justice à Marseille au XVIIIe siècle

Christophe Regina

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réappropriation de la justice et de ses symboles par les justiciables peut s’observer de différentes manières : elle peut être considérée du point de vue des justiciables, lesquels, en s’emparant de la norme judiciaire exprimée par le biais de ses symboles (la potence, le gibet, les galères, etc.), permettent de comprendre les usages et les mésusages dans la sphère publique, voire privée, de la justice qui se trouve détournée à des fins personnelles et entre, ainsi, en contradiction avec la finalité de l’action judiciaire, laquelle consiste en la préservation du repos public1. Elle peut également s’apprécier du point de vue de la justice elle-même, laquelle considère par le biais des plaintes qu’elle reçoit, les conditions et les motivations des protagonistes. La justice devient alors motif de désordre par un phénomène d’inversion, les justiciables s’arrogeant l’arbitraire des juges2.

Une réflexion sur les usages des symboles de l’infamie judiciaire (ou infamie légale) permet une ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search