Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les comportements collectifs en France et dans l'Europe allemande

 | 
Pierre Laborie
, 
François Marcot

Quatrième partie. Résistance(s) et tissu social : la France

À propos des relations entre Résistances et sociétés. Table-ronde

Antoine Prost, Jacques Semelin, Cécile Vast, Gaël Eismann, Denis Peschanski, Claire Andrieu, Pierre Laborie, François Marcot et Emmanuel Chevet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Antoine Prost

À propos de la communication de Julien Blanc, je pense qu’il faut faire l’inventaire des comportements d’opposition, y compris des « petits gestes », comme dirait Jacques Semelin, mais en faisant attention au degré de risque qu’ils comportent. Il est tout à fait normal que les premiers comportements d’opposition soient peu risqués. Applaudir le God Save the Queen entendu dans un film quand on est dans la salle obscure du cinéma au Havre, ce n’est pas prendre un grand risque. Idem si l’on met un V à la craie sur un mur la nuit dans une rue déserte.

Mais attention : il y a des manifestations en principe sans risques mais qui, dans les faits, en comportent. Par exemple, quand les Rennais veulent honorer en juin 1941 les aviateurs tombés à l’occasion du bombardement allié sur leur ville, ils vont au cimetière pour déposer une couronne, et ils n’ont pas du tout le sentiment de prendre un risque. Sauf qu’ils se trouvent devant un peloton de gendarmerie ; ils vo...

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540