Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les comportements collectifs en France et dans l'Europe allemande

 | 
Pierre Laborie
, 
François Marcot

Quatrième partie. Résistance(s) et tissu social : la France

Les premiers engagements résistants et la société de zone occupée (1940-1942)

Julien Blanc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On lit souvent que c’est à partir de l’année 1942 que la Résistance intérieure, en se développant, parvient à trouver un ancrage social1. Rapprochement entre les mouvements, début du processus d’unification et enracinement de la désobéissance dans la société française iraient de pair.

Mais que s’est-il passé avant, aux origines de la Résistance c’est-à-dire entre l’automne 1940 et la fin de l’année 1941 ? Souvent réduite à une préhistoire, renvoyée dans les limbes, la phase initiale de la désobéissance a été somme toute peu étudiée2. On passe en général rapidement sur le sujet non sans souligner combien les résistants de la première heure furent peu nombreux et isolés.

Il y a bien sûr beaucoup de vrai dans cette représentation dominante, d’ailleurs largement véhiculée après-guerre par les résistants. Mais la question des relations qu’ont entretenues – ou pas – les pionniers de la Résistance avec le corps social au début de l’Occupation ne saurait se réduire à ce simple constat. Le suj...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540