Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les comportements collectifs en France et dans l'Europe allemande

 | 
Pierre Laborie
, 
François Marcot

Troisième partie. Comportements complexes

Dans quelle mesure les comportements de la population permettent-ils d’expliquer que les trois quarts des juifs en France aient échappé à la déportation ?

Jacques Semelin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette communication se propose d’explorer une question trop peu traitée par l’historiographie : comment expliquer que les trois-quarts des juifs se trouvant en France en 1940 aient pu néanmoins y survivre alors que ce pays était totalement occupé à partir de novembre 1942 ?

Dans l’Europe nazie, seuls le Danemark, la Finlande, et, dans une certaine mesure, la Bulgarie font mieux que la France du point de vue de la survie des juifs. Mais ces États bénéficiaient d’un statut particulier en tant qu’alliés ou satellites du IIIe Reich, tout comme l’Italie de Mussolini. Ce dernier pays, il est vrai, connaît un taux d’extermination un peu plus faible que celui de la France (environ 20 %), dès lors que l’Italie est occupée par les Allemands en septembre 1943. Mais la durée de cette occupation est plus brève que celle de la France et les deux situations sont par conséquent peu comparables.

À considérer les États qui ont été militairement occupés par Berlin depuis 1939-1940, il y a donc lieu de p...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540