Version classiqueVersion mobile

Missionnaires bretons d'outre-mer

 | 
Joseph Michel

Postface

Michel Lagrée

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Michel Lagrée

  • 1 Sur le P. Michel, se reporter à Mémoire spiritaine, n° 4, deuxième semestre 1996. Une notice cursi (...)
  • 2 Histoire missionnaire du diocèse de Rennes, Paris, éditions Alsatia, 1938, 275 p.
  • 3 L'activité missionnaire de la Bretagne, de 1800 à 1940, Thèse de doctorat ès Lettres, 2 vol. dacty (...)
  • 4 Utile raccourci par Francis Python : « D'une approche confessionnelle à une histoire religieuse un (...)

2Il est des hommes d'action et de terrain qui deviennent historiens sur le tard, lorsque le recul biographique et la disponibilité le permettent et appellent à la réflexion rétrospective. Le P. Michel aura mené de front les deux activités. Il a vécu les transformations profondes qui ont affecté les missions catholiques, au long du temps, finalement bien court, qui sépara l'apogée de l'idée coloniale, dans les années trente qui furent celles de sa vocation, à l'irrésistible « devoir de décolonisation », comme il le définit en 1954 dans un article célèbre et controversé en son temps. Compte tenu de sa longévité et de sa fécondité intellectuelle, il a laissé des livres dont la publication s'étira sur plus de cinquante ans1 À s'en tenir à ceux qui relèvent explicitement du genre historique, on observe qu'ils se répartissent en plusieurs temps de sa carrière, séparés par de plus ou moins longs intervalles de temps, où ses préoccupations se tournaient davantage vers l'actualité. La monographie sur le diocèse de Rennes2 et la thèse soutenue en 19463, le premier constituant un premier jet du second, forment à l'évidence un premier groupe dans un ensemble relié par un fil, étroitement lié à la vie même de l'auteur, missionnaire spiritain : l'histoire des missions en général, de la congrégation du Saint-Esprit en particulier, en lien avec l'histoire religieuse de sa Bretagne natale. Il n'est pas sans intérêt de les mettre en perspective avec l'évolution de l'histoire religieuse en général durant la même période, marquée en France par un profond renouvellement4. On y voit que le P. Michel, à sa manière, a accompagné le passage de la tradition de l'histoire ecclésiastique à une histoire plus largement religieuse.

  • 5 Histoire missionnaire du diocèse de Rennes, op. cit., p. IX.
  • 6 Cf. Alain Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 2 vol., Paris (...)

3Ses deux premiers livres furent élaborés dans les années 1930 et 1940, dans le contexte d'une histoire religieuse encore largement dominée, d'une part par l'histoire institutionnelle, d'autre part par les perspectives d'édification. « On comprendra que nous ne nous soyons pas attardés à relever dans le détail les œuvres et les vertus de nos missionnaires5 » : il n'était sans doute pas inutile, encore en 1938, d'afficher initialement cette précaution méthodologique. L'Histoire missionnaire du diocèse de Rennes était un ouvrage de circonstance, préparé en vue du concours d'histoire de l'Union Missionnaire du Clergé pour l'année 1936-1937. Le fait d'envisager l'activité missionnaire d'outremer avant et après la Révolution avait le mérite d'attirer l'attention, pour la période d'Ancien Régime, sur un aspect de l'histoire religieuse de la Bretagne quelque peu occulté par l'importance des missions intérieures dans la région, illustrées par des célébrités (Michel Le Nobletz, Julien Maunoir, Jean Leuduger et, de façon plus marginale, Gri-gnion de Montfort)6. En bonne logique cependant, l'ouvrage accordait une importance primordiale aux xixe et xxe siècles, en mettant en valeur les traits spécifiques au diocèse de Rennes, en particulier les liens privilégiés avec certaines aires géographiques, tels les Etats-Unis ou Haïti, marqués par la présence d'un fort contingent d'évêques, de prêtres ou de religieux issus du diocèse breton. Surtout, la monographie se signalait par la qualité de l'appareil statistique, reposant sur la constitution d'un fichier, le plus exhaustif possible, comportant les trois dates essentielles (naissance, départ, décès). Le tout, et c'était là que se marquait une certaine audace méthodologique pour l'époque, était transformé en données numériques anonymes, elles mêmes traitées à des fins graphiques ou cartographiques. Ainsi s'annonçait la méthode rigoureuse mise en œuvre ensuite dans la thèse qu'on vient de lire.

  • 7 Sœurs Blanches, N.-D. des Apôtres, Société de Marie, Saint-Joseph de l'Apparition, Saint-Paul de C (...)
  • 8 Décrite de façon « littéraire » dans les Problèmes missionnaires de la France rurale, t. I, 1945, (...)

4On rappellera d'abord ses conditions de réalisation. L'ouvrage a en effet cinquante ans pour l'essentiel, puisque les données fournies par l'auteur pour la deuxième moitié du xxe siècle ne sont que des compléments, au temps du déclin du recrutement missionnaire, qui ne fut pas immédiat au demeurant : on a vu, par exemple, que le continent africain avait reçu 1930 missionnaires avant 1940, mais en accueillit encore 1603 depuis, dont une partie entrée dans les ordres après 1940. Jacques Gadille a rappelé plus haut, dans sa préface, le contexte de rénovation de l'histoire missionnaire, engagée auparavant par Georges Goyau. Ceci explique l'intérêt porté à « l'origine, le développement et les fluctuations des mouvements de vocations apostoliques ». J. Michel était conscient de conscience de la part considérable de la Bretagne et de l'Ouest armoricain en général, dans le recrutement des missionnaires français aux xixe et xxe siècles. Il concrétisa le phénomène en se livrant à une récapitulation des effectifs à l'échelle de toute la France : ensemble des prêtres missionnaires (plus de 10 000) et ensemble des religieuses des cinq grandes congrégations missionnaires7, soit 5 000 religieuses. Rapportées au chiffre de population de 1900, correspondant à l'apogée du mouvement, ces données permettaient d'établir un quotient de recrutement missionnaire. La carte issue de ces calculs est très démonstrative, faisant apparaître les grands châteaux d'eaux de vocations missionnaires : Alsace, Alpes du nord, moitié sud du Massif Central, Massif armoricain. À quelques nuances près, s’expliquant par l'implantation de telle ou telle congrégation (ainsi Saint-Paul de Chartres pour l'Eure-et-Loir), cette carte offre une forte parenté avec celle, devenue rapidement célèbre, de la pratique religieuse dans les cantons ruraux, élaborée pratiquement à la même époque par Fernand Boulard8. La recherche, dès lors, prenait sa place dans le processus de sociographie du catholicisme qui s'engageait alors, en particulier sous l'angle des lignes de forces du recrutement ecclésiastique.

  • 9 Les médecins de l'Ouest au xixe siècle, thèse de doctorat (univ. Paris IV, 1976), Lille : Atelier (...)

5On ne négligera pas, non plus, le contexte universitaire rennais de l'époque, qui fait toute l'originalité de J. Michel. Il ne choisit pas de soutenir son travail, par exemple à l'université catholique d'Angers, mais revendiqua le diplôme officiel d'une université d'État, dont le département d'histoire était alors dominé par des hommes de sensibilité laïque et républicaine affirmée, héritiers du combat dreyfusard, même s'ils n'étaient pas, le second surtout, étrangers à l'histoire religieuse : Henri Sée et Armand Rébillon. Ce double perspectif, général et local, explique sans doute en partie la méthode du P. Michel, lequel mena à la fois une histoire sociale et une histoire des sensibilités, qui n'ont rien perdu aujourd'hui de leur pertinence. Il lui fallut d'abord, en amplifiant l'enquête commencée en Ille-et-Vilaine, constituer un vaste fichier nominal, sans les moyens informatiques d'aujourd'hui. La comparaison s'impose avec le fichier des médecins de l'Ouest, minutieusement constitué quinze ans après par Jacques Léonard pour sa thèse9. Ces informations furent puisées auprès d'une centaine de congrégations d'hommes et de femmes, dans les archives romaines de la Propagande, mais aussi dans de nombreuses sources imprimées, telles les nécrologies égrenées dans les Semaines religieuses. Il était ainsi possible de reconstituer toute une population, et d'en tirer de multiples enseignements.

6En amont, la répartition du recrutement par origines permit une géographie assez fine, à l'échelle du canton, des dénivellations de la fécondité missionnaire de la Bretagne rurale. En dépit de quelques dépressions ici ou là, la Haute Bretagne fut globalement plus féconde, avec de puissants bastions dans la région vitréenne et surtout le Morbihan : le seul canton de Saint-Jean Brévelay, de 1801 à 1840, a fourni plus de missionnaires que les diocèses de Meaux, Périgueux et Angoulême réunis. Le pays bretonnant l'était moins, exception faite d’isolats (autour de Langonnet, foyer spiritain ; dans le Léon, « terre des prêtres » par excellence). Contrairement à ce que des vues hâtives pouvaient laisser imaginer, ce n'étaient pas les zones littorales, pourvoyeuses de pêcheurs, de marins pour la « Royale » ou la marine marchande qui fournissaient les rangs les plus serrés, il s'en faut, mais des cantons ruraux de l'intérieur, où la familiarité avec l'aventure outremer n'allait pas de soi. La logique de recrutement, sacerdotal ou religieux, était la plus forte, puisque les régions fécondes en missionnaires l'étaient aussi, en général, en prêtres diocésains.

7En aval, l'étude permet de dessiner la répartition par destinations. Celle- ci confirme les tendances déjà observées à Rennes, en particulier l'importance du clergé breton aux Etats-Unis et surtout en Haïti. S' agissant des États-Unis, les travaux de Charles Lemarié ont permis depuis d'aller plus avant dans la connaissance de l'espèce de cordon ombilical ayant existé avec la Bretagne dans la première moitié du xixe siècle, sans commune mesure avec une émigration civile pratiquement inexistante.

  • 10 Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Par (...)
  • 11 Les aventurières de Dieu. Trois siècles d'histoire missionnaire française, Paris, J.-Cl. Lattès, 1 (...)

8Très significative est la répartition par catégories, finement dessinée par J. Michel. L'importance considérable des prêtres séculiers - à la différence de l'Ancien Régime - tenait au rôle des Bretons dans le clergé des États-Unis et dans le clergé colonial, c'est-à-dire celui des « Vieilles Colonies », pour lequel la péninsule fournit à elle seule le cinquième des effectifs français. La concentration atteignit son maximum en Haïti, où prêtres et Frères de l'Instruction chrétienne (Institut de Ploërmel) jouirent d'un quasi monopole, en faisant de ce pays une « Bretagne noire », jusqu'aux mesures brutales d'expulsion de Duvalier, Papa Doc, en 1960. S'agissant des congrégations, il distingua entre celles qui étaient spécifiquement missionnaires et les autres, en déployant une intime connaissance des diverses familles religieuses. Si la plupart n'étaient pas d'origine locale, la présence de telle ou telle maison pouvait avoir un effet sensible sur leur recrutement, ainsi pour les Spiritains à Langonnet. Enfin, à la différence du traitement un peu expéditif qu'il leur avait réservé pour Rennes, il donna toute leur place - pas moins de cinq chapitres — aux congrégations féminines, anticipant largement sur le renouvellement historiographique dont elles ont fait l'objet dans les deux dernières décennies, à l'actif de Claude Langlois10 et d'Elisabeth Dufourcq11

9Parallèlement à l'analyse quantitative, il se livrait à ce qui ne s'appelait pas encore, à l'époque, l'histoire des mentalités, autour de « l'idée missionnaire », qui constitua la principale source d'énergie spirituelle à l'œuvre derrière la sécheresse des chiffres. Celle-ci passait par bien des canaux, à commencer par l'œuvre de la Propagation de la Foi. Cette forme d'épargne spirituelle, très répandue dans les catégories populaires, finit par susciter une émulation entre les diocèses. D'autre part, les publications de l'œuvre, en particulier dans la partie bretonnante, en même temps qu'elles ouvraient les horizons spirituels, jouèrent un rôle non négligeable dans la pénétration de l'écrit au sein de campagnes encore largement dominées par une civilisation orale. Les traductions des Annales comptent parmi les principaux supports de la littérature en breton. Ajoutons que le message fut même renforcé, dans le francophone diocèse de Nantes, par un périodique supplémentaire. Il faut évidemment tenir compte d'autres œuvres : la Sainte- Enfance, l'Œuvre apostolique, l'Œuvre des partants, qui concouraient à créer un climat favorable à l'éclosion de vocations.

  • 12 Cf. Michel Lagrée : « Les vicaires dans l'ouest français au xixe siècle », Le bas-clergé catholiqu (...)

10La cristallisation de celles-ci pouvait tenir à des effets d'entraînement familial : les prosopographies, comme souvent en matière de recrutement religieux, permettent d'entrevoir les liens entre oncles et neveux, frères et sœurs, etc., qui aboutissaient à concentrer l'effort sur certaines familles - et contraignent donc à relativiser en partie les ratios établis par rapport à la population globale. Le rôle des conférences, prononcées dans les collèges ou séminaires, semble souvent décisif : certains évêques jouissaient d'un incontestable talent pour entraîner des aspirants à leur suite. En revanche, J. Michel relativise sensiblement, par rapport à son estimation dans son premier ouvrage, le rôle de Chateaubriand, quitte à invoquer des auteurs moins prestigieux, mais dont l'influence fut sans doute plus profonde : Brizeux à la génération romantique, Jean-Pierre Calloc'h plus tard. Tout cela se concrétisait dans la gravure de Théophile Busnel sur les adieux à sa famille du missionnaire breton : reproduite à l'infini, - jusque sur la couverture du présent ouvrage - elle illustrait, au-delà du caractère convenu de la scène, un véritable fait social. Il resterait enfin à faire la part, plus prosaïque, du relatif encombrement des carrières ecclésiastiques en Bretagne même, en particulier la longue durée des vicariats et le retard dans l'accès à la charge d'âmes proprement dite, imputable à la grande taille moyenne des paroisses dans ce pays12.

11On observe en tout cas que le recrutement missionnaire en Bretagne connut un démarrage plus tardif que dans la région Rhône-Alpes, laquelle constituait à bien des égards le centre de gravité du catholicisme français au début du xixe siècle. Le pic des vocations bretonnes, très marqué, se situa entre 1890 et 1910, à l'apogée de l'expansion coloniale. On peut penser aussi que, dans cette région encore faiblement alphabétisée, une très forte aspiration s'exerça, dans un premier temps, au profit des écoles - de leur financement et du recrutement de leurs maîtres - tant pour les garçons que pour les filles : est-ce un hasard si, par rapport aux diocèses voisins, la Propagation de la Foi manqua relativement son implantation dans le diocèse de Vannes, au profit de l'Œuvre de Saint-François de Sales, à finalité scolaire ? Ce qui n'empêcha pas ce diocèse, au demeurant, de s'affirmer par la suite comme le plus fécond, relativement à sa population, en vocations missionnaires.

12On entrevoit aisément les multiples recherches complémentaires qu'appellent l'étude du P. Michel. On pense en particulier aux effets de ce véritable flux migratoire spirituel, et sur les régions d'arrivée, et sur la région de départ. Dans le message religieux transmis aux populations d'outremer, qu'est-ce qui, indépendamment du chromatisme propre à telle ou telle congrégation, relevait des spécificités — elles-mêmes variées - du catholicisme breton et contribuait ainsi à d'originaux métissages culturels dans les deux hémisphères ? Quant aux effets sur la Bretagne d'aujourd'hui, devenue une société sécularisée comme les autres, ne peut-on pas y discerner une sensibilité « tiers-mondiste » peut-être plus affirmée qu'ailleurs, ce qui constitue probablement un héritage de cette aventure ?

Notes

1 Sur le P. Michel, se reporter à Mémoire spiritaine, n° 4, deuxième semestre 1996. Une notice cursive dans : La Bretagne, vol. 3 du Dictionnaire du monde religieux dam la France contemporaine (sous la dir. de Michel Lagrée), Paris, Beauchesne, 1991, p. 310.

2 Histoire missionnaire du diocèse de Rennes, Paris, éditions Alsatia, 1938, 275 p.

3 L'activité missionnaire de la Bretagne, de 1800 à 1940, Thèse de doctorat ès Lettres, 2 vol. dactyl., université de Rennes, 1946.

4 Utile raccourci par Francis Python : « D'une approche confessionnelle à une histoire religieuse universitaire. L'itinéraire de l'historiographie française », Zeitschrift fûr schweizerische Kirchenges- chichte/Revue d'histoire ecclésiastique suisse, 1993, p. 33-47. Claude Langlois, « Trente ans d'histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », Archives de Sciences sociales des religions, 63/1, 1987, p. 85-114.

5 Histoire missionnaire du diocèse de Rennes, op. cit., p. IX.

6 Cf. Alain Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 2 vol., Paris, Maloine, 1981 ; Fanch Roudaut, Alain Croix, Fanch Broudic, Les Chemins du Paraids. Taolennou ar Bara-doz, Douarnenez, Le Chasse Marée, 1988

7 Sœurs Blanches, N.-D. des Apôtres, Société de Marie, Saint-Joseph de l'Apparition, Saint-Paul de Chartres.

8 Décrite de façon « littéraire » dans les Problèmes missionnaires de la France rurale, t. I, 1945, p. 127-135, la carte parut dans une première version dans les Cahiers du clergé rural de novembre 1947.

9 Les médecins de l'Ouest au xixe siècle, thèse de doctorat (univ. Paris IV, 1976), Lille : Atelier de reproduction des thèses, 3 vol., 1978

10 Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, Cerf, 1984

11 Les aventurières de Dieu. Trois siècles d'histoire missionnaire française, Paris, J.-Cl. Lattès, 1993.

12 Cf. Michel Lagrée : « Les vicaires dans l'ouest français au xixe siècle », Le bas-clergé catholique au xixe siècle : approche comparative d'une population en voie de changement, sous la dir. de Louis Rousseau, Les Cahiers de la recherche en sciences de la religion, vol. 12, 1995, p. 151-177. Version abrégée : « Le pays des vicaires », Bretagne et religion. Breizh ha Relijion, Travaux de la section Religion de l'Institut culturel de Bretagne, vol. 2, Rennes, ICB, 1997, p. 37-49.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search