Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Diriger une faculté, une université

Être président d’université(s) dans les années 1986-2000. Témoignage du professeur Alain Lottin sur une fonction aux multiples visages

Alain Lottin

Texte intégral

1« Le président Lottin » comme on aime à l’appeler dans le Nord-Pas-de-Calais, a joué un rôle très important dans la recomposition du paysage universitaire de la France septentrionale des années 1980-2000 à la fois comme président de l’université Charles-de-Gaulle de Lille 3, entre février 1986 et janvier 1991, puis comme fondateur et premier président de l’université d’Artois de 1991 à 2000. Il nous livre ici son témoignage d’ancien président, passionnante contribution qui montre très bien les attributions et le travail au quotidien d’un président d’université de la fin du XXe siècle.

Le riche vécu universitaire et professionnel d’un président d’université1

  • 1 Cette première partie a été écrite par Jean-François Condette.
  • 2 Jean-François Condette, Une faculté dans l’histoire. La Faculté des lettres de Lille de 1887 à 194 (...)
  • 3 Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille (1887 à 1974). Les métamorphoses d’une ins (...)
  • 4 Alain Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, (thèse de 3e cycle), Lille, Raoust, 19 (...)
  • 5 Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éditions des Beffrois, (...)
  • 6 Parmi une longue liste : Alain Lottin, les sept premiers chapitres dans Louis Trenard (dir.), Hist (...)
  • 7 Parmi de nombreux ouvrages : Alain Lottin et Philippe Guignet (dir.), Histoire des provinces franç (...)
  • 8 Parmi une longue liste : Alain Lottin, Les « Casseurs » de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord,(...)

2Né en 1935 à Saint-Martin-Boulogne (Pas-de-Calais) dans une famille ouvrière, marié et père de deux enfants, Alain Lottin fréquente les classes primaires de l’école privée de sa commune, l’école Saint-Charles, puis poursuit ses études secondaires au sein de l’Institution Haffreingue-Chanlaire à Boulogne-sur-Mer. Bachelier ès lettres, il part à Lille où, pour financer le coût lié aux études supérieures, il doit occuper un poste de maître d’internat au pair au collège-lycée Jeanne d’Arc de septembre 1954 à juillet 1959. Il est donc simultanément étudiant à la faculté des lettres de Lille qu’il découvre dans les années 1950 qui sont celles d’un premier développement de ses effectifs étudiants au cœur du quartier latin lillois, au sein des bâtiments anciens de la rue Angellier inaugurés en 18952. Il obtient sa licence ès lettres en histoire-géographie puis soutient un diplôme d’études supérieures avant d’être admis au concours du CAPES théorique d’histoire-géographie en 1959. L’année suivante, alors qu’il réalise son stage pratique, il passe et réussit le concours de l’agrégation externe d’histoire (1960). Professeur agrégé au lycée de Boulogne-sur-Mer (1960-1963), il est aussi dix-neuf mois sous les drapeaux. En 1963, il entre dans l’enseignement supérieur comme assistant d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Lille, occupant ainsi un poste de non titulaire, apparu en 1942 dans les facultés françaises des lettres et des sciences. La faculté lilloise en compte 71 en 1967-1968. Alain Lottin devient maître-assistant à la faculté des lettres de Lille en 1968 et y vit donc les « événements de mai-juin3 », jouant un rôle important dans diverses commissions dont le travail est d’élaborer les nouveaux statuts de la future université de Lille 3 qui est officiellement fondée en 1970 en application du cadre légal fixé par la loi Faure du 12 novembre 1968. Il soutient sa thèse de troisième cycle en 1967 sur Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV4, ouvrage qui est ensuite réédité en 1979 chez Flammarion sous le titre Chavatte, ouvrier lillois ; un contemporain de Louis XIV, obtenant le prix de thèse de l’université de Lille (toutes facultés réunies) pour son travail doctoral. Il est alors nommé maître assistant, poste qu’il occupe de 1968 à 1975 avant d’être chargé d’une maîtrise de conférences d’histoire moderne de 1975 à 1982, étant inscrit sur la liste d’aptitude à l’Enseignement supérieur. Les maîtres assistants ont été créés en lettres en 1960 (décret du 26 septembre) dans les facultés des lettres et celle de Lille en compte 34 en 1967-1968. Il soutient sa thèse d’État en 1981 sur Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)5 et est élu professeur d’histoire moderne et régionale à l’université de Lille 3 en 1982, poste qu’il occupe dix ans jusqu’à sa nomination à l’université d’Artois en 1992. Il est alors professeur de 1re classe puis de classe exceptionnelle 1 et 2 à l’université d’Artois entre 1992 et 2000, date de sa retraite comme professeur émérite. Alain Lottin, pendant toute sa carrière, fait preuve d’une très forte activité scientifique et publie de nombreux articles et d’importantes contributions à des ouvrages collectifs et à des colloques6, dirigeant ou codirigeant de nombreux ouvrages7, tout en en publiant aussi de manière individuelle8, animant ainsi la recherche régionale, nationale et internationale en histoire moderne, en particulier dans les champs féconds de l’histoire religieuse et sociale des XVIe-XVIIIe siècles.

  • 9 Pierre Deyon (1927-2002) est le premier président élu de l’université de Lille 3 qu’il dirige de 1 (...)
  • 10 Alain Lottin, Genèse, création et développement de l’Université d’Artois. Jalons pour une histoire (...)

3Ce très fort ancrage dans un territoire, celui de la France du Nord, où il fait toute sa carrière, se consacrant à deux institutions principales (Lille 3 et Artois), cet enracinement très net de ses recherches dans un espace géographique spécifique, l’Europe du Nord-Ouest, peut expliquer en partie son acceptation des fonctions présidentielles, postes dans lesquels il peut, d’une autre manière, continuer à agir pour le développement des études supérieures dans le Nord-Pas-de-Calais. Cet « enracinement » s’accompagne d’un engagement très précoce dans les structures décisionnelles et participatives des facultés devenues des universités en 1968. Il y a certainement ici un tournant en 1968-1970, période pendant laquelle Alain Lottin participe de près à la suppression des anciennes facultés nées à la fin du XIXe siècle des réformes de Louis Liard, et à la construction des nouvelles universités nées de la loi Edgar Faure et qui doivent se fonder sur les trois principes de la participation, de la pluridisciplinarité et de l’autonomie (toute relative pendant longtemps). Il est alors membre élu de l’Assemblée constitutive de Lille III et l’un des deux rapporteurs de la commission des statuts entre 1969 et 1970, structures qui redéfinissent peu à peu, les rouages devant permettre la création d’une nouvelle université en application de la loi Faure. Il fait ici son apprentissage de la cogestion, du travail en équipe et des structures administratives du monde universitaire en en construisant les nouvelles règles, en se conformant cependant au cadre légal fixé par le ministère. Membre du bureau permanent de la nouvelle université de Lille 3 auprès du président Pierre Deyon9 (1971 et 1972), il est ensuite élu directeur de l’Unité d’Enseignement et de Recherche (UER, ancêtre des UFR) d’Histoire, histoire de l’art et archéologie de Lille 3 de 1974 à 1976 puis directeur de l’Institut Universitaire de technologie B (I.U.T.) de la même université de juin 1975 à juillet 1977. Membre du Conseil national de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (C.N.E.S.E.R.) de 1971 à 1976, membre du Conseil national des Universités (CNU) en histoire de 1983 à 1990, il est aussi élu directeur du Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest (1982 à 1986), laboratoire réunissant les enseignants-chercheurs en histoire de l’Université. Alain Lottin a donc en 1986, lorsqu’il est élu président de l’université de Lille 3, à 51 ans, plus de 20 ans de vécu universitaire mais aussi administratif au sein de l’institution et une pratique confirmée des élections universitaires dans différentes fonctions. Il a aussi acquis une habitude certaine de la direction d’unités de tailles diverses (commissions, laboratoire, IUT, UER, etc.). Élu président de l’université de Lille 3, il exerce son mandat du 1er février 1986 au 31 janvier 1991, dans un contexte de très forte hausse des effectifs étudiants et s’engage dans des travaux d’extension des bâtiments. Il est ensuite, en 1991, le président fondateur de la nouvelle université d’Artois, née du Plan Université 2000, elle qui fut à l’origine une antenne des universités lilloises10, et exerce ce second mandat de président de 1991 à 2000. Il est donc non seulement un président d’université mais aussi un fondateur d’université.

4Membre de l’Observatoire national de la vie étudiante (1992-1996), président du Comité régional du sport universitaire (CRSU) de 1997 à 2000 et du Comité départemental du sport universitaire (1999-2000), membre du Comité économique et social de la Région Nord-Pas-de-Calais (1986 à 1990 ; 2001 à 2007) et de son bureau, Alain Lottin est aussi le président de l’Université populaire de Lille de 1999 à 2006. Chevalier de l’Ordre national du mérite (1987) puis Officier en 2005, il est aussi Chevalier de la Légion d’Honneur (1993) puis Officier de la Légion d’honneur (2002).

Président de l’Université Charles-de-Gaulle de Lille 3 (février 1986-janvier 1991)

  • 11 Merci à Marianne et à Roger pour la retranscription intégrale du témoignage (67 minutes).

5Nous reprenons ici en les synthétisant, et après relecture de sa part, le témoignage donné par le professeur Alain Lottin lors de la journée d’études tenue à la Maison de la Recherche de l’université d’Artois, le 21 mars 2014 et qui fut enregistré11. Il ne s’agit pas ici d’une recherche scientifique mais bien d’un témoignage oral d’un acteur majeur de la vie universitaire septentrionale. Alain Lottin insiste sur la nécessité de tenir compte étroitement des circonstances de temps et de lieu. Ses propos sont placés en citations, le reste du texte, qui donne le cadre explicatif, étant de Jean-François Condette.

  • 12 Ces trois conseils sont : le conseil d’administration, le conseil des études et de la vie universi (...)

« La fonction de président naît avec la loi Edgar Faure de novembre 1968 ; elle n’existe pas réellement avant car le titre de recteur a été pris par Napoléon Ier en 1808 pour le donner au préfet de l’académie qu’est le recteur. Presque partout dans le monde, un recteur est le président d’une université sauf en France. La loi Faure à ce niveau a un impact majeur et détruit l’ancien système hérité du XIXe siècle qui nommait d’office le recteur d’académie comme président du conseil des universités restaurées en juillet 1896. Lorsqu’Alain Lottin accède à la fonction de président d’université, celle-ci est déterminée par la loi Savary de 1984 qui reprend assez largement la loi Faure de 1968. Le président de l’Université est élu par les membres des trois conseils12 à la majorité absolue des inscrits à tous les tours. Il est non rééligible et doit être choisi parmi les enseignants-chercheurs de l’établissement. Les trois conseils réunis représentent entre 120 et 140 électeurs. On est donc loin des 24 électeurs environ de la loi Pécresse (2007). Il faut la majorité absolue des inscrits à tous les tours. Quand vous dites cela à un homme politique, cela le fait frémir. Combien seraient élus à la majorité absolue des inscrits ? Réfléchissez une seconde, et vous verrez qu’il n’y en a pas beaucoup... peut-être même pas du tout. C’est très difficile d’obtenir une telle majorité pour un candidat à la présidence car sur 120 électeurs, il faut 61 voix, même s’il y a trente absents. Être président d’Université, c’est exercer une fonction élective et temporaire. Il n’y a donc pas de carrière de président, même si ce mandat peut ouvrir sur une autre carrière, éventuellement celle de recteur par exemple. Personnellement, on me l’a proposé deux fois et j’ai refusé deux fois, parce que le président d’université est un homme plus indépendant qu’un recteur puisqu’il est élu. Et il m’aurait fallu abandonner la mise en place de l’université d’Artois, ce que je ne voulais pas. Il ne faut jamais oublier non plus que l’on est élu président à un moment donné, dans une conjoncture donnée. »

  • 13 Voir Jean-François Condette, Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : les méta (...)

6Pour lui, le contexte majeur qui est à l’arrière-plan de ses années de président, est celui de l’explosion démographique du monde universitaire en lien avec la massification accélérée des effectifs étudiants. Les quatre facultés publiques de Lille qui comptent 784 étudiants en 1887-1888 en totalisent 2 882 en 1938-1939 et 7 017 en 1955-1956. Une première vague démographique s’enclenche alors et les quatre facultés comptent 23 927 étudiants en 1967-196813. Une seconde vague se met en branle à partir de 1983 environ qui désormais pose des problèmes majeurs de saturation des locaux et de sous-encadrement. Comme le relève le rapport du Comité national d’évaluation en 1990 à propos de l’université Charles de Gaulle-Lille 3 :

  • 14 Cne (Comité national d’évaluation), L’université Charles de Gaulle-Lille III, rapport d’évaluation (...)

« Le problème majeur de l’université Charles de Gaulle est aujourd’hui celui de la croissance très importante et très rapide de ses effectifs [...]. Depuis quelques années, une nouvelle étape a été franchie. Les problèmes de l’encadrement, des locaux, des conditions de travail sont brutalement posés. À tel point que la nature même des enseignements délivrés par cette université est en cause et que la vie même de l’institution, si des mesures ne sont pas prises, peut être menacée14. »

7De 1983 à 1988, c’est l’explosion. En cinq ans, l’effectif passe de 11 000 à 18 000 étudiants. Chaque année, les effectifs s’accroissent de 1200 à 1500 étudiants. En 1988-1989, l’université de Lille 3 compte alors 18 101 étudiants soit 13,5 fois plus qu’en 1945-1946. Elle en compte 22 000 en 1991. Là est l’enjeu majeur de la présidence lilloise du professeur Alain Lottin : réussir à accueillir au mieux ces étudiants de plus en plus nombreux et contribuer à leur réussite.

  • 15 Voir Bruno Poucet, « Le recteur Mallet, refondateur de l’académie d’Amiens et initiateur de l’univ (...)

« On est toujours président d’une université donnée, à un moment donné. Il faut aussi constamment tenir compte de la conjoncture politique qui s’impose à tous. Un gouvernement de droite, un gouvernement de gauche, ce n’est pas, à l’époque, la même chose au point de vue politique, bien sûr, mais aussi au point de vue éducatif et plus précisément universitaire. Au sein de la même majorité d’ailleurs, des nuances et des différences fortes peuvent exister comme entre le ministère de Lionel Jospin et celui de Jack Lang car les équipes ministérielles ne sont pas non plus les mêmes. Il ne faut pas tenir compte seulement des grandes majorités ; un changement de ministre et d’équipe ministérielle est aussi très important. Pendant ces années de présidence lilloise, la conjoncture qui détermine les axes prioritaires de mon action est bien celle du “problème démographique” qui fait exploser les effectifs. Il faut donc des locaux supplémentaires constamment dans l’urgence mais aussi des enseignants et des moyens pédagogiques croissants.
Dans le même temps, la réforme des DEUG de 1982-1984 a entraîné de multiples débats qui ont laissé des traces nombreuses chez les universitaires. Il y a là un vrai serpent de mer, l’Université française se complaisant dans une succession ininterrompue de réformes. Une réforme est à peine terminée, qu’une autre vient casser ce qui a été construit pour proposer autre chose. Il y a souvent, derrière ces réformes, l’épineux problème de la sélection qui préoccupe au premier chef les étudiants et leurs organisations syndicales. Dès lors, la sélection se fait par l’échec ou par les limites liées aux capacités d’accueil.
Dans un tel contexte, le choix d’être candidat à la présidence n’est pas évident à prendre et repose souvent sur des engagements antérieurs nombreux (directeur d’IUT, d’UFR, suppléant de Philippe Vigier pour la CFDT au CNESER, membre du Comité technique paritaire ainsi que du CNU, etc.). Vous pouvez décider tout seul d’être candidat mais vous ferez alors un score proche de ceux qui font seuls cette démarche en politique. Si vous avez de nombreuses personnes qui vous disent ou qui vous demandent d’être candidat, c’est différent ! Nous sommes dans une période, en 1985-1986, où les syndicats, dans l’Université, sont encore très forts. Ils ont toujours été forts dans la France du Nord et le restent encore à cette date. Les listes sont essentiellement syndicales pour le conseil d’administration que cela soit chez les enseignants, les étudiants ou les ATOS. En l’occurrence, personnellement, je suis, si je puis dire, un candidat indépendant par rapport à la présidence précédente qui était celle d’un professeur du SNES-SUP et qui logiquement soutient un membre de son équipe appuyé par le SNES-SUP, la CGT et l’UNEF-Renouveau, qui était l’UNEF à dominante communiste. Pour ma part, j’étais sur une liste de non syndiqués avec des collègues de FO et soutenu également par la liste du SGEN-CFDT chez les enseignants et de la FEN chez les ATOS. Chez les étudiants, l’UNEF-ID avait la majorité (plus de 15 sièges sur 26 si je me souviens bien) et avait décidé d’être neutre et de s’abstenir d’un positionnement officiel. Dominait cependant dans l’université une volonté de changement et le sentiment que le problème démographique se posait avec acuité. Que faire ?
Alain Lottin se montre immédiatement favorable à une décentralisation universitaire. Á sa surprise, il est élu à la majorité absolue au premier tour ; il réunit sur son nom 67 voix contre le candidat de l’équipe sortante qui en rassemble 33 alors qu’il y a 17 votes blancs et un bulletin nul. Une personnalité extérieure, membre du conseil confie alors au nouveau président en sortant : “Vous avez donné l’impression de vouloir être président beaucoup plus que votre concurrent”. C’est important de le savoir ; c’est le degré de conviction, d’implication qui, souvent, fait la décision. La prise de fonction est immédiate. Tout de suite, il décide, comme il l’avait promis, d’abandonner toute référence syndicale pendant sa présidence pour diriger au nom de tous. Il continue à enseigner tout au long de sa présidence, pas à temps plein mais assez largement. C’est important pour ne pas oublier le concret du métier et les problèmes qui peuvent se poser, pour rencontrer les collègues, les personnels, des étudiants qui sont “ vos” étudiants.
Selon la loi, le président dirige l’Université et la représente. Il est l’ordonnateur des recettes et des dépenses ; il préside les trois conseils, prépare et exécute les délibérations votées. Il a autorité sur l’ensemble des personnels, affecte les IATOS, nomme les différents jurys. Il est responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité et peut faire appel à la Force publique dans certaines conditions. Le président s’efforce donc de bien diriger son université ; dans le mot diriger, il y a le mot direction et je pense que c’est la notion fondamentale. Le président ne peut s’occuper de tout et des moindres détails – il a des collaborateurs et des services pour cela – mais il doit fixer le cap ; on ne dirige pas une université si on ne possède pas une vision des directions à prendre, des axes majeurs de son développement. En terme clair, il faut un projet. Mais le président ne dirige pas tout seul. Il est entouré d’une équipe de direction qu’il a constituée. Le secrétaire général de l’Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, de par la loi, est nommé par le ministre de l’Éducation nationale sur proposition du président et, sous l’autorité du président ou du directeur, il est chargé de la gestion de cet établissement. Ce n’est pas un simple secrétaire ordinaire ; il est chargé de la gestion de l’établissement sous l’autorité du président de l’université ; j’insiste sur ce point car malheureusement quelques enseignants-chercheurs toisent de haut le personnel administratif et technique. Dans les centres de recherche, il en est parfois de même. Or une collaboration étroite est indispensable entre le président et le secrétaire général ainsi qu’avec l’agent comptable. Celui-ci – en tant qu’agent comptable – n’est pas sous l’autorité du président mais comme il est souvent chef des services financiers, à ce titre, il collabore avec l’équipe.
Le président d’université représente aussi son institution à l’extérieur. En province, ce travail de représentation est très important. Le président doit être présent dans un très grand nombre de manifestations publiques, au niveau du département, de la région ou municipal. Il faut qu’il soit près des élus, auprès des représentants de l’État (préfet de région, des départements), auprès des collectivités, auprès des maires. Il est membre, par rotation dans la région Nord-Pas-de-Calais, du Conseil économique et social de la région où l’on croise à la fois les entreprises, les syndicats, les associations multiples et les personnalités qualifiées. C’est une assemblée représentative de la société et influente. Le président de l’Université doit aussi être en relations étroites avec le recteur d’académie, le ministère, la conférence des présidents d’universités. Il doit aussi être présent à l’international pour assurer le rayonnement de son université et nouer des partenariats. J’ai toujours été membre de la Conférence des recteurs et présidents d’université européens, association qui regroupe les présidents d’université d’Europe. La France y brillait par sa faible participation. Il y avait toujours à peu près 16 recteurs d’universités néerlandaises sur 18 aux réunions ; Pour la France, on était moins nombreux avec 80 universités. Quand le rideau de fer est tombé, à la conférence qui se tenait à Istanbul, tous les recteurs des pays de l’Est et de la Russie sont venus pour la première fois mais nous n’étions que peu de Français. J’y suis presque toujours allé sauf quand cela était impossible pour des impératifs d’emploi du temps. Il faut aussi aller régulièrement dans les universités avec lesquelles la vôtre est jumelée. Je l’ai parfaitement appris en Chine. Un universitaire chinois me dit ainsi : “Vous comprenez, vous si vous signez, il n’y a plus personne derrière qui peut changer la décision tandis que si c’est un vice-président, vous pouvez toujours, au retour, prendre une décision différente”.
Le président est aussi l’ordonnateur des recettes et des dépenses. Il faut insister sur ce plan. Il s’efforce de faire rentrer le maximum d’argent dans les caisses notamment par la signature de partenariat multiples. Pour les dépenses, il faut systématiquement bien vérifier les questions de légalité. Il prépare, en liaison avec le chef des services financiers, le budget qui doit être voté par le conseil d’administration. L’agent comptable lui est un comptable, il contrôle ; c’est une tâche essentielle pour le président que de bien s’occuper de cette dimension financière. À peine élu à la présidence de l’université d’Artois, un collègue m’avait demandé quel serait le vice-président en charge des finances, ce à quoi j’ai répondu : “Moi, parce que si j’ai un vice-président chargé des finances, c’est lui le président effectif”. Le président, dans ce travail financier, n’a pas les mains libres et doit entrer dans des cadres très stricts ; il n’a qu’une marge de manœuvre limitée mais elle est néanmoins importante. Il faut gérer des thésaurisateurs, qui épargnent, ne dépensent pas les fonds publics alloués et font des réserves. En revanche, il y a aussi les dépensiers excessifs mais qui sont vite identifiables. Le président doit étudier les budgets prévisionnels mais aussi les comptes financiers qui sont l’état réel des recettes et des dépenses effectuées l’année précédente.
Le président, selon la loi, préside les trois conseils. Il y a certes des vice-présidents pour chacun des conseils mais à l’époque ils sont élus par leur conseil et ne sont pas toujours ceux qu’aurait choisis le président. Ils n’ont pas toujours une vision globale des choses et se laissent parfois influencer par des pressions étudiantes ou enseignantes. Au CEVU (Conseil des études et de la vie universitaire), il est nécessaire que le président veille à ce que les questions majeures qui concernent la vie étudiante et les études soient bien débattues. Quelques enseignants en effet ont tendance à s’appesantir longuement sur des questions d’études qui les intéressent et les questions liées à la vie étudiante (logement, repas, sport, santé, culture, etc.) qui sont pourtant fondamentales, ne sont abordées sommairement qu’à la fin. Les autres conseils sont aussi majeurs : conseil d’administration et conseil scientifique. Je n’aborde pas ici les problèmes de la recherche qui sont complexes et demanderaient une longue intervention spécifique. Le président, toujours selon la loi, a aussi autorité sur l’ensemble des personnels. Mais il y a la théorie et il y a la pratique. Son autorité sur les enseignants est relative et bien loin de celle d’un PDG d’entreprise. Il est perçu par ceux-ci comme un “PRIMUS INTER PARES” et ne peut agir réellement que s’il y a des infractions graves et des problèmes majeurs. Son autorité est d’abord morale, de conseil et de persuasion. Sur les IATOS, son autorité est un peu plus réelle mais en cas de conflit, ils peuvent faire preuve d’une force d’inertie ou de résistance collective remarquable et il faut s’efforcer d’éviter d’en arriver là. L’autorité du président n’existe finalement que si elle repose sur la concertation, la persuasion et la compétence. C’est la seule autorité vraiment reconnue.
Le président est aussi responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité dans son université. Ce n’est pas ce à quoi pense en priorité un candidat au poste de président mais dès qu’il l’est, cet élément devient vite une préoccupation majeure. Il y a la sécurité simple, ordinaire : les déplacements des personnes, les objets qui tombent, les plaques d’égouts qui restent ouvertes, les toilettes qui ne ferment pas ou ferment trop. Pour ce qui est du maintien de l’ordre, les choses sont très variables selon les périodes. À peine devenu président, Alain Lottin doit faire face à la crise liée au projet de loi Devaquet qui mobilise les étudiants contre les bruits de sélection et d’augmentation forte des droits d’inscription. L’université de Lille 3 est occupée mais pas son bureau, ce qu’il aurait difficilement supporté. Les événements dramatiques de Paris (mort de l’étudiant Malik Oussekine), les erreurs du gouvernement (le premier ministre qui est à Londres, ne rentre pas tout de suite) ne provoquent pas de violences à l’université de Lille 3 où la mobilisation reste forte mais pacifique Tout président doit être très vigilant sur les problèmes liés aux droits d’inscription, aux examens et à la sélection. Ce sont des éléments à surveiller comme le lait sur le feu car les étudiants y sont très sensibles. Il se rappelle qu’un journal régional avait eu la tentation comme poisson d’avril, d’annoncer que “les examens étaient reportés à l’université d’Artois”, ce qui l’a fait bondir, l’inventeur de ce canular ne mesurant pas l’impact d’une telle “fausse nouvelle” sur la vie de l’université. Heureusement il y renonça.
Le président Lottin à Lille 3, travaille notamment sur deux dossiers prioritaires. Il y a d’abord la question très pédagogique des unités de valeur (UV) “guillotines”. Des étudiants passaient trois années à l’université et partaient sans aucun diplôme parce qu’il leur manquait une UV. Vous aviez quelques professeurs qui proclamaient fièrement que “mon UV, elle se mérite et on ne l’a pas facilement”, se fondant sur la dignité de l’examen qui repose sur l’exigence. Il nomme un chargé de mission consensuel sur le sujet, qui propose et fait aboutir un système de moyennes plus larges et finalement plus représentatives du travail global de l’étudiant. La question vitale demeure cependant celle des locaux universitaires. Il n’y a rien à attendre d’un ministère convalescent après les manifestations contre la loi Devaquet et qui n’a pas de politique de constructions universitaires. Le président Lottin entreprend donc de mettre en œuvre une politique de délocalisation des enseignements universitaires en créant des antennes dans les principales villes de la région, ce qui permet de désengorger l’université lilloise et assure un meilleur accès aux études supérieures. Cela n’était pas gagné d’avance car il est immédiatement stigmatisé comme quelqu’un qui atomise l’université, qui la fractionne et la fragilise. Il conserve dans ses archives une lettre du recteur Guy Debeyre datée de 1964 à propos de la future université de Valenciennes. Face au refus du ministère, le recteur Debeyre, grand personnage et recteur bâtisseur très attaché à la région, s’insurge : “C’est avec un stupeur mêlée d’amertume que j’apprends que la section permanente du Conseil a rejeté la demande de création à Valenciennes d’un centre d’enseignement supérieur scientifique. Un tel refus constitue pour le recteur de Lille et pour toute la faculté de Lille, un véritable affront. Et lorsque l’on sait avec quelles facilités de tels établissements ont été ouverts dans le midi de la France, c’est une injure à tous les habitants du Valenciennois qui, à mon avis, ne méritent pas un traitement si injuste. Malgré toute ma bonne volonté, toutes mes demandes, toujours repoussées par des organismes irresponsables, il restera sous-scolarisé. Seule la connaissance que j’ai de vos hautes qualités et de votre esprit de justice me permet encore d’espérer”.
Ces résistances anciennes, développées à propose de Valenciennes (université fondée en 1966) et d’Amiens (fondée en 1968-1970)15 ressurgissent dans les années 1980-1990 à propos des antennes universitaires puis des universités nouvelles à créer. Alain Lottin insiste alors sur le fait qu’il est originaire des “marges”, du Boulonnais [...]. Les hommes des marges savent qu’il y a une inégalité des chances face à l’École et à l’Université liée certes aux inégalités sociales mais aussi à la géographie des territoires. Le Pas-de-Calais en général, comme la région d’Hautmont, de Maubeuge, du Cambrésis dans le Nord, souffraient de la distance à la fois réelle et symbolique avec la métropole lilloise, ellemême surchargée. Le président Lottin délocalise aussi les langues étrangères appliquées à Roubaix et y prévoit l’installation ultérieure de la formation en communication. Le maire de Lille, Pierre Mauroy, que des adversaires à ce changement avaient interpellé, demande à s’entretenir avec lui longuement à ce propos et, à l’issue de la conversation, approuve le projet qui allait dans le sens de Lille-métropole. »

Alain Lottin, fondateur et premier président de l’université d’Artois (1991-2000)

  • 16 Voir Alain Lottin, « Une mutation, la création des universités d’Artois et du Littoral » dans Robe (...)

8Le manque de locaux disponibles dans les universités lilloises héritées du XIXe siècle puis du redécoupage des années 1968-1970, tout comme la nécessité de faciliter l’accès démocratique à l’enseignement supérieur, par une offre de plus grande proximité, concourent donc à faire apparaître des antennes universitaires dans les principales villes de la région Nord-Pas-de-Calais puis à imaginer la naissance de nouvelles universités indépendantes en lien avec le Plan Université 2000 lancé en 1990 par Lionel Jospin et Claude Allègre, même si ces créations ne se font pas sans tensions et débats multiples16.

  • 17 Pour de plus amples détails : Alain Lottin, Genèse, création et développement de l’université d’Ar (...)
  • 18 Collectif, université d’Artois. 20 ans au service de l’enseignement supérieur, de la recherche... (...)

9Dès 1986, Alain Lottin signale, document écrit à l’appui, avoir travaillé à dessiner progressivement l’université d’Artois. Les textes officiels, par les marges d’autonomie qu’ils accordaient, permettaient aux présidents des universités lilloises, d’ouvrir des antennes. Il tient à ce qu’elles ne soient pas « sauvages » mais reconnues par le ministère. Cette ambitieuse politique n’est possible qu’avec l’appui majeur des collectivités territoriales qui proposent des locaux, des postes d’IATOS, les postes d’enseignants-chercheurs restant toutefois créés par l’État. Le 9 mai 1988 par exemple, une convention est signée entre l’université de Lille 3 (son président Alain Lottin) et le District urbain d’Arras (Alain Fatous, son président) pour l’ouverture d’un DEUG de lettres modernes à Arras dans une antenne de Lille 3, avec la perspective d’en ouvrir d’autres ensuite (Histoire, langues, etc.). Le changement de conjoncture lié aux élections de 1988 et à l’arrivée de Lionel Jospin comme ministre est majeur. Les quatre présidents des universités régionales (Lille 1 : A. Dubrulle ; Lille 2 : J. Vanlerenberghe ; Lille 3 : A. Lottin ; Valenciennes-Hainaut-Cambrésis : P. Tison) rédigent le 2 novembre 1988 un rapport intitulé « Positions communes aux présidents des universités du Nord-Pas-de-Calais sur le schéma régional des formations post-baccalauréat ». Ils y précisent qu’il faut veiller à maintenir sur les sites lillois des effectifs étudiants « à un niveau raisonnable (15 000 à 20 000 au maximum par université) », ce qui nécessite la création d’un ensemble universitaire en Artois et d’un autre sur le littoral de la Côte d’Opale17, tout en renforçant le pôle valenciennois. Le 11 avril 1990, les professeurs Bordet, Zalta et Garden, chargés par le Ministère de l’Enseignement supérieur, d’étudier la faisabilité de créer de nouvelles universités dans la région Nord-Pas-de-Calais, remettent leur rapport (36 pages) qui propose en effet la création de deux universités nouvelles. Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Lionel Jospin, vient clôturer le 9 juin 1990 les Assises régionales de préparation d’université 2000 à l’université de Lille 3 et annonce la décision du gouvernement de créer les universités d’Artois et du Littoral. Le 14 décembre 1990, un arrêté nomme Alain Lottin chargé de mission pour la mise en place de l’université d’Artois. Le décret du 7 novembre 1991 porte ensuite création et organisation provisoire de l’université d’Artois, fixant au 1er octobre 1992 le début de son existence, l’arrêté du 14 février 1992 ayant nommé Alain Lottin administrateur provisoire de l’université d’Artois. Tout est alors à créer et l’ancien président de l’université de Lille 3, entouré de services encore peu étoffés s’y emploie avec constance et énergie. Le 6 novembre 1992 à Arras est organisée « l’entrée solennelle » de l’université d’Artois, marquée par une cérémonie où sont présents des recteurs étrangers. Il faut cependant doter cette université de locaux dignes de ce nom, d’enseignants, de services et d’étudiants. Des locaux provisoires sont souvent mis à disposition par les mairies dans les sites retenus pour accueillir cette université multipolaire, dans l’attente des constructions nouvelles18. Le 1er octobre 1992, la faculté des sciences Jean Perrin s’installe dans ses superbes locaux lensois (Grands bureaux des Houillères du Nord-Pas-de-Calais) ; le 13 septembre 1994, les bâtiments des services centraux sont inaugurés à Arras, Alain Lottin se transformant pendant plusieurs années en président-bâtisseur. Les bibliothèques universitaires, oubliées dans les plans initiaux, sont inaugurées par François Bayrou, ministre de l’Éducation nationale, le 30 janvier 1997.

« Au total de 1992 à 2000, le total des travaux de constructions se monte à plus de 100 millions d’euros. En septembre 1992, l’université d’Artois reçoit sa première dotation en personnels avec 40 personnels enseignants et 30 postes de BIATOS. La lutte pour obtenir des postes supplémentaires est ensuite difficile et c’est le plan d’urgence de François Bayrou qui permet de recruter 70 emplois pour la rentrée 1996, sans lesquels l’université nouvelle eut connu des jours difficiles. »

10Dans son témoignage, le président Lottin insiste à la fois sur le dynamisme d’un certain nombre de décideurs politiques locaux et nationaux et sur les tentatives de résistance des structures lilloises qui voient souvent d’un mauvais œil ces créations nouvelles totalement indépendantes et complètes (dotées par exemple d’études de troisième cycle). La période lui apparaît fondamentale, marquée par un fort dynamisme volontariste.

« On part pourtant de presque rien. Quand il est nommé chargé de mission pour la mise en place de l’université d’Artois, en décembre 1990, il dispose en tant que chef de projet de 20 000 francs pour l’année, d’une secrétaire et d’une contractuelle. Heureusement, le conseil régional et le conseil général complètent ces moyens dérisoires. Et Bernard Alluin, président de l’université de Lille 3, avec l’accord du recteur, met à disposition de l’université d’Artois, à mi-temps, Mme Marie-Paule Dejonghe qui s’occupait à Lille 3 des antennes, des constructions et de la maintenance. Le travail de départ repose sur la composition d’un document de synthèse sur l’orientation pédagogique, un cadrage sur les formations demandées et les besoins en bâtiments qui débouche sur un programme technique de constructions. L’équipe ministérielle, dirigée par le recteur Armand Frémont, directeur de la programmation et du développement universitaire, se montre très compétente et très impliquée. Les réunions en préfecture sont nombreuses et constructives. Dès le départ l’université est pensée comme multipolaire même si cela entraîne quelques débats et tensions sur le choix de la ville siège, le maire de Lens, André Delelis défendant la candidature de sa ville. Il faut aussi dire non à un risque d’éparpillement des formations, certains élus voulant un pôle complet dans leur ville avec toutes les disciplines, ce qui aurait entraîné un émiettement considérable, notamment de la recherche. De même certains responsables de l’université de Lille 2 ne souhaitent pas la création d’une faculté de droit à Douai, dans le cadre de l’université d’Artois. Grâce à la vigilance d’Alain Lottin et du cabinet du Premier Ministre, Michel Rocard, le décret de création du 7 novembre 1991 prévoit bien l’existence du Droit à Douai. Ce sont d’ailleurs des collègues d’Amiens qui recrutent les premiers enseignants-chercheurs douaisiens. Alain Lottin doit aussi mettre en place les structures provisoires, les divers services administratifs en essayant d’associer l’ensemble des personnels aux grandes décisions. Il assiste lui-même à tous les conseils et veille au développement du service des relations internationales avec un budget spécifique pour les échanges des étudiants pour le distinguer de celui réservé aux enseignants. Il est très attentif aux conditions de vie des étudiants, au logement et à la restauration ainsi qu’à l’animation culturelle et sportive. Il multiplie aussi les partenariats et rappelle aux partenaires locaux que la présence de l’université a permis de créer 600 emplois directs et de nombreux emplois induits, ce qui n’est pas souvent souligné. »

11Après l’adoption des statuts définitifs de l’université d’Artois à la fin de l’année 1996, les trois conseils (Conseil d’administration, conseil des études et de la vie universitaire, conseil scientifique) sont élus et se réunissent en assemblée le 17 janvier 1997 pour procéder à l’élection du premier président de l’université d’Artois. Alain Lottin est alors élu au premier tour par 121 voix sur 133 votants. Jean-Jacques Pollet (2000-2005), Jacques Sys (2005-octobre 2006), Christian Morzewski (octobre 2006-mai 2012) puis Francis Marcoin (2012-2017) lui succèdent. L’université qui compte 3 563 étudiants en 1992-1993, en regroupe 9 676 en 1995-1996, 14 397 en 2008-2009 (IUFM inclus) et 11 404 en 2010-2011.

12Pour conclure, Alain Lottin insiste sur l’importance du rôle du président au sein des universités contemporaines et sur l’extrême richesse créatrice de la période qu’il a vécue comme président d’université, d’abord à Lille 3 à partir de 1986 puis en tant que fondateur et président de l’université nouvelle d’Artois entre 1991 et 2000.

« L’université, riche de la diversité de ses composantes, ne se limite pas toutefois à leur somme. La politique de l’établissement n’est pas l’addition, encore moins la juxtaposition de micro-politiques. »

13Le président à ce niveau a un rôle capital à jouer, avec les conseils et l’administration centrale, pour assurer une vision globale et prospective, donner du sens et un projet sur le long terme.

« Le président incarne l’UNIVERSITAS, la communauté des enseignants, des étudiants et des personnels. Il est l’artisan et le représentant de ce que Guillaume d’Orange au XVIe siècle, appelait “le sentiment de la généralité”, le garant de l’unité contre les risques de morcellement et de particularismes multiples. »

Notes

1 Cette première partie a été écrite par Jean-François Condette.

2 Jean-François Condette, Une faculté dans l’histoire. La Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, 430 p.

3 Jean-François Condette, La faculté des Lettres de Lille (1887 à 1974). Les métamorphoses d’une institution universitaire française, thèse de doctorat en histoire contemporaine, Lille 3, Septentrion, thèse à la carte, t. 3 : « La faculté des lettres de 1945 à 1974, p. 813-1244 ; Jean-François Condette, « Autour de mai 1968 : de la faculté des Lettres de Lille à l’université de Lille III : Une mutation accélérée », Revue du Nord, janvier-mars 2005, p. 139-176.

4 Alain Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, (thèse de 3e cycle), Lille, Raoust, 1968, 443 p. ; Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois ; un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979, 445 p. ; La chronique de Chavatte est publiée dans une superbe édition en 2010 : Alain Lottin, « Chronique mémorial des choses mémorables par moy Pierre-Ignace Chavatte » (1657-1693). Le mémorial d’un humble tisserand lillois au Grand siècle, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 2010, 512 p. (Prix d’académie ; médaille de vermeil de l’Académie française en 2011).

5 Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, 517 p. (réédition revue et corrigée aux Presses universitaires du Septentrion en 2012).

6 Parmi une longue liste : Alain Lottin, les sept premiers chapitres dans Louis Trenard (dir.), Histoire de Lille, t. 2, De Charles Quint à la conquête française, Toulouse, Privat, 1981 ; Alain Lottin, « La congrégation mariale des grands artisans de Lille (1624-1699) » dans Anne-Marie Cocula et Josette Pontet (dir.), Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, Bordeaux, PUB., 2005, p. 137-148 ; Alain Lottin, « Marchands, réforme protestante et instruction des enfants pauvres à Lille au milieu du XVIe siècle : l’école Déliot », dans Olivier Christin et Bernard Hours, Enfance, Assistance et Religion à l’époque moderne, Lyon, 2007, p. 239-258 ; Alain Lottin, « Le monde méconnu des « pauvres honnêtes » : Neuf cents petits prébendés lillois en I693 », dans Collectif, Les Passions d’un historien : Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Poussou, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010, p. 861-884 ; Alain Lottin, « La mise en œuvre de la réforme catholique à travers les conciles provinciaux de Cambrai (1565,1586, 1631) », dans Marc Aoun et Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu (dir.), Conciles provinciaux et synodes diocésains, du concile de Trente à la Révolution française. Défis ecclésiaux et enjeux politiques ?, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2010, p. 167-186 ; Alain Lottin, « Des villages infectés par la nouvelle religion » en Flandre et au pays de Lalleu au temps des troubles, (1550-1570), dans Philippe Chareyre (éd.), L’Hérétique au village. Les minorités religieuses dans l’Europe médiévale et moderne, Flaran-Toulouse, P.U. du Mirail, 2011, p. 53-68 ; Alain Lottin, « Les temps modernes », dans Frédéric Vienne (dir.), Histoire du diocèse de Lille et de son territoire, du Moyen-Âge à nos jours, Strasbourg, éditions du Signe, 2012, p. 80-135 ; Alain Lottin, « L’enfermement des fainéants et des débauchées : la bonne et forte maison des pauvres à Lille,(Raspuck), 1661-1685 », dans Claude Moreau de Gerbehaye, Sébastien Dubois et Jean-Marie Yante, (dir.), Gouvernance et administration dans les provinces belgiques (XVIe-XVIIIe siècle), Bruxelles, 2014, p. 515-538.

7 Parmi de nombreux ouvrages : Alain Lottin et Philippe Guignet (dir.), Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française, Arras A.P.U., 2006, 442 p. ; Alain Lottin et Laurence Delsaut, Sentences criminelles de la gouvernance de Lille, 1585-1635, Arras, A.P.U, 2012, 270 p. ; Alain Lottin et Stéphane Curveiller (dir.), Un champ de bataille de l’Europe : le Nord-Pas-de-Calais de Jules César à Hitler, Lillers, Éditions des Échos du Pas-de-Calais, 2014, 280 p. ; Alain Lottin a aussi dirigé de très nombreux ouvrages qui retracent l’histoire des villes du Nord et du Pas-de-Calais (Histoire de Villeneuve d’Ascq, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Histoire de Tourcoing, etc.) ainsi que les 5 t. sur l’Histoire des provinces françaises du Nord (Artois Presses université, Arras, APU). Il a aussi dirigé 2000 ans du Nord-Pas-de-Calais, Manuel d’Histoire régionale, 2 vol., Éditions de la Voix du Nord, 2002.

8 Parmi une longue liste : Alain Lottin, Les « Casseurs » de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hachette, coll. « Le Temps et les hommes » (en collaboration avec Solange Deyon), Paris, 1981, 225 p. (réédité aux Presses Universitaires de Lille en 1987 puis aux Presses du Septentrion en 2012) ; Alain Lottin, Boulonnais, Noble et Révolutionnaire : le journal de Gabriel Abot de Bazinghen, 1779-1798, Arras, Artois Presses université, 1995, 331 p. ; Alain Lottin, Être et croire à Lille et en Flandre XVIe-XVIIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2000, 547 p. ; Alain Lottin, Lille, d’Isla à Lille-Métropole, Lille, Éditions de La Voix du Nord, 2003,198 p. ; Alain Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut., Lillers, Les Échos du Pas-de Calais, 2007, 196 p.

9 Pierre Deyon (1927-2002) est le premier président élu de l’université de Lille 3 qu’il dirige de 1970 à 1975. Né à Beauvais en 1927, fils d’un chef de bureau à la SNCF et d’une institutrice, il fait de brillantes études à Paris (Sorbonne et Institut d’études politiques) et obtient l’agrégation d’histoire, comme son épouse et historienne Solange. Il est alors professeur dans le secondaire à Rouen puis à Saint-Maur-des-Fossés, avant d’être nommé assistant à la faculté des lettres de Lille en 1960. Il soutient sa thèse sur Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle (606 p.) le 17 juin 1967 devant un jury composé de Victor-Lucien Tapié (président), Pierre Vilar, Alphonse Dupront, Ernest Labrousse et Roland Mousnier. Il est ensuite élu professeur d’histoire moderne. Il participe activement aux réflexions nées des événements de mai-juin 1968 et s’engage dans la reconstruction de structures universitaires nouvelles sur le terrain lillois. Il joue ainsi un rôle important dans l’adaptation progressive des statuts, d’abord définis de manière autonome dans les réunions lilloises, au cadre légal paru plus tardivement dans la loi Faure du 12 novembre 1968. Il est élu président de l’université de Lille 3 le 22 décembre 1970 et demeure à ce poste jusqu’en 1975 y accomplissant un travail majeur à la fois de mise en œuvre des nouvelles structures universitaires (conseil d’administration, conseil scientifique, conseils d’UER, etc.) et de développement de l’université. Il doit aussi gérer la délicate question du transfert de l’université depuis ses anciens locaux du centre de Lille vers le campus péri-urbain de « Pont de bois » (future Villeneuve d’Ascq), tout en devant faire face à des « mai rampants » épisodiques liés à des mouvements d’agitation de groupuscules étudiants divers. Expert de la Délégation générale de la Recherche scientifique, il est ensuite nommé recteur de l’académie de Strasbourg (1981-1991) jusqu’à sa retraite. Spécialiste d’histoire sociale et urbaine, on lui doit de très nombreux articles et ouvrages sur les sociétés urbaines d’Ancien régime mais aussi sur le mercantilisme et les réalités économiques de cette même période (proto-industrialisation, etc.). Il travaille aussi sur les prisons et la délinquance (Le temps des prisons. Essai sur l‘histoire de la délinquance et les origines du système pénitentiaire, Lille, PUL, 1975, 196 p.) et sur les questions liées à la régionalisation et à la décentralisation (Paris et ses provinces. Le défi de la décentralisation (1770-1992), Paris, Armand Colin, 1992, 178 p. ; L’État face au pouvoir local : un autre regard sur l’histoire de France, Saint-Amand-Montrond, Éditions locales de France, 1996, 244 p. ; Régionalismes et régions dans l’Europe des quinze, Saint-Amand-Montrond, Éditions locales de France, 1997, 158 p.). Il publie en 2000 avec son épouse Solange, Henri de Rohan, huguenot de plume et d’épée (1579-1638), Paris, Perrin, 2000, 228 p. Voir Philippe Guignet, « Réflexions sur un parcours : Pierre Deyon (1927-2002), Histoire urbaine, 2002/2, no 6, p. 151-159.

10 Alain Lottin, Genèse, création et développement de l’Université d’Artois. Jalons pour une histoire, Arras, Conseil général du Pas-de-Calais-Académie d’Arras, 2012, 73 p. (p. 5 à 39 pour l’analyse scientifique de cette création).

11 Merci à Marianne et à Roger pour la retranscription intégrale du témoignage (67 minutes).

12 Ces trois conseils sont : le conseil d’administration, le conseil des études et de la vie universitaire, le conseil scientifique.

13 Voir Jean-François Condette, Histoire de la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1974 : les métamorphoses d’une institution universitaire française, Lille, ANRT, 1997, 3 vol., 1420 p. (thèse de doctorat) ; Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, 430 p.

14 Cne (Comité national d’évaluation), L’université Charles de Gaulle-Lille III, rapport d’évaluation de novembre 1990, Paris, service des publications du Ministère, 1990, 288 p. (ici p. 19).

15 Voir Bruno Poucet, « Le recteur Mallet, refondateur de l’académie d’Amiens et initiateur de l’université de Picardie », dans Jean-François Condette et Henri Legoherel (dir.), Les recteurs d’académie en France. Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 171-181.

16 Voir Alain Lottin, « Une mutation, la création des universités d’Artois et du Littoral » dans Robert Vandenbussche (dir.), 1896-1996 : Cent ans d’université lilloise, Villeneuve d’Ascq, Lille 3, CHRENO, 2000, p. 219-244.

17 Pour de plus amples détails : Alain Lottin, Genèse, création et développement de l’université d’Artois. Jalons pour une histoire, Arras, Conseil général du Pas-de-Calais-Académie d’Arras, 2012, 73 p.

18 Collectif, université d’Artois. 20 ans au service de l’enseignement supérieur, de la recherche... et des étudiants, 2012, Arras, université d’Artois, 68 p.

Auteur

Professeur émérite en histoire moderne. Agrégé d’histoire (1960), docteur de Troisième cycle (1967), docteur d’État (1981), il a été professeur en histoire moderne mais aussi président de l’université de Lille 3 (1986-1991) puis président-fondateur de l’université d’Artois (1991-2000). On lui doit de très nombreux ouvrages, d’importantes contributions à des ouvrages collectifs et de multiples articles en histoire sociale et religieuse de l’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site