Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Diriger les établissements secondaires

Gérer la vie scolaire et disciplinaire. Les relations complexes entre le chef d’établissement et le surveillant général (fin XIXe-XXe siècles)

Christine Focquenoy-Simonnet

Texte intégral

  • 1 Littérature (Daudet, Vallès, Balzac etc.), cinéma (Vigo et Véry, en particulier) et iconographie ( (...)
  • 2 Pierre Henry, Manuel des maîtres d’études et des maîtres répétiteurs, Paris, Hachette, 1854, p. 12 (...)

1Le surveillant général est un acteur du monde scolaire français des XIXe et XXe siècles dont l’image caricaturale de maintien de l’ordre et de la discipline a traversé les siècles au travers du mythe du « surgé1 ». C’est le ministre de l’Instruction publique Salvandy qui, par un arrêté du 16 novembre 1847, officialise la fonction qui existait déjà dans certains établissements secondaires, parfois sous l’appellation de « sous-directeur ». Il précise, dans ce Règlement général sur les maîtres d’études du 16 novembre 1847, les modalités de nomination, de suspension et de distinction, en soulignant le rôle du proviseur ou du principal. Il place ces « membres de l’Université » dans l’échelle hiérarchique, sous l’autorité du censeur (Instruction du 20 décembre 1847), devant les maîtres d’études mais après les professeurs. Comme le précise Le Manuel des maîtres d’études du recteur Henry, le surveillant général est un exécutant qui « transmet directement aux maîtres d’études les ordres du proviseur et du censeur, et rend compte de leur exécution2 ».

2L’analyse des dossiers de carrière des surveillants généraux de l’académie de Lille, aux Archives Nationales et aux Archives départementales du Nord, complétée par des interviews d’anciens « surgés », révèle l’importance de ce lien, dans le quotidien de ces personnels et pour leur avancement. Cette étude prosopographique met en lumière les valeurs institutionnelles attendues et la manière dont elles se déclinent sur le terrain. Nous montrerons également que le contexte spécifique, géographique et politique de l’établissement scolaire influe notablement sur le couple « chef d’établissement/surveillant général ». Les notices individuelles des personnels reflètent les aléas de l’évaluation. Nous verrons que ce duo se transforme, souvent, en trio administratif, dont la littérature nous brosse un portrait humoristique, constitué du chef d’établissement, du surveillant général et du censeur. Les sources historiques dévoilent des duos ou des trios variés et complexes, s’inscrivant dans un large spectre de la soumission méprisante au respect fusionnel. Nous décrirons, enfin, quelques figures emblématiques dont certaines s’inscrivent pleinement dans l’évolution de l’enseignement secondaire et annoncent la naissance des conseillers principaux d’éducation en 1970.

Le surveillant général, « fantassin de la grande armée » des membres de l’Université, sous le « joug » du chef d’établissement

3Le couple proviseur/surveillant général est fondé sur des rapports de soumission très étroits mais qui peuvent aussi déboucher sur des complicités fortes.

Le poids du chef d’établissement dans la carrière du surveillant général : du recrutement au Graal parisien

  • 3 Jules Valles, L’enfant, Paris, Librairie Générale Française, 1972 (œuvre originale publiée en 1879 (...)
  • 4 Jules Valles, L’insurgé, Paris, Librairie générale française, 1972, p. 11.

4La figure du « fantassin de la grande armée » des membres de l’Université est empruntée à Jules Vallès, qui, dans sa célèbre trilogie3, dépeint, avec sagacité, un monde scolaire implacable et humiliant. L’écrivain trempe sa plume acérée dans ses souvenirs et ses souffrances personnelles. Dans le roman, l’avancement dans l’Université se dessine comme un jeu d’obstacles et de chausse-trappes, éliminant les non-initiés. Lâcheté et compromissions rythment les relations professionnelles. Chez Vallès, le pion rejoint la grande armée des mal-aimés méprisés et humiliés, au bas de l’échelle hiérarchique. Ce mépris s’exprime avec force dans l’image récurrente du chien. Ainsi, dans L’Insurgé, un professeur, conscient des valeurs intellectuelles de Jacques, double fictionnel de Vallès, s’interroge : « Le proviseur vous gardera-t-il ? Vous avez l’air d’un homme, il lui faut des chiens couchants4. » Jacques lui rétorque qu’il est « décidé à être lâche. ». Vallès décrit le quotidien du « bagne du pionnage ». Cette peinture cinglante peut sembler caricaturale mais les dossiers de carrière des surveillants généraux de l’Académie de Lille recèlent effectivement quelques marques de mépris hiérarchique et attestent de la précarité des personnels, parfois victimes de l’arbitraire de l’Administration, comme nous le verrons.

  • 5 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières. T. 1 : 1802-19 (...)
  • 6 Annie Tschirhart, « Des surveillants généraux aux conseillers principaux d’éducation : histoire d’ (...)
  • 7 Yves Verneuil, « Rôles et identités professionnelles des répétiteurs et des professeurs de lycée ( (...)
  • 8 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières, op. cit., p. 2 (...)

5Le poids du proviseur ou du principal s’avère primordial dans la carrière du surveillant général. Le cadre législatif de la fonction le précise. D’une part, le positionnement hiérarchique le place en position de subalterne. Dans l’arrêté ministériel fondateur du 16 novembre 1847, le Règlement général sur les maîtres d’études5, les surveillants généraux sont liés aux maîtres d’études dont ils émanent pour la plupart, comme le confirme l’étude de la cohorte de l’académie de Lille. Ils sont d’anciens maîtres d’études ou répétiteurs (nouvelle appellation en 1853), plus rarement instituteurs ou professeurs. Dans le contexte de bataille du Monopole, Salvandy souhaite affermir le pouvoir de l’Université en renforçant les personnels d’encadrement, et améliorer la qualification des maîtres d’études, vivier naturel des surveillants généraux mais aussi des futurs enseignants qu’il s’agit de former6. Le surveillant général est un « membre de l’Université » soumis à l’autorité du censeur (Instruction du 20 décembre 1847), rangé devant les maîtres d’études qu’il dirige, mais après les professeurs7. D’autre part, le proviseur ou le principal fait et défait les carrières, comme le prévoit l’arrêté ministériel de Salvandy. En effet, il détient un large pouvoir concernant le recrutement, l’avancement, la suspension8. Le proviseur propose au Grand Maître, les candidatures des maîtres d’études, qui ont exercé au minimum trois ans, souhaitant « être appelés aux emplois de sous-directeurs ou surveillants généraux » (Art. 20). Cette prérogative est exercée dès le début et perdure jusqu’au XXe siècle, comme le montrent les documents d’Archives. Ainsi, le proviseur du lycée de Douai, M. Fleury, se réjouit, en 1850, d’avoir choisi François Cantain, comme maître d’études faisant fonction de surveillant général. Il écrit dans la notice individuelle de l’année 1850-1851 du fonctionnaire :

  • 9 Archives départementales du Nord, 2 T 188, dossier de François Cantain.

« Je n’ai qu’à m’applaudir d’avoir confié à M. Cantain les fonctions de surveillant général. Il a de l’influence sur M. les maîtres d’études et sur les élèves, dont il a su se faire aimer et respecter. Sa vigilance est incessante : il a aussi beaucoup de soin de notre bibliothèque classique9. »

6Cette démarche est valable quel que soit le type d’établissement. Ainsi, le répétiteur du collège de garçons de Béthune, Louis Flament, reçoit l’appui de son principal quand il brigue le poste de surveillant général de son établissement. Il sollicite vainement une audience au recteur, par une lettre manuscrite du 5 décembre 1920 :

  • 10 Archives nationales, F17 26563, dossier Louis Flament ; Archives départementales du Nord, 2 T 275.

« J’ai fait toute la campagne et ai obtenu deux citations : l’une à l’ordre du régiment, l’autre à l’ordre du corps d’armée. Comme je possède les parties communes de la licence d’anglais, j’ai pu accepter sans indemnité de remplir du 1er octobre 1919 au 25 mai 1920 les fonctions de professeur de 3e et 4e et, du 1er octobre au 30 novembre 1920, celles de professeur de 5e et 6e. Je suis marié et père d’un enfant ; j’aspire donc à posséder une situation stable conforme à mon âge et à mon ancienneté de service. J’ai une entière confiance dans votre bonté pour appuyer la proposition qui vous a été transmise, et je vous prie d’agréer, Monsieur le recteur, l’assurance de mon profond respect et de mon parfait dévouement10. »

7C’est le principal, dans la notice individuelle de 1920-1921, qui appuie fortement cette demande en donnant « un avis très favorable à la nomination de surveillant général de ce fonctionnaire, très dévoué au collège ». Louis Bérard signe l’arrêté ministériel de nomination comme « délégué dans les fonctions de surveillant général », le 21 octobre 1921. Dans la notice de l’année suivante, le principal souligne que c’est un « surveillant général très dévoué au collège, très reconnaissant à l’Administration supérieure qui l’a titularisé dans ses fonctions ». Les dossiers comportent de nombreuses fiches de proposition de titularisation, comme celle rédigée, le 22 octobre 1924, par le proviseur du lycée de Tourcoing, M. Labbé, qui appuie instamment la demande de V. Dessaigne, répétiteur délégué dans les fonctions de surveillant général :

  • 11 Archives nationales, F17 25049, dossier Dessaigne ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.

« Proposition du proviseur : M. Dessaigne n’a eu aucune difficulté à assurer, à mon entière satisfaction, les fonctions de surveillant général ; tout entier à son service ; le connaissant bien et dans les moindres détails qu’il sait résoudre avec autant de fermeté que de bienveillance ; son autorité est nettement établie. Je sollicite instamment que la situation de ce fonctionnaire, père de trois enfants, soit celle qu’il mérite pour l’excellent service qu’il nous rend11. »

8L’avis très favorable de l’inspecteur d’académie permettra à Dessaigne d’obtenir, le même mois, son arrêté de nomination, signé du directeur de l’Enseignement secondaire. Son proviseur le proposera, dès l’année suivante, pour une promotion au choix :

  • 12 Ibid.

« Je n’ai qu’à louer, sans réserve la belle activité, le concours absolument dévoué que m’apporte en toute circonstance, M. Dessaigne. Je demande instamment pour cet excellent fonctionnaire qui a de lourdes charges de famille, trois enfants, une promotion au choix12. »

9Cet exemple illustre le rôle d’accélérateur de carrière du chef d’établissement. Les jugements de ce dernier s’imposent pour les promotions mais aussi pour les mutations.

  • 13 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968, p. 75  (...)
  • 14 Archives départementales du Nord 2 T 205, dossier de Gabrielle Chrétien.

10À la lecture des documents d’archives, se dessine une « géographie » scolaire qui est au cœur des carrières des surveillants généraux. Une échelle de prestige implicite classe les établissements et place ceux de la capitale au sommet. Les fiches de vœux pour « le cadre de Paris » sont pléthoriques et peu de fonctionnaires obtiennent cette précieuse nomination. Cette nomination est très convoitée pour son aura professionnelle mais aussi pour les avantages matériels (différences de traitements, notamment) qu’elle procure13. Être nommé à Paris est une consécration ou une « récompense » pour services rendus. En province, les jugements tranchés des chefs, appuyés par les inspecteurs d’académie et le recteur, répartissent les fonctionnaires des « petits » établissements aux plus convoités, ceux de Lille et de Douai. Les travers professionnels sont rédhibitoires pour l’obtention de ces deux villes mais acceptables pour d’autres. Gabrielle Chrétien, surveillante générale au lycée d’Amiens n’obtient le cadre de Paris qu’au bout de quatorze ans, grâce au changement de directrice. La première la jugeait « agitée, de caractère difficile et ombrageux14 », donc indigne de cette mutation. La seconde, écrit dans la notice de 1928-1929 : « S’acquitte avec un très grand zèle de ses fonctions et, actuellement, mérite l’avancement qu’elle demande. » Mais l’avis favorable du chef d’établissement s’avère insuffisant s’il n’est pas confirmé par l’inspecteur d’académie. Pierre Eymin, surveillant général au lycée de Lille, réclame vainement le poste d’un de ses prédécesseurs, nommé au Lycée Louis Le Grand en 1911 et décédé en 1921. La notice de l’année 1920-1921 reflète le primat des autorités supérieures :

  • 15 Archives nationales, F17 24367, dossier Pierre Eymin ; Archives départementales du Nord, 2 T 268.

« Vœu du fonctionnaire : sollicite un poste de surveillant général dans un lycée de Paris, la mort de M. Verdière, surveillant général, au lycée Louis Le Grand devant provoquer un mouvement dans le cadre des surveillants. Note et proposition du chef d’établissement : M. Eymin est un surveillant général très consciencieux, dévoué et sympathique. Il tiendrait bien la place qu’il demande à Paris. Note et proposition de l’inspecteur d’académie : M. Eymin est un brave homme ; mais ses allures de paysan du Danube, sa culture et son éducation évidemment modestes, ne me paraissent pas faire de lui un candidat sérieux pour Paris. Manque d’autorité d’ailleurs. Note et proposition du recteur : Candidature prématurée15. »

11Notons au passage, la virulence de l’appréciation de l’inspecteur qui contraste fortement avec celle du proviseur. Le fonctionnaire n’obtiendra jamais Paris et sera nommé à Lyon, en 1923. Le pouvoir des proviseurs et principaux est tel qu’ils peuvent suspendre le surveillant général en cas de fautes graves (articles 12 à 15 de l’arrêté ministériel du 16 novembre 1847). Effectivement, nous avons retrouvé des traces d’« affaires », lilloises et douaisiennes, qui ont motivé le déplacement ou la suspension du fonctionnaire.

Surveillant général et chef d’établissement en représentation

  • 16 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968, (...)
  • 17 O.A. : Officier d’Académie ; O.I. : Officier de l’Instruction publique.

12Le pouvoir du chef d’établissement sur le surveillant général s’exerce donc pour le recrutement, les promotions, les mutations, la suspension mais aussi sur l’octroi des très prisées distinctions honorifiques. La course aux grades se double, en effet, d’une quête de médailles16. Le texte de 1847 consacre un chapitre complet aux « rang et titres honorifiques » (Titre IV). L’importance des distinctions se lit dans les nombreuses demandes des fonctionnaires, appuyées parfois par des recommandations de notables. De multiples documents d’archives (notices, lettres manuscrites, cartes etc.) en témoignent. Dans les notices, la mention « O.A. ; O.I.17 » est récurrente et l’appréciation des chefs d’établissement l’évoque fréquemment, comme pour François Cantain, surveillant général du lycée de Douai :

  • 18 Archives départementales du Nord 2 T 188, dossier François Cantain.

« Ce fonctionnaire ne cesse pas de rendre au lycée d’excellents services. Sa perspicacité, son expérience, sa connaissance approfondie des maîtres ainsi que des élèves sont toujours d’un très grand secours, et c’est là ce qui me fait considérer comme un devoir de demander pour lui le titre d’officier d’académie, en récompense de ses 17 ans de très bons, de très précieux services18. »

  • 19 Archives départementales du Nord 2 T 263, dossier de Jacques Durand.

13Le proviseur présente ici la distinction comme une récompense. C’est, aussi, une étape attendue de fin de carrière. Dans sa longue lettre manuscrite au recteur, datée du 25 juillet 1887, Jacques Durand, surveillant général, souhaite garder son poste car, insiste-t-il « il est toujours préférable de rester longtemps dans le même établissement, on possède la confiance des familles, on trouve facilement des leçons particulières, on acquiert même des droits plus rigoureux aux distinctions honorifiques par cette ancienneté même dans la maison19 ».

  • 20 P. Very, Les disparus de Saint-Agil (1937), adapté au cinéma par Christian Jaque (1938), dialogues (...)
  • 21 Jules Vallès Le bachelier, Paris, Librairie générale française, (1877), 1972, p. 139.

14Les remises de médaille font partie du rituel. De nombreuses cérémonies émaillent la vie universitaire et le monde scolaire se met en scène avec tout l’apparat qui convient. Dans les cérémonies publiques et les solennités, la robe est de rigueur pour les membres de l’université et le noir s’impose (article 35 de l’arrêté du 16 novembre 1847). Ce decorum est abondamment raillé par les écrivains et cinéastes (Daudet, Vallès, Guth, Vigo, Véry20) des XIXe et XXe siècles. Lors des représentations, le surveillant général se situe, à une juste distance protocolaire, dans le sillage du chef d’établissement et du censeur. Ces trois fonctionnaires forment pour Jules Vallès un « trio de niais » honni : « Les samedis, le proviseur, le censeur et le surveillant général venaient proclamer les places, écouter les notes. Est-ce qu’ils ne se permettaient pas, les niais, de branler la tête en signe de louange, quand j’étais premier encore une fois ! Niais, niais, niais21 » ! Dans le roman de Paul Guth, Le naïf aux quarante enfants, le narrateur, un jeune professeur agrégé de lettres classiques, file la métaphore militaire pour dépeindre avec humour, le même trio :

  • 22 Paul Guth, Le naïf aux quarante enfants. Paris, Albin Michel, 1995, p. 101.

« Dans la cour, autour de la statue du grand homme, toute l’administration était massée. Le proviseur, ses feuilles de composition flottant au vent crispé du matin. Le censeur, un sourire englué sous le nez. À distance réglementaire, comme des maréchaux autour de Napoléon à Austerlitz, le chapeau à la main et indiquant du doigt les bataillons qui manœuvraient, les trois surveillants généraux22. »

  • 23 Ibid., p. 96.
  • 24 Jean Vigo, Zéro de conduite. Film français 44 mn, 1933, Noir et blanc.

15Chez le romancier, le surveillant général est associé à ses supérieurs hiérarchiques pour former la « toute-puissante Stras, aux lâchetés de sérail23 », l’administration contre laquelle le jeune enseignant et ses élèves font front. Omnipotence et fonctionnement militaire constituent les deux invariants de la description de ces personnels dans la littérature et au cinéma. Ainsi, Jean Vigo son film Zéro de conduite24 (1933) ridiculise les autorités de l’établissement, mêlées aux sommités locales, lors de la mémorable scène finale de la fête. Le vernis ostentatoire des dignitaires scolaires et religieux va se craqueler sous l’acide de la révolte collégienne. Dans les œuvres de fiction, le surveillant général essuie les mêmes critiques que le chef d’établissement mais il apparaît également, notamment dans la trilogie vallésienne, comme victime d’une hiérarchie oppressante et humiliante. Cette approche littéraire rejoint les sources historiques. Le chef d’établissement joue un rôle crucial dans la carrière du surveillant général. L’avancement dans l’Université se dessine comme un jeu d’obstacles et de chausse-trappes, éliminant les non-initiés. Connivences sociales et compromissions forgent les carrières. L’analyse des dossiers et les interviews d’anciens « surgés » le confirment.

Les relations complexes du chef d’établissement et du surveillant général : des invariants institutionnels aux aléas du terrain

16Les dossiers de carrière révèlent une diversité de profils, depuis le surgé méprisé qui végète sous les foudres d’une administration implacable jusqu’au surveillant général parisien encensé. Néanmoins, l’étude des quatre-vingts dossiers déjà dépouillés permet de dégager les attentes institutionnelles des chefs d’établissement et des autorités académiques.

Le surveillant général modèle pour l’Institution

  • 25 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges..., op. cit., p. 54.

17Les anciens surveillants généraux interviewés affirment, sans exception, que l’Institution attendait des exécutants soumis et fermes. L’obéissance hiérarchique structure l’université25. Une appréciation de l’inspecteur d’académie Agaudier, dont la plume est invariablement cruelle et acérée, apparaît, sur ce point, emblématique. Le proviseur du lycée de Valenciennes, en 1901, loue le dévouement sans faille de son collaborateur et insiste pour qu’il devienne censeur. Agaudier écrit, à la suite :

  • 26 Archives nationales, F17 23924, dossier Paul Juneaux ; Archives départementales du Nord, 2 T 339.

« M. Juneaux est, en effet, l’humble serviteur de M. le Proviseur, qui se repose sur lui de trop de besognes. Très docile et dévoué comme subordonné, médiocrement intelligent et instruit, en somme bon surveillant général, rien de plus. Je ne fais point d’objection à sa nomination comme censeur dans un petit lycée, à l’expresse condition qu’il ne devienne jamais proviseur et qu’il en soit averti26. »

  • 27 Interview d’André de Peretti, à son domicile parisien, le 7 février 2012.
  • 28 Archives départementales du Nord, 2 T 205, dossier de Gabrielle Chrétien.
  • 29 Archives nationales, F17 22895, dossier Louis Gressier ; Archives départementales du Nord, 2 T 310

18L’image du surveillant général pour cette autorité académique apparaît nette et tranchée. Comme le résume André de Peretti27, le surveillant général était « un gardien de l’ordre aux ordres ». Maintien de l’ordre et discipline constituent le cœur du métier. La docilité est préférée à l’intelligence. Cette position se retrouve dans d’autres dossiers dans lesquels on demande au fonctionnaire de « tenir sa place ». C’est le cas de Mlle Chrétien à laquelle on reproche, de 1923 à 1929, d’« exagérer un peu l’importance de sa fonction28 ». Comme pour les surgés de fiction, le surveillant général doit rester dans l’ombre et ne s’afficher que pour servir l’établissement, en représentation, aux côtés du chef. Le chef d’établissement n’attend pas des conseillers mais des « serviteurs zélés de la Maison ». Le terme « maison » est récurrent et souvent associé au champ lexical de l’appartenance. Ainsi, le proviseur du lycée Faidherbe, précise, en 1877, que Louis Gressier, surveillant général, « appartient depuis 7 ans au lycée de Lille29 ». Comme ce fonctionnaire souhaite un emploi de chargé de cours, il réclame un remplaçant et formule sa requête en ces termes : « Si M. le recteur connaissait un bon surveillant général, je serais heureux de le recevoir de sa main. » Le dévouement confine parfois à l’asservissement. La plupart des chefs d’établissement demandent des « collaborateurs » qui les « secondent » et rendent de « grands services », comme le proviseur du lycée de Faidherbe de Lille en mars 1902 :

  • 30 Archives nationales, F17 23253, dossier Arthur Chimot ; Archives départementales du Nord, 2 T 204.

« M. Chimot nous a, jusqu’alors, rendu tous les services que nous attendons de sa délégation dans les fonctions de surveillant général du petit lycée. Je souhaiterais, comme lui, qu’il fût possible de le titulariser30. »

  • 31 Archives départementales du Nord 2 T 310, dossier de Blanche Grès.

19La directrice du lycée Fénelon de Lille qui apprécie, en 1926, l’intelligence, la conscience et le dévouement de sa collaboratrice, Mlle Grès. L’inspecteur d’académie appuie sa demande de mutation en écrivant : « Bonne surveillante générale active, intelligente qui seconde utilement Mme la Directrice dans l’administration de la maison31. » Mais certains exigent un dépassement incompatible avec une vie personnelle, comme l’illustre l’appréciation du proviseur du lycée de Valenciennes, le 22 janvier 1912 :

  • 32 Archives départementales du Nord 2 T 332, dossier de Delphis Jacq.

« M. Jacq est mon seul auxiliaire au grand lycée avec un internat de 25 élèves pensionnaires et 60 demi-pensionnaires. Il est en fonction de 5 heures du matin à 10 heures du soir tous les jours, à cause de la division des deux lycées. Sa ponctualité, son dévouement, sa gravité méritent de lui faire donner la titularisation qu’il désire, car il sera un sérieux fonctionnaire de l’ordre administratif32. »

  • 33 Archives nationales, F17 25049 ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.
  • 34 Archives départementales du Nord, 2 T 239.
  • 35 Archives nationales, F17 22806 ; Archives départementales du Nord, 2 T 215.

20Dévouement, exactitude, zèle, activité, tact et loyauté sont attendus par l’Institution, parfois jusqu’au sacrifice. Ce sont les termes qui reviennent le plus fréquemment dans les appréciations des chefs d’établissement. Les surveillants généraux ne doivent ménager ni leur temps ni leur peine. Le surveillant général du lycée de Tourcoing « sacrifie ses rares moments de liberté lorsque l’intérêt de l’élève l’exige33 » ; celui de Valenciennes passe « la plus grande partie de ses vacances à recruter de nouveaux élèves34 ». Son collègue, « sort peu du collège35 » et le principal souhaite « le conserver ». Le principal du collège de garçons de Béthune, en juin 1929, énumère les qualités appréciées de son collaborateur et émet un avis très favorable à sa nomination en lycée :

  • 36 Archives nationales, F17 26563, dossier Louis Flament ; Archives départementales du Nord, 2 T 275.

« M. Flament est surveillant général depuis 8 ans d’un établissement qui compte actuellement 350 élèves dont 105 internes. C’est dire qu’il possède à fond la pratique du métier. Énergique, consciencieux en tout et ne boudant jamais devant la besogne, il a toujours été pour le principal un collaborateur précieux. Serviable et courtois, il a toujours entretenu les meilleurs rapports avec les familles et les professeurs. Dans ses relations avec le personnel de surveillance, il a su heureusement combiner la fermeté et la bienveillance36. »

  • 37 Archives départementales du Nord, 2 T 332.
  • 38 Archives nationales, F17 26540.
  • 39 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968, p. 368

21Les surveillants généraux investissent l’espace et le temps sans compter. Le surveillant général du lycée de Valenciennes est « toujours debout, du matin au soir, aucun détail ne lui échappe37 ». Mlle Blanchevoix, célibataire, « termine une carrière [à Paris] qu’elle a su élever à l’apostolat38 ». La force du terme illustre les attentes de dévouement absolu. Le surveillant général appartient à la « Maison » et s’y consacre parfois jusqu’à l’épuisement. Les certificats médicaux sont nombreux. Certains meurent à la tâche et la vie privée doit s’effacer alors qu’une « bonne tenue », morale et physique est exigée dans l’établissement et en ville. Les surveillants généraux sont eux-mêmes soumis à la surveillance des chefs d’établissement à ce niveau et les écarts sont sanctionnés. L’Université ne transige pas avec l’exemplarité et « n’aime guère le militantisme tapageur39 ». J. Durand, qui fréquente assidûment les estaminets, l’apprend à ses dépens. Il est « envoyé en disgrâce de Tourcoing au Cateau. Le proviseur du lycée de Tourcoing rapporte ainsi les faits au recteur :

  • 40 Archives départementales du Nord, 2 T 263.

« Le 19 août 1888, jour des élections législatives (Boulanger contre Moreau), M. Durand, qui était en état complet d’ivresse, vociférait à 4 heures et demie du matin dans un cabaret avoisinant l’hôtel de ville. À un moment donné, il sortit du cabaret et s’installa au milieu de la cour de l’établissement, pour satisfaire le besoin naturel qui exige un lieu retiré. La cabaretière indignée fit prévenir le Commissaire de police. Quand il arriva, M. Durand rentrait dans le cabaret, le pantalon déboutonné, la chemise dehors et dans un état de malpropreté repoussante [...]. Enfin, l’un des amis de M. Durand réussit à l’entraîner. Il n’avait pas fait cinquante pas dans la rue qu’il revenait à la charge et recommençait les violences, allant jusqu’à provoquer en duel le commissaire de police qui dût se dissimuler derrière un pilier pour ne pas avoir à sévir immédiatement. M. S., informé le lendemain de cette affaire et de ses conséquences certaines, afin d’éviter au lycée un préjudice considérable, insista vivement auprès du commissaire pour l’empêcher de dresser procès-verbal [...]. J’ai pensé, Monsieur le Recteur, devoir vous donner ces renseignements complémentaires qui pourront vous être utiles à un moment donné40. »

  • 41 Ibid.
  • 42 Archives départementales du Nord, 2 T 159.

22Un détail dénote la subtile échelle de bienséance du monde universitaire de la fin du XIXe siècle. Dans la notice individuelle de l’année 1898 de ce fonctionnaire disgracié, le recteur écrit : « a été envoyé en disgrâce de Tourcoing au Cateau. Il est toujours hirsute, il sent toujours l’alcool, mais il va, paraît-il, au café des notables. C’est un progrès41 ». Au portrait original de J. Durand qui est décrit comme « intelligent, instruit, de caractère fantasque et bizarre, avec d’antiques habitudes d’estaminet, des prétentions oratoires, politiques même », s’opposent la plupart des profils des surveillants généraux qui s’attachent à correspondre aux normes de l’Université. Par exemple, Gaston Beguin, pour lequel le proviseur du lycée de Laon écrit en 1907 : « Marié et père d’un de nos gentils élèves de la classe préparatoire, M. Beguin a une tenue parfaite à l’extérieur comme à l’intérieur42. »

Le couple chef d’établissement-surveillant général, maillon de la chaîne hiérarchique

  • 43 Archives départementales du Nord, 2 T 188.
  • 44 Archives nationales, F17 23814-A ; Archives départementales du Nord, 2 T 160.
  • 45 Archives nationales, F17 26743 ; Archives départementales du Nord, 2 T 282.
  • 46 Archives départementales du Nord, 2 T 205.
  • 47 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A.

23Les regards portés par les chefs d’établissement sur leur collaborateur peuvent parfois sembler aléatoires et cruels. Certains stigmatisent des défauts physiques. Ainsi, François Cantain est jugé, par le proviseur du lycée de Douai, en 1863, « trop apathique, trop insouciant, à mesure que son embonpoint se développe avec les années ; en un mot, ne se remuant pas assez43 ». À la même époque, au collège de Dunkerque, le « physique agréable44 » d’Achille Beltette est apprécié et ce dernier constitue pour l’établissement, « une bonne acquisition ». Des jugements demeurent énigmatiques comme « la physionomie sérieuse45 » de Louis Fourneau. Des tares, plus professionnelles s’évanouissent avec le changement de direction. Nous avons vu, ci-dessus, que Mlle Chrétien46 doit attendre une nouvelle directrice pour obtenir sa mutation. Le dossier de carrière de Paul Dautriche constitue un autre exemple de l’arbitraire de l’évaluation. Les proviseurs successifs du lycée de Valenciennes le trouvent ou « bon disciplinaire, rien de plus, au caractère peu maniable, un peu aigri » ou « exact, dévoué, avec du tact » voire « exceptionnel » (1901), puis, à nouveau déprécié car « parlant avec une autorité un peu cavalière, comme ferait un sous-officier à des recrues47 » (1905). L’inspecteur général Dupuy remarque ces divergences et écrit en 1912 : « Les défauts de tenue, signalés par d’autres proviseurs, ne le sont plus par le proviseur actuel. Il insiste au contraire sur le zèle de son subordonné et sur son dévouement. » Cinq ans plus tôt, G. Compayré avait rédigé une note dactylographiée, le 25 avril 1907 :

  • 48 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.

« M. Dautriche s’entendait mal avec son proviseur, M. Aubril, et j’ai lieu de croire que tous les torts, n’étaient pas de son côté. Je l’ai trouvé découragé, déprimé, sous le poids de la mauvaise réputation qu’il lui a faite ; J’estime, quant à moi, qu’il est méritant et digne d’intérêt. Sans doute son air triste et un peu rude ne prévient pas en sa faveur. Mais il est dévoué, actif, et son nouveau proviseur apprécie ses services. M. Dautriche mérite des encouragements et une promotion48. »

  • 49 Archives nationales, F17 26743 ; Archives départementales du Nord, 2 T 282.
  • 50 Archives départementales du Nord, 2 T 310.

24De même, Louis Fourneau qui était un « collaborateur précieux » du proviseur du lycée d’Amiens en 1892, ne « donne pas satisfaction49 » quand il est nommé au lycée Faidherbe de Lille. Mlle Grès50, elle, est mal notée puis encensée dans le même établissement, le lycée Fénelon de Lille. Les couples féminins tissent des liens plus étroits car l’absence de censeur dans les lycées de jeunes filles rapproche les deux professionnelles.

  • 51 Archives nationales, F17 24367 ; Archives départementales du Nord, 2 T 268.
  • 52 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 77.
  • 53 Alphonse Daudet, Le Petit Chose. Histoire d’un enfant, Paris, Alphonse Lemerre. (Œuvre originale p (...)
  • 54 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A.

25Le couple chef d’établissement-surveillant général s’insère dans la chaîne hiérarchique. Nous avons vu avec le dossier d’Eymin51 que les appréciations des proviseurs pouvaient être désavouées par les autorités supérieures. De plus, les chefs d’établissement subissent les mêmes aléas concernant leurs propres évaluations personnelles qui varient au gré des inspecteurs mais aussi, sous le poids des familles et des autorités civiles52. Les dossiers fourmillent de lettres de recommandation. La course aux grades et aux postes apparaît biaisée et encourage la servilité des fonctionnaires. Les notables et familles influentes de Lille et de Douai font et défont, en apparence tout du moins, les carrières. Les courbettes de M. Viot, le surveillant général du Petit Chose de Daudet, qui « saluait les parents jusqu’à terre » reflètent une réalité attestée53. Le surveillant général se doit de développer de « bonnes relations avec les familles » et, mieux, d’être auréolé de prestige auprès d’elles. Les chefs d’établissement y sont particulièrement attentifs. Dans le dossier de Paul Dautriche54, ce point rythme les notices au fil des ans : il entretient des « rapports journaliers avec leurs parents qui se sont toujours montrés satisfaits de son accueil et de l’intérêt qu’il témoigne aux enfants. », il « se montre très obligeant envers les familles », il « jouit de l’estime et de la confiance des parents. », il « a su se faire apprécier des familles », etc. Les qualités professionnelles ne suffisent pas, le surveillant général doit « être bien vu des familles » ; tout comme le chef d’établissement qui doit adopter la même posture. Les inspecteurs y veillent.

De l’autoritarisme à « l’entente cordiale » : quelques couples ou trios professionnels

  • 55 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges du XIXe siècle, op. cit., p. 31.

26Un autre acteur scolaire s’immisce dans la relation duelle chef d’établissement-surveillant général : le censeur. Les relations sont parfois houleuses et les conflits ne sont pas rares55.

Le trio administratif : chef d’établissement, censeur et surveillant général

27Le législateur a placé le surveillant général sous l’autorité du censeur (instruction du 20 décembre 1847). Les notices individuelles le rappellent clairement, comme celle de 1898 concernant le surveillant général du lycée Faidherbe de Lille et rédigée par le proviseur :

  • 56 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.

« M. Dautriche est exact, actif est dévoué. Sous la direction de M. le censeur, il maintient la discipline dans la maison et surveille le service des répétiteurs. Il s’occupe plus spécialement des élèves du petit lycée. Il est en rapports journaliers avec leurs parents qui se sont toujours montrés satisfaits de son accueil et de l’intérêt qu’il témoigne aux enfants. Il mérite une promotion (1898)56. »

28L’inspecteur d’académie ajoute le 14 avril 1898 : « Très utile au Censeur, au proviseur, qu’il dispense de bien des soucis et besognes divers. » Mais les dossiers de carrière des surveillants généraux montrent que la délimitation des attributions avec le censeur demeure floue, comme le confirme, d’ailleurs, une circulaire de 1920. Les rôles apparaissent parfois interchangeables. Des surveillants généraux remplacent des censeurs malades, demandent à être délégués dans les fonctions de censeur ou rêvent d’embrasser cette fonction. Dans le dossier de Charbonniez, figure une lettre manuscrite du proviseur du lycée de Douai, datée du 7 juin 1904, qui donne un avis favorable au congé pour raison de santé, du fonctionnaire, non remplacé, du 16 juin au 15 août 1904, avec traitement complet. Le chef d’établissement précise :

  • 57 Archives départementales du Nord, 2 T 199, dossier Charbonniez.

« M. le surveillant général et moi suffirons, je l’espère, à la besogne. M. le surveillant général qui demande à être chargé des fonctions de censeur, aura là une occasion de faire ses preuves57. »

29Dans le même dossier, une note de l’inspecteur général Piéron, du 25 mars 1903, révèle la proximité des missions entre surveillants généraux et censeurs. L’appréciation pourrait s’appliquer à un surveillant général :

  • 58 Ibid.

« M. Charbonniez est un censeur intelligent et sérieux ; son caractère froid, un peu pessimiste. Son âge et sa santé ne lui permettent pas une grande activité. Mais il a de l’autorité sur les élèves, il dirige les répétiteurs ; il a de bons rapports avec les professeurs et il est bien vu des familles. M. Charbonniez dont la santé est éprouvée par le rude climat de Douai demande le lycée de Reims ; je ne pense pas, malheureusement, qu’il soit possible de lui confier un poste aussi important58. »

30Le chef d’établissement exerce le même pouvoir pour la délégation dans les fonctions de censeur que pour celle de surveillant général. Ainsi, le proviseur Labbé émet l’avis le plus favorable au vœu de Victor Dessaigne, surveillant général du lycée de Tourcoing, de devenir censeur, en 1925 :

  • 59 Archives nationales, F17 25049, dossier Dessaigne ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.

« Avis du proviseur : J’émets l’avis le plus favorable sur le vœu exprimé par M. Dessaigne. Depuis deux ans que je le connais, je n’ai eu qu’à apprécier son active intelligence, son dévouement constant ; n’hésitant jamais à sacrifier ses rares moments de liberté lorsque l’intérêt des élèves l’exige ; son tempérament calme, sa fermeté régulière, lui font remplir ses missions à mon entière satisfaction. Son autorité morale est aussi nettement assurée sur les élèves que sur le personnel59. »

31Notons que nous retrouvons les mêmes critères d’évaluation que pour les surveillants généraux.

Des duos « disciplinaires » classiques aux couples précurseurs

  • 60 Archives départementales du Nord, 2 T 188.

32L’analyse des dossiers de carrière de l’académie de Lille révèle une subtile palette de duos « chef d’établissement-surveillant général ». La richesse des dossiers permet d’élargir la vision et de dépasser le simple regard de l’institution qui prévaut dans les notices d’évaluation. Le couple le plus classique demeure ancré dans la dimension hiérarchique, pour laquelle le terme de « chef » n’est pas usurpé. Ainsi, en 1854, le proviseur du lycée de Douai se réjouit de l’excellent caractère de son subordonné, de sa conduite irréprochable et termine son évaluation par ces mots : « Exécute très exactement tout ce qui lui est prescrit : en somme bon fonctionnaire60. » Il y a un large consensus sur les missions des surveillants généraux. Les tâches recensées dans les documents d’archives, confirmées lors des interviews, s’articulent principalement autour de la surveillance, du maintien de l’ordre et de la gestion des maîtres d’études. À ce noyau dur du métier s’ajoutent les travaux d’écriture et la gestion des bibliothèques. Leur rôle pédagogique apparaît quasi inexistant ; certains invitent les répétiteurs à aider les élèves en études, d’autres se partagent entre deux rôles, clairement clivés, la surveillance générale et quelques heures d’enseignement.

  • 61 Archives départementales du Nord, 2 T 310.
  • 62 Ibid., notice de la directrice sur Mlle Grès, année 1906.
  • 63 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au (...)
  • 64 Antoine Prost, Du changement dans l’école. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, (...)
  • 65 Archives nationales, F17 25125, dossier Charles Élers ; Archives départementales du Nord, 2 T 266.

33La relation aux élèves est plus difficile à cerner. Pour l’institution, la discipline doit régner. La notion d’autorité se décline sur une échelle allant « du bon disciplinaire » au surveillant général, plus exceptionnel, nouant des relations d’aide et d’écoute avec les élèves. C’est principalement sur ce point que se dessinent les tensions entre les surveillants généraux et leur supérieur hiérarchique. Nous avons vu, ci-dessus, les divergences d’appréciation des directrices du lycée Fénelon de Lille concernant Mlle Grès61. En 1906, sa douceur semble nuire à son autorité. La directrice conclut : « De manière douce et posée, Mlle Grès remplit ses devoirs avec calme et sérieux. Il lui manque une certaine énergie et le souci continuel de la discipline62. » Les responsables hiérarchiques, jusqu’au recteur, cautionnent une relation, abondamment décrite par les écrivains, basée sur la crainte. Pour Mlle Grès, le recteur note, laconique : « N’a pas l’autorité désirable. » Ces appréciations s’inscrivent pleinement dans le contexte historique de l’enseignement secondaire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, étudié par les historiens63. Le régime disciplinaire conspué par Vallès s’avère en partie conforme à la réalité et les surveillants généraux en sont les grands ordonnateurs zélés sous le commandement de leurs chefs. Les « M. Viot » existent et sont nombreux jusqu’au milieu du XXe siècle. L’évolution se dessine lentement et il faut attendre le mouvement social et culturel du Front populaire pour que les pratiques commencent à évoluer plus rapidement64. En 1936, la rigidité est de moins en moins appréciée : « M. Élers s’acquitte honorablement de ses fonctions de surveillant général : il est ponctuel et consciencieux. Je souhaiterais qu’il ait plus de véritable action sur les élèves, plus de souplesse dans ses méthodes disciplinaires65 » écrit le proviseur.

  • 66 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.
  • 67 Archives nationales, F17 26540, dossier Marie Blanchevoix.

34L’évolution s’amplifiera avec l’effervescence des années 1960, période pendant laquelle l’Éducation Nouvelle, les associations comme la Ligue de l’enseignement ou les CEMEA par exemple, contribueront à changer le rapport à l’élève. Les dossiers de carrière, mais aussi les rapports de stage réunissant chefs d’établissement et surveillants généraux, en attestent. Mais la grande masse des archives dépouillées révèle des couples stéréotypés. Le conservatisme domine à quelques rares exceptions, comme le proviseur de Valenciennes, en 1908, qui apprécie que son collaborateur soit « entré sans arrière-pensée dans [ses] vues pour substituer l’éducation véritable à la discipline ancienne » et qu’il fasse souffler « un esprit nouveau66 ». Derrière le regard de l’Université se cachent aussi des personnalités montrant une force de caractère et une appréhension novatrice de l’élève. Ce sont surtout les femmes, surveillantes générales qui font figure de précurseurs. Malgré la frilosité de l’ensemble de la chaîne hiérarchique, elles tentent d’imposer une relation aux élèves respectueuse, affectueuse, à l’écoute de leurs difficultés. Nous avons vu l’exemple de Mlle Grès mais c’est surtout Mlle Blanchevoix, à la carrière « sacerdotale » de Douai à Paris s’achevant en 1956, qui incarne l’évolution naissante67. Ses qualités professionnelles se doublent de grandes qualités humaines manifestées, notamment, dans son engagement éducatif et militant pendant la Première Guerre mondiale. Ses notices individuelles montrent clairement un contraste entre le point de vue institutionnel qui ancre le surveillant général dans la sphère administrative et Mlle Blanchevoix qui polarise son action sur les élèves. Alors que dans beaucoup de dossiers de ses collègues, on note que le fonctionnaire n’est pas aimé des élèves, Mlle Blanchevoix, elle, s’attire leur sympathie. Elle se pose avant tout en éducatrice et elle adopte cette posture dès le début de sa carrière sans négliger les tâches administratives attendues par l’Institution. Sa « bonne humeur constante » (1921) rythme sa pratique professionnelle. « Les élèves rendent hommage à sa bonté et à son intelligente sollicitude » (1937). Son côté précurseur effraie un peu ses supérieurs hiérarchiques, en particulier nordistes. L’appréciation de 1943 dévoile la réticence de l’institution à l’égard d’une nouvelle forme d’exercice de la discipline. La crainte demeure un incontournable, dans le monde scolaire du milieu du XXe siècle :

  • 68 Ibid., notice sur l’année 1943.

« Elle est une aide précieuse pour moi. Elle serait parfaite si son extrême bonté ne la rendait parfois trop accessible à l’indulgence. Elle se fait aimer, il faudrait aussi qu’elle se fît un peu craindre. Elle ne manque cependant pas d’autorité68. »

35À la fin de sa carrière, au lycée Fénelon de Paris, elle forme avec la nouvelle directrice, de 1944 à 1956, un duo professionnel qui promeut un style éducatif chaleureux, à l’écoute des élèves. Les notices individuelles couvrant cette période soulignent ses grandes qualités humaines d’attention et de respect. Elle porte « un intérêt constant aux élèves » et la « sollicitude empreinte de fermeté qu’elle leur témoigne sont au-dessus de tout éloge (1950) ». L’année suivante, la directrice souligne qu’« elle apporte toujours à sa tâche le dévouement le plus entier, l’énergie souriante, la fermeté affectueuse qui lui gagnent la reconnaissance de ses grandes élèves ». En février 1952, le chef d’établissement résume :

  • 69 Ibid., notice complétée par la directrice, 7 février 1952.

« Mlle Blanchevoix demeure l’excellente surveillante générale, aimée de toutes ses grandes élèves, qui trouvent en elle l’appui et le conseil, dont elles ont besoin. Le dévouement de Mlle Blanchevoix est entier, et elle sait allier à sa grande bonté la fermeté nécessaire. Elle rend au lycée Fénelon d’inappréciables services69. »

36Grâce à sa directrice, elle a pu mettre ses grandes « qualités d’esprit et de cœur » au service des élèves. Figure antithétique de M. Viot, elle a dépassé la fonction du surveillant général, garde-chiourme, en imposant, par son action, une nouvelle relation éducative. Elle annonce la naissance des conseillers principaux d’éducation en 1970.

  • 70 Sylvie Condette, « État de la recherche sur le métier de conseiller principal d’éducation », Carre (...)

37Du XIXe siècle au milieu XXe siècle, les surveillants généraux apparaissent majoritairement comme des exécutants aux ordres d’un chef d’établissement qui attend un maintien de l’ordre et une discipline d’airain. Fantassins de la « grande armée » universitaire, ils subissent les aléas d’une évaluation qui fluctue au gré des changements de direction. Leur carrière dépend de cet ancrage hiérarchique mais aussi du contexte local de l’établissement. Quelques duos professionnels novateurs annoncent les évolutions qui vont modifier profondément les établissements secondaires et la relation à l’élève. L’étude des surveillants généraux permet ici d’approcher au plus près du fonctionnement de « l’équipe de direction » – même si le terme est anachronique pour l’époque – et de mieux saisir les rapports à la fois hiérarchiques et administratifs mais aussi professionnels et humains qui se nouent entre le chef d’établissement, le censeur et le surveillant général, trio chargé de la « bonne tenue » de la « maison ». Le « surgé », emblématique d’un monde figé et autoritaire cède la place, en 1970, au Conseiller principal d’éducation (CPE)70. Le changement linguistique du surveillant général au CPE dénote cette révolution qui se voulait copernicienne...

Notes

1 Littérature (Daudet, Vallès, Balzac etc.), cinéma (Vigo et Véry, en particulier) et iconographie (caricatures de Daumier) brossent un portrait rébarbatif du surveillant général qui marque durablement l’imaginaire collectif.

2 Pierre Henry, Manuel des maîtres d’études et des maîtres répétiteurs, Paris, Hachette, 1854, p. 128.

3 Jules Valles, L’enfant, Paris, Librairie Générale Française, 1972 (œuvre originale publiée en 1879) ; Jules Valles, Le bachelier, Paris, Librairie Générale Française, 1972 (Œuvre originale publiée, en 1877, en feuilleton, sous le titre Mémoires d’un révolté) ; Jules Valles, L’insurgé, Paris, Librairie générale française, 1972 (Œuvre originale publiée, posthume, en 1886).

4 Jules Valles, L’insurgé, Paris, Librairie générale française, 1972, p. 11.

5 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières. T. 1 : 1802-1914, Paris, INRP Economica, 2000, p. 284-291.

6 Annie Tschirhart, « Des surveillants généraux aux conseillers principaux d’éducation : histoire d’un héritage », Carrefours de l’éducation, Amiens, mai 2013, no 35-1, p. 85-103 ; Jean-François Condette, « Ce rôle tout négatif d’un personnel à part. Le surveillant général à la fin du XIXe siècle (1870-1914) », dans Sylvie Condette (coord.), Le conseiller principal d’éducation : un acteur éducatif méconnu ? Recherches & Éducations, revue de la Société Binet-Simon, no 11, juin 2014, p. 17-38 ; Christine Focquenoy-Simonnet, « Entre figures littéraires et données archivistiques : l’image mythique du surveillant général, « ancêtre » du conseiller principal d’éducation, à l’épreuve des traces historiques », dans Sylvie Condette (coord.), Le conseiller principal d’éducation : un acteur éducatif..., revue citée, p. 39-50.

7 Yves Verneuil, « Rôles et identités professionnelles des répétiteurs et des professeurs de lycée (1880-1940) : un conflit récurrent. » Carrefours de l’éducation, Amiens, mai 2013, no 35-1, p. 49-67.

8 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières, op. cit., p. 299 et p. 325.

9 Archives départementales du Nord, 2 T 188, dossier de François Cantain.

10 Archives nationales, F17 26563, dossier Louis Flament ; Archives départementales du Nord, 2 T 275.

11 Archives nationales, F17 25049, dossier Dessaigne ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.

12 Ibid.

13 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968, p. 75 ; Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycées et collèges du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968, p. 12, p. 22 puis p. 74 ; Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire, 1802-1914. Aux origines d’un service public, Lyon, ENS éditions, 2013.

14 Archives départementales du Nord 2 T 205, dossier de Gabrielle Chrétien.

15 Archives nationales, F17 24367, dossier Pierre Eymin ; Archives départementales du Nord, 2 T 268.

16 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968, p. 71.

17 O.A. : Officier d’Académie ; O.I. : Officier de l’Instruction publique.

18 Archives départementales du Nord 2 T 188, dossier François Cantain.

19 Archives départementales du Nord 2 T 263, dossier de Jacques Durand.

20 P. Very, Les disparus de Saint-Agil (1937), adapté au cinéma par Christian Jaque (1938), dialogues de Jacques Prévert, Paris, Dimeco Productions, DVD Pathé Classique.

21 Jules Vallès Le bachelier, Paris, Librairie générale française, (1877), 1972, p. 139.

22 Paul Guth, Le naïf aux quarante enfants. Paris, Albin Michel, 1995, p. 101.

23 Ibid., p. 96.

24 Jean Vigo, Zéro de conduite. Film français 44 mn, 1933, Noir et blanc.

25 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges..., op. cit., p. 54.

26 Archives nationales, F17 23924, dossier Paul Juneaux ; Archives départementales du Nord, 2 T 339.

27 Interview d’André de Peretti, à son domicile parisien, le 7 février 2012.

28 Archives départementales du Nord, 2 T 205, dossier de Gabrielle Chrétien.

29 Archives nationales, F17 22895, dossier Louis Gressier ; Archives départementales du Nord, 2 T 310.

30 Archives nationales, F17 23253, dossier Arthur Chimot ; Archives départementales du Nord, 2 T 204.

31 Archives départementales du Nord 2 T 310, dossier de Blanche Grès.

32 Archives départementales du Nord 2 T 332, dossier de Delphis Jacq.

33 Archives nationales, F17 25049 ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.

34 Archives départementales du Nord, 2 T 239.

35 Archives nationales, F17 22806 ; Archives départementales du Nord, 2 T 215.

36 Archives nationales, F17 26563, dossier Louis Flament ; Archives départementales du Nord, 2 T 275.

37 Archives départementales du Nord, 2 T 332.

38 Archives nationales, F17 26540.

39 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968, p. 368.

40 Archives départementales du Nord, 2 T 263.

41 Ibid.

42 Archives départementales du Nord, 2 T 159.

43 Archives départementales du Nord, 2 T 188.

44 Archives nationales, F17 23814-A ; Archives départementales du Nord, 2 T 160.

45 Archives nationales, F17 26743 ; Archives départementales du Nord, 2 T 282.

46 Archives départementales du Nord, 2 T 205.

47 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A.

48 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.

49 Archives nationales, F17 26743 ; Archives départementales du Nord, 2 T 282.

50 Archives départementales du Nord, 2 T 310.

51 Archives nationales, F17 24367 ; Archives départementales du Nord, 2 T 268.

52 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 77.

53 Alphonse Daudet, Le Petit Chose. Histoire d’un enfant, Paris, Alphonse Lemerre. (Œuvre originale parue en feuilleton, en 1867).

54 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A.

55 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycée et collèges du XIXe siècle, op. cit., p. 31.

56 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.

57 Archives départementales du Nord, 2 T 199, dossier Charbonniez.

58 Ibid.

59 Archives nationales, F17 25049, dossier Dessaigne ; Archives départementales du Nord, 2 T 240.

60 Archives départementales du Nord, 2 T 188.

61 Archives départementales du Nord, 2 T 310.

62 Ibid., notice de la directrice sur Mlle Grès, année 1906.

63 Jean-Claude Caron, À l’école de la violence. Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1999 ; François Grezes-Rueff et Jean Leduc, Histoire des élèves en France, de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2007 ; Agnès Thierce, « Révoltes de lycéens, révoltes d’adolescents au XIXe siècle. Histoire de l’éducation, no 89, 2001, p. 95-120 ; Jean-François Condette, « Les lycéens revendiquent le droit à la parole : la nécessaire réforme du régime disciplinaire des lycées français à la fin du XIXe siècle », Revue Les Sciences de l’Éducation pour l’ère nouvelle : revue internationale, CERSE, université de Caen-Basse Normandie, vol. 37, no 4, 2004, p. 35-60 ; Jean-François Condette, « Bandes de moutards : Solidarité entre élèves et révoltes lycéennes dans les années 1870-1890 », Cahiers Robinson, université d’Artois, no 30, 2011, p. 17-36.

64 Antoine Prost, Du changement dans l’école. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, Seuil, 2013, p. 29.

65 Archives nationales, F17 25125, dossier Charles Élers ; Archives départementales du Nord, 2 T 266.

66 Archives départementales du Nord, 2 T 224-A, dossier Dautriche.

67 Archives nationales, F17 26540, dossier Marie Blanchevoix.

68 Ibid., notice sur l’année 1943.

69 Ibid., notice complétée par la directrice, 7 février 1952.

70 Sylvie Condette, « État de la recherche sur le métier de conseiller principal d’éducation », Carrefours de l’éducation, no 35, 2013, p. 106-131 ; Sylvie Condette (coord.), Le conseiller principal d’éducation : un acteur éducatif méconnu ? Recherches & Éducations, revue de la Société Binet-Simon, no 11, juin 2014, p. 5-121 ; Christine Focquenoy, « Le CPE pédagogue, éclairage historique et sociologique », La revue de la vie scolaire ; conseiller d’éducation, ANCpE, No 185, 2012, p. 6-9 ; Christine Focquenoy, « Le CPE, acteur scolaire original au cœur de la division du travail éducatif », dans Gaston Mialaret (dir.), Pour des états généraux de l’éducation, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 125-128 ; Christine Focquenoy, Du surveillant général au conseiller principal d’éducation. L’évolution d’une fonction éducative au service des élèves (XXe siècle). Thèse de doctorat en cours sous la direction de J.-F. Condette, Université d’Artois, CREHS.

Auteur

Conseillère Principale d’Éducation (CPE) au lycée de Villeneuve d’Ascq. Elle a été chargée de cours à l’université de Lille 3, formatrice à la MAFPEN, puis à l’IUFM et à la Cellule Vie Scolaire du Rectorat. Elle prépare actuellement, une thèse sous la direction du professeur Jean-François Condette, Du surveillant général au conseiller principal d’éducation : l’évolution d’une fonction éducative au service des élèves (XXe siècle).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site