Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Diriger les établissements secondaires

Les principaux du collège de Compiègne au XIXe siècle. Caractéristiques d’un groupe et jeu des relations locales

Yves Verneuil

Texte intégral

  • 1 Pour disposer des textes officiels sur ces évolutions, voir Philippe Savoie, Les enseignants du se (...)

1La loi du 11 floréal de l’An X (1er mai 1802) ne fonde pas seulement les lycées, établissements d’enseignement secondaire entretenus par l’État ; elle prévoit aussi la création d’« écoles secondaires » établies par les communes ou tenues par des maîtres particuliers. Pour mériter le titre d’« école secondaire », l’enseignement doit comprendre les langues latine et française, ainsi que les premiers principes de l’histoire, de la géographie et des mathématiques. L’arrêté du 30 frimaire de l’An XI (21 décembre 1802) précise que ces écoles seront dirigées par un « directeur », qui pourra remplir aussi les fonctions de professeur. En 1808, le décret fondamental du 17 mars, qui organise l’université impériale, distingue les établissements communaux des établissements tenus par des particuliers : les premiers reçoivent le nom de « collèges » (terme emprunté à l’Ancien Régime), les seconds, selon leur niveau, d’« institutions » ou de « pensions ». Le directeur d’un collège est désormais dénommé « principal ». Il est nommé par le grand maître de l’université. Parmi les fonctionnaires de l’université, les principaux des collèges sont placés au 14e rang, derrière les professeurs de lycée, mais avant les agrégés (dont les fonctions sont alors celles de professeurs remplaçants). Les enseignants des collèges sont dénommés « régents » ; ils conserveront cette dénomination jusqu’en 1867, date à laquelle ils prendront à leur tour le titre de professeurs. Ces différences visent à montrer l’infériorité des collèges sur les lycées. D’ailleurs, seul le baccalauréat est exigé des candidats aux fonctions de principal et de régent. Néanmoins, les collèges dits « de plein exercice » dispensent le même enseignement que les lycées ; les autres ne comprennent pas les classes terminales, mais ce n’est pas la situation normale, et l’enseignement du lycée n’est pas destiné à faire suite, comme aujourd’hui, à l’enseignement du collège, même s’il y est réputé « plus fort ». Au demeurant, avec la Restauration, les deux types d’établissement prennent le nom de collèges : « collèges royaux » pour les anciens lycées (dénomination qu’ils retrouveront après la révolution de 1848), et « collèges communaux » pour les établissements financés par les municipalités1.

  • 2 Marie-Madeleine Compere et Philippe Savoie (dir.), « L’établissement secondaire et l’histoire de l (...)
  • 3 Guy Caplat (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique. (...)
  • 4 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1, La formation d’une (...)
  • 5 Citons, parmi quelques articles récents : Régis Dupuy, « Benoît Duparay (1824-1885), principal du (...)
  • 6 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968, (...)

2Dans les lycées, les proviseurs sont suppléés par des « censeurs des études ». Ce n’est pas le cas des principaux des collèges municipaux, dont le rôle, sans parler des tâches d’enseignement, est pourtant compliqué par la double tutelle qui est la leur, celle de l’administration universitaire qui surveille la conformité aux règlements et celle de la ville qui finance et entend avoir une influence. Aussi la fonction est-elle difficile. On aimerait connaître les caractéristiques des principaux, mais aucune étude d’ensemble reposant sur les logiques prosopographiques n’a été réalisée. La fonction de principal est pourtant au croisement de deux tendances historiographiques récentes : d’une part celle qui entend redonner toute son importance à la notion d’établissement2 ; d’autre part celle qui cherche à mieux comprendre le rôle et les caractéristiques des membres de l’administration universitaire. Sur ce point, les travaux ont, pour l’instant, surtout considéré les hauts fonctionnaires de l’Instruction publique, inspecteurs généraux3 et recteurs4. Les principaux ont fait l’objet de quelques études monographiques, mais celles-ci se limitent à de rares articles biographiques, dont la nature se rapproche parfois de l’hagiographie5. Les travaux de Paul Gerbod n’ont certes pas ignoré les principaux ; mais ils ont surtout considéré l’image des principaux, très négative, dans la littérature comme dans la presse universitaire. Le principal serait un personnage odieux, grotesque, tyrannique ou incapable, le type le plus courant étant encore celui de l’« industriel » qui considère son établissement comme une maison de commerce qu’il peut exploiter à son profit et qui ne s’intéresse qu’à ses intérêts particuliers. Ces cas seraient nombreux lorsque le pensionnat serait non en régie, mais au compte du principal. Paul Gerbod donne également quelques exemples à partir de rapports d’inspection, mais son tableau, assez impressionniste, n’a aucun caractère systématique6. Telle ne sera pas non plus, au demeurant, notre ambition : plus limitée, elle consistera à prendre le cas d’un collège, celui de la ville de Compiègne, mais à ne pas se contenter d’un exemple biographique. Ce sont en effet ici tous les principaux du collège de Compiègne du XIXe siècle qui seront envisagés dans cette étude soit un corpus de 25 personnes.

Le collège de Compiègne et ses principaux : les évolutions du XIXe siècle

3Le collège municipal de Compiègne est l’héritier d’un collège d’Ancien Régime qui a subsisté sous diverses formes pendant la Révolution, avant de devenir une école secondaire municipale en 1802, un collège en 1808, un collège municipal à partir de 1815.

Le cadre de l’étude : brève histoire du collège au XIXe siècle

  • 7 Archives nationales, F17 8338, dossier sur le collège de Compiègne.
  • 8 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne. Une histoire de l’enseignement secondaire en province, Chau (...)

4Située dans le département de l’Oise, la ville de Compiègne a relevé de l’académie d’Amiens jusqu’en 1848, puis de celle de Paris entre 1848 et 1850. Entre 1850 et 1854, époque des académies départementales, le département de l’Oise a constitué une académie à lui seul. À partir de 1854, il relève de nouveau de l’académie de Paris (situation qui durera jusqu’à la recréation de l’académie d’Amiens en 1964). Simple sous-préfecture, Compiègne présente néanmoins la particularité de comprendre, avec son château, une résidence du chef de l’État ; sous le Premier et le Second Empire en particulier, elle est « cité impériale ». La proximité avec Paris représente par ailleurs un élément attractif. Au total, la nomination dans un poste au collège compiégnois peut être considérée comme l’accès à un rang moyen, ni établissement de ville de préfecture, ni petit établissement de ville excentrée. Jusqu’en 1851, le pensionnat du collège est au compte du principal ; la ville décide ensuite la mise en régie. Entre 1802 et 1914, le collège de Compiègne compta 27 principaux ou administrateurs provisoires, soit 25 personnes, deux principaux ayant occupé les fonctions de principal du collège de Compiègne à deux moments successifs. Pour connaître leurs caractéristiques, on peut utiliser leurs dossiers personnels conservés aux Archives nationales (sous-série F17, que l’on peut compléter par la sous-série AJ16 à partir du moment où Compiègne relève de l’académie de Paris). Cependant, les dossiers de 7 principaux n’ont pas été conservés. En outre, de façon générale, les dossiers conservés pour le premier tiers du XIXe siècle sont souvent assez pauvres. On peut heureusement trouver des informations complémentaires dans un dossier des Archives nationales consacré au collège de Compiègne7. Ce dossier est toutefois vide pour la période qui s’étend de 1823 à 1829, époque pendant laquelle le collège de Compiègne a été transformé en collège mixte, donc associé à un petit séminaire, sous la houlette d’un principal jésuite, nommé sur proposition de l’évêque de Beauvais, conformément au traité conclu avec l’université. Les lacunes des informations fournies par les Archives nationales peuvent en partie être comblées grâce à l’étude de Pierre Henrion sur l’histoire du lycée Pierre d’Ailly de Compiègne, lycée qui est l’héritier du collège8. Son étude, qui remonte au collège d’Ancien Régime, a utilisé les archives municipales. Une étude des 27 principaux du collège de Compiègne est donc possible. Cet échantillon ne peut prétendre servir de support à une véritable étude prosopographique, mais permet d’effectuer une coupe longitudinale pour savoir si des évolutions ont eu lieu. On cherchera donc à savoir quelles ont été, entre 1802 et 1914, les ruptures et les continuités dans les caractéristiques des principaux compiégnois, avant de montrer la difficulté de leur position, entre la surveillance de l’administration universitaire et les pressions de la ville, la question du choix des principaux pouvant à cet égard prendre la figure d’une véritable épreuve de force entre l’administration de l’Instruction publique et les autorités municipales.

La disparition des principaux ecclésiastiques

  • 9 Archives nationales, F17 21189/B.
  • 10 Archives nationales, F17 21344.
  • 11 Georges Pariset, Le Consulat et l’Empire, dans Ernest Lavisse (dir.), Histoire de la France contem (...)
  • 12 Archives nationales, F17 8338.
  • 13 Archives nationales, F17 20078.

5Dans la première moitié du XIXe siècle, la moitié des principaux du collège de Compiègne sont des ecclésiastiques. C’est évidemment le cas quand, entre 1823 et 1829, le collège est devenu un collège mixte ; mais avant 1823, seuls d’Hédouville, Llobet et Monchoux sont des laïcs. Le premier doit sa nomination à ses relations familiales (il est cousin de sénateur) ; Llobet exerce très provisoirement, avec Monchoux, les fonctions d’administrateur provisoire9 ; quant à Monchoux, il a les faveurs de la ville, car il y est implanté depuis longtemps10. Cependant, sa mise à l’écart, en 1823, est vue comme la victoire de ceux qui tenaient, dans le contexte de la domination ultra, à ce que le chef de la maison soit un ecclésiastique. Le poids des principaux ecclésiastiques pendant le régime impérial traduit l’importance de la place accordée au clergé par Fontanes au sein de l’Université impériale11, politique encore accentuée par la Restauration pendant sa phase ultra. Après l’échec du collège mixte, tous les principaux sont désormais des laïcs, à l’exception de l’abbé Ballefin. La nomination de ce dernier, en 1841, est, il est vrai, en lien direct avec sa qualité d’ecclésiastique. À cette date, en effet, dans un contexte de débat national sur le monopole universitaire, il existe tout un parti au sein du conseil municipal compiégnois qui prône la suppression du collège et son remplacement par une institution ecclésiastique. Nommer un ecclésiastique à la tête du collège permet de faire une concession, tout en maintenant l’autorité universitaire. Les régents, au demeurant, n’apprécient guère sa nomination, car ils redoutent une intolérance religieuse12. Cependant l’abbé Ballefin doit démissionner au bout de quelques mois, car on a appris son inconduite lors de son principalat précédent, à Roanne (cet ecclésiastique entretenait une liaison avec plusieurs femmes de la ville et avait même rendu une fille enceinte)13. Ce scandale met un terme définitif aux nominations d’ecclésiastiques et il n’y en aura plus à la tête du collège de Compiègne.

Des principaux célibataires aux principaux mariés

  • 14 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 71.
  • 15 Ibid.

6Dans la première moitié du XIXe siècle, 10 des 14 principaux sont célibataires. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, au contraire, 10 des 11 principaux sont des hommes mariés. Cette opposition s’explique largement par la prédominance des ecclésiastiques dans la première moitié du XIXe siècle : dès 1831 et la reprise en main du collège par la ville, après l’échec du collège mixte, les principaux célibataires deviennent l’exception. La mutation est due aussi au changement d’état d’esprit de l’administration universitaire. Le décret fondateur de l’Université, en 1808, prévoyait que les principaux devaient être célibataires ; ils devaient en effet partager la table commune et résider dans l’établissement où ne devait pénétrer aucune femme. Par la suite, la règle du célibat est progressivement tombée en désuétude. Elle est néanmoins encore évoquée en 1823, quand le principal Monchoux, contre tous les règlements et les usages, fait savoir son projet de se marier. Pour amadouer le recteur, il fait valoir que la dot de sa femme pourrait aider à la prospérité du collège14. Cependant, cette annonce profite au parti qui, au sein du conseil municipal, veut transformer le collège municipal en collège mixte (ce que permet le rétablissement du diocèse de Beauvais en 1822). Cette solution est réputée économique, les prêtres n’ayant personne à charge. Ce parti profite donc de l’indignation suscitée par le désir de Monchoux de se marier pour faire valoir ses vues. Monchoux se marie quand même, non seulement parce qu’il a refusé de rompre contre son sentiment, mais aussi parce qu’il a constaté que les autorités universitaires n’étaient pas favorables au projet de transformation en collège mixte (aux yeux des autorités universitaires, cet exemple serait de nature à nuire à l’existence même de l’université ; en outre, comme l’avait écrit le 26 mars le recteur à Monchoux, cette transformation serait d’autant plus regrettable que les régents du collège sont bons et qu’ils seraient amenés à partir). Cependant, la ville insiste si bien que le recteur d’Amiens se résout à conclure un traité avec l’évêque de Beauvais. Résultat : Monchoux doit se retirer15.

  • 16 Archives nationales, F17 20501.
  • 17 Archives nationales, F17 20409.
  • 18 Archives nationales, F17 20584.
  • 19 Archives nationales, F17 20744.
  • 20 Archives nationales, F17 20543.
  • 21 Archives nationales, F17 20621.

7Avec le rétablissement du collège municipal, en 1831, la règle du célibat est oubliée. Au demeurant, l’administration semble désormais voir des avantages à la présence d’une épouse. Ce peut être un avantage mondain propre à attirer la clientèle : en 1844, l’inspecteur général Artaud relève avec plaisir que la femme du principal Pierre Cromback « appartient à une famille honorable et a reçu une éducation soignée16 ». La présence d’une épouse est surtout considérée de façon positive pour les questions matérielles, conformément à la conception de l’époque des rôles féminins. Ainsi, « Mme Chemet, qui s’occupe de la gestion matérielle, seconde très habilement et très utilement son mari dans cette importante partie de son service17 », note le recteur en 1886. Inversement, en 1877, l’inspecteur général Eugène Manuel, au sujet de Déruelle, note que « son état de célibataire est un inconvénient pour la surveillance matérielle de la maison. Quelques avis ont dû être donnés18 ». C’est donc qu’il apparaît normal que la femme du principal l’aide dans la tenue matérielle du collège. Cependant, cette situation peut receler des inconvénients : en 1887, alors que Louis Fleurant est principal à Autun, le recteur signale que « Mme Fleurant est très impopulaire : on l’accuse de lésinerie [sic]19. » Le rôle des femmes dans la gestion des collèges doit être apprécié en tenant compte de l’absence de second dans les collèges car, à la différence des lycées, les collèges ne disposent pas de censeur. À certains moments, ils ont disposé, il est vrai, d’un sous-principal. Désiré Delacourt, par exemple, principal du collège de Compiègne entre 1831 et 1836, fut secondé par l’abbé Louis Delacourt, son frère, qui exerçait conjointement les fonctions d’aumônier, de sous-principal, d’économe et de maître élémentaire20. De même, en 1861, Théophile Dottain, fils de l’ancien principal Auguste Dottain, est nommé sous-principal au collège de Compiègne et remplit les fonctions de surveillant général21. Mais en règle générale, le principal est seul.

L’élargissement de l’origine géographique

  • 22 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 67.
  • 23 Archives nationales, F17 21937 et AJ16 1405.

8Pour la première moitié du XIXe siècle, on connaît le lieu de naissance des principaux du collège de Compiègne dans 10 cas sur 14. 8 sur 10 sont originaires de la partie nord de la France (encore Llobet, originaire des Pyrénées-Orientales, n’est-il que fortuitement et brièvement co-administrateur provisoire), et 6 sur 10 sont même originaires de départements qui relèvent de l’académie d’Amiens. On peut donc dire que le recrutement est majoritairement régional. Il semble au reste que le recteur ait joué, au moins dans les premiers temps, un rôle important dans le choix des principaux. Ainsi, lorsqu’en 1814 d’Hédouville fait part de son intention de quitter l’université au recteur de Maussion, celui-ci écrit le 6 août au maire de Compiègne qu’il « cherche en vain un principal22 ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, 6 principaux sur 10 sont originaires du nord de la France ; mais aucun n’est plus originaire des départements picards (l’académie d’Amiens a du reste disparu en 1848). Le recrutement s’est donc élargi. L’échelle est devenue nationale et les principaux sont mutés du nord au sud de la France : nommé principal du collège de Clamecy en 1882, Promeyrat est muté en juillet 1884 à Pamiers et en avril 1885 à Compiègne23. Comme les professeurs, les principaux deviennent des « déracinés ». Alors que les autorités municipales ne cessent de plaider pour un homme enraciné dans le jeu des relations locales, qui peut inspirer confiance à la clientèle, l’administration universitaire prononce des affectations en fonction du jeu des chaises musicales d’un mouvement national.

Des principaux qui ne sont plus nouveaux dans la fonction

9Corollaire de ce jeu de chaises musicales, les principaux du collège de Compiègne, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ne sont pas nouveaux dans leur fonction et ont déjà exercé des fonctions de principal dans d’autres collèges. Dans la première moitié du XIXe siècle, ce n’était le cas que de Monchoux (lors de son second principalat compiégnois) et de l’abbé Ballefin. Ce changement traduit le fait que le principalat est devenu une carrière, dans laquelle on passe de poste en poste. Dans la première moitié du XIXe siècle, sans parler de D’Hédouville qui quitte la carrière universitaire pour entrer dans les Gardes du Corps, Désiré Delacourt quitte le principalat compiégnois pour devenir régent de collège et Préaux devient professeur de lycée. Au contraire, dans la seconde moitié du XIXe siècle, non seulement les principaux du collège de Compiègne ont été précédemment principaux, mais encore ceux qui ne prennent pas leur retraite dans ce poste deviennent ensuite principaux ailleurs. C’est le cas même de Fleurant, principal du collège de Compiègne entre 1883 et 1885, dont le recteur de l’académie de Lyon trace en 1888 ce portrait très négatif :

  • 24 Archives nationales, F17 20744.

« M. Fleurant, besogneux ou faisant semblant de l’être, mesquinement économe, tient mal le collège, lésine sur tout et se déconsidère. Son intelligence est ordinaire. Son caractère est des plus mal faits pour son emploi ; très dissimulé, très malveillant, toujours prêt à se rehausser ou à se justifier en incriminant les autres. Le collège périra entre ses mains, et je serais étonné qu’il eût réussi ailleurs dans une carrière déjà longue. Il vaudrait mieux lui rendre une chaire24. »

10Les us universitaires, toutefois, ne vont pas dans le sens de l’éviction des fonctions de principal, et Fleurant, qui après avoir connu l’insuccès à Compiègne, a le temps d’échouer aussi à Pamiers, Privas et Autun, est simplement muté, en août 1888, au collège de Sedan, puis, en août 1893, à celui de Valence, avant d’être affecté, en 1896, au collège de Pont-à-Mousson où il termine sa carrière.

Des principaux qui ont dorénavant une carrière uniquement universitaire

11Non seulement les principaux compiégnois, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ont déjà été principaux ailleurs, mais encore ils ont tous eu une carrière uniquement universitaire, à l’exception de Noël, ancien officier, de Brelet, d’abord surnuméraire dans l’administration des contributions indirectes et de Chemet, qui démissionne en 1859 de son poste de régent à Cambrai, achète un office de commissaire-priseur, échoue dans cette profession et réintègre l’Alma Mater. Dans la première moitié du XIXe siècle, les situations hors de l’université avaient été plus courantes. L’abbé Vincent avait été vicaire, puis curé constitutionnel, avant devenir secrétaire de la municipalité de Noyon, puis sous-secrétaire de la sous-préfecture. Llobet a servi, entre 1800 et 1807 dans un régiment de dragon ; il a combattu à Austerlitz et a été gravement blessé à Spandau, ce qui l’a obligé à quitter l’armée ; bien que sans grade universitaire, on en a fait un maître d’études, cas fréquent et bien dans l’esprit du temps. L’abbé Bellart a commencé comme maître de conférences au séminaire Saint-Louis à Paris ; l’abbé Gueudet a été régent au séminaire de Saint-Acheul, précepteur d’un La Rochejacquelein, puis curé de Carlepont.

  • 25 Archives nationales, F17 8338.

12Le contraste entre le premier et le second XIXe siècle tient toutefois en grande partie aux circonstances : les premiers principaux ont subi les vicissitudes de la Révolution. C’est en particulier le cas de l’abbé Hanquet qui était sur le point d’être nommé à une chaire du collège Mazarin, quand la Révolution l’oblige à émigrer. Il gagne sa vie comme précepteur, puis devient, pendant quatre ans, professeur de langues vivantes à Cracovie. Il rentre en France après 20 ans d’exil25. Le recteur de Maussion choisit alors de le nommer à la tête du collège de Compiègne. Carrière extra-universitaire ? C’est plutôt une carrière interrompue par la Révolution. L’autre circonstance particulière, c’est la transformation, entre 1823 et 1829, du collège municipal en collège mixte : il n’est pas étonnant que l’abbé Gueudet, jésuite, choisi pour diriger l’institution, ait commencé sa carrière hors de l’université, comme régent à Saint-Acheul. Quand, en 1831, le collège redevient municipal, les principaux sont désormais de purs universitaires. De façon générale, les principaux ont été enseignants avant de passer aux fonctions administratives. Au reste, dans la première moitié du XIXe siècle, les principaux restent enseignants parallèlement à leurs fonctions de chef d’établissement.

Les principaux du collège de Compiègne au XIXe siècle : au-delà des évolutions, l’existence de caractéristiques constantes

13Si des évolutions sont discernables, d’autres d’éléments, par contre, perdurent pendant tout le XIXe siècle qui permet de dégager des caractéristiques fortes dans l’accès au métier de principal.

De simples bacheliers pour la plupart

  • 26 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1968, p.  (...)

14C’est le cas des diplômes possédés par les principaux du collège de Compiègne. La plupart sont de simples bacheliers, que ce soit dans la première ou dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, les deux tiers des professeurs de collège sont pourtant licenciés26. Étonnamment, on pourrait même suggérer une dégradation du niveau moyen de diplôme entre les deux parties du XIXe siècle, puisque, si pour chacune on compte deux licenciés, en revanche la première partie du XIXe siècle a vu deux agrégés (dont un de l’Ancien Régime) être principaux à Compiègne, contre aucun pour la seconde moitié (Boy, qui arrive à Compiègne en 1913, ayant néanmoins presque touché au but avec une quadri-admissibilité). L’absence de montée en puissance des licenciés mériterait d’être comparée avec le cas d’autres collèges. On peut en tout cas faire observer que, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, tous les principaux du collège de Compiègne sauf un ont été principaux d’autres collèges avant d’être affectés dans la ville impériale ; cela suggère que, dans les autres villes, des principaux simples bacheliers n’étaient pas non plus incongrus ; par ailleurs, le poste compiégnois, situé non loin de Paris, n’est pas un poste de débutant. La situation de simple bachelier de la plupart des principaux du collège de Compiègne est donc intéressante à relever. La faiblesse des diplômes est le corollaire de la médiocrité des études : la plupart des principaux compiégnois n’ont pas été de brillants étudiants. Drouelle a obtenu une bourse au collège Rollin pour préparer le concours de l’École normale supérieure, mais a échoué ; son successeur à la tête du collège de Compiègne, Boy, a échoué une demi-douzaine de fois au concours de l’agrégation ; du moins a-t-il été quatre fois admissible. La plupart des autres principaux se sont contentés de leur baccalauréat.

Modestie des origines sociales ?

  • 27 Le père de Brelet est d’abord professeur dans l’enseignement secondaire, avant de devenir inspecte (...)

15Il n’a pas été possible de déterminer l’origine sociale de l’ensemble des principaux compiégnois du XIXe siècle. Les renseignements que l’on possède indiquent des origines plutôt modestes, voire très modestes : Llobet est le fils d’un maître tailleur, Préaux d’un gardien de moulin et Paradis d’un musicien militaire. D’Hédouville est noble, mais certainement désargenté : sa situation dans l’université est du reste un pis-aller, puisqu’il s’empresse, à la faveur de la Restauration, de rejoindre les Gardes du Corps. Trois principaux ont une origine sociale moyenne, mais culturellement favorisée, puisqu’ils sont fils d’universitaires : Dusuzeau et Brelet, ont un père inspecteur primaire27 et Chemet, est le fils d’un chef d’institution devenu principal. Seul le premier, au demeurant, a obtenu la licence. L’origine sociale n’a pas, dans ces cas, favorisé la réussite universitaire et l’ascension sociale. Dusuzeau comme Brelet ont du reste commencé leur carrière comme maîtres d’études. Au vrai, cette situation de départ fut celle de la majorité des principaux du collège de Compiègne, ce qui est plutôt un signe de la modestie des origines sociales.

Un métier pour professeurs ambitieux, mais souvent médiocres

  • 28 AN F17 22060/B et AJ16 987.

16Pourquoi devient-on principal ? À lire les dossiers des fonctionnaires, cela semble résulter moins d’une vocation ou d’un attrait pour la fonction que d’une ambition personnelle pour des professeurs dépourvus des diplômes nécessaires pour faire une belle carrière d’enseignant. À l’exception de Dusuzeau, les principaux compiégnois, en outre, ne sont jamais d’anciens professeurs de talent. Certes, on ne peut pas dire non plus que ce sont d’anciens professeurs mis en difficultés dans leurs classes, contrairement à un lieu commun complaisamment répandu. La demande de principalat peut être aussi une échappatoire à des soucis de santé : Brelet fait ainsi état d’une affection aux bronches28 ; mais il faut se méfier de ce genre d’allégation, censée apitoyer l’administration.

Un taux d’échec en diminution, mais qui reste important

  • 29 Le succès et l’échec sont estimés ici d’après le jugement de l’administration et surtout d’après l (...)

17Dans la première moitié du XIXe siècle, 4 des principaux compiégnois rencontrent le succès, 7 sont confrontés à l’échec ; pour la seconde moitié du XIXe siècle, les chiffres sont respectivement de 7 et de 5 : autrement dit, l’échec est moins fréquent29. Corollaire de cette amélioration, la durée moyenne du principalat à Compiègne, qui était de trois ans et demi dans la première moitié du XIXe siècle, passe à cinq ans et demi dans la seconde moitié. Faut-il donc insister sur l’idée qu’il y aurait eu une évolution positive. Cependant, dans la première comme dans la seconde moitié du XIXe siècle, seuls cinq principaux sont restés cinq ans ou plus. Le turn over reste donc important. Pour la seconde moitié du XIXe siècle, il est vrai, deux principaux, Promeyrat et Brelet, ont rapidement demandé à partir, non parce qu’ils auraient échoué, mais parce qu’ils désiraient un collège à gestion personnelle. Il est donc possible de parler de progrès : amélioration imputable à un meilleur recrutement ?

  • 30 Depuis 1808, les principaux sont de droit officiers d’académie ; la possibilité d’accéder à la dig (...)

18On ne peut pas, en tout cas, établir une corrélation entre d’une part le succès ou l’échec dans les fonctions de principal à Compiègne et d’autre part le niveau de diplôme : Préaux et Promeyrat, licenciés, n’ont pas connu le succès ; Monchoux a réussi quand il était bachelier, mais connu l’échec quand il était licencié ; seul le licencié Boy, nommé en 1913, suscite des louanges, mais les circonstances de la guerre y sont pour beaucoup. Il n’existe pas non plus de corrélation évidente entre le succès ou l’échec au principalat à Compiègne et l’âge d’accès aux premières fonctions de principal ou l’âge d’accès aux fonctions de principal à Compiègne. Par ailleurs, qu’ils n’aient pas été des enseignants remarquables ne préjuge pas de leur réussite comme principaux. Cela prouve au reste que les qualités requises ne sont pas les mêmes. Au demeurant, il faut souligner que, comme principal, on peut réussir dans un poste et échouer dans un autre. Il y a bien sûr, le cas du principal qui échoue partout, comme Fleurant, lequel est le seul, d’ailleurs à ne pas avoir accédé à la dignité d’officier de l’Instruction publique30. Mais Deruelle, qui avait réussi à Carpentras, échoue à Compiègne, avant de renouer aussitôt avec le succès une fois nommé à Beaune. Faut-il accuser les circonstances ou l’inadaptation d’un homme à une situation particulière ? De toute façon, les circonstances sont changeantes : le premier principalat de Monchoux à Compiègne est un succès, le second un échec. En cas d’échec, les autorités municipales ont tendance à incriminer l’administration universitaire, qui n’enverrait pas à Compiègne des principaux d’envergure.

Le poids des autorités municipales et la tutelle ministérielle

19En fait, il semble que, pour réussir, les relations que les principaux parviennent à établir avec les autorités locales soient décisives alors qu’il faut aussi tenir compte du regard et des avis de l’administration centrale.

Le poids financier de la municipalité

  • 31 Pendant la période du collège mixte, la ville ne paie plus, pour le traitement du personnel, que l (...)
  • 32 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 73-74.

20À la différence des lycées, les collèges municipaux, hormis l’argent versé par les familles pour la rétribution et éventuellement pour la pension, sont financés par les municipalités, non seulement pour le matériel, mais également pour le traitement des régents. Au pire, la ville peut asphyxier le collège s’il prend une orientation qui ne lui convient pas. Ce n’est pas une hypothèse théorique : ce fut le cas à Compiègne dans la deuxième moitié des années 1820, à une époque où, il est vrai, l’établissement était devenu un collège mixte31. Le principal, l’abbé Gueudet, donne alors une tournure exclusivement littéraire aux études : beaucoup de latin, pas de mathématiques. La ville n’apprécie pas : cela ne forme pas aux carrières commerciales ou industrielles ; le collège mixte a l’air de ne vouloir former que de futurs prêtres. D’où la diminution du nombre des élèves payant. La ville déplore en outre que l’évêque de Beauvais ait affecté au collège une majorité de séminaristes pauvres, dotés d’une maigre bourse : cela n’est pas de nature à gonfler les recettes. Aussi restreint-elle ces crédits : ils étaient de 4 000 francs par an ; ils passent en 1825 à 3 000 francs par an. Résultat : en 1826, l’abbé Gueudet, qui a dû renoncer au plein exercice à cause des difficultés financières, préfère démissionner. Il est remplacé par l’abbé Boyeldieu, qui rencontre les mêmes difficultés. Aussi le collège mixte ferme-t-il ses portes le 30 septembre 1829, l’évêque de Beauvais ne pouvant plus payer le personnel32.

  • 33 Archives nationales, F17 8338.

21La période du collège mixte est certes particulière. Mais la dépendance financière vis-à-vis de la ville est une constante. On pourrait penser que le principal a eu une marge de manœuvre plus importante tant que le pensionnat a été à son compte ; les bénéfices du pensionnat peuvent en effet être réinvestis dans le collège. La fonction de principal se rapproche alors un peu de celle d’un chef d’institution. À Compiègne, dans cette situation, le principal ne perçoit pas de traitement fixe pour sa fonction mais est payé par les (éventuels) bénéfices du pensionnat et par la rétribution scolaire versée par les parents. Cette situation explique que les principaux exercent en même temps les fonctions de régent, car cette fonction leur procure au moins un traitement fixe. Encore faut-il que le principal bénéficie d’une chaire ; à la fin des années 1830, le bureau d’administration impose que Monchoux prenne un suppléant pour l’enseignement de la rhétorique, au motif qu’il vaut mieux que le principal ne soit pas absorbé à enseigner ; Monchoux y perd son traitement fixe. Pour le reste, les revenus du principal du collège dépendent du nombre d’élèves ; il peut avoir tendance à faire des économies sur le matériel pour profiter lui-même des gains opérés grâce au pensionnat. Inversement, il peut aussi réinvestir l’argent gagné, prendre sur ses bénéfices pour acheter du matériel et attirer la clientèle. L’abbé Vincent, par exemple, qui fut principal entre 1807 et 1812, avait acheté avec son argent du matériel pour les classes et la pension. La ville lui en avait d’ailleurs su gré. Quand, sur l’avis de l’inspecteur général de Champeaux, le principalat lui est retiré, il essaie de vendre son matériel à son successeur, l’abbé Bellart, qui refuse, de peur qu’il ne lui arrive la même mésaventure33. Mais les bénéfices opérés grâce au pensionnat rendent-ils vraiment le principal plus indépendant ? Cette situation peut au contraire inciter la ville à faire des économies, pour contraindre le principal à faire lui-même les dépenses. Le 18 août 1839, le principal Monchaux écrit ainsi au recteur :

  • 34 Cité par Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 78-79.

« Un des membres les plus influents [de la municipalité compiégnoise] à qui je m’efforçais de faire sentir l’espèce d’obligation où se trouvait la ville de soutenir le collège [...] demanda comment font les maîtres de pension auxquels la ville ne donne rien. [...] Je vous avoue, M. le Recteur, que je n’eus pas le courage de répondre. Quand une ville en est là, la prétention d’avoir un collège lui est-elle permise ? [...]. J’ai, depuis trois ans, fait concourir le pensionnat pour plus de mille écus aux frais de l’établissement. [...] Sur le refus de la ville de faire les frais d’un cabinet de physique, je m’en suis chargé. Un gymnase a paru désirable : j’ai commencé de le faire établir. [...] D’un autre côté, représentant de l’université dans une ville où elle est mal vue, où le clergé et les légitimistes rêvent d’une congrégation religieuse au collège, [...] je m’étais imposé la charge énorme d’un aumônier spécial34. »

22De son côté, dans un rapport de 1840, la ville, loin d’apprécier les sacrifices pécuniaires de Monchoux, considère qu’un principal marié et père de famille tend au contraire à économiser. En somme, conclut l’historien Pierre Henrion :

  • 35 Ibid., p. 79.

« La ville reprochait au principal la politique d’économies qu’elle pratiquait elle-même au collège ; elle refusait un équipement que le principal procurait aux dépens de la nourriture35. »

  • 36 Ibid., p. 81.
  • 37 Archives nationales, F17 8338.

23Pour payer les réparations de son appartement, Monchoux a d’ailleurs fini par vendre les instruments de physique qu’il avait achetés pour le collège ; la ville devra en racheter plus tard. Cette anecdote montre les négociations financières, parfois en forme de chantage, entre le principal et la municipalité. En 1843, le bureau d’administration du collège émet le vœu que soit créée une chaire d’histoire, mais la ville refuse de payer. Pour l’obtenir, le principal Cromback promet une ristourne à la ville au-delà de cinquante internes36. De fait, il peut arriver que le principal paie une chaire de ses propres deniers. De même, pressé par les autorités universitaires, le principal peut être amené à accorder des suppléments de traitement aux régents, à qui la ville maintient à dessein de bas traitements. En 1844, dans sa note annuelle, le recteur dresse un portrait louangeur du principal Cromback, mais lui adresse néanmoins un reproche : il ne serait pas prêt à faire des sacrifices pour améliorer la position pécuniaire des régents, « qui est réellement déplorable à Compiègne37 ». Résultat, en 1846, il renonce au produit de la rétribution, afin que les régents puissent obtenir les traitements prévus par l’ordonnance royale de 1839. Il est vrai que le rendement du pensionnat lui suffit, grâce à l’augmentation du nombre d’élèves qu’il est parvenu à réaliser (au détriment de la qualité, se plaindra toutefois son successeur).

  • 38 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 82.
  • 39 Ibid., p. 98 et Archives nationales, F17 20689.

24C’est d’ailleurs la prospérité du pensionnat sous le principalat de Cromback qui conduit la ville à envisager de le placer en régie. La ville justifie sa décision en suggérant qu’elle exploitera le pensionnat avec plus de désintéressement que le principal. La décision est prise en 1851, en dépit de la baisse des effectifs qui a suivi le départ de Cromback. Désormais, le principal bénéficie d’un traitement fixe. Pour qu’il soit intéressé à la prospérité de l’établissement, on décide néanmoins qu’il partagera avec l’économe, comme éventuel, le dixième de la rétribution38. S’il veut augmenter ses revenus, il a donc intérêt à recruter. La situation de principal d’un collège en régie est réputée plus digne : le principal est moins suspect d’attirer les élèves pour son intérêt personnel. En réalité, la pression de la ville reste forte pour que les effectifs croissent. Pour la ville, il s’agit non seulement du prestige du collège, mais aussi de considérations financières. Quand le pensionnat était au compte du principal, la municipalité craignait qu’en cas d’effectifs insuffisants elle soit obligée d’accroître sa subvention pour combler un déficit que le principal ne voulait pas forcément payer ; mais quand le pensionnat est en régie, la subvention que la ville verse au collège diminue d’autant plus qu’il y a plus d’élèves au pensionnat : la ville profite des bénéfices que ferait le principal si le pensionnat était à son compte. De fait, entre 1872 et 1882, période de « prospérité » du collège, il n’y a presque pas eu de subvention : aussi bien le principal, Ernest Dusuzeau est-il très apprécié39.

  • 40 Archives nationales, F17 8338.
  • 41 Archives nationales, F17 21544/A.
  • 42 Archives nationales, F17 22060/B.
  • 43 Archives nationales, F17 21404.

25Que ce soit par intérêt personnel ou par souci de plaire à la ville et à l’administration académique, chaque principal se demande donc comment gagner (ou ne pas perdre) des élèves. Ainsi, constatant le peu de succès des classes supérieures du collège, Paradis pense un moment transformer le collège en école d’agronomie et d’industrie pour mieux l’adapter à la clientèle, peu nombreuse à chercher à accéder au baccalauréat40. Sans accroître les effectifs, on peut chercher à augmenter les revenus en haussant la rétribution scolaire ; ainsi l’abbé Ballefin envisage-t-il de rendre obligatoire l’enseignement de la musique et du dessin dans le but d’accroître la rétribution. L’intérêt personnel que les principaux peuvent avoir à ce qu’augmentent les effectifs, spécialement quand le pensionnat est à leur compte, peut les conduire à se montrer peu exigeants sur la qualité de recrutement. Pour se justifier de la forte diminution des effectifs qu’on lui reproche, le successeur de Cromback, Préaux, prétend avoir trouvé, quand il a pris la direction du collège un mauvais esprit et une moralité suspecte ; Cromback n’aurait pas été difficile dans l’admission au pensionnat et il aurait été nécessaire d’épurer le collège et d’exclure vingt-trois élèves. Ces assertions sont confirmées par le bureau d’administration et par le maire de Compiègne – qui demandent quand même le remplacement de Préaux41. Qu’un pensionnat au compte du principal puisse être source de profit est montré par le comportement de Brelet ; nommé en 1889 principal du collège de Compiègne, il réussit bien et est apprécié de ses supérieurs. Il ne souhaite cependant pas rester à Compiègne, où le collège est en régie et demande à être affecté à Étampes, où l’établissement est au compte du principal. Au vice-recteur de l’académie de Paris, il explique que sa « santé, fortement éprouvée à Compiègne, y trouverait un climat moins dur ». En réalité, comme l’explique Octave Gréard en 1890, ce père de quatre enfants « a une nombreuse famille et a besoin d’augmenter ses émoluments42 ». Son vœu est exaucé dès la rentrée 1890. Inversement, certains principaux, préfèrent un collège avec pensionnat en régie, car c’est moins de responsabilité. C’est le cas de Chemet et de Noël. Principal à Montargis, ce dernier demande à être muté dans un collège avec pensionnat en régie ; il explique que la santé de son épouse ne lui permet plus de s’occuper d’un collège comprenant un pensionnat au compte du principal43, preuve de l’importance du travail des épouses dans les tâches matérielles.

La tutelle de l’administration

26Le souci des effectifs n’est pas seulement celui de la ville ; c’est aussi une préoccupation constante de l’administration universitaire. En témoigne par exemple cette appréciation portée en 1882 par le recteur Octave Gréard sur Deruelle :

  • 44 Archives nationales, F17 20584.

« Principal dévoué, honorable, qui a rendu aux études littéraires et à la discipline le ton qui leur manquait ; mais qui laisse trop la clientèle [sic] venir à lui sans se préoccuper de l’attirer. Le collège n’a pas perdu entre ses mains ; c’est déjà beaucoup, car la succession était difficile ; il faudrait qu’il commence à gagner44. »

  • 45 Archives nationales, F17 20744.
  • 46 Archives nationales, F17 20409 et AJ/16/1012.
  • 47 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 80.

27Au vrai, un principal doit satisfaire non seulement les autorités locales, qui peuvent faire et défaire sa réputation auprès de la population, mais aussi l’administration universitaire. Ce n’est pas le cas, il est vrai, lorsque le collège est transformé en collège mixte : pour montrer qu’il n’entend pas être dépendant de l’université, l’abbé Gueudet correspond alors le moins possible avec le recteur. Quant à Louis Fleurant, après avoir été déplacé, en 1885 du collège de Compiègne à celui de Pamiers, il s’attache avant tout à se concilier la municipalité appaméenne : « Tient peut-être plus à l’estime de la municipalité que de ses chefs », écrit l’inspecteur d’académie non sans agacement45. Nul doute que Fleurant avait médité sur son éviction de Compiègne, due à l’insistance de la municipalité compiégnoise. Il existe à l’inverse des principaux qui préfèrent se couvrir en signalant à l’administration universitaire les moindres incidents. À la fin des années 1880 l’inspecteur d’académie loue ainsi la loyauté de Chemet, mais déplore son irrésolution, cause d’indiscipline46. À l’occasion, les principaux peuvent néanmoins chercher à s’appuyer sur l’administration universitaire pour contraindre la ville à entrer dans leurs vues. Quand il est nommé à Compiègne, Cromback est effrayé par les réparations à faire dans son appartement. La ville voudrait qu’il les fasse à ses frais, mais lui-même est réticent, car il n’est pas sûr de rester. L’université le soutient et, dans une lettre en date du 23 mars 1842, le recteur fait savoir au sous-préfet que si la ville n’est pas plus généreuse, on ne maintiendra pas le plein exercice47. Il peut arriver que la ville et l’administration universitaire aient un avis opposé sur un principal. À la fin des années 1840, la ville reproche à Cromback de rechercher un enrichissement personnel mais l’avis du recteur est différent :

  • 48 Archives nationales, F17 20501.

« M. Cromback jouit dans le pays d’une considération méritée. Homme d’éducation et de bonnes manières, administrateur prudent, habile et actif, il a rendu florissant un collège qui, sous son prédécesseur, ne comptait qu’un très petit nombre d’élèves. Tenue matérielle, ordre, discipline, travail, éducation morale, rien n’est mis en oubli. [...] Cette prospérité, qui devait être la récompense et la force de M. Cromback, semble au contraire lui susciter des embarras sérieux. Le conseil municipal exagérant les bénéfices du pensionnat, voudrait augmenter les charges déjà pesantes de celui qui le dirige. Les petites passions, que l’on rencontre surtout dans les petites villes, ne pardonnent point à M. Cromback son succès, la position qu’il s’est faite, la supériorité de son instruction et de son esprit qu’il n’a pas eu la précaution de dissimiler. M. Cromback sollicite vivement une autre résidence48. »

  • 49 En 1902, la ville est passée à droite. Voir Élie Fruit, Histoire de Compiègne, Dunkerque, Éditions (...)
  • 50 Archives nationales, F17 22527/A.

28Au début du XXe siècle, Drouelle, loué par tous tant que les effectifs ont crû, est critiqué par la municipalité, quand, à partir de 1907, les effectifs se mettent à baisser. Cette diminution est pourtant largement imputable à l’ouverture d’un collège à Noyon et d’un collège privé à Compiègne. D’ailleurs, selon le recteur, l’animosité de la municipalité a des causes politiques49. Il reste que Drouelle est bien conscient des difficultés à continuer son œuvre dans de telles conditions. Il ne demande cependant sa mutation qu’après s’être fait inspecté par l’inspecteur général Alfred Coville : les louanges qu’il reçoit à cette occasion assurent que sa mutation ne sera pas une disgrâce. De fait, en 1913, il est nommé au collège de Meaux50. Dans son cas, le départ est donc volontaire ; mais sa décision a été prise suite à l’hostilité de la ville, dont le rôle apparaît grand dans le maintien ou le départ d’un principal à la tête du collège municipal.

Nomination et maintien du principal : un enjeu d’influence entre administration universitaire et municipalité

29Le conflit d’autorité entre l’administration universitaire et les responsables municipaux apparaît dès les premières années du collège de Compiègne. Alors que l’abbé Vincent semblait apprécié de la ville, un rapport à charge de l’inspecteur général de Champeaux aboutit à son remplacement par l’abbé Bellart. L’abbé Vincent n’obtient pas la compensation attendue. Cette injustice est dénoncée par le maire de Compiègne et par le bureau d’administration du collège qui accusent l’inspecteur général de Champeaux d’avoir inutilement perturbé la vie du collège pour nommer un de ses protégés. Dans une lettre au grand maître en date du 1er décembre 1812, l’inspecteur général de Champeaux s’indigne des accusations dont il est l’objet :

  • 51 Archives nationales, F17 8338.

« Il paraît que l’autorité municipale de Compiègne, comme celle de [...] tant d’autres villes, croit avoir le droit d’influencer les choix de Votre Excellence. M. le Maire, dans sa réponse à la lettre que je lui ai adressée pour l’engager à traiter au compte de la ville le mobilier de M. Vincent, prétend qu’il devrait être consulté pour le changement d’un administrateur, puisque, dit-il, le collège appartient à la ville, qu’elle en fait tous les frais et qu’elle dote [sic] MM. les Professeurs51. »

  • 52 Le bureau d’administration d’une école secondaire communale était composé du sous-préfet, du maire (...)
  • 53 Archives nationales, F17 8338.

30Il est possible que l’attitude de la municipalité soit due au souvenir de la procédure de nomination des directeurs des écoles secondaires communales : le règlement du 19 vendémiaire de l’An XII (12 octobre 1803) avait en effet prévu que le directeur de ces écoles serait nommé par le ministre de l’Intérieur, mais à partir d’une liste de deux noms élaborée par les bureaux d’administration52. Cette procédure a été abandonnée avec l’institution de l’université impériale. Cependant, l’insuccès de l’abbé Bellart rend rapidement inévitable son remplacement. Va-t-on rendre son principalat à l’abbé Vincent ? Le recteur de Maussion propose de ne pas le renommer à la tête du collège de Compiègne, afin que l’administration universitaire ne paraisse pas se désavouer et céder aux autorités compiégnoises... Il propose d’Hédouville, qui est effectivement nommé, mais part au bout d’un an pour rejoindre, à la faveur de la première Restauration, les Gardes du Corps53. Il faut donc encore un nouveau principal. Ces péripéties renforcent la rancune de la municipalité. Mais l’administration universitaire a affirmé son autorité dans le choix du principal.

  • 54 Archives nationales, F17 8338.

31Au reste, plus on avance dans le XIXe siècle, moins le bureau d’administration sera consulté pour le choix du principal, et plus la décision sera prise depuis Paris, sans égard pour les attentes de la municipalité. Cette dernière ne cesse de demander un administrateur qui soit enraciné localement. Mais aux yeux des autorités universitaires, la nomination d’un homme du cru renforce le risque de soumission du principal aux autorités locales, ou du moins de connivence avec elles, au préjudice des autorités académiques. La seule exception se produit quand, en 1866, l’administration est amenée à placer Paradis en congés en pleine année scolaire ; c’est alors Ernest Dusuzeau, régent au collège depuis 1843, qui est nommé principal. À cette occasion, la ville obtient ce qu’elle demandait depuis toujours : un homme attaché au pays. Ce cas est toutefois l’exception qui confirme la règle : hors de question pour l’administration universitaire de se laisser imposer un principal. La fermeté universitaire à cet égard est bien montrée par la succession de l’abbé Ballefin. Quand, en 1842, celui-ci est conduit à la démission, après la révélation de ses errements moraux à Roanne, le bureau d’administration du collège de Compiègne, désemparé, confie à Auguste Dottain l’administration provisoire du collège, sans doute avec l’espoir d’une nomination définitive comme principal. Il est vrai que cette succession paraîtrait naturelle, puisqu’Auguste Dottain continuait d’assurer sous le principalat de l’abbé Ballefin, en plus de ses fonctions de régent de 2nde, celles de sous-principal, qu’il exerçait déjà sous le principalat de Monchoux, son beau-frère. Cet engagement et ces liens familiaux peuvent expliquer qu’après la démission de l’abbé Ballefin, les autorités compiégnoises lui aient confié la direction provisoire du collège. Cependant l’administration universitaire n’a pas apprécié que le bureau d’administration lui ait confié les fonctions de principal par intérim avant même de demander l’autorisation du ministre. Aussi préfère-t-elle reprendre la main et nommer Pierre Comback – au grand dépit d’Auguste Dottain. Si, quels que soient les vœux des autorités municipales, c’est bien l’administration universitaire qui choisit et nomme les principaux, en revanche, elle ne parvient pas à les maintenir dès lors que ceux-ci rencontrent l’hostilité de la municipalité. Ainsi, en 1836, elle contraint Delacourt et son frère à la démission ; de même, en 1841, Monchoux est placé en congé, pour satisfaire la ville, qui veut s’en débarrasser ; en 1913, on l’a vu, l’hostilité de la municipalité pousse Drouelle à demander sa mutation pour Meaux. La plupart du temps, même quand elle admet la défaillance du principal ou le caractère inextricable de ses difficultés avec les autorités municipales, l’administration universitaire commence par refuser d’obtempérer aux doléances de la municipalité ; mais elle finit toujours par exfiltrer le principal devenu indésirable. Il est vrai que, si l’université s’impose par la loi et l’autorité centrale, la ville en définitive entretient le collège. Une exception à cette règle toutefois : en 1853, le maire cherche à écarter le principal Paradis, qu’il accuse d’avoir introduit des ennemis politiques au sein du bureau d’administration du collège. Mais quand l’administration apprend que le maire a été jusqu’à répandre des feuilles volantes reproduisant des chansons calomnieuses sur Paradis, le préfet se résout à demander la démission du maire, qui finit par accepter54. Ce cas particulier se produit il est vrai dans un contexte d’Empire autoritaire où le maire, nommé, ne doit pas s’opposer au pouvoir central.

32On peut tenir pour vraisemblable que la disparition des ecclésiastiques, l’ouverture aux hommes mariés, l’élargissement géographique du recrutement, la modestie des origines sociales ne sont pas des particularités des principaux compiégnois, de même que le fait que les principaux sont des hommes ayant de plus en plus fait une carrière exclusivement universitaire. En revanche, des comparaisons seraient nécessaires pour savoir si le maintien de la prédominance des bacheliers pendant tout le XIXe siècle est une spécificité compiégnoise ; de même, la diminution du taux d’échec de principaux que l’on observe à Compiègne n’est pas forcément à généraliser à l’ensemble du territoire. En l’absence d’élément de comparaison, il est difficile de savoir si le cas compiégnois est ici représentatif. En tout état de cause, le financement du collège par la ville donne un poids important à la municipalité, avec laquelle le principal doit s’efforcer de s’entendre, tout en se pliant aux remarques de sa hiérarchie administrative. En dépit de l’importance pratique de la fonction, le rang médiocre du principal dans la hiérarchie universitaire comme la faiblesse (du moins dans le cas compiégnois) du son niveau de diplôme peuvent expliquer que les notables locaux entendent que leur avis soit entendu et que l’administration universitaire finisse le plus souvent par plier, si la ville exige le départ du principal. En serait-il de même dans le cas d’un proviseur de lycée, a fortiori d’un proviseur agrégé ? Le choix du principal est de toute façon source de tension : au lieu de nommer les principaux en fonction d’un profil du poste, l’administration supérieure opère les nominations en fonction du jeu des chaises musicales. Le rôle joué par le recteur et sa concertation avec les autorités municipales disparaissent peu à peu. C’est évidemment l’intérêt de l’administration universitaire de ne pas nommer un protégé de la municipalité, non seulement parce qu’il pourrait être lié à un clan local, mais aussi parce qu’il pourrait être tenté de prendre ses distances avec la réglementation nationale. Cependant, le parachutage des principaux sans égard avec le contexte local pose d’autres problèmes : il suppose que les hommes sont interchangeables et sauront s’adapter à un contexte local particulier. Tel est aussi le cas des proviseurs ; mais dans le cas des principaux, le problème est rendu plus aigu par le fait que les collèges sont financés par des villes qui ont un intérêt financier à la prospérité des établissements.

Annexes

ANNEXE I. Successions des principaux compiégnois au XIXe siècle

Nom

Début des fonctions

Fin des fonctions

Dom Lalondrelle

1772

Mai 1807

Abbé Vincent

juillet 1807

Octobre 1812

Abbé Bellart

Octobre 1812

Septembre 1813

D’Hédouville

Septembre 1813

Septembre 1814

Abbé Hanquet

Septembre 1814

Mai 1815

Monchoux et Llobet (administrateurs provisoires)

Mai 1815

Novembre 1815

Monchoux (principal provisoire, puis définitif)

Novembre 1815

Septembre 1823

Abbé Gueudet

Septembre 1823

1826

Abbé Boyeldieu

1826

Septembre 1829

Désiré Delacourt

Janvier 1831

Septembre 1836

Monchoux

Septembre 1836

Mars 1841

Abbé Ballefin

Mars 1841

Janvier 1842

Auguste Dottain (administrateur provisoire)

Janvier 1842

Cromback

Janvier 1842

Septembre 1848

Préaux

Septembre 1848

Août 1851

Paradis

Août 1851

Avril 1866

Dusuzeau

Avril 1866

Août 1880

Deruelle

Août 1880

Août 1883

Fleurant

Août 1883

Mars 1885

Promeyrat

Avril 1885

Juillet 1885

Noël

Juillet 1885

Septembre 1887

Chemet

Septembre 1887

Septembre 1889

Brelet

Septembre 1889

Septembre 1890

Noël

Septembre 1890

Août 1897

Drouelle

Août 1897

Septembre 1913

Boy

Septembre 1913

Août 1921

ANNEXE II. Caractéristiques des principaux du collège de Compiègne au XIXe siècle

ANNEXE III. Évolution des fonctions exercées par les principaux du collège de Compiègne au XIXe siècle

Premières fonctions dans l’université

Premier métier exercé si hors université

Fonction exercée juste avant principalat à Compiègne

Fonction exercée après le principalat à Compiègne

Lalondrelle

Régent (collège d’Ancien Régime)

Sous-principal du collège de Compiègne

Décès

Abbé Vincent

Principal du collège de Compiègne

Vicaire, puis curé constitutionnel

Sous-secrétaire de la sous-préfecture de Noyon

Régent au collège de Compiègne

Abbé Bellart

Chef d’institution à Abbeville

Maître de conférences au séminaire Saint-Louis à Paris

Chef d’institution à Abbeville

 ?

D’Hédouville

Régent au collège de Laon

Régent au collège de Laon

Garde du roi

Abbé Hanquet

Sous-maître au collège Mazarin

Professeur de langues vivantes à Cracovie

Régent ?

Monchoux

Maître d’études

Régent au collège de Compiègne

Principal du collège d’Avalon

Llobet

Maître d’études

Soldat dans un régiment de dragon

Régent au collège de Compiègne

Régent au collège de Compiègne

Abbé Gueudet

Régent au séminaire de Saint-Acheul

Curé

 ?

Abbé Boyeldieu

 ?

 ?

 ?

 ?

Delacourt

Maître d’études

Régent au collège d’Abbeville

Monchoux

Maître d’études

Principal du collège de Montauban

Principal du collège de Dieppe

Abbé Ballefin

Régent ?

Principal du collège de Roanne

Chassé de l’université ?

Dottain

Maître de classe élémentaire dans une institution

Régent au collège de Compiègne

Régent au collège de Compiègne

Cromback

Régent de classes élémentaires

Régent

Principal du collège de Valenciennes

Préaux

Régent

Censeur

Professeur de lycée

Paradis

Maître d’études dans une institution

Principal du collège de Cambrai

Retraite

Dusuzeau

Maître d’études

Régent au collège de Compiègne

Retraite

Deruelle

Aspirant-répétiteur

Principal du collège de Carpentras

Principal du collège de Beaune

Fleurant

Aspirant répétiteur

Principal du collège de Beaune

Principal du collège de Sedan

Promeyrat

Aspirant répétiteur

Principal du collège de Pamiers

Principal du collège de Montargis

Noël

Professeur de collège

Lieutenant aux tirailleurs sénégalais

Principal du collège de Montargis

Principal du collège de Melun

Chemet

Maître d’études

Principal du collège de Laon

retraite

Brelet

Professeur de collège

Surnuméraire dans l’administration des contributions indirectes

Principal du collège de Château-Gontier

Principal du collège d’Étampes

Noël

Professeur de collège

Lieutenant aux tirailleurs sénégalais

Principal du collège de Melun

Retraite

Drouelle

Professeur de 8e dans un collège

Principal du collège de Beauvais

Principal du collège de Meaux

Boy

Aspirant répétiteur

Principal du collège de Meaux

Retraite

Notes

1 Pour disposer des textes officiels sur ces évolutions, voir Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire (XIXe-XXe siècles). Le corps, le métier, les carrières. Textes officiels, t. 1 (1802-1914), Paris, INRP-Economica, 2000, 752 p.

2 Marie-Madeleine Compere et Philippe Savoie (dir.), « L’établissement secondaire et l’histoire de l’éducation », Histoire de l’éducation, n ° 90 : L’établissement scolaire. Des collèges d’humanités à l’enseignement secondaire, XVIe-XXe siècles, 2001, p. 5-20.

3 Guy Caplat (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique. 1802-1914, Paris, INRP-CNRS, 1986 ; Guy Caplat, L’Inspection générale de l’Instruction publique au XXe siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs de l’Académie de Paris, 1914-1939, Paris, INRP-Economica, 1997 ; Guy Caplat et Bernadette Lebedeff-Choppin, L’Inspection générale de l’Enseignement supérieur au XIXe siècle, Paris, INRP, 2002.

4 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1, La formation d’une élite administrative de l’Instruction publique, Lyon, INRP-SHE, 2006 ; t. 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP-SHE, 2006 ; t. 3 : Le recteur, l’École, la nation. Entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Lyon, INRP-SHE-ENS, 2009.

5 Citons, parmi quelques articles récents : Régis Dupuy, « Benoît Duparay (1824-1885), principal du collège de Chalons de 1865 à 1871 », Chroniques chalonnaises, n ° 15, 1997, p. 21-23 ; Pierre Du Chambon, « Jean Roux, principal du collège de Confolens et père du docteur Émile Roux », Les Amis du vieux Confolens, n ° 85, 2003, p. 6-9 ; Maurice De Poitevin, « Le collège communal de Confolens au début du XXe siècle, d’après les carnets du principal Anatole Bernard », Les Amis du vieux Confolens, n ° 84, juin 2003, p. 54-72.

6 Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968, p. 24-26 (et sa thèse, La Condition universitaire en France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1965).

7 Archives nationales, F17 8338, dossier sur le collège de Compiègne.

8 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne. Une histoire de l’enseignement secondaire en province, Chauny, Établissement A. Baticle, 1950.

9 Archives nationales, F17 21189/B.

10 Archives nationales, F17 21344.

11 Georges Pariset, Le Consulat et l’Empire, dans Ernest Lavisse (dir.), Histoire de la France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, Paris, Hachette, 1921, p. 336-338.

12 Archives nationales, F17 8338.

13 Archives nationales, F17 20078.

14 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 71.

15 Ibid.

16 Archives nationales, F17 20501.

17 Archives nationales, F17 20409.

18 Archives nationales, F17 20584.

19 Archives nationales, F17 20744.

20 Archives nationales, F17 20543.

21 Archives nationales, F17 20621.

22 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 67.

23 Archives nationales, F17 21937 et AJ16 1405.

24 Archives nationales, F17 20744.

25 Archives nationales, F17 8338.

26 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 371.

27 Le père de Brelet est d’abord professeur dans l’enseignement secondaire, avant de devenir inspecteur primaire ; sa mère tient par ailleurs une librairie de livres classiques.

28 AN F17 22060/B et AJ16 987.

29 Le succès et l’échec sont estimés ici d’après le jugement de l’administration et surtout d’après le désir de la ville de conserver ou d’écarter le principal.

30 Depuis 1808, les principaux sont de droit officiers d’académie ; la possibilité d’accéder à la dignité d’officier de l’Instruction publique leur a été ouverte en 1845.

31 Pendant la période du collège mixte, la ville ne paie plus, pour le traitement du personnel, que le principal et le seul régent qui était présent avant la transformation ; les autres régents sont payés par l’évêché.

32 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 73-74.

33 Archives nationales, F17 8338.

34 Cité par Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 78-79.

35 Ibid., p. 79.

36 Ibid., p. 81.

37 Archives nationales, F17 8338.

38 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 82.

39 Ibid., p. 98 et Archives nationales, F17 20689.

40 Archives nationales, F17 8338.

41 Archives nationales, F17 21544/A.

42 Archives nationales, F17 22060/B.

43 Archives nationales, F17 21404.

44 Archives nationales, F17 20584.

45 Archives nationales, F17 20744.

46 Archives nationales, F17 20409 et AJ/16/1012.

47 Pierre Henrion, Le lycée de Compiègne..., op. cit., p. 80.

48 Archives nationales, F17 20501.

49 En 1902, la ville est passée à droite. Voir Élie Fruit, Histoire de Compiègne, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1988, p. 222.

50 Archives nationales, F17 22527/A.

51 Archives nationales, F17 8338.

52 Le bureau d’administration d’une école secondaire communale était composé du sous-préfet, du maire et du commissaire du gouvernement près le tribunal de l’arrondissement, de deux membres du conseil municipal, du juge de paix et du directeur (règlement du 19 vendémiaire An XII). L’arrêté du 30 frimaire An XI avait par ailleurs stipulé que les maires auraient la surveillance générale des écoles secondaires, sous l’autorité des sous-préfets et du préfet.

53 Archives nationales, F17 8338.

54 Archives nationales, F17 8338.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/93130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

Auteur

Agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne (ESPE) et membre du laboratoire CEREP (Centre d’Étude et de Recherche sur les Emplois et les professionnalisations, EA 4692). Il est spécialiste d’histoire de l’éducation, en particulier de l’enseignement secondaire, de ses structures et de ses acteurs et du personnel enseignant aux XIXe et XXe siècles. Il travaille également sur le syndicalisme enseignant et sur l’enseignement féminin.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site