Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Diriger les établissements secondaires

Le gouvernement des collèges séculiers aux lendemains de l’expulsion des jésuites. Le cas du collège de Lille (1765-1790)

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Édit du Roi portant règlement pour les collèges qui ne dépendent pas des universités donné au mois (...)
  • 2 Lettre circulaire de MM. les Agents aux Archevêques et Évêques, concernant l’Éducation publique, 8 (...)
  • 3 Langres, Chaumont, Châtillon-sur-Seine et Noyer.
  • 4 Ce mémoire est publié dans J. Carnandet, Le trésor des pièces rares et curieuses de la Champagne e (...)

1Créés par l’édit de février 1763 « portant règlement pour les collèges qui ne dépendent pas des universités » pour administrer les collèges retirés aux jésuites en 1762-1765, les bureaux d’administration furent très vite l’objet de vives critiques et rendus responsables des difficultés que certains collèges pouvaient connaître1. La charge était sonnée en novembre 1780 quand l’Assemblée générale du clergé, « touchée de l’état actuel de l’Éducation publique », lança une enquête auprès des archevêques et évêques afin de voir ce qu’il en était et de proposer des mesures de réforme2. La question 5 leur demandait de s’informer sur « les inconvénients de l’administration introduite par l’édit de février 1763 dans les collèges ci-devant confiés aux jésuites » et de proposer « des remèdes à ces inconvénients ». Parmi les réponses figurait celle de Mgr de la Luzerne, évêque de Langres, qui allait devenir une véritable vulgate. Dans son mémoire, après avoir évoqué la situation dans les quatre collèges de son diocèse3, Mgr de La Luzerne examinait « Les vices de l’administration des collèges et les moyens d’y remédier4 ». Il écrivait :

  • 5 Ibid., p. 33.

« On voit de tous côtés les membres de ces bureaux gêner les maisons dans la forme de l’enseignement quoique eux-mêmes n’y entendent rien, exiger des préférences contraires essentiellement à l’éducation publique, forcer les principaux à recevoir des sujets dangereux pour les mœurs, faire rentrer d’autorité dans les classes ceux qui en ont été chassés comme incorrigibles et comme détournant les autres. Ces abus existent partout. Ils sont la suite nécessaire de l’autorité que l’on donne sur les collèges à des personnes qui au lieu de connaissances dans ce genre apportent des prétentions, des affections et qui veulent tout permettre à leurs idées qui sont le plus souvent fausses5. »

2Dans un essai publié deux ans plus tard, l’abbé Proyart, sous-principal du collège Louis-le-Grand de 1772 à 1778, principal du collège du Puy-en-Velay de 1778 à 1790, ne se montrait guère moins critique à l’égard du système d’administration créé par l’édit de 1763 :

  • 6 Abbé Proyart, De l’Éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme projetée dans la dern (...)

« Aussi quels abus n’y a-t-il pas introduits ? En voudrait-on des preuves ? Elles sont parlantes. En combien d’endroits le choix d’un Principal, la nomination ou la destitution d’un Régent, l’interprétation d’un article du Règlement, et quelques fois des affaires de très peu d’importance, n’ont-elles pas été conduites par cabales et terminées par des débats et des contestations entre les Administrateurs ? Est-il rien de plus ordinaire que de voir les Bureaux partagés en deux parties, dont l’un porte à l’Assemblée les volontés déterminées de rejeter ou de combattre tout ce que l’autre proposera6... ? »

3Il songeait sans doute à son expérience en écrivant :

  • 7 Ibid., p. 4-10.

« Voulez-vous écouter le Principal ? Il vous dira que rien n’est plus embarrassant pour lui que de régler sa conduite au milieu de ces schismes continuels ; que pour avoir voulu se ménager tous les partis, il les a tous aliénés, que les Assemblées du Bureau où il devrait trouver les encouragements dont il a besoin ne sont pour lui que la répétition de scènes désagréables7. »

4On notera qu’il est un point sur lequel l’abbé Proyart donne crédit aux bureaux d’administration : la gestion financière des collèges :

« Les Bureaux cependant ont, généralement parlant, améliorer le temporel des Collèges et cela devait être ainsi. Ces compagnies sont composées de pères de famille ou de personnes versées dans les affaires. Il y a, pour la conduite économique des biens, certains principes reçus, certaines règles invariables dont il suffit de ne pas s’écarter pour obtenir le résultat qu’on s’était promis. »

  • 8 Augustin Sicard, Les études classiques avant la Révolution, Paris, Librairie Académique Didier Per (...)
  • 9 Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1933.
  • 10 Jean Morange, « La réforme de l’enseignement à la fin de l’Ancien Régime et les milieux parlementa (...)
  • 11 Maurice Gontard, L’enseignement secondaire en France de la fin de l’Ancien régime à la loi Falloux (...)
  • 12 Voir Claude George (dir.), Du collège de Compiègne au lycée Pierre d’Ailly, Mémoires de la Société (...)
  • 13 Marie-Madeleine Compere, Dominique Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 1  (...)
  • 14 Voir Guy Caplat, « Pour une histoire de l’administration de l’enseignement en France » dans Histoi (...)
  • 15 Archives départementales du Nord, 35 D 8, Registre aux délibérations des administrateurs du collèg (...)
  • 16 Une classe de septième est ouverte à la fin de la période.
  • 17 Dieudonne, Statistique du département du Nord, 1804, t. 3, p. 140.
  • 18 Philippe Marchand, Recherches sur l’histoire de l’enseignement au XVIIIe siècle. Le collège de Lil (...)

5Ces condamnations de Mgr de La Luzerne et de l’abbé Proyart étaient reprises en 1887 par Sicard qui les cite longuement dans son ouvrage sur Les études classiques avant la Révolution8. Quelques décennies plus tard, Daniel Mornet évoquait « les rivalités et les chicanes les plus mesquines et les plus féroces » qui agitaient les bureaux d’administration9. Plus près de nous, en 1974, Jean Morange plaçait la création des bureaux d’administration dans les « aspects négatifs » de la réforme de l’enseignement au lendemain de l’expulsion des Jésuites tout en reconnaissant qu’ils ont su dans l’ensemble gérer les ressources financières des collèges. L’auteur reprend d’ailleurs la formule de Proyart quand il écrit : « Les notables parisiens et provinciaux étaient habiles pour gérer une fortune en « bons pères de famille10. » Enfin, en 1984, Maurice Gontard écrit dans sa brève présentation des collèges régis selon l’édit de février 1763 : « Les bureaux d’administration fonctionnent mal ; la discipline se relâche. » D’où tire-t-il cette affirmation ? De Sicard11. Le renouveau de l’histoire de l’enseignement n’a guère entraîné de réévaluation du rôle des bureaux d’administration. Quand ils sont évoqués, c’est à propos des conflits qui ont accompagné leur naissance ou du mouvement de transfert de collèges séculiers aux congrégations enseignantes dans les années 1777-1780, et plus rarement à propos d’autres questions, pédagogiques par exemple. Leur existence est même parfois totalement occultée12. Pourtant comme le montrent les notices du Répertoire des collèges français d’Ancien Régime, les sources ne manquent pas pour mener leur étude13. Sur les 70 collèges enlevés aux jésuites, les registres des délibérations des bureaux d’administration ont été conservés pour 36 d’entre eux. Ce vide historiographique résulte, nous semble-t-il d’une désaffection des historiens de l’enseignement en particulier pour l’histoire administrative signalée par Guy Caplat et Maurice Quénet14. On se propose donc ici d’apporter quelques éléments d’information sur cette institution en prenant comme exemple le collège de Lille. Au préalable, rappelons que le collège de Lille, tenu par les jésuites de sa fondation en 1592 à 1765, était placé à cette date sous le régime de l’édit de février 1763 et donc administré par un bureau d’administration dont le registre aux délibérations a été conservé15. Le personnel comprenait un principal, un sous-principal, six régents enseignant les classes de la rhétorique à la sixième et plusieurs maîtres de quartier16. Selon Dieudonné, l’établissement comptait 200 élèves en 178917. Un pensionnat était ouvert en 1768. De 1765 à 1791, deux principaux se sont succédés : Bocquet de 1765 à 1767, puis Lepan jusqu’en 179118.

La Composition du bureau d’administration du collège de Lille et ses réunions

6La composition du bureau d’administration d’un collège ne dépendant pas des universités est soigneusement définie par l’édit de février 1763 dans ses articles 5 et 6.

La composition du bureau : textes réglementaires et titulaires des postes

  • 19 Le doyen de chrétienté était un prêtre, titulaire d’une paroisse. Nommé par l’évêque, il était cha (...)

7Lille n’étant pas une ville parlementaire, le bureau comprenait (voir annexe 1) : l’évêque du lieu, en l’occurrence à Lille l’évêque de Tournai, président de droit du bureau. En son absence, ce qui a été le cas pour la quasi-totalité des réunions, il se faisait représenter par un ecclésiastique qu’il désignait. Ce fut le doyen de chrétienté19 qui cédait alors la présidence au premier officier royal ; deux officiers royaux : le premier officier de la justice royale et l’officier chargé du ministère public. À Lille, ce furent le lieutenant général civil et criminel de la gouvernance et souverain bailliage de Lille (premier officier royal) et le procureur du roi au siège de la gouvernance ; deux officiers municipaux ; deux notables choisis par le bureau ; le principal du collège. Le bureau d’administration comprend dès lors huit personnes au total.

  • 20 La bourgeoisie était à Lille une catégorie juridique régie par une ancienne coutume avec son droit (...)
  • 21 Balthazar Louis Petit de Walle, Auguste Joseph Denis du Péage, Charles Hyacinthe Joseph Lespagnol (...)

8Si on laisse de côté les représentants de l’évêque de Tournai, soit quatre pour toute la période, et les deux principaux, on constate que les 22 administrateurs qui se sont succédés étaient tous bourgeois de Lille20 et appartenaient aux grandes familles lilloises : les Garsignies, les Cardon de Montreuil, les Lespagnol de Grimbry, les Denis du Péage... Dix-sept étaient nobles. Quelques-uns étaient passés par la faculté de droit de Douai et avaient reçu une formation juridique. Tous étaient rompus aux tâches administratives. Certains avaient d’ailleurs leurs enfants au collège21.

La durée des mandats

  • 22 Contrairement à ce qu’affirme le Magistrat de Lille dans une de ses résolutions (cf. note suivante
  • 23 Archives départementales du Nord, 35 D 8, Extrait du registre aux résolutions du Magistrat de Lill (...)

9La diversité institutionnelle au sein du bureau d’administration qui comprend des officiers royaux, des officiers municipaux, des notables, un ecclésiastique et un principal, soulève deux questions. Quel a été le poids de chaque composante ? Les conditions d’une continuité d’action ont-elles été réunies ? Pour y répondre, on a examiné la durée du mandat de chaque membre du bureau au cours des vingt-six années de fonctionnement du collège. Précisons que rien dans l’édit ne fixait de limites à la durée des mandats22. Au cours de la période considérée, les représentants du Magistrat de la ville ont changé à cinq reprises. Les mandats des officiers municipaux ont été de courte durée pour sept d’entre eux : trois à six ans. Font exception Jacquery de la Croix, Lespagnol de Grimbry et Francquet d’Hochet qui sont présents dix années de suite. Les officiers municipaux mettent fin à leur présence par une démission collective correspondant ou non renouvellement de leur mandat municipal23. Les représentants de l’évêque de Tournai ont été quatre en 26 ans avec des mandats d’inégale durée. Les changements ont été aussi fréquents chez les notables : sept au total. Seuls Louis Renard de la Rue et Du Chasteau de la Ville se sont acquittés longuement de leur mandat : 13 années pour le premier et 19 pour le second. Les mandats les plus longs ont été ceux des officiers royaux. Frémicourt est présent de 1765 à 1791 soit 26 ans ; Du Sart père et fils restent le premier 13 ans et le second 12 ans. Enfin, et c’est là sans doute le fait le plus important, six administrateurs ont siégé sans interruption de 1772 à 1791 : les officiers royaux, deux des notables, du Château de Willermont et Renard de la Rue, enfin le principal Lepan. Incontestablement, ces six administrateurs ont été « le gouvernement du collège » pendant ces 19 années. On peut donc parler d’une réelle continuité d’action au sein du bureau d’administration du collège de Lille. En a-t-il été de même au sein des autres établissements placés sous le régime de février 1763 ? Seules d’autres études pourraient nous le dire.

Les réunions

  • 24 Article 7.
  • 25 On ne relève que quatre réunions en septembre : le 5 septembre 1765 pour l’attribution de deux bou (...)
  • 26 Archives départementales du Nord, 628, Cambier, secrétaire du bureau aux administrateurs du collèg (...)

10Le bureau d’administration était tenu de se réunir « au moins » deux fois par mois24 ce qui faisait 22 réunions pour une année scolaire, le mois de septembre étant réservé aux vacances25. Les vacances commençaient parfois très tôt. Le 15 août 1774, Cambier, secrétaire du bureau d’administration, note que la plupart des administrateurs du collège se trouvent absents à cause des vacances. Ils ne sont plus que quatre et la réunion prévue avec leurs collègues du collège d’Anchin (Douai) doit être reportée26. Parfois, elles se finissent tard. Le 30 août 1786, Cambier constate :

  • 27 Ibid., Cambier, secrétaire du bureau, à Lenglé de Schoebecque, subdélégué général à Dunkerque, Lill (...)
  • 28 Les articles 19 et 22 de l’édit exigeaient cette majorité des deux tiers pour les délibérations re (...)

« Le bureau d’administration vient de tenir sa dernière assemblée avant les vacances le 2 du mois de septembre. Le prochain qui se tiendra ne sera que vers la fin d’octobre par l’absence de ses membres27. Les réunions se tenaient dans une salle réservée à cet effet. Assis autour d’une table recouverte d’un drap vert, munis de plumes de Hollande, de cahiers, de papier à lettres, de cire rouge à cacheter, les administrateurs délibéraient et arrêtaient leurs décisions à la pluralité des suffrages avec voix prépondérante du président, ici le premier officier royal, sauf dans quelques cas où les deux tiers des suffrages étaient exigés28. »

11Le tableau des réunions tenues d’octobre 1766 au mois d’août 1789 appelle quelques observations.

Années

Réunions

Années

Réunions

1765

16

1778-1779

12

1766-1767

16

1779-1780

14

1767-1768

10

1780-1781

19

1768-1769

9

1781-1782

18

1769-1770

12

1782-1783

16

1770-1771

4

1783-1784

17

1771-1772

12

1784-1785

11

1772-1773

22

1785-1786

8

1773-1774

16

1786-1787

8

1774-1775

16

1787-1788

8

1775-1776

11

1788-1789

9

1776-1777

12

1789-1790

10

1777-1778

12

Document 1. – Le nombre de réunions (1765-1790).

12Les administrateurs n’ont guère respecté la disposition de l’édit relative au nombre de réunions mensuelles. Le rythme d’une réunion par mois est loin d’avoir été respecté. De décembre 1770 à mars 1771, les administrateurs restent quatre mois de suite sans se réunir. On observe le même phénomène du mois d’avril 1776 au mois de juin de la même année. Plus curieux encore, les deux premiers mois de l’année scolaire se passent sans que les administrateurs se réunissent. Pendant ces périodes de vacance du bureau, le collège était donc placé sous la seule direction du principal ou du sous-principal.

13Les réunions étaient fréquentes lorsque les circonstances l’exigeaient. On peut distinguer trois périodes d’intense activité. En 1765, le démarrage du collège avec l’installation des administrateurs qui doivent procéder au recrutement des officiers municipaux, du principal, des régents, du secrétaire du bureau explique la fréquence des réunions. En 1773-1774, les démêlés du collège avec les jésuites de la province gallo-belge obligent les administrateurs à multiplier les réunions, des décisions importantes devant être prises. Enfin entre 1780 et 1784, le transfert du collège, compliqué par des discussions avec le Magistrat, est à l’origine d’un travail assidu avec un mois de juillet 1781 particulièrement agité obligeant les administrateurs à tenir six réunions le 4, le 18, le 24, le 25, le 27 et le 30. À partir de la rentrée d’octobre 1785, le calme revient et les administrateurs peuvent reprendre leur rythme de croisière.

  • 29 Archives départementales du Nord, 35 D 10, L’évêque de Tournai à Lecat, Tournai, 11 mai 1765.

14Le tableau consignant le nombre de réunions auxquelles a participé chaque administrateur pendant son mandat suggère plusieurs remarques. Globalement, les administrateurs du collège de Lille ont été assidus aux réunions. Sur les 29 administrateurs, 19 ont participé à plus de la moitié des réunions. Neuf sont présents à plus de 75 %. Manifestement, les administrateurs du collège de Lille n’ont pas manqué aux obligations de leur mission ce qui traduit un intérêt certain pour la nouvelle formule de gouvernement des collèges. L’assiduité des représentants de l’évêque a varié. Lecat est loin d’avoir rempli son mandat avec zèle. L’évêque de Tournai était cependant convaincu d’avoir fait un choix judicieux en sa personne. « Je me flatte » écrit-il à Frémicourt « que mon choix ne peut être que très agréable à tous ces messieurs du bureau. M. Lecat est un homme plein de zèle, de mérite et d’intelligence et qui ira toujours au plus grand bien29 ». Il lui avait d’ailleurs demandé de répondre présent à chaque réunion et de lui en donner un compte rendu fidèle. L’âge et les infirmités expliquent sans doute son absentéisme. Devleschauwere participe activement aux réunions. Avec Verdier dont il faut souligner l’absence au cours de toutes les réunions de l’année 1782, l’évêché de Tournai est peu représenté. Les nombreux soucis qu’il connaît dans l’administration de sa paroisse sont-ils à même d’expliquer son absentéisme ? Au lendemain de la disparition de Verdier, l’évêque songe un temps à nommer un dénommé Bourgeois, « le plus ancien curé de la Ville », doyen de chrétienté. Mais pour la première fois, il renonce à ce choix et nomme Gallouin, chanoine de la collégiale Saint-Pierre. Sa fonction de vicaire épiscopal à partir de 1784, ne l’empêche pas de siéger régulièrement.

Catégories

Administrateurs

Réunions pendant le mandat

Présences

Coefficient d’assiduité

Représentants de l’évêque

Lecat
Devleschauwere
Verdier
Gallouin Guillaume

96
93
66
76

34
70
24
60

27 %
75 %
36 %
72 %

Officiers royaux

Du Sart François
Lambelin de Beaulieu
Du Sart
Frémicourt

187
4
155
341

161
3
123
297

86 %
75 %
79 %
87 %

Officiers municipaux

Denis du Péage
Vanhove
Jacquerye de la Croix
Lespagnol de Grimbry
Aronio
De Druez
Bonnier de Layens
Franquet d’Hochet
Vanzelles d’Olnois
Baillon

83
83
129
129
60
60
50
4
15
22

72
65
81
78
21
32
18
2
8
5

88 %
77 %
62 %
53 %
35 %
53 %
36 %
50 %
53 %
22 %

Notables

Petitpas de Walle
Le Prévost de Basserode
Obert
Renard de la Rue
Potteau de la Rue
Cardon de Montreuil
Du Château de Villermont

27
114
51
167
8
35
249

9
93
24
116
5
25
118

33 %
64 %
47 %
65 %
62 %
70 %
47 %

Principaux

Bocquet
Lepan

36
294

34
278

94 %
95 %

Document 2. – La participation aux réunions des différents membres du bureau d’administration du collège de Lille.

  • 30 Philippe Marchand, « La réforme de l’administration des collèges après la suppression de la Sociét (...)

15Parmi les officiers municipaux, seuls Denis du Péage, Vanhove et Jacquerye de la Croix manifestent de l’intérêt pour leur fonction d’administrateurs. Les autres se contentent d’apparitions épisodiques. En 1782, Aronio assiste à six réunions sur 16. En 1783, il déserte 12 réunions sur 17. En 1787-1788 Bonnier de Layens n’est présent à aucune réunion. En deux ans, Baillon assiste à cinq réunions sur un total de 22. Cette attitude des officiers municipaux reflète sans doute la déception d’un Magistrat de n’avoir pu s’emparer de l’administration d’un collège dont il se considérait comme le tuteur naturel30. Restent les notables. Une fois encore, les coefficients d’assiduité varient. Quatre dépassent la moyenne, deux autres l’approchent. Le cas de du Château de Willermont mérite une remarque. Sa présence aux réunions du bureau est en dessous de la moyenne 47 %. Ce chiffre peut faire croire à un désintérêt de sa part. Il n’en est rien. Comme on le verra plus loin, du Château accomplit un travail très important. Ces quelques remarques sur l’assiduité des administrateurs montrent que les plus présents, et il ne pouvait en être autrement, ont été les principaux. Derrière eux arrivent les officiers royaux, et en particulier Frémicourt dont l’assiduité a été constante.

Le bureau d’administration du collège de Lille au travail

  • 31 Articles 17-25.

16En application de l’édit de février 1763, le bureau d’administration d’un collège était compétent dans trois domaines : enseignement, administration, finances31.

Les principales compétences du bureau

17Concernant le premier domaine de compétences, les administrateurs décidaient des heures et de la durée de l’enseignement, des dates et de la durée des congés extraordinaires, des vacances. Concernant la discipline, si l’édit de février déclarait que le principal était le seul responsable de la police intérieure de son établissement, il n’en précisait pas moins qu’un des administrateurs de son côté y veillerait aussi et informerait le bureau de toutes les difficultés pouvant surgir. Les attributions des administrateurs étaient donc importantes dans ce domaine et ne laissaient théoriquement que peu d’espace de liberté au principal. Au plan administratif, le bureau nommait le principal et les régents. Il avait aussi un droit de regard sur le recrutement du sous-principal et des maîtres de quartier, en principe laissé au principal. Les administrateurs pouvaient « Exiger de lui d’en choisir d’autre part des motifs qui seront discutés en sa présence ». Notons que ce ne fut jamais le cas, les sujets proposés par Lepan ont toujours été agréés par le bureau. La destitution du principal et des régents était également du ressort du bureau et devait être prise à la majorité des deux tiers. Le bureau fixait le montant des honoraires du principal et des régents, les pensions des émérites. Il supervisait l’attribution des bourses. Enfin, les administrateurs du collège s’occupaient des questions financières. Tout ce qui regardait la gestion du temporel du collège, les réparations, les constructions, les acquisitions et les ventes de biens, les emprunts... devait être étudié en réunions de bureau.

Le bureau d’administration lillois et son travail

  • 32 Philippe Marchand, « L’enseignement de l’histoire et de la géographie au collège de Lille (1765-17 (...)
  • 33 Archives départementales du Nord, 35 D 8, 17 janvier 1776.

18Comment se sont répartis ces trois domaines de compétences au collège de Lille ? Pour répondre à cette question, on a relevé dans le registre des délibérations les sujets traités soit 532 au total se répartissant ainsi : Enseignement (30), Administration (188) et Finances (314). Le décompte est éloquent. L’attention des administrateurs s’est portée prioritairement sur les questions financières, puis sur les questions administratives, enfin sur les questions d’enseignement. Dans ce dernier domaine, le bureau d’administration est intervenu seulement quand les textes réglementaires l’exigeaient. C’est ainsi qu’en 1772 il se réunit à plusieurs reprises pour étudier et valider un plan d’enseignement de l’histoire proposé par Lepan32. En 1780, les administrateurs tiennent quatre réunions, les 12 et 26 juillet, les 8 et 22 août, consacrées à l’étude d’un Tableau d’enseignement. On note enfin que les administrateurs diligentent en janvier 1776 une enquête pour comprendre les raisons d’un chahut survenu le 8 janvier. Mécontents de n’avoir pas eu de congé ce jour-là, les élèves protestent bruyamment. Après avoir entendu le principal et le sous-principal, les administrateurs décident de se rendre dans les classes pour signifier leur mécontentement et leur annoncer que « s’ils se portaient encore à de pareils excès on ferait un exemple éclatant33 ». C’est le seul exemple d’intervention directe des administrateurs auprès des élèves. Au total, les administrateurs n’ont pas jugé bon d’interférer dans les questions d’enseignement pour se consacrer à l’administration et surtout, à la gestion financière du collège.

Les missions extérieures confiées aux membres du bureau d’administration

  • 34 L’article 2 de l’édit de février prévoyait que la recette des collèges pouvaient être faites par l (...)
  • 35 Archives départementales du Nord, L 8869, lettre de Frassinetty, receveur-économe du collège de Li (...)
  • 36 Archives départementales du Nord, D 640/16.

19Le travail des administrateurs ne se réduit pas aux réunions de bureau. De nombreuses tâches pour lesquelles ils désignent en leur sein des commissaires réclament leurs interventions. Chaque année, les administrateurs doivent vérifier et arrêter les comptes dressés par le receveur-économe34. De 1772 à 1790, ils confient ce travail à Frémicourt et Du Château de Willermont. Aux dires du receveur-économe, l’opération exige une journée complète de travail35. Autre travail important pour la bonne gestion du patrimoine du collège : la visite des propriétés du collège, maisons, fermes, à Lille, autour de Lille et pour quelques-unes dans les Pays-Bas autrichiens, pour voir si leurs occupants respectent les baux, pour constater les réparations nécessaires également. De 1772 à 1783, ce travail revient à Du Château de Willermont qui compense ainsi son manque d’assiduité aux réunions de bureau. Chaque année, il fait le tour des fermes. À titre d’exemple, on peut retenir ses déplacements du mois de mai 1773. Le 7, il est à Hem et à Lys les Lannoy ; le 10 et le 11, il se rend à Linselles, Roncq, Halluin, Aalbeck, Wasquehal. Le 24, il visite les fermes situées à Péronne en Mélantois, Mérignies, Wambrechies36. De retour au collège, il présente ses rapports de visite qui permettent ensuite de prendre les décisions qui s’imposent.

  • 37 Archives départementales du Nord, D 436.
  • 38 Archives départementales du Nord, D 439.

20Les procès qui pèsent d’un poids très lourd sur les finances du collège exigent également des déplacements fréquents, parfois lointains et de longue durée. Dans ce domaine, les plus actifs sont incontestablement Frémicourt et Lepan qui suivent de près toutes les affaires dont le collège est accablé. En 1766, Frémicourt est à Tournai plusieurs jours pour suivre un procès opposant le collège aux jésuites retirés dans les Pays-Bas autrichiens37. En 1768, il séjourne dix jours à Bruxelles en compagnie d’un autre administrateur pour y plaider dans une affaire concernant l’argenterie du collège emmené par les jésuites lors de leur expulsion38. Les projets de suppression du collège, puis de son transfert dans les Bleuets sont à l’origine de nombreux déplacements dans les années 1778-1782. C’est ainsi que Lepan passe tout le mois d’août 1778 à Paris et Versailles pour y plaider la cause du collège. Du Sart fait de même en juillet 1781. Les postes de commissaires aux bourses ont été confiés à Lepan et Frémicourt, ce dernier étant aussi commissaire à l’intérieur du collège. Enfin les représentants de l’évêque de Tournai et Lespagnol de Grimbry monopolisent la charge de commissaires aux assemblées classique réunissant le principal et les régents. Cette répartition du travail se fait sans doute en fonction des compétences et des intérêts des uns et des autres. Il faut cependant remarquer une fois encore que Frémicourt et Lepan ont été les plus actifs, accomplissant pour la bonne marche du collège un travail harassant.

Les rapports du bureau d’administration avec le parlement de Flandre et le Magistrat de Lille

21Le bureau d’administration doit parfois faire face à des périodes de tensions et à de fortes pressions venant des autorités extérieures, en particulier du Parlement de Flandre et du magistrat de Lille, représentant direct du roi de France.

Les tensions avec le Parlement de Flandre

  • 39 Archives départementales du Nord, D 485/4, De Casteele procureur-général aux administrateurs du co (...)

22Deux incidents ont dressé le parlement contre le bureau du collège de Lille. Le premier se produit en 1778 à l’occasion du décès de François du Sart, premier officier de la justice royale. Son subordonné direct, Lambelin de Beaulieu, lieutenant particulier de la gouvernance, sollicite immédiatement, son admission au bureau dont il réclame la présidence. Les administrateurs refusent. Irrité par ce qu’il considère comme un affront à l’autorité royale, le procureur-général du parlement somme les administrateurs de renoncer à leurs prétentions et d’accueillir Lambelin de Beaulieu qu’il présente comme le premier officier de la justice royale tant que du Sart n’est pas remplacé39. Sans tarder, les administrateurs s’inclinent et reçoivent de Beaulieu.

  • 40 Archives départementales du Nord, VIIIB 2e série 629, Plan d’étude pour les Collèges du ressort du (...)
  • 41 Archives municipales de Lille, AG Carton 166 no 1, Arrêt de la Cour du Parlement de Flandres qui o (...)
  • 42 Archives départementales du Nord, D 615, 4 août 1784.

23Le second incident se situe en 1780. Réunis le 12 juillet 1780, les administrateurs chargent le doyen de chrétienté, le principal et les régents d’établir un plan d’enseignement pour enseigner dans toutes les classes l’histoire sacrée et profane. Le 29 juillet, Lepan remet un projet définissant un programme et indiquant les livres à mettre entre les mains des élèves. Accepté par les administrateurs et immédiatement imprimé à 2 300 exemplaires, il est alors remis aux régents, le 9 août, et, envoyés en particulier aux parents des pensionnaires. Mais dans leur empressement, les administrateurs oublient une disposition de l’édit de février 1763, à savoir l’obligation mentionnée dans l’article 19 d’adresser au parlement du ressort tout texte concernant l’enseignement pour y être homologué. La réaction du parlement est immédiate. Le 10 novembre 1780, après examen du document incriminé, il le qualifie de contravention à l’édit de février 1763, à l’article 4 des lettres patentes confirmatives et au Plan d’étude de l’université de Douai de 176840. Jugeant cette entreprise « dangereuse car de nature à inciter d’autres collèges à agir de même ce qui serait de nature à introduire la diversité d’instruction que la Cour a voulu faire cesser pour y substituer un enseignement uniforme41 », le parlement prononce son interdiction et exige la destruction immédiate de tous les exemplaires. La leçon ne devait pas être oubliée. Quatre ans plus tard, Lepan envisage de faire tourner les régents de seconde et de troisième et les régents de quatrième, cinquième et sixième chaque année. Le mémoire exposant et défendant ce projet est transmis au procureur général puis au premier président qui rend un avis favorable42.

24Exception faite de ces deux incidents, les relations entre les administrateurs d’un côté, le parlement de Flandre et son procureur-général, sont sinon chaleureuses, au moins bonnes. Les administrateurs font d’ailleurs beaucoup d’efforts pour s’attirer les faveurs du parlement. Lors du rétablissement des parlements en 1774, les administrateurs s’empressent ainsi de féliciter Calonne, premier président du parlement de Flandre :

  • 43 Archives départementales du Nord, 35 D 16, Les administrateurs du collège de Lille à M. de Calonne (...)

« Permettez que le bureau du collège de Lille vous témoigne sa joie du rétablissement de nos anciens magistrats : cet événement nous touche trop pour que nous ne empressions pas de leur présenter nos plus profonds respects. Daignez Monsieur les leur faire agréer. Voulez-vous bien Monsieur recevoir en particulier notre compliment sur la justice que le Roi vient de vous rendre43. »

25La nomination d’Albert Marie de Beaumetz aux fonctions de procureur-général en 1785 leur donne l’occasion de manifester leur respect pour le représentant du pouvoir royal. Cette attitude vaut au bureau d’administration un soutien sans failles de la part du parlement dans les moments difficiles.

Les rapports avec le magistrat de Lille

  • 44 Archives départementales du Nord, Placards 8556, Palmarès 1776, 1785, 1786.

26Il n’en va pas de même avec le Magistrat de Lille. Le bureau d’administration entre en conflit ouvert avec le Magistrat de Lille à deux reprises. En 1764-1765, la décision d’appliquer au collège le régime institué par l’édit de février 1763 provoque l’opposition des édiles qui prétendent que le droit de gouverner le collège leur revient pour deux raisons. Par leur munificence ils ont en effet contribué à la naissance du collège et ensuite à son essor. En second lieu, le magistrat considère que la formation d’un bureau d’administration pour diriger un collège est contraire aux usages de la province. Les lettres patentes royales du 16 février 1765 imposant l’édit de février 1763 sont très mal accueillies, mais le magistrat doit s’incliner. Mais par la suite, son refus de verser la subvention annuelle pendant trois années de suite, ses manœuvres pour persuader le parlement de confier le collège aux moines de Cysoing, sa tentative pour s’emparer de tout le mobilier de l’église au lendemain du transfert ne sont pas de nature à créer un climat de confiance entre les deux institutions. Comme on l’a fait remarquer plus haut, très vite les officiers municipaux désertent les réunions du bureau. On notera que de leur côté, les administrateurs ont su ménager les susceptibilités du Magistrat. Ils ne contestent jamais la nomination d’un de ses représentants. Les distributions des prix sont toujours l’occasion d’encenser le Magistrat et de rendre hommage à sa générosité. Les placards annonçant les distributions des prix rappellent en grandes majuscules grasses que le collège est le collège de la ville (collegium civitatis), que la distribution des prix se fait « Ex Liberalitate et munificiencia Amplissimi Senatus Insulensis44 ». En 1768, avant la lecture du palmarès, deux élèves lisent un compliment à la gloire du Magistrat de Lille approuvé dans une assemblée classique et par le bureau d’administration :

  • 45 Archives municipales de Lille, AG Carton 165, Remerciement en vers à M. du Magistrat pour les prix (...)

« Vous qui par vos bienfaits et vos sollicitudes
Couronnez nos efforts, animez nos études
Vigilants Magistrats, recevez de nos cœurs
Les justes sentiments qu’exigent vos faveurs
Votre zèle s’immole au bien de la Patrie
Vous abaissez sur nous vos plus tendres regards
Votre amour généreux fait fleurir les Beaux-Arts45... »

27En août 1772, Lepan fait dire à un élève :

  • 46 Archives départementales du Nord, D 507, Projet de remerciement adressé au Magistrat, 1772.

« Puisse votre influence répandre la joie dans ce Collège. Vous aimez les beaux-arts. Nous nous y consacrons en particulier sous vos auspices. Vos efforts généreux nous animent. Recevez nos hommages mais en demi-dieux. Les demi-dieux se piquent d’indulgence. Ce qu’on appelle ici congé, récréation cimenteront notre reconnaissance en redoublant notre allégresse, demandez, ordonnez46. »

Le principal au sein du bureau d’administration

  • 47 Ce qu’il ne cesse de rappeler. Dans un mémoire, il écrit : « Élève de l’université de Paris... se (...)
  • 48 Rolland D’Erceville, Compte rendu aux chambres assemblées, Paris, 1763. Sur les relations entre Le (...)
  • 49 Archives départementales du Nord, D 507, O’Dally à Lepan, 13 janvier 1768. Allusion à Louis Domini (...)

28Dans leur réquisitoire contre les bureaux d’administration, Mgr de La Luzerne et l’abbé Proyart mettent en cause le comportement des bureaux d’administration à l’égard des principaux. Qu’en a-t-il été à Lille ? Même si l’épisode est mal connu, il semble que les débuts de Lepan à Lille ont été difficiles. Son prédécesseur, Bocquet, était un homme âgé nommé dans une fonction dont il ignorait tout et les administrateurs semblent en avoir profité pour administrer le collège à leur guise. Le recrutement de Lepan en octobre 1767 change le rapport de forces. Jeune – il a 35 ans –, ancien élève de l’université de Paris dont il est maître ès arts47, sous-principal du collège d’Anchin, correspondant avec le président Rolland dont il a lu le Compte rendu aux chambres48, Lepan n’est pas un débutant ni une personnalité effacée et il veut imposer son autorité. Pourtant des conseils de modération lui sont donnés en particulier par un des vicaires généraux de l’évêché de Tournai qui lui écrit au lendemain de sa nomination : « Je ne doute point que vous ne viviez avec les Messieurs avec la plus parfaite harmonie et que vous ne gagniez insensiblement leur confiance et leur amitié par vos procédés polis et honnêtes », lui conseillant aussi de rechercher l’appui de « Messieurs de Calonne susceptibles de le seconder puissamment de leur crédit et protection49 ».

  • 50 Archives départementales du Nord, D 615, Fumeron de Verrières fils à Lepan, Versailles, 20 février (...)
  • 51 Dès son admission, les rapports entre les deux hommes sont tendus. L’orage passé, Fumeron de Verri (...)

29Dans son désir d’aller vite et de « mettre l’enseignement sur un pied respectable et capable d’inspirer la confiance aux pères de famille », Lepan semble avoir négligé ces conseils. Et rapidement, il est en butte à l’hostilité de ses collègues du bureau d’administration qui supportent difficilement son activisme. On connaît mal la chronologie et le déroulement du conflit. D’après des courriers de son protecteur parisien, Fumeron de Verrières fils, maître des requêtes, le bureau d’administration refuse de reconnaître son autorité même dans le domaine pédagogique, fait circuler de faux rapports, lui suscite de multiples « tracasseries » et entreprend des démarches auprès du procureur général du parlement de Flandre pour lui retirer la direction du collège50. C’est pendant le second semestre de l’année 1771 avec l’entrée de Lespagnol de Grimbry comme représentant du Magistrat dans le bureau que le conflit atteint sa plus grande intensité51. Lepan propose de démissionner et sollicite la place de chapelain au bureau des finances de Lille. Le conflit semble s’être prolongé pendant les deux années suivantes. En décembre 1773, un de ses frères lui écrit :

  • 52 Ibid., lettre d’un frère de Lepan, Martigues, 31 décembre 1773.

« Eh bien mon cher ami comment vous accommodez-vous de l’humeur flamande ? Êtes-vous content ? Sans doute que la scolastique flamande vous donne toujours bien du souci ? Vous aimeriez mieux un état plus tranquille52. »

  • 53 Ibid., Fumeron de Verrières à Lepan, Versailles, 29 juillet 1770.
  • 54 Ibid., Fumeron de Verrières à Lepan, Versailles, 18 février 1774. Fumeron de Verrières écrit : « C’ (...)
  • 55 Ibid., L’abbé d’Hesrines, vicaire général de l’évêché de Tournai à Lepan, Tournai janvier 1773. Dan (...)

30Si on en croit Fumeron de Verrières fils, c’est au cours de l’année 1774 que le calme revient et que l’autorité de Lepan est reconnue par ses collègues. Ce succès, Lepan le doit aux nombreux appuis dont il dispose. Citons en particulier celui de Jacques Joseph Francqueville d’Abencourt, procureur-général du parlement de Flandre. Dès 1770, Lepan se félicite de le voir « s’occuper de remettre les choses sérieusement dans l’état où elles doivent être » et exiger des administrateurs venus se plaindre qu’ils lui reconnaissent son autorité53. Parmi ses autres soutiens, signalons aussi les Calonne père et fils, l’intendant de Flandre, Caumartin, qui à plusieurs reprises intervient pour faire cesser la cabale montée contre Lepan54, l’évêque de Tournai et Devleschauwere, son représentant dans le bureau55.

31On se gardera bien de tirer des conclusions définitives de ces quelques pages qui n’ont pour objectif que l’étude du fonctionnement d’un bureau d’administration, celui du collège de Lille, de 1765 à 1791. Comme ses homologues, le bureau d’administration du collège de Lille n’a pas été à l’abri de quelques dissensions internes. Mais après la petite crise des années 1770, les administrateurs ont eu l’intelligence de collaborer activement avec un principal dont ils ont reconnu qu’il avait l’oreille du pouvoir. Parmi les administrateurs, il s’en est trouvé certains qui n’ont pas manifesté un grand intérêt pour leur fonction mais aussi d’autres qui ont rempli leur mandat avec ténacité et dévouement, permettant au collège de poursuivre son œuvre éducative jusqu’à la Révolution.

Annexes

ANNEXE. Les membres du bureau d’administration du Collège de Lille

Catégories

Noms

Dates du mandat

Représentants
de l’évêque

Lecat Jean-Baptiste, doyen dechrétienté
Devleschauwere Joseph Rogatien, curé de Saint-Maurice de 1753 à 1779
Verdier Maclou Joseph, curé de La Madeleine de 1775 à 1781.
Gallouin Guillaume, chanoine de Saint-Pierre de Lille
en 1774, vicaire général du diocèse de Tournai en 1783

12/3/1765-16/1/1765
21/1/1773-8/6/1779
28/7/1779-3/9/1783
8/10/1783-9/3/1791

Officiers
royaux

Du Sart François Joseph Marie (11 juin1719-
1731 décembre 1777), écuyer, seigneur de Bouland,
deuxième président du bureau des finances, conseiller du roi, lieutenant général, civil et criminel
de gouvernance et souverain bailliage de Lille
Lambelin de Beaulieu Albert Constant, lieutenant particulier et civil de la gouvernance de Lille
Du Sart François Joseph Marie (24/5/1751-22/7/ 1816), écuyer, seigneur de Bouland, lieutenant général, civil
et criminel de la gouvernance et souverain bailliage de Lille (succède à son père)
Frémicourt Mathias Bernard Joseph (1746-1811), seigneur d’Agirac Chanteraigne, de Mailly, procureur du roi

12/3/1765-26/11 / 1765
21/1/-29/4 / 1778
15/7/1778-9/3 / 1791
12/3/1765-9/3/1791

Officiers
municipaux

Denis du Péage Jacques François (1715-1796), échevin, mayeur (1784-1785) et rewart (1786-1790) de Lille, administrateur de la Noble Famille Vanhove Bauduin Dominique (20/2/1710-26/6/ 1772) Jacquerye de la Croix, échevin
Lespagnol de Grimbry Charles Joseph, (1731-1801), conseiller pensionnaire
Aronio Michel Eugène Joseph, écuyer, seigneur de la Vigne (1746-1832)
De Druez Albert, seigneur de Moriempret, de Schevel
Bonnier de Layens Louis François, trésorier de France au bureau des finances
Franquet d’Hochet Jacques Jean Baptiste
Vanzelle d’Olnois
Baillon

12/3/1765-30/10 / 1771
12/3/1765-30/10 / 1771
9/11/1771-31/10 / 1781
9/11/1771-31/10 / 1781
14/11/1781-27/4 / 1785
14/11/1781-27/4 / 1785
8/6/1785-9/3 / 1791
8/6/1785-19/10 / 1785
6/11/1785-29/10 / 1785
3/12/1788-9/3/1791

Notables

Petitpas de Walle Charles Hippolyte,
enseigne au régiment des Gardes wallonnes en Espagne
de 1723 à 1732
Le Prévost de Basserode Sébastien Ferdinand (-1782)
Obert Louis Eugène Joseph (8 juillet 1712-
18 septembre 1789), écuyer seigneur de Lassus
et de Walle
Renard de la Rue (1736- ?), écuyer, capitaine
au régiment de Guyenne infanterie

 ?

Notables

Potteau de la Rue Louis Joseph (29 février 1744-?), écuyer
Cardon de Montreuil Louis Ignace Joseph, auteur de plusieurs livres de piété
Du Château de Villermont Nicolas Eugène,
procureur syndic de Lille

 ?

Principaux

Bocquet Paul, prêtre et chapelain et bibliothécaire de la collégiale Saint-Pierre de Lille
Lepan Jacques Marie Joseph (1er avril 1732- ?), maître ès arts de l’université de Paris, régent au collège du Plessis, sous-principal au collège d’Anchin (20 janvier 1766-1er décembre 1767)

29/4/1765-10/10 / 1767
2/12/1767-1791

Notes

1 Édit du Roi portant règlement pour les collèges qui ne dépendent pas des universités donné au mois de février 1763. Article 3 : « Et voulant pourvoir dès-à-présent à la régie des collèges, autres toutefois que ceux dont l’administration et desserte se trouve entre les mains des congrégations régulières et séculières, ordonnons qu’aussitôt après la publication et enregistrement des Présentes, il sera formé en chacun d’iceux un Bureau, pour y être réglé tout ce qui pourra concerner ladite régie et administration. »

2 Lettre circulaire de MM. les Agents aux Archevêques et Évêques, concernant l’Éducation publique, 8 novembre 1780 dans Abbé de La Rochefoucauld, Procès-verbaux de l’Assemblée générale du clergé de France tenue à Paris en 1780, Paris, Imprimerie Guillaume Desprez, 1782, p. 1151-1152.

3 Langres, Chaumont, Châtillon-sur-Seine et Noyer.

4 Ce mémoire est publié dans J. Carnandet, Le trésor des pièces rares et curieuses de la Champagne et de la Brie. Documents pour servir à l’histoire de la Champagne, Chaumont, Lansquenet imprimeur-libraire, 1863, vol. 1, p. 17-34.

5 Ibid., p. 33.

6 Abbé Proyart, De l’Éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme projetée dans la dernière Assemblée générale du Clergé de France, Paris, Veuve Hérissart Imprimeur-Libraire, 1785, p. 4-10.

7 Ibid., p. 4-10.

8 Augustin Sicard, Les études classiques avant la Révolution, Paris, Librairie Académique Didier Perrin et Cie, 1887.

9 Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1933.

10 Jean Morange, « La réforme de l’enseignement à la fin de l’Ancien Régime et les milieux parlementaires » dans Jean Morange et Jean-François Chassaing, Le mouvement de réforme de l’enseignement en France (1760-1798), Paris, PUF, 1963, p. 9-99.

11 Maurice Gontard, L’enseignement secondaire en France de la fin de l’Ancien régime à la loi Falloux 1750-1850, Aix-en-Provence, Édisud, 1984, p. 25, note 3.

12 Voir Claude George (dir.), Du collège de Compiègne au lycée Pierre d’Ailly, Mémoires de la Société Historique de Compiègne, t. 41, 2013. Dans la contribution de Jacques Bernet, « Le collège de Compiègne de la fin des Jésuites à Napoléon (1762-1801) », p. 187-203, pas un seul mot sur le bureau d’administration installé à la rentrée de Pâques 1763 (cf. « Compiègne Collège d’humanités » dans Marie-Madeleine Compere, Dominique Julia, Les Collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Paris, INRP-CNRS, 1988, p. 224-229).

13 Marie-Madeleine Compere, Dominique Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 1 : France du Midi, INRP et CNRS, 1984 ; Répertoire 2 : France du Nord et de l’Ouest, Paris, INRP et CNRS, 1988.

14 Voir Guy Caplat, « Pour une histoire de l’administration de l’enseignement en France » dans Histoire de l’éducation, mai 1984, no 22, p. 27-58 ; Maurice Quenet, « L’installation des recteurs napoléoniens : des hommes nouveaux dans des bâtiments anciens » dans Jean-Pierre Bardet et al. (dir.), État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 455-470. Il écrit ainsi : « Les histoires contemporaines de l’enseignement, celle de Félix Ponteil en 1966, celle d’Antoine Prost en 1968, celle, en quatre volumes, dirigée par Louis-Henri Parias laissent pratiquement de côté les questions administratives ». Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1 : La formation d’une élite administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP-SHE-ENS, 2006, « Introduction », p. 23-46.

15 Archives départementales du Nord, 35 D 8, Registre aux délibérations des administrateurs du collège de Lille, 1765-1791.

16 Une classe de septième est ouverte à la fin de la période.

17 Dieudonne, Statistique du département du Nord, 1804, t. 3, p. 140.

18 Philippe Marchand, Recherches sur l’histoire de l’enseignement au XVIIIe siècle. Le collège de Lille, 1er avril 1765-10 nivôse an V-30 décembre 1796, université de Lille 3 ; thèse de 3e cycle, 1971, 816 p. Cet article est une version remaniée et complétée du chapitre consacré au bureau d’administration. Les cotes sont celles du nouvel inventaire de la série D des Archives du Nord en voie d’achèvement.

19 Le doyen de chrétienté était un prêtre, titulaire d’une paroisse. Nommé par l’évêque, il était chargé de contrôler les paroisses du doyenné dans lequel il était affecté et de faire exécuter les décisions de l’évêque. Il servait ainsi d’intermédiaire entre l’évêque et les curés et joue un rôle important dans l’organisation diocésaine.

20 La bourgeoisie était à Lille une catégorie juridique régie par une ancienne coutume avec son droit d’entrée, son relief pour les enfants, son droit de succession. La ville admettait une centaine de nouveaux bourgeois par année. La bourgeoisie assurait des privilèges surtout juridiques.

21 Balthazar Louis Petit de Walle, Auguste Joseph Denis du Péage, Charles Hyacinthe Joseph Lespagnol de Grimbry, Le fils de Jacquerye de la Croix lit un mémoire et fait des expériences pour montrer l’utilité des paratonnerres (1786).

22 Contrairement à ce qu’affirme le Magistrat de Lille dans une de ses résolutions (cf. note suivante)

23 Archives départementales du Nord, 35 D 8, Extrait du registre aux résolutions du Magistrat de Lille, 28 novembre 1771. Le renouvellement du conseil échevinal se faisait le 1er novembre. Réunis le 28 novembre, constatant que Francquet d’Hochet ne fait plus partie du Magistrat, les administrateurs notent : « Il échée en fonction de l’article 6 de l’édit de février 1763 de faire choix d’un autre membre du corps pour commissaire au bureau du collège. » Il en va de même pour Lespagnol de Grimbry en novembre 1781.

24 Article 7.

25 On ne relève que quatre réunions en septembre : le 5 septembre 1765 pour l’attribution de deux bourses, et trois en septembre 1781, le 8 pour la création d’une classe de 7e prenant effet au 1er octobre, le 9 pour la nomination en urgence d’un sous-principal et le 29 pour le transfert du collège.

26 Archives départementales du Nord, 628, Cambier, secrétaire du bureau aux administrateurs du collège d’Anchin à Douai, Lille, 15 août 1774.

27 Ibid., Cambier, secrétaire du bureau, à Lenglé de Schoebecque, subdélégué général à Dunkerque, Lille le 30 août 1786.

28 Les articles 19 et 22 de l’édit exigeaient cette majorité des deux tiers pour les délibérations relatives aux questions d’enseignement et aux questions financières.

29 Archives départementales du Nord, 35 D 10, L’évêque de Tournai à Lecat, Tournai, 11 mai 1765.

30 Philippe Marchand, « La réforme de l’administration des collèges après la suppression de la Société de Jésus. Les conflits de pouvoir en Flandre, Hainaut, Artois et Cambrésis » dans Philippe Desmette (dir.), Église, pouvoir civil et enseignement (XVIe-XVIIIe siècle), Bruxelles, Facultés Universitaires Saint-Louis, Centre de recherches en histoire du droit et des institutions, Cahiers 29, 2008, p. 155-170.

31 Articles 17-25.

32 Philippe Marchand, « L’enseignement de l’histoire et de la géographie au collège de Lille (1765-1791) », Revue du Nord, L, no 198, juillet-septembre 1968, p. 351-367.

33 Archives départementales du Nord, 35 D 8, 17 janvier 1776.

34 L’article 2 de l’édit de février prévoyait que la recette des collèges pouvaient être faites par le principal ou une autre personne choisie par le bureau. Les administrateurs du collège de Lille ont choisi la seconde formule. Ils ont nommé un receveur-économe. Receveur-économe du collège de 1765 à 1790, Frassinetty fait aussi office de secrétaire du bureau jusqu’en 1773. À cette date, la charge devenant trop lourde, il en est déchargé et le bureau recrute un dénommé Cambier qui reste en fonction jusqu’en 1790.

35 Archives départementales du Nord, L 8869, lettre de Frassinetty, receveur-économe du collège de Lille, à Bayart, administrateur du directoire du district de Lille, 25 janvier 1794. Receveur-économe choisi par les jésuites en 1764, Frassinetty conserve cette charge jusqu’en 1790.

36 Archives départementales du Nord, D 640/16.

37 Archives départementales du Nord, D 436.

38 Archives départementales du Nord, D 439.

39 Archives départementales du Nord, D 485/4, De Casteele procureur-général aux administrateurs du collège de Lille, Douai, 12 janvier 1778.

40 Archives départementales du Nord, VIIIB 2e série 629, Plan d’étude pour les Collèges du ressort du Parlement de Flandres en exécution des lettres patentes de 1766 et 1767 portant confirmation de ces établissements, 13 août 1768.

41 Archives municipales de Lille, AG Carton 166 no 1, Arrêt de la Cour du Parlement de Flandres qui ordonne la suppression du Tableau d’Enseignement pour le collège de Lille à la rentrée du mois d’octobre, 10 novembre 1780.

42 Archives départementales du Nord, D 615, 4 août 1784.

43 Archives départementales du Nord, 35 D 16, Les administrateurs du collège de Lille à M. de Calonne, premier président du parlement de Flandre, 5 décembre 1774.

44 Archives départementales du Nord, Placards 8556, Palmarès 1776, 1785, 1786.

45 Archives municipales de Lille, AG Carton 165, Remerciement en vers à M. du Magistrat pour les prix distribués aux écoliers du collège de Lille le 23 août 1768.

46 Archives départementales du Nord, D 507, Projet de remerciement adressé au Magistrat, 1772.

47 Ce qu’il ne cesse de rappeler. Dans un mémoire, il écrit : « Élève de l’université de Paris... se trouvant ici comme étranger » (Archives départementales du Nord, D 481/33).

48 Rolland D’Erceville, Compte rendu aux chambres assemblées, Paris, 1763. Sur les relations entre Lepan et le président Rolland, voir Philippe Marchand, « Recrutement et formation des collèges du Nord au XVIIIe siècle : réalité et projet » dans Donald N. Baker et Patrick Harrigan, The Making of Frenchmen : Current directions in the History of Education in France, 1679-1979, Historical Reflexions Réflexions Historiques, t. 7, no 2 et 3, 1980, p. 483-492.

49 Archives départementales du Nord, D 507, O’Dally à Lepan, 13 janvier 1768. Allusion à Louis Dominique de Calonne, président à mortier du parlement de Douai et son fils Charles Alexandre de Calonne, alors procureur général au même parlement.

50 Archives départementales du Nord, D 615, Fumeron de Verrières fils à Lepan, Versailles, 20 février 1770, 29 juillet 1770.

51 Dès son admission, les rapports entre les deux hommes sont tendus. L’orage passé, Fumeron de Verrières écrit à Lepan : « Quant à M. de Grimbry, je vois qu’il n’est pas disposé à se réconcilier avec vous. Il pourrait peut-être vous nuire plus qu’il n’a pu vous être utile » (Archives départementales du Nord, D 507, lettre du 10 décembre 1774).

52 Ibid., lettre d’un frère de Lepan, Martigues, 31 décembre 1773.

53 Ibid., Fumeron de Verrières à Lepan, Versailles, 29 juillet 1770.

54 Ibid., Fumeron de Verrières à Lepan, Versailles, 18 février 1774. Fumeron de Verrières écrit : « C’est à M. de Caumartin que vous devez le ralentissement de l’orage que vous avez essuyé. »

55 Ibid., L’abbé d’Hesrines, vicaire général de l’évêché de Tournai à Lepan, Tournai janvier 1773. Dans la minute de sa réponse à ce correspondant. Lepan signale : « J’espère que j’aurai enfin dans le représentant épiscopal le soutien et le secours que j’ai tant désiré et que je n’ai jamais trouvé dans le précédent (Lecat) même pour l’acquit de mes devoirs et fonctions les plus essentielles. »

Auteur

Maître de conférences (HDR) honoraire à l’université Charles de Gaulle Lille 3, membre du laboratoire IRHiS-Lille 3 (UMR 8529). Spécialiste de l’histoire de l’éducation sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles et de l’histoire de la France septentrionale, il a dirigé la publication des actes du colloque international sur le bicentenaire du baccalauréat : Philippe Marchand (dir.), Le baccalauréat (1808-2008), Certification française ou pratique européenne ?, Revue du Nord et INRP, 2010, 443 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site