Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Diriger les établissements secondaires

Diriger les collèges et les séminaires dans les diocèses de Boulogne et de Saint-Omer sous l’Ancien Régime : les personnels de direction, leurs identités et leurs attributions

Philippe Moulis

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, émane une forte demande éducative de la part des autorités et des notables urbains. La plupart des villes, notamment celles de la France du Nord et celles des Pays-Bas méridionaux veulent un établissement secondaire. Beaucoup de « magistrats », c’est-à-dire de municipalités essaient de fonder un collège, mais face aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent, un grand nombre fait appel à un ordre ou à une congrégation ecclésiastiques, spécialisés dans l’enseignement. Ainsi, dans le diocèse de Boulogne, on dénombre trois collèges : un premier à Saint-Pol-sur-Ternoise tenu par les Carmes depuis 1615, un second à Boulogne, dirigé par les Oratoriens depuis 1631 et un troisième à Calais tenu un temps par des laïcs, puis par des prêtres et administré à partir de 1726 par les Minimes. Dans le diocèse de Saint-Omer, quatre collèges sont gérés par les jésuites : deux collèges à Saint-Omer, le premier dit des jésuites wallons et l’autre des jésui...

Autor

Docteur en histoire moderne de l’université d’Artois, est chercheur associé à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité et membre du CRESC (Centre de recherche, Espaces, Sociétés, Culture, E.A. 2356). Ses travaux portent sur l’histoire des diocèses frontaliers de Boulogne-sur-Mer, d’Arras et de Saint-Omer aux XVIIe-XVIIIe siècles, sur Port-Royal, le jansénisme et l’antijansénisme. Une partie de ses recherches concerne également les congrégations de l’Oratoire et les prêtres de la Mission (lazaristes) et l’Institut des Frères des Écoles chrétiennes.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540