Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les chefs d'établissement

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Diriger les établissements secondaires

Diriger les collèges et les séminaires dans les diocèses de Boulogne et de Saint-Omer sous l’Ancien Régime : les personnels de direction, leurs identités et leurs attributions

Philippe Moulis

Volltext

  • 1 Dominique Julia, « Naissance et diffusion des collèges », Universitates e Università. Atti del Con (...)

1À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, émane une forte demande éducative de la part des autorités et des notables urbains. La plupart des villes, notamment celles de la France du Nord et celles des Pays-Bas méridionaux veulent un établissement secondaire. Beaucoup de « magistrats », c’est-à-dire de municipalités essaient de fonder un collège, mais face aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent, un grand nombre fait appel à un ordre ou à une congrégation ecclésiastiques, spécialisés dans l’enseignement. Ainsi, dans le diocèse de Boulogne, on dénombre trois collèges : un premier à Saint-Pol-sur-Ternoise tenu par les Carmes depuis 1615, un second à Boulogne, dirigé par les Oratoriens depuis 1631 et un troisième à Calais tenu un temps par des laïcs, puis par des prêtres et administré à partir de 1726 par les Minimes. Dans le diocèse de Saint-Omer, quatre collèges sont gérés par les jésuites : deux collèges à Saint-Omer, le premier dit des jésuites wallons et l’autre des jésuites anglais ; un troisième collège à Aire-sur-La-Lys et un dernier à Hesdin1. En parallèle à cette demande scolaire, des évêques érigent un séminaire afin de former les futurs ecclésiastiques. À Saint-Omer, est créé au XVIIe siècle un séminaire diocésain. À Boulogne, le séminaire, fondé en 1681, est dirigé par les prêtres de la Congrégation de la Mission (les Lazaristes). Les chefs d’établissement qui ont administré les collèges des diocèses de Boulogne et de Saint-Omer sont des personnages importants mais qui demeurent encore méconnus. De même, les supérieurs des séminaires ecclésiastiques sont trop souvent oubliés dans l’histoire de l’éducation. Pourtant l’enseignement dispensé dans ces établissements était de grande qualité et apprécié dans la France d’Ancien Régime. Qui sont ces chefs d’établissement ? Comment sont-ils recrutés ? Quelles sont leurs missions et leurs prérogatives ? Quelles sont leurs origines socio-professionnelles et géographiques ? Quels sont leurs rapports avec les enseignants, les familles et les autorités locales ? Notre étude commence vers la fin du XVIe siècle et se termine avec l’expulsion des jésuites en 1762. Dans une première partie, nous étudierons les textes normatifs qui mentionnent le rôle et les diverses attributions des chefs d’établissement, mais aussi les origines géographiques, sociales et les carrières de ces personnes. Dans une seconde partie, nous examinerons les relations entre les chefs d’établissement et les enseignants, les élèves et les autorités locales. Nous terminerons en étudiant les réactions des chefs d’établissement en période de crises.

Les chefs d’établissement d’après les textes normatifs et leurs principales caractéristiques

2Être chef d’établissement, c’est d’abord respecter un certain nombre de règlements internes aux congrégations et qui définissent les modalités de la nomination à la fonction ainsi que ses attributions principales, mais c’est aussi systématiquement une personne, un individu qui incarne la fonction avec ses caractéristiques spécifiques, son caractère, ses qualités et ses défauts.

Les textes normatifs

  • 2 Ratio Studiorum : Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, édition bili (...)
  • 3 L’article 6 précise : « En général, la Société doit savoir que la Charité l’oblige d’une manière t (...)

3Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les jésuites ont élaboré des textes réglementaires majeurs : les Constitutions, les Règles et la Ratio studiorum. Ces documents mentionnent les collèges et le chef d’établissement appelé recteur. Les Constitutions et les Règles définissent les responsabilités de chacun, depuis le Provincial jusqu’au cuisinier. Le recteur dirige le collège avec des « officiers » nommés par le Provincial : un préfet des études, un procureur chargé du contentieux juridique et des finances, un ministre qui veille à la vie matérielle et un « préfet spirituel » qui s’occupe de l’animation religieuse2. Dans les Constitutions des jésuites, la quatrième partie intitulée : De quelle manière il faut instruire dans les belles-lettres et les autres choses utiles au prochain, ceux qu’on garde dans la société consacrent dix-sept chapitres au collège. Le premier chapitre s’intitule : de la reconnaissance qu’il faut pour les Fondateurs et les Bienfaiteurs des collèges. De multiples messes sont prévues pour ces personnes, mortes ou vivantes3. Le chapitre II s’intitule : De ce qui concerne les biens temporels des collèges. L’article 5 fait référence au recteur :

  • 4 Ibid.

« La Société prendra possession des collèges avec les biens temporels qui en dépendent ; elle y établira des Recteurs qui aient les talents convenables à cette fonction, qui prennent soin de conserver et d’administrer les biens temporels de ces collèges, et pourvoient aux besoins tant des bâtiments que des écoliers qui y demeurent, de ceux qui se préparent à s’y faire admettre, et de ceux qui en font les affaires eu dehors. Il faut que les Recteurs soient au courant de toute l’administration, pour en pouvoir rendre compte à l’époque marquée et à la personne désignée par le Général4. »

4Le chapitre X intitulé : Du gouvernement des collèges décrit les rapports entre le recteur et sa hiérarchie. Ainsi, le Général nomme le recteur (art. 3) : « Ce Recteur rendra compte de la charge qui lui est confiée au Provincial ou à celui que le Général aura désigné. » Le Général le révoque quand il le souhaite. Comment recruter un bon recteur ? L’article 4 précise qu’il faut que ce soit :

« Un homme de mœurs édifiantes et exemplaires, très mortifié sur toutes les mauvaises inclinations, éprouvé surtout dans l’Obéissance et dans l’humilité ; qu’il ait le don de discernement, qu’il soit propre à gouverner, versé dans les affaires, et exercé dans les choses spirituelles ; qu’il sache suivant les circonstances unir la sévérité à la douceur ; qu’il soit vigilant, patient dans le travail ; qu’il ait une certaine teinture des Lettres, qu’enfin il soit tel que les Supérieurs puissent se fier à lui et lui déléguer leur pouvoir en toute sûreté... »

5L’article 5 précise que :

« Le premier devoir du Recteur c’est de soutenir en quelque sorte le collège sur ses épaules par la prière et de pieuses intentions ; ensuite d’avoir soin que les Constitutions soient observées, de veiller avec sollicitude sur tous les membres du collège... »

6Une obéissance absolue envers le supérieur hiérarchique directe est exigée. L’article 8 précise :

  • 5 Les constitutions des jésuites avec les déclarations ; texte latin d’après l’édition de Prague, Par (...)

« Le Recteur veillera à ce que tous ceux qui demeurent dans le collège montrent une Obéissance parfaite ». Le recteur (art. 10) « doit professer ou enseigner lui-même la doctrine Chrétienne pendant quarante jours. Il désignera [...] ceux qui pourront communiquer avec les étrangers [...]. Enfin le Recteur pourvoira à tout ce qu’il jugera, après de mûres délibérations, être le plus agréable à la bonté infinie de Dieu, et le plus utile à son service et à sa gloire5. »

  • 6 Ratio Studiorum, op. cit., p. 73.
  • 7 Ratio Studiorum, op. cit., p. 75.
  • 8 Ratio Studiorum, op. cit., p. 90-95.

7Dans les collèges jésuites, le Supérieur doit aussi veiller à la bonne application de la Ratio Studiorum de 15996. Le Provincial s’occupe du recrutement des enseignants. Dans Les Règles du provincial qui comportent 74 articles, il est précisé art. 10 Comment trouver les professeurs : « Le provincial saura prévoir longtemps d’avance les professeurs dont il pourra disposer pour chaque matière7. » Le Supérieur provincial a autorité sur l’ensemble des collèges de sa province. Ces derniers sont visités chaque année. Dans la Ratio studiorum, les règles du recteur regroupent 24 articles8. Le recteur a le soin des études et a autorité sur les enseignants et les élèves.

  • 9 Voir Agnès Cornevin, « La Ratio Studiorum du Père Houbigant, témoignage de l’enseignement oratorie (...)

8Ces textes jésuites vont influencer les autres ordres ou congrégations qui vont administrer des collèges. Les oratoriens de Pierre de Bérulle vont s’inspirer de ces textes pour régir leurs établissements éducatifs. Les règles sont cependant moins rigides que chez les jésuites. Afin d’aider les régents, les oratoriens vont élaborer des plans d’éducation. Ils publient notamment, en 1645, leur propre « ratio studiorum collegiorum Oratorii9 ». Le P. de Condren, repris par le P. Morin en 1645, les PP. Lamy en 1683, Thomassin en 1685 publient des plans d’éducation ou des ouvrages scientifiques comportant des passages relatifs à l’enseignement. Mais un travail s’inspirant du P. Morin reste manuscrit, tout en circulant dans les collèges de l’Oratoire : le Traité des études du P. Charles-François Houbigant, écrit vers 1720, et légèrement remanié en 1736.

  • 10 René D’Ambrieres, L’Esprit de l’Oratoire de France au tournant du XVIIIe siècle, Éditions Art Lys, (...)

9La responsabilité du supérieur oratorien couvre un vaste domaine. Il supervise la communauté ecclésiastique, dirige le collège, gère ses biens et défend si nécessaire ses privilèges. Ses rapports avec le Conseil de la Congrégation qui le nomme sont étroits. Tous les ans, en règle générale, le père visiteur inspecte le collège et consigne ses observations en double sur le registre de l’établissement et sur un registre annuel qu’il conserve avec lui. Tous les trois ans, un compte rendu des visites est fait à l’assemblée générale par les pères qu’elle charge à cet effet d’examiner les livres. Conformément aux règles précisées dans les statuts, les visites portent sur le suivi du personnel ecclésiastique, l’état détaillé des comptes ou état du temporel, l’état du spirituel, qui concerne la discipline, la piété et les fondations religieuses, et se concluent par un avis général. À ces visites se superposent des liaisons directes et régulières entre le Conseil et les Supérieurs. Pierre de Bérulle laissa un « Mémorial de direction pour les supérieurs10 ». Les supérieurs veillent naturellement sur les jeunes régents. À l’Oratoire, le Conseil nomme les supérieurs pour trois ans et ceux-ci ne peuvent sauf exception être renouvelés qu’une fois consécutivement. Par contre le Conseil se réserve la faculté de mettre fin à tout moment aux fonctions des supérieurs en place. Tous les trois ans l’assemblée générale ratifie, pour la forme, les nominations intervenues entre-temps. Les décisions du Conseil ne sont pas arbitraires et sans appel. Les grandes différences entre les jésuites et les oratoriens sont dès lors que les jésuites sont exempts de la juridiction de l’ordinaire et dépendent donc directement du Saint-Siège alors que les oratoriens dépendent directement de l’évêque. Les jésuites ont beaucoup plus d’autonomie dans la gestion de leurs établissements que les autres congrégations et ordres enseignants.

  • 11 En 1632, le séminaire de Saint-Omer entretenait 40 séminaristes, dont 20 à 24 boursiers, qui, aprè (...)
  • 12 Archives municipales de Saint-Omer, Ms 528 : Edictum de sacrâ ordinatione. Jacobus-Theodorus de Br (...)
  • 13 Archives municipales de Saint-Omer, 2 G 3067 : Séminaire de Saint-Omer ; Henri de Laplane, « MM. d (...)
  • 14 Antoine Degert, Histoire des séminaires français jusqu’à la Révolution, Éditions Beauchesne, Paris (...)

10Concernant les séminaires ecclésiastiques, le Canon XVIII, Cum adolescentium aetas, du Décret De Reformatione de la 23e Session du Concile de Trente (1545-1563), sur l’institution des séminaires, constitue l’une des pièces maîtresses de la Réforme catholique. Les évêques de Saint-Omer essaient d’établir ces séminaires, mais malgré plusieurs tentatives, la formation des séminaristes constitue un problème sérieux pour les prélats11. En septembre 1675, Mgr de Bryas, prend une décision importante en publiant son Edictum de sacrâ ordinatione. Ce document restaure le séminaire audomarois12. Louis-Alphonse de Valbelle, évêque de Saint-Omer de 1684 à 1708, réorganise l’établissement et rédige un règlement, conservé aux archives municipales de Saint-Omer, qui répond aux attentes des curés de l’évêché13. Le prélat nomme un président et un sous-président du séminaire, qu’il charge d’effectuer des cours de théologie et de morale14. Le chanoine Dehenne, ancien séminariste de cet établissement, donne plusieurs informations intéressantes. Il écrit en 1754 :

  • 15 Archives municipales de Saint-Omer, 2 G 41 : Reponse du sieur Dehenne a la seconde lettre de Monse (...)

« C’était anciennement un collège appartenant à notre chapitre et qui servait de séminaire sous la domination d’Espagne, nos prédécesseurs ont cédé tous nos droits à Mgr Louis Alphonse de Valbelle comme évêque de Saint-Omer, avec la condition que le supérieur du séminaire serait toujours de gremio capituli et que les deux professeurs seraient ecclésiastiques, de sorte que Mgr l’évêque de Saint-Omer est présentement le seul administrateur du séminaire et les comptes s’en rendent régulièrement tous les ans par l’économe de cette maison et auxquels assistent quelques députés du chapitre, et y signent conjointement avec Mgr l’évêque ; Mgr Louis Alphonse avait tellement arrangé les choses que de son temps les séminaristes y étaient reçus gratis. Il y faisait en même temps élever de jeunes humanistes dont j’ai été du nombre en 1708, usage qui continue encore jusqu’à présent et cela pour suivre l’esprit du Saint Concile de Trente15. »

  • 16 On disait de lui dans la notice qui lui fut consacré après sa mort (1734) : « Outre qu’il était tr (...)
  • 17 Archives de la Congrégation de la Mission (Paris), dossier Jolly, p. 252-253 : En 1685, le Supérie (...)

11Le rôle de l’évêque est central et le supérieur ne fait qu’appliquer ses décisions. À Boulogne, les prélats pensent que la meilleure solution est de faire appel à une congrégation de Prêtres. Cette solution permet de régler une partie des difficultés financières et surtout de confier la gestion et l’enseignement à des prêtres spécialisés. De plus, elle permet aussi d’affecter des prêtres diocésains à des paroisses et non à des chaires d’enseignement, ce qui dans un diocèse comme celui de Boulogne, déficitaire en prêtres n’était pas négligeable. Le choix de la congrégation incombe à l’évêque. Le séminaire boulonnais est confié aux Prêtres de la Congrégation de la Mission. L’établissement est fondé en 1681. Olivier Le Lasseur est le premier supérieur du séminaire de 1682-1687. Il n’a que 29 ans, lorsqu’en juin 1682, M. Jolly l’envoie à Boulogne pour reconnaître les lieux et préparer l’organisation du séminaire. Pour cette tâche, M. Jolly lui adjoint Charles Charbon16, prêtre d’une trentaine d’années et licencié de Sorbonne. Peu après l’ouverture du séminaire, en novembre, arrive à Boulogne deux autres prêtres et les frères, qui doivent composer le personnel de la maison. Le supérieur d’un séminaire lazariste est nommé par le Supérieur général de la Congrégation en son Conseil et demeure en charge à leur gré ou suivant les désirs exprimés par l’évêque. Le supérieur a la conduite générale du séminaire et traite avec le prélat de toutes les questions concernant la réception des élèves, les bourses, les études, les ordinations, voire les renvois. Il veille aussi à la discipline dans l’établissement, contrôle le travail des régents et des élèves et, au besoin, enseigne17.

  • 18 Ratio Studiorum, op. cit., p. 85-86.
  • 19 Dominique Julia, « Entre sacré et savoir : l’Oratoire au XVIIIe siècle », Le collège de Riom et l’ (...)

12Dans tous les établissements qu’ils soient jésuites, oratoriens, lazaristes, les bibliothèques sont surveillées. La Ratio studiorum des jésuites précise que le Provincial doit attribuer « au développement de la bibliothèque un revenu annuel [...] et écarter les livres déshonnêtes » notamment ceux des poètes18. À l’Oratoire, chaque bibliothèque doit être fermée à clé, l’une des deux clés revenant au supérieur, l’autre au père bibliothécaire. Seul ce dernier peut remettre aux membres de la maison les livres qu’ils souhaitent emprunter, ceux-ci étant dûment inscrits sur un registre particulier de prêt demeurant à l’intérieur de la bibliothèque. Avant chaque changement de maison, chaque père ou confrère doit rendre les livres empruntés. Quant aux prêts à l’extérieur, ils ne peuvent être faits sans une autorisation expresse du supérieur et sans l’obtention d’un récépissé écrit et signé de l’emprunteur. Enfin les livres prohibés ou ceux « dont la lecture pourrait être préjudiciable aux jeunes gens » doivent être enfermés à clé dans une armoire particulière de la bibliothèque ou, à défaut de celle-ci, dans la chambre du supérieur19.

Les origines géographiques, sociales et professionnelles des chefs d’établissement

  • 20 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France, Enghien-Wetteren, 1940-1957, vol. I, c (...)

13Nous n’avons pas assez d’éléments pour fournir une statistique quantitative précise relative aux origines géographiques et sociales des chefs d’établissement. Les documents concernant les Carmes de Saint-Pol-sur-Ternoise sont rares. Les seules informations proviennent des registres de l’échevinage. Les archives relatives aux quatre collèges jésuites de Saint-Omer représentent vingt mètres de linéaires de documents répartis en France, en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas et en Italie. Nous avons commencé les dépouillements, et rassemblé une correspondance interne (plus de cent lettres entre les collèges jésuites). Les listes des différents recteurs des collèges jésuites du diocèse de Saint-Omer ont été publiées par Pierre Delattre20.

Aire-sur-La-Lys De 1612 à 1762

Hesdin de 1613 à 1762

Saint-Omer (Wallon) De 1567 à 1762

Saint-Omer (anglais) De 1593 à 1762

Nombre de Recteurs

42

45

55

38

Durée moyenne d’exercice

3 ans et 6 mois

3 ans et 4 mois

3 ans et 6 mois

4 ans et 5 mois

Tableau 1. – Recteurs des collèges jésuites du diocèse de Saint-Omer.

  • 21 Collège wallon : Christian Dalmerius, d’octobre 1581 à mars 1595, puis de novembre 1598 à septembr (...)

14Dans les trois établissements de langue française de la Compagnie de Jésus, nous constatons que, de 1567 à 1762, le collège wallon de Saint-Omer est dirigé par 55 recteurs, celui d’Aire-sur-La-Lys, de 1612 à 1762, par 42 et celui d’Hesdin, de 1613 à 1762, par 45. La durée moyenne d’exercice oscille entre trois années et quatre mois et trois années et six mois. À Saint-Omer, quinze recteurs exercent plus de quarante-deux mois et à Aire-sur-La-Lys, quatorze. À Hesdin, dix-neuf occupent cette fonction plus de quarante mois. Certains sont recteurs à deux reprises : huit à Saint-Omer ; deux à Hesdin et un seul à Aire-sur-La-Lys21.

  • 22 Louis Cavrois, O’Connel et le collège anglais, Saint-Omer, Tummerel-Bertram, 1867 ; Pierre Delattr (...)
  • 23 Oscar Bled, Les évêques de Saint-Omer depuis la chute de Thérouanne (1553-1619), Mémoires de la So (...)

15Nous avons plus d’informations sur les jésuites du collège anglais de Saint-Omer. La ville audomaroise est une zone de refuge pour les catholiques anglais et le collège est un pôle de formation de missionnaires jésuites, qui sont envoyés clandestinement dans l’Angleterre anglicane. De 1593 à 1762, 38 recteurs se succèdent à la tête du collège anglais audomarois. La durée moyenne d’exercice est de quatre années et cinq mois22. La question de la nationalité est importante. Le premier recteur est William Flack (de 1593 à 1594). Lorsqu’est fondé le collège des jésuites anglais de Saint-Omer, le roi Philippe II demande par ses lettres patentes de 1594, que le recteur soit un sujet de Sa Majesté catholique. William Flack, premier recteur, est anglais, mais les cinq suivants sont effectivement des sujets de la couronne d’Espagne et sont originaires des Pays-Bas23 : John Foucart (1594-1601), Gilles Scondoncq, originaire de Bruges, qui administre ce collège pendant 17 ans (1601-1617) et Philippe Dennetiers, originaire de Lille (1617-1621). À partir du 6e recteur, les chefs d’établissement sont anglais Thomas Worsley recteur de 1632 à 1636 est né à Louvain, mais ses parents sont nés en Angleterre. Henry More est recteur de 1649 à 1652, puis de 1657 à 1660 ; Richard Plowden de 1709 à 1712 et de 1725 à 1728 et Richard Hyde en 1728 à 1731 et 1742 à 1744.

16Beaucoup ont été recteurs dans un autre établissement avant d’être nommés à Saint-Omer. Thomas Bapthorpe, recteur en 1656, a été recteur du collège anglais de Rome de 1650 à 1653. Richard Ashby est recteur du noviciat de Gand depuis 1666, quand le 28 août 1672, il est nommé à Saint-Omer où il est recteur jusqu’en 1678. La plupart des recteurs anglais et des recteurs wallons des Pays-Bas méridionaux ont fait une partie de leurs études dans les Pays-Bas, notamment à Louvain, ou à Douai et une autre partie à Rome. Les recteurs jésuites français étudient souvent à Douai et à Paris et certains dans la cité papale. Tous ont été régents avant d’occuper la charge de recteur.

  • 24 René D’Ambrieres, L’Esprit de l’Oratoire de France au tournant du XVIIIe siècle..., op. cit., p. 5 (...)

17Dans les collèges de la congrégation de l’Oratoire, les supérieurs sont nommés pour trois années. Ils ne peuvent être reconduits qu’une seule fois. François Gouyn, originaire d’Angers, âgé de 32 ans, est nommé pour la première fois supérieur du collège de Boulogne en 1677. Il occupe cette fonction du 31 août 1677 au 12 août 1680. Il est reconduit du 12 août 1680 au 23 janvier 168324. Il y a une grande différence avec les jésuites. Les chefs d’établissement jésuites sont souvent choisis dans la province jésuite gallo-belge, alors qu’à l’Oratoire ils viennent de tous les établissements oratoriens du Royaume ; Daniel Hervé, supérieur du collège boulonnais en 1660 est originaire du diocèse de Nantes ; Jacques Champion, supérieur en 1702, puis de nouveau en 1711 est originaire du diocèse du Mans.

  • 25 Nous avons reconstitué la carrière des supérieurs de la Maison de Boulogne, voir Philippe Moulis, (...)

18Concernant les séminaires, les supérieurs de celui de Saint-Omer sont nommés et révoqués par l’évêque. Ils restent en fonction quelques années. Nous avons plus d’informations pour les supérieurs lazaristes de Boulogne. De la fondation du séminaire de Boulogne à la Révolution, dix-sept supérieurs se succèdent. La moyenne du supériorat est de cinq années ; ce qui n’empêche ni les courts supériorats (une année pour Claude Levirlois, André Subrin et Pierre Collet) ni les longs supériorats (treize années pour Jacques-François Cusson et dix-huit années pour Gilles Chonnault). Les supérieurs généraux désignent à ce poste à grandes responsabilités des prêtres aguerris et expérimentés. Notons qu’à partir des années 1730, les directeurs sont, exceptés Sébastien Le Graët et Gilles Chonnault, originaires soit du diocèse de Boulogne-sur-Mer, soit du diocèse d’Amiens. Ce qui signifie que pour former des prêtres d’extraction locale, il faut des formateurs également issus du cru25. Un point très important, tous les chefs d’établissement sont prêtres.

Années

Nom

Durée du supériorat

1682-1687

Le Lasseur Olivier

5 ans

1687-1703

Germain Jean

6 ans

1703-1704

Levirlois Claude

1 an

1704-1711

Benard Nicolas

7 ans

1711-1724

Cusson Jacques-François

13 ans

1724-1725

Subrin André

1 an

1725-1730

Cornély Jean

5 ans

1730-1731

Collet Pierre

1 an

1731-1733

Derupé Raymond

2 ans

1733-1740

Couarde Siméon-Antoine

7 ans

1740-1750

Brébion Bernard

10 ans

1750-1754

Duparcq Melchior-François

4 ans

1754-1760

Le Graët Sébastien

6 ans

1760-1778

Chonnault Gilles

18 ans

1778-1780

Boucher François-Marie

2 ans

1780-1789

Duquesnoy François-Valentin

9 ans

1789-1791

Davelu Pierre-François

2 ans

Tableau 2. – Les supérieurs lazaristes du séminaire de Boulogne-sur-Mer de 1682 à 1791.

  • 26 Marie-Madeleine Compere et Boris Nogues, « La direction d’établissement dans les collèges de l’uni (...)
  • 27 Ibid., p. 13.

19Les origines familiales des chefs d’établissement des collèges et des séminaires restent mal connues mais les exemples disponibles, qu’ils soient jésuites ou oratoriens, montrent qu’ils sont majoritairement issus des strates intermédiaires ou supérieures de la société. Comme à Paris, les groupes dans lesquels se recrutent les chefs d’établissement « appartiennent plutôt à l’office, à la bourgeoisie des talents ou du commerce26 ». Il y a aussi quelques nobles. Comme à Paris, l’élite du monde rural et de la plèbe urbaine, les petites oligarchies locales, la bourgeoisie moyenne et l’office alimentent ce corps. Le niveau d’étude, les grades universitaires ont-ils un lien avec le recrutement ? Marie-Madeleine Compère et Boris Noguès ont montré qu’à Paris 57 % des chefs d’établissement des collèges ont un grade universitaire supérieur à la maîtrise ès arts, 46 % sont licenciés et 47 % ont un doctorat en théologie27. Nous n’avons pas assez de données pour effectuer une comparaison. Il semblerait que le doctorat en théologie soit une des conditions pour obtenir le poste de recteur du collège wallon de Saint-Omer. Le 16 octobre 1638, le P. Lambert Lobbet de Lanthin, recteur du collège de 1630 à 1634 est docteur en théologie. Dans le collège de l’Oratoire et dans les séminaires, le doctorat est seulement obligatoire pour les professeurs de théologie.

20Nous constatons par contre que beaucoup de chefs d’établissement de notre étude ont écrit des livres et qu’ils font bien partie de l’élite culturelle de l’époque. Les ouvrages sont surtout théologiques. Henry More a écrit Historia Missionis anglicanae (1659) et bien d’autres ouvrages en latin et en anglais.

21La querelle janséniste scinde le groupe des chefs d’établissement en deux groupes. Les Carmes, les Minimes et bien sûr les Jésuites sont antijansénites alors que les supérieurs oratoriens et lazaristes sont, sous l’épiscopat de Pierre de Langle, évêque de Boulogne de 1698 à 1724, jansénistes. Après la mort de ce dernier, le nouveau prélat demande et obtient le renvoi des jansénistes et leurs remplacements par des supérieurs non jansénistes. Pour régler les problèmes, le Supérieur Général de l’Oratoire et celui de la Congrégation de la Mission nomment des chefs d’établissement de grande expérience : Le P. Sauvage, supérieur du collège de l’Oratoire de Juilly de 1709 à 1715, et de nouveau de 1718 à 1724, est nommé à Boulogne en 1724. André Subrin, originaire du diocèse de Lyon, a été supérieur de plusieurs séminaires lazaristes entre 1690 à 1707. En 1716 et 1719, il exerce à Paris les fonctions de substitut assistant général de la Congrégation. En 1724, Le supérieur général de la congrégation de la Mission l’envoie à Boulogne-sur-Mer avec la double charge de supérieur du séminaire et de visiteur de la province de Picardie (1724-1725).

Les rapports des chefs d’établissements avec les enseignants, les autorités locales et les familles

  • 28 Jean-François Condette (dir.), Le coût des études. Modalités, acteurs et implications sociales (XV (...)

22Les compagnies ou congrégations s’implantent là où elles sont appelées mais sous certaines conditions. Il faut leur assurer des bâtiments et des revenus suffisants pour l’entretien du personnel attaché à la maison. Leur venue oblige donc à des sacrifices financiers, essentiellement supportés par les villes elles-mêmes ; elle suppose par conséquent que les élites sociales dont sont issus les maires et échevins y trouvent un intérêt28.

23Pour les séminaires, ce sont surtout les évêques qui contribuent à la fondation de ces établissements.

Le chef d’établissement, les enseignants, les élèves et les familles

  • 29 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. I, col. 34.

24Le chef d’établissement ne recrute pas les enseignants. Cependant il a le soin des études et a autorité sur les enseignants et les élèves. Dans la ratio studiorum des jésuites, il doit veiller à l’épanouissement spirituel des enseignants et des élèves. Par rapport aux familles, il est le garant de la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves. Dans la vie du collège, il y a des moments forts comme les représentations théâtrales ou le début des cours. Dans le collège jésuite d’Aire-sur-La-Lys, par exemple, la rentrée des classes avait lieu le 1er octobre, fête de la Saint-Rémy. Le Magistrat, le chapitre, les notables de la ville et seigneurs des environs et les familles y assistaient. Le programme de la cérémonie d’ouverture, qui suivait la messe du Saint-Esprit, était suivi de discours en vers et en prose, poèmes, exhortations au travail par l’un des maîtres, puis suivait la proclamation de la composition des classes. Dès le lendemain les cours commençaient29. Il s’agissait alors de réunir au sein de l’établissement l’élite de la ville et des environs et de faire bonne figure. Les relations entre le chef d’établissement et le Magistrat sont plus complexes.

Le chef d’établissement, le Magistrat et l’évêque

  • 30 Voir annexe no 1 : Règlement du collège des Carmes de Saint-Pol-sur-Ternoise, 27 mai 1719.
  • 31 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. I, col. 36.
  • 32 Christelle Bruyere, Un collège sous les jésuites, Hesdin (1613-1762), mémoire de maîtrise, sous la (...)

25Généralement, les Magistrats soutiennent leur collège. Lorsque les Oratoriens de Boulogne commencent leurs enseignements, les anciens professeurs du collège municipal continuent d’enseigner à domicile et les classes des oratoriens sont peu fréquentées. Le Magistrat intervient et interdit aux maîtres particuliers de recevoir les enfants de plus de neuf ans, sauf pour leur faire répéter ce qu’ils auront appris au collège. Outre l’inspection des supérieurs de la congrégation, les collèges étaient soumis à un droit de contrôle plus ou moins étendu de l’évêque du diocèse et des magistrats municipaux du lieu. L’ampleur de ces droits dépendait du titre d’établissement du collège. À Saint-Pol-sur-Ternoise, par exemple, maire et échevins contrôlaient l’établissement des Carmes. Ils imposèrent même, en 1719, un règlement30. Le magistrat d’Aire fait contrôler la présence et le travail des élèves à leur domicile et punissait les délinquants31. Les recteurs et supérieurs signent et ratifient de nombreux documents tels que des conventions et des devis pour les travaux de leur établissement. Ainsi en 1745, le père Étienne de Bonneuil, recteur du collège d’Hesdin signe avec Claude Brunion, maître maçon, une convention d’une durée de trois années pour la destruction du collège existant et la reconstruction d’un nouvel établissement. Les jésuites s’engagent à payer à l’artisan 34 066 livres32. Le chef d’établissement est celui qui centralise les problèmes. Il est donc intéressant d’étudier les réactions et les prises de décisions de ces personnes en période de crises.

Les chefs d’établissement et la gestion des crises

26Responsable de la bonne marche de la structure éducative dans les temps ordinaires, le chef d’établissement doit également être apte à surmonter les crises que celles-ci soient liées à des guerres, à des catastrophes comme l’incendie ou les épidémies ou à des querelles plus spirituelles et politiques.

Administrer un établissement en temps de guerre

  • 33 L’eau dans laquelle on trempait des reliques de Saint Ignace était regardée par la population comm (...)
  • 34 Jean Caron, né à Aire-sur-La-Lys, le 5 septembre 1620, entré au noviciat le 30 septembre 1644, ava (...)

27Quand, en 1635, la France déclare la guerre à l’Empire, les gens des campagnes cherchent à mettre à l’abri des remparts de Saint-Omer, leur famille et leurs biens, leurs récoltes et leurs bestiaux. À cela, il faut ajouter les épidémies et des cas de peste qui éclatent en Artois. En 1636, le collège de Saint-Omer est fermé. Que font les jésuites ? Ils secourent les villageois de l’Audomarois et distribuent dans les paroisses des brochures : Advis salutaires pour ces tems d’affliction ; Régime de santé, préservatif contre les maladies contagieuses et Singulier remède contre la maladie contagieuse : invoquer le B. S. Ignace33. En 1638, la ville de Saint-Omer est assiégée et les blessés sont admis dans le collège. Le 15 août, les élèves du collège wallon des Jésuites de Saint-Omer sont licenciés. Plusieurs élèves ont contracté la peste. Plusieurs enseignants meurent et le 16 octobre, décède le P. Lambert Lobbet de Lanthin, recteur du collège de 1630 à 1634 et docteur en théologie. En 1656, la peste sévit à Aire-sur-La-Lys. Les jésuites du collège s’occupent des malades. En 1667, la peste sévit de nouveau à Saint-Omer. Le recteur désigne deux jésuites pour s’occuper des malades. Le 2 août, l’un des deux pères, Jean Caron, meurt de la contagion34. En 1676, Aire-sur-La-Lys est assiégée par les troupes françaises. Le collège a subi de gros dégâts et le recteur interrompt un temps l’accès de l’établissement aux élèves. En 1677, le collège d’Aire accueille soldats et blessés.

28Les guerres ont parfois des effets inattendus. Prenons deux cas. En juin 1639, Hesdin, jusqu’alors sous la gouvernance des Pays-Bas espagnols, tombe aux mains des Français. Les nouveaux maîtres demandent que l’on remplace les jésuites wallons par des jésuites de nationalité française. Les effectifs de l’établissement chutent et seuls deux régents enseignent au lieu des cinq prévus. Dans les années 1650, le Magistrat s’en plaint auprès du gouverneur. Certains élèves auraient ainsi quitté l’établissement d’Hesdin après la conquête française et seraient allés étudier à Saint-Omer, ville encore espagnole en 1657. Le recteur du collège admet la baisse des effectifs mais rétorque au Magistrat que cette situation profite aux élèves car étant moins nombreux, les élèves étudient dans de meilleures conditions. De plus, le recteur confirme que le nombre des régents du collège a baissé en raison de la forte baisse des élèves (douze élèves certaines années) et surtout à cause de la guerre. Le recteur écrit qu’il

  • 35 Christelle Bruyere, Un collège sous les jésuites, Hesdin (1613-1762)..., op. cit., p. 52.

« agira avec le même soin et affection qu’il a fait l’an passé auprès du R. P. Provincial pour avoir un troisième régent, n’estant question que de cela, puisque ces messieurs n’ont garde de demander en ce temps de guerre plus de régents qu’il n’y en a dans Aire, dans Béthune et dans Arras où il y a quatre fois plus d’escholiers que dans Hesdin35 ».

  • 36 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. IV, col. 865.

29Dans ce cas précis, la guerre n’est pas la seule responsable de la baisse des effectifs. La véritable raison est que les familles de la ville d’Hesdin ne veulent pas confier l’éducation de leurs enfants à des jésuites français et envoient leurs enfants au collège des jésuites wallons de Saint-Omer. En 1678, l’Artois fait entièrement partie du royaume de France. En 1688, les tensions sont terminées, le collège d’Hesdin compte alors une centaine d’élèves. Deuxième cas, celui du long siège de Douai qui amène vers Saint-Omer nombre de réfugiés. De 1711 à 1713, la classe de rhétorique s’élève à 47, à 54, puis à 60 élèves. Douai est inaccessible et les Dominicains de Saint-Omer ouvrent, dans leur couvent, un cours de philosophie36. Les jésuites sont furieux et font fermer cet enseignement après le conflit. Parfois l’intendant réquisitionne une partie ou l’intégralité d’un établissement. Ainsi, en 1712, une partie des classes du collège de Saint-Omer, est réquisitionnée par l’intendant et devient entrepôt des farines royales. En 1746, des troupes sont rassemblées à Boulogne et le collège de l’Oratoire est réquisitionné pour le logement des soldats. Pour le chef d’établissement, ces « épreuves » sont autant de tests qui permettent de mesurer sa constance, son aptitude à réagir et à improviser les moyens de maintenir en vie son institution.

La gestion des catastrophes (incendies, etc.)

  • 37 Voir Philippe Moulis, « Le collège de l’Oratoire de Boulogne-sur-Mer de sa fondation à la Révoluti (...)

30Les chefs d’établissement doivent parfois faire face à des événements terribles. Le 23 décembre 1684, un incendie détruit le collège anglais de Saint-Omer. John Warner, recteur de cet établissement, depuis le 31 juillet 1683, va avec l’aide du Magistrat et le soutien de l’évêque rebâtir un nouveau collège. Il va être confronté à une multitude de problèmes administratifs et techniques. Le début des travaux donne lieu à une grande cérémonie. Le 6 avril 1685, l’évêque de Saint-Omer, le mayeur et les échevins, le lieutenant du Roi, l’abbé de Saint-Bertin, le doyen de la cathédrale et le recteur officialisent le début des travaux. Ces derniers vont durer trois années. Le 4 octobre 1726, un second incendie dévaste l’établissement. Vers 1740, les différents supérieurs du collège de l’Oratoire avertissent leur hiérarchie, et le Magistrat de la ville de Boulogne du mauvais état des bâtiments et surtout de la toiture, qui écrivent-ils « menace ruine ». En novembre 1762, la toiture du collège s’effondre dans la cour. Le supérieur doit rendre des comptes et se justifier auprès de l’échevinage, du supérieur de la Congrégation de l’Oratoire. L’intendant demande même des explications au supérieur et à l’échevinage37.

La querelle janséniste

31Le contrôle de l’enseignement est un enjeu majeur lors de la querelle de la bulle Unigenitus. En effet, la querelle janséniste suscite une lutte acharnée autour de l’éducation. Pour les prélats jansénistes, comme pour leurs opposants, le contrôle de l’enseignement permet de façonner un clergé à leur image, de créer un vivier d’ecclésiastiques susceptibles de rejoindre leurs rangs et de poursuivre la lutte. Le collège de l’Oratoire, le séminaire lazariste de Boulogne et le collège de Calais sont, de 1713 à 1724, au cœur de cette bataille intellectuelle. L’évêque janséniste Pierre de Langle (1698-1724) forme par le biais des enseignants du collège de l’Oratoire et par le biais des lazaristes une génération de prêtres acquis à sa cause. La querelle de la bulle Unigenitus est fatale aux classes de théologie de ce collège. Le nouvel évêque, Jean-Marie Henriau, antijanséniste notoire, extirpe et pourchasse les jansénistes du diocèse. Le prélat retire l’enseignement de la théologie aux oratoriens pour le confier aux lazaristes du séminaire de la ville épiscopale. Le 23 mars 1728, Mgr Henriau visite toutes les classes du collège et déclare aux écoliers qu’ils n’ont plus d’autre confesseur que le supérieur. En même temps, il menace de fermer le collège et de renvoyer les élèves si les oratoriens ne se soumettent pas. L’évêque parvient à ses fins. Le supérieur du collège accepte de signer ce que l’évêque exige de lui pour éviter l’arrêt de l’exercice. Les opposants quittent le diocèse, volontairement ou sous la contrainte. Les oratoriens jansénistes sont contraints de quitter le diocèse de Boulogne :

  • 38 René Cerveau, Supplément au Nécrologe des plus célèbres defenseurs et confesseurs de la vérité des (...)

« M. Henriau [...] ne put longtemps souffrir le P. Drouhault ; dès 1728 il lui fit subir des Interrogatoires, & signifier deux monitions canoniques. Ce vénérable Prêtre voyant que le Prélat étoit résolu de le pousser à bout prit le parti de se retirer du Diocèse de Boulogne, & alla demeurer à Rouen38. »

32Le 1er janvier 1728, Mgr Henriau souhaite :

  • 39 Nouvelles Ecclésiastiques, 28 février, 27 mars, 9 mars 1728.

« Voir tous les titres de fondation de philosophie, de théologie, fêtes et cérémonies, visiter tous les Pères, et avoir entre ses mains leurs lettres d’Ordination, visiter le collège, examiner et installer les régents39. »

  • 40 Paul Lallemand, Histoire de l’éducation dans l’ancien Oratoire de France, Ernest Thorin éditeur, P (...)

33En 1746, la constitution Unigenitus est finalement imposée à l’Assemblée générale de l’Oratoire. En 1747, Mgr Partz de Pressy frappe d’interdiction les derniers jansénistes oratoriens du collège boulonnais40.

34À Calais, Philippe Marchand a montré que l’histoire de l’enseignement secondaire est faite d’échecs successifs. L’enseignement confié à des laïcs, puis à des prêtres ne fonctionne pas. En 1710, le vicaire général de l’évêque de Boulogne recommande Antoine et Jean Dieuset, deux prêtres ; il les présente comme

  • 41 Philippe Marchand, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Paris, INRP-CNRS, 1988, Répertoire 2 (...)

« des personnes capables d’instruire la jeunesse et de lui donner les principes d’une langue qui en fait de bons magistrats ou de bons ecclésiastiques ou tout au moins de bons concitoyens, répétant et faisant la leçon à des écoliers qui sont toujours des premiers en seconde et en rhétorique41 ».

35Leur nomination ne marque pas le renouveau attendu et l’établissement continue de végéter avec sept ou huit élèves enseignés par un seul des frères Dieuset. Les Dieuset sont des prêtres jansénistes. À partir de 1717, la ville, encouragée par les officiers du bailliage et les notables, décide de confier l’établissement aux Minimes. L’évêque de Boulogne refuse. Consulté par la ville de Calais, le chancelier d’Aguesseau intervient auprès de l’évêque de Boulogne pour l’inciter à accepter les Minimes. La lettre est conservée aux archives d’État de la ville d’Utrecht :

  • 42 Archives d’État de la ville d’Utrecht, no 1368, lettre du chancelier D’Aguesseau à Pierre de Langl (...)

« Monsieur. J’ai reçu les éclaircissements que j’avais demandés sur la proposition, faite par les maire et échevins de Calais, d’établir un collège dans leur ville, sous la direction des minimes. Je n’avais pas eu moins de répugnance que vous pour ce projet d’établissement. Il me paraissait extraordinaire de confier l’instruction de la jeunesse, qui demande un certain usage et des talents particuliers, à des religieux qui ne se sont jamais attachés à ce genre d’exercice, et qui n’ont aucun collège en France où ils puissent former des sujets qui y soient propres. Cependant la nécessité de procurer aux habitants de Calais les moyens de faire instruire leurs enfants, dont ils ont été privés jusqu’à présent, l’impossibilité de faire aucun nouvel établissement chez eux et l’impuissance où ils seraient d’y contribuer, sont des motifs qui me paraissent assez pressants pour mériter attention et pour balancer les inconvénients du projet. Ainsi, je crois qu’on pourrait essayer l’expédient que proposent les maire et échevins, leur laisser faire leur convention avec les minimes, et souffrir qu’elle s’exécute pour les humanités seulement. On en verra le succès et comment ces religieux s’en acquitteront. C’est le moyen de connaître dans la suite, avec plus de certitude, s’il est à propos d’autoriser par des lettres patentes, l’établissement de ce collège. Il ne s’agit donc à présent que d’une simple tolérance, si on s’en trouve mal, il sera facile de remettre les choses au premier état. Dans ces circonstances, il me parait que vous pouvez donner les mains à cette épreuve. À l’égard du nommé Gense, j’espère, par les mesures que j’ai prises qu’il sera plus circonspect à l’avenir et plus retenu dans ses discours. Je vous renvoie le mémoire qui était joint à votre lettre. Je suis, Monsieur, votre bien humble et assuré serviteur. D’Aguessau, Paris, le 22 septembre 171742. »

36Pierre de Langle, ne cède pas et en informe son protégé, le 25 septembre :

  • 43 Lettre de Pierre de Langle à M. Antoine Dieuset, principal du Collège de Calais, à Calais, datée d (...)

« Je n’ai pas donné, Monsieur, mon consentement à l’établissement du collège aux Minimes ; je n’ai pas entendu parler du maïeur ni des échevins de Calais depuis que j’en suis parti, et, bien loin d’y consentir, je m’y opposerai toujours formellement ; si on vous faisait quelque signification, informez-m’en. Je suis tout à vous. † Pierre, évêque de Boulogne43. »

37Les Minimes obtiennent la direction du collège après la mort de l’évêque janséniste. Les cours commencent en 1726 et le nouveau prélat leur confie même l’enseignement de la théologie.

38Les chefs d’établissement, qu’ils soient recteurs, supérieurs ou désignés par un autre titre, apparaissent donc comme des acteurs essentiels de la vie des établissements sous l’Ancien régime, qui luttent au quotidien pour assurer le renom – et parfois la survie, lors des périodes troubles – de leur structure éducative. Les modalités de nomination peuvent être diverses et le degré d’autonomie très variable mais leur travail au quotidien est constant qui les fait surveiller la vie pédagogique mais aussi religieuse des enseignants et des élèves et qui les met en relations fréquentes avec les élites pour le moins régionales et locales. Si les recteurs jésuites sont plutôt recrutés dans la province gallo-belge, les supérieurs oratoriens et lazaristes viennent par contre des diverses provinces du royaume de France, mais tous doivent ensuite faire œuvre d’enracinement pour renforcer les liens entre leur établissement et le tissu local, condition du succès de l’institution scolaire, même si cet ancrage personnel dans le local, peut n’être parfois que temporaire. L’expulsion des jésuites de France (1762-1664) allait ensuite profondément bouleverser le paysage éducatif de la France et celui de la France septentrionale par la même occasion.

Anmerkungen

1 Dominique Julia, « Naissance et diffusion des collèges », Universitates e Università. Atti del Convegno Bologna 16-21 novembre 1987, Bologne, Bologna University Press, 1995, p. 100.

2 Ratio Studiorum : Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, édition bilingue de Dolorès Pralon-Julia (adapté par), Adrien Demoustier (préface), Dominique Julia (introduction), Marie-Madeleine Compère (sous la direction de), Léone Albrieux (traduction), Paris, Belin, 1997, p. 18.

3 L’article 6 précise : « En général, la Société doit savoir que la Charité l’oblige d’une manière toute spéciale à rendre, tant aux Fondateurs qu’à leurs proches, pendant leur vie et après leur mort, tous les services que Notre très-petite Profession nous permet de rendre pour la gloire de Dieu. »

4 Ibid.

5 Les constitutions des jésuites avec les déclarations ; texte latin d’après l’édition de Prague, Paris, Paulin, 1843.

6 Ratio Studiorum, op. cit., p. 73.

7 Ratio Studiorum, op. cit., p. 75.

8 Ratio Studiorum, op. cit., p. 90-95.

9 Voir Agnès Cornevin, « La Ratio Studiorum du Père Houbigant, témoignage de l’enseignement oratorien des humanités », dans Jean Ehrard (dir.), Le collège de Riom et l’enseignement oratorien en France au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1993, p. 133-138.

10 René D’Ambrieres, L’Esprit de l’Oratoire de France au tournant du XVIIIe siècle, Éditions Art Lys, 1995, p. 51.

11 En 1632, le séminaire de Saint-Omer entretenait 40 séminaristes, dont 20 à 24 boursiers, qui, après avoir suivi deux ans les cours de théologie morale, étaient pourvus de charges pastorales ou d’autres moins importantes selon leurs capacités. En 1642, l’établissement ferma à cause des conflits militaires. Oscar Bled, Les évêques de Saint-Omer depuis la chute de Thérouanne (1619-1708), Saint-Omer, Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, 1908-1909, t. XXIX, p. 292-295.

12 Archives municipales de Saint-Omer, Ms 528 : Edictum de sacrâ ordinatione. Jacobus-Theodorus de Bryas Dei et Apostolicae Sedis gratia episcopus Audomarensis, confirmatus archiepiscopus Cameracensis, omnibus hujus nostrae dioecesis Christi fidelibus, salutem. Audomari, typis Joachim Carlier, sub signo nominis Jesu 1675 ; Oscar Bled, Les évêques de Saint-Omer depuis la chute de Thérouanne (1619-1708), op. cit., p. 294-295.

13 Archives municipales de Saint-Omer, 2 G 3067 : Séminaire de Saint-Omer ; Henri de Laplane, « MM. de Valbelle, XVe, XVIe, & XVIIe, évêques de Saint-Omer, bienfaiteurs des pauvres de cette ville de 1684 à 1754 », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, Saint-Omer, 1872, p. 521-563.

14 Antoine Degert, Histoire des séminaires français jusqu’à la Révolution, Éditions Beauchesne, Paris 1912, t. II, p. 341-342 ; Oscar Bled, Les évêques de Saint-Omer..., op. cit., p. 405-406.

15 Archives municipales de Saint-Omer, 2 G 41 : Reponse du sieur Dehenne a la seconde lettre de Monseigneur de Montlouet nommé eveque de St-Omer [...] à Creil le 10 aoust 1754.

16 On disait de lui dans la notice qui lui fut consacré après sa mort (1734) : « Outre qu’il était très bon théologien, pour le dogme et les mœurs, il avait de plus un très beau et très solide talent pour prêcher, de plano, dans nos missions de la campagne » dans Félix Contassot, Les Lazaristes au séminaire de Boulogne-sur-Mer avant la Révolution (1681-1791), Paris, 1962, p. 23.

17 Archives de la Congrégation de la Mission (Paris), dossier Jolly, p. 252-253 : En 1685, le Supérieur général, M. Jolly écrivait au supérieur de Troyes : « Je vous remercie de ce que vous avez bien voulu vous charger d’une leçon en votre séminaire. M. Hébert l’a fait ainsi à Arras, M. Dormont à Noyon et M. Le Lasseur à Boulogne. Il faut s’évertuer dans les besoins. »

18 Ratio Studiorum, op. cit., p. 85-86.

19 Dominique Julia, « Entre sacré et savoir : l’Oratoire au XVIIIe siècle », Le collège de Riom et l’enseignement oratorien en France au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1993, p. 285.

20 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France, Enghien-Wetteren, 1940-1957, vol. I, col. 51, 824, 881-882.

21 Collège wallon : Christian Dalmerius, d’octobre 1581 à mars 1595, puis de novembre 1598 à septembre 1605 ; Jean Van Crombeck, de mars 1595 à novembre 1598, et d’août 1612 à juin 1619 ; Martin Couvreur, de juin 1619 à mars 1622 et de mars 1640 à mai 1643 ; Guillaume Hughelot, d’octobre 1630 à juin 1634, et de mai 1643 à janvier 1647 ; Antoine de Boulogne, de novembre 1665 à décembre 1668, et d’octobre 1679 à février 1683 ; Louis de Beaufort, de septembre 1686 à janvier 1690, et de juin 1700 à août 1703 ; Ignace Deslions, d’avril 1697 à juin 1700, et d’octobre 1714 à mars 1718 et Albert Enlart, de juin 1733 à juillet 1736, et de novembre 1742 à février 1746. Collège d’Hesdin : Charles Jameron d’octobre 1694 à février 1704, et de septembre 1707 à janvier 1711 et Nicolas-Gabriel de Billy, de juin 1635 à août 1738 et juillet 1742 à janvier 1745. Collège d’Aire-sur-La-Lys : Jacques Chuffart d’octobre 1686 à octobre 1691 et d’avril 1698 à avril 1701.

22 Louis Cavrois, O’Connel et le collège anglais, Saint-Omer, Tummerel-Bertram, 1867 ; Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. I, col. p. 881-882; Maurice Whitehead, English Jesuit education: Expulsion, suppression, survival en Restoration, 1762-1803, Farnham, Ashgate, 2013, p. 404-405.

23 Oscar Bled, Les évêques de Saint-Omer depuis la chute de Thérouanne (1553-1619), Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, Saint-Omer, 1900, t. XXVI, p. 282.

24 René D’Ambrieres, L’Esprit de l’Oratoire de France au tournant du XVIIIe siècle..., op. cit., p. 53.

25 Nous avons reconstitué la carrière des supérieurs de la Maison de Boulogne, voir Philippe Moulis, Le personnel du séminaire de la Congrégation de la Mission de Boulogne-sur-Mer (1682-1790), Bulletin historique du Haut-Pays, no 73, 2007, p. 59-68 ; Philippe Moulis, Les Lazaristes originaires du diocèse de Boulogne-sur-Mer (XVIIe-XVIIIe siècles), Comité d’Histoire du Haut-Pays, Dossiers Généalogiques, t. 23, 2007, p. 39-44 ; Philippe Moulis, Le personnel de la Maison de Boulogne et les Lazaristes originaires du diocèse de Boulogne-sur-Mer (XVIIe-XVIIIe siècles), Archives de la Congrégation de la Mission, Paris, octobre 2007, 17 p. ; Félix Contassot, Les Lazaristes au séminaire de Boulognesur-Mer..., op. cit., p. 22 ; Notices sur les prêtres, clercs et frères défunts de la Congrégation de la Mission, Paris, 1886, t. III ; Archives départementales du Pas-de-Calais, 25 G 1, Registre de comptes des prêtres de la Mission de Boulogne-sur-Mer (1715-1771).

26 Marie-Madeleine Compere et Boris Nogues, « La direction d’établissement dans les collèges de l’université de Paris sous l’Ancien Régime », Histoire de l’éducation, Paris, no 90, 2001, p. 11.

27 Ibid., p. 13.

28 Jean-François Condette (dir.), Le coût des études. Modalités, acteurs et implications sociales (XVIe-XXe siècles), Rennes, PUR, 412 p. ; Jean-François Condette (dir.), L’École, une bonne affaire ? Institutions éducatives, marché scolaire et entreprises (XVIe siècle-XXe siècle), Revue du Nord, no 29 Hors-série, 2013, 393 p.

29 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. I, col. 34.

30 Voir annexe no 1 : Règlement du collège des Carmes de Saint-Pol-sur-Ternoise, 27 mai 1719.

31 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. I, col. 36.

32 Christelle Bruyere, Un collège sous les jésuites, Hesdin (1613-1762), mémoire de maîtrise, sous la direction des Professeurs Alain Lottin et Gilles Deregnaucourt, université d’Artois, 1999-2000, p. 78-80.

33 L’eau dans laquelle on trempait des reliques de Saint Ignace était regardée par la population comme un remède très efficace contre la peste.

34 Jean Caron, né à Aire-sur-La-Lys, le 5 septembre 1620, entré au noviciat le 30 septembre 1644, avait en 1652 fait partie d’un corps de missionnaires destiné au Paraguay.

35 Christelle Bruyere, Un collège sous les jésuites, Hesdin (1613-1762)..., op. cit., p. 52.

36 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France..., op. cit., vol. IV, col. 865.

37 Voir Philippe Moulis, « Le collège de l’Oratoire de Boulogne-sur-Mer de sa fondation à la Révolution et ses liens avec l’environnement local (XVIIe-XVIIIe siècles) » dans Jean-François Condette (dir.), L’École, une bonne affaire ? Institutions éducatives, marché scolaire et entreprises (XVIe siècle-XXe siècle), Revue du Nord, no 29, 2013, p. 37-58.

38 René Cerveau, Supplément au Nécrologe des plus célèbres defenseurs et confesseurs de la vérité des Dix-Septième et Dix-Huitième siecles, 1763, t. IV, p. 101-102.

39 Nouvelles Ecclésiastiques, 28 février, 27 mars, 9 mars 1728.

40 Paul Lallemand, Histoire de l’éducation dans l’ancien Oratoire de France, Ernest Thorin éditeur, Paris, 1889, p. 181.

41 Philippe Marchand, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Paris, INRP-CNRS, 1988, Répertoire 2, p. 182.

42 Archives d’État de la ville d’Utrecht, no 1368, lettre du chancelier D’Aguesseau à Pierre de Langle, datée du 22 septembre 1717, 5 fol.

43 Lettre de Pierre de Langle à M. Antoine Dieuset, principal du Collège de Calais, à Calais, datée du 25 septembre 1717, dans C. L. andrin, Un prélat gallican, Pierre de Langle, évêque de Boulogne..., p. 182.

Autor

Docteur en histoire moderne de l’université d’Artois, est chercheur associé à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité et membre du CRESC (Centre de recherche, Espaces, Sociétés, Culture, E.A. 2356). Ses travaux portent sur l’histoire des diocèses frontaliers de Boulogne-sur-Mer, d’Arras et de Saint-Omer aux XVIIe-XVIIIe siècles, sur Port-Royal, le jansénisme et l’antijansénisme. Une partie de ses recherches concerne également les congrégations de l’Oratoire et les prêtres de la Mission (lazaristes) et l’Institut des Frères des Écoles chrétiennes.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site